Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

C'est Qui ? C'est Quoi ?

  • : Le blog de CGT Culture DAC Ville de Paris
  • Le blog de CGT Culture DAC Ville de Paris
  • : Blog du Syndicat CGT Culture de la Direction des Affaires Culturelles de la Ville de Paris.
  • Contact

Qui sommes nous ?

Nous sommes des personnels de la Direction des Affaires Culturelles de la Ville de Paris, travaillant dans les bibliothèques, conservatoires, musées, ateliers des beaux-arts, services centraux...

Nous militons au sein de la CGT pour défendre les droits des salariés, la qualité du service public rendu aux Parisiens.

Pour vous syndiquer, demander conseil, faire des réclamations, envoyer des informations, une seule adresse : daccgtculturegmail.com


Recherche

Pages

8 avril 2016 5 08 /04 /avril /2016 08:34
La mairie de Paris va faire disparaître, d'un coup, plus de mille jours de travail chaque année à la direction des affaires culturelles

Complètement dingue alors qu'elle a déjà rendu de nombreux postes ces dernières années et que la charge de travail des personnels des services centraux a considérablement augmenté par une demande accrue des cabinets

C'est un sacré lièvre que viennent de soulever nos collègues de l'UCP. Une information tellement incroyable que nous nous permettons, avec leur accord, de relayer. En effet, à cause d'une décision du secrétariat général de la Ville de Paris et de la Direction des Finances, ces fossoyeurs du service public parisien, la Direction des Affaires Culturelles (DAC) pourrait très bientôt voir disparaître dans un véritable trou noir plus de mille heures de travail chaque année. Un chiffre considérable en cette période de restriction budgétaire, n'est ce pas ?

En cause, le choix de déménager les services du patrimoine et de l'histoire (SDPH) actuellement logés dans les locaux du Crédit Municipal, rue des Francs Bourgeois dans le quartier du marais (IVe), vers la porte de la chapelle (XVIIIe). Outre le non sens de quitter des locaux qui appartiennent in fine à la ville de Paris, ce déménagement illustre surtout une véritable absurdité économique

En effet, de nombreux agents du SDPH se déplacent quotidiennement pour des réunions, des suivis de chantiers, des recherches documentaires, des campagnes de photographie et autres rencontres... au siège de la direction des affaires culturelles ! Pile dans le même secteur où était auparavant située le SDPH.

Or, dans la nouvelle configuration, un aller-retour en transport en commun de la porte de la Chapelle à l’hôtel d’Albret (ou tous autre site central) représente minimum 1h20 de trajet de porte à porte. En une semaine, un agent passera donc 7h30 dans les transports, soit une journée de travail complète. En conclusion, un agent perdra 44 jours de travail par an dans les transports; Pour l’ensemble du service cela représente 1200 jours par an soit CQFD trois à quatre postes d'agents en équivalent temps plein ! Un véritable trou noir en ces période de restriction budgétaire.

Et complètement dingue alors que la sous-direction a déjà rendu de nombreux postes ces dernières années et que la charge de travail a considérablement augmenté par une demande accrue des cabinets. « En conséquence, ce déménagement représenterait non seulement la perte d’au moins quatre postes de travail, mais surtout, il rendrait notre tâche beaucoup moins efficace » remarquent amers les personnels. C'est pas faux.

 

La mairie de Paris va faire disparaître, d'un coup, plus de mille jours de travail chaque année à la direction des affaires culturelles

                    - Force est de constater que mon budget, c'est surtout la DAC qui y participe

Il faut surtout rappeler aux services de l'Hôtel de Ville que l’efficacité au travail ne se trouve pas uniquement cachée dans les lignes budgétaires ou de simples plans comptables et qu'un déménagement aux confins de la capitale est une hérésie pour ce service qui a pour vocation d'organiser de nombreuses expositions, soit avec la Bibliothèques Historique de la Ville de Paris (BHVP), Forney ou le musée Carnavalet, situé à quelques centaines de mètres de leurs anciens locaux mais aussi avec la Bibliothèque Nationale de France (BnF) ou encore le Louvre qui eux aussi sont quasiment dans le même secteur secteur géographique.

« Quand on sait le nombre de rendez-vous et de jours de consultation nécessaires à un projet d’exposition, un déménagement porte de la Chapelle serait une perte de synergie considérable pour le service » affirment sans coup férir les personnels. Imparable en effet.

Mais last but not least un autre aspect semble avoir été oublié par nos comptables en chef municipaux : le côut supplémentaire en ce qui concernent les transports d’œuvres. Car si actuellement le service des transports de la direction des affaires culturelles peut s’en charger « c'est précisément parce que nous sommes à proximité des institutions qui les conservent » déclarent non sans raison les agents du SDPH. Un déménagement supposerait donc de confier l’ensemble de ses transports à une société privée et donc de multiplier par trois ou quatre les budgets de transport actuel. Un coup de maître.

Pas sûr toutefois que les services de Bruno Julliard puissent se le permettre tant la situation budgétaire de fonctionnement au quotidien est désastreuse à la Direction des Affaires Culturelles. A tel point que la crise couve un peu partout que ce soit dans les conservatoires, les bibliothèques, les ateliers Beaux Arts et maintenant les services centraux.

 

 

             La mairie va -t-elle faire appel à Bolloré pour transporter les oeuvres de SDPH ?

La mairie de Paris va faire disparaître, d'un coup, plus de mille jours de travail chaque année à la direction des affaires culturelles

                     - Bah, on s'en fout du fric puisque la DAC sera habillée pour l'hiver

Partager cet article

Repost 0
Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans Patrimoine
commenter cet article

commentaires