Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

C'est Qui ? C'est Quoi ?

  • : Le blog de CGT Culture DAC Ville de Paris
  • Le blog de CGT Culture DAC Ville de Paris
  • : Blog du Syndicat CGT Culture de la Direction des Affaires Culturelles de la Ville de Paris.
  • Contact

Qui sommes nous ?

Nous sommes des personnels de la Direction des Affaires Culturelles de la Ville de Paris, travaillant dans les bibliothèques, conservatoires, musées, ateliers des beaux-arts, services centraux...

Nous militons au sein de la CGT pour défendre les droits des salariés, la qualité du service public rendu aux Parisiens.

Pour vous syndiquer, demander conseil, faire des réclamations, envoyer des informations, une seule adresse : daccgtculturegmail.com


Recherche

Pages

29 septembre 2016 4 29 /09 /septembre /2016 18:57
Ouverture des bibliothèques le dimanche : quand la CFDT disait non à Anne Hidalgo

Elle devrait donc, en principe, voter résolument contre le projet concernant la bibliothèque Picpus-Hélène Berr

La mairie de Paris compte ouvrir prochainement sept nouvelles bibliothèques le dimanche. Première à essuyer les plâtres, la bibliothèque Hélène Berr, située rue de Picpus dans le XIIème arrondissement, que l’équipe d’Anne Hidalgo veut  faire ouvrir un jour supplémentaire. Problème : cela se ferait… à effectif constant (un seul recrutement est prévu par l’administration alors qu’il en faudrait une dizaine). Une décision qui ne passe évidemment pas auprès des bibliothécaires (lire ici). Ni bien sûr de la majorité des syndicats – CGT, FO, SUPAP, UCP et UNSA - lesquels vont donc voter contre ce projet lors du prochain Comité Technique de la Direction des Affaires Culturelles de la Ville de Paris présidé par le premier adjoint en charge de la culture, Bruno Julliard.

Un Bruno Julliard qui compte s’appuyer sur la CFDT pour faire passer son funeste projet. Toutefois, cette dernière pourrait mettre à mal les projets de l’ancien révolutionnaire étudiant. En effet, dans un texte envoyé à tous les bibliothécaires parisiens au moment des dernières élections municipales, le syndicat de Laurent Bergé martelait ferme son opposition à toutes extensions d’ouvertures comme l’illustre ce texte en bas de page. Certes, c’était il y a deux ans, mais la situation n’ayant pas du tout évoluée (et c’est même aggravée) la CFDT devrait donc voter contre le projet d’ouverture dominicale de la bibliothèque Picpus-Hélène Berr et rejoindre ainsi les personnels et les autres syndicats pour contester cette régression en terme de condition de travail. Et puis, comme leur dit leur devise : des choix, des actes !

Ouverture des bibliothèques le dimanche : quand la CFDT disait non à Anne Hidalgo
Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans bibliothèques Travail du dimanche
commenter cet article
28 septembre 2016 3 28 /09 /septembre /2016 10:15
Rénovation de bibliothèque : Anne Hidalgo renvoie son incompétence sur les parisiens via son budget « participatif »

Du côté des conservatoires, on frise même carrément l’arnaque puisque elle  demande de voter (ou pas) pour… l’achat d’instruments de musique !

C’est ce que l’on appelle un bon coup de com de la part de l’équipe d’Anne Hidalgo : faire croire à une « innovation démocratique majeure » avec la mise en place du fameux budget participatif.  Sauf que la mairie de Paris prend ses administrés pour des gogos, car l’astuce de ce budget participatif est de faire voter les parisiens sur des projets qui de toutes façons sont à la charge de la mairie de Paris. Ainsi, les rénovations de nombreuses bibliothèques sont, cette année, soumises au vote.

Et là, on peut dire que l’équipe d’Anne Hidalgo charge la barque avec pêle-mêle la rénovation de la bibliothèque Brassens (XIVe) ou de François Villon (Xe), voire de faire d’une pierre deux coups avec l’agrandissement et la rénovation de l'espace jeunesse de la bibliothèque Valeyre (IXe). Tudiou..Mieux, la mairie propose à nos participatifs de voter pour….l’achèvement de la rénovation de la bibliothèque Andrée Chedid (XVe). Il est vrai que celle-ci n’avaiit pu aller à son terme faute de crédit ! Habile…

Mais là où la mairie fait vraiment très fort, c’est lorsque elle propose de faire valider par la participation… la mise aux normes handicapées pour accéder à la bibliothèque Faidherbe (XIe) ou Sagan (Xe). Bon, la liste est non exhaustive puisque sont, entre autres, également concernées par ce dévoiement démocratique la bibliothèque Forney (IVe) et Germaine Tillion (XVIe).

Du côté des conservatoires, on frise carrément l’arnaque puisque la mairie demande aux parisiens de voter (ou pas) pour… l’achat d’instruments de musique (lire ici) ! C'est plus du participatif, c'est de la flute! Comme on le voit, alors que tout cela relève de l’administration normale d’une collectivité, l’équipe d’Anne Hidalgo se défausse désormais sur les (maigres) votants pour justifier de ses immenses carences. Reste plus l’année prochaine pour la mairie (qui doit déjà y penser) de demander aux parisiens si les bibliothèques doivent acheter des livres ou encore si les éboueurs doivent continuer de ramasser les poubelles ! Une innovation démocratique majeure pour sûr. 

Ah, on oubliait le meilleur pour la fin : cette année la mairie de Paris a décidé de demander aux parisiens de se pencher sur l’hygiène de nos petits pour savoir si il faut…des toilettes rénovées pour tout les élèves du XIIème arrondissement (lire ici). Merde alors, là fallait oser….

Rénovation de bibliothèque : Anne Hidalgo renvoie son incompétence sur les parisiens via son budget « participatif »

                                                   - Je vous l'avais promis, j'oserais tout !

Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans bibliothèques Conservatoire-ABA
commenter cet article
26 septembre 2016 1 26 /09 /septembre /2016 08:01
Plusieurs tableaux détériorés au musée du Petit Palais !

Delphine Levy, la directrice de Paris-Musées, génée aux entournures, prie pour que l'affaire ne devienne pas publique

Le climat est lourd, très lourd au musée du Petit Palais (VIIIe) : manipulations, intimidations, menaces sont le quotidien des agents…. lesquels sont au bord de l'explosion sociale. A tel point qu’un préavis de grève a été déposé pour le 28 septembre jour de l’inauguration de l'exposition consacrée à Oscar Wilde (lire ici).

Mais ce n'est pas tout, car en dehors des mauvaises relations sociales, c'est la façon dont la direction du musée du Petit Palais administre son établissement qui est désormais mise en cause. Une gouvernance qui va jusqu'à mettre péril les œuvres exposées. Dernier épisode en date : la suppression des gardes-corps qui entouraient les œuvres. Cette initiative prise par le directeur du musée, Christophe Leribault « pour des raisons esthétiques » a surtout eu pour conséquence la détérioration de plusieurs tableaux. Ainsi certains d'entre-eux ont été rayés ou troués.... dont un était prêté ! Pas de pot. Reste à savoir qui va payer pour cette incompétence...

Peut être que la direction du Petit-Palais se fout de ses collections, mais les personnels, et la CGT avec eux, rappellent « que le patrimoine n'appartient pas à la direction de l'établissement mais à tous le monde ». Interpellée par notre syndicat, Delphine Levy, la directrice de Paris-Musées, l'établissement en charge des musées municipaux de la capitale, gênée aux entournures, a lâché du bout des lèvres « qu'elle renouvelait toute sa confiance » à Christophe Leribault, le patron du Petit-Palais. Mais on sentait bien qu'elle priait surtout pour que l'affaire ne devienne pas publique. Et maintenant ? Et surtout qu'en pense la mairie de Paris qui a la tutelle de tout ce beau monde ?

Ah, au fait, on confirme, le musée du Petit-Palais sera bien en grève le 28 septembre aussi pour cause de gros malaise social. Au moins ce jour là les œuvres seront préservées.

Plusieurs tableaux détériorés au musée du Petit Palais !
Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans musées Patrimoine
commenter cet article
23 septembre 2016 5 23 /09 /septembre /2016 22:39
Le musée du Petit Palais, au bord de l’explosion sociale, sera en grève le 28 septembre

Dernière provocation en date de la direction du musée : sucrer un quart d’heure de pause déjeuner pour les agents

Le climat est lourd, très lourd au musée du Petit Palais (VIIIe) : manipulations, intimidations, menaces sont le quotidien des agents…. Lesquels sont au bord de l'explosion sociale. A tel point qu’un préavis de grève a été déposé pour le 28 septembre jour de l'inauguration de la prochaine exposition consacrée à Oscar Wilde.

Le feu couve depuis un moment. Notamment depuis que les agents ont été contraint de réclamer leurs heures supplémentaires, lesquelles n’avaient pas été payées depuis plusieurs mois. Les personnels furieux n’hésitaient pas d’ailleurs à considérer leur direction comme étant « incompétente ». Ambiance...

Puis, la direction du musée decida sans préavis de retirer les protections entourant les œuvres. Une décision qui eu pour conséquence de voir les personnels de la surveillance empêcher continuellement les visiteurs de toucher tableaux et statuts jusque là protégés. Une situation qui faisait dire aux agents « que les œuvres n’appartenaient pas au secrétaire général du musée ». Pas faux. Mais surtout, vu le sous-effectif récurrent, devenu de plus en plus compliqué à gerer.

Toutefois au lieu de faire profil bas, la direction du Petit Palais a préféré en rajouter une couche. Histoire peut être d’emmerder Paris-Musée, l’établissement public en charge des musées municipaux de la capitale et de son président Bruno Julliard ? Car cette fois c’est une note interne qui met le feu au poudre. Il est vrai que celle-ci ratiboise, rien de moins, quinze minutes sur le temps de pause déjeuner des personnels, que ce soient ceux en charge de la surveillance ou ceux en charge de l’administratif en leur interdisant d’aller à la cantine de l’Hôtel de Ville, la seule désormais prévue par la mairie de Paris pour accueillir les personnels du musée du Petit-Palais.

« Depuis la fermeture de la cantine du Louvre les agents du musée ne bénéficient plus de solution de restauration à proximité » ose affirmer la note du SG. Lequel ne semble pas très à l’aise avec la vérité sur ce coup là. D’abord la fameuse cantine du Louvre….est fermée depuis deux an et demie ! Il était donc temps que la direction du musée prenne les choses en mains. Sauf que les agents ont juste deux stations de métro supplémentaires pour utiliser, une autre cantine de la Ville de Paris, celle de l’Hôtel de Ville, qui n’est donc pas moins « de proximité » que celle du Louvre puisque En gros, on est passé de 20 minutes à vingt trois minutes de trajet.

De son côté, croyant se la jouer maline, la direction du musée, sans en parler aux personnels concernés, a décidée d'utiliser sa botte secrète. « Afin de pallier à cette difficulté, une convention a été passée avec le ministère de l’intérieur pour autoriser l’accès des personnels du Petit Palais à leur site de restauration ». Petit problème : la cantine des pandores, située rue Cambacéres se trouve.... à au moins vingt minutes elle aussi ! Et à pieds qui plus est puisqu’il n’y a pas de transport ! Plutôt gênant quand on sait qu’il y a une forte proportion d’agents de la ville qui ont été reclassés dans les musées pour motif médical. Les collègues continuent donc d’aller à la cantine de l’Hôtel de Ville. Normal c’est moins loin et plus facile d'accès finalement.

C'est alors, ultime provocation, que la direction du Petit Palais a décidé de se la jouer mesquine en s’appuyant sur sa fameuse convention passée avec la Place Beauvau : « les agents bénéficiant désormais d’un restaurant administratif à proximité du musée, le délai de route est maintenant diminué d’un quart d’heure ». Tchak. Bref, ça gueule sévère aussi bien dans les salles que dans les bureaux. On les comprend. Les agents ont donc décidé de se mettre en grève pour exprimer leur colère et leur défiance. Seule solution pour Bruno Julliard de rattraper le coup : rétablir le fameux quart d’heure de délais de route. Pour commencer.

 

                La mairie de Paris laissera-telle les agents du Petit Palais déjeuner tranquille ?

Le musée du Petit Palais, au bord de l’explosion sociale, sera en grève le 28 septembre
Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans musées
commenter cet article
16 septembre 2016 5 16 /09 /septembre /2016 16:43
La directrice de la médiathèque Picpus-Hélène-Berr à son tour coincée dans l'ascenseur retombé en panne

                            Il manquerait plus que ça arrive un dimanche !

C’est une bibliothèque que la mairie de Paris voudrait ouvrir le dimanche. On ignore toutefois si la bibliothèque Picpus-Hélène Berr (XIIe) pourra accueillir du public. En effet, après plusieurs semaines de travaux qui avaient pour objectif d'installer un ascenseur neuf, ce dernier ….n'arrête pas de tomber en panne ! Plutôt gênant pour un établissement qui compte six étages et qui ne peut donc décemment pas ouvrir au public dans ces conditions, les locaux étant de facto inaccessibles aux  handicapés, personnes âgées ou encore aux parents accompagnés d'enfant en bas âge (la section jeunesse est située au quatrième étage).

Le problème, c'est que ces pannes sont vraiment récurrentes. Non seulement la bibliothèque avait dû repousser de plusieurs jours sa réouverture (lire ici) mais dans ceux qui ont suivis, un agent s'est retrouvé coincé pendant une heure dans la cabine. Depuis, on ne compte plus les incidents à répétition, l'appareil ne pouvant pas surporter quelques heures d’activité d'affilées. Inutile de préciser que les lecteurs et les personnels sont excédés. Dernier épisode en date : c'est au tour de la directrice de l'établissement de s'être retrouvée coincée à l'intérieur de cet ascenseur décidément maudit. Un appareil qui, désormais, n'hésite plus à s'attaquer au plus haut niveau de la hiérarchie.

Et dire que la municipalité parisienne veut faire ouvrir cette bibliothèque le dimanche. On sait déjà que cela se fera au détriment des règles les plus élémentaires de santé et sécurité comme le confirmait d'ailleurs un document remis à Bruno Julliard lors du CHSCT (lire ici).

La directrice de la médiathèque Picpus-Hélène-Berr à son tour coincée dans l'ascenseur retombé en panne
Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans bibliothèques santé au travail
commenter cet article
14 septembre 2016 3 14 /09 /septembre /2016 11:48
Un élu parisien explique pourquoi il est contre l'ouverture de la bibliothèque Picpus-Hélène Berr le dimanche

« Nous ne comprenons pas clairement quel est l’objectif politique de ce projet d’ouverture dominicale » souligne Nicolas Bonnet

La maire de Paris, Anne Hidalgo, et son adjoint à la Culture, Bruno Julliard, croyaient sans doute que ça allait passer... Mais la perspective d’ouvrir le dimanche la bibliothèque Hélène Berr, située rue de Picpus dans le XIIe arrondissement, n’a vraiment pas l’air de convaincre grand monde. Après les bibliothécaires, avec une lettre très argumentée (lire ici), ou encore des spécialistes de la Santé au Travail avec une étude également très argumentée (lire là), c’est au tour de Nicolas Bonnet, élu de l’arrondissement et par ailleurs président du Groupe Communiste-Front de Gauche au Conseil de Paris, de lancer un véritable pavé dans la mare de l’ancienne conseillère de Martine Aubry au ministère du Travail et de l’ancien syndicaliste étudiant. Voici in extenso le discours qu’il a prononcé au Conseil du XIIe arrondissement ce 12 septembre.

« Madame la Maire, Le 2 septembre, les agents de la bibliothèque Hélène Berr et leurs organisations syndicales ont organisé un temps d’échange avec les élu-es du XIIe sur le projet d’ouverture de cet établissement le dimanche. Cette discussion m’a permis de constater que nous partagions un certain nombre d’inquiétude avec les agents.

D’abord, nous ne comprenons pas clairement quel est l’objectif politique de ce projet d’ouverture dominicale. Dès que nous abordons le sujet avec Bruno Julliard, l’adjoint à la Culture, il nous répond que c’est une demande forte des Parisiens. Pourtant, à Hélène Berr, ce n’est pas ce que demandent les usagers. Dans l’enquête de satisfaction liée à la démarche « QualiParis », les usagers demandent l’ouverture du lundi ou l’ouverture plus tôt le matin ou plus tard en soirée, mais ils sont relativement peu à demander l’ouverture le dimanche. J’entends aussi parler de la nécessité de répondre aux besoins des étudiants mais une bibliothèque universitaire ouvrira à quelques dizaines de mètres d’ici quelques années.

Par principe, les élu-es communistes sont réticents au travail dominical même si nous estimons qu’il existe des exceptions nécessaires comme pour les transports publics. Concernant les bibliothèques, nous pouvons comprendre l’ouverture du dimanche si cela permet de faire venir des publics qui ne fréquentent pas ou peu les équipements culturels en temps normal. Mais manifestement la municipallté ne souhaite pas engager les moyens nécessaires pour atteindre cet objectif politique. Car il est prévu qu’Hélène Berr n’ouvre qu’avec un nombre réduit d’agents titulaires sans création de poste supplémentaires. Compte tenu de la configuration du bâtiment et des règles de sécurité incendie, les agents devront rester fixes toute la journée pour gérer les retours et sans pouvoir prendre de pause. Cela veut dire qu’ils ne pourront pas animer la bibliothèque ou accompagner les usagers alors même que ce sont ces actions de médiation qui permettent de démocratiser l’accès aux bibliothèques.

Je ne rentrerai pas plus dans l’ensemble de nos arguments qui sont exposés dans le voeu mais je rappellerai juste, qu’à ce stade, les agents de la bibliothèque sont opposés à l’ouverture du dimanche car leurs conditions de travail vont être fortement dégradées. Vous l’aurez compris, nous partageons leurs avis. Voilà pourquoi nous voulons que la Mairie du XIIe prenne position contre l’ouverture de la bibliothèque Hélène Berr le dimanche ». Pas mieux.

Mais en dehors de Nicolas Bonnet et des communistes, il semblerait que ce soit de tout bord politique que la critique fuse (pour le moins) sur les projets de la mairie centrale. Ainsi l’élue représentant le groupe Les Républicains, Valérie Montandon, a également demandé au cours de ce même Conseil d’arrondissement qu’avant toute ouverture le dimanche la ville réalise « au moins une étude » auprès du public. Pas idiot si l’on considère que les usagers demandent plutôt des ouvertures le matin ou le lundi d’après l'enquête menée... par la mairie elle-même ! Mieux : l’élue, pourtant classée à droite, demande à la mairie socialiste de faire au moins aussi bien qu’Emmanuel Macron en matière sociale sur le travail du dimanche en « engageant une concertation avec les représentants du personnel sur les extensions d’horaires en soirée ou le dimanche, en terme de volontariat, d’organisation et de compensation ». Perfide. Pour convaincre de l’ouverture d’Hélène Berr le dimanche il va falloir que la mairie se mette vraiment en marche !

                                                       Déjà en octobre 2015 dans Le Parisien

Un élu parisien explique pourquoi il est contre l'ouverture de la bibliothèque Picpus-Hélène Berr le dimanche
Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans bibliothèques Travail du dimanche
commenter cet article
12 septembre 2016 1 12 /09 /septembre /2016 14:16
La Ville de Paris va faire appel à des travailleurs détachés pour équiper une bibliothèque en puce RFID

Une pratique « moralement douteuse » pour le député socialiste Gilles Savary. Et même « un dumping social insupportable » pour… Manuel Valls !

C’est un épisode qui pourrait faire tâche à la Mairie de Paris. Alors que même Manuel Valls dénonce « un dispositif européen qui fait des ravages terribles dans le monde du travail, un dumping social insupportable », la municipalité parisienne pourrait faire appel... à des travailleurs détachés pour équiper les documents de la bibliothèque Parmentier (XIe) de dizaines de milliers de puces  RFID ! Une information comfirmée par la municipalité qui va passer un marché avec le prestataire Bibliotheca, lequel avait déjà fait appel à des travailleurs bulgares pour effectuer ce même travail à la bibliothèque Benjamin Rabier (XIXe) au cours de l’année 2015.

Encouragé par une directive européenne de 1996, ce système de « travailleurs détachés» permet en effet d’employer des gens d’autres pays de l’UE à moindre frais, en ne payant que les cotisations sociales en vigueur dans le pays d’origine. En général, on choisit soigneusement de faire venir ces travailleurs de là où les dites cotisations sont évidemment les plus basses, par exemple de Roumanie ou de Bulgarie. Ainsi, il s'agit non seulement d'un système de moins disant social, mais qui fait également et de manière régulière, selon les observateurs, l’objet de nombreuses dérives : non-déclaration, dépassement des durées maximales de travail, hébergement indigne, etc.

D’ailleurs, pour le député socialiste Gilles Savary, spécialiste du sujet, l’usage de salariés détachés, s’il est légal, « est moralement douteux » (lire ici). Pas que moralement. Car il est aussi douteux économiquement de faire parcourir des milliers de kilomètres puis d'héberger et de nourrir dignement à Paris une dizaine de personnes en économisant juste les charges sociales. On a du mal à voir où pourrait se dégager le bénéfice... Sauf à ce que le prestataire s’affranchisse de toutes les règles de droit social ? Plus que probable puisque la dernière fois que Bibliothèca avait fourni la main d'oeuvre bulgare, ces derniers n'avaient en tout cas pas eu même droit à des pauses-déjeuner d'après les témoignages des bibliothécaires présents....

Rappelons toutefois à ce sujet que la Mairie de Paris ne pourra pas se cacher derrière un prestataire car le Parlement a récemment fait introduire le principe de « responsabilité solidaire » qui permet de poursuivre un donneur d'ordres pour des fraudes relevant d'un de ses sous-traitants ayant recours à des travailleurs détachés.

 

         Dumping social (et fiscal) : les pratiques de la Mairie de Paris dévoilées au grand jour

La Ville de Paris va faire appel à des travailleurs détachés pour équiper une bibliothèque en puce RFID

Précisons que le recours à ces salariés corvéables à merci n’est même pas justifié pour soulager les agents puisque ceux-ci, en plus de l’installation des automates, auront de toutes façons de nombreuses tâches à effectuer dans un temps réduit.

En réalité, l’administration profiterait surtout de cette arrivée de main d’œuvre low cost… pour envoyer des bibliothécaires de Parmentier dans d’autres établissements pour parer au sous-effectif chronique ! Bref, du côté de la Direction des Affaires Culturelles de la Ville de Paris on aimerait bien faire travailler des Bulgares pour redéployer le personnel en place. Belle philosophie, n’est-ce pas ? Reste à savoir ce qu’en pense Bruno Julliard, le premier adjoint également en charge de la Culture.

Mais on est surtout frappé par la méconnaissance de l’administration sur le travail que doivent effectuer des bibliothécaires, même pendant la fermeture de leur établissement. Il est donc utile de rappeler qu’en dehors de l’encodage stricto sensu des puces RFID, les personnels vont aussi utiliser ce temps à réaménager l’intégralité des espaces et effectuer le travail inhérent sur les collections. Sans parler des tâches courantes que sont le choix des acquisitions ou bien le traitement des documents lors de la réception des commandes.

Reste une question : pourquoi la Mairie de Paris persiste-t-elle à faire appel à des travailleurs détachés ? A moins de s'attaquer, tel que le concoivent le Medef et ses affidés, au modèle social de ce pays on ne voit pas trop. On se remémorera alors les déclarations de Manuel Valls sur ceux qui les utilisent : « Ils ne payent pas les mêmes cotisations sociales, sur ce point-là, ça ne peut plus durer, le dumping social est insupportable, il doit y avoir égalité de traitement par le haut. Si on ne nous entend pas, il faudra dire que la France n’applique pas cette directive sur les travailleurs détachés ». Ainsi avait martelé le chef du gouvernement il y a encore quelques semaines (lire ici). Du brutal.

Pour se prémunir de tout risque politique, il existe pourtant une solution très simple pour l’équipe d’Anne Hidalgo : le recours à des vacataires payés par la Ville avec les cotisations sociales qui vont avec. Et laisser le temps aux bibliothécaires de faire leur travail convenablement.

 

 

                  Travailleurs détachés : Anne Hidalgo va-t-elle tourner le dos au progrès social ?

La Ville de Paris va faire appel à des travailleurs détachés pour équiper une bibliothèque en puce RFID

                       - Anne ça ne peut plus durer, ce dumping social est insupportable

Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans bibliothèques
commenter cet article
6 septembre 2016 2 06 /09 /septembre /2016 15:23
La bibliothèque Picpus-Hélène Berr (XIIe) fermée jusqu’à nouvel ordre car toujours privée d’ascenseur

               Et dire que la mairie de Paris veut la faire ouvrir le dimanche

C’est une bibliothèque que la mairie de Paris voudrait faire ouvrir le dimanche. Il faudrait déjà qu’elle puisse ouvrir en semaine tout simplement. Voire même ouvrir tout court car après plusieurs semaines de travaux la bibliothèque Picpus-Hélène Berr (XIIe) devait normalement accueillir de nouveau le public ce matin…

Mais voilà selon un communiqué de la Ville de Paris « l’ascenseur de la médiathèque Picpus-Hélène Berr n’étant pas opérationnel aujourd’hui, nous ne pouvons ouvrir l’établissement comme prévu ». Plutôt gênant quand on sait que les dit travaux avaient justement pour but…. d’installer un nouvel  ascenseur ! Et l’administration de préciser penaude qu’il n’y a pour le moment « pas de date précise de mise en service de l’appareil ». Conséquence : la bibliothèque pourrait rester fermer plusieurs jours.  

Il est vrai que l’établissement qui comporte six étages ne peut décemment pas ouvrir au public dans ces conditions, les locaux étant de facto inaccessibles aux  handicapés, personnes âgées ou encore aux parents accompagnés d'enfant en bas âge (la section jeunesse est située au quatrième étage). Pour mémoire la bibliothèque Picpus-Hélène Berr avait déjà dû fermer ses portes pendant pas mal de temps au début de l’année pour les mêmes raisons (lire ici). Et dire que la municipallité parisienne veut la faire ouvrir le dimanche.

On sait déjà que cela se fera au détriment des règles les plus élémentaires de santé et sécurité selon un document remis à Bruno Julliard lors du CHSCT (lire ici).

La bibliothèque Picpus-Hélène Berr (XIIe) fermée jusqu’à nouvel ordre car toujours privée d’ascenseur

     L'adjoint à la Culture prie ses grands dieux pour que l'ascenseur de Picpus marche un jour

Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans bibliothèques
commenter cet article
2 septembre 2016 5 02 /09 /septembre /2016 09:18

De leur côté, les personnels commencent à en avoir vraiment marre du climat délétère qui règne dans l’ossuaire de la place Denfert-Rochereau

La mairie de Paris voulait s’en mettre plein les fouilles avec les catacombes en augmentant de manière spectaculaire le prix des tickets (lire ici) mais promettait à ce tarif des conditions d’attente optimales. Une manoeuvre obtenue en réduisant… la durée de la visite ! Habile...

« Le temps d’attente sera considérablement réduit, ce qui permettra d’ailleurs d’attirer de nouveau les Parisiens qui boudaient les catacombes parce qu’ils n’avaient pas envie d’attendre trois heures avant d’entrer dans le site » pronostiquait ainsi la patronne de Paris-Musées au quotidien 20 minutes.

Eh ben c’est raté, car selon le témoignage des agents il faut désormais compter…. deux à trois heures avant de pouvoir espérer mettre un pied dans l’ossuaire de la Place Denfert- Rochereau. Il est vrai que la file fait plusieurs centaines de mètres comme le montre notre vidéo. Et aucune mesure n’est prise par Paris-Musées pour rassurer ou renseigner les visiteurs. Conséquence : les agents doivent régulièrement calmer et réguler une foule au bord de l’explosion sans qu’aucune mesure ne soit prise par Paris-Musées pour rassurer ou renseigner les visiteurs.

De leur côté, les personnels commencent à en avoir vraiment marre du climat délétère qui règne aux Catacombes, comme l’illustre, parmi d'autres épisodes, l’état de leur salle de repos occupée illégalement par des cartons qui dégagent par ailleurs une odeur pestilentielle au mépris de toutes les règles d’hygiène et de sécurité. A Paris-Musées d’agir pour mettre fin aux mauvaises conditions qui touchent aussi bien les agents que le public.

 

                                           Aux Catacombes, même les cartons font la queue...

Deux à trois heures d’attente pour pouvoir entrer aux Catacombes
Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans musées
commenter cet article
18 août 2016 4 18 /08 /août /2016 08:12
Paris XIIIe : des handicapés interdits de bibliothèque !

L’élévateur pour personne à mobilité réduite, en panne depuis sa mise en service, est passé de la deutsche qualität à la qualité parisienne

C’est un véritable cri du cœur que lancent les personnels de la bibliothèque Glacière-Marina Tsvetaïeva, située dans le XIIIe arrondissement de Paris ! « On ne peut pas continuer à faire venir des personnes handicapées, qui trouveront soit un appareil en panne, soit un traquenard lorsque celui-ci se bloque (c'est-à-dire tout le temps. NDR), puisqu'elles risquent de se retrouver enfermées dans une cabine sans toit, soumise à toutes les intempéries, que ce soit pluie, froid ou chaleur, selon les saisons ! ». Pas faux.

Sans compter qu'ensuite les personnes bloquées une fois libérées se retrouvent… de nouveau sur le trottoir ! Bref, pour les usagers handicapés avec fauteuil (ou à mobilité très réduite) du côté de la Glacière, c’est chaud !

Cet ascenseur est pourtant un équipement neuf puisqu'installé lors de la restructuration complète de l’établissement, qui a réouvert en février 2015. Mais voilà, depuis dix-huit mois le personnel de la bibliothèque s’arrache les cheveux devant les pannes à répétition de cet appareil, sûrement fort coûteux, fourni par la société Thyssen-Krupp. Visiblement la deutsche qualität n’est plus ce qu'elle était. Et malgré les plaintes des lecteurs qui commencent à s’accumuler sur le cahier de réclamation QualiParis, force est de constater l’impuissance de l’administration parisienne et de la mairie d’arrondissement pour que l’EPMR (élévateur pour personne à mobilité réduite) sorte une bonne fois pour toute de sa mobilité très réduite.

Sauf que la chose, même continuellement en panne, commence déjà à être complètement dégradée, comme l’ont constaté les techniciens de Thyssen-Krupp venus plusieurs fois... quand le personnel de la bibliothèque a réussi à les joindre !!! Des techniciens qui avaient l’œil (et l’odorat !!!) : apparemment l'élévateur, situé au niveau de la rue et non bordé par une clôture dissuasive, sert désormais d’urinoir à ciel ouvert (en tout cas la nuit). Si bien qu’une  couleur jaunâtre s’est dernièrement intégrée au plancher... On savait que le maire du XIIIe, Jérome Coumet, a pour ambition de faire de son arrondissement un haut lieu du street art (voir ici), peut-être finalement va-t-il être ravi d'apprendre (et avec lui Bruno Julliard,  lui aussi élu de l’arrondissement) qu’il peut désormais y ajouter une œuvre à la Marcel Duchamp ! Qualité parisienne cette fois.

Quant aux usagers à mobilité réduite qui comptaient fréquenter la bibliothèque de la rue de la Glacière : tant pis pour eux, ils devront se contenter de cette nouvelle forme de culture...

 

   Bibliothèque Glacière : le maire du XIIIe, heureux, récupère une oeuvre à la Marcel Duchamp

Paris XIIIe : des handicapés interdits de bibliothèque !

                              - Hé ben mon Jérôme, félicitations ! En plus c'est en Odorama !!!

Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans bibliothèques
commenter cet article