Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

C'est Qui ? C'est Quoi ?

  • : Le blog de CGT Culture DAC Ville de Paris
  • Le blog de CGT Culture DAC Ville de Paris
  • : Blog du Syndicat CGT Culture de la Direction des Affaires Culturelles de la Ville de Paris.
  • Contact

Qui sommes nous ?

Nous sommes des personnels de la Direction des Affaires Culturelles de la Ville de Paris, travaillant dans les bibliothèques, conservatoires, musées, ateliers des beaux-arts, services centraux...

Nous militons au sein de la CGT pour défendre les droits des salariés, la qualité du service public rendu aux Parisiens.

Pour vous syndiquer, demander conseil, faire des réclamations, envoyer des informations, une seule adresse : daccgtculturegmail.com


Recherche

Pages

8 mars 2017 3 08 /03 /mars /2017 17:48
Il ne fait pas bon être une femme à la Mairie de Paris

                En tout cas quand celle-ci travaille dans une bibliothèque

C’est un secteur à très forte majorité féminine. Pas loin de 70% selon les derniers chiffres officiels de la Mairie de Paris. Des femmes qui finissent souvent leur service à 19 heures et travaillent tous les samedis et aussi de plus en plus souvent le dimanche puisque notre Maire à tous veut étendre le travail dominical à de nouveaux établissements. Des femmes qui sont les moins bien payées de toute l’administration parisienne, car elles travaillent dans les bibliothèques municipales de la Capitale.

Mais vraiment moins bien payées ! Non pas pour ce qui concerne le traitement de base, mais pour toutes les rémunérations annexes appelées dans le jargon administratif « régime indemnitaire ». Même l’administration le reconnait officiellement. Il faut dire que les écarts sont abyssaux entre la filière culturelle et les autres directions de la Ville de Paris. Des différences qui vont de un à quatre avec la filière administrative, par exemple. Pour réparer cette inégalité de traitement, cette injustice surtout, les bibliothécaires demandent donc, via leurs représentants, un rattrapage de ce régime indemnitaire. La revendication présentée est plus que raisonnable puisque les syndicats demandent dans un premier temps de ramener cet écart de un à deux, puis de négocier dans un deuxième temps une augmentation régulière sur les années suivantes pour parvenir à l’égalité de traitement et en finir ainsi avec les discriminations qui témoignent de l’archaïsme et du sexisme bien présents à la Ville.

Si la Mairie de Paris a fait des propositions d’augmentation, celles-ci restent largement insuffisantes et très en deçà de nos demandes pourtant modestes. Et l’équipe d’Anne Hidalgo a beau affirmer sans vergogne dans la presse que « la concertation menée depuis plusieurs semaines a abouti à une augmentation moyenne de 47 % de la prime des agents d’ici à 2020 » le chiffre est trompeur car il faudrait au moins 300% d’augmentation pour arriver à une égalité réelle… Bref, avec de telles affirmations on ne peut que constater qu’il ne fait pas bon être une femme à la Mairie de Paris quand on travaille dans la filière culturelle. Leurs collègues masculins étant bien sûr logés à la même enseigne, notons que dans les bibliothèques de la Capitale un homme est d’ailleurs aussi une femme comme les autres.

Pour protester contre ce traitement, l'intersyndicale (CGT, FO, SUPAP, UCP, UNSA) appelle les bibliothécaires parisiennes à fêter à leur façon la journée du 8 mars, qui est désormais celle du « Droit des femmes », en manifestant leur colère au siège de la Direction des Affaires Culturelles de la Ville de Paris à 10 heures. Anne Hidalgo et son adjoint en charge de la Culture Bruno Julliard et bien entendue, Hélène Bidard, adjointe chargée de toutes les questions relatives à l'égalité femmes/hommes (ou encore à la lutte contre les discriminations ...) sont bien entendu invités à venir fêter avec eux dignement cet événement.

Pour prouver qu’ils ne tiennent pas un double discours du type « Paris aime les femmes, Paris aime l’égalité », ils peuvent aussi apporter des preuves d’amour en faisant des propositions qui  permettraient alors d’arriver à l’égalité homme/femme dans les bibliothèques de la Ville de Paris. Une égalité réelle. Des élues  du Conseil de Paris, de toutes les tendances politiques, ont également été invitées à cette manifestation.

Il ne fait pas bon être une femme à la Mairie de Paris

Partager cet article

Repost 0
Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans bibliothèques Grèves - manifestations
commenter cet article

commentaires

Intersyndicale 22/02/2017 17:31

Madame la Maire de Paris,

                Nous avons l’honneur de vous informer que l’Intersyndicale composée des syndicat CGT, FO,  SUPAP-FSU, UCP, UNSA dépose un préavis de grève  le mercredi 8 mars
- pour en finir avec les discriminations que subissent les métiers féminins et particulièrement ici les métiers des bibliothèques quant à leur régimes indemnitaires.
-Pour défendre un service culturel public de qualité respectant les personnels et leurs conditions de travail

Les revendications défendues sont :

- Une revalorisation notable du régime indemnitaire des personnels,  qui permette de s’aligner sur la filière administrative pour la fin de la mandature tant pour les catégories A et B, qui en sont très éloignées, que pour les C. Aujourd’hui les agents de la Filière culturelle sont les plus maltraités de votre Ville sur ce point. Le mépris et  la discrimination envers les métiers de la culture et majoritairement féminins doivent cesser.

- Le refus de l’ouverture de nouvelles bibliothèques le dimanche dans les conditions actuelles et notamment pour la bibliothèque Hélène Berr dont les effectifs prévus ne permettent ni un bon accueil, ni de bonnes conditions de travail ; Là encore bien souvent, les femmes sont particulièrement victimes des extensions d’horaires, alors leur offrir des conditions de travail correctes est une exigence dont devrait tenir compte la municipalité.
-La création d’au moins 5 postes budgétaires de titulaires pour la seule bibliothèque Hélène Berr comme cela a été voté au CT de la DAC et au CT central, sans redéploiement de postes, les autres établissements du réseau étant pour certains au bord de l’asphyxie est donc nécessaire

C’est pour toutes ces revendications que nos organisations syndicales déposent un préavis de grève  pour le 8 mars 2017, dès la prise de service, selon des modalités pouvant aller de 55 minutes à 24 heures.
Comme la loi le prévoit nous souhaitons être reçu par vous-même pour ouvrir la négociation sur ces points.

Nous vous prions de croire, Madame la maire, en l’assurance de notre considération distinguée.

VlAdimirrrr 22/02/2017 13:19

une belle action dans un corps majoritairement feminin: pas de couille pas de prime. Dans le departement du nord, des travailleuses sociales se sont lancées dans ce combat pour l egalité reELLEs. A discuter avec vos collegues de la dases et du casvp pour le 8 mars...