Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

C'est Qui ? C'est Quoi ?

  • : PACS-DAC de la Ville de Paris
  • : Blog PACS de la Direction des Affaires Culturelles (DAC) de la Ville de Paris.
  • Contact

Qui sommes nous ?

Nous sommes des personnels de la Direction des Affaires Culturelles de la Ville de Paris, travaillant dans les bibliothèques municipales, conservatoires d'arrondissement, ateliers des beaux-arts, services centraux...

Recherche

4 novembre 2021 4 04 /11 /novembre /2021 16:12

 

Un plan de destruction qui paraît rien moins que programmé si l’on en croit les chiffres officiels publiés par.... l’administration elle-même !

« Franchement, je n’ai jamais vu une situation aussi catastrophique ». C’est le cri du cœur d’un spécialiste de la lecture publique qui travaille au plus haut niveau à la direction des affaires culturelles (DAC) de la Ville de Paris. Cette sentence pourrait être reprise par de nombreux bibliothécaires vu l’état de dépérissement du réseau parisien. Un dépérissement qui apparait rien moins que programmé si l’on en croit les chiffres officiels publiés.... par l’administration elle-même !

Désormais les agents s’amusent à recenser tous les jours les postes vacants proposés en interne par le bureau des bibliothèques et du livre (BBL). Et ce chiffre a de quoi donner le vertige tant il semble irréel. Au dernier décompte le nombre s’élève en effet.... à cent douze ! Plus de 10% de l’effectif total. Le pire c’est qu’inexorablement ce nombre ne fait que croitre de semaines en semaines puisqu’il a été multiplié par deux en trente-six mois.

Preuve de cette faillite : les horaires d’ouverture des établissements. Ainsi, en plein mois d’octobre, la plupart des bibliothèques municipales de la capitale…sont encore en horaires d’été ! Ceux que l’on adopte normalement en période de vacances faute de personnels en nombre suffisant. Si la mairie tente, difficilement, de s’approprier le concept de Ville du quart d’heure, elle vient en fait d’inventer l’été en automne, voire en hiver. Et ce sans même faire intervenir le réchauffement climatique.

On se moque, mais le rire ne peut qu’être jaune car dans la réalité la situation est encore plus catastrophique que celle évoquée par les chiffres donnés plus haut. Car aux postes dits vacants, il faut aussi ajouter plusieurs dizaines d’autres qui eux sont manquants mais administrativement « non remplaçables » car concernent des agents en arrêt maladie, en disponibilité ou en congé maternité. Sans compter les personnels mis à pied dernièrement, faute de passe sanitaire en règle. Si bien que le manque de personnel approche en réalité les 20%. Vertigineux !

Certains établissements n’ouvrent qu’avec le soutien de personnels qui viennent des bibliothèques actuellement fermées pour travaux ou de « l’équipe de remplacement ». Pour d’autres site, c’est carrément l’agonie, puisque de source très sûre, on observe désormais des bibliothèques qui ne peuvent compter que sur 50% de leur effectif et fonctionne, comme on dit pudiquement, en mode dégradé. D’autres à peine 70%. Les bibliothèques qui sont restée ouvertes sans interruption depuis la fin du premier confinement en juin 2020 sont sur les jantes. Les chefs d’établissement pressurisés par l’administration sont au bord de l’explosion. À tel point qu’une forme de jacquerie interne commence à voir le jour. Là aussi du « jamais vu » pour les observateurs. Avec à la clef une fuite en avant : « Moi, dès que je trouve un poste dans une autre collectivité, je me casse » entend-on régulièrement.

Toutefois, les bibliothèques parisiennes peuvent être encore sauvées, même si ça prendra du temps vu l’acharnement qu’elles subissent depuis des années. Il suffirait pour cela d’appliquer la gestion que se doit de faire toute collectivité digne de ce nom puisque ce sont des postes vraiment « vacants », ce qui selon le jargon de l’administration sont budgétisés. Ils peuvent donc être pourvus à tout moment par voie de concours. Il suffit juste d’en organiser ! Sauf que des concours, il n’y en a pas. Mais alors que se passe-t-il ? Deux hypothèses...

L’administration parisienne ayant été longtemps réputée pour son expertise technique et administrative bien avant l’élection d’un maire de Paris en 1977, la première piste serait que le niveau de compétence a baissé de manière drastique. Possible, mais on n’ose le penser tant l’excellence règne au niveau du BBL, de la DAC et de la DRH. Ce qui amène alors à privilégier plus sérieusement une seconde piste : une volonté délibérée de la part de l’équipe d’Anne Hidalgo de faire couler le plus grand réseau de bibliothèques au monde. Vu le nombre de postes délibérément non pourvus depuis des années cette évidence a de quoi prendre un certain poids. Et puis au final, c’est bien le politique qui commande l’administration.

À moins que couper les vivres aux bibliothèques serve à financer les JO ? Dans ce cas, cela signifie qu’à court ou moyen terme il faudra fermer une vingtaine d’établissements dans tout Paris. Bon, évidemment, nombreux seraient alors les parisiens à ne plus avoir de bibliothèque de proximité comme c’est le cas actuellement, ruinant au passage le fumeux concept de la ville du quart d’heure ! Ouch ! En tout cas, pour le moment, le plan pour faire couler les bibliothèques parisiennes est bien en marche...

 

                                          -  Ben quoi, j'applique bien le plan Lire à Paris, non ?

Partager cet article
Repost0

commentaires

B
Bonjour,
Pour appuyer encore plus votre propos la situation est en réalité encore plus catastrophique car en plus des suppressions de personnels que vous décrivez il y aussi les baisses de budget pour un travail essentiel en bibliothèque : la reliure
Ainsi il y à trois semaines car nous venons d’être coupés net dans notre élan pour envoyer nos cartons de documents en reliure car la société nous a informés, en réponse à nos messages, que les crédits étaient coupés ! Et ce sans crier gare.
Ensuite, on nous a confirmé que les crédits étaient coupés pour l’ensemble des bibliothèques et que nous ne pouvions plus envoyer de documents en reliure. On peut appeler ça la Bérézina.
On ne parlera pas non plus de l’état déplorable de certaines bibliothèques qui subissent régulièrement des fuites causées par des infiltrations d’eau après chaque épisode de pluie. Franchement le chef du BBL devrait avoir honte de l’état du réseau dont il a pourtant la charge. Et si il avait un peu de fierté il démissionnerais avec fracas de son poste
Répondre
M
Je suis désolée, mais 10% de personnel en moins ne justifie nullement une réduction des horaires d’un tiers!
Le personnel pourrait s’organiser pour être moins nombreux sur des plages horaires plus étendues. Comme sur l’affaire des ouvertures le dimanche que les syndicats ont rejeté à coup de grèves, les bibliothécaires ne pensent pas en terme de service public.
Répondre
S
Désolé à notre tour, mais cher Mao nous devons préciser que vous méconnaissez totalement la réalité ce qui vous contraint à écrire n’importe quoi
Visiblement vous n’avez pas bien lu notre article. S’il y a bien 10% de postes vacants qui pourraient être pourvu immédiatement (ce que la Ville ne fait pas) ce chiffre monte en réalité à pas loin de 20% avec les congés maladies, les dipos, les mise à pieds et autres motifs. Et encore c’est un chiffre brut sur l’ensemble du réseau. Beaucoup d’établissement ont un déficit de personnel de 30%, voire de 50%.
Pour votre information, certaines bibliothèques ne peuvent ouvrir qu’avec le renforts de « l’équipe de remplacement » ou bien d’agents affecté temporairement en renfort car leur établissement est fermé plusieurs mois pour travaux (ça fait facile une soixantaine de personnes qu’il faut donc encore retirer des effectifs globaux)
Par ailleurs une bibliothèque ne fonctionne pas uniquement lors des horaires d’ouverture car il y aussi le travail de commande, le rangement des documents, le traitement de la réserve centrale, les réunions d’acquisitions, l’équipement des documents et autres tâches invisibles mais essentielles, voyez-vous.
A priori vous être un partisan de l’ouverture du dimanche, comme Anne Hidalgo et comme elle affichez le plus grand mépris pour les bibliothécaires à lire votre commentaire.