Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

C'est Qui ? C'est Quoi ?

  • : Syndicat PACS-DAC de la Ville de Paris
  • : Blog du syndicat PACS de la Direction des Affaires Culturelles (DAC) de la Ville de Paris.
  • Contact

Qui sommes nous ?

Nous sommes des personnels de la Direction des Affaires Culturelles de la Ville de Paris, travaillant dans les bibliothèques municipales, conservatoires d'arrondissement, ateliers des beaux-arts, services centraux...

Nous militons au sein du syndicat des personnels administratifs, de la culture et de service (PACS) pour défendre les droits des salariés, la qualité du service public

Pour vous syndiquer, demander conseil, faire des réclamations, envoyer des informations, une seule adresse : daccgtculturegmail.com

 

 

 

Recherche

29 novembre 2017 3 29 /11 /novembre /2017 11:01
La mairie de Paris en zone inondable avec la bibliothèque Marguerite Durand

            Pour éviter la noyade, Bruno Julliard envoie son équipe écoper !

Le projet de déménagement de la bibliothèque Marguerite Durand (BMD) vers la bibliothèque Historique de la Ville de Paris (BHVP), continue de susciter un tollé, surtout  en cette période de remous autour des violences faites aux femmes (lire ici). C’est même une véritable fronde qui semble trouver des soutiens jusqu’au plus haut sommet de l’Hôtel de Ville ! D’où la panique qui commence à poindre dans l’équipe de Bruno Julliard, le premier adjoint en charge de la culture, à l’origine de ce « funeste projet ».

Dernier épisode : une réunion montée en grande urgence entre les syndicats, les représentants de l’équipe de la bibliothèque Marguerite Durand et l’administration épaulée par les directeurs de cabinets de différents élus. Rédigé dans l’urgence aussi, le petit document de quatre pages avec quelques phrases creuses et de jolis dessins en couleurs est apparu pour le moins léger aux plus charitables des participant.es. Reconnaissons que l’administration, sur la très forte pression des élus, n’a pas ménagé sa peine. Elle est allée jusqu’à faire quelques tours de magie pour transformer les bâtiments exigus de la BHVP en centre de documentation spacieux et parfaitement aux normes pour héberger Marguerite.

En premier lieu, les collections de la bibliothèque Marguerite Durand ne seraient plus dispersées façon puzzle (notamment dans un entrepôt en lointaine banlieue) comme il était prévu à l’origine. « Nous avons récupéré l’ancienne Galerie des bibliothèques, située juste à côté de la BHVP et cette perspective permet de tout conserver sur un seul site sans recours à des magasins extérieurs » clame la municipalité. Surprise des participants, lesquels pensaient que ce lieu était sur le point d’être vendu par la mairie de Paris. « Il y a eu un nouvel arbitrage politique » a alors précisé le cabinet de Bruno Julliard dans son plaidoyer pro domo ! Les fonds iront donc aux sous-sols de cette fameuse galerie. Problème : Comme l’indique le nom du quartier, « Le Marais », désigné ainsi depuis des temps, elle est située en zone inondable ! « Pas du tout, la crue de 1910 si elle a bien touché la BHVP, s’est arrêté juste quelque mètres avant » a alors rétorqué sans rire l’administration, soudain les pieds dans l’eau.

 

        Bibliothèque Marguerite Durand : la mairie de Paris a du mal à garder les pieds au sec

                   -  Comprends pas, on nous avait promis que la crue s’arrêterait juste avant....



C’est alors que des spécialistes de la conservation, visiblement imperméables à l’argument, on demandé « comment le fonds féministe pourrait être conservé dans ces conditions » puisque outre l’éventuelle l’humidité, il a également été noté la probable présence de gaz d’échappement, que l’on sait nocifs pour la conservation, en provenance du parking mitoyen. A cette question visiblement, non prévue par ses services, la mairie est alors restée coite. On s’apercevra vite que le reste est à l’avenant.

Prenons le rez-de-chaussée de la galerie. Des esprits normalement constitués penseraient qu’il ferait office de salle d’accueil et de travail pour que les chercheurs et les chercheuses puissent y consulter tranquillement les documents. Eh bien pas du tout ! Cela n’est pas assez fun pour la municipalité dirigée par Anne Hidalgo qui propose plutôt d'y mettre « un espace ludique pour faire des animations sur le féminisme pour les écoliers parisiens ». Promis, on n’invente rien. Que les esprits chagrins s’arrêtent de chagriner car sachons-le, la bibliothèque Marguerite Durand sera « une vitrine tournée vers la ville (sic) ». Et le cabinet de Bruno Julliard, sans doute porté par l’euphorie  d’ajouter : « notre priorité est l’éducation des enfants pour parvenir à l’égalité entre les femmes et les hommes ». Encore un peu et ils appelaient à rejoindre le Collectif de défense de la BMD !

Et la question de nous tarauder : mais alors où iraient les chercheurs et les chercheuses ?  « Eh bien, dans les locaux de la bibliothèque historique » avoua contrite l’administration. « Cela voudrait-il donc dire que les documents devront être transporté à la main par les personnels en passant par la rue ? » lance alors, candide, une des participantes. Pris de court, le cabinet de Julliard  tente d’écoper : « Euh, nous allons installer une sorte d’ascenseur qui partirait des réserves et irait directement à l’intérieur de la BHVP ». Bien tenté, mais le cabinet a vite perdu de sa superbe lorsqu’on lui a demandé le détail des études techniques de faisabilité et le plan de financement. A ce moment les participants ont alors commencé à vraiment douter du sérieux du dossier. Ils ne sont pourtant pas au bout de leurs surprises.

 

          La mairie de Paris présente la future salle d’accueil de la bibliothèque des Femmes

                                    - Oui mais attention, ce sera tourné vers la ville !



Demandons-nous maintenant où pourraient être situés les bureaux des bibliothécaires. Malheureusement la mairie, dont l’excellence des services est pourtant habituellement saluée, se révèle, là encore, très dépourvue et n’a, pour le moment, pas trouvé mieux pour loger les collègues que… l’ancien appartement d’un conservateur de la BHVP ! (Ce qui ferait donc au passage, après les réserves, la salle de consultation et l’accueil réservé aux animations, un quatrième endroit où devrait s’exercer l’activité de la bibliothèque des Femmes...)

Les représentants du personnels se souviennent pourtant très bien que des projets de création de bureaux au même endroit ont été refusés pour des raisons de sécurité. Le percement d’une issue de secours notamment, avait été refusé par l’architecte des bâtiments de France. La guigne. Mais aujourd’hui, miracle, la mairie affirme que « le problème est réglé, une architecte de sécurité de la Préfecture de Police a été consultée ». Certes, ça ne veut pas dire grand-chose mais qui sait, parfois, sur un malentendu, ça peut passer. C’est alors qu’un esprit taquin demande si l’on pouvait voir « le rapport écrit et signé» de cette spécialiste qui engagerait de facto la Préfecture. Bingo ! Inutile de préciser que le silence tant des cabinets que de l’administration est alors devenu carrément gênant. La représentation fait un flop, on n’y comprend plus goutte, la réunion prend l’eau…

Pour éviter que la Ville de Paris ne sombre dans ce fleuve d’improvisations contradictoires qu’est devenu le dossier Marguerite Durand, les représentants des personnels ont demandé au cabinet de Bruno Julliard de revoir sa (pâle) copie. D’ailleurs la rumeur prétend qu’une réflexion se serait engagée pour proposer enfin un lieu digne de ce nom à la bibliothèque de l’histoire des femmes. Une sage décision. Et seule solution pour l’équipe d’Anne Hidalgo de se mettre au sec et de sortir par le haut du marais de cette histoire qui commence à sentir le moisi en période de révélations hollywoodiennes. En attendant, la pétition bat toujours son plein avec plus de dix mille signataires en provenance du monde entier. Presque un avant goût de 2024 !



                 Bibliothèque des Femmes : Anne Hidalgo va-t-elle maintenir sa position ?

                                           - Heu, ça dépend de qui va venir pour écoper !

Partager cet article

Repost0

commentaires