Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

C'est Qui ? C'est Quoi ?

  • : Syndicat PACS-DAC de la Ville de Paris
  • : Blog du syndicat PACS de la Direction des Affaires Culturelles (DAC) de la Ville de Paris.
  • Contact

Qui sommes nous ?

Nous sommes des personnels de la Direction des Affaires Culturelles de la Ville de Paris, travaillant dans les bibliothèques municipales, conservatoires d'arrondissement, ateliers des beaux-arts, services centraux...

Nous militons au sein du syndicat des personnels administratifs, de la culture et de service (PACS) pour défendre les droits des salariés, la qualité du service public

Pour vous syndiquer, demander conseil, faire des réclamations, envoyer des informations, une seule adresse : Syndicat-PACS-DAC@paris.fr

 

 

 

Recherche

9 juillet 2019 2 09 /07 /juillet /2019 07:23
La bibliothèque Jacqueline de Romilly (XVIIIe) retrouve enfin de l'air après un an de fermeture

Elle rouvre après de longs travaux de mise aux normes obtenus après une alerte des personnels et l’opiniâtreté de la CGT

Bien que toute neuve, elle était fermée depuis plus d’un an pour cause de pollution interne après que des analyses officielles avaient révélé un taux de bactéries très élevé dans l’environnement, notamment les bureaux des personnels, et que le système d’aération défaillant n’était pas en mesure de les évacuer. Il est vrai que la bibliothèque Jacqueline de Romilly, située dans le quartier de la Porte Montmartre (XVIIIe), cumulait les ratés depuis six ans, date de son inauguration et était devenue le symbole de ne ce qui faut pas faire en terme de bâtiment (voir ici).

Cette longue fermeture remonte donc à l’été dernier après une alerte lancée par les personnels, relayée par notre syndicat, qui avait amené à saisir le Comité Hygiène et Sécurité (CHSCT) de la direction des affaires culturelles de la Ville de Paris. En effet, c’était bien la santé des agents et du public qui était clairement remise en cause dans ces espaces véritablement pollués avec un système d’approvisionnement d’air complètement défaillant au regard de la surface d’un tel bâtiment composé uniquement de baies vitrées…. qui ne s’ouvrent pas !. Même la médecine du travail avait alerté la Mairie de Paris. Ses conclusions envoyées à l’administration étaient, elles aussi, sans appel : « les conditions de confort thermique et de renouvellement d'air  dans cet établissement ne semblent pas respecter les critères compatibles avec la préservation de la santé ».

Au départ, les services de la mairie pensaient que cette fermeture ne durerait pas plus de trois mois. Une annonce qui nous semblait à l’époque bien prématurée, en tout cas très optimiste, car pour rouvrir la bibliothèque Jacqueline de Romilly dans des conditions enfin correctes, cela ne pouvait être qu’après de très très gros travaux de mise aux normes. « Un chantier titanesque de plusieurs mois sans doute ! » écrivions-nous d’ailleurs à l’époque (voir ici ). Nous avions vu juste car elle rouvrira finalement après bien des péripéties le mardi 16 juillet à 13 heures.

Pendant ce long laps de temps de porte close, la mairie de Paris a dû tordre le bras à de nombreux intervenants (architectes, entreprises, service technique…) pour arriver à faire de véritables travaux permettant un fonctionnement viable de l'établissement .Mais bon, finalement le résultat est là, qui se traduit par l’installation de trois grandes fenêtres dans le bureau des bibliothécaires et d’une autre dans la « salle enfance » qui était très chaude d’habitude. Mieux, une climatisation a été installée dans les bureaux du personnel et dans la salle de travail silencieuse.

Et les bibliothécaires de Romilly de témoigner : « Nous sommes vraiment très contents du résultat, il fait bien frais dans les bureaux, sans courant d’air et c’est vraiment mieux qu’avant, y compris dans la plupart des espaces de lecture ». Bref, si certains, mal intentionnés, accusent souvent les syndicats de faire du vent, dans ce cas précis, c’est on ne peut plus vrai. Pour le plus grand bénéfice des personnels concernés.

 

 

                                                   A Romilly, on respire enfin grâce à la CGT

      

Partager cet article
Repost0

commentaires