Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

C'est Qui ? C'est Quoi ?

  • : Le blog de CGT Culture DAC Ville de Paris
  • Le blog de CGT Culture DAC Ville de Paris
  • : Blog du Syndicat CGT Culture de la Direction des Affaires Culturelles de la Ville de Paris.
  • Contact

Qui sommes nous ?

Nous sommes des personnels de la Direction des Affaires Culturelles de la Ville de Paris, travaillant dans les bibliothèques, conservatoires, musées, ateliers des beaux-arts, services centraux...

Nous militons au sein de la CGT pour défendre les droits des salariés, la qualité du service public rendu aux Parisiens.

Pour vous syndiquer, demander conseil, faire des réclamations, envoyer des informations, une seule adresse : daccgtculturegmail.com


Recherche

Pages

6 août 2014 3 06 /08 /août /2014 08:57

 

               ECH20731041_1.jpg

 

                                   ...Tout en diminuant la durée de visite

L’information était restée confidentielle. Elle a été lâché au débotté lors d'une réunion consacrée à l’extension des horaires (vers le soir) des catacombes et présidée par Bruno Julliard, premier adjoint également chargé de la culture. Le prix d'entrée augmente de 20% passant de 8 à 10 euros. Mieux, la visite..... est réduite d'un quart d'heure (trois quart d'heure au lieu d'une heure) histoire de rentabiliser au maximum l'espace. Les visiteurs apprécieront...

Pour justifier « l'expérimentation » de l'ouverture des Catacombes jusqu'à 20 heures, Delphine Lévy directrice de l'établissement public Paris-Musée, toujours prompte à brandir le principe d'adaptation du service public, s'est appuyée sur les supposés demandes du public. Pour le prix et la durée de la visite, par contre on ne sait pas trop !

Surtout, elle brandit les conclusions d'un rapport confié au cabinet Eurogroup pour légitimer cette décision. La CGT et l'UNSA ont obtenu « à l'arraché », et oralement, le nom de ce cabinet... quant au coût de son intervention, silence radio...

Quand à Bruno Julliard, il trouve formidable de faire venir des vacataires à temps très partiel pour pouvoir ouvrir jusqu'à 20 heures. A ceux qui lui on fait la remarque, le premier adjoint a rétorqué « quoi ? Vous êtes contre l'emploi d' étudiants ? » Bigre, un employeur public qui s'appuie sur l'emploi précaire, on aurait cru entendre un partisan du CPE il y à dix ans.


                                                                  Précarité:  Ah, si jeunesse savait ....

           215598-bruno-julliard-recu-sur-nouvelobs-com-copie-2.jpg

                                           -  Mais pour les catacombes, je pourrais

                         

Toutefois, considérer que les visiteurs attendront moins s'ils arrivent plus tard nous semble un raisonnement pour le moins tendancieux. Allez, un peu de franchise et de logique, le public arrivant tard attendra tout autant que celui qui arrive tôt mais c'est pas grave cela permettra de faire rentrer plus d'argent dans les caisses de Paris Musées. Rentabilité, que de crimes on commet en ton nom !!! Surtout si on augmente le prix d'entrée.

Nous tenons à souligner qu'étant quotidiennement sur « le terrain », les agents d'accueil des musées sont les mieux placés pour connaître les souhaits des visiteurs: Visiter l'intégralité d'un musée et non des salles fermées. C'est la priorité absolue, ils nous le disent et l'écrivent dans tous les livres d'or, notamment au musée Carnavalet, mais aussi au Petit Palais et ailleurs …

Quand la Mairie de Paris aura enfin accepté le principe de réalité, comprenant enfin que les visiteurs et les agents ont les mêmes intérêts, quand, enfin nos propositions seront prises en compte, nous aurons, selon l'expression favorite de Delphine Lévy « bien avancé »... Pour le moment, on constate plutôt un recul...

Alors pour les musées, comme pour les bibliothèques, avant d' ouvrir plus (tard) il faut ouvrir mieux le reste de la journée.

 

                Les visiteurs l'écrivent dans tous les livres d'or, notamment au musée Carnavalet

                 livre-d-or-3-1-

 

 

Lire aussi

Nouvelle agression au musée du Petit Palais

Aux Catacombes, Anne Hidalgo enterre le code du travail

Les catacombes fermées au public malgré les tentatives de Paris-Musées de casser la grève

Repost 0
Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans musées
commenter cet article
5 août 2014 2 05 /08 /août /2014 14:36

 

              4046991 11-1-310262634

                                                                 -   C'est bon, ici je risque rien....

 

....Pendant ce temps là le directeur, Christophe Leribault, se planque dans les réserves !   

La série continue. De nouveau, une agent du musée du Petit Palais (VIIIe) a été agressée dimanche; bousculée, touchée au visage par une visiteuse qui a pris la fuite.

Les personnels encadrants choqués ont immédiatement fait un rapport à la direction du musée. Reste à savoir si le directeur du Petit Palais, Christophe Leribault va se hisser à la hauteur de la situation. Pour le moment, il n'a pas eu un mot pour les personnels. 

« Nous n'avons recensé que huit incivilités pendant l'exposition Paris 1900 » s'est répandu le directeur dans les médias lorsqu'on le questionnait sur les nombreuses insultes et agressions subies par le personnel depuis plusieurs mois. Lorsque nous lui avons signalé qu'en réalité la majorité des agents ne faisait pas de rapports écrits et que par conséquence, depuis l’ouverture de l'exposition, il a quatre mois, c’était des centaines d'incidents qui avaient eu lieu, Christophe Leribault a répondu candide, « mais nous n'avons pas des centaines d’agents ! ». Une saillie digne du Sapeur Camenbert. 

 

                    f5.image.lowres.jpg

 

Notre syndicat demande à la direction du musée de prendre immédiatement des mesures pour arrêter ces agressions récurrentes dues probablement à une mauvaise organisation. De leur côté, les vacataires recrutés à l'occasion de l'exposition Paris 1900 commencent  à craindre de prendre un mauvais coup. « On est pas venus pour ça » ont-ils confié à leurs collègues.

Parmi les premières pistes faciles à mettre en œuvre, l'arrêt des réservations et des billets coupe files à partir de 15 heures. Le fait qu'une partie du public passe devant ceux qui attendent depuis plusieurs heures est source de conflit.  Autre piste, le renfort immédiat des agents vers 17 heures pour annoncer au public qui est encore dehors que l'attente est inutile, le musée fermant ses portes à 18 heures. Cela éviterait que les insultes ne repartent de plus belles. On remarquera, au passage, l'absence de toute présence à ce moment là du responsable sécurité du musée comme de la direction.. 

Ces mesures permettrons à la fois de protéger les agents et de respecter également les visiteurs qui pâtissent, eux aussi, de la gestion désastreuse de cette exposition.

Les dénégations du directeur du Petit Palais sur les risques encourus par le personnel s'explique peut être par le fait qu'il préfère flâner dans les réserves du musées loin, très loin, des files extérieures, comme on peut le lire dans cet article mis en ligne hier sur le site officiel de la mairie de Paris. Une communication municipale qui ressemble à un contre feux. Il est probable que monsieur Leribault n'avait rien d'autre à faire. 

Pour le moment le nouveau directeur du Petit Palais s'était surtout distingué en critiquant son prédécesseur. « Guy Chazal aura pour le moins peu fait parler de lui. » s'était lâché monsieur Leribault dans une interview au site helvétique « le bilan » (lire ici). Pour une fois qu'il était sorti de sa réserve.


                                Agressions au Peit Palais: Le directeur se penche sur la situation

           cms-myob

                                     -   Mais promis, dès 18 heures je sors !

 

 

Lire aussi

Insultes, gifles et agressions à répétitions au musée du Petit Palais

La mairie de Paris augmente fortement le prix de l'entrée des catacombes

Repost 0
Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans musées
commenter cet article
22 juillet 2014 2 22 /07 /juillet /2014 08:04

 

                Bagarre-au-parlement-ukrainien-630x422.jpg

                                           - Tiens connard, tu vas voir si tu vas pas me laisser rentrer

 

Les personnels, qui n'en peuvent plus, demandent à la Mairie de Paris de porter plainte systématiquement après chaque agression.

« Connard », « bandes de cons », « pétasse »  ... L’exposition Paris 1900 en place depuis avril au musée du Petit Palais (VIIIe) tourne parfois à l’émeute. En cause les files d’attente générées par le système de réservation de Paris-Musées, l’établissement public en charge des musées municipaux parisiens.

Il n’est pas rare que le visiteur attende deux, voire trois heures avant de pouvoir entrer mais surtout de constater que durant cette attente, nombreux sont ceux... qui lui passent sous le nez, le musée ayant mis en place un quota de « réservations coupe-file » trop élevé. Résultat : insultes, gifles, tentatives d’agression envers le personnel sont le lot quotidien. Dernièrement, c’est même un agent qui est tombé lourdement à terre après avoir été bousculé. Le coupable a pu tout de même effectuer sans soucis sa visite !

L’affluence est telle que dès 15 heures le personnel de surveillance conseille aux visiteurs coincés dans la file d’attente de renoncer à leur visite, le musée fermant ses portes à 17h45 et les caisses à 17 heures. A ceux qui insistent, les agents leur déconseillent pourtant d'acheter pour seulement trois quart d‘heure la visite d’une exposition qui dure au bas mot deux heures. Peine perdue..

 

                                                  Modèle type d'une file d'attente au Patit Palais

            expo ysl1

                                                       - Et encore, là c'est rien !


D’ailleurs l’évacuation des visiteurs à l’heure de la fermeture est encore là l’occasion pour les agents de subir des insultes en tout genre ! Les personnels du Petit Palais n’en peuvent plus. Pourtant nombreux sont les rapports fait par la hiérarchie intermédiaire pour dénoncer ces incivilité récurrentes

La CGT demande à Paris-Musées et à la Ville de Paris de tout faire pour mettre fin immédiatement à ces dérives anormales dans un lieu de culture. Tout d’abord, la Mairie de Paris doit porter plainte systématiquement après chaque agression (ce qu’elle n’a jamais fait jusqu’à maintenant). Elle doit aussi interdire l’accès au musée à toute personne qui se rend coupable d’insultes, de crachats et bien sûr d’agression envers le personnel. Jusqu’à maintenant, là encore, l’impunité est de mise.

Le plus cruel dans cette histoire est que la direction de Paris-Musées refuse d’attribuer une prime dite « d’accueil du public » aux agents pour des raisons que l’on ignore. Nous demandons dans un premier temps que cet « oubli » soit réparé histoire de marquer une certaine forme de reconnaissance envers des personnels qui rencontrent quotidiennement des difficultés pour exercer sereinement leur travail.

Notre syndicat a justement une rencontre prévue la semaine prochaine avec Bruno Julliard, l’adjoint chargé de la culture mais surtout nouveau président de l'établissement public. Nous lui demanderons quelles seront ses premières mesures pour protéger nos collègues. En tout cas, la colère des personnels est telle que le premier adjoint devra leur apporter des réponses. Et vite.

 

             julliard maxppp

 

 

 

Lire aussi

Musées : Les gros sabots de la Mairie de Paris

Les syndicats maintiennent la grève au musée Carnavalet, à la Crypte Archéologique et aux Catacombes.

Une usagère lance une pétition contre les fermetures des sections discothèques à Paris

   

Repost 0
Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans musées
commenter cet article
17 juillet 2014 4 17 /07 /juillet /2014 16:17

 

   Anne-Hidalgo-tout-sourire-entouree-des-dissidents-de-Natha.jpeg

 

             Quelques soient les horaires de travail ou les fonctions de chacun.

La Mairie de Paris compte-elle bientôt fermer des cantines destinées aux personnels pour pouvoir se renflouer ? C’est en tout cas la question qu’a posé la CGT lors du dernier conseil d’administration de l’Association d'Action Sociale en faveur des Personnels de la Ville de Paris et du Département de Paris (ASPP) dont la mission est de gérer les services de restauration pour les agents de la Mairie de Paris et des administrations annexes. Une association entièrement subventionnée par la Ville de Paris.

En tout cas la situation est grave : le résultat net en 2013 a atteint un déficit 407 000 euros. On annonce d’ors et déjà un déficit de 845 000 euros pour 2014 ! Certains parlent même d’une possible cessation de paiement. Rappelons que les comptes de l’ASPP étaient encore positifs de 646 000 euros en 2010. On attend donc les explications de la Mairie de Paris, elle qui adore communiquer à tout va, pour nous expliquer cette différence d’un million et demi d’euros.

 

           bertrand-delanoe-en-pleine-degustation_2095_w460.jpg

 

La seule réponse qu’ont trouvé la Ville de Paris et la direction de l’ASPP lors du dernier Conseil d’Administration a été… de supprimer le repas dit social, mis en place depuis quelques mois à notre demande, pour moins de trois euros ! Une formule qui apportait toute satisfaction aux agents et une décision contestée par tous les syndicats. La CGT a bien évidemment voté contre, exprimant sa colère, devant le peu de considération exprimée par notre employeur.

Une chose est sûre : depuis 2009, les fermetures de restaurants de proximité, qui accueillaient notamment les personnels les plus modestes, n’ont pas été compensées. Pire encore, aucune ouverture de restaurants dans les arrondissements populaires à forte présence d'agents n’a été envisagée. Au contraire certains prédisent d’autres fermetures de cantines.

C’est pourquoi notre syndicat lance une pétition pour que tous les personnels de la Mairie de Paris puissent avoir accès à une restauration collective digne de ce nom.

 

               cafebdfh


Les signataires demandent à la Mairie de Paris d’ouvrir des restaurants de proximité afin d’accueillir les personnels qui n’ont que très peu de temps pour manger depuis la mise en place de la RTT, de revoir la politique des droits d’accès qui ne prend toujours pas suffisament compte de la réalité des rémunérations et, bien sûr, de maintenir le repas dit « social » à moins de trois euros.

Il est donc plus qu’urgent de redéfinir une politique d’accès aux restaurants pour tous ceux qui travaillent au service la collectivité parisienne, quelques soient les horaires de travail ou les fonctions de chacun.

Nous demandons également l’attribution de tickets restaurants aux personnels qui ne peuvent jouir de la restauration collective au titre de l’égalité de traitement. Enfin, il faut atteindre un véritable paritarisme au sein du Conseil d’Administration de l’ASPP sans voix prépondérante du président nommé par le maire de Paris et partager démocratiquement toutes les responsabilités au sein de l’association. 

Pour signer la pétition mise en ligne cliquez ici. Pour télécharger l’édition papier, cliquez là. 


                                     Paris: les personnels réclament des cantines dignes de ce nom

           paris-deputy-mayor-and-socialist-f6f8-diaporama.jpg

                    - Mais pourquoi ils veulent des cantines, quand on peut aller pique-niquer ?

 

 

 

Lire aussi

Diététique : Delanoë met les personnels de la culture au régime sec !

A la Mairie de Paris, c'est pas la restauration pour tous !

Pot de départ d’une Directrice de la Mairie de Paris : Une ardoise aux frais de l’administration ?

Gastronomie: Bertrand Delanoë promet entrée, plat et dessert aux personnels de la Ville de Paris !

Repost 0
Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans Informations
commenter cet article
9 juillet 2014 3 09 /07 /juillet /2014 08:51

 

               elisabth-hidalgo-107909.jpg

                                                            -  Shoking ! Seraient-ils plus radin que moi  ?

 

              Pourtant, ça ne lui couterait rien (enfin vraiment pas grand-chose)

C’était quelques jours avant les vacances d'été. Le numéro d’appel 3975 censé aider à l’inscription des parisiens dans les Conservatoires Municipaux d’Arrondissement (CMA)  buggait tellement qu’il en explosât ! Un épisode entrainant une désorganisation sans pareille de la plateforme téléphonique et une situation des plus compliquées à gérer pour nos collègues des CMA. Au final, fatigue intense, agressions verbales à foisons, sentiment d’inutilité, bref, le cadre rêvé pour l’épanouissement de la souffrance au travail (lire ici). Il a fallu les révélations de notre syndicat pour que la Mairie de Paris arrête finalement le massacre et change les procédures d’inscription.

Rapidement, la CGT avait souhaité que la Direction des Affaires Culturelles (DAC) se rapproche des personnels concernés par cette matinée « horribilis » et s’engage à réparer le préjudice subis en leur octroyant une autorisation spéciale d’absence ou une prime exceptionnelle. Bref, pas grand chose. Las, en ces premiers jours de septembre, la CGT ne voit rien poindre ….

Il y a si loin de la coupe aux lèvres, si loin des intensions affichées de la direction de travailler activement sur les Risques Psycho-Sociaux (RPS) et la réalité de terrain. Bien loin de la réflexion intellectuelle qui ne coûte rien et la décision de reconnaitre et de réparer le mal être de nos collègues lors de cette matinée de fou.

La CGT laisse à la direction des affaires culturelles et à l’adjoint au maire à la culture, monsieur Bruno Julliard, le bénéfice du doute et fera semblant de croire que cette décision n’a pu être mise en place à cause de la période estivale. Elle relancera sa demande dans les jours qui viennent.

Elle rappelle que le premier reproche des agents à l’administration est le manque de reconnaissance. C’est l’occasion d’y remédier.

 

             article WEB-HIDALGO-4

                                                       - Paris, ville bienveillante ?


 

 

Lire aussi

Inscriptions dans les conservatoires : Il y avait le 22 à Asnières, il y a maintenant le 3975 à la Ville de Paris.

Conservatoires de la Ville de Paris: Toutes les inscriptions sont reportées à une date indéterminée

Repost 0
Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans Conservatoire-ABA
commenter cet article
8 juillet 2014 2 08 /07 /juillet /2014 09:04

 

                  498px-Beethoven

 

En signant cette pétition, nous nous opposons à la décision de la Direction des Affaires Culturelles de la Ville de Paris de tenter de le fermer

Le projet était dans les cartons de l'administration parisienne: à la bibliothèque Fessart, dans la rue du même nom (XIXe), le service d'accueil des sourds et malentendants devait fermer dans les mois à venir, d'ailleurs les postes avaient déjà été supprimés dans le budget 2014 par la Direction des Affaires Culturelles. Une fermeture « compensée », selon la mairie de Paris, par l'ouverture d'un nouveau pôle dans la future bibliothèque Canopée des Halles. 

Compensée? Certainement pas estiment les observateurs car Fessart est la seule structure, dans tout le nord-est parisien, à proposer ce plus à ses lecteurs sourds. D'ailleurs, après plusieurs années de partenariat et de travail auprès des structures accueillant des enfants sourds, le Pôle Fessart fait désormais partie du paysage parisien pour la communauté sourde d’Ile-de-France, et sa fermeture serait un signal très négatif envoyé à cette population qui a déjà du mal à franchir les portes de nos établissements. C’est pourquoi nous relayons cette pétition qui vient d’être mise en ligne.

Toutefois, la bataille n’est en rien perdue. Déjà de nombreux élus s’opposent à cette fermeture. Ainsi la Mairie de XIXe a fait voter un vœu pour  « que le pôle sourds de la bibliothèque Fessart soit maintenue dans ses murs » (lire ici). Nous savons par ailleurs que le nouvel adjoint d’Anne Hidalgo chargé du handicap, Bernard Jomier est également opposé à cette tentative de la Direction des Affaires Culturelles. Il est vrai que monsieur Jomier est également…. un élu du XIXeme arrondissement.

En signant cette pétition, nous nous opposons à la décision de la Direction des Affaires Culturelles de la Ville de Paris, de fermer le Pôle Sourds de la bibliothèque Fessart. Nous défendons son maintient et les moyens nécessaires à son bon fonctionnement. Pour nous, cinq  Pôles sourds sur l’ensemble du territoire parisien, c’est une bonne répartition pour l’accessibilité de tous à la culture.

Si vous êtes une association représentant les publics sourds, malentendants ou en situation de handicap et voulez soutenir cette pétition, nous écrire à cgt_dac@yahoo.fr

Pour signer la pétition, cliquez là.

 

            The-Big-F

 

 

 

Lire aussi

Handicap en bibliothèque : La Mairie de Paris va-t-elle fermer l’unique Pôle Sourds du nord-est parisien ?

La mairie du XIXème demande le maintien du pôle sourd de la bibliothèque Fessart

 

Repost 0
Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans bibliothèques
commenter cet article
2 juillet 2014 3 02 /07 /juillet /2014 07:28

 

                6a0167644a19e4970b017c31dbcde5970b

                                                                   François Dagnaud, le maire du XIXe

 

La Mairie centrale veut le fermer mais les élus de l'arrondissement ne l’entendent pas de cette oreille !

Le projet était dans les cartons de l'administration parisienne: à la bibliothèque Fessart, dans la rue du même nom (XIXe), le service d'accueil des sourds et malentendants devait fermer dans les mois à venir, d'ailleurs les postes avaient déjà été supprimés dans le budget 2014 par la Direction des Affaires Culturelles. Une fermeture « compensée », selon la mairie de Paris, par l'ouverture d'un nouveau pôle dans la future bibliothèque Canopée des Halles. 

Compensée? Certainement pas estiment les observateurs car Fessart est la seule structure, dans tout le nord-est parisien, à proposer ce plus à ses lecteurs sourds. D'ailleurs, après plusieurs années de partenariat et de travail auprès des structures accueillant des enfants sourds, le Pôle Fessart fait désormais partie du paysage parisien pour la communauté sourde d’Ile-de-France, et sa fermeture serait un signal très négatif envoyé à cette population qui a déjà du mal à franchir les portes de nos établissements. 

C'est que semble également penser... la mairie du XIXeme arrondissement qui sur proposition de son maire, François Dagnaud, de son adjointe chargée du handicap, Tatiana Poudiot et de celui de la culture, Eric Thébault a fait voter par la majorité du conseil municipal de l'arrondissement  « que le pôle sourd de la bibliothèque Fessart soit maintenu dans ses murs jusqu’à ce que l’ouverture d’une médiathèque sur la Place des Fêtes permette de maintenir une offre adaptée sur le secteur ». Le voici dans son intégralité :

 

          22              21

                                 Tatiana Poudiot                                                      Eric Thébault


« Vœu relatif au pôle sourd Fessart proposé par François DAGNAUD et les groupes de la majorité municipale (groupe socialiste et apparentés, groupe écologiste et citoyen, groupe communiste/Front de gauche)

Rapporté par Tatiana Poudiot, adjointe au Maire chargée du handicap et Eric Thébault, adjoint au Maire chargé de la culture

La bibliothèque Fessart est un pôle structurant de l’animation culturelle de quartier dans le 19e. Sa programmation, l’intérêt de ses collections et son ouverture sur l’extérieur en font un équipement de proximité particulièrement apprécié des riverains et de l’importante communauté scolaire du secteur.

La bibliothèque Fessart accueille, avec les bibliothèques Malraux (6e), Chaptal (9e) et Saint-Eloi (12e), un pôle sourd qui se caractérise par un accueil en LSF assuré par un personnel adapté et formé en LSF, des animations spécifiques (lectures mises en signe, contes, échanges, expositions commentées) ainsi qu’un fond documentaire adapté. Pour le public concerné, elle est de fait le seul équipement accessible de l’ensemble du nord-est parisien et représente à ce titre une offre de service public particulièrement indispensable et appréciée.

 

                  photo


Pour autant, l’ouverture au 2e semestre 2015 d’une médiathèque sous la Canopée des Halles fait craindre un report sur ce nouvel équipement du pôle sourd de la bibliothèque. Cette redéfinition de l’offre publique culturelle adaptée à ce type de handicap exclurait de fait toute la population vivant dans le nord-est parisien.

L’histoire de la Langue des Signes Française (LSF), depuis son interdiction au congrès de Milan en 1880 jusqu’à sa reconnaissance de « langue à part entière » dans la loi de 2005, nous oblige à une attention particulière pour encourager la démocratisation culturelle en faveur des populations sourdes et malentendantes.

C’est pourquoi le Conseil du 19e émet le vœu que le pôle sourd de la bibliothèque Fessart soit maintenu dans ses murs jusqu’à ce que l’ouverture d’une médiathèque sur la Place des Fêtes permette de maintenir une offre adaptée sur le secteur. » 

Lorsqu’un vœu est adopté en Conseil d'arrondissement, il est ensuite soumis au vote du Conseil de Paris. Reste à connaitre la position d'Anne Hidalgo, la maire de Paris et de Bruno Julliard, son premier adjoint également en charge de la Culture, mais aussi « des relations avec les maires d’arrondissement ». S'opposeront-t-ils aux souhaits des élus du XIXe ?   

Pour signer la pétition demandant le maintien d’un pôle sourds à la bibliothèques Fessart, cliquez là.

 

                     MM Julliard et  Hidalgo avec deux élus du XIXe, Mao Péninou et Colombe Brossel      

   000_par7845546_0.jpg 

                               - Bon on ne pourra pas se dérober, le voeu sur Fessart viens vers nous ! 

 

 

Lire aussi

Handicap en bibliothèque : La Mairie de Paris va-t-elle fermer l’unique Pôle Sourds du nord-est parisien ?

Lancement d’une pétition pour le maintien d’un pôle sourd à la bibliothèque Fessart (Paris XIXe)

 

Repost 0
Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans bibliothèques
commenter cet article
1 juillet 2014 2 01 /07 /juillet /2014 08:39

 

                   o-grito 

 

Ce serait un signal très négatif envoyé à une population qui a déjà du mal à franchir les portes de nos établissements.

Dans le cours de l’année 2015, la médiathèque de la Canopée ouvrira ses portes au Forum des Halles. Elle proposera, entre autres, un accueil en langue des signes français (LSF), et fera partie des Pôles Sourds du réseau des bibliothèques municipales parisiennes, lesquels font référence dans la France entière.

La satisfaction que procure ce projet est malheureusement entachée par la volonté de fermer l'unique Pôle Sourds du nord-est parisien, celui de la bibliothèque Fessart, qui fonctionne depuis près de dix ans dans le XIXème arrondissement.

 

           tumblr kovb5lngvB1qz70qio1 500  


Le Pôle Sourds de la bibliothèque Fessart, petit historique : Le Pôle Sourds de la bibliothèque Fessart a vu le jour en juin 2006, à la suite du projet d’établissement de 2005. En 2012, le dernier projet s’est d’ailleurs donné comme objectif la poursuite et l’élargissement de ses activités.

Ce service répond actuellement à l’essentiel des critères définis pour les Pôles Sourds parisiens : un personnel spécifique, dont un agent sourd signant, un fonds de documents sur la culture sourde, une politique d’animation bilingue et des partenariats actifs avec diverses structures spécialisées.

La création de ce service, comme pour les autres Pôles Sourds, répondait à deux objectifs : Lutter contre l’illettrisme, encore important dans la communauté sourde  (enfants et adultes), et transmettre le goût de lire.

Faire un travail de sensibilisation auprès du grand public : Pour ce faire, plusieurs actions sont menées : Un accueil individualisé en LSF. Des accueils de groupes d’enfants et d’adolescents sourds et des interventions extérieures (écoles, hôpitaux de jour, centre de loisir parité…). Des animations bilingues ou en LSF sur la culture sourde pour enfants et adultes (spectacles, rencontres…). La présence d’interprètes pour permettre la mixité des publics lors d’animations. 

 

             496 deepestblue shootingstar 12 uk front 

 

Un service qui a fait ses preuves : il mérite d’être maintenu !

Des lieux d’accueil uniques en France : A l’heure où les politiques de lecture publique se préoccupent particulièrement  des publics en difficulté (quels qu’ils soient : personnes en situation de handicap, personnes socialement isolées, primo-arrivants..), les Pôles Sourds parisiens sont des lieux d’expérimentation et de médiation précieux, uniques en France.

Un bon maillage du territoire parisien : La répartition des quatre Pôles sur le territoire parisien est très satisfaisante, et l’ouverture prochaine d’un nouveau pôle au centre de Paris viendrait parfaire ce maillage… à condition, bien sûr, qu’un Pôle Sourds soit maintenu dans l’est parisien !

Une visibilité acquise : Après plusieurs années de partenariat et de travail auprès des structures accueillant des enfants sourds, le Pôle Fessart fait désormais partie du paysage parisien pour la communauté sourde d’Ile-de-France, et sa fermeture serait un signal très négatif envoyé à cette population qui a déjà du mal à franchir les portes de nos établissements. 

 

       STORM 13 064  


Une accessibilité plus large : Le dernier projet d’établissement de la bibliothèque Fessart (2012) donne une dimension supplémentaire au Pôle Sourds : en effet, le bâtiment n’étant pas accessible aux personnes à mobilité réduite, la volonté est de développer d’autres types d’accessibilité (dans ce contexte, l’accueil en LSF est un atout important à préserver).

Par ailleurs, la langue des signes est désormais reconnue comme un  moyen de communication pour un certain nombre de handicaps mentaux et psychiques (troubles du spectre autistique, par exemple).  La bibliothèque Fessart donc poursuivi et développé, en 2013, des actions d’accueil en LSF d’enfants présentant des troubles autistiques.

Un regard en cours de changement : L’action de sensibilisation du public entendant est également à prendre fortement en considération.

En effet, l’intérêt de ces pôles ne réside pas seulement dans le nombre de personnes sourdes qu’ils arrivent à toucher. C’est aussi le changement de regard sur le handicap qu’il va induire chez les usagers « ordinaires » : les usagers de Fessart, régulièrement accueillis par une bibliothécaire sourde, le public des rencontres désormais habitué à la présence des interprètes, les parents qui amènent leurs enfants écouter un conte bilingue LSF / français, les élèves et les enseignants de l’école voisine accueillis à plusieurs reprises par notre collègue sourde...

La population du quartier, peu à peu, se familiarise avec ce qui est encore trop souvent une étrangeté que l’on préfère ignorer. 

 

              644b93ce8943415c4efc45ec2495066d  


Les besoins du Pôle Sourds de Fessart pour maintenir un service de qualité : Le bon fonctionnement d’un Pôle Sourds nécessite un certain nombre de moyens, principalement en matière de personnel et de formation :

Moyens humains : Dans le contexte actuel, où le calcul des « effectifs cibles » a conclu à la suppression de deux postes sur les dix de Fessart (soit …20%), le Pôle Sourds ne doit toutefois pas être une charge supplémentaire pour l’équipe ; pour maintenir la qualité des services qu’il propose, il est souhaitable que deux agents s’y consacrent à plein temps : un professionnel sourd signant avec une bonne maîtrise du français écrit, et un professionnel entendant signant. (La présence d’une personne sourde est la garantie d’une véritable légitimité).

Actuellement, le pôle est porté par un agent sourd à 80% et un agent aux missions transversales, ce qui fait environ 1,5 équivalent temps plein.

Formations : Possibilité d’assurer la formation à la LSF sur deux ans pour une personne. Sensibilisation et initiation à la communication régulières pour l’ensemble de l’équipe. 

 

              092737385-52fb16cf-c2bb-473e-83a8-7d7ec19956ae  


Collections : L’absence de fonds de DVD, si elle est regrettable, n’est pas rédhibitoire (cette offre existe dans les autres Pôles Sourds). Les autres documents ne nécessitent pas de budget spécifique, ils sont achetés sur le budget général d’acquisition de la bibliothèque.

Animations : La politique d’animation nécessiterait d’être repensée, tout en gardant ses deux aspects distincts : La mise en accessibilité de l’animation tout public (interprètes), et la programmation d’animations en LSF (avec accessibilité pour les entendants), ayant trait au monde des sourds : promotion, sensibilisation à la culture sourde encore peu diffusée en France…

En conclusion, pour que Pôle Sourds de la bibliothèque Fessart puisse continuer à exister, cela ne pourra se faire qu'avec les moyens de fonctionnement minimum définis ci-dessus.

Par ailleurs, il est nécéssaire de préserver l’effectif global actuel qui prouve sa capacité à faire progresser la fréquentation générale de la bibliothèque (augmentation de 15%  des prêts entre 2011 et 2013). Toute suppression de poste mettrait en péril cet équilibre et nuirait inévitablement à la vitalité et la pérennité de la bibliothèque.

Pour signer la pétition demandant le maintien d’un pôle sourds à la bibliothèques Fessart, cliquez là.

 

    C97W25A     

 

 

 

 

 

Bibliothèque Fessard (XIXe) : La Mairie de Paris sourde au handicap ?

Formation à la langue des signes : la Direction des affaires culturelles de la Ville de Paris dans une logique discriminatoire.

Le handicap dans les bibliothèques : La Ville de Paris peut (et doit) mieux faire !

 

Repost 0
Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans bibliothèques
commenter cet article
26 juin 2014 4 26 /06 /juin /2014 18:14

 

               photo 1

 

Fermeture également de l’exposition permanente du musée Carnavalet et ouverture retardée à la crypte archéologique 

La grève à l’appel de l’intersyndicale CGT, FO et UNSA pour dénoncer, entre autres, le manque d’effectif, l’insalubrité, l’absence de cantine et demander la revalorisation de prime dominicale (lire ici) a été très bien suivie par les personnels.

Dès potron-minet, la majorité des agents de Carnavalet se sont rassemblés pour manifester leur mécontentement devant les catacombes, dont le personnel était également en grève, place Denfert-Rochereau (XIVe). La direction de Paris-Musée a bien tenté d’ouvrir le site avec des vacataires, mais le nombre de manifestants présents (et le fort taux de gréviste) a empêché l’ouverture de l’ossuaire au public.

Au musée Carnavalet (IVe), le taux de gréviste était, là aussi, si important que la direction a été contrainte de fermer totalement l’exposition permanente qui occupe la majorité des espaces du musée. Seule l’exposition temporaire a pu ouvrir à grand renfort de vacataires. Il est vrai que cette dernière est payante…

Quand à la Crypte Archéologique (Ier), le troisième site concerné par l’appel de l’intersyndicale, la direction de Paris-Musée a beau avoir clamée qu’elle était restée ouverte, elle a toutefois oublié de préciser que l’ouverture au public a été retardée. Une première.

Les syndicats demandent toujours à rencontrer Bruno Julliard, président du conseil d’administration de Paris-Musées. Monsieur Julliard, également premier adjoint d’Anne Hidalgo, doit savoir que la colère des personnels est telle que le mouvement pourrait s’étendre aux autres musées de la Ville de Paris.

 

            640PX-~1

                             L'exposition permanente de Carnavalet a été fermée au public

 

 

Lire aussi

Grève le 26 juin au musée Carnavalet, aux Catacombes et à la Crypte archéologique. 

Les syndicats maintiennent la grève au musée Carnavalet, à la Crypte Archéologique et aux Catacombes.

Repost 0
Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans musées
commenter cet article
26 juin 2014 4 26 /06 /juin /2014 09:35

 

                                      Jul29701

 

Si la vente du siège des Affaires Culturelles se réalise, cela fera une victime (et pas des moindre) !

Il manque 400 millions d’euros dans les caisses de la Mairie de Paris pour boucler son budget. La maire de la capitale, Anne Hidalgo, est donc confrontée à des marges de manœuvre budgétaires d'autant plus étroites qu'elle s'est engagée à ne pas augmenter les impôts pendant toute la mandature et qu'elle redoute une baisse de 600 millions d'euros en trois ans des dotations de l'Etat. Autant de raisons qui justifient d'augmenter les cessions d'« actifs immobiliers non stratégiques », dit-on à l’Hôtel de Ville.

Ainsi le journal « Le Monde » nous apprend que l'exécutif municipal a mis à l'étude la vente de l'hôtel d'Albret et de l'hôtel de Coulanges, situés rue des Franc-bourgeois (IVe). Deux bâtiments du XVIIe et XVIIIe siècle, classés monuments historiques (lire ici).

Une vente qui pourrait bien concerner les personnels des bibliothèques, des conservatoires et ateliers beaux-arts de la capitale car l’Hôtel d’Albret est tout simplement le siège de la Direction des Affaires Culturelles de la Ville de Paris alors que de son côté, l’Hôtel de Coulanges abrite de nombreux services, dont ceux de la DRH.

Mais alors, où iraient-ils ? Certaines sources (très bien informées) parlent d’un déménagement vers…. Boulogne ! Selon plusieurs sources, ce serait assez loin du métro (assez loin de tout, en fait). Une mauvaise nouvelle pour les personnels administratifs qui travaillent pour la Direction des Affaires Culturelles et pour ceux qui auront besoin de leurs services.

En tout cas, une chose est sûre, si la vente du siège des affaires culturelles se réalise, cela fera une victime et pas des moindre. En effet depuis quelques semaines, une figure politique de la vie parisienne a pris ses quartiers à l’Hôtel d’Albret, il s’agit rien moins que …Bertrand Delanoë qui bénéficie d’un bureau et d’un secrétariat (lire ci). La vente de l’immeuble de la rue des franc-bourgeois serait, incontestablement, un signe de défiance de la part d’Anne Hidalgo envers celui qui lui a cédé son fauteuil !

Autre chose, la vente de ces bijoux de famille signifie que la mairie est plutôt dans la dèche et que par conséquent l’ouverture du dimanche des services municipaux, en particulier les bibliothèques, devra immanquablement être abandonnée faute de moyens.

 

         91c55e65801b328118fea91932f49fed 

                                                                  - Anne, c'est pas correct !

 

 

Lire aussi

Le nouveau directeur des affaires culturelles de la Ville de Paris, Noël Corbin, chahuté dès son arrivée  

Handicap en bibliothèque : La Mairie de Paris va-t-elle fermer l’unique Pôle Sourds du nord-est parisien ?

Repost 0
Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans Informations
commenter cet article