Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

C'est Qui ? C'est Quoi ?

  • : Syndicat PACS-DAC de la Ville de Paris
  • : Blog du syndicat PACS de la Direction des Affaires Culturelles (DAC) de la Ville de Paris.
  • Contact

Qui sommes nous ?

Nous sommes des personnels de la Direction des Affaires Culturelles de la Ville de Paris, travaillant dans les bibliothèques municipales, conservatoires d'arrondissement, ateliers des beaux-arts, services centraux...

Nous militons au sein du syndicat des personnels administratifs, de la culture et de service (PACS) pour défendre les droits des salariés, la qualité du service public

Pour vous syndiquer, demander conseil, faire des réclamations, envoyer des informations, une seule adresse : daccgtculturegmail.com

 

 

 

Recherche

8 avril 2019 1 08 /04 /avril /2019 07:37

 

Même l’adjoint à la Culture d'Anne Hidalgo approuve cette proposition de la CGT

C’est une idée qui semblait aller de soi. Faut croire que non. Elle a tout de même été présentée au Comité Technique de la Direction des Affaires Culturelles, puis adoptée à l’unanimité de ses membres élus. Mieux, elle a même été soutenue avec force par celui qui présidait cette séance : rien moins que l’adjoint à la Maire de Paris en charge de la Culture, Christophe Girard. C’est dire que le moment a été d’importance !

Le texte en question ? Le voici : « Pour faire face à l’afflux du nombre des élèves fréquentant les conservatoires et appliquer la volonté politique de la Maire de Paris, le Comité Technique de la Direction des Affaires Culturelle demande que l’exécutif municipal mette en place une filière de personnel technique - régisseurs lumière et son, afin d’assurer la mission d’éducation artistique à destination d’un public toujours plus large, sur site ou hors les murs, dans des conditions d’excellence affichée par les élu.e.s » Difficile en effet pour l’exécutif parisien de ne pas y souscrire. C’est qu’il y urgence.

Car si la politique de la Mairie de Paris, d’impulser une ouverture des conservatoires municipaux de la Capitale vers de nouveaux publics a été rapidement mise en place, « aux forceps » et a visiblement été atteinte, notamment lors de l’Aménagement des Rythmes Éducatifs mis en place par le Gouvernement il y a cinq ans, cette réussite pourrait bientôt être remise en cause. Car après la réforme liée à l’Aménagement des Rythmes Éducatifs, voici la réforme liée au PSM (Parcours de Sensibilisation Musicale) qui consiste à accueillir dans les conservatoires les 17000 élèves parisiens scolarisés en CP en proposant des ateliers, des concerts et toute idée créative … Réforme qui part d’un bon sentiment mais rencontre des difficultés et devra être revue à la baisse du fait du manque criant d’une catégorie socio-professionnelle : les régisseurs – il faut des régisseurs qualifiés son, lumière, plateau, ayant un métier préalable à leur arrivée dans les conservatoires, munis des habilitations inhérentes à ce métier.

Il ne faudrait pas oublier les 22 600 élèves des conservatoires qui se produisent sur scène dans leur conservatoire ou exportent leur talent et font vivre la culture dans des lieux toujours plus insolites à la grande joie des édiles parisiens. D’autant plus que la dernière réforme a contraint les conservatoires à augmenter leur amplitude de travail, allant de 8h45 à 22h30. À souligner également, pour ceux qui finissent à 22h30, l’absence totale de restaurant administratif.

Tout ça parce que la Direction des Affaires Culturelles de la Ville de Paris n’arrive pas à concevoir une fiche de poste spécifique, qui pourtant existe pour le Conservatoire à Rayonnement Régional (CRR), géré par la même administration ! Du coup, les conservatoires municipaux qui ont un auditorium s’organisent avec des fiches de poste fourre-tout…

Pour pallier cette grave carence, il est désormais urgent de mettre en place la création d’une véritable filière de régisseurs pour les conservatoires de la Ville de Paris avec une vraie fiche de poste qui corresponde à un métier d’agents qualifiés et diplômés. Il faut aussi permettre une véritable déprécarisation de certains agents en activité recrutés sous le régime de contractuels et souvent à temps très partiel. Au vu de la prise de position publique de Christophe Girard, il est maintenant plus que temps pour la mairie de Paris de se mettre au diapason.

 

 

          Pour de véritable professionnels son et lumière dans les conservatoires parisiens

                                                           - Que la lumière soit !

Partager cet article

Repost0

commentaires