Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

C'est Qui ? C'est Quoi ?

  • : Le blog de CGT Culture DAC Ville de Paris
  • Le blog de CGT Culture DAC Ville de Paris
  • : Blog du Syndicat CGT Culture de la Direction des Affaires Culturelles de la Ville de Paris.
  • Contact

Qui sommes nous ?

Nous sommes des personnels de la Direction des Affaires Culturelles de la Ville de Paris, travaillant dans les bibliothèques, conservatoires, musées, ateliers des beaux-arts, services centraux...

Nous militons au sein de la CGT pour défendre les droits des salariés, la qualité du service public rendu aux Parisiens.

Pour vous syndiquer, demander conseil, faire des réclamations, envoyer des informations, une seule adresse : daccgtculturegmail.com


Recherche

Pages

5 octobre 2016 3 05 /10 /octobre /2016 09:48
La mairie de Paris veut envoyer paître ses services en charge du patrimoine

Ce sera rue du Pré (ça ne s’invente pas), à la Porte de la Chapelle, loin des lieux où ils sont censés intervenir. A tel point que les personnels se demandent si ce déménagement n’est pas une sanction

C’est une décision qui pourrait paraître anodine mais qui montre bien le mépris de la mairie de Paris envers ses services en charge du patrimoine et de l’histoire, en les envoyant paître rue du Pré (ça ne s’invente pas), à la Porte de La Chapelle. Des services qui s’occupent de la restauration et la préservation des églises et de leurs œuvres dont la Ville à la responsabilité depuis la Loi de 1905, et qui jusqu’à maintenant travaillaient dans le quartier du marais au plus près de la direction des Affaires Culturelles (DAC), leur administration de tutelle. « Une décision incompréhensible et incohérente » pour les professionnels du secteur

« L’ordre est venu d’en haut » a justifié contrite l’administration aux agents furieux et complètement interloqués par cette mesure. « En haut », c'est-à-dire Anne Hidalgo en personne. Il fallait bien faire de la place dans les services de la DAC après que la municipalité parisienne ait vendu l’Hôtel de Coulanges, un superbe hôtel particulier pour le transformer en centre culturel tourné vers la mode et le design avec bien sûr un espace de co-working. Un espace pour jeunes gens chics et connectés. En tout cas, foin de mixité sociale, pas pour des ploucs en charge du patrimoine !

Mais plus grave, en les envoyant loin du centre de Paris, les personnels affirment que cette décision « compromet la réalisation du Plan investissement municipal (PIM) du patrimoine cultuel annoncé par la maire de Paris en octobre 2014, avec pour conséquences la poursuite de la dégradation du patrimoine et des risques d’accidents pour le public ». Une pierre dans le jardin du premier adjoint, Bruno Julliard, lequel vient pourtant d’affirmer benoîtement dans la presse que « la restauration de notre patrimoine est une priorité pour Paris ».

C’est également un énorme gâchis en termes d’organisation et de productivité que va engendrer ce déménagement car dans ce quartier très excentré pour se déplacer à l’Hôtel-de-Ville, via les transports en commun, il faudra compter une heure vingt aller et retour contre vingt minutes actuellement. Mieux, pour certains chantiers comme ceux de l’église Notre-Dame d’Auteuil ou de l’église Sainte-Anne de la Butte aux Cailles comptez plus de deux heures ! Certains agents vont passer jusqu’à quarente-quatre jours de travail par an dans les transports.Pour la sous-direction cela représente mille deux cent jours par an, soit pratiquement la perte de quatre postes à temps complet. Énorme !

La mairie de Paris veut envoyer paître ses services en charge du patrimoine

                    - Bon mon Bruno, j'crois qu tu t'es gouré, faut que tu reprennes ta calculette !

Mais cette décision d’Anne Hidalgo va surtout à l’encontre de l’engagement de la maire laquelle clame sur tout les toits d'églises que « l’administration parisienne doit être exemplaire dans le respect de ses agents en leur assurant des conditions de travail et de qualité de vie au travail pleinement satisfaisantes et respectueuses de leurs missions ». Or, cette décision génère des Risques psycho sociaux (RPS) en termes de cohésion des services et des équipes avec des mises en danger des personnels malmenés dans leur quotidien professionnel, et des risques d’accidents du travail liés au surcroît de fatigue, notamment pour les personnels gérant l’entretien des toitures et clochers des édifices et la restauration des vitraux, peintures murales... A moins que les services de Bruno Julliard et d’Anne Hidalgo s’en fichent comme de tout de ce qui s’apparente de près ou de loin aux vieilles pierres ?

Une véritable interrogation. A tel point que les personnels de se demander si ce déménagement n’est pas une sanction. « Observez que les services qui gèrent la création, l’art contemporain, la nuit blanche, le cinéma, ceux qui sont et budgétairement et médiatiquement les plus avantagés depuis le début de la mandature, c’est le moins que l’on puisse dire, restent au centre de Paris alors que les services gérant le patrimoine, l’archéologie, l’histoire, ceux qui ont fait l’objet de nombreuses polémiques dans les médias (serres d’Auteuil, la halle Freyssinet, Notre-Dame du Lorette, Commission du Vieux Paris), sont finalement sanctionnés, budgétairement et humainement ». On attend la réponse de la mairie sur ces points.

Dans un premier temps, l’intersyndicale CGT/FO/UNSA/SUPAP-FSU/UCP sollicite au nom des personnels concernés par ce déménagement, un rendez-vous dans les plus brefs délais avec la maire de Paris et son adjoint chargé des personnels pour demander l’arrêt immédiat de ce projet et propose de réfléchir à un projet alternatif respectueux des conditions de travail et de qualité de vie au travail… des agents et de… leurs missions. Une demande qui correspond en principe pile-poil aux objectifs affichés par la municipalité parisienne. Sinon, un préavis de grève sera déposé.

Mais si la mairie de Paris veut absolument valoriser la rue du Pré (maudit) nous proposons pour notre part (sans engager l'intersyndicale ) que le haut encadrement de la Direction des Affaires Culturelles (DAC) donne l'exemple et aille se poser du côté de la Porte de la Chapelle. En plus elle fera vraiment de la place car elle emportera dans ses valises notre ancien maire, Bertrand Delanoë, toujours locataire d'un bureau, rue des francs-bourgeois...  au sein de la DAC !

 

La mairie de Paris veut envoyer paître ses services en charge du patrimoine

                     - Désolé Anne, tu peux pas faire ça, car moi aussi je fait parti du patrimoine

Partager cet article

Repost 0
Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans Patrimoine
commenter cet article

commentaires