Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

C'est Qui ? C'est Quoi ?

  • : Le blog de CGT Culture DAC Ville de Paris
  • : Blog du Syndicat CGT Culture de la Direction des Affaires Culturelles de la Ville de Paris.
  • Contact

Qui sommes nous ?

Nous sommes des personnels de la Direction des Affaires Culturelles de la Ville de Paris, travaillant dans les bibliothèques, conservatoires, musées, ateliers des beaux-arts, services centraux...

Nous militons au sein de la CGT pour défendre les droits des salariés, la qualité du service public rendu aux Parisiens.

Pour vous syndiquer, demander conseil, faire des réclamations, envoyer des informations, une seule adresse : daccgtculturegmail.com


Recherche

Pages

6 janvier 2020 1 06 /01 /janvier /2020 08:57
Ouverture des bibliothèques le dimanche : la mairie de Paris en marche vers un conflit social en pleine campagne des municipales ?

Un préavis de grève reconductible pour tous les dimanches vient d'être déposé à compter du dimanche 19 janvier. Toutefois l’intersyndicale propose d’ors et déjà à Anne Hidalgo et Christophe Girard une solution pour éviter ce conflit  

On ne pourra pas dire qu’Anne Hidalgo et Christophe Girard son adjoint à la culture n’auront pas été alertés par l’ensemble des organisations syndicales sur le risque d’un conflit de grande ampleur vu les conditions proposées par la municipalité parisienne  pour l’ouverture dominicale des bibliothèques Jean-Pierre Melville située dans le quartier de Tolbiac-Olympiades (XIIIe) et Robert Sabatier, située elle à proximité de la mairie du XVIIIème arrondissement. Pourtant les personnels de ces deux établissements ne demandaient pas la lune. Juste de bonnes conditions de travail et des moyens corrects pour ouvrir un jour supplémentaire notamment en termes d’effectif (voir ici)

Visiblement la mairie de Paris s’en fout puisqu'elle a décidé de passer en force et d’ouvrir le dimanche la médiathèque Melville dès la mi-janvier dans des conditions inacceptables. C’est que, jugez vous-même, la municipalité ne propose rien moins que de fonctionner avec moins d’agents titulaires…. qu’il y a encore cinq ans ! Alors que cet établissement avait à l’époque  un jour de moins d’ouverture au public. Une attitude incompréhensible de la part d’Anne Hidalgo. Au risque surtout de provoquer un conflit majeur alors qu’elle sera à ce moment-là en pleine campagne pour sa réélection.D’autant que les autres bibliothèques municipales de la capitale déjà ouvertes le dimanche - Truffaut (Ier), Canopée (Ier), Sagan (Xe), Helène Berr (XIIe), Yourcenar (XVe), Rostand (XVIIe), Duras (XXe) – devraient aussi entrer dans la danse car les sujets qui fâchent ne manquent pas.

C'est qu'elles aussi subissent, diversement certes, des dégradations de leurs conditions de travail. Si, par le passé, les mobilisations avaient permis d’encadrer les conditions d'ouverture du dimanche, nombre de règles non écrites se sont perdues, en particulier la définition d’effectifs seuils (nombre de titulaires) en dessous duquel un établissement ne peut ouvrir. Et force est de constater que depuis un certain temps ces glissements sont nombreux. Ainsi de grands établissements ont pu ouvrir avec peu d’agents titulaires et donc en dessous du seuil minimum de sécurité et même parfois sans cadre A pour occuper les fonctions de responsable… Pour les prochaines ouvertures des bibliothèques Melville et Sabatier la mairie de Paris voudrait désormais officialiser ses reculs. Difficile à accepter.

Autre revendication des personnels : la revalorisation de la prime dominicale, laquelle n'a pas bougé depuis plus de dix ans malgré le coût de la vie dans ce qui est une des capitales les plus chères du monde selon nombre d'études officielles. Actuellement de cent euros (brut) les bibliothécaires réclament que cette prime soit  revalorisée à 150 euros net. Pour le moment la mairie de Paris a refusé d’ouvrir des négociations avec l’intersyndicale (CGT-FO-SUPAP-UCP) malgré ses multiples demandes.

Un préavis de grève pour toutes les bibliothèques qui travaillent le dimanche vient donc d'être déposé à partir du dimanche 19 janvier. Et reconduit pour les dimanches suivants si Anne Hidalgo et Christophe Girard ne proposent aucune solution notamment la création de cinq postes supplémentaires d’agents titulaires (dont au moins deux de cadre A) pour les bibliothèques Melville et Sabatier et bien sûr la revalorisation de la prime pour le travail du dimanche (voir dans la rubrique commentaire l’intégralité de l’appel de l’intersyndicale).

De son côté, l’exécutif affirme faussement qu’il ne peut plus prendre de décisions à trois mois des élections. Dans ce cas l’intersyndicale lui propose d’ors et déjà une sortie de conflit : reporter pour la prochaine mandature l’ouverture dominicale des bibliothèques Melville et Sabatier le temps de trouver une solution avant l’élaboration du prochain budget municipal qui sera ensuite soumis au Conseil de Paris. On attend désormais la réponse de nos chantres du dialogue social. Quelle que soit l’attitude de la mairie de Paris, les bibliothécaires de la capitale ont, de toutes façons, prévu de se retrouver en assemblée générale le jeudi 9 janvier de 10h à midi à la  Bourse du travail (3, rue du château d'eau - M° République) pour faire le point sur les réponses municipales.

 

 

   Ouverture des bibliothèques le dimanche : la mairie de Paris en marche vers un conflit social ?

                                   - Alors ma chère Anne, comme mon Manu, ne vois- tu rien venir ?

Partager cet article

Repost0

commentaires

Intersyndicale 21/12/2019 11:35

ravail du dimanche dans les bibliothèques; Appel à mobilisation de tout le réseau !


Si par le passé les mobilisations avaient permis d’encadrer les conditions du travail du dimanche, nombre de règles non écrites se sont perdues, en particulier la définition d’effectifs seuils (nombre de titulaires) en dessous duquel un établissement ne peut ouvrir.
Les glissements sont nombreux. De grands établissements ont pu ouvrir avec peu d’agents titulaires, avec moins de titulaires que de suppléants, sans cadre A… Et avec des effectifs serrés, les missions des agents titulaires peuvent peu à peu être effectuées par des étudiants présents un week-end sur deux, le dimanche puis le samedi…

A l’occasion de la réouverture le dimanche de JP Melville et de Sabatier, la DAC voudrait officialiser et banaliser la fin de tout cadre protecteur avec notamment des recrutements insignifiants (alors que les volumes horaires augmentent sensiblement), et l’extension officialisée à des agents de catégorie B (ASBM S ou E) de la responsabilité des établissements le dimanche.

Réunis en Assemblée Générale ce jeudi 28 novembre à l’appel de l’Intersyndicale DAC (CGT FO SUPAP-FSU UCP), les agents du réseau des bibliothèques appellent à la mobilisation :

a) Pour les établissements Jean-Pierre Melville comme pour Robert Sabatier (ouverture en 2020) :
- La création de 5 postes supplémentaires d’agents titulaires (dont au moins 2 postes de cadre A) pour chaque établissement (et pas seulement 2)
et pas seulement 2 créations postes de titulaires et le recours à 3 agents de l'équipe de remplacement (recours qui risque de désorganiser encore davantage les services, l'équipe de remplacement dont le réseau a besoin).
- La direction de ces deux établissements et des équipes confiée à des cadres A le dimanche.
Pour ces établissements comme pour les autres, le cadre A absent un dimanche doit être remplacé (cadres de secteur).

b) Pour tous les établissements « du dimanche », l’inscription officielle dans les délibérations du conseil municipal de règles opposables qui garantissent, si besoin est, une protection aux agents et aux équipes (la seule règle opposable existante étant celle du travail un dimanche sur 5).
- l’établissement de seuils clairs en nombre d’agents titulaires au-dessous duquel ils ne peuvent pas ouvrir le dimanche (et jamais moins de titulaires que de vacataires). Ces seuils propres à chaque établissement devant avoir un caractère officiel pour tout le réseau et pouvant être intégrés dans un protocole d’établissement concernant le travail du dimanche.
- Des règles communes et protectrices pour les étudiant-e-s travaillant un week-end sur deux (périmètre des tâches, heures de travail et rémunération).
Les personnels demandent à la Ville de Paris de mettre en œuvre la décision prise à l’unanimité du CHSCT d’une expertise indépendante sur l’impact du travail du dimanche sur les agents (santé, conditions de travail : conciliation vie professionnelle et vie personnelle/familiale, risques psycho-sociaux, risque incendie, sécurité…).

c) la revalorisation de la prime dominicale à 150 euros net, soit 185 euros brut (celle-ci n’a pas été augmentée depuis 10 ans).
Pour tous les agents travaillant dans un cycle de travail hebdo comprenant le dimanche (titulaires à temps complet ou à temps partiel mais aussi contractuels présents en semaine).
Les délibérations passées accordaient cette prime à tous. Certains non titulaires en ont été privés et d’autres ont touché à la place une bonification indiciaire pas forcément équivalente. Des mesures de rétroactivité doivent s’appliquer.

Désormais près d’un tiers des personnels des bibliothèques travaille dans des établissements ouverts le dimanche, un agent sur trois ! Proportion qui pourrait encore augmenter à l’avenir. Cette situation limite les possibilités de mobilité et de plus en plus le choix de travailler ou pas le dimanche. Ces revendications concernent donc l’ensemble des agents du réseau des bibliothèques. Les exigences des personnels portées par les syndicats dans les instances n’ont eu aucune réponse positive.

C’est pourquoi, en l’absence de toute avancée et sur la base de ces revendications,
les personnels décident :..

- De se retrouver lors d’une nouvelle AG le jeudi 9 janvier de 10h à 12h
(Salle Eugène Varlin Bourse du travail rue du château d'eau M° République)
- d’engager un mouvement de grève reconductible de dimanche en dimanche
à partir du dimanche 19 janvier, premier dimanche d’ouverture de JP Melville.