Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

C'est Qui ? C'est Quoi ?

  • : Syndicat PACS-DAC de la Ville de Paris
  • : Blog du syndicat PACS de la Direction des Affaires Culturelles (DAC) de la Ville de Paris.
  • Contact

Qui sommes nous ?

Nous sommes des personnels de la Direction des Affaires Culturelles de la Ville de Paris, travaillant dans les bibliothèques municipales, conservatoires d'arrondissement, ateliers des beaux-arts, services centraux...

Nous militons au sein du syndicat des personnels administratifs, de la culture et de service (PACS) pour défendre les droits des salariés, la qualité du service public

Pour vous syndiquer, demander conseil, faire des réclamations, envoyer des informations, une seule adresse : Syndicat-PACS-DAC@paris.fr

 

 

 

Recherche

8 juin 2018 5 08 /06 /juin /2018 15:36

 

Les adhérent.e.s de la CGT de la direction des Affaires Culturelles de la Ville de Paris prennent en fait juste au mot les statuts de leur syndicat

Les adhérents et adhérentes de la section CGT de la direction des Affaires Culturelles de la Ville de Paris, qui travaillent dans les Ateliers Beaux-Arts, les bibliothèques, les conservatoires ou encore les Services centraux, se sont réunis le jeudi 7 juin en assemblée générale. S'appuyant sur les statuts de leur syndicat, qui affirme que « la CGT fait le choix de la démocratie. Elle décide de ses orientations avec les syndiqués (es). Être citoyen dans le syndicat est au cœur de la vie syndicale : donner son opinion, débattre et participer à la prise de décision, s'impliquer dans la vie syndicale » (lire ici le site officiel), les syndiqués de la Culture à Paris ont donc pris cette phrase au mot et adopté à l'unanimité la déclaration suivante. Nous l’adressons à Philippe Martinez, le secrétaire général de la CGT, mais surtout à Baptiste Talbot, le patron de la Fédération CGT des personnels territoriaux.

« A l’automne dernier, lors de leur congrès, les adhérent-e-s du syndicat CGT des Cadres et Techniciens ont opté pour la mise en place d’un comité de liaison permettant de reconstruire l’unité des syndicats CGT de la Ville de Paris suite au départ de l’Union Syndicale (US) des adhérents du Nettoiement et des Affaires Scolaires. Cette position a été ensuite réaffirmée, quelques semaines plus tard, lors du Congrès de l’Union Syndicale, avec la participation pleine et entière du syndicat des Cadres, auquel est rattachée la section des Affaires Culturelles, confirmant ainsi son appartenance à l’US. Évidemment, pour réussir, cette tentative de réconciliation devait s’accompagner de l’aide bienveillante, mais neutre, de la Fédération CGT des Services publics territoriaux.

Or, à partir de janvier, les choix de la Fédération CGT des services publics territoriaux ont malheureusement tourné le dos à la constitution d’un cadre collectif et constructif, notamment en tentant de s’imposer comme seul interlocuteur auprès de notre employeur et de prendre la main sur les moyens de l’Union Syndicale. Sont à citer notamment des tentatives pour s'octroyer les moyens matériels et financiers de l'Union Syndicale, des tentatives pour interdire aux membres de son bureau de se réunir, et enfin des tentatives visant à mettre sous tutelle des syndicats appartenant à l'US refusant ce cadre et ces pratiques autoritaires. Ces syndicats sont désormais menacés par la Fédération d’être expulsés de leur bureau de la Bourse du Travail, mesure accompagnée de l'interdiction de réserver une salle pour réunir les personnels ! Hallucinant mais vrai (voir cette lettre et le communiqué officiel de la CGT de la Ville de Paris ici et ).

Évidemment, nous ne pouvons adhérer à cette « vision de l’unité » qui ne correspond pas aux valeurs propres de notre engagement militant, lequel serait irrémédiablement remis en cause dans sa forme actuelle si ces méthodes - vraiment suicidaires - finissaient par l’emporter. De ce fait, nous, adhérent-e-s CGT et agents de la DAC, qui par ailleurs formons la plus grosse section au syndicat CGT des Cadres et Techniciens, contestons les méthodes de la Fédération et réaffirmons notre appartenance pleine et entière à l’Union Syndicale de la CGT de la Ville de Paris. »

Déclaration adoptée, après amendement, à l’unanimité par les adhérent-e-s de la section CGT de la DAC réuni-e-s ce jeudi 7 juin 2018.

 

 

                            Baptiste Talbot, le président de la fédération CGT des territoriaux

     - Ah mince, y en a qui sont en train de s’apercevoir que j’envoie la CGT dans le mur !!!

Partager cet article
Repost0

commentaires

NN 08/11/2018 17:06

Malheureusement des pratiques de harcèlement ont lieu au sein même de la fédération. BT est le principal responsable puisque protégeant certains contre certaines.

Parole de syndiqué.e. de la DAC 17/06/2018 18:02

Messages envoyés par des syndiqués à Baptiste Talbot (b.talbot@fdsp.cgt.fr) secrétaire de la fédé et Benjamin Gluckstein (benjamin.gluckstein@paris;fr) celui des cadres et dont la signature a été usurpée. Ce sont donc des dizaines de syndiqué.e.s qui se sont exprimé.e.s. Florilège

« Lors de notre dernière journée de formation syndicale, le jeudi 7 juin, avec les autres camarades de la section DAC de la CGT, nous avons évoqué la situation des syndicats CGT à la Ville. Parmi les différentes choses débattues, la question de la demande d’expulsion et les sombres histoires de signature qui y sont associées nous ont paru vraiment consternantes. Nous attendons autre chose de notre participation au syndicat. « 

« Nous avons adopté à l’unanimité une expression commune pour dénoncer des pratiques de la fédération CGT des services publics qui ne nous paraissent, malheureusement, absolument pas démocratiques. »

« Je suis personnellement choquée par les pratiques qui m’ont été relatées. »

« Nous avons le souci et la volonté de continuer à faire vivre l’Union Syndicale CGT des services publics parisiens. »

« Merci de prendre en compte cette expression de nos choix d’adhérents à la CGT. »

« Je vous informe que si la situation n’évolue pas de façon positive je me verrai contrainte de quitter la CGT pour me syndiquer ailleurs. »

Lors de notre dernière journée d’information syndicale le 7 juin 2018, avec les autres camarades de la section DAC de la CGT, nous avons été amenés à faire le point sur la situation des syndicats CGT à la Ville. Parmi les différentes choses débattues, la question de la demande d’expulsion et les sombres histoires de signature qui y sont associées nous ont paru vraiment consternantes. Nous attendons réellement un autre « niveau » dans le cadre de notre participation au syndicat. « 

« Nous avons adopté à l’unanimité une expression commune pour dénoncer des pratiques de la fédération CGT des services publics qui ne nous paraissent, malheureusement, pas démocratiques. Plutôt triste, tout ça. »

« Les luttes de bureau et de pouvoir ne m’intéressent donc pas quand celles-ci ne sont pas préjudiciables pour les syndiqués eux-mêmes »

« J’apprends avec stupeur que des camarades ont produit une lettre avec l’utilisation de signatures sans accord préalable, c’est-à-dire sans l’accord et l’autorisation des signataires, lettre visant à bloquer l’accès à des salles de réunion et que des menaces physiques ont été perpétrées par des camarades du syndicat du nettoiement outre des violences verbales répétées. »

« Vu l’état de la société, vu l’état du syndicalisme en France, et donc celui de la CGT, je ne peux que constater l’aspect suicidaire de tels comportements. J’espère que tout cela se réglera dans le respect des valeurs qui ont fait la grandeur de la confédération et qui j’espère continuera de l’habiter. « 

« J’ai adhéré à la CGT en octobre 2017 parce que c’est pour moi le syndicat le plus engagé et combatif, tout en restant respectueux et solidaire, à la DAC. »

« Je tiens à vous signaler que c’est grâce à l’action et la compétence des délégués sur le terrain que je me suis syndiqué à la CGT. »

Tourtaux 11/06/2018 00:09

Les pratiques douteuses et nauséabondes de ce parasite ne datent pas d'hier.
C'est lui qui a torpillé le très combatif et très efficace syndicat CGT du Conseil Général du Nord (59) dont j'étais en relation fraternelle avec plusieurs militant-es. Une camarade qui abattait un travail militant colossal m'envoyait pour publication sur mon blog tous les articles et communiqués du syndicat.
Les pratiques utilisées contre les camarades n'avaient rien à envier à celles des voyous puisque le syndicat a eu son matériel informatique détruit pour empêcher tout travail militant des camarades.
Le but de ces pratiques mafieuses était d'éjecter les camarades dirigeants du syndicat pour les remplacer par des "bras morts" pro-PS.
Baptiste Talbot et ses semblables ont décapité la tête du puissant syndicat CGT du CG 59. Ma camarade est je crois maintenant syndiquée à la CNT.

Un syndiqué CGT de la Ville de Paris 10/06/2018 17:14

Bravo aux collègues syndiqués de dénoncer ces pratiques mafieuses et de briser l'omerta

Car en effet que signifie méthodes ??!! Quel est cet autoritarisme d’opérette ? Elles n’appartiennent en aucune manière à une organisation qui se revendique du mouvement ouvrier, de la démocratie sociale et de la lutte des classes !

Et vous pensez qu’après, en agissant de la sorte, on va pouvoir convaincre les agents de voter CGT aux élections professionnelles ? Vous pensez sérieusement qu’interdire à des militants de faire des réunions à la Bourse pour organiser la mobilisation des agents et défendre leurs intérêts face à la politique anti sociale de la Ville de Paris va nous permettre de recruter ?

Mais c’est exactement l’inverse qui va se produire si on continue sur cette voie avec ces pratiques et agissements ! Et la prochaine étape, c’est quoi ? On fait appel à Préfecture et aux CRS pour déloger physiquement les militant.e.s CGT ?