Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

C'est Qui ? C'est Quoi ?

  • : Syndicat PACS-DAC de la Ville de Paris
  • : Blog du syndicat PACS de la Direction des Affaires Culturelles (DAC) de la Ville de Paris.
  • Contact

Qui sommes nous ?

Nous sommes des personnels de la Direction des Affaires Culturelles de la Ville de Paris, travaillant dans les bibliothèques municipales, conservatoires d'arrondissement, ateliers des beaux-arts, services centraux...

Nous militons au sein du syndicat des personnels administratifs, de la culture et de service (PACS) pour défendre les droits des salariés, la qualité du service public

Pour vous syndiquer, demander conseil, faire des réclamations, envoyer des informations, une seule adresse : Syndicat-PACS-DAC@paris.fr

 

 

 

Recherche

17 septembre 2019 2 17 /09 /septembre /2019 07:15
La mairie de Paris va-t-elle priver ses agents de mutuelle santé ?

              Une belle boulette que n'avait pas vu venir les services d'Anne Hidalgo !

C'est ce qu'on appelle un sacré couac. Une boulette qui en tout cas n'était pas prévue par les services de la Ville de Paris. Et qui pourrait priver une partie de ses agents d'une couverture santé alors qu'elle est un des principaux employeur du pays. Plutôt gênant

Un couac qui part d'un fait à priori complètement anodin, l 'histoire d'un simple débat technique réservé en général aux seuls spécialistes qui est de passer un accord d'exclusivité avec une société d'assurance pour proposer aux agents municipaux parisiens une couverture « prévoyance ». Oui, mais attention  pas une prévoyance « santé ». Et c'est là que la bombe à retardement s'est mise en place.

En effet, pour la plupart des gens avoir une assurance prévoyance, c'est tout bonnement avoir ce que l'on appelle dans le jargon une mutuelle, laquelle rembourse les frais médicaux qui ne sont plus pris en charge par la sécurité sociale. Souvent cette mutuelle a aussi un volet « prévoyance » ce qui consiste à assurer un maintien du salaire en cas de longue maladie ou couvrir les risques de décès, d’invalidité, qui ne seraient pas pris en charge par un contrat de base… sauf que pour beaucoup ça fait un peu partie de la même chose. Et c'est là que ça complique.

Il y a quelques jours à peine les soixante mille agents de la Ville de Paris reçoivent à leur domicile un bien curieux courrier. Une proposition de la société de courtage, Collecteam de souscrire cette fameuse prévoyance au profit du géant de l'assurance, Allianz. Plus curieux encore le dit courtier est en possession de toutes les coordonnées des agents de la capitale avec nom, âge, adresse et profession. Une vraie mine d'or pour ces spécialistes du Big Data. Certains susurrent même que ce serait les services municipaux qui auraient laissé fuiter eux même ce fichier !  On n’ose le croire ; Il est vrai cependant  que sur les différents documents envoyés certains sont estampillés du logo officiel... de la Ville de Paris ? Usage de faux ? On laissera à Anne Hidalgo le soin de répondre à cette interrogation. Ce qui ne devrait donc pas tarder vu le problème législatif que cela pose dans le domaine des protections personnelles et du respect de la vie privée. Mais s’il n’ y avait que ça…  

Car stupeur, les agents ont aussi la surprise de découvrir dans cet envoi, dont on ne sait plus trop désormais s'il est d'origine municipale ou pas, une lettre type pour résilier son ancien contrat de prévoyance. À envoyer directement  bien sûr au nouveau prestataire qui se chargera ensuite du reste avec l'efficacité que l'on imagine. Mais comme on l'a dit plus haut ce nouveau contrat ne prends pas en charge les frais médicaux ce que le courtier, faux nez d'Allianz, se garde d'ailleurs bien de préciser dans sa brochure. Si bien que si des agents envoient malheureusement ce courrier de résiliation ils seront probablement illico privés de mutuelle. Un peu comme ces usagers qui découvrent un jour qu'ils ont changé de fournisseur d' électricité avec un contrat plus cher après avoir reçu un démarcheur à domicile.

Un bug que la Ville de Paris n'avait donc pas vu venir et qu'elle tente en catastrophe de réparer. « Ne résilier pas votre mutuelle, seulement votre prévoyance » dit-elle désormais lors de réunions d'information montées à la hâte avec Collecteam. sans doute trop tard pour certains agents qui avaient évidemment comme la majorité un numéro de contrat unique.

Pour corser le tout cette histoire pourrait aussi à l'avenir ressembler aux emprunts « toxiques » qui ont plombé il y a peu  les finances de nombre de collectivité dans l'hexagone puisque le désormais fameux courtier a dans la passé augmenté tous les tarifs de 30 à 40 % sans crier gare. Un lièvre soulevé dans un communiqué par l'Union syndicale CGT des Services Publics Parisiens.et confirmé par la Gazette des Communes (lire ici).  Alors un conseil ne résiliez rien du tout car vous risqueriez de perdre votre mutuelle. Et si vous aviez déjà une assurance prévoyance gardez là. De son côté la mairie de Paris risque d’avoir du souci à se faire si des agents qui ont renvoyé par erreur la lettre type tombent malades. Avec le risque ensuite de plonger dans la précarité ?

 

 

                                      La mairie de Paris va-t-elle priver ses agents de mutuelle santé ?

                                    - Ouch, la CGT vient à nouveau de soulever un lièvre

  - Alors  là ma chère Anne, je te le dis d'emblée, ça ne peut être que toi ma candidate pour Paris !

Partager cet article
Repost0

commentaires