Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

C'est Qui ? C'est Quoi ?

  • : Syndicat PACS-DAC de la Ville de Paris
  • : Blog du syndicat PACS de la Direction des Affaires Culturelles (DAC) de la Ville de Paris.
  • Contact

Qui sommes nous ?

Nous sommes des personnels de la Direction des Affaires Culturelles de la Ville de Paris, travaillant dans les bibliothèques municipales, conservatoires d'arrondissement, ateliers des beaux-arts, services centraux...

Nous militons au sein du syndicat des personnels administratifs, de la culture et de service (PACS) pour défendre les droits des salariés, la qualité du service public

Pour vous syndiquer, demander conseil, faire des réclamations, envoyer des informations, une seule adresse : daccgtculturegmail.com

 

 

 

Recherche

9 novembre 2017 4 09 /11 /novembre /2017 18:54
Quand la mairie de Paris décide de créer deux catégories de bibliothécaires

Évidemment cette provocation de l’administration passe très mal auprès des personnels concernés, et c’est un euphémisme.

 

Christophe Girard, le nouvel adjoint d’Anne Hidalgo en charge des personnels et surtout du « dialogue social » (selon l’intitulé de sa délégation…), va devoir jouer avec tact pour rattraper la provocation de son administration centrale, laquelle vient de créer deux catégories de personnels des bibliothèques avec un salaire différent malgré un statut identique.

 

L’histoire remonte en fait à ce début d’année, lorsque les bibliothécaires municipaux de la capitale avaient fait grève massivement pour obtenir une revalorisation des primes de la filière culturelle, qui sont les plus basses de toutes les administrations parisiennes. La mobilisation des personnels avait été telle que la mairie de Paris avait alors été contrainte d’ouvrir des négociations pour sortir de cette crise. Et surtout de cette injustice reconnue par l’administration elle-même.

 

Après plusieurs semaines de discussion la Ville de Paris avait alors proposé une augmentation de ces primes de manière significative, même si encore très insuffisante pour revenir au niveau des autres corps de la Ville de Paris. Les personnels attendaient néanmoins les premiers résultats sur leur bulletin de paie du mois d’octobre… Et c’est alors que le pot au rose a été découvert : de nombreux bibliothécaires se sont retrouvés sans revalorisation de primes ! Après enquête, il s’est avéré que la DRH centrale, seule dans son coin, sans jamais en avoir parlé avec les organisations syndicales - ni même avec le reste de l’administration - avait décidé que seuls les agents en poste avant le 31 décembre 2016 bénéficieraient de ce rattrapage !

 

Et pour ceux arrivés depuis janvier 2017 ? Nada ! Ils resteront à l’ancien régime (sec) avec des primes toujours aussi basses. Pour le moment cela concerne une cinquantaine d’agents qui soit viennent d'être promus en catégorie B, soit sont lauréats de concours d'ASBM ou encore en provenance d’une autre collectivité territoriale ou de l’État par voie de détachement. Un chiffre qui ne fera qu’augmenter. Car là où la DRH centrale fait encore plus fort c’est que cela concernera aussi… les futurs bibliothécaires qui arriveront à la Ville de Paris. Si bien qu’avec les départs à la retraite l’ensemble de la filière culturelle pourra dans quelques années se retrouver, niveau primes, à la situation antérieure - que tout le monde reconnaissait pourtant comme particulièrement injuste. Du beau boulot.

 

Évidemment cette provocation de l’administration passe très mal parmi les personnels concernés, et c’est un euphémisme. D’autant plus qu’il n’aurait évidemment pas été question pour nous, représentants des personnels, de créer une filière à deux vitesses, puisque le rattrapage de ces primes devait concerner tout le monde, non seulement les anciens mais aussi les futurs agents qui intégreraient la filière culturelle. Cette décision, si elle était maintenue enfreindrait donc gravement le principe d’égalité de traitement des fonctionnaires placés dans un même corps ou même cadre d’emploi.

 

C’est pourquoi la CGT va contacter l’intersyndicale pour demander un rendez-vous d’urgence auprès de Christophe Girard, afin d’annuler au plus vite cette décision particulièrement inique. Ce sera l’occasion pour lui de montrer que l’intitulé de sa délégation ne sonne pas creux. Et si celui qui fut notre adjoint à la Culture dit vrai, le bon sens devrait vite revenir dans les couloirs de l’Hôtel de Ville : « Je n’ai qu’un désir : trouver des solutions pour sortir des conflits. C’est ma ligne de conduite dans la sphère privée comme dans la vie publique »  déclarait récemment au journal Le Parisien celui que l’on surnomme désormais « le DRH de luxe » (lire ici).

 

        - Allez Christophe montre au p'tit jeune derrière comment tu va te sortir de ce merdier

                    - Pas de problème Anne, les conflits à la culture c'est mon rayon

                 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Bibliothécaire 07/12/2017 15:24

Bonjour,

Pour information, ce problème concerne également les 4 lauréats du concours de bibliothécaire en 2016, dont je fais partie, qui sont pourtant payés par la ville de Paris depuis octobre 2016, mais qui ne sont en poste que depuis avril 2017, car ils étaient en formation à l’Enssib d’octobre 2016 à avril 2017…