C'est qui ? C'est quoi ?

Calendrier

Décembre 2014
L M M J V S D
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31        
<< < > >>

Recherche

Qui sommes nous ?

Nous sommes des personnels de la Direction des Affaires Culturelles de la Ville de Paris, travaillant dans les bibliothèques, conservatoires, musées, ateliers des beaux-arts, services centraux...

Nous militons au sein de la CGT pour défendre les droits des salariés, la qualité du service public rendu aux Parisiens.

Pour vous syndiquer, demander conseil, faire des réclamations, envoyer des informations, une seule adresse : daccgtculturegmail.com


Jeudi 29 août 2013 4 29 /08 /Août /2013 09:04

 

                                   Le fonds "France-Soir" est désormais rélégué à côté du CentQuatre

                58412_journalist-sits-at-desk-in-offices-of-french-daily-fr.jpg

                                                                            " Ah, quelle misère ! "

 

« Nous étudions un projet pour stocker ces photos de manière à les préserver dans les meilleures conditions » assurait pourtant la Ville de Paris il y a trois ans !

Décidément Pierre Lazareff, l’emblématique patron de France-Soir n’aura pas de tranquille sommeil éternel. Le fonds photo du célèbre quotidien de la rue Réaumur est toujours, et plus que jamais, en péril. En 2011, le journal Le Monde dénonçait « des cartons entassés les uns sur les autres, liés par des rubans adhésifs, dans un coin de la bibliothèque historique de la Ville de Paris (BHVP) ». « La vision est sinistre. Et l'avenir du fonds incertain ». ajoutait alarmé le journal du soir.

Face au tollé général, la Mairie de Paris fut contrainte de rembobiner sa pellicule : « La BHVP étudie un projet pour stocker ces photos de manière à les préserver dans les meilleures conditions », nous assurait alors Mme Pourtaud, adjointe au maire, chargée du patrimoine.

Problème : Trois ans après, ces cartons, toujours à l’abandon, sont désormais relégués dans un sinistre entrepôt de la rue d’Aubervilliers (XIXe) dont les normes de sécurité sont loin de permettre de les « préserver dans les meilleures conditions ». Bref  l'avenir de la totalité du fond est « toujours aussi incertain » bien qu’il soit propriété municipale depuis ….1987. C'était du temps où Chirac était encore le prévôt municipal, c'est dire !

Ce fonds, un trésor de mémoire, servait à alimenter en photos les quotidiens Paris-Soir et France-Soir et l'hebdomadaire d'avant-guerre Match. Il comprend notamment plus de 300 000 négatifs et 400 000 épreuves, qui vont de 1929 à 1980 : des événements d'actualité, des scènes de la vie quotidienne et des portraits de personnalités: Cocteau, Picasso, Dali, Audrey Hepburn... Le fonds a aussi une grande valeur historique grâce à ses 13 000 photographies prises sous l'Occupation, dont un document unique : la seule photo du premier jour de la rafle du Vél'd'Hiv, le 16 juillet 1942.

Bis repetitas. La Mairie de Paris, sans doute pour se faire pardonner l'abandon de la première tranche d'archives, mais aussi pour ne pas se faire griller par le ministère de la culture également sur le coup, a certes préempté la seconde période couvrant les années1980 à 2000 au moment de la liquidation de France-Soir l’année dernière, sauf que bis repetitas, celle-ci est train malheureusement de connaître le même sort que la première.

                                      20130102_297060.jpg

                                                                L'unique photo de la rafle du Vel d'Hiv

                                       

La bibliothèque historique vouée à l'échec ?  Oh ! Il  y eu bien un début de tentative cet été afin d' établir un premier inventaire, mais les personnels recrutés pour l’occasion ont rapidement alerté notre syndicat qui a dénoncé immédiatement l’insalubrité des locaux et leurs mauvaises conditions de travail. Des locaux tellement peu adaptés que le bureau d'hygiène et sécurité de la Direction des Affaires Culturelles nous a donné raison.  

Un épisode qui a rendu furieuse la direction de la bibliothèque historique obligée d'annuler séance tenante toutes les missions afférentes à la conservation et la valorisation du « fonds France-Soir ». Comme dirait Pierre Lazareff:  « Eh ben, mon coco ! »

Alors le destin de ce fonds est-il d’être « envoyé dans un dépôt où il pourra être oublié » comme le craignait déjà la Tribune de l’Art à l’époque du premier scandale ? La Bibliothèque Historique est-elle vouée Ad vitam æternam à l'échec ? Bah, la Mairie pourra toujours arguer qu'elle a fait l'effort de trouver un dépôt à proximité du célèbre CentQuatre qui, lui, vu qu'il mange presque tout le budget de la culture n'est pas près de se faire oublier !

 

                       183861

                                           " Ah, je veux vite un exemplaire avant qu'il soit oublié dans un dépôt "

                                             

Pourtant les solutions existent.  Bien sûr, les vraies raisons de l'abandon de ce fonds sont beaucoup plus triviales : manque de place, de personnel, d'argent pour traiter des centaines de milliers de documents, la rengaine municipale est connue. « Nous avons d'autres priorités » avouait surtout la directrice de la BHVP au journal Le Monde.                                               

Pourtant des solutions existent et  il y a une personne, au moins, qui pourrait s’occuper de ce fonds. Pour tout dire, elle avait même réalisé un premier inventaire de 200 pages, après avoir répertorié des milliers d'épreuves parmi les plus intéressantes. Ce travail a permis, pendant dix ans, à nombre d'éditeurs et de journaux, de les publier. Aujourd’hui, ce travail lui a été retiré et elle se retrouve dans un placard en attendant la retraite. Du bon usage des deniers publics sans doute....

Par ailleurs, les personnes recrutées pourraient commencer le travail à la BHVP (des locaux vides sont disponibles). Il suffirait de ramener les cartons au fur et à mesure. A moins que les transporter soit au dessus des forces de la municipalité ?

 

               476067-tour-de-france-france-soir.jpg

                                          - " Bon toi, tu vas à l'entrepôt d'Auberviller me chercher les cartons "

                                         - " T'es sûr que sera pas au dessus de mes forces ? "

 

« Il ne faut pas que les cartons soient enterrés. C’est notre richesse patrimoniale, un acquis culturel qu’il ne faut pas dilapider.» déclarait Françoise Denoyelle, historienne de la photographie qui exhortait la Ville de Paris à mettre « les moyens pour tout trier et archiver ». « C’est toute l’histoire du monde vue par un journal sur une période très vaste », déclarait lyrique Danièle Pourtaud, adjointe au maire de Paris, au journal Libération. L’adjointe au patrimoine est donc d’accord avec la CGT. Un futur front commun?

La Direction des Affaires Culturelles affirme vouloir trouver une solution rapide et adaptée mais le pourra-t-elle ? C’est pourquoi nous demandons à la Mairie de Paris de respecter ses engagements et de prendre toutes les mesures pour sauver ce fonds inestimable et le valoriser pour sa diffusion au plus grand nombre. Allez Coco !

 

                               Patrimoine: La Mairie de Paris va-elle capituler sans conditions ?

           183881

                                                    " Ben mon coco, t'as vu ce que fait la Mairie ? "

                                                     - " Ah ça, quelle audace, fallait vraiment oser ! "

                                                                              

Lire aussi

A la bibliothèque Forney, la sécurité ne fait pas toujours sens !

Les catacombes de Paris fermées jusqu’à nouvel ordre !

Par CGT Culture DAC Ville de Paris - Publié dans : Patrimoine - Communauté : Actualités syndicales CGT
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil
 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés