Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

C'est Qui ? C'est Quoi ?

  • : Le blog de CGT Culture DAC Ville de Paris
  • Le blog de CGT Culture DAC Ville de Paris
  • : Blog du Syndicat CGT Culture de la Direction des Affaires Culturelles de la Ville de Paris.
  • Contact

Qui sommes nous ?

Nous sommes des personnels de la Direction des Affaires Culturelles de la Ville de Paris, travaillant dans les bibliothèques, conservatoires, musées, ateliers des beaux-arts, services centraux...

Nous militons au sein de la CGT pour défendre les droits des salariés, la qualité du service public rendu aux Parisiens.

Pour vous syndiquer, demander conseil, faire des réclamations, envoyer des informations, une seule adresse : daccgtculturegmail.com


Recherche

Pages

1 juillet 2014 2 01 /07 /juillet /2014 08:39

 

                   o-grito 

 

Ce serait un signal très négatif envoyé à une population qui a déjà du mal à franchir les portes de nos établissements.

Dans le cours de l’année 2015, la médiathèque de la Canopée ouvrira ses portes au Forum des Halles. Elle proposera, entre autres, un accueil en langue des signes français (LSF), et fera partie des Pôles Sourds du réseau des bibliothèques municipales parisiennes, lesquels font référence dans la France entière.

La satisfaction que procure ce projet est malheureusement entachée par la volonté de fermer l'unique Pôle Sourds du nord-est parisien, celui de la bibliothèque Fessart, qui fonctionne depuis près de dix ans dans le XIXème arrondissement.

 

           tumblr kovb5lngvB1qz70qio1 500  


Le Pôle Sourds de la bibliothèque Fessart, petit historique : Le Pôle Sourds de la bibliothèque Fessart a vu le jour en juin 2006, à la suite du projet d’établissement de 2005. En 2012, le dernier projet s’est d’ailleurs donné comme objectif la poursuite et l’élargissement de ses activités.

Ce service répond actuellement à l’essentiel des critères définis pour les Pôles Sourds parisiens : un personnel spécifique, dont un agent sourd signant, un fonds de documents sur la culture sourde, une politique d’animation bilingue et des partenariats actifs avec diverses structures spécialisées.

La création de ce service, comme pour les autres Pôles Sourds, répondait à deux objectifs : Lutter contre l’illettrisme, encore important dans la communauté sourde  (enfants et adultes), et transmettre le goût de lire.

Faire un travail de sensibilisation auprès du grand public : Pour ce faire, plusieurs actions sont menées : Un accueil individualisé en LSF. Des accueils de groupes d’enfants et d’adolescents sourds et des interventions extérieures (écoles, hôpitaux de jour, centre de loisir parité…). Des animations bilingues ou en LSF sur la culture sourde pour enfants et adultes (spectacles, rencontres…). La présence d’interprètes pour permettre la mixité des publics lors d’animations. 

 

             496 deepestblue shootingstar 12 uk front 

 

Un service qui a fait ses preuves : il mérite d’être maintenu !

Des lieux d’accueil uniques en France : A l’heure où les politiques de lecture publique se préoccupent particulièrement  des publics en difficulté (quels qu’ils soient : personnes en situation de handicap, personnes socialement isolées, primo-arrivants..), les Pôles Sourds parisiens sont des lieux d’expérimentation et de médiation précieux, uniques en France.

Un bon maillage du territoire parisien : La répartition des quatre Pôles sur le territoire parisien est très satisfaisante, et l’ouverture prochaine d’un nouveau pôle au centre de Paris viendrait parfaire ce maillage… à condition, bien sûr, qu’un Pôle Sourds soit maintenu dans l’est parisien !

Une visibilité acquise : Après plusieurs années de partenariat et de travail auprès des structures accueillant des enfants sourds, le Pôle Fessart fait désormais partie du paysage parisien pour la communauté sourde d’Ile-de-France, et sa fermeture serait un signal très négatif envoyé à cette population qui a déjà du mal à franchir les portes de nos établissements. 

 

       STORM 13 064  


Une accessibilité plus large : Le dernier projet d’établissement de la bibliothèque Fessart (2012) donne une dimension supplémentaire au Pôle Sourds : en effet, le bâtiment n’étant pas accessible aux personnes à mobilité réduite, la volonté est de développer d’autres types d’accessibilité (dans ce contexte, l’accueil en LSF est un atout important à préserver).

Par ailleurs, la langue des signes est désormais reconnue comme un  moyen de communication pour un certain nombre de handicaps mentaux et psychiques (troubles du spectre autistique, par exemple).  La bibliothèque Fessart donc poursuivi et développé, en 2013, des actions d’accueil en LSF d’enfants présentant des troubles autistiques.

Un regard en cours de changement : L’action de sensibilisation du public entendant est également à prendre fortement en considération.

En effet, l’intérêt de ces pôles ne réside pas seulement dans le nombre de personnes sourdes qu’ils arrivent à toucher. C’est aussi le changement de regard sur le handicap qu’il va induire chez les usagers « ordinaires » : les usagers de Fessart, régulièrement accueillis par une bibliothécaire sourde, le public des rencontres désormais habitué à la présence des interprètes, les parents qui amènent leurs enfants écouter un conte bilingue LSF / français, les élèves et les enseignants de l’école voisine accueillis à plusieurs reprises par notre collègue sourde...

La population du quartier, peu à peu, se familiarise avec ce qui est encore trop souvent une étrangeté que l’on préfère ignorer. 

 

              644b93ce8943415c4efc45ec2495066d  


Les besoins du Pôle Sourds de Fessart pour maintenir un service de qualité : Le bon fonctionnement d’un Pôle Sourds nécessite un certain nombre de moyens, principalement en matière de personnel et de formation :

Moyens humains : Dans le contexte actuel, où le calcul des « effectifs cibles » a conclu à la suppression de deux postes sur les dix de Fessart (soit …20%), le Pôle Sourds ne doit toutefois pas être une charge supplémentaire pour l’équipe ; pour maintenir la qualité des services qu’il propose, il est souhaitable que deux agents s’y consacrent à plein temps : un professionnel sourd signant avec une bonne maîtrise du français écrit, et un professionnel entendant signant. (La présence d’une personne sourde est la garantie d’une véritable légitimité).

Actuellement, le pôle est porté par un agent sourd à 80% et un agent aux missions transversales, ce qui fait environ 1,5 équivalent temps plein.

Formations : Possibilité d’assurer la formation à la LSF sur deux ans pour une personne. Sensibilisation et initiation à la communication régulières pour l’ensemble de l’équipe. 

 

              092737385-52fb16cf-c2bb-473e-83a8-7d7ec19956ae  


Collections : L’absence de fonds de DVD, si elle est regrettable, n’est pas rédhibitoire (cette offre existe dans les autres Pôles Sourds). Les autres documents ne nécessitent pas de budget spécifique, ils sont achetés sur le budget général d’acquisition de la bibliothèque.

Animations : La politique d’animation nécessiterait d’être repensée, tout en gardant ses deux aspects distincts : La mise en accessibilité de l’animation tout public (interprètes), et la programmation d’animations en LSF (avec accessibilité pour les entendants), ayant trait au monde des sourds : promotion, sensibilisation à la culture sourde encore peu diffusée en France…

En conclusion, pour que Pôle Sourds de la bibliothèque Fessart puisse continuer à exister, cela ne pourra se faire qu'avec les moyens de fonctionnement minimum définis ci-dessus.

Par ailleurs, il est nécéssaire de préserver l’effectif global actuel qui prouve sa capacité à faire progresser la fréquentation générale de la bibliothèque (augmentation de 15%  des prêts entre 2011 et 2013). Toute suppression de poste mettrait en péril cet équilibre et nuirait inévitablement à la vitalité et la pérennité de la bibliothèque.

Pour signer la pétition demandant le maintien d’un pôle sourds à la bibliothèques Fessart, cliquez là.

 

    C97W25A     

 

 

 

 

 

Bibliothèque Fessard (XIXe) : La Mairie de Paris sourde au handicap ?

Formation à la langue des signes : la Direction des affaires culturelles de la Ville de Paris dans une logique discriminatoire.

Le handicap dans les bibliothèques : La Ville de Paris peut (et doit) mieux faire !

 

Repost 0
Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans bibliothèques
commenter cet article
26 juin 2014 4 26 /06 /juin /2014 18:14

 

               photo 1

 

Fermeture également de l’exposition permanente du musée Carnavalet et ouverture retardée à la crypte archéologique 

La grève à l’appel de l’intersyndicale CGT, FO et UNSA pour dénoncer, entre autres, le manque d’effectif, l’insalubrité, l’absence de cantine et demander la revalorisation de prime dominicale (lire ici) a été très bien suivie par les personnels.

Dès potron-minet, la majorité des agents de Carnavalet se sont rassemblés pour manifester leur mécontentement devant les catacombes, dont le personnel était également en grève, place Denfert-Rochereau (XIVe). La direction de Paris-Musée a bien tenté d’ouvrir le site avec des vacataires, mais le nombre de manifestants présents (et le fort taux de gréviste) a empêché l’ouverture de l’ossuaire au public.

Au musée Carnavalet (IVe), le taux de gréviste était, là aussi, si important que la direction a été contrainte de fermer totalement l’exposition permanente qui occupe la majorité des espaces du musée. Seule l’exposition temporaire a pu ouvrir à grand renfort de vacataires. Il est vrai que cette dernière est payante…

Quand à la Crypte Archéologique (Ier), le troisième site concerné par l’appel de l’intersyndicale, la direction de Paris-Musée a beau avoir clamée qu’elle était restée ouverte, elle a toutefois oublié de préciser que l’ouverture au public a été retardée. Une première.

Les syndicats demandent toujours à rencontrer Bruno Julliard, président du conseil d’administration de Paris-Musées. Monsieur Julliard, également premier adjoint d’Anne Hidalgo, doit savoir que la colère des personnels est telle que le mouvement pourrait s’étendre aux autres musées de la Ville de Paris.

 

            640PX-~1

                             L'exposition permanente de Carnavalet a été fermée au public

 

 

Lire aussi

Grève le 26 juin au musée Carnavalet, aux Catacombes et à la Crypte archéologique. 

Les syndicats maintiennent la grève au musée Carnavalet, à la Crypte Archéologique et aux Catacombes.

Repost 0
Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans musées
commenter cet article
26 juin 2014 4 26 /06 /juin /2014 09:35

 

                                      Jul29701

 

Si la vente du siège des Affaires Culturelles se réalise, cela fera une victime (et pas des moindre) !

Il manque 400 millions d’euros dans les caisses de la Mairie de Paris pour boucler son budget. La maire de la capitale, Anne Hidalgo, est donc confrontée à des marges de manœuvre budgétaires d'autant plus étroites qu'elle s'est engagée à ne pas augmenter les impôts pendant toute la mandature et qu'elle redoute une baisse de 600 millions d'euros en trois ans des dotations de l'Etat. Autant de raisons qui justifient d'augmenter les cessions d'« actifs immobiliers non stratégiques », dit-on à l’Hôtel de Ville.

Ainsi le journal « Le Monde » nous apprend que l'exécutif municipal a mis à l'étude la vente de l'hôtel d'Albret et de l'hôtel de Coulanges, situés rue des Franc-bourgeois (IVe). Deux bâtiments du XVIIe et XVIIIe siècle, classés monuments historiques (lire ici).

Une vente qui pourrait bien concerner les personnels des bibliothèques, des conservatoires et ateliers beaux-arts de la capitale car l’Hôtel d’Albret est tout simplement le siège de la Direction des Affaires Culturelles de la Ville de Paris alors que de son côté, l’Hôtel de Coulanges abrite de nombreux services, dont ceux de la DRH.

Mais alors, où iraient-ils ? Certaines sources (très bien informées) parlent d’un déménagement vers…. Boulogne ! Selon plusieurs sources, ce serait assez loin du métro (assez loin de tout, en fait). Une mauvaise nouvelle pour les personnels administratifs qui travaillent pour la Direction des Affaires Culturelles et pour ceux qui auront besoin de leurs services.

En tout cas, une chose est sûre, si la vente du siège des affaires culturelles se réalise, cela fera une victime et pas des moindre. En effet depuis quelques semaines, une figure politique de la vie parisienne a pris ses quartiers à l’Hôtel d’Albret, il s’agit rien moins que …Bertrand Delanoë qui bénéficie d’un bureau et d’un secrétariat (lire ci). La vente de l’immeuble de la rue des franc-bourgeois serait, incontestablement, un signe de défiance de la part d’Anne Hidalgo envers celui qui lui a cédé son fauteuil !

Autre chose, la vente de ces bijoux de famille signifie que la mairie est plutôt dans la dèche et que par conséquent l’ouverture du dimanche des services municipaux, en particulier les bibliothèques, devra immanquablement être abandonnée faute de moyens.

 

         91c55e65801b328118fea91932f49fed 

                                                                  - Anne, c'est pas correct !

 

 

Lire aussi

Le nouveau directeur des affaires culturelles de la Ville de Paris, Noël Corbin, chahuté dès son arrivée  

Handicap en bibliothèque : La Mairie de Paris va-t-elle fermer l’unique Pôle Sourds du nord-est parisien ?

Repost 0
Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans Informations
commenter cet article
25 juin 2014 3 25 /06 /juin /2014 17:26

 

                                    protestation-fermeture

                          Le 26 juin les catacombes seront fermées (et pas à cause de la ventilation)

 

           Il est vrai que la Mairie de Paris n’a rien fait pour empêcher le conflit

Les organisations syndicales CGT FO et UNSA ont été reçues ce matin par la direction de Paris Musées dans le cadre du préavis de grève déposé pour le jeudi 26 juin 2014 (lire ici).

Bruno Julliard, Président de l’Etablissement Public et Christophe Girard Vice-Président, n’ayant pas jugé cette rencontre assez importante pour se déplacer, ont dépêché Monsieur Hector Raffaud, Directeur de cabinet de Bruno Julliard qui a brillé par son silence.

Comme à son habitude, Paris Musée renvoie l’ensemble de la plateforme revendicative « pour discussion » au premier semestre 2015…

Pour l’intersyndicale CGT FO et UNSA cela est inadmissible c’est pourquoi nous maintenons la grève demain jeudi 26 juin 2014 aux Catacombes, à la Crypte archéologique et Carnavalet dès 9h00 avec les revendications suivantes :

Pour une revalorisation de la prime du dimanche. 120 euros/dimanche travaillé (titulaires et vacataires).

Pour une revalorisation de la prime d’insalubrité pour les agents des catacombes.

Pour une vraie prime fin d’année de 500 euros pour tous les agents de Paris-Musées.

Pour l’attribution de la NBI aux agents d’accueil.

Pour l’attribution d’une prime de repas pour les agents travaillant les week-ends.  

 

               FIAC-2012--Bruno-Juliard20121021 Photo-Christophe-Noel-FMAC

                                         Bruno Julliard reste sourd aux revendications des personnels  

 

 

Lire aussi

Grève le 26 juin au musée Carnavalet, aux Catacombes et à la Crypte archéologique.  

Repost 0
Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans musées
commenter cet article
24 juin 2014 2 24 /06 /juin /2014 08:34

 

                       marilynmonroe lifemagazine-phillipehalsmanphotoshoots jan-1

 

De quoi ébranler tous nos Bouvard et Pécuchet qui sévissent notamment au Bureau des Bibliothèques de la Ville de Paris

La Mairie de Paris aimerait supprimer les espaces discothèque de ses bibliothèques municipales. Elle a d’ailleurs déjà commencé avec la suppression des collections de compacts disques dans les bibliothèques Aimé Césaire (XIVe), Glacière (XIIIe) ou Europe (VIIIe). D’autres fermetures étaient programmées (lire ici) mais face au tollé général le nouveau directeur des affaires culturelles, Noël Corbin, a annoncé un « gel des fermetures » avant de faire ses propositions sur l’avenir de la musique à Paris d’ici la fin de l’année.

Alors qu’un audit très coûteux a été commandé par la municipalité (lire ici), voici quelques idées reçues sur la place de la musique en bibliothèques battues en brèche par une étude que nous communique l’Association pour la Coopération des professionnels de l'Information Musicale (ACIM). De quoi ébranler  tous nos Bouvart et Pécuchet qui sévissent notamment au Bureau des Bibliothèques de la Ville de Paris.


         dvd-bouvard-et-pecuchet

                                             - Ça y est, je crois qu'on est démasqué

 

« Les disques compacts ne sont pratiquement plus empruntés en médiathèque. »

Faux : Si l’on constate effectivement une baisse conséquente des prêts (enregistrée dans de nombreux établissements depuis le milieu des années 2000) il faut savoir que dans les bibliothèques, chaque livre imprimé est prêté en moyenne 1,4 fois par an. Les documents sonores sont prêtés un peu plus souvent, avec une moyenne annuelle de 2,1 prêts par an. (Observatoire de la lecture publique. rapport 2013)

« Avec le numérique, le nombre de disques édités a fortement décliné. »

Faux : Le nombre de dépôts reste élevé (12 505 documents) , il n’a même jamais été aussi haut depuis 2004, à l’exception de 2012 (14 669). (BNF. Chiffres du dépôt légal)

« Avec le téléchargement et le streaming, la part de marché du disque physique ne représente presque plus rien dans l’économie de la musique »

Faux : En 2013 en France, le marché physique représentait encore 74,5% du marché de la musique enregistrée, les parts de marché du téléchargement et du streaming étaient respectivement de 12,71% et de 10,96%. (chiffres SNEP)

« L’écoute de la musique est devenue une des pratiques préférées des français(e)s »

Vrai : En 2008, 34% des Français écoutaient de la musique tous les jours ou presque contre 27 % onze ans plus tôt. (Ministère de la Culture. Les pratiques culturelles des Français à l’ère numérique : Éléments de synthèse 1997-2008). Pour ceux qui veulent approfondir, tout le dossier est là.

 

            Philips-en-revait pics 500

                                     - Alors là,vous avez Bouvard et là, c'est Pécuchet !

 

 

Lire aussi

La Mairie de Paris va étudier la gratuité du prêt des CD dans les discothèques municipales

 

Repost 0
Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans bibliothèques
commenter cet article
23 juin 2014 1 23 /06 /juin /2014 10:03

 

                  widget1 les catacombes de paris

 

Les personnels dénoncent l’insalubrité, l’absence de cantine et le manque d’effectif. Ils réclament également une revalorisation de la prime dominicale.

Le nouveau président de Paris-Musées, Bruno Julliard va essuyer son premier mouvement social depuis qu’Anne Hidalgo lui a laissé son siège. Le 26 juin, à l’appel des syndicats CGT, FO et UNSA, les personnels du musée Carnavalet (IVe), de la crypte archéologique située sur le parvis de Notre-Dame et des catacombes (XIVe) seront en grève pour dénoncer leurs conditions de travail.

Les agents de ces musées municipaux réclament une revalorisation de la prime du travail du dimanche. « Nous revendiquons une prime dominicale de 120 euros net par dimanche travaillé versée tous les trois mois (au lieu de six mois actuellement). Cette prime devra être aussi payée aux contractuels et vacataires travaillant le dimanche (ceux-ci, de manières assez scandaleuses, ne touchent aucunes primes dominicales).

 

             1611425


De leur côté, les personnels travaillant aux catacombes dénoncent que leur « prime d’insalubrité » n’a pas été revalorisée depuis plusieurs années « or nous travaillons sous terre dans des conditions difficiles, humidité, os et crânes, obscurité. Nous demandons une revalorisation de cette prime à hauteur de 120 euros net » déclarent les agents.

Les agents qui travaillent au moins un week end sur deux, réclament également une prime de panier de 60 euros par mois car les cantines sont fermées.

La CGT, FO et l’UNSA pointent également le manque d’effectif, lequel est récurrent avec pour conséquences des  salles fermées en dehors des expositions, et des agents de Carnavalet contraints d'aller travailler à la Crypte ou ailleurs… « Nous demandons l’intégration immédiate des agents reçus au dernier recrutement sur dossiers »  précisent les trois syndicats dans leur préavis de grève*.

Bruno Julliard, si il est vraiment engagé dans une démarche de dialogue, devrait normalement recevoir les syndicats dans le cadre du préavis pour éviter la grève.

Dans le cas contraire, les personnels de ces musées parisiens annoncent qu’ils iront manifester à la crypte et aux catacombes. Blocages en perspective.....

 

             4387093 5 eac9 bruno-julliard-ancien-president-de-l-unef 5e


 

 

* Voir l’intégralité du préavis dans la rubrique « commentaire »


 

Lire aussi

Aux Catacombes, Anne Hidalgo enterre le code du travail

La CGT écrit à Anne Hidalgo, la présidente de Paris-Musées.

Repost 0
Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans musées
commenter cet article
20 juin 2014 5 20 /06 /juin /2014 08:55

 

              20070628 FIG000000295 29814 1

                                                                      - M'en fous, je l'ai déjà fait !

 

« De manière à préserver le dynamisme du réseau et à garantir son maillage territorial » d’après un vote du Conseil de Paris

Les bibliothèques municipales parisiennes traversent une grave crise. Les baisses continuelles de moyens (effectifs, budget…) conduisent non seulement à une dégradation spectaculaire des conditions de travail mais également une dégradation sans précédent du service public, illustré notamment par des réductions des horaires d’ouverture. Aucun établissement n’est épargné.

Mais c’est maintenant l’essence même du réseau des bibliothèques parisiennes qui est menacée avec la suppression des sections discothèques, du Service du Document et des Echanges (SDE) ou à terme des petites bibliothèques de quartier.

Le malaise est tel que les bibliothécaires de la capitale se sont mis en grève le 13 juin (un mouvement très suivi avec fermeture de plus d’une vingtaine de bibliothèques) et que les chefs d’établissement ont pour leur par décidé de boycotter le séminaire des cadres pour marquer leur mécontentement. Une véritable fronde (lire ici).

 

                  10441416 646702835411836 2531611370771157386 n


C’est dans ce contexte social agité que la question de l’avenir des bibliothèques municipales parisiennes est arrivée au Conseil de Paris avec un vœux proposé Nicolas Bonnet-Oulaldj et Raphaelle Primet du groupe Communiste. Ce texte (cela s’appelle un vœu dans le langage du Conseil de Paris) a été repris (un peu amendé) par l’exécutif. C’est donc comme un seul homme que la majorité municipale (et son adjoint à la culture Bruno Julliard) a voté ce qui suit. Au menu concertation sur l'avenir des bibliothèques de quartier avec les représentants du personnel, les responsables des bibliothèques de l’arrondissement, les représentants des conseils de quartier concernés. Bref, la Mairie de Paris devra discuter avec tout le monde ! Voici le vœu proposé dans son intégrabilité :      

« Considérant que la Ville a investi 116 millions d'euros sur la période 2002 - 2014 pour la rénovation de 21 bibliothèques et pour la construction de 9 nouveaux équipements

Considérant que l’activité du réseau des bibliothèques est en croissance constante depuis 2001 avec une augmentation de 24% de prêts additionnels

Considérant l’objectif fixé par la Maire de Paris à l’adjoint en charge de la culture d’ouvrir 10 bibliothèques de prêt le dimanche d’ici 2017 et une bibliothèque par grand arrondissements d’ici 2020

Considérant que la Direction des Affaires Culturelles a recours au redéploiement d’effectif pour assurer un niveau de service optimal dans les établissements.

 

 

              portrait nicolas sept 2013 1 0                   PrimetRaphaelle 0

                               Nicolas Bonnet-Oulaldj                                         Raphaelle Primet

 

Considérant la fermeture récente de trois espaces discothèques situés dans les bibliothèques Vaugirard, Aimé Césaire et Glacière 

Considérant le projet de réorganisation du Service du Document et des Echanges (SDE) qui assure notamment les fonctions de centralisation des commandes, d’équipement et de catalogage des documents 

Considérant que ce projet de réorganisation pourrait remettre en cause le fonctionnement en réseau des établissements et pourrait avoir pour conséquence d’ajouter une charge supplémentaire de travail aux agents des bibliothèques 

Considérant que certains établissements doivent parfois réduire leur horaire d’ouverture au public par manque d’effectif 

Considérant que les principales organisations syndicales dénoncent le manque de concertation au sein de la Direction des Affaires Culturelles 

Considérant le mouvement de grève engagé par ces mêmes organisations syndicales 

 

     737126 10152777570086959 8214703095424813792 o

                         La majorité (et son adjoint à la culture) a attrapé le voeu en vol sur les bibliothèques

 

Sur proposition de Nicolas Bonnet-Oulaldj, de Raphaelle Primet et du groupe Communiste-Front de Gauche, le conseil de Paris émet le vœu que la Ville de Paris :

- s’appuie sur l’expérience et l’expertise des agents du réseau des bibliothèques pour préparer tout projet de réorganisation 

- mène une large concertation avec les organisations syndicales en rapport à l’application de ces projets de réorganisations 

- s'engage à apprécier l'offre de lecture publique locale, en concertation étroite avec les conseillers d’arrondissement de chaque groupe du conseil, les représentants du personnel, les responsables des bibliothèques de l’arrondissement, les représentants des conseils de quartier concernés, de manière à préserver le dynamisme du réseau et à garantir son maillage territorial. » Lire également ici.

 

                                   2zjb921.jpg

                                                   - Ah, enfin un peu de concertation

 

Lire aussi

La Mairie de Paris va étudier la gratuité du prêt des CD dans les discothèques municipales

Bibliothèques parisiennes : La fronde !

La Mairie de Paris veut se débarrasser de l’Hôtel d’Albret (IVe)

Ouvrir les bibliothèques le dimanche à Paris : avec quels moyens mais surtout pour quoi faire ?

Repost 0
Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans bibliothèques
commenter cet article
19 juin 2014 4 19 /06 /juin /2014 14:42

 

                    968878 373399429432477 193320322 n

 

     C’est en tout cas l’objet du texte qui vient d’être voté par le Conseil de Paris 

La question de l’avenir de la musique dans les bibliothèques municipales parisiennes (et ailleurs) et les projets de fermeture de sections discothèques ont fait irruption au Conseil de Paris le 17 juin. Ce texte (cela s’appelle un vœu dans le langage du Conseil de Paris), proposé par des élus du groupe communiste, a été repris (un peu amendé) par l’exécutif. C’est donc comme un seul homme que la majorité municipale (et son adjoint à la culture Bruno Julliard) a voté ce qui suit. Au menu concertation sur l'avenir des discothèques avec les personnels (et les syndicats) et reflexion sur la gratuité du prêt des CD en bibliothèques. Voici le vœu proposé dans son intégrabilité :                               

« Considérant que trois espaces discothèques de petite taille ont été fermés dans les bibliothèques Vaugirard, Aimé Césaire et Glacière 

Considérant que ces fermetures ont été motivées par les baisses importantes des prêts au cours des dernières années

Considérant en revanche que les espaces discothèques récemment implantés dans de nouveaux établissements et disposant de fonds musicaux importants rencontrent un réel succès

Considérant que les fermetures d’espaces discothèques ont été réalisées sans concertation préalable avec les organisations syndicales et les usagers de ces équipements

 

                   uhdksqws.hey

 

Considérant la fermeture du service de commande de disque au sein du Service du Document et des Echanges met à mal l’existence d’un réseau parisien des discothèques

Considérant que les personnels du réseau ont rendu plusieurs rapports sur les évolutions à engager dans le réseau des espaces discothèques

Considérant que l’abonnement annuel au prêt de disques s’élève à 30,50€

Considérant que cela écarte de fait une partie du public de cette offre culturelle de service public

Considérant que la Ville applique depuis de nombreuses années la gratuité du prêt de documents imprimés

Considérant que les droits à acquitter pour la diffusion d’œuvre musicale sont relativement peu élevés

Considérant que la culture doit être accessible à toutes et à tous sans distinction de revenus 

Considérant l’étude lancée par la Direction des Affaires Culturelles sur la musique dans l’offre culturelle du réseau des bibliothèques, dont les conclusions devraient être connues à l’automne.

 

              tumblr lw99n4yyQ01r8t92vo1 500

 

Sur proposition de Nicolas Bonnet-Oulaldj, de Raphaëlle Primet et du groupe Communiste-Front de Gauche, le conseil de Paris émet le vœu :

- Qu’un groupe de travail associant conservateurs, salariés des espaces discothèques, organisations syndicales et Direction des Affaires Culturelles soit créé au plus vite pour concevoir un projet de modernisation de l’offre musicale du réseau des bibliothèques ;

- Que ce groupe de travail soit associé à l’étude commandée par la Direction des Affaires Culturelles, afin que des conclusions communes soient trouvées ;

- Qu’une réflexion sur l’instauration de la gratuité du prêt des disques compacts soit au cœur de cette démarche de concertation ». Lire également ici. 

 

     Paris-Underwater-Halles-580x284

                           La Médiathèque Musicale (MMP), au forum des halles, bientôt sauvée des eaux ?


 

 

Lire aussi

La Mairie de Paris dévoile son plan de suppression des discothèques.

Avenir des bibliothèques : La Mairie de Paris devra discuter avec (vraiment) tout le monde

Bibliothèques parisiennes : La fronde !

Quelques idées reçues sur la place de la musique dans les bibliothèques battues en brèche

Repost 0
Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans bibliothèques
commenter cet article
17 juin 2014 2 17 /06 /juin /2014 15:51

 

                     6093685616 daf549988c

 

La CGT demande, face à un tel couac qui amène stress et surcharge de travail, une compensation en temps ou en heures supplémentaires.

Face au couac qui a touché les inscriptions téléphoniques des conservatoires parisiens  depuis le 12 juin dernier (et qui continue toujours à l’heure où nous écrivons ces lignes), la Direction des Affaires Culturelles (DAC) n’a rien eu de mieux à dire à ses agents que «  le dispositif de crise d’impose » (lire ici).

La CGT répond que ce qui s’impose face à une telle situation génératrice de stress et d’une surcharge considérable de travail, c’est une compensation en temps ou en heures supplémentaires. Elle suggère à la Direction des affaires culturelles et au bureau de l’éducation artistique et des pratiques culturelles amateurs d’autoriser les directeurs d’établissement à offrir en compensation des autorisations spéciales d’absence à tous les agents qui à un moment ou un autre de la crise se sont trouvés confrontés à cette panne téléphonique (qui continue toujours à l’heure où…).

La CGT estime qu’il serait de bon ton de verser également des heures supplémentaires à tout les collègues qui ont été au cœur de ce disfonctionnement (qui continue…..)

Les membres de CGT qui siègent dans les instances de la DAC (CTP, CHS) rencontrent le directeur des affaires culturelles, Noël Corbin. Ils ne manqueront pas de le solliciter à ce sujet. 

 

           16755

                                                   Allo Paris ? Pourquoi tu tousses ?

 

 

Lire aussi

Conservatoires de la Ville de Paris: Toutes les inscriptions sont reportées à une date indéterminée

Grève le 26 juin au musée Carnavalet, aux Catacombes et à la Crypte archéologique.

A la Mairie de Paris est-ce vraiment si « horibillis » d’avoir de la reconnaissance envers ses agents ?

Repost 0
Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans Conservatoire-ABA
commenter cet article
16 juin 2014 1 16 /06 /juin /2014 08:05

 

                   3094206572 5d37536e66 z 

 

                    Le standard a sauté suite à un trop grand nombre d’appels !

C’est ce qu’on appelle un couac ! Mais là il est à grande échelle. Après le fiasco survenu le 12 juin au moment des premières inscriptions téléphoniques dans les conservatoires municipaux parisiens, celles-ci sont désormais reportées … à une date indéterminée ! En cause, un standard sous-dimensionné qui a fini par sauter !

Au départ la Mairie de Paris a voulu innover en créant une plateforme téléphonique (le 3975) pour que les parisiens puissent inscrire leur enfant pour leur première année de conservatoire. Mais, comme souvent, la réalisation était sous dimensionnée !  D’ailleurs à la Direction des Affaires Culturelles on parle de 360.000 appels pour une cinquantaine seulement de téléopérateurs. Plus de 7 000 demandes d’inscriptions à enregistrer pour une seule personne au bout de fil, on comprend que le système, visiblement sous-dimensionné, ait fini par exploser. 

Néanmoins dans les conservatoires de la capitale les problèmes commencent car il va falloir faire face aux usagers mécontents, soit parce qu’ils n'ont pas eu de réponse, soit parce qu’ils ont eu une réponse qui différait selon leur opérateur téléphonique personnel.                             

Qui va avoir affaire aux usagers mécontents d'être prévenus dans un délai si contraint, alors que la prochaine date de demande d’inscription par téléphone était initialement prévue le 17 juin ?

Et pour couronner le tout, l'affichette qui est proposée au public est signée « les conservatoires parisiens » comme si les agents des conservatoires avaient été concertés sur la mise en place de cette plate forme et avaient raté leur coup.

Tout au contraire, la Direction des Affaires Culturelles (DAC)  nous dit : « le dispositif de crise s'impose » ... mais ce n’est pas la première fois que quelque chose s'impose aux agents des conservatoires ! 

Mais cette fois « trop, c’est trop », la CGT demande à la Mairie de Paris et aux directions concernées par ce fiasco téléphonique (DAC, DSTI et DICOM*) de prendre leur responsabilité.

 

              295684 299960366799864 556913366 n

                                   -  Oui madame, tout a sauté, mais cette fois trop c'est trop !

 

 

* DSTI –direction des services informatiques. DICOM – Direction de la communication

 

Lire aussi

Conservatoires de la Ville de Paris : Des vacances pour tous

Repost 0
Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans Conservatoire-ABA
commenter cet article