Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

C'est Qui ? C'est Quoi ?

  • : Syndicat PACS-DAC de la Ville de Paris
  • : Blog du syndicat PACS de la Direction des Affaires Culturelles (DAC) de la Ville de Paris.
  • Contact

Qui sommes nous ?

Nous sommes des personnels de la Direction des Affaires Culturelles de la Ville de Paris, travaillant dans les bibliothèques municipales, conservatoires d'arrondissement, ateliers des beaux-arts, services centraux...

Nous militons au sein du syndicat des personnels administratifs, de la culture et de service (PACS) pour défendre les droits des salariés, la qualité du service public

Pour vous syndiquer, demander conseil, faire des réclamations, envoyer des informations, une seule adresse : Syndicat-PACS-DAC@paris.fr

 

 

 

Recherche

31 mars 2021 3 31 /03 /mars /2021 12:52
Bon là ma chère on peut dire que c'est vraiment la guigne pour toi

Bon là ma chère on peut dire que c'est vraiment la guigne pour toi

Pendant ce temps là les les bibliothécaires parisiens sont toujours en droit de retrait pour protester contre la gestion par la mairie de Paris de la crise sanitaire

Alors que la direction des affaires de la Ville affirme que tous va bien après l'alerte sanitaire faites par les bibliothèques municipales de la capitale, il semblerait que la réalité aille à l'encontre du discours officiel de l'équipe dirigée par Anne Hidalgo

C'est qu'un nouveau foyer de contamination vient de se déclarer aux Archives départementales de Paris, situées boulevard Serrurier, à proximité de la Porte des Lilas, dans le XXème arrondissement avec cinq agents qui ont été testés positifs en date d’hier.

« Compte tenu du nombre de cas significatifs de COVID, il a été décidé  d’une part de fermer l’établissement  aux agents et au public,  et d’autre part de procéder à la désinfection des locaux dans lesquels les agents ont été amenés à travailler.. Les cas connus ont tous été signalés à l’ARS et au CMIE qui suivent  le dossier. » a déclaré l'administration parisienne dans un communiqué envoyé aux membres du Comité Hygiène et Sécurité (CHSCT)

Pendant ce temps les les bibliothécaires parisiens sont, pour beaucoup, toujours en droit de retrait pour protester contre la gestion par la mairie de Paris de cette crise sanitaire (voir ici).

 

                                                             

                                                                   Politique fiction

Partager cet article
Repost0
30 mars 2021 2 30 /03 /mars /2021 11:40
Covid : des dizaines de bibliothèques parisiennes fermées jusqu'à nouvel ordre !

Les personnels dénoncent les mesures mises en place par la mairie de Paris en cette période d'urgence sanitaire

Une révolte sire ? Une fronde probablement. Un ras-le-bol c'est certain. En tout cas depuis le vendredi  26 mars et ceci pour une période indéterminée, de nombreuses bibliothèques municipales de la capitale sont fermées pour cause de droit de retrait des agents. Le problème pour l'équipe dirigée par Anne Hidalgo est que d'autres établissements ont depuis rejoint leurs collègues (la liste mise à jour est ici).

Pourtant l'administration parisienne ne peut feindre la surprise puisque les bibliothécaires dénonçaient depuis plusieurs semaines « les mesures ineptes » prises par la mairie de Paris pour lutter contre la pandémie (lire ici) et ont été suivi dernièrement..... par les chefs d'établissements qui ont à leur tour rédigé une lettre ouverte pour appuyer les demandes de leurs équipes (voir ici). Une initiative historique pour de nombreux observateurs et signe d'une véritable fronde à tout les niveaux

La revendication des personnels est pourtant simple : une rotation des équipes sur la semaine pour que l’administration parisienne se conforme au Protocole national pour la santé des salariés face à l'épidémie qui demande de « limiter le nombre d'agents susceptibles d'être présents ou de se croiser sur le lieu de travail ». Une position relayée, et c'est à souligner par..... un service officiel de la mairie de Paris, la Mission Inspection Santé Sécurité Travail (MISST) de la Ville, laquelle déclarait qu'un fonctionnement « à effectif complet » était en contradiction avec la protection des agents. Vu comme ça les droits de retrait seront sans aucun doute validés par cette dernière !

 

 

Partager cet article
Repost0
26 mars 2021 5 26 /03 /mars /2021 14:56
Covid : des bibliothèques parisiennes fermées pour cause de droit de retrait des agents !

Ils dénoncent les mesures mises en place par la mairie de Paris en cette période d'urgence sanitaire. D'autres établissements devraient se rajouter et fermer dès demain

Une révolte sire ? Une fronde probablement. Un ras-le-bol c'est certain. En tout cas dès aujourd'hui, et pour une période indéterminée, plus d'une dizaine de bibliothèques vont rester portes closes jusqu’à nouvel ordre pour cause de droit de retrait des agents.

Une liste qui commence à être longue comme un jour sans pain puisque parmi les premiers noms qui viennent de nous parvenir citons pêle-mêle, Buffon, (Ve), Rilke (Ve), Drouot (IVe), Walser Gaillard (IXe), Françoise Sagan (Xe), Parmentier (XIe), Faidherbe (XIe), Hélène Berr (XIIe), Melville (XIIIIe), Genevoix (XVIIIe), Rostand (XVIIe), Romilly (XVIIIIe) ou encore Rabier (XIXe).

Pour celles qui ne sont pas encore fermées, le fonctionnement risque toutefois d'être très réduit à l’instar de la MMP (Ier) où une vingtaine d'agents ont suivi le mouvement à la MMP (Ier). Un tiers des bibliothécaires s'est également mis en droit de retrait à Hergé (XIXe). Et il semble désormais probable que d'autres établissements, comme Arkoun (Ve) ou Malraux (VIe), se rajouteront à cette liste et fermer à partir de demain samedi (voir la liste complète mise à jour en temps réel dans la rubrique commentaire).

La revendication des agents est simple : une rotation des équipes sur la semaine pour que l’administration parisienne se conforme au Protocole national pour la santé des salariés face à l'épidémie qui demande de « limiter le nombre d'agents susceptibles d'être présents ou de se croiser sur le lieu de travail ». Une position relayée, et c'est à souligner par..... un service officiel de la mairie de Paris, la Mission Inspection Santé Sécurité Travail (MISST) de la Ville, laquelle déclarait qu'un fonctionnement « à effectif complet » était en contradiction avec la protection des agents. Vu comme ça les droits de retraits seront sans aucun doute validés par cette dernière.

 

 

                Covid : la gestion de la Ville de Paris saluée par le président en personne

           - Franchement Anne pourquoi je m’emmerde à continuer à me coltiner Castex et Veran...

Partager cet article
Repost0
26 mars 2021 5 26 /03 /mars /2021 09:16
Covid : La bibliothèque Violette Leduc (XIe) fermée après un droit de retrait d'une partie des personnels

Ils dénoncent les mesures mises en place par la mairie de Paris en cette période d'urgence sanitaire. D'autres établissements devraient leur emboiter le pas aujourd'hui

Cela devait finir par arriver. Des agents d'une bibliothèque parisienne, en l’occurrence celle de Violette Leduc, située rue Faidherbe (XIe) se sont mis en droit de retrait hier pour dénoncer les conditions de travail en cette période de crise sanitaire. Elle devrait donc rester fermée les prochains jours

Pourtant l'administration ne peut feindre la surprise car alors que les bibliothécaires de la capitale dénonçaient « les mesures ineptes » prises par la mairie de Paris pour lutter contre la pandémie (lire ici) ils ont été rejoint cette semaine par les chefs d'établissements qui ont à leur tour rédigé une lettre ouverte pour appuyer les demandes de leurs équipes (voir ici). Une initiative historique pour de nombreux observateurs et signe d'une véritable fronde à tout les niveaux

La revendication des agents est simple : une rotation des équipes sur la semaine pour que l’administration parisienne se conforme au Protocole national pour la santé des salariés face à l'épidémie qui demande de « limiter le nombre d'agents susceptibles d'être présents ou de se croiser sur le lieu de travail ». Une position relayée, et c'est à souligner par..... un service officiel de la mairie de Paris, la Mission Inspection Santé Sécurité Travail (MISST) de la Ville, laquelle déclarait qu'un fonctionnement « à effectif complet » était en contradiction avec la protection des agents. Vu comme ça les droits de retrait seront sans aucun doute validés par cette dernière !

D'après les premières informations qui remontent, d'autres bibliothèques devraient emboiter le pas à Violette Leduc puisque de nombreuses équipes se réunissent ce matin pour discuter de la possibilité de se mettre elles aussi en droit de retrait. Parmi elles, on peut déjà citer la MMP (Ier), Buffon (Ve), Malraux (Vie), Sagan (Xe), Parmentier (XIe), Yourcenar (XVe) ou encore Duras (XXe). Une liste évidemment non exhaustive.

 

 

                                          - Pfff, je suis en train de me faire une Jean Castex moi !

Partager cet article
Repost0
10 mars 2021 3 10 /03 /mars /2021 16:30
Un adjoint d'Anne Hidalgo affiche son mépris envers les personnels de la ville dans une saillie dévoilée par le Canard Enchainé !

Pour Emmanuel Grégoire s'occuper des agents « était chiantissime » a lâché celui qui était alors en charge des personnels municipaux de la capitale

C'est un personnage qui n'a jamais travaillé de sa vie puisque il est un pur petit apparatchik de la politique parisienne socialiste. Cela ne l'a pourtant pas empêché de cracher son mépris à la face des soixante mille agents en charge du service public dans la capitale. Des agents qui pourtant se lèvent tôt (nettoiement, petite enfance...) ou bien qui finissent tard (piscines, stades, bibliothèques,conservatoires...)

C'est qu'Emmanuel Grégoire a lâché une saillie reprise dans le Canard Enchainé dans son édition du 10 mars 2021. Celui qui n'était qu'un parfait inconnu de la politique parisienne avait eu la grande chance d'obtenir le poste d'adjoint d’Anne Hidalgo en charge des ressources humaines et du dialogue social, soit pour un homme de gauche la chance pour la première fois de sa vie de s'occuper des vrais gens et d'appliquer ses principes de jeunesse. Trop de boulot apparemment selon les infos du Palmidède : « C'était chiantissime, chronophage et sans visibilité médiatique. Tout le monde a refusé et à la fin, c'est Bibi qui a dit oui ».

Justement les dires de Bibi sont confirmés par rien moins que les représentants des personnels dont les instances représentatives au niveau de l'Hôtel de Vile étaient présidées par Manu en tant qu'adjoint sectoriel. « C'est vrai que c'était chiantissime ces réunions » rapportent plusieurs témoins qui y assistaient « faut dire que contrairement aux précédents adjoints, celui là était aussi joyeux qu'une porte de prison et ses analyses étaient assez consternantes quand il en avait... ce qui était assez rare ! ».

Depuis notre petit Manu a fait du chemin puisque il a été promu premier adjoint l'an dernier. Pas de quoi avoir une surface médiatique pour autant car il peut toujours sortir dans les rues de la capitale en toute tranquillité. Pas faute pourtant d'avoir essayé d'attirer la lumière sur lui en exigeant du Gouvernement un confinement « dur » de trois semaines pour la capitale. Face au tollé, il a été rabroué par sa patronne. Dur d'être bras droit. Mais comme le disent dans les couloirs de l'Hôtel de Ville des membres de l’exécutif municipal : « normal, comme bras droit c'est plutôt un bras cassé ! ». Ah les gens sont méchants.

 

 

 

                                             Emmanuel Grégoire enfin dans la lumière !

 

Partager cet article
Repost0
25 février 2021 4 25 /02 /février /2021 17:21
Bibliothèques : Le troisième lieu au temps du couvre-feu !
Partager cet article
Repost0
27 janvier 2021 3 27 /01 /janvier /2021 09:38
Covid19 : la révolte des bibliothécaires de la capitale contre les décisions ineptes de la mairie de Paris

Dans une lettre ouverte à Carine Rolland, l'adjointe à la culture d'Anne Hidalgo, ils dénoncent le manque total de compréhension et de bienveillance de leur administration alors que la situation sanitaire grave et exceptionnelle impose un couvre-feu à 18h

Le nombre est impressionnant, puisque plusieurs centaines de bibliothécaires parisiens, quatre cent trente huit précisément, ont décidé nommément d'interpeller leur tutelle sur les conditions d'ouverture de leur établissement en cette période de pandémie de Covid-19, rendues encore plus difficile avec la décision gouvernementale d'instaurer un couvre-feu dès dix-huit heure sur l'ensemble du pays. A ces trois cent soixante dix neuf agents qui représentent la totalité des soixante cinq bibliothèques de la capitale, on peut même rajouter des chefs d'établissement, lesquels n'ont pu signer publiquement pour d’évidentes raisons mais beaucoup d'entre eux ont fait savoir qu'ils étaient d'accord avec ce texte.

Cette lettre ouverte a été envoyée à Carine Rolland, l'adjointe à la culture d'Anne Hidalgo et à la direction des affaires culturelles, qui vient d'ailleurs de se doter d'une nouvelle directrice, Irène Basilis. Une lettre dans laquelle les bibliothécaires de la capitale pointent la Ville de Paris pour son « manque total de compréhension et de bienveillance alors que la situation sanitaire grave et exceptionnelle nous impose un couvre-feu à 18h ». La voici dans son intégralité.

« Un très grand MERCI… à NOUS !. C’est ainsi que la Direction des Affaires Culturelles de la Ville de Paris concluait son message de vœux pour cette nouvelle année et dans lesquels nous étions tous « formidables » pour avoir répondu présents pendant cette sale année 2020.  Sauf qu’une question se pose : était-ce un « Nous » vraiment destiné à tous les agents ou bien était-ce un « Nous de majesté » ? Car Nous, bibliothécaires du réseau, sommes plus qu’en colère ! Notre administration faisant montre d’un manque total de compréhension et de bienveillance alors que la situation sanitaire grave et exceptionnelle nous impose un couvre-feu à 18h.

Car oui « merci à Nous » de continuer à venir tous et toutes travailler dans des bureaux trop petits qui ne nous permettent pas de respecter les mesures sanitaires. « Merci à nous » d’accueillir le public avec des plexiglas qui ne servent à rien car non-calibrés pour le fonctionnement de nos établissements. « Merci à nous » de déjeuner à l’extérieur en hiver car il n’y a pas de cantine à proximité ni de cuisine assez grande pour manger à l’intérieur de nos établissements.« Merci à Nous » d’accepter d’ouvrir nos bibliothèques sans que les portes, les rampes d’escaliers, les toilettes ne soient nettoyées comme l’imposent les protocoles sanitaires, y compris ceux de la Ville de Paris.

Nous savons que l’ensemble des organisations syndicales qui nous représentent au Comité Hygiène et Sécurité (CHSCT) de la Direction des Affaires Culturelles, soit la CFDT, la CGT PACS, le SUPAP,-FSU, l’UCP et l’UNSA ont tous voté pour une fermeture à….17 heures ! Proposition balayée par la Ville de Paris qui a finalement concédé une fermeture à 17h30 pour en principe permettre aux agents de pouvoir rentrer au plus vite chez eux et de ne pas trop dépasser la limite du couvre-feu pour ceux qui n’habitent pas trop loin. Nos représentants ont également réclamé une Autorisation Spéciale d'Absence (ASA) par semaine pour chacun d’entre nous pour ne pas encombrer les transports, ni nos bureaux ou nos cuisines (pour les établissements qui en possèdent).

Au lieu de quoi, l’administration nous demande « de faire nos horaires » sans discussion aucune et sans prendre en compte la situation qui nous est imposée. Résultat : nous devons rester dans nos établissements jusqu’à 18 Heures ! Et donc pour beaucoup d’entre nous c’est un retour chez soi à 19h, 19h30, voire 20 h, vu que nous ne sommes pas vraiment des privilégiés qui pouvons nous permettre d’habiter à proximité de notre lieu de travail. Incompréhensible et surtout de quoi nous mettre en colère car pour « NOUS » les décisions de l’administration relèvent d’un manque de bienveillance totalement déplacé alors que les équipes des bibliothèques sont les seules à assurer une offre culturelle au niveau municipal, depuis des mois.

C’est pour cela que « NOUS », Nous demandons la fermeture des établissements à 17h sans préjudice aucun pour les agents ainsi qu’une ASA hebdomadaire, ces deux mesures permettant d’assurer les contraintes sanitaires dans les établissements et d’alléger les contraintes liées à l’organisation de la vie. Est-ce que pour se faire entendre les organisations syndicales qui nous représentent doivent êtres contraintes de déposer un préavis de grève ? À une époque où il est demandé à tous et toutes de faire des efforts cela en dit long sur l’état d’esprit qui anime notre administration ». Au vu du nombre impressionnant de signataires, signe d'une véritable fronde, sûr que cette lettre ne pourra être ignorée par une municipalité qui se clame progressiste !

 

 

 

    Covid19 : la révolte des bibliothécaires contre les décisions ineptes de la mairie de Paris !

- Pffff, si ça continue comme ça, il va falloir mettre un couvre-feu sur mes ambitions élyséennes....

Partager cet article
Repost0
15 janvier 2021 5 15 /01 /janvier /2021 13:59
Pourquoi il ne nous était vraiment plus possible de rester à la CGT !

La fédération CGT des territoriaux, avec l’accord tacite de Montreuil, préfère soutenir des voyous que de défendre et développer le syndicalisme. Dont acte !

C’est l’épilogue d’une longue crise commencée il a y plusieurs années. Il y eu tout d’abord la tentative de putsch du syndicat du nettoiement sur les autres syndicats CGT de la Ville de Paris. La manœuvre avait toutefois échoué ce qui a conduit à une scission. Une scission soutenue....par la fédération des services publics territoriaux, l’organe auquel sont rattachés tous les protagonistes, alors qu’elle aurait pu rappeler à l’ordre les impétrants pour mettre fin à ce conflit !

Il y eu ensuite l’escalade avec des méthodes dignes de petits caïds (ou bien du patronat de l’automobile des années soixante) avec menaces physiques, tentatives d’expulsion des locaux de la Bourse du Travail et autres joyeusetés (voir ici). Enfin, n'oublions pas les violences sexistes commises par les putschistes contre des militantes, qui ont fait les choux gras de la presse nationale (voir ici), sans que la fédé des services publics territoriaux pas plus que la « conf » ne prennent là encore des sanctions contre les agresseurs.

Et comme « passé les bornes, y a plus de limite » comme disait l'autre, les agresseurs ont décidés d'aller encore plus loin pour mettre au pas tous ceux qui contestaient leurs sales méthodes en rien moins que blacklister des centaines de délégués du personnel estampillés CGT en les privant du jour au lendemain de tous leurs droits syndicaux ! Une attitude là aussi approuvée officiellement par la fédé des territoriaux puisque elle a été jusqu’à envoyer cette liste noire directement à Anne Hidalgo pour que cette dernière veille bien à ce que des militants CGT de la Ville de Paris ne puissent plus défendre les personnels (voir ici). Là encore sans aucune intervention de Martinez et consort du côté de la confédération à Montreuil. Visiblement la CGT, quelques soit son niveau d'intervention, préfère soutenir des voyous que de défendre et développer le syndicalisme !

Près d’un an plus tard la situation n’ayant toujours pas évolué (elle a même empiré) et n’étant pas des adeptes de Sacher Masoch (quoique), il était temps donc d'arrêter de filer les sous des cotisations de nos adhérents pour entretenir des permanents syndicaux parasites et retrouver un peu de sérénité en prenant la seule décision qui s’impose : la désaffiliation de la CGT. Ce qui a été rendu effectif officiellement lors de notre dernier congrès (voir la motion votée à l’unanimité dans le rubrique commentaire).

Désormais nous sommes indépendants sous le nom du syndicat PACS (Personnels Administratifs, de la Culture et des Service de la mairie parisienne) avec un nouveau logo, une structure toujours officielle (nos statuts ont été déposés en préfecture) mais qui n'est plus rattachée à une confédération nationale (la CGT en l’occurrence) comme le précise la motion adoptée. Last but not least, nous conservons bien sûr nos élu.e.s dans les instances représentatives des personnels à la direction des affaires culturelles (DAC) de la Ville de Paris (et ailleurs dans d'autres directions, bien  sûr).

 

 

         La CGT préfère soutenir des voyous plutôt que de défendre et développer le syndicalisme !

                         - Good job, mon philou, tu sera mon premier ministre en 2022

- Bah tu sais mon Manu, je l'ai fait surtout pour pas me mettre à dos des permanents parasites.....

Partager cet article
Repost0
1 janvier 2021 5 01 /01 /janvier /2021 10:50
Pour une année 2021 sans geste barrière !
Pour une année 2021 sans geste barrière !
Pour une année 2021 sans geste barrière !

           Le syndicat PACS des Affaires Culturelles vous présente ses meilleurs vœux

Partager cet article
Repost0
17 décembre 2020 4 17 /12 /décembre /2020 15:01
Insécurité au quotidien, violences, trafics divers : les personnels de la bibliothèque Goutte d’Or (XVIIIe) interpellent Emmanuel Macron

Une lettre ouverte envoyée également aux ministres concernés, au préfet de Police et au procureur de la République de Paris

C’était il y a un mois tout juste : les agents de la  bibliothèque Goutte d’Or, située dans le XVIIIe arrondissement, avaient alors décidé de fermer l’établissement au public pour dénoncer le climat d’insécurité qu’ils subissent au quotidien et pour cela envoyé une lettre ouverte à Anne Hidalgo, la maire de Paris (voir ici). La bibliothèque aurait dû rouvrir le mercredi 16 décembre, même si c’était en horaires restreints, saut que non. Car après un nouvel acte de violence l’établissement reste finalement fermé et ce jusqu’à nouvel ordre (lire ici).

Et après la mairie de Paris c’est désormais aux services de l’État que les bibliothécaires s’adressent avec une nouvelle lettre ouverte envoyée directement à son sommet, le président de la République avec copie à son premier ministre ainsi que ceux en charge de l’Intérieur et de la justice. Et pour que l’information soit complète sont également mis dans la boucle, le Préfet de Police de Paris ainsi que le procureur de la république affecté à la capitale.

Évidemment à lire cette lettre  nos éminent représentants de l’État en charge des questions régaliennes du pays comme le sont la sécurité et la tranquillité publique verrons que les personnels de la bibliothèque Goutte d’Or ne peuvent pas continuer à travailler dans ces conditions et demandent à Jupiter et consorts « de bien vouloir prendre toutes les mesures nécessaires pour que cessent les innombrables crimes et délits qui s’y produisent à longueur de temps. Nous constatons que les lois de la République ne s’appliquent pas dans ce quartier, livré à la criminalité sans que des moyens suffisants soient mis en place pour la faire cesser. Il s’agit pourtant d’un Quartier de Reconquête Républicaine (QRR), dans lequel le rétablissement de l’État de droit et de la justice devrait être une priorité pour les pouvoirs publics »

Et l’équipe de la bibliothèque Goutte d’Or de décrire, juste devant leur établissement, des trafics en tout genre (drogue, cigarettes, médicaments…) « en toute impunité », des rixes entre dealers « quotidiennes, très brutales ; nous assistons à des lynchages, des coups de couteau, des morts » et les attaques sur le bâtiment qui pour les agents est une « agression manifeste avec l’intention claire de s’en prendre à la bibliothèque en tant que telle. C’est donc un danger grave que nous portons à votre attention ». Et de rappeler les destinataires à leur responsabilités : « nous nous adressons à vous car il s’agit de crimes et de délits qui relèvent des pouvoirs régaliens de l’État : police et justice notamment ».

Et les personnels de conclure dans leur missive à Macron et consorts : « Agents de service public dans un quartier populaire et dans une bibliothèque familiale auxquels nous sommes attachés, nous souffrons de ne pouvoir accomplir notre travail et de constater que les habitants, également très attachés à leur bibliothèque, sont privés de cet équipement public et d’un accès essentiel à la culture. Stupéfaits et indignés d’assister toute la journée à des agissements criminels effectués en masse, à ciel ouvert, à grand bruit et en toute impunité, nous espérons que vous voudrez bien répondre à notre demande afin que le quartier retrouve la tranquillité et les services publics auxquels il a droit, comme toute autre partie du territoire français ». Une demande on ne peut plus limpide, non ?  L’intégralité de cette lettre est disponible dans la rubrique commentaire.

 

 

               Insécurité : les bibliothécaires de Goutte d'Or en appellent aux pouvoirs publics

 

Partager cet article
Repost0