Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

C'est Qui ? C'est Quoi ?

  • : Le blog de CGT Culture DAC Ville de Paris
  • Le blog de CGT Culture DAC Ville de Paris
  • : Blog du Syndicat CGT Culture de la Direction des Affaires Culturelles de la Ville de Paris.
  • Contact

Qui sommes nous ?

Nous sommes des personnels de la Direction des Affaires Culturelles de la Ville de Paris, travaillant dans les bibliothèques, conservatoires, musées, ateliers des beaux-arts, services centraux...

Nous militons au sein de la CGT pour défendre les droits des salariés, la qualité du service public rendu aux Parisiens.

Pour vous syndiquer, demander conseil, faire des réclamations, envoyer des informations, une seule adresse : daccgtculturegmail.com


Recherche

Pages

11 avril 2016 1 11 /04 /avril /2016 08:35
 Un bibliothécaire parisien propose que les espaces jeunesse redeviennent un lieu de déconnexion pour les enfants

Une idée approuvée par la Silicon Valley... et même la mairie du XIXe arrondissement !

Quel doit être le futur des bibliothèques ? Avoir toujours des livres (et des BD, des revues, de la presse quotidienne, des CD…) ?  Ou bien, ceux-ci étant amenés à disparaître, les remplacer par des espaces numériques. Un débat qui anime la profession depuis plusieurs années.

De fait, à la question de savoir comment il verrait l’avenir de sa bibliothèque, un collègue parisien a mis les pieds dans le plat en confiant par écrit son désarroi à ses camarades bibliothécaires : « Mon premier souhait, totalement utopiste ou bien rétrograde, selon la sensibilité de chacun, serait que notre bibliothèque devienne un espace de déconnexion pour les enfants. Par là, je veux dire tout d’abord que j’aimerais qu’on expédie à la benne tous les postes Internet de la section jeunesse, quitte à installer une cellule psychologique d’urgence pour les dix années à venir ». Une véritable provocation, non ?

Et notre collègue de continuer : « la bibliothèque devrait être, aurait dû être, aurait dû rester le lieu de la formation autonome des esprits et de la diffusion de la culture écrite, et en cela être complémentaire de l’institution scolaire. Or nos enfants  vont grandir, à l'école comme entre nos murs, dans ce qu’on appelle, peut-être par goût de l’antiphrase, des "lieux de vie" ».

Une observation qui ne s'arrête malheureusement pas là : « ce que je vois en effet, c’est cet étrange glissement qui transforme les écoles en bibliothèques et les bibliothèques en ludothèques. Ce que je ressens, c’est cette impression bizarre que tout s’homogénéise, qu’on veut faire la guerre à l’ennui, peut-être même au fond à la difficulté de vivre, qu’on pense la gagner avec des tablettes, des ordinateurs ou des consoles, des images et des codes, des connexions illimitées ». Alors encore le désenchantement d’un bibliothécaire passéiste, relayé par un syndicat qui ne l’est pas moins, qui ne supporte pas l’avènement de cette société numérique où tout tourne autour d’Internet ?  

A voir, car justement cette perspective était partagée par feu Steve Jobs, le fondateur d’Apple mais aussi par de nombreux cadres supérieurs de sociétés de pointe de la Silicon Valley comme Google, Yahoo et Hewlett-Packard ou encore Twitter et eBaye : ils envoient leurs enfants dans une école… sans ordinateur (lire ici et ). Un peu comme la bibliothèque de demain ? A ce propos notons cette expérience faite dans un quartier de l'Est parisien il y a quelques années (lire ici) et soutenue... par la mairie du XIXe arrondissement ! Cette initiative a donné lieu à un colloque l'année suivante avec de nombreux spécialistes sous l'égide du maire lui-même (voir ici).

Et notre collègue bibliothécaire, s'appuyant sur une étude du Haut Conseil de l'Education selon laquelle 40% des élèves à l'entrée de la sixième n'ont toujours pas acquis une lecture fluide ou ne comprennent que très partiellement ce qu'ils lisent (lire ici), se décide alors d'enfoncer le clou: « alors, puisque notre but est d’amener les jeunes à la lecture, je propose simplement ce qui suit :  après les jeux de société, les jeux vidéo, les serious games, les tablettes et les applications numériques, les initiations au codage informatique, les imprimantes 3D, pourquoi pas une solution simple, pas chère et innovante : les aider à apprendre à lire ? ». Un programme simple pour nos décideurs à la mairie de Paris et ailleurs. Nous avons d'ailleurs interpellé Bruno Julliard, l'adjoint en charge de la Culture sur ce sujet. Alors ouvrons le débat. Think différent ?

 

 

Des anciens élus à la culture préconisent aussi une bibliothèque pour les jeunes avec des livres 

 

 Un bibliothécaire parisien propose que les espaces jeunesse redeviennent un lieu de déconnexion pour les enfants

.

                             - Alors là, tu vois ma petite, c'est le loup qui arrive avec son écran.....

Partager cet article

Repost 0
Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans bibliothèques
commenter cet article

commentaires

Bibliothécaire 05/02/2016 19:07

Bonjour,
Je suis d'accord. Mais vu la levier de bouclier à prévoir, et dans l'ignorance quand même de ce qui sera bon pour les enfants qui seront des hommes dans 30 ans, ctd en 2050 à peu près, on pourrait au moins en garder une, à grand renfort de communication, du genre " et si la bibliothèque de l'avenir était la bibliothèque sans écran ?"
On peut imaginer tout un système pour monter l'affaire en chose nouvelle et absolument révolutionnaire (ce qui ne manquera pas d'arriver).
Voilà mon avis tout à fait personnel ; et je pense que le syndicat est bien placé pour porter ce genre d'idée.

Bibliothécaire Ville de Paris 26/01/2016 14:51

Cet article du journal Le Monde rejoint vos propos.

http://www.lemonde.fr/sciences/article/2016/01/05/plus-d-humain-et-de-culture-des-le-plus-jeune-age_4841929_1650684.html#rPfkV0iPuFAS4Dl8.99

Bibliothécaire Ville de Paris 26/01/2016 11:46

Bravo !
Qui est le courageux qui a dit tout haut, et très bien formulé, ce que beaucoup (enfin j’espère !) pensent tout bas ? Ce serait peut-être pas mal d’initier une réflexion là-dessus.
Les bibliothèques doivent rester des lieux d’équilibre entre « outils » traditionnels (mais bien tangibles : livres et être humains !!!!!!!!!!!!!!!!!) et nouveaux supports. C’est seulement ainsi que nous pourrons, tant bien que mal, maintenir la pluralité dans « nos » établissements.
A moins qu’un jour nous soyons appeler à tenir des bibliothèques clandestines ?

CGT Culture DAC Ville de Paris 26/01/2016 11:59

Oui, il y aura très certainement une réflexion sur ce sujet. Ce serait le comble pour notre métier attaché au pluralisme ! Elle se doit d'être initiée par les bibliothécaires eux-mêmes. Certains proposent même que les bibliothèques lance une opération « Une semaine sans écran ». Une opération qui d’ailleurs a déjà eu lieu.... à Paris, sous l'égide de la mairie du XIXe. Alors pourquoi pas le renouvellement dans tout Paris, cette fois ?

Surtout qu’il ne s’agirait pas de bannir les écrans, dans un élan rétrograde, mais bien d’encourager un usage raisonné et réellement émancipateur des nouvelles technologies. Autrement dit, savoir se déconnecter pour tirer le meilleur profit d’une société connectée. C’est même plus qu’une simple question d’épanouissement personnel : il semble bien qu’il y va aussi et surtout de la formation des élites intellectuelles, comme l’affirme carrément le titre de cet article du magazine l’étudiant, qui date de Décembre 2013.

En tout cas notre syndicat encouragera toutes initiatives qui permettra d'enrichir le débat

mylena 26/01/2016 08:26

Remplacer les livres, les chasser, les faire disparaître, et qui sait, les brûler ? c'est participer à la destruction de la démocratie : "là où on brûle des livres, on finit par brûler des hommes"...

lulu 26/01/2016 08:22

"... le livre (est)un haut lieu d’hospitalité, un abri à emporter avec soi, dans l’écho lointain de la voix qui nous a bercés, du corps qui nous a contenus."
citation de Régine Detambel.