Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

C'est Qui ? C'est Quoi ?

  • : Syndicat PACS-DAC de la Ville de Paris
  • : Blog du syndicat PACS de la Direction des Affaires Culturelles (DAC) de la Ville de Paris.
  • Contact

Qui sommes nous ?

Nous sommes des personnels de la Direction des Affaires Culturelles de la Ville de Paris, travaillant dans les bibliothèques municipales, conservatoires d'arrondissement, ateliers des beaux-arts, services centraux...

Nous militons au sein du syndicat des personnels administratifs, de la culture et de service (PACS) pour défendre les droits des salariés, la qualité du service public

Pour vous syndiquer, demander conseil, faire des réclamations, envoyer des informations, une seule adresse : Syndicat-PACS-DAC@paris.fr

 

 

 

Recherche

5 novembre 2020 4 05 /11 /novembre /2020 15:08
Covid : une nouvelle bibliothèque parisienne touchée par le virus !

ll y a au minimum un cas positif avéré et cinq cas contacts. Mais d'autres pouraient se rajouter

Alors que la pandémie s'aggrave, que le gouvernement a décrété, après un couvre feu, un nouveau confinement, la Ville de Paris fait feu de tous bois pour ouvrir ses bibliothèques, avec une administration qui fait pression sur l'ensemble des chefs d'établissement du réseau parisien.

Des méthodes qui toutefois n'arrêtent pas la contamination puisque l'on vient d'apprendre que la médiathèque Jean-Pierre Melville, située dans le quartier de Tolbiac, dans le XIIIeme arrondissement, a dû cesser toute activité après la découverte d'un cas positif sur un de ses agents avec pour corollaire cinq cas contact dans les rangs de l'équipe. Toutefois selon les dernières infos, d’autres cas pourraient s’ajouter.

De quoi inquiéter les collègues de Melville qui « dans ce contexte inédit de crise sanitaire, trouvent que la protection des agents n'est pas suffisamment prise en compte ».« Il ne faudrait pas oublier que nous sommes en confinement et non pas en déconfinement... et que le virus circule comme jamais ! » Ce qui est parfaitement exact si l'on en croit les derniers chiffres de Santé Publique France.

La médiathèque Jean-Pierre Melville est donc la énième bibliothèque de la capitale à rejoindre les établissements touchés par la Covid-19 après Duras (XXe), Yourcenar (XVe), Sorbier (XXe), Goutte d'Or (XVIIIe), Sagan (Xe), Malraux (Vie), Louise Michel (XXe), Couronnes (XXe) ou encore Oscar Wilde (XXe). Pendant ce temps là, la direction des affaires culturelles de la Ville de Paris fait comme si de rien n'était.

 

 

                          Covid : les bibliothèques parisiennes encore une fois touchée par le virus !

      - Mais Anne comment arrives tu à un tel désastre sanitaire dans ton champs de compétence ?

 - Ben j’essaie de suivre ton exemple mon cher Jeannot, car tu es une de mes idoles en politique !

Partager cet article
Repost0

commentaires

CGT DAC 05/11/2020 18:22

Lettre ouverte à l'attention de Madame Carine Rolland élue adjointe à la culture et présidente du CT de la DAC et de Madame Karen Taïeb, élue adjointe au patrimoine et présidente du CHSCT de la DAC.

Au lendemain du CHSCT de la DAC, nous apprenons que le Bureau de bibliothèques (BBL) qui souhaite rouvrir les bibliothèques ce samedi, évoque le décret pour dire aux responsables que les bibliothèques et médiathèques peuvent ouvrir leurs espaces d'accueil (à raison d'une jauge de 4m2).

Nous nous étonnons d'un discours qui ne correspond pas aux déclarations faites lors de ce CHSCT, en particulier de la part de Karen Taïeb.

Cette communication nous semble ainsi contradictoire avec l'idée affirmée par ailleurs par le BBL d'éviter la manipulation des documents par les usagers (en ce qui concerne les sélections). Comment éviter la manipulation des docs si les espaces d'accueil sont ouverts au public ?

Précisons au passage (ce que ne dit pas la communication du BBL) que cette jauge est de 4m2 "libre de meubles. Il s'agit donc d'appliquer cette norme à la surface qui reste lorsque la surface occupée par le mobilier a été soustraite.

Alors que le site de la préfecture continue à dire que les établissements de type S dont font partie les bibliothèques et médiathèques sont fermés au public, nous nous inquiétons d'une communication qui, en l'absence de tout protocole sanitaire, ajoute de la confusion et ouvre la porte à un bricolage établissement par établissement.

Concernant les sélections de documents qui pourraient être mis à disposition du public dès samedi, le BBL explique qu'une "réflexion" est en cours pour éviter les manipulations par les usagers.

De nouveau, nous ne pouvons que déplorer l'improvisation, la précipitation, et l'absence de protocole sanitaire pour une réouverture prévue dans 2 jours.

Nous ne pouvons que déplorer aussi la mise à l'écart du CHSCT alors que cette réflexion s'appuierait sur une visite dans une bibliothèque avec la MISST (Inspection Santé Sécurité au Travail) et le BPRP, (Bureau de Prévention) mais sans le CHSCT.

Ici aussi, nous sommes loin de toutes les déclarations d'intention faites en CHSCT sur la volonté de la Ville de consulter et d'associer les représentant-e-s des personnels à la réflexion sur les conditions d'une réouverture au public.

Le BBL explique que les usagers sont invités à cocher le motif 2 de leur attestation (retrait de commandes) avec une communication au public insistant qu'il s'agit d'un déplacement de proximité.

Le "retrait de commandes" inséré dans le motif 2 semble concerner les achats. Et des usagers venant pour des retours de docs ou un emprunt (puisque des sélections de docs sont envisagées) n'auraient aucune preuve de ce "retrait de commande" (mail de réservations).

Cette formulation ne nous rassure donc pas sur la garantie donnée aux usagers qu'ils ne s'exposeraient pas à une verbalisation à l'occasion d'un déplacement en bibliothèque. Il ne nous rassure pas nous plus sur le traitement inégal entre des usagers habitant à proximité d'un établissement et d'autres plus éloignés.

Dans sa communication aux responsables le BBL se dit "mobilisé car "fortement sollicité" pour réponde aux "questions multiples" attestant ainsi de la précipitation et de l'improvisation que nous avons déploré.

Alors que des incertitudes juridiques persistent, alors qu'aucun protocole sanitaire sérieux n'a été soumis au CHSCT comme au CT, les responsables sont sommés d'improviser un accueil du public, engageant aussi leur responsabilité quant à la protection des agent-e-s et des usager-e-s, au risque aussi de risques psycho-sociaux.

Nous apprenons aussi qu'à l'ordre du jour du Comité Technique du 13 novembre prochain, il n'y aurait que des sujets de second ordre ou en tout cas non urgents, alors que la situation sanitaire et le reconfinement imposent une réorganisation très importante des services de la DAC et du cycle de travail des agents.

Après les entorses faites aux règles de consultation du CHSCT (document soumis au vote envoyé quelques heures avant), après les déclarations tentant de disqualifier le droit de retrait des agents, cette attitude est sidérante.

Hier plus de 800 personnes sont mortes du COVID dont plus de 400 dans les hôpitaux du pays. Nous ne comprenons pas cet entêtement à vouloir ouvrir "coûte que coûte", et à mettre de côté les instances représentatives du personnel.

Nous vous demandons une nouvelle fois de différer la réouverture des bibliothèques et médiathèques, dans l'attente d'un vrai protocole sanitaire soumis au CHSCT et au CT.

Les élue-e-s et mandaté-e-s CGT au CT et CHSCT de la DAC.