Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

C'est Qui ? C'est Quoi ?

  • : Le blog de CGT Culture DAC Ville de Paris
  • Le blog de CGT Culture DAC Ville de Paris
  • : Blog du Syndicat CGT Culture de la Direction des Affaires Culturelles de la Ville de Paris.
  • Contact

Qui sommes nous ?

Nous sommes des personnels de la Direction des Affaires Culturelles de la Ville de Paris, travaillant dans les bibliothèques, conservatoires, musées, ateliers des beaux-arts, services centraux...

Nous militons au sein de la CGT pour défendre les droits des salariés, la qualité du service public rendu aux Parisiens.

Pour vous syndiquer, demander conseil, faire des réclamations, envoyer des informations, une seule adresse : daccgtculturegmail.com


Recherche

Pages

12 mai 2016 4 12 /05 /mai /2016 18:47
L’équipe de la médiathèque Rostand interpelle Bruno Julliard dans une lettre ouverte sur  « les conditions d’ouverture le dimanche »

Comme leurs collègues de la bibliothèque Hélène Berr, les personnels de Rostand sont « très mécontents de la façon dont a été annoncée cette décision »

La municipalité parisienne veut ouvrir d'ici 2019 - sans concertation aucune - sept nouvelles bibliothèques le dimanche : Parmentier (XIe), Hélène Berr (XIIe), Melville (XIIIe), Aimé Césaire (XIVe), Germaine Tillion (XVIe), Rostand (XVIIIe) et Sabatier (XVIIIe)... Et ce sans effectifs supplémentaires. Une mesure qui ne passe pas tant le réseau parisien est actuellement exsangue (fermetures, réductions d'horaires, etc.) et que plusieurs bibliothèques, qui ouvrent déjà le dimanche, comme Sagan (Xe) ou Duras (XXe), sont dans une situation que l’on peut sans exagérer qualifier de critique !

Et après les personnels de la bibliothèque Hélène Berr (située rue de Picpus dans le XIIe arrondissement), qui avaient interpellé Bruno Julliard pour préciser les conditions sans lesquelles il ne sera pas possible d’ouvrir le dimanche (lire ici), ce sont maintenant les agents de la médiathèque Edmond Rostand (située entre Wagram et la porte de Champerret dans le XVIIe arrondissement) qui se manifestent.

Et les bibliothécaires d’attaquer d’entrée les méthodes d’Anne Hidalgo, pourtant ancienne inspectrice du travail, et de Bruno Julliard, ancien syndicaliste (étudiant certes) : « Nous prenons la parole pour soutenir l’initiative de l’équipe de la médiathèque Hélène Berr et dans le but d’exposer, à notre tour, les conditions indispensables à la mise en place d’un tel projet, en rappelant que l’ouverture du dimanche n’est pas une base contractuelle sur laquelle nous avons été recrutés a priori. Nous sommes très mécontents de la façon dont a été annoncée cette décision. Certains collègues l’ont appris par voie de presse, d’autres via les syndicats. L’annonce est soudaine, opaque et décevante : nous déplorons le manque de préconisation et l’absence de dialogue, que nous trouvons irrespectueux et désolidarisants pour les équipes. Ce lourd silence n’est guère rassurant et entretient un climat d’incertitude que nous ne tolérons plus ! » C’est sûr qu'au niveau du dialogue social à la Ville de Paris, on est à la limite du 49.3 !

Mais surtout, banaliser l’ouverture du dimanche ne passe pas pour une partie des bibliothécaires de la rue Nicolas Chuquet : « Au sein de l’équipe, les avis sont partagés. Dix personnes se sont déclarées fondamentalement hostiles au travail le dimanche, pressenti comme un facteur « de désocialisation, d’isolement et d’usure ». Nous restons convaincus que le dimanche n’est pas une journée de travail comme les autres. En tant que travailleurs du samedi, nous savons déjà que travailler le weekend entraîne un décalage constant avec les rythmes de notre entourage et de la société en général. Cela représenterait une contrainte pour la vie personnelle, d’autant plus forte que nous n’avons pas choisi de travailler le dimanche en connaissance de cause ». Sans oublier que les personnels sont rarement chez eux avant 20 heures en semaine (sauf ceux qui habitent à proximité de leur lieu de travail bien entendu).

Et l’équipe de Rostand de renvoyer la Mairie à ses injonctions contradictoires : « Il faut savoir que dès septembre 2013, par manque d’effectif, nous avons dû supprimer la nocturne du jeudi soir qui permettait à un public d’actifs et d’étudiants d’accéder à nos services plus largement ! ». En effet : les bibliothèques municipales parisiennes réduisent leurs horaires !!! Mais pour la Ville le dimanche c’est sacré... Et sans doute pas pour les bonnes raisons car, comme le rappellent les agents dans leur lettre, « en février 2016, la médiathèque Edmond Rostand a mené une enquête auprès de son public : dans les suggestions libres, il y a plus de répondants qui s’expriment pour des horaires d’ouverture élargis que de répondants qui évoquent le dimanche ». Et effectivement, on demande des ouvertures le lundi, en matinée, ou encore à des horaires normaux pendant les vacances scolaires !!! Mais pas le dimanche. Dur pour Saint Bruno !

L’équipe de la médiathèque Rostand interpelle Bruno Julliard dans une lettre ouverte sur  « les conditions d’ouverture le dimanche »

                                                                           - Dominica sanctus

Mais surtout comment fonctionnerait l’établissement un jour où l’administration est aux abonnées absentes ? Sûr on veut bien l’ouverture du dimanche mais pour les autres. « Nous avons besoin de la présence d’un agent de sécurité, d’un service de nettoyage des locaux, du service d’astreinte pour le bâtiment en cas de problèmes électrique ou dégâts des eaux, du bureau des bibliothèques (BBL) et d’une maintenance informatique » plus évidement la présence obligatoire d'un cadre A. Car comme le rappellent justement l’équipe de Rostand « si le dimanche doit être considéré comme un jour de semaine ordinaire, les services auxquels nous sommes rattachés doivent prendre leurs propres dispositions et faire le nécessaire pour être à nos côtés ». Bien vu !

Et les bibliothécaires de rappeler (comme leurs collègue d’Hélène Berr) les fortes contraintes d’un bâtiment sur quatre niveaux  « qui tous demandent la présence d’agents postés ». « Au regard de l’organisation actuelle de nos plages de service public, ouvrir l’établissement une journée supplémentaire est au-delà de nos capacités. En l’état, la constitution et le nombre d’agents dans l’équipe nous placent trop souvent en situation de sous-effectif et envisager une ouverture le dimanche, c’est d’abord ouvrir des postes de titulaires supplémentaires. Sans cette condition, le travail sur la base d’un dimanche sur cinq ne pourra pas être respecté ». Un ratio pourtant obligatoire…. car fixé par une délibération votée par le Conseil de Paris !

En tout cas favorable ou non à une ouverture dominicale, vu que cela doit se faire sans recrutement supplémentaires les bibliothécaires de Rostand sont unanimes : « nous nous déclarons contre le projet d’ouverture le dimanche dans les conditions annoncées par la municipalité ». Et les personnels de préciser les conditions sine qua non. « Pour déterminer les conditions de travail et d’accueil du public décentes, nous avons fait une simulation sur 2016, nous avons besoin de 28  agents équivalent temps plein, soit cinq titulaires supplémentaires ».  Et encore ce calcul tiens compte du renfort d’un très gros contingent d’emploi étudiant à temps très partiel comme le préconise toujours Bruno Julliard, l’ancien pourfendeur du CPE. Autre revendication, l'augmentation de la prime dominicale à 100 euros net (somme déjà réclamée par les collègues de Yourcenar et Duras en 2008 puis en 2010 et désormais ceux d’Hélène-Berr).

Et en réponse à l’affirmation de la mairie qui la main sur le cœur parle de « volontariat » pour le travail dominical les bibliothécaires pose une question pratique mais qui pourrait bien embêter l’administration. « La possibilité d’une mutation « accompagnée » des agents réfractaires au travail le dimanche a été  évoquée. Le BBL envisage-t-il sérieusement une alternative pour les personnes qui souhaitent travailler dans une bibliothèque fermée le dimanche ? » Pour le moment, selon nos informations, strictement aucune.

Et le personnels de Rostand de porter comme Cyrano l'estocade finale en demandant à ce que cette municipalité de gauche adopte enfin des méthodes progressistes en matière de dialogue social et que « les bibliothèques prochainement concernées par l’ouverture du dimanche soient toutes conviées ensemble à une table de négociation commune où les positions de l’administration seraient annoncées clairement à tous et pourraient former un socle de discussion collective ». À la fin de l’envoi, je touche..

 

          Conditions d'ouverture le dimanche : à Edmond Rostand, on porte l'estocade !

L’équipe de la médiathèque Rostand interpelle Bruno Julliard dans une lettre ouverte sur  « les conditions d’ouverture le dimanche »

                                                          - Et toc ! À la fin de l’envoi, je touche..

Partager cet article

Repost 0
Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans bibliothèques
commenter cet article

commentaires