Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

C'est Qui ? C'est Quoi ?

  • : Le blog de CGT Culture DAC Ville de Paris
  • Le blog de CGT Culture DAC Ville de Paris
  • : Blog du Syndicat CGT Culture de la Direction des Affaires Culturelles de la Ville de Paris.
  • Contact

Qui sommes nous ?

Nous sommes des personnels de la Direction des Affaires Culturelles de la Ville de Paris, travaillant dans les bibliothèques, conservatoires, musées, ateliers des beaux-arts, services centraux...

Nous militons au sein de la CGT pour défendre les droits des salariés, la qualité du service public rendu aux Parisiens.

Pour vous syndiquer, demander conseil, faire des réclamations, envoyer des informations, une seule adresse : daccgtculturegmail.com


Recherche

Pages

8 octobre 2012 1 08 /10 /octobre /2012 16:25

 

               63253158.jpg

 

                                               A travail égal, droit égaux !

                               Par Catherine Albert, Alain Derrien et Frédérique Laizet

La lutte finit toujours par payer. Nos victoires aux prud’hommes pour requalifier en CDI de faux contrats aidés doivent en appeler d’autres! Ces victoires sont aussi l’occasion de montrer comment un employeur public qui se dit de gauche n’hésite pas à précariser des milliers de personnes. La Ville de Paris est le premier employeur public de précaires, avec plus de 15000 non-titulaires sous forme de CDD « classiques », de contrats aidés, de vacations à temps partiel (plus de 4 millions d’heures par an, soit l’équivalent de 3500 temps pleins).

À travail égal, les précaires sont moins payés, ont une moins bonne couverture sociale et bénéficient rarement d’une formation adaptée. Pour eux, la précarité, c’est la peur du lendemain liée au renouvellement aléatoire du contrat, les problèmes de santé, le stress de la surexploitation, les difficultés de logement, de transport et évidemment d’argent…

Il n’y a pas de fatalité à cette situation scandaleuse. C’est un choix politique d’utiliser des non-titulaires, de l’étendre aux secteurs dits féminins: agents spécialisé-es ou techniques des écoles, agents de ménage, cantinières, animation.

En restreignant le nombre d’emplois de fonctionnaires, la ville met sous tension les effectifs existants. Quand les fonctionnaires ne peuvent plus faire tout le travail, l’administration embauche quelques non-titulaires pour pallier le manque d’effectif. Un exemple criant, celui des adjoints administratifs. En 2012, il était prévu de supprimer 70 emplois et de créer des heures de vacation équivalant à 80 postes!

La Ville de Paris aime les non-titulaires car ce sont des salariés sans droits. Ils ne sont pas chers, corvéables à merci. C’est tout bénéfice pour elle, ça l’est moins pour les précaires. Elle oppose les agents sous statut et les autres, pour tirer tout le monde vers le bas et détricoter progressivement le statut. La ville prétend utiliser des emplois précaires pour répondre à des besoins provisoires, alors que la plupart occupent des postes répondant à des besoins permanents et devraient donc être fonctionnaires.

Personne n’est dupe. L’utilisation massive de contrats précaires, c’est d’abord une économie budgétaire. Pour la ville la plus riche de France, embaucher un non-titulaire, c’est économiser 500 euros en moyenne par mois, soit 100 millions d’euros par an.

 

                                                       Delanoë économise 100 millions d'euros par an

                           bertrand.jpg

                                                                                      " j'embourbe ! "

 

Depuis plusieurs années, des luttes sont menées par la CGT pour contraindre la ville à titulariser les agents précaires. Grâce à leur manifestation du 22 mars, les cantinières du 10e arrondissement ont gagné cinquante titularisations et poursuivent leur mobilisation dans différents arrondissements.

Face au refus de l’administration de négocier, nous avons aussi lancé des actions aux prud’hommes pour faire reconnaître les droits des personnes en contrats aidés et obtenir leur maintien dans l’emploi (vingt ce mois-ci, et des dizaines à venir). Aujourd’hui, nous espérons que la ville va enfin accepter de négocier au lieu de nous obliger à aller en justice. En décembre, elle doit présenter au conseil municipal un plan sur les non-titulaires en application de la loi du 12 mars 2012 sur la « déprécarisation » dans la fonction publique. Nous nous battrons pour la titularisation du plus grand nombre et la création d’emplois publics.

Dans cette bataille, nous voulons aussi gagner des droits pour tous, notamment pour les collègues qui ne pourront pas être titularisés, nos collègues non européens par exemple. La lutte du syndicat du nettoiement pour la non-discrimination salariale pour les non-titulaires étrangers nous montre la voie: à travail égal, droits égaux!

Cette tribune a été publiée dans " L'Humanité" (lire ici)

 

 

                                       accordsmatignon

 

 

 

Lire aussi

La Ville de Paris, une nouvelle fois, condamnée par le tribunal des Prud’Hommes !

Partager cet article

Repost 0
Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans précaires
commenter cet article

commentaires