Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

C'est Qui ? C'est Quoi ?

  • : Le blog de CGT Culture DAC Ville de Paris
  • Le blog de CGT Culture DAC Ville de Paris
  • : Blog du Syndicat CGT Culture de la Direction des Affaires Culturelles de la Ville de Paris.
  • Contact

Qui sommes nous ?

Nous sommes des personnels de la Direction des Affaires Culturelles de la Ville de Paris, travaillant dans les bibliothèques, conservatoires, musées, ateliers des beaux-arts, services centraux...

Nous militons au sein de la CGT pour défendre les droits des salariés, la qualité du service public rendu aux Parisiens.

Pour vous syndiquer, demander conseil, faire des réclamations, envoyer des informations, une seule adresse : daccgtculturegmail.com


Recherche

Pages

15 mai 2017 1 15 /05 /mai /2017 09:13
Les éditeurs veulent se faire du blé sur le dos des bibliothèques

      Quand la SCELF veut transformer l'heure du conte en l'heure du compte

Les bibliothèques vont-elles devoir raquer à chaque fois qu’elles font la lecture aux enfants ou aux adultes (car oui, on fait aussi la lecture à voix haute pour les grands) ? C’est en tout cas le projet de la SCELF (société civile des éditeurs de langue française), laquelle a récupéré la gestion du « droit de lecture » dans les espaces publics.

Et le tarif sera presque aussi salé qu’un plat commandé à la brasserie de la Rotonde puisque la SCELF compte réclamer trente euros minimum pour chaque « heure du conte » qui serait organisée dans les bibliothèques de France et de Navarre. Ça peut vraiment en faire des sous. Et comble de ce que l’on peut qualifier de véritable racket, même pour les auteurs qui viennent lire leur propre texte.... c’est aussi trente euros (toujours minimum) ! À la charge bien sûr des bibliothèques déjà mal en point niveau budget. Désormais, du côté de la SCELF, on veut transformer l'heure du conte en l'heure du compte.

On comprend donc le cri d’alarme (et à haute voix) de nombreux bibliothécaires, d'auteurs, de lecteurs bénévoles, lesquels  ont décidé de lancer un collectif pour protester contre cette mesure qui va à l’encontre même des missions des bibliothèques et de la diffusion de la lecture et de la culture.

« Ce serait une catastrophe, cela remettrait fondamentalement en cause notre travail de médiation de la lecture et de la littérature » affirme ainsi une bibliothécaire du réseau parisien. « Cela remet en cause l’heure du conte bien sûr, mais également tous les accueils et toute la médiation qui est la base de l’activité des bibliothèques, et permet d’aller chercher des publics, que ce soit en jeunesse ou en adulte, éloignés de la lecture » rappelle une autre, horrifiée par ce mercantilisme sans vergogne.

C’est pourquoi la CGT des bibliothèques parisiennes appelle tous les collègues à relayer largement le texte de pétition mis en ligne par le  collectif « Schéhérazade en colère » pour demander à la SCELF de renoncer à son funeste projet. Pour le signer c’est ici.

 

                                      Ce bibliothécaire parisien devra-t-il bientôt lâcher 30 euros ?

Partager cet article

Repost 0
Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans bibliothèques
commenter cet article

commentaires