Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

C'est Qui ? C'est Quoi ?

  • : Syndicat PACS-DAC de la Ville de Paris
  • : Blog du syndicat PACS de la Direction des Affaires Culturelles (DAC) de la Ville de Paris.
  • Contact

Qui sommes nous ?

Nous sommes des personnels de la Direction des Affaires Culturelles de la Ville de Paris, travaillant dans les bibliothèques municipales, conservatoires d'arrondissement, ateliers des beaux-arts, services centraux...

Nous militons au sein du syndicat des personnels administratifs, de la culture et de service (PACS) pour défendre les droits des salariés, la qualité du service public

Pour vous syndiquer, demander conseil, faire des réclamations, envoyer des informations, une seule adresse : daccgtculturegmail.com

 

 

 

Recherche

27 janvier 2021 3 27 /01 /janvier /2021 09:38
Covid19 : la révolte des bibliothécaires de la capitale contre les décisions ineptes de la mairie de Paris

Dans une lettre ouverte à Carine Rolland, l'adjointe à la culture d'Anne Hidalgo, ils dénoncent le manque total de compréhension et de bienveillance de leur administration alors que la situation sanitaire grave et exceptionnelle impose un couvre-feu à 18h

Le nombre est impressionnant, puisque plusieurs centaines de bibliothécaires parisiens, trois cent soixante dix neuf précisément, ont décidé nommément d'interpeller leur tutelle sur les conditions d'ouverture de leur établissement en cette période de pandémie de Covid-19, rendues encore plus difficile avec la décision gouvernementale d'instaurer un couvre-feu dès dix-huit heure sur l'ensemble du pays. A ces trois cent soixante dix neuf agents qui représentent la totalité des soixante cinq bibliothèques de la capitale, on peut même rajouter des chefs d'établissement, lesquels n'ont pu signer publiquement pour d’évidentes raisons mais beaucoup d'entre eux ont fait savoir qu'ils étaient d'accord avec ce texte.

Cette lettre ouverte a été envoyée à Carine Rolland, l'adjointe à la culture d'Anne Hidalgo et à la direction des affaires culturelles, qui vient d'ailleurs de se doter d'une nouvelle directrice, Irène Basilis. Une lettre dans laquelle les bibliothécaires de la capitale pointent la Ville de Paris pour son « manque total de compréhension et de bienveillance alors que la situation sanitaire grave et exceptionnelle nous impose un couvre-feu à 18h ». La voici dans son intégralité.

« Un très grand MERCI… à NOUS !. C’est ainsi que la Direction des Affaires Culturelles de la Ville de Paris concluait son message de vœux pour cette nouvelle année et dans lesquels nous étions tous « formidables » pour avoir répondu présents pendant cette sale année 2020.  Sauf qu’une question se pose : était-ce un « Nous » vraiment destiné à tous les agents ou bien était-ce un « Nous de majesté » ? Car Nous, bibliothécaires du réseau, sommes plus qu’en colère ! Notre administration faisant montre d’un manque total de compréhension et de bienveillance alors que la situation sanitaire grave et exceptionnelle nous impose un couvre-feu à 18h.

Car oui « merci à Nous » de continuer à venir tous et toutes travailler dans des bureaux trop petits qui ne nous permettent pas de respecter les mesures sanitaires. « Merci à nous » d’accueillir le public avec des plexiglas qui ne servent à rien car non-calibrés pour le fonctionnement de nos établissements. « Merci à nous » de déjeuner à l’extérieur en hiver car il n’y a pas de cantine à proximité ni de cuisine assez grande pour manger à l’intérieur de nos établissements.« Merci à Nous » d’accepter d’ouvrir nos bibliothèques sans que les portes, les rampes d’escaliers, les toilettes ne soient nettoyées comme l’imposent les protocoles sanitaires, y compris ceux de la Ville de Paris.

Nous savons que l’ensemble des organisations syndicales qui nous représentent au Comité Hygiène et Sécurité (CHSCT) de la Direction des Affaires Culturelles, soit la CFDT, la CGT PACS, le SUPAP,-FSU, l’UCP et l’UNSA ont tous voté pour une fermeture à….17 heures ! Proposition balayée par la Ville de Paris qui a finalement concédé une fermeture à 17h30 pour en principe permettre aux agents de pouvoir rentrer au plus vite chez eux et de ne pas trop dépasser la limite du couvre-feu pour ceux qui n’habitent pas trop loin. Nos représentants ont également réclamé une Autorisation Spéciale d'Absence (ASA) par semaine pour chacun d’entre nous pour ne pas encombrer les transports, ni nos bureaux ou nos cuisines (pour les établissements qui en possèdent).

Au lieu de quoi, l’administration nous demande « de faire nos horaires » sans discussion aucune et sans prendre en compte la situation qui nous est imposée. Résultat : nous devons rester dans nos établissements jusqu’à 18 Heures ! Et donc pour beaucoup d’entre nous c’est un retour chez soi à 19h, 19h30, voire 20 h, vu que nous ne sommes pas vraiment des privilégiés qui pouvons nous permettre d’habiter à proximité de notre lieu de travail. Incompréhensible et surtout de quoi nous mettre en colère car pour « NOUS » les décisions de l’administration relèvent d’un manque de bienveillance totalement déplacé alors que les équipes des bibliothèques sont les seules à assurer une offre culturelle au niveau municipal, depuis des mois.

C’est pour cela que « NOUS », Nous demandons la fermeture des établissements à 17h sans préjudice aucun pour les agents ainsi qu’une ASA hebdomadaire, ces deux mesures permettant d’assurer les contraintes sanitaires dans les établissements et d’alléger les contraintes liées à l’organisation de la vie. Est-ce que pour se faire entendre les organisations syndicales qui nous représentent doivent êtres contraintes de déposer un préavis de grève ? À une époque où il est demandé à tous et toutes de faire des efforts cela en dit long sur l’état d’esprit qui anime notre administration ». Au vu du nombre impressionnant de signataires, signe d'une véritable fronde, sûr que cette lettre ne pourra être ignorée par une municipalité qui se clame progressiste !

 

 

 

    Covid19 : la révolte des bibliothécaires contre les décisions ineptes de la mairie de Paris !

- Pffff, si ça continue comme ça, il va falloir mettre un couvre-feu sur mes ambitions élyséennes....

Partager cet article
Repost0

commentaires

Lecteur01 02/02/2021 14:56

Oui, un très grand merci à vous les personnels des bibliothèques !

Lecteur assidu, je trouve aussi que, du point de vue du public, cela n'a guère de sens de maintenir l'ouverture jusqu'à 17h30. Il faudrait plutôt décaler les horaires en les avançant.

Une ouverture à partir de 13h30 restreint les possibilités de se rendre à la médiathèque près de son lieu de travail ou d'études durant la pause déjeuner.
Je ne suis pas seul dans ce cas : a priori, il y a du monde à l'ouverture et on pourrait limiter les files d'attente en avançant les horaires.

A 17h30 en revanche, ceux qui travaillent doivent aussi rentrer et on n'a pas le temps de passer (sans parler de la bibliothèque près du domicile qu'on n'atteindra pas avant le couvre-feu).
Il y a sans doute des personnes en télétravail que 17h30 peut arranger mais ces derniers peuvent sans doute avancer leur passage à la bibliothèque, entre deux visioconférences, vu les circonstances.

Bref, il vaudrait mieux fixer les horaires à 12h30/16h30 mais son mon point de vue.

Sinon, il faudrait expliquer cette histoire de 10 livres maximum : je multiplie du coup les allers-retours, ça me semble pire d'un point de vue sanitaire.
Je ne vois pas pour quelle raison on lirait moins en cette période. L'été dernier on avait le droit jusqu'à 40 livres, je ne saisis pas la logique derrière ce changement. Si c'est une histoire de saturation, pourquoi ne pas plutôt fermer au public une journée supplémentaire par semaine ?