Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

C'est Qui ? C'est Quoi ?

  • : Le blog de CGT Culture DAC Ville de Paris
  • Le blog de CGT Culture DAC Ville de Paris
  • : Blog du Syndicat CGT Culture de la Direction des Affaires Culturelles de la Ville de Paris.
  • Contact

Qui sommes nous ?

Nous sommes des personnels de la Direction des Affaires Culturelles de la Ville de Paris, travaillant dans les bibliothèques, conservatoires, musées, ateliers des beaux-arts, services centraux...

Nous militons au sein de la CGT pour défendre les droits des salariés, la qualité du service public rendu aux Parisiens.

Pour vous syndiquer, demander conseil, faire des réclamations, envoyer des informations, une seule adresse : daccgtculturegmail.com


Recherche

Pages

6 août 2012 1 06 /08 /août /2012 08:44

 

 

                               dsti-copie-1.jpg

 

 

Mais en lisant la note officielle, on comprend maintenant pourquoi ça ne marche pas !!!!   (Surtout le mercredi et le samedi)

Les bibliothèques parisiennes victimes de pannes informatiques à répétition (lire ici, ici et ). Pannes qui n’ont pas laissé insensible la presse nationale (lire ici, l’article du Parisien) ou spécialisée (Lire là,l’article de ActuaLitté

Face à ce pataquès informatique, la Mairie de Paris très embarrassée s’est fendue, par le biais des directeurs des affaires culturelles*   et  des services informatiques, d’une note d’explication** à destination des bibliothécaires. A lire ces explications confuses, on comprend maintenant pourquoi il y a des pannes informatiques dans les bibliothèques. En voici quelques extraits et ce n’est pas triste !!

 

                   ordi.computer-annees-50.jpg

                           " A mon avis avec toutes ces pannes, les directeurs vont devoir écrire ! "

 

La Ville de Paris commence fort : « Depuis quelques mois, l’informatiques des bibliothèques a été soumise à des difficultés récurrentes ». Qu’en termes délicats la chose est dite. A Paris, des pannes à répétition deviennent de « simples difficultés récurrentes » on reconnaît bien là l’habituelle modestie municipale. 

Ensuite, la Mairie se défausse derrière « la forte croissance de l’activité du système informatique des bibliothèques » pour justifier les pannes à répétition. Une « forte croissance » visiblement impossible à anticiper pour cette petite sous-préfecture qu’est Paris qui se retrouve ainsi avec les même difficultés que Périgueux. Lire là

C’est alors que la note, dans une sorte de fulgurance, précise avec justesse « que le système est de plus, particulièrement sollicité les mercredi et les samedi ». Quoi ? Les mercredi et samedi sont des jours particulièrement chargés ? Dommage que personne à la Direction des affaires culturelles n’y ai pensé. Ce ne sont pourtant pas les effectifs qui manquent au Bureau des bibliothèques. Ils devaient probablement être en réunion. Sinon, fallait juste demander aux bibliothécaires, ils vous l’auraient dit.

Bref, les bibliothèques reçoivent trop de public, et celui-ci à l’indélicatesse d’utiliser les 1000 postes d’accès à Internet et les centaines de postes de consultation des catalogues et ceci « dès l’ouverture des établissements » constatent avec horreur, et de concert, nos deux directeurs.  

«Ces ralentissement (les pannes) entrainent des files d’attente importantes aux banques de prêt, augmentant les risques d‘erreur, source de mécontentement pour le public et de stress pour les agents «  Reconnaît désormais la Ville de Paris, après avoir longtemps nié le problème et évoqué alors simplement « des incidents ponctuels ».

 

                                                Jour d'affluence dans les bibliothèques le mercredi et le samedi

                 File d'attente

                    -  " J'espère que certains vont pas commencer à utiliser internet dès l'ouverture ! "

   

Voilà pour l’observation, car pour ce qui est des explications « d’ordre applicatif  ou liés à des points techniques», on ne comprend rien du tout ! Un vrai langage de geek qui va de « problème applicatifs » et de « spécificités liées à l’application » en passant par « un problème de l’obsolescence de la solution actuelle ». Un vrai galimatias de bonimenteur informatique. 

C’est pourquoi nous nous voyons contraints de traduire et de décrypter ce langage municipal bourré de barrettes de silicium où notre chère administration finit par reconnaître finalement que ça ne marche pas si bien que ça Il était temps, non d’un SGIB ! 

Mais à l’avenir tout ira bien, c’est du moins ce qu’assure la Ville dans un paragraphe intitulé « mesures et calendrier » car, et oui, « la procédure de gestion des incidents a été revue conjointement et optimisé afin de renforcer le pilotage et de permettre la mise en œuvre des mesures », ce qui veut dire en clair qu’à la prochaine panne les services informatiques vont faire (tout?) leur possible pour réparer ! 

La Mairie précise qu’elle « procède de manière continue à une amélioration de l’architecture technique » ….En installant de nouveaux serveurs et de la mémoire supplémentaire ! Si, si.  Et là franchement, personne n’y aurait pensé. Il faut l’intervention conjuguée du Directeur des services informatiques et du directeur des affaires culturelles (même si ce dernier vient juste d’arriver) pour mettre en œuvre ce que chacun fait chez soi avec son ordinateur : rajouter des barrettes et de la puissance pour l’utiliser correctement et intégrer de nouveaux logiciels de plus en plus nombreux Les bibliothécaires disent bravo à nos experts du web 3.0


                            8_plrr.jpg

                                          -  " Chef, avec toutes ces pannes il va falloir une lettre d'explication ! "

                                   - "D'accord, mais dans un galimatia de bonimenteurs informatiques, alors ! "


« Notre objectif majeur est de complètement stabiliser le dispositif » conclut la Ville de Paris, qui promet ainsi un système sans faille et en état de marche dès la rentrée ! 

Sinon il est à craindre, pour ne pas surcharger le système informatique, qu’il faille fermer les bibliothèques le mercredi et le samedi ! 

A la CGT, on se pose toutefois une petite question : Et si la Mairie de Paris se dotait d’abord d’un bon matériel, d’un réseau en état de marche avec les bons logiciels qui vont avec avant de faire tester le résultat par les usagers et les agents ? On aimerait bien avoir une réponse pour une fois.


                           71977693

                                                       " Attention ,dernière minute !"


Dernière minute : la Mairie tombe (de nouveau) dans les pannes !

Oui, et voilà, patatras ! Le vendredi 3 août plus aucune connexion à Internet n'était de nouveau possible dans les bibliothèques parisiennes

Dès le matin à 10h30, un premier message d’alerte a été envoyé aux personnels: « Les logiciels des postes publics (bureautiques, retouche d’image, …) ainsi que les ressources électroniques sont indisponibles. La DSTI est prévenue. Nous vous tiendrons informés de la résolution de cet incident » 

A 13h50, après 4 heures de pannes, nouveau message, mais légèrement teinté d'optimisme : « La DSTI va redémarrer l’ensemble des services SMB à 14h05, l’interruption des services multimédia sera d’un quart d’heure environ. Merci de votre patience »

Malheureusement à 15h24,  c'est la douche froide : « Le redémarrage des services n’a pas suffi. Le prestataire a été contacté, nous sommes dans l’attente de son intervention. Nous vous tiendrons informés ».

Enfin à 18h10, à quelques dizaines de minutes de la fermeture, la Mairie de Paris jette l'éponge : » Le prestataire et la DSTI travaillent à une résolution de l’incident. Malheureusement il est peu probable que le service (logiciels de bureautique, ressources en ligne) soit de nouveau disponible demain samedi. Nous vous tiendrons informés. » Salle journée, vraiment !

 

                                         " Puisqu' Il n'y a plus d'internet à la bibliothèque, je vais aller à la plage ! "

                                       dyn006_original_320_259_pjpeg_2629062_86830877203e489d11423.jpg

                                                           Bon, il y a des jours comme ça, où ça veut pas !                                

 

 

* Il faut signaler toutefois que le directeur des affaires culturelles, François Brouat, vient juste d’arriver et ne peut donc pas être complètement responsable de la situation, par contre la direction des affaires culturelles et le directeur des services informatiques sont, eux en plein dedans.

** La note est disponible dans son intégralité sur simple demande à cgt_dac@yahoo.fr 


                                               Bruno Julliard, nouvel adjoint chargé de la Culture à Paris

                      114317973_ae5becb97e_z.jpg

                         - " Eh, Bernard ! A peine arrivé que la CGT s'en prend au nouveau directeur ! "

                                         - " Ahh, j' avais pourtant dit d'attendre la rentrée ! "

 

Lire aussi

Bibliothèques de la Ville de Paris: « Je ne suis pas responsable des pannes » affirme le directeur des services informatiques !

Partager cet article

Repost 0
Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans bibliothèques
commenter cet article

commentaires

Julien 13/08/2012 22:17

Bonjour,

Je ne connais personnellement pas la situation exacte à la DAC, mais je trouve votre poste un peu dur pour les collègues de la DSTI.
Je comprends que vous remettiez en cause les choix économiques et de communication, cependant je vous invite à la prudence et à ne pas remettre en cause le professionnalisme des agents
informatiques. Vous ne le faites pas directement, mais je ne peux pas imaginer que les collègues ne se sentent pas visés. En tant qu'ancien de la DSTI, je peux vous affirmer que les agents sont
fortement impliqués sur le fonctionnement quotidien de l'ensemble du système. C'est donc dur de voir ainsi son travail remis en cause.
Bien cordialement

CGT Culture DAC Ville de Paris 14/08/2012 11:08



Bonjour,


Nous ne remettons pas du tout en cause le professionnalisme et l’investissement des collègues de la DSTI, loin de là. Nous savons qu’ils sont en première ligne pour résoudre les difficultés et
qu’ils se passeraient bien de tous ces problèmes sans aucun doute. De plus, il est vrai que la Mairie de Paris a changé les procédures et réduit les effectifs ce qui n’arrange rien. Cela est
également valable pour les collègues qui s’occupent des (nombreux) problèmes informatiques à la Direction des Affaires Culturelles.


Ce que nous mettons en cause en revanche c’est la politique de la Mairie de Paris.


La diminution des moyens (les connexions et le débit ne sont vraiment pas la hauteur).


Une ambition (et surtout une communication) démesurée (quand même tout basculer sur internet, sans anticiper les conséquences).


Le refus de voir les problèmes (dormez brave gens, tout va bien ! Le système est excellent). Je suppose pourtant que quelques personnes ont du leur dire que cela pourraient engendrer des
difficultés ? Pfui… Cause toujours !


Nous comprenons toutefois que notre discours puisse être mal interprété par certain collègues qui pourraient se sentir visées, ce n’est pas notre propos croyez nous, même si nous ne faisons pas
toujours dans la demi-mesure il est vrai.


Pourtant c’est cette communication que certains peuvent trouver critique et moqueuse qui a permis de faire (un petit peu) bouger les choses) ; Et oui, malheureusement la seule.


Néanmoins j’espère que les collègues auront aimé l’humour qui se dégage parfois de notre publication.


Bien cordialement