Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

C'est Qui ? C'est Quoi ?

  • : Le blog de CGT Culture DAC Ville de Paris
  • Le blog de CGT Culture DAC Ville de Paris
  • : Blog du Syndicat CGT Culture de la Direction des Affaires Culturelles de la Ville de Paris.
  • Contact

Qui sommes nous ?

Nous sommes des personnels de la Direction des Affaires Culturelles de la Ville de Paris, travaillant dans les bibliothèques, conservatoires, musées, ateliers des beaux-arts, services centraux...

Nous militons au sein de la CGT pour défendre les droits des salariés, la qualité du service public rendu aux Parisiens.

Pour vous syndiquer, demander conseil, faire des réclamations, envoyer des informations, une seule adresse : daccgtculturegmail.com


Recherche

Pages

4 novembre 2014 2 04 /11 /novembre /2014 17:47

                          

                            le voyeur

 

                             C’est ce qui est revenu à nos (grandes) oreilles.

Les agents affectés au PC de sécurité des musées parisiens surveillent les salles de leur établissement afin de prévenir tout problème de sécurité et de sûreté...normal, c'est leur rôle, leur travail, leur devoir, leur mission...qu'ils réalisent avec une attention soutenue, une honnêteté irréprochable...

Cependant des bruits courent dans certains musées gérés par la Ville de Paris et pas des moindres. On épierait les agents ! Hein quoi ? Comment ? Nooon ?...Si si ! Des encadrant désœuvrés (et mal intentionnés) s'amuseraient (oui, c'est le mot) à espionner les salariés à partir de leur ordinateur personnel relié on ne sait comment aux caméras du musée. c'est en tout cas ce que l'on chuchote dans les milieux autorisés et ce chuchotement est arrivé jusqu'aux oreilles attentives de la CGT...

Tss tsss pas sérieux tout ça : Car pendant que l'on surveille attentivement les allées et venues aux toilettes d'un malheureux agent aux intestins dérangés (heu ...la cantine peut être ?...) brigands, voleurs et créatures malhonnêtes de tout poil pouraient alors en toute tranquillité vider le musée de ses œuvres, de nos œuvres, enfin, de votre patrimoine...

Après les agents photographiés (une expo devenue célèbre lire ici), les agents filmés ?... brrr... ce serait trop horrible !! Nous ne voulons pas y croire !

Car chacun son métier et les œuvres, telles les vaches de l'adage, seront bien gardées. Faisons donc confiance aux agents de sécurité du PC, eux seuls sont compétents et expérimentés. Et personne d'autre aussi bien gradé soit-il.

A propos de vaches, gardons nous de monter sur nos grands chevaux, et cette vilaine rumeur (oh la vilaine rumeur !) va s'éteindre bien vite...c’est en tout cas ce que l’on attend de la direction de « Paris-Musée » l’établissement public en charge des musées municipaux de la capitale. Dans le cas contraire, la CGT n'hésitera pas à saisir la CNIL*

 

                                      arton7625

 

                          

*Selon la CNIL, « chaque employé doit être informé individuellement au moyen d’un avenant au contrat de travail ou d’une note de service, par exemple, de l'identité  des personnes accédant à la vidéosurveillance »...Les instances représentatives des personnels (Comité Technique) doivent elles aussi êtres aussi consultées au préalable. Dans le cas contraire l’établissement public « Paris-Musée » pourrait être condamné à une (lourde) amende (lire ici).

 

Lire aussi

La mairie de Paris augmente fortement le prix de l'entrée des catacombes

Les syndicats maintiennent la grève au musée Carnavalet, à la Crypte Archéologique et aux Catacombes.

Nouvelle agression au musée du Petit Palais

La culture contre les industries culturelles

Elections professionnelles : à la Direction des Affaires culturelles de la Ville de Paris on votera à la fin de l’année

 

 

Repost 0
Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans musées
commenter cet article
3 novembre 2014 1 03 /11 /novembre /2014 08:35

 

                 thierry-lepaon-et-pierre-gattaz-lors-de-la-conference-soci.jpeg

                                                                 - Je vis comme un coq en plâtre 

 

                        Du moins, celles qui s'occupent de « rénover » les bâtiments.

Alors que notre syndicat dénonce régulièrement les scandales qui règnent à la mairie de Paris (prime annuelle de quarante mille euros pour certains dirigeants, pot de départ au frais du contribuable d'une ancienne directrice des affaires culturelles, audit coûtant plusieurs dizaine de milliers d'euros, très haut cadres qui grenouillent au SPR du bureau des bibliothèques) il est peu dire que les révélations sur « l'appartement de fonction » du secrétaire de la CGT centrale, Thierry Lepaon nous ont choqués.

D'autant plus choqués que l'annonce de travaux pour 130 000 euros pour une simple location (le propriétaire a dû être content) a bien été confirmée par la confédération qui siège à la porte de Montreuil. On y apprend, entre autre, que notre syndicat a payé sans barguigner 24 000 euros pour refaire le carrelage et la plomberie, 20 000 pour refaire l'électricité (bling) ou 40 000 euros pour installer des volets roulants (?) et rafraîchir les murs (bling, bling).

Parmi les autres dépenses, notons encore un lot « mobilier et décoration » qui s’élève à 28.500 euros et comprend notamment l’installation d’une télévision dans chaque chambre, l’aménagement floral et du linge de maison. Bling, bling, bling. Le tout pour une surface de 120 m2 pour une personne seule ! Mieux que la loi DALO.

En réalité, nous serions bien sévères envers Thierry Lepaon et Eric Laffond, le trésorier confédéral qui a validé la facture, car en fait tout cela n'avait pour seul but que de redresser l'état du pays. En effet, alors que l'on critique continuellement la CGT d'être un frein à l'activité économique de la France, elle a, cette fois ci, décidé de redonner enfin des marges aux entreprises et de remplir les carnet de commande de celles qui sont dans le secteur du bâtiment. Alors oui, la CGT (enfin celle du siège) aime aussi l'entreprise.

Bon seule faute de goût dans les dépenses pour « remettre en état » l’appartement de fonction de notre cher leader : l'installation d'une machine à café Nespresso (avec dosettes ?). Et oui, du côté du siège à Montreuil on aurait au moins pu choisir un appareil de marque Moulinex, l'ancienne entreprise de notre secrétaire général confédéral.

« La bonne gestion des cotisations des adhérents au service de l'activité syndicale est une priorité » a déclaré le trésorier du bureau confédéral. Il n'y plus qu'à espérer qu'il en tire les conséquences. What else !


                                                             A Vincennes, la CGT aime aussi l'entreprise

              Francois-Hollande-et-les-syndicats.jpg

                                                    - Prenez en de la graine, les gars !

 

 


Lire aussi

Paris : Des dizaines de bibliothécaires écrivent à Bruno Julliard pour obtenir une prime

Repost 0
Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans Informations
commenter cet article
2 novembre 2014 7 02 /11 /novembre /2014 17:29

 

  paris_pollution.jpg

                                                                  Grand Paris : Pour percer le brouillard

 

            La CGT vous invite à une journée d'étude et de débat le 27 janvier

La création de la métropole du Grand Paris est prévue pour le 1er janvier 2016 avec la mise en œuvre d'un EPCI, couvrant Paris et les 123 communes de petite couronne. Des compétences obligatoires seraient transférées : urbanisme, politique du logement et de l'habitat, etc. mais aussi d’autres compétences (dites d’ « intérêt métropolitain »), qui seront définies avant le 1er janvier 2016.

Pour comprendre les enjeux de la loi « de modernisation de l’action publique territoriale et d’affirmation des Métropoles », à l’origine de la création de la Métropole du Grand Paris, le syndicat des cadres et techniciens de la Ville de Paris vous invite à une journée de débat le 27 janvier 2015, Salle phénix au 103 avenue de France (XIIIe) .

Cette journée d'étude sera animée le matin par Benoit Martin de l’Union Générale des Ingénieurs Cadres et Techniciens de la CGT, et Benjamin Gluckstein du Syndicat CGT des Cadres et Techniciens Parisiens des Services Publics Territoriaux.

A menu : Quelles seront les conséquences de cette loi : sur l’organisation et le financement des collectivités territoriales ? Sur le fonctionnement et le financement du Service Public et de l’emploi public ? Sur nos conditions de travail dans nos services, notre statut, nos droits et garanties collectifs et individuels ? Nous montrerons pourquoi nous y opposons et vous présenterons les alternatives possibles dès maintenant.

 

            Metropole-du-Grand-Paris-le-consensus-introuvable article p

                             

L'après-midi aura lieu la projection du film : « les jours heureux » de Gilles Perret : les bases de notre système social.

Entre mai 1943 et mars 1944, sur le territoire français encore occupé, seize militants appartenant à tous les partis politiques, tous les syndicats et tous les mouvements de résistance vont changer durablement le visage de la France. Ils vont rédiger le programme du Conseil National de la Résistance intitulé magnifiquement : « Les jours heureux ».

Ce programme est encore au cœur du système social français puisqu’il a donné naissance à la sécurité sociale, aux retraites par répartition, aux comités d’entreprises, etc.

Dans un contexte d’attaques généralisées sur l’ensemble de ces acquis, il est plus que nécessaire de nous rappeler cette histoire pour nourrir nos analyses et actions d’aujourd’hui. Nous vous proposerons d’en discuter suite à la diffusion du film. 

Cette formation syndicale est ouverte à tous les agents de la Ville (tout agent a droit à 12 jours de formation syndicale annuelle). Si vous souhaitez en bénéficier, inscrivez-vous par mail auprès de notre syndicat : SYNDICAT-CGT-Cadres@paris.fr (date limite d’inscription : 15 décembre 2014), en indiquant vos  nom et prénom, SOI, Direction, adresse, vous serez détaché(e) une journée par l’Administration. Pour tous renseignements sur cette formation, s’adresser à catherine.albert@paris.fr ou elisabeth.dupuis@paris.fr – tel 01 42 76 32 83

 

                                Grand Paris : débat le 27 janvier 2015 au 103 avenue de France (XIIIe) .

        IMAGE_2010_05_07_6227546-644x365.jpg

                                                        Venez nombreux !

 

Lire aussi

Le dessous des cartes: Le « Grand Paris » mais qu’est ce que c’est ?

Repost 0
Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans Informations
commenter cet article
29 octobre 2014 3 29 /10 /octobre /2014 10:48

 

           1611425

 

                        Ils s’appuient pour cela sur une décision du Conseil d’État

C’est ce que l’on appelle une Class action à la parisienne. Depuis hier des dizaines de bibliothécaires ont déposé officiellement une demande de prime auprès de Bruno Julliard, premier adjoint à la maire de Paris, également en charge de la culture.

Ces agents qui travaillent dans les bibliothèques Vaclav Havel (XVIIIe), Hergé (XIXe ) et Levi Strauss (XIXe) s’appuient sur une décision rendue par le Conseil d’État dans une autre affaire pour obtenir satisfaction. La plus haute juridiction administrative a en effet établi que les établissements n’entrant pas dans le découpage des Zones Urbaines Sensibles (ZUS) mais dont la proximité a pour conséquence qu’ils sont fréquentés par les mêmes usagers, peuvent dorénavant prétendre à une prime dite NBI (Nouvelle Bonification Indiciaire). Ce qui est le cas pour ces établissements situés dans le nord-est parisien.

« Comme vous le savez, bon nombre d’agents de la Direction des Affaires Culturelles (DAC), direction dont vous êtes l’élu de tutelle, travaillent tous les jours dans des établissements recevant du public, dans des conditions qui se dégradent » écrivent les bibliothécaires à Bruno Julliard. « Cette approche de limitation de l’attribution de la NBI uniquement aux agents exerçant dans un établissement situé physiquement dans la ZUS, et non dans les établissements voisins d’une ZUS, a été attaquée devant le tribunal administratif, et après appel, a été jugé devant le Conseil d’État, plus haute juridiction judiciaire administrative. A ce jour, Monsieur le maire, la Direction des Affaires Culturelles (DAC) ne m’a pas attribué cette NBI » rappellent les agents

« Nous vous savons sensible aux questions des conditions de travail et de sécurité des agents placés sous votre tutelle. Vous avez d’ailleurs diligenté une enquête pour dresser un bilan sur les actes d’incivilités dans les bibliothèques en ce début d’année, suite à une hausse des signalements venant de différents établissements » continuent les bibliothécaires dans la lettre à leur adjoint de tutelle précisant au passage que leur pouvoir d’achat ne fait que stagner depuis plusieurs années.

« L’attribution de cette prime serait la reconnaissance du travail quotidien que moi et mes collègues effectuons au service des Parisiens » concluent les bibliothécaires qui attendent avec impatience la réponse de Buno Julliard à leur demande.

Le premier adjoint va devoir vite trouver une solution car il va bientôt recevoir un afflux de nouveaux courriers (dont le modus operandi est disponible ici) car une trentaine d’agents travaillant à la médiathèque Marguerite Yourcenar (XVe) vont à leur tour déposer leur demande dans les prochains jours et ceux de la médiathèque Jean-Pierre Melville (XIIIe) sont en train de constituer leur dossier. Enfin des personnels des bibliothèques Hélène Berr (XIIe), Italie (XIIIe), Aimé Césaire (XIVe), Rostand (XVIIe), Robert Sabatier (XVIIIe), Duras (XXe) ou encore de la MMP au forum des halles (Ie) veulent également se joindre à cette class action à la mode parisienne. Un effet boule de neige.

 

                       Le cabinet de Bruno Julliard va bientôt recevoir un afflux de nouveaux courriers

           poulet au vinaigre4

                           - J'espère que tu me ramènes pas encore des demandes de NBI

 

 

Lire aussi

Dans les établissements culturels parisiens, la NBI pour (presque) tous, c'est possible ?

A la CGT on aime (aussi) l'entreprise !

Repost 0
Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans Primes
commenter cet article
28 octobre 2014 2 28 /10 /octobre /2014 08:57

 

                   3904847_reine1.jpg

                                                                                       - Yes we can ! 

                               

               Ça se pourrait bien si l'on en croit une décision du Conseil d’État

« Pourquoi les collègues de province touchent ils la NBI quand ils accueillent du public et pas nous ? ».« , c'est normal que l'on touche pas la NBI dite politique de la ville alors que des collègues d'établissements situés juste à côté la touchent ? ». Régulièrement ces questions nous sont adressées par les collègues du réseau des bibliothèques parisiennes ou ceux des musées. D'ailleurs c'est quoi au juste la NBI ? La NBI, Nouvelle Bonification Indiciaire est une prime accordée pour « la mise en œuvre d'une technicité particulière. » (lire ici)

C'est notamment le cas de la NBI-1 qui est délivrée sur la base d’un découpage du territoire parisien effectué par le ministère de l’intérieur qui délimite les ZUS (Zone Urbaine Sensible). C’est dans ces zones, et seulement dans celles-ci, que peut être versée la NBI-1. A ce titre certains établissements en bénéficient quand d'autres pourtant situés à quelques rues de là se voient refuser cette prime car n’entrant pas dans ce découpage subtil. Les ZUS concernent quelques quartiers dans Xe, XIe, XVIIe, XVIIIe, XIXe, XXe. A noter que d'autres quartiers du XIIIe, XIVe et XVe bien que n'étant pas déclarés ZUS sont classés « politique de la Ville » ce qui fait que si elle le voulait, la mairie pourrait leur attribuer également cette fameuse prime.

Mais il y a du nouveau, en tout cas une possibilité juridique d'obtenir la NBI dite « politique de la ville » pour plus de collègues qu’actuellement si l'on en croit une décision du Conseil d’État. En effet sur la base d’une jurisprudence de ce qui est la plus haute juridiction administrative, il est clairement établi, enfin pour les juristes avertis (lire ici), que les établissements n’entrant pas dans le découpage des ZUS mais dont la proximité a pour conséquence qu’ils sont fréquentés par les mêmes usagers, peuvent dorénavant prétendre à cette NBI-1. Et toc !

 

                    serillon-hidalgo-sarko-75657.jpg

                                                                                             - Ouch !

 

Cette jurisprudence a également été analysée et confirmée par un avocat spécialiste du droit administratif dans une langue (un peu) plus accessible (lire ici). Une jurisprudence en tout cas on ne peut plus compatible avec la délibération parisienne (lire ici). En tout cas pour avoir un (petit) peu de sous en plus (de 45 à 90 euros) il y a de quoi tenter quelque chose.

D'autant que pour l’attribution de cette NBI, y compris pour les établissements situés en dehors de ces fameuses ZUS, nous avons sollicité à plusieurs reprises tant les élus que la direction pour connaître leur position sur cette demande récurrente des agents, relayé souvent même par les chefs d'établissements. En fait, la demande de cette prime dépasse largement la question de la politique de la ville. Elle vise avant tout à répondre aux questions que se posent les agents sur leurs conditions de travail qui se dégradent au quotidien et leur pouvoir d’achat qui ne fait que stagner depuis plusieurs années.

Hormis le fait que nos décideurs portent « une grande attention à ce problème », nous n’avons eu aucune proposition concrète à ce jour, c’est pourquoi nous proposons aux collègues intéressés de passer à l’étape suivante.                    

Car oui il est possible de demander cette NBI pour (presque) tous, suite au jugement du Conseil d’État (la plus haute juridiction judiciaire en droit administratif) qui a accordé cette mesure à un agent territorial qui n’était pas en poste dans une ZUS, mais dont l’établissement était situé à proximité (ce qui à Paris pourrait concerner pas mal de monde, non?). Si la justice peut aider à mettre un peu de beurre dans les épinards...

 

                 14.02-Bruno-Julliard-930620-copie-1

                                                 - Pas mal de monde ? Ils ont l'art de la litote à la CGT


Pour enclencher la procédure, nous devons d’abord faire une demande* d’attribution de cette NBI ZUS via un « pré-contentieux » adressé à notre autorité de tutelle, en l’occurrence Bruno Julliard. Un modèle est disponible sur simple demande. Il suffit juste de rajouter vos noms, prénoms, affectations… *

Cette demande ne peut être qu’individuelle (c’est la procédure dans le droit administratif). L’idée est de regrouper suffisamment de demandes en même temps pour des raisons pratiques mais surtout pour donner du poids à cette revendication. Une sorte de class-action à la parisienne quoi. Ensuite notre syndicat se chargera de porter officiellement tous ces courriers à Bruno Julliard avec demande d'accusé de réception (date, tampons et tout et tout)

Ensuite trois possibilités : 1- La Mairie de Paris accède à votre requête (après tout, ne serait-elle pas sensible à la demande de reconnaissance des agents ?). 2 - Elle répond négativement (ou de manière dilatoire genre « c’est pas nous, c’est les autres » ). 3 - Elle ne répond pas (inconcevable, n'est ce pas?).

Si la mairie de Paris choisi les options deux ou trois, nous avons dès lors la possibilité d’attaquer au Tribunal Administratif pour avoir gain de cause (il faut attendre deux mois et avoir préalablement écrit à l’administration pour aller plus loin, c’est la loi). Alors à vos stylos. Bon évidemment on ne promet rien (les juges peuvent êtres parfois imprévisibles) et cela pourrait prendre un certain temps (surtout si notre cher employeur fait de l'obstruction) mais bon, qui ne tente rien, n'a rien, n'est ce pas?

* Un modèle est disponible sur simple demande en écrivant à daccgtculture@gmail.com ou à cgt_dac@yahoo.fr. Vous l’imprimez et il y aura juste à rajouter vos noms, prénoms, affectations… dans les cases prévues à cet effet. Et après on se charge du reste. 


Dernière minute: NBI : Des centaines de bibliothécaires parisiens mettent Bruno Julliard dans l’embarras

   

                                                                                 A vos stylos

             740073_hidalgo-copie-1.jpg

                                                              - Qui ne tente rien, n'aura rien


Lire aussi

Paris : Des dizaines de bibliothécaires écrivent à Bruno Julliard pour obtenir une prime

La Mairie de Paris a commandé une grande enquête sur les incivilités dans les établissements culturels

Insultes, gifles et agressions à répétitions au musée du Petit Palais

NBI à la Mairie de Paris : Zut, j’suis pas en ZUS, c'est juste une ZSP

Repost 0
Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans Primes
commenter cet article
16 octobre 2014 4 16 /10 /octobre /2014 07:54

 

                    Philippe-Goujon.jpg

                                  -  Je m'essuie les pieds sur les usagers et les bibliothécaires de Yourcenar

 

Un véritable pataquès à la bibliothèque Marguerite Yourcenar. Philippe Goujon entrainera-t-il Bruno Julliard dans le ridicule ?

Le cafouillage serait presque drôle s'il n'était aussi pathétique. La médiathèque Marguerite Yourcenar, rue d'Alleray dans la XVème arrondissement, actuellement fermée pour travaux, doit impérativement rouvrir la semaine prochaine pour … refermer la semaine suivante. Une palinodie que l'on doit au maire de l'arrondissement, Philippe Goujon. Petit historique des événements.

Au cœur du mois d’août, les bibliothécaires annonçaient au public la fermeture de l’établissement du 30 septembre au 21 octobre pour inventaire et travaux. Jusque là tout va bien.

Le jour même où ces travaux devaient commencer, l'entreprise annonce que la pièce nécessaire pour réparer la porte d’entrée ne sera pas disponible et livrée avant le 13 novembre soit bien après la réouverture programmée …Catrastrophe ! La direction de la médiathèque fait donc une demande de prolongation de fermeture aux autorités de droit jusqu’au 14 novembre. Normal quoi.

Finalement, après un long silence la direction des affaires culturelles de la ville de Paris annonce qu’une prolongation de fermeture est acceptée jusqu’au 14 novembre ! C'était la semaine dernière. Jusque là tout va (encore) bien. Mais ça c'était avant...

 

                         la-premiere-folie-des-monty-python--pataquesse--poster_1008.jpg


Patatras, en début de semaine, l'équipe de la bibliothèque apprend que la mairie du XVème demande impérativement la réouverture de la médiathèque le 21 octobre (soit mardi prochain) … Les travaux sur la porte seraient effectués ultérieurement…Ben voyons.

Nouveau rebondissement ! La bibliothèque Yourcenar rouvrirait bien le 21 octobre pour mieux....refermer la semaine suivante ! Pour travaux. Et pour trois semaines. Pas sûr que les usagers y comprennent quelque chose. Le maire du XVème leur expliquera... 

Une chose est sûre, les personnels sont révoltés et les conséquences s'avèrent dramatiques : Des animations annulées puis reportées avant d'être de nouveau annulées, les étudiants du week-end sont « congédiés » pour plusieurs semaines, puis rappelés, les plannings de vacances du personnel dans sa globalité à refaire, les dimanches travaillés annulés puis planifiés à nouveau : Bref, à la médiathèque Yourcenar tout est vraiment sans dessus-dessous ! Il est temps que Bruno Julliard, l'adjoint chargé de la Culture, mette fin à ce pataquès. A moins que monsieur Goujon ne l’entraîne avec lui dans le ridicule ?

 

             YOURCENAR-0850.jpg

                                                         - C'est hors de question !


Épilogue : La médiathèque restera fermée. Réouverture le 12 novembre. Par contre selon nos informations, on peut vraiment parler de mic-mac entre Goujon, le Bureau des Bibliothèques, la Direction des Affaires Culturelles et Julliard. On ne sait plus très bien qui fait quoi et qui a vraiment décidé d'ouvrir coûte que coûte. L’enfumage classique, quoi. Finalement ils n'aurons pas échappé au ridicule

 

 

 

Lire aussi

Série noire à la bibliothèque Jean-Pierre Melville (Paris XIIIe)

                                      

Repost 0
Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans bibliothèques
commenter cet article
15 octobre 2014 3 15 /10 /octobre /2014 16:51

 

                       0600753085745

 

                      Après la pollution, voici maintenant les inondations.

C'est ce que l'on appelle une série noire. Alors que la semaine dernière la bibliothèque Jean-Pierre Melville avait du fermer ses portes plusieurs jours pour cause de pollution (lire ici) voici qu'elle subit de nouvelles avaries.

Cette fois, ce n'est pas le froid qui en est la cause (ce sera pour bientôt?) mais tout simplement les conditions climatiques des derniers jours et la pluie qui s'est  abbatue sur la capitale car il pleut à la bibliothèque Melville et la section jeunesse située au dernière étage est inondée.

« Nous mettons tout en œuvre pour obtenir cette réparation » affirme la mairie de Paris mais l'accès au public reste ouvert au mépris de la sécurité des lecteurs. Pour le moment adultes et enfants passent entre les gouttes qui finissent leur vie dans des poubelles. Prions pour que l'eau qui s'écoule des plafonds ne rentre pas en contact avec des éléments électriques.


T4T2

T5T3

                                                                             Récolement, volumétrie

      

Quand aux conditions de travail des bibliothécaires, elles sont secondaires si l'on en croit l'état des bureaux. Un  vient d’être d'ailleurs condamné. D’ici à ce que le plafond tombe sur le crâne des agents...

Pas impossible puisque les problèmes de fuite de ce bâtiment déjà en bout de course sont connus.Des solutions sont possibles:Il suffirait dans un premier temps de retirer les graviers et les plaques de goudrons sur le toit pour effectuer les réparations mais les différences services de la mairie se renvoient la balle de water-polo. Un épisode qui rappelle étrangement celui de la bibliothèque de la place d'Italie située un peu plus loin dans l'arrondissement et qui est elle aussi victime de fuites récurrentes (voir ici et ).

 

          T1

                                                              Waterproof

 

* La bibliothèque Jean-Pierre Melville abrite également dans ses locaux au troisième étage la bibliothèque Marguerite Durand

 

Lire aussi

A la bibliothèque Melville, l’atmosphère est irrespirable !

La bibliothèque Jean-Pierre Melville (XIIIe) fermée pour cause de froid.

La Bibliothèque Italie (XIIIe) fermée pour inondations répétées

Repost 0
Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans bibliothèques
commenter cet article
14 octobre 2014 2 14 /10 /octobre /2014 08:26

 

  calcio-edu-slider.jpg

 

En attendant la publication officielle de cette enquête, la CGT a effectué ses propres recherches et vous livre ses premiers résultats et son analyse

Il y a maintenant plusieurs semaines la Direction des Affaires Culturelles (DAC) a lancé une enquête sur les incivilités dans les bibliothèques municipales parisiennes. Il est vrai que les agressions verbales et même parfois physiques sont de plus nombreuses, surtout depuis l’introduction de nouveaux services, comme les pôles informatiques Une hausse d’ailleurs reconnue par notre adjoint à la culture, Bruno Julliard.

En attendant la publication officielle de cette enquête (d'ici la fin de l'année?), la CGT a effectué ses propres recherches et vous livre aujourd’hui ses premiers résultats et son analyse. Elle portera sa réflexion au Comité Hygiène et Sécurité de la direction et présentera ses préconisations au groupe de travail sur les risques psychosociaux.

Dans un premier temps, il faut noter une forte progression des déclarations d’événements sur l’ensemble des établissements de la DAC entre 2009 et 2014.

D’entrée de jeu la question de pose : y a-t-il réellement plus d’incivilités ou les établissements font ils simplement plus de déclarations, ayant mieux intégré les outils mis à leur disposition ?

Les deux, mon général !  Même si pour notre syndicat, il est clair que les établissements de la culture connaissent les mêmes problématiques de dégradation des relations humaines que l’ensemble de la société.

 

                                     image001

                                                                                Charte graphique !


On remarque par ailleurs une répartition très inégale des déclarations entre bibliothèques, conservatoires, ateliers beaux-arts et sites centraux, aussi bien en quantité qu’en qualité (si tant est que l’on puisse parler de la « qualité » d’un incident).

A cela plusieurs pistes de réponse : Les bibliothèques sont des lieux plus ouverts que les autres établissements de la DAC. Pas besoin d’inscription, et surtout l'offre d' un service gratuit dès lors que l’on ne s’abonne ni à l’emprunt des CD et des DVD. D’autres parts les conservatoires n’ont rejoint le giron de la ville que depuis quelques années. La politique en sante sécurité y est encore balbutiante.

Par ailleurs, les déclarations se font maintenant sur support informatique. Cela nécessite un login de connexion particulier. En général, c’est le chef d’établissement et son adjoint le plus proche qui en sont dépositaires. Encore trop souvent, ils ne connaissent pas le mot de passe, ou s’ils le connaissent, ils  ne souhaitent pas rédiger de déclaration de peur de stigmatiser leur établissement.

Parfois, ils ne comprennent pas les enjeux d’une déclaration considérant que l’incident est de peu d’importance. Il arrive également qu’une seule personne sache utiliser ce programme de déclaration d’incident et dès lors qu’il est absent, il n’y a personne pour prendre le relais. 

Enfin, les motifs de déclarations sont très divers. Ils vont de la dénonciation de dégradations de bien (vols etc…) aux agressions verbales et physiques entre usagers ou entre usagers et agents de la Ville. Une chose est sure : beaucoup d’incidents sont susceptibles d’avoir des suites pénales. Toutefois peu se transforment en main courante ou plainte en commissariat.

 

                             BrSUbDiIgAAUjMK large

                                                   Incivilités: La mairie de Paris reconnait une hausse

 

Pourquoi, alors que les problématiques sont bien identifiées, n’arrive-t-on pas à trouver de solutions satisfaisantes ? Question de culture ?  Pas seulement. Plusieurs pistes de réflexion possibles :

Il n’y a pas de formation satisfaisante sur la gestion des usagers difficiles pour les agents

La population des agents dans la plupart des établissements est encore essentiellement féminine. Se pose alors la question : une plus grande mixité serait elle un moyen de réduire le nombre d’agressions ?

L’apparition et le développement des pôles multimédia drainent une nouvelle population d’usagers dont les comportements nouveaux déroutent le personnel.

Aujourd’hui, La politique de la DAC n’est pas une politique de prévention mais de réparation.

La mise en place de Quali-paris et de façon générale la parole du politique qui place l’usager parisien  au sommet de la pyramide rends de plus en plus difficile les échanges. Le parisien paye ses impôts donc il est libre de faire ce qu’il souhaite dans les établissements municipaux.

La grande difficulté à porter plainte. Ce n’est pas dans les habitudes des bibliothécaires. Par ailleurs, les agents savent que poser juste une main courante ne sert à rien.

La grande difficulté aussi à considérer qu’une agression envers un agent est un délit qui se porte en justice mais se traite également en CHS pour trouver des solutions rapides et concrètes. On attend donc avec impatience la publication de ce rapport mais surtout les mesures que va proposer l’administration parisienne.

 

                  

                            600full-technical-ecstasy-cover

  

 

Lire aussi

Fermeture de la la bibliothèque Louise Michel (XXe) suite à une agression

Nouvelle agression au musée du Petit Palais

Insultes, gifles et agressions à répétitions au musée du Petit Palais

Risque Psycho Sociaux (RPS) : La CGT lance un nouveau devoir d’alerte à la Direction des Affaires Culturelles de la Ville de Paris.

Dans les établissements culturels parisiens, la NBI pour (presque) tous c'est possible ?

Repost 0
Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans santé au travail
commenter cet article
9 octobre 2014 4 09 /10 /octobre /2014 15:43

  

                3672935_biq5-wwicaattfm-new.jpg

 

A cause du manque de renouvellement d’air, le public et les bibliothécaires sont au bord de l’étouffement.

Faudra-t-il faire appel à Airparif ? En tout cas, ça fait un mois que ça dure ! Et le public et les agents de la bibliothèque Jean-Pierre Melville se plaignent.

En cause, une panne de climatisation. Problème, ce bâtiment inauguré en 1983 et situé dans le quartier des olympiades dans le XIIIème arrondissement a été construit ….sans fenêtre ! Résultat, l’air est tellement irrespirable que le public et les personnels se plaignent d’irritation, de maux de gorges….  Ils vivent un véritable pic de pollution permanent.

L’air est tellement vicié que la quiétude des lecteurs est polluée par les quintes de toux continuelles de ceux qui auraient eu l’imprudence de rester trop longtemps au sein de cette atmosphère saturée en gaz carbonique.

Un moteur neuf du système de climatisation devait être installé hier, 8 octobre. Las, tout est repoussé à une date ultérieure. Et à la bibliothèque Melville l’atmosphère devient vraiment irrespirable.

Alertés, nos élus du Comité Hygiène et Sécurité (CHS) sont intervenus auprès de la Direction des Affaires Culturelles de la Ville de Paris pour qu’elle nous dise comment elle compte faire pour améliorer l’accueil du public et les conditions de travail des personnels. Nous lui demandons qu’elle prenne des décisions rapides et pratiques comme la fermeture plus tôt de l'établissement, la possibilité pour les agents de faire des pauses « aération » plus nombreuses. Cette liste de pistes possibles n'est, bien sûr, pas exhaustive.

Dernière minute: La bibliothèque Jean-Pierre Melville est fermée au public les vendredi 10 et samedi 11 octobre. Le moteur doit être changé lundi. Normalement. 

 

                 photo-1190908989173-1-0.jpg

                                               - Je confirme chef, l'air de Melville est vraiment irrespirable !

 

 

 

 

Lire aussi

La bibliothèque Jean-Pierre Melville (XIIIe) fermée pour cause de froid.

La médiathèque Jean Pierre Melville est (encore) fermée pour cause de froid.

La mairie de Paris a commandé une grande enquête sur les incivilités dans les établissements culturels

Repost 0
Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans santé au travail
commenter cet article
7 octobre 2014 2 07 /10 /octobre /2014 08:57

 

                  631260-le-maire-sortant-de-paris-bertrand-delanoe-fait-la-q

 

Un nouveau mode de scrutin pour des élections qui seront aussi plus démocratiques

Le 4 décembre prochain, tous les agents de la Mairie de Paris (titulaires comme non-titulaires) seront appelés aux urnes. Des élections qui inaugureront un nouveau mode de scrutin. Les personnels ne voteront plus seulement pour les CAP (Commissions Administratives Paritaires) mais désigneront également leurs représentants au Comité Technique Central et à leur Comité Technique de direction. Chaque Comité Technique (CT) servira de base pour composer les Comités Hygiène et Sécurité, désormais CHS-CT (CT désignant les conditions de travail)  que ce soit au niveau central comme dans chaque direction. Soit trois votes différents en même temps.

Pour la Direction des Affaires Culturelles, ces élections seront indéniablement plus démocratiques. Auparavant, les personnels ne votaient que pour désigner les représentants de leur CAP. Résultat, les agents n’avaient parfois le choix qu’entre quelques listes, parfois deux, voire même …une seule. Un choix des plus restreints !

 

                 1020579 6 5ff6 ill-1020579-427557

                                                                                - C'est pas faux ....

 

Un scrutin à la proportionnelle intégrale sur un seul tour mais à trois votes. Désormais, tous les syndicats pourront se présenter aux suffrages de tous les personnels des ateliers beaux-arts, des bibliothèques, des conservatoires, des édifices cultuels, des services centraux… de la Direction des Affaires Culturelles puisque les agents (quel que soit leur grade ou leur statut) désigneront directement les neuf élus pour le Comité Technique de la direction (et par la même la représentation des organisations syndicales au CHS-CT).

Chaque syndicat pourra donc présenter une liste de dix-huit noms (titulaires et suppléants) pour le CT de la DAC. Il faudra faire environ 11% pour décrocher un siège.

Les personnels voteront également pour désigner leurs représentants au CT Central qui fixera la représentativité syndicale pour toute la Ville de Paris. Chaque syndicat présentera une liste de trente noms (15 titulaires, 15 suppléants). Pour avoir un élu il faudra faire environ 7%.                              

Enfin, les agents s’exprimeront une troisième fois pour choisir leurs représentants aux CAP. Les syndicats présenteront des listes pour les catégories C (AASM, Adjoint Administratifs, AAB) pour les catégories B (ASBM, Secrétaires Administratifs,..) et pour les A (Conservateurs, Bibliothécaires, Attachés d’administration…). A noter que les collègues des musées, qui ont pourtant voté l'année dernière, vont remettre ça eux aussi.

 

                7768065456_bernadette-chirac-depose-un-bulletin-de-vote-a-l.jpg

 

A quoi ça sert ? Le Comité technique (CT) sera consulté (pour avis seulement) sur l’organisation et le fonctionnement des services (des fermetures de bibliothèques par exemple, mais ce n’est qu’un exemple), sur les délibérations touchant le temps de travail (le dimanche par exemple, mais ce n’est là encore qu’un exemple) sur les plans de formation….

Le Comité Hygiène et Sécurité (CHS-CT) : Cette instance est cruciale car c’est elle qui est compétente pour les droits d’alerte, les droits de retrait ou les enquêtes sur les questions de santé au travail. Elle est aussi chargée de veiller à ce que l’administration remplisse toutes ses obligations en matière de santé et sécurité au travail.

Les Commissions Administratives Paritaires (CAP) : Elles se réunissent au moment des avancements ou promotions au choix, lesquelles restent très réduites de toute façon. C’est aussi cette instance qui se réunit en cas de procédure disciplinaire.                                            

Le 4 décembre* nous solliciterons vos suffrages pour pouvoir continuer à vous informer et vous défendre du mieux qu’on peut.

 

            13352200384 5135908afd b

                                                 - Si voulez que je continue à être brocardée, votez CGT !

                 

* La CGT demande toutefois que ce scrutin se déroule sur deux jours pour permettre à un maximum d’agents d’aller dans les bureaux de votes. Les personnels auront également la possibilité de voter par correspondance

 

 

Lire aussi

A la direction des Affaires de la Ville de Paris on ira aux urnes le 4 décembre

 

Repost 0
Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans Elections
commenter cet article