Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

C'est Qui ? C'est Quoi ?

  • : Le blog de CGT Culture DAC Ville de Paris
  • Le blog de CGT Culture DAC Ville de Paris
  • : Blog du Syndicat CGT Culture de la Direction des Affaires Culturelles de la Ville de Paris.
  • Contact

Qui sommes nous ?

Nous sommes des personnels de la Direction des Affaires Culturelles de la Ville de Paris, travaillant dans les bibliothèques, conservatoires, musées, ateliers des beaux-arts, services centraux...

Nous militons au sein de la CGT pour défendre les droits des salariés, la qualité du service public rendu aux Parisiens.

Pour vous syndiquer, demander conseil, faire des réclamations, envoyer des informations, une seule adresse : daccgtculturegmail.com


Recherche

Pages

11 décembre 2013 3 11 /12 /décembre /2013 08:56

 

          1004906-Demolition_dun_immeuble_a_lexplosif.jpg

 

                                            Enfin, les dynamiter plutôt !

L’administration  parisienne ne sait vraiment plus quoi faire de ses bibliothèques municipales. A tel point qu’elle envisage de revenir sur des décisions prises…. sous la première mandature de Bertrand Delanoë.

Le Bureau des Bibliothèques et du Livre (BBL) s’est ainsi pris soudainement l’envie de palier à la disette budgétaire et au sous-effectifs récurent et euréka, il clame désormais « qu’une autre organisation est possible ». Il propose donc de « repyramider ». A la dynamite ?

A Paris, des bibliothèques bio, garanties sans conservateurs. D’emblée, le BBL met les pieds dans le plat : « Il y a trop de conservateurs, notamment dans les bibliothèques de prêt ». Il propose de leur substituer des bibliothécaires, certes eux aussi de catégorie A, mais un poil moins coûteux. Pour faire passer la nouvelle, le rapport évoque « une évolution quantitative dans chaque corps ». Alors vu comme ça !

Autre raison pour supprimer les conservateurs : Ils crouleraient sous la paperasse sans avoir jamais « été formé pour ça ». Après les avoir bombardés de process, de tableau, de reporting, l’administration toujours aussi futée imagine de confier ces tâches à du personnel administratif mieux à même de répondre aux sollicitations de l’administration centrale. Bref la corporation, désormais affublée du sobriquet d’armée mexicaine, a du souci à se faire pour son avenir dans le réseau parisien.

Pourtant si il y un endroit où les conservateurs sont vraiment trop nombreux, c’est le BBL lui-même avec notamment les responsables de secteur. Nul doute que le mammouth va d’abord commencer par là pour dégraisser.

Pour justifier ces basses raisons économique et salariales, la ville, résolument positive, explique que tout ça, c’est pour « garantir de réelles perspectives de promotions aux agents ». Ben oui quoi, faire des tâches occupées auparavant par un collègue mieux payé et ceci à tout les échelons de la bibliothèque (la fameuse pyramide) c’est vraiment une belle « perspective » pour les personnels de catégorie B.

 

 

                                 pyramide-inversee-du-louvre-(da-vinci-code)-700-3128

                                                               -  Ah, c'est donc ça, repyramider ?


L’administration parisienne contre Bertrand Delanoë. Mais le repyramidage ne peut exister que si le socle de la pyramide est assez large et assis sur les corps de catégorie C. « Ils ne sont pas assez nombreux » clame le BBL allant ainsi contre la volonté du Maire de limiter ce corps.

Petit rappel : En 2003, après une longue bataille syndicale, la Mairie avait accepté de requalifier la majorité des adjoints Administratifs des Bibliothèques- agents de catégorie C, en assistant de bibliothèque, personnels de catégorie B. l’objectif municipal était clairement de faire correspondre les compétences et les qualifications avec une reconnaissance statutaire.

Enfin, c’est ce qu’on croyait, car le bureau des Bibliothèques estime « Qu’il n’y a pas assez de catégorie C dans les bibliothèques ». Comment ça, la Direction des Affaires Culturelles serait entré dans l’opposition au Maire de Paris ?

 

    91c55e65801b328118fea91932f49fed

                                                         - Crois moi Anne, je vais pas laisser passez ça !

 

Mais attention de quelle catégorie C parle t-on ? Depuis la réforme de la catégorie C dans la fonction publique, la Mairie de Paris a supprimé les concours de recrutement. Pour favoriser les jeunes « éloignés de l’emploi » mentait-elle à l’époque. Ceux « qui n’avaient pas le profil pour passer les concours » dixit toujours la municipalité.

Encore une fois, le bureau des bibliothèques n’est pas d’accord avec l’exécutif municipal, car selon lui « Les fonctions des catégories C sont appelées à être rehaussées et diversifiées. Les agents seront amenés à participer à la formation des usagers, aux animations culturelles, à la mise à jour des sites web, des wiki et autres outils de communication, aux opérations de désherbage, de conservation partagée, de numérisation, de valorisation … ». Un vrai boulot de catégorie B payé au smic,

Ca nous rappelle presque le CPE (Contrat Première Embauche) combattu en son temps par Bruno Julliard. Argh, l’actuel adjoint à la culture se voit défié au sein même de sa propre administration


                 20080128PHOWWW00145

                       -  Bruno, C'est quoi cette histoire avec la DAC, on se croierait revenue au temps du CPE ?

                                       - Croyez moi Monsieur le maire, je vais pas laissez ça !

 

Bon, pour ce pilonage en règle, le BBL se cherche des alliées et il en a peut être trouvé car son funeste projet se ferait « avec l’appui de la DRH et du contrôle de gestion » selon le document présenté. Pour les défenseurs de la lecture on repassera. 

Mais il n’y pas que les métiers et les statuts des bibliothèques de prêts que le BBL veut mettre à bas, il y a aussi le SDE (l’ancien Service Technique). Cette structure unique en France, souvent saluée dans les travaux de bibliothéconomie pour son aide logistique au réseau parisien va devoir numéroter ses abattis: « Une externalisation peut être envisagée, concernant la couverture et l’équipement des documents, le catalogage rétrospectif et la numérisation. ». Notons le terme peut être envisagé.

Une externalisation vers une main d’œuvre à moindre coût probablement, à moins que l’on fasse venir des travailleurs « détachés ». BBL ? L, pour liquidation.

 

               Ruines-d-une-bibliotheque-de-Londres---1940.jpg

                   

                                    

Lire aussi

Bibliothèques : La Ville de Paris reconnaît officiellement des réductions de postes  

Bibliothèques : la maison brûle et la mairie de Paris regarde ailleurs !

Culture : Comment Bruno Julliard va-t-il avouer la triste vérité aux parisiens avant les municipales ?

Partager cet article

Repost 0
Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans bibliothèques
commenter cet article

commentaires