Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

C'est Qui ? C'est Quoi ?

  • : Syndicat PACS-DAC de la Ville de Paris
  • : Blog du syndicat PACS de la Direction des Affaires Culturelles (DAC) de la Ville de Paris.
  • Contact

Qui sommes nous ?

Nous sommes des personnels de la Direction des Affaires Culturelles de la Ville de Paris, travaillant dans les bibliothèques municipales, conservatoires d'arrondissement, ateliers des beaux-arts, services centraux...

Nous militons au sein du syndicat des personnels administratifs, de la culture et de service (PACS) pour défendre les droits des salariés, la qualité du service public

Pour vous syndiquer, demander conseil, faire des réclamations, envoyer des informations, une seule adresse : daccgtculturegmail.com

 

 

 

Recherche

22 juin 2019 6 22 /06 /juin /2019 10:26
Canicule : Au-delà de 33 degrés, il faut fermer les établissements

Et ce n’est pas nous qui le disons mais rien moins que des experts de la question que sont l’INRS et la CNAM ou encore un spécialiste du droit social

A chaque période de canicule, les bâtiments municipaux parisiens semblent pris au dépourvu. Ainsi lors du dernier coup de chaud qui s'était abattu il y a deux ans sur la capitale, plusieurs bibliothèques avaient dû cesser totalement ou partiellement toute activité comme à Chaptal (IXe), Saint Eloi (XIIe), Colette Vivier (XVIIe), Arkoun (Ve), Romilly (XVIIIe), Sabatier (XVIIIe) ou encore Hélène-Berr(XIIe). D’autres auraient dû légitimement les imiter tant les températures étaient élevées (au minimum 35 °C). Il est vrai que les bâtiments ont été conçus pour un climat « tempéré »... Ce qui devrait normalement être le cas, vu la position géographique de la Capitale. Seulement voilà, désormais les périodes caniculaires seront de plus en plus fréquentes. Et la même question revient à chaque fois que les températures deviennent insupportables : Qu’est ce qu’il faut faire pour assurer un travail dans de bonnes conditions ? Pour les spécialistes en santé-sécurité au travail, la réponse est sans appel : au-delà de 33 °C, il faut fermer les établissements !

Ainsi l’INRS (Institut National de Recherche et de Sécurité) rappelle « qu'au-delà de 30°C pour une activité sédentaire (et 28°C pour un travail nécessitant une activité physique) la chaleur peut constituer un risque pour les salariés ». Et l’institut de préciser que « le travail par fortes chaleurs et notamment au-dessus de 33°C présente des dangers ». De son côté, la Caisse Nationale d’Assurance Maladie (CNAM) recommande, elle aussi, aux responsables d’établissement de faire évacuer le personnel des bureaux quand les conditions d’hygiène et de sécurité deviennent mauvaises, ce qui est le cas quand les températures atteignent les 33°C.

Le problème, c’est qu’une récente note interne du bureau des bibliothèques (BBL) n’admet un « déséquilibre thermique » que pour une température supérieure à... 36°C (donc contre l'avis des vrais spécialistes). D'autant qu'appeler ça un simple « déséquilibre thermique » ça doit être de l’humour de technocrate. Et ces derniers de surenchérir dans le stand up  en précisant que ce « déséquilibre thermique » n’est valable  que « lorsque le travail est pénible (ex : port de charge lourde...) » !  S’il est indiqué que « la décision de fermer l’équipement » peut être prise avant cette température, celle-ci relèverait du « cas par cas » et du chef d’établissement. Bref, à lui ou à elle de se démerder avec ses équipes.

Ceci dit l'administration reste attentive à ses agents puisque elle recommande toutefois à ces mêmes chefs d’établissement de « mettre à disposition un endroit frais (salle rafraîchie ) », et des « dispositifs pour lutter contre la chaleur : climatiseurs, ventilateurs... ». Mais le hic c’est qu’aucun plan d’équipement n’a été prévu à cette effet, la mairie de Paris invoquant un travail de long terme (isolation thermique, végétalisation…) dans le cadre du plan climat et de la réduction des dépenses énergétiques... Et vu la vitesse d’exécution de l’administration parisienne en matière de rénovation bâtimentaire ça nous mènerait sans doute aux alentours de 2040 !

Au dernier comité hygiène et sécurité (CHSCT)  de la direction des affaires culturelles de la Ville de Paris, les représentant-e-s du personnel ont exigé qu’à minima, chaque établissement puisse bénéficier de fontaines à eau fraîche et d’un système pour qu’une pièce soit rafraîchie. Mais, en attendant, la décision de réduire l’amplitude d’ouverture ou même de fermer un établissement ne peut relever des seuls chefs d’établissement qui en matière de santé et de sécurité des agents, sont en première ligne avec leur responsabilité pénale possiblement engagée. A moins de 33° C, pour fermer partiellement ou totalement, on prend en compte divers éléments (présence ou non d’une pièce rafraîchie, qualité de la ventilation, état de santé et ressenti des agents….). Donc à  33°C, on ferme et c’est tout !

Enfin une note de la DRH de la Ville du 29 avril laisse à l’appréciation des Directions de la Ville (et peut-être des chefs d’établissement) le choix de faire rattraper les heures voire les jours de fermeture pour cause de canicule.  Pourquoi ne pas nous imposer des congés « canicule » pendant que l’on y est ? C’est à la Ville et à ses Directions de garantir des conditions de travail décentes aux agents. La flexibilité horaire (ou demain des congés imposés) ne saurait être la variable d’ajustement de l’absence de dispositifs garantissant des températures vivables aux agents.  Alors, comme le recommande l’avocat spécialiste en droit social, maître Rocheblave sur son site, pour éviter toute responsabilité pénale : « Je vous conseille vivement de ne pas ignorer les recommandations de l’INRS et de la CNAM : « Au-delà de 33 °C, évacuez vos salariés » (lire ici).

Canicule : Au-delà de 33 degrés, il faut fermer les établissements
Partager cet article
Repost0

commentaires