Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

C'est Qui ? C'est Quoi ?

  • : Le blog de CGT Culture DAC Ville de Paris
  • Le blog de CGT Culture DAC Ville de Paris
  • : Blog du Syndicat CGT Culture de la Direction des Affaires Culturelles de la Ville de Paris.
  • Contact

Qui sommes nous ?

Nous sommes des personnels de la Direction des Affaires Culturelles de la Ville de Paris, travaillant dans les bibliothèques, conservatoires, musées, ateliers des beaux-arts, services centraux...

Nous militons au sein de la CGT pour défendre les droits des salariés, la qualité du service public rendu aux Parisiens.

Pour vous syndiquer, demander conseil, faire des réclamations, envoyer des informations, une seule adresse : daccgtculturegmail.com


Recherche

Pages

17 février 2014 1 17 /02 /février /2014 08:49

      BYgbdJNCUAAV8h-

 

                                       Pour ne rien laisser passer,  adhérez à la   logo cadre 3

 

 

 

 

Pour tout contact: bertrand.pieri@paris.fr

Repost 0
Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans Adhésion
commenter cet article
10 février 2014 1 10 /02 /février /2014 17:49

 

                 Female-telephone

                                                   -  Je comprends pas, y a pourtant du réseau

 

             La CGT n’a toutefois pas encore été contactée pour y participer… 

Le Supap a organisé il y a une dizaine de jours une assemblée générale sur l’avenir des bibliothèques parisiennes 

Nous saluons évidemment cette initiative puisque nous défendons depuis toujours, avec d’autres, toutes les actions visant à améliorer des conditions de travail dans les bibliothèques de la Ville de Paris. 

Les personnels qui ont assistés à cette réunion ont d’ailleurs demandé que toutes les actions qui seraient prévues pour défendre l’avenir de nos établissements se fassent le plus largement possible en y associant tout les syndicats représentatifs à la Direction des Affaires Culturelles de la Ville de Paris. 

Toutefois, notre syndicat n’a pas encore été contacté pour le moment. A l’heure où nous écrivons ces lignes, nous ignorons si d’autres organisations l’ont été.

La CGT, si elle est invitée, répondra bien entendu favorablement à cette demande pour participer, avec ses modestes moyens, à toutes actions utiles au bon fonctionnement des bibliothèques municipales parisiennes.

 

                               affiche-ensemble-nous-allons-vivre-une-tres-belle-histoire-

 

 

Lire aussi

Bibliothèques : Démagogie Sans Frontières

Bibliothèque Fessard (XIXe) : La Mairie de Paris sourde au handicap ?

Bibliothèques parisiennes : Tous ensemble chez Marguerite Duras le 20 décembre !

Repost 0
Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans bibliothèques
commenter cet article
4 février 2014 2 04 /02 /février /2014 17:48

 

                  rat_noir_02.jpg

 

Il y a même un cadavre qui se décompose depuis plus d’un mois provoquant une odeur pestilentielle

On les croyait disparus, mais à Paris on trouve encore des « rats de bibliothèques ». C’est le cas en tout cas  à la bibliothèque Parmentier située dans le XIème arrondissement.

Depuis plus d’un mois, il y a même un cadavre de rat caché quelque part dans la cuisine de l’établissement provoquant une odeur tellement pestilentielle que les agents ne peuvent plus y pénétrer.

Les services d’hygiène de la Ville de Paris sont bien intervenus, mais n’ayant pu mettre la main sur le rongeur, ils se sont contentés de difuser un produit surodorant, qui mélangé à l’odeur de la bête rend l’air encore plus irrespirable.

Notre syndicat (en association avec Force Ouvrière) a saisi la Direction des Affaires Culturelles pour qu’une information sur le sujet soit faite à l’ensemble des membres Comité Hygiène et Sécurité et qu’elle mette rapidement tout en œuvre pour permettre au personnel de Parmentier d’utiliser normalement tout les espaces de travail.

En tout cas à la bibliothèque Parmentier, on sait désormais ce que signifie l’expression « une odeur de rat crevé »


 

                              86995182 p

 

 

 

 

Lire aussi

Fermeture de la la bibliothèque Louise Michel (XXe) suite à une agression

La médiathèque Jean Pierre Melville est (encore) fermée pour cause de froid.

Bibliothèque Fessard (XIXe) : La Mairie de Paris sourde au handicap ?

Bibliothèques : Démagogie Sans Frontières

 

 

Repost 0
Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans bibliothèques
commenter cet article
3 février 2014 1 03 /02 /février /2014 08:26

 

      paris-1910-inondations-paris-1910-inondation-img

 

                                 La Seine n’est pourtant pas encore en crue !

Depuis le 18 novembre, le conservatoire du XVIème arrondissement patauge, victime d’infiltrations d’eau. Ainsi, depuis plus de deux mois, l’établissement a dû monopoliser les services compétents, les services d’urgence, et le personnel a dû passer quelques week-end…. à éponger 

Pour lutter contre la nappe phréatique qui envahit le sous sol, le personnel a passé une raclette bien dérisoire sur la moquette spongieuse et les sols gorgés d'eau, après avoir charrié des kilos d’instruments d'une salle de cours à une autre, en fonction de la hauteur d'eau, tout en prenant soin de ne pas glisser dans l'huile issue de la trémie de l'ascenseur débordante, le tout dans une odeur qui rappelle d’excellentes vacances passées dans une cave.

Il a fallu ensuite reloger les cours, reloger le matériel…. sans l'aide de personnel supplémentaire (comme c'est surprenant !)

Saluons donc l’archi bonne volonté des collègues du conservatoire du XVIème qui ont même commencé leur ouvrage sans bottes, ni masques, ni gants, l'administration ne les ayant fournis que bien plus tard.

Malgré les efforts titanesques de l'équipe, l’humidité reste omniprésente depuis plusieurs semaines et l’environnement sanitaire est particulièrement dégradé au sein du bâtiment. C’est pourquoi notre syndicat réclame l’intervention du laboratoire d’hygiène de la Ville de Paris pour mesurer la teneur en germes, microbes, et autres bestioles. 

Pour le moment le conservatoire du XVIème arrondissement est toujours inondé en sous sol et n'est pas près de retrouver le sec, car lorsqu'elle ne se bloque pas, l'unique pompe d'évacuation d'eau... tombe en panne !

En attendant que ce sinistre exceptionnel soit enfin résolu, la CGT a demandé à Bruno Julliard et à la direction des Affaires Culturelles une prime à caractère exceptionnel pour les agents épuisés par la gestion de cette crise sanitaire. 

 


                                          Le conservatoire du XVIème est toujours les pieds dans l'eau

               8_3.jpg

                        C'est vrai que pour le coup on la mérite bien notre prime exceptionelle

 

 

 

Lire aussi

La médiathèque Jean Pierre Melville est (encore) fermée pour cause de froid.

Pour ne rien laisser passer, syndiquez vous.....

Repost 0
Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans Conservatoire-ABA
commenter cet article
29 janvier 2014 3 29 /01 /janvier /2014 17:44

    3539493 bibli 640x280

 

   

     La CGT demande l’ouverture d’une enquête du Comité Hygiène et Sécurité

 

La bibliothèque Louise Michel, rue des Haies dans le vingtième arrondissement de Paris, vient de fermer ses portes (pour au moins deux jours) suite à l’agression de plusieurs de ses agents par un usager (lire ici).

 

Notre syndicat rappelle qu’en cas d’accident grave le Comité Hygiène et Sécurité (CHS) doit procéder à une enquête. Nous avons fait une demande à cet effet à Bruno Julliard président de cette instance en tant qu’adjoint au maire chargé de la culture.

 

Rappelons que l’employeur est tenu de procéder à cette enquête à la suite de tout accident ayant entrainé ou ayant pu entrainer des conséquences graves (il semble indéniable que ce soit le cas aujourd’hui !).

 

Cette enquête que nous souhaitons n’a pas pour but d’établir des culpabilités ni de pointer du doigt d’hypothétiques responsabilités mais bien de cerner les différents éléments de cette agression afin d’en éviter la répétition.

 

Lors de la visite CHS de cet établissement, la CGT avait déjà émis des remarques quand à la situation géographique de la bibliothèque et des difficultés que pourraient rencontrer les personnels dans cet environnement

 

Le rôle de la délégation CHS est de recueillir l’ensemble des faits, de s’interroger sur la diversité des causes et leurs interférences éventuelles afin de trouver des solutions adaptées afin que nos collègues puissent travailler sans craindre pour leur santé et leur intégrité physique et morale.  

 

 

                                            683PX-~1

 

                                                 Bruno Julliard, président du CHS des affaires culturelles

 

 

 

 

 

Lire aussi

Bibliothèque Fessard (XIXe) : La Mairie de Paris sourde au handicap ?

La médiathèque Jean Pierre Melville est (encore) fermée pour cause de froid.

 

 

Repost 0
Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans bibliothèques
commenter cet article
24 janvier 2014 5 24 /01 /janvier /2014 07:15

               


                          photo

 

 

Notre amie très chère, Ida Cohen, nous a quittés subitement ce 16 janvier nous rendant tous très tristes. Nous aurions pu esquisser son parcours syndical et son investissement sans faille mais Ida n’est pas une femme qu’on esquisse  

 

Pour nous Ida est un tableau en pied, mélange de la douceur d’un Watteau et de la chaleur d’un tournesol de Van Gogh. Ida c’est une rondeur avec des contours en saillies. C’est un gouffre de coups de greule et une montagne d’amour. Amour qu’elle a toujours donné sans compter.  

 

Nous, ses amis, étions ses chéris. L’expression n’est pas en l’air, elle nous chérissait, vraiment. Les copains finissaient tous au rang de ses amoureux sans jamais pouvoir atteindre la cote de Brad Pitt car Ida était aussi furieusement fleur bleue. Un curieux mélange d’Athéna et de fée pimprenelle dans la belle au bois dormant.

 

Allez manifester, plutôt deux fois qu’une mais toujours avec son portable rose à paillettes. Se battre bec et ongles dans les réunions mais arriver en retard souvent parce qu’une manucure s’impose.

 

A la fois sphinx d’Egypte où elle est née pour protéger sa vie privée et grisette Parisienne maniant avec plaisir les pires gros mots de la langue française. Elle était capable de commencer une phrase en qualifiant de sans C…, ceux qu’elle n’estimait pas très courageux et la finir au bord des larmes parce que le stabat mater qu’elle écoutait était sans aucun doute l’âme du monde. 

 

Nous plaignons celui qui un jour voudrait publier ses carnets. Nous avons en mémoire une réunion où elle a usé deux cahiers de cinquante pages en une heure. Non pas parce qu’elle écrivait beaucoup mais parce que son écriture était à son image, généreuse, opulente. Trois mots et la page était pleine !

 

Ida était aussi capable de travailler nuit et jour sur des dossiers mais de stopper une réunion syndicale importante parce qu’une camarade arrivait avec son bébé. Ida, on le devine, était maternelle et beaucoup d’entres nous ont le sentiment d’avoir perdu une seconde maman, quand bien même seule une poignée d’années nous séparait. 

 

La place particulière que nous avions dans son cœur, ne réduisait pas celle qu’elle donnait à ses filles. Aucun appel téléphonique ne restait en attente dès que l’une d’elles essayait de la joindre. Elles sont au centre de son amour. 

 

Ida avait des convictions mais pas de certitudes. Nous n’étions pas toujours d’accord mais elle savait écouter. Elle avait l’extrême courtoisie de même savoir changer d’avis. Elle travaillait sérieusement sans jamais se prendre au sérieux.

 

Sans volonté de pouvoir personnel, Ida a osé un syndicat où chacun est libre et respecté. Un syndicat Benetton, plein de couleurs, d’avis, de grades, de statuts différents. Des titulaires aux précaires, du cadre C au cadre A. Du maitre nageur tout en muscles à la bibliothécaire un peu poussiéreuse.

 

Vous l’avez compris, aujourd’hui nous ne disons pas au revoir à madame Cohen mais nous pleurons « Tata Rachel » et si on peut lui donner un dernier avis : « Ida, là haut, y sont pas encore tous syndiqués… Allez, au boulot ».

 

 

                  ida 1

                                                                                   Au boulot, mes chéris

 

 

 

Repost 0
Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans Ida
commenter cet article
22 janvier 2014 3 22 /01 /janvier /2014 14:48

           Metropolisson-Janol-Apin-Metro-Glaciere

               Pour aller à Melville, descendre à la station Glacière ( oui, elle est facile)

 

 

 

       Bruno Julliard voulait « ouvrir plus » mais ce ne sera pas pour cet hiver !

 

Les habitants du XIIIème arrondissement face au froid qui s’abat sur la capitale auraient aimé lire un bon bouquin au coin du feu. Seulement pour eux l’exercice va être difficile car leur bibliothèque est de nouveau fermée pour cause de froid.  

 

« En raison d’un problème de chauffage (il fait 14° au rez-de-chaussée) nous sommes dans l’obligation de fermer la médiathèque Jean-Pierre Melville. » est-il annoncé par les responsables de l’établissement. Rappelons que la bibliothèque avait déjà dû fermer pour les même raisons le mois dernier (lire ici)  

 

La date de réouverture n’est pas connue, mais selon Météo-France, les températures seront encore basses dans les jours qui viennent.  

 

Par contre nous ne savons pas ce que pense Bibliothèque Sans Frontières de la situation, elle qui a lancé une pétition pour « ouvrir plus les bibliothèques » (enfin surtout le dimanche et le soir).  Ouvrir plus, mais seulement celles avec chauffage, aurait-elle dû péciser.  

 

« Paris doit rattraper son retard en matière de bibliothèques et s'adapter aux attentes et au rythme des habitants » avait déclaré, chaudement, dans la foulée Bruno Julliard à l’AFP. S'adapter aux attentes et au rythme des habitants ?  Certes, mais à Paris ce ne sera pas encore pour cet hiver.

 

 

 

              Bruno Julliard s'est trompé en soutenant l'appel de Bibliothèques Sans Frontières

                 79207869_o.jpg

                            - Zut, je croyais que c'était pour Bibliothèques Sans Hiver !

 

 

 

 

Pour signez l'appel "Ouvrir mieux les bibliothèques", Cliquez là.

 

 

Lire aussi

La bibliothèque Jean-Pierre Melville (XIIIe) fermée pour cause de froid.

Bibliothèques : Démagogie Sans Frontières

 

Repost 0
Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans bibliothèques
commenter cet article
21 janvier 2014 2 21 /01 /janvier /2014 08:46

 

                          Un-ticket-pour-l-espace reference

                                   Petit Palais : Une experience pleine de sensation

 

C'est vrai que c'était un rite étrange, mais pourquoi faire simple quand on pouvait faire compliqué, hein ?

Depuis fort longtemps, et malgré les protestations légitimes, réitérées, et cependant véhémentes de la CGT, la direction du musée du Petit Palais avait mis en place la distribution de tickets gratuits aux visiteurs qui, s'ils s'en amusaient parfois, souvent s'en agaçaient.

Il est vrai que, ceux ci, à peine arrivés, se voyaient bloqués à l'extérieur du musée, puis contraints de se diriger  vers les caisses, d'attendre parfois près d'une demi heure avant de s'emparer du précieux coupon, inutile mais prétendument indispensable à leur visite...compliquant ainsi la tâche des caissiers-souvent débordés par la vente des tickets d'expo- qui eux sont payants.

C’est pas tout car les agents de surveillance, pourtant bien en peine de justifier ce rite étrange, avaient, de leur côté, reçu la consigne de s'assurer auprès des visiteurs, à divers endroits du musée, que ceux ci « avaient bien leur ticket gratuit » allant jusqu'à leur intimer l'ordre de redescendre du premier étage au rez-de-chaussée afin de se le procurer... On ne rit pas.

Alors, désinvolture ou mépris ?  En tout cas, la Direction des Affaires Culturelles de la Ville de Paris avait prétendu, à l'époque, que ce ticket « servirait de souvenir » aux visiteurs... Un souvenir labélisé Mairie de Paris ?

Après les multiples interventions de notre délégué et un entretien avec le chef d'établissement (qui semblait d'ailleurs ignorer cette pratique), la décision a été prise de stoper cette pratique douteuse. Mais attention, trop d'audace tue l'audace !...Il s'agit pour l'instant d'un « essai ».

Espérons que l’essai va être transformé afin, de mettre un terme à ce drôle d usage, pour respecter enfin, et dans un même élan, à la fois  les visiteurs et les agents...

 

 

                                     Petit Palais: Plus besoin de ticket pour entrer gratuitement

                  114000822



  

 

Lire aussi

Fermeture de salle record pour les musées de la Ville de Paris en 2013  

Repost 0
Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans musées
commenter cet article
16 janvier 2014 4 16 /01 /janvier /2014 08:08

 

                                       509px-Bertrand Delanoë at Gay Pride 2005

                                                           -  Pas que sourd, un peu aveugle aussi

 

            L’unique pôle sourds du nord-est parisien menacé de fermeture     

Pour améliorer l’accueil du public en situation de handicap, la Ville de Paris pouvait (et devait) faire mieux, écrivions nous l’année dernière (lire ici). Hélas, la nouvelle politique municipale faite de réductions de poste (à l’aveugle ?) va avoir pour conséquence la fermeture de l’unique pôle sourds du nord est parisien.

Après la disparition des deux pôles sourds associés, (Buffon et L’Heure Joyeuse dans le Ve, qui furent pourtant les premiers à accueillir les enfants de l’INJS), c’est désormais le pôle sourds de la bibliothèque Fessart (XIXe) d'être dans le collimateur de l'administration, alors que le public du XIXe, voire de la région parisienne est au-rendez-vous.  

La raison ? La création d’un pôle sourds au sein de la future bibliothèque « Canopée » du Forum des Halles située dans le Ier arrondissement, mais surtout à plusieurs kilomètres de la bibliothèque Fessart. Ce n’est pas grave, visiblement pour la municipalité, si vous êtes sourd et fréquentiez celui du côté de Jourdain ou de Place des Fêtes vous n’aurez qu’à prendre le métro.

Bien que l’ouverture d’un pôle sourds à la Canopée soit une excellente chose, la disparition de celui de Fessart déséquilibrerait immanquablement la couverture du territoire parisien. Alors que Paris est la seule ville de France où des bibliothécaires sourds accueillent en LSF, sa suppression serait donc ressentie comme un retour en arrière malgré la création de celui de la Canopée. Le message envoyé à la communauté sourde serait, pour le moins, extrêmement négatif. 


                         photo

                              Pour les sourds, prendre la ligne 11 et descendre à Châtelet ou Rambuteau


Nous avions dénoncé cette aberration directement à Bruno Julliard, l’adjoint au maire en charge de la culture et celui-ci s’était bien évidemment rangé à nos arguments. « Il n’est pas question d’envoyer le public de la bibliothèque Fessart au Forum des Halles, c’est absurde »  nous avait-il d’ailleurs rassuré, nous promettant de régler ça directement avec son administration.

Il faut croire que l’administration a dû oublier son sonotone car elle n’a visiblement pas entendu les directives municipales. A moins qu’elle ne soit clairement entrée en opposition avec sa tutelle politique ? Où alors, serait-ce l’adjoint au maire lui même qui aurait changé d’avis ?

Car ce n’est pas seulement l’avenir du pôle sourds de la bibliothèque Fessard qui est menacé, l’établissement va subir une taille drastique dans ses effectifs avec une baisse  de 20 %. Une véritable saignée.!

Cette perspective laisse présager un avenir très difficile pour cette bibliothèque de quartier située entre la rue de Belleville et les Buttes Chaumont. Avec deux étages et deux bureaux d’accueil et de prêt, la gestion des plannings deviendrait vite très problématique et les nécessités de fermeture (partielles ou totales) se multiplieraient inévitablement. La qualité du service rendu aux usagers risque fort d’en pâtir.

 

          FIAC-2012--Bruno-Juliard20121021_Photo-Christophe-Noel-FMAC.JPG

                                - Ah ben zut, j'entends plus rien à ma propre politique

 

En tout cas, une chose est sûre. La création d’un pôle sourds au centre de la capitale ne peut se faire au détriment de celui du nord-est parisien !  Alors la bibliothèque pour tous ? Pas à Paris dans ce cas.

Notre syndicat va donc de nouveau solliciter Bruno Julliard (ainsi que le maire du XIXe) afin que l’administration abandonne définitivement cette décision absurde.

Malheureusement, d’’autres bibliothèques de quartier semblent être dans la ligne de mire de l’équipe municipale, puisque la direction des affaires culturelles convoque un à un les chefs d’établissement pour leur annoncer des suppressions de poste importantes issues de leurs calculs (lire ici).  

Dommage que ces perspectives de fermeture (ou de réduction d’horaire) ne soient pas clairement annoncé à l’occasion de cette campagne des municipales. Les parisiens ne sauront donc la vérité qu’une fois les élections passées.

Pour signer la pétition demandant le maintien d’un pôle sourds à la bibliothèques Fessart, cliquez là.

 

            528566-deputy-paris-mayor-hidalgo-and-deputy-for-culture-ju


 

Lire aussi

Formation à la langue des signes : la Direction des affaires culturelles de la Ville de Paris dans une logique discriminatoire.

Droit Individuel à la Formation (DIF): Quelques rappels !

Le handicap dans les bibliothèques : La Ville de Paris peut (et doit) mieux faire !

Pôle Sourds dans les bibliothèques parisiennes: Le jeux des 7 erreurs

Repost 0
Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans bibliothèques
commenter cet article
14 janvier 2014 2 14 /01 /janvier /2014 08:48

 

                                 310640

                                                        - Une démagogie grande comme ça !

 

Bruno Julliard soutient l’appel pour l’ouverture du dimanche et le soir alors que lui-même réduit les horaires des bibliothèques municipales parisiennes  

Les bibliothèques municipales ne sont pas au mieux : sous-effectif, mauvaise organisation du travail, politique documentaire remise en cause, conditions matérielles réduites… c’est par ces maux que les bibliothécaires décrivent leur quotidien sans être entendus par les élus et leur administration. 

C’est dans ce contexte qu’est lancé un appel d’intellectuels germanopratins* sous l’égide de Bibliothèques Sans Frontières, pour ouvrir les bibliothèques le dimanche, le soir (et même la nuit !). « Les horaires des bibliothèques en France sont insuffisants et inadaptés » clament des signataires qui voudraient même ouvrir « sept jours sur sept, 20 heures sur 24, voire 24 heures sur 24 » si l’on en croit leur manifeste.

Bruno Julliard, adjoint au maire de Paris chargé de la Culture, applaudit des deux mains : « Paris doit rattraper son retard en matière de bibliothèques et s'adapter aux attentes et au rythme des habitants » déclare-t-il à l’AFP pendant que lui-même réduit les horaires d’ouverture des bibliothèques municipales parisiennes. C’est vraiment la démagogie sans frontières 

« J'y suis favorable » renchérit même la ministre de la culture, Aurélie Filipetti.  Nos élus pointent toutefois « la difficulté des négociations avec les personnels ». Et on pourrait ajouter : la difficulté des négociations avec les Ressources Humaines et les Finances puisqu’en cette période de contraintes budgétaires et de réduction du nombre de fonctionnaires, leur logique est plutôt aux économies !

Cet appel, a donc énervé, on la comprend, une grande partie de la profession, car avant d’applaudir à des propositions pour le moins démagogiques, nos élites politiques devraient plutôt assurer les budgets nécessaires (acquisition, moyens bureautiques, effectifs) pour permettre le fonctionnement correct au quotidien dans le respect des personnels et des usagers. 

Alors avant d’ouvrir le dimanche ou en soirée, les bibliothèques doivent d’abord pouvoir fonctionner normalement tout les jours de la semaine, c'est pourquoi, nous soutenons le texte intitulé: « Bibliothèque, avant d'ouvrir plus, ouvrons mieux » déjà signé par des bibliothécaires et des usagers et que vous pouvez lire ici dans son intégralité.


                    ouvrir_mieux.png

 

 

* Le plus drôle (ou le plus triste) dans cette histoire est que les signataires (voir la liste dans la rubrique commentaire).... ne sont même pas inscrits en bibliothèques ! Il suffit pourtant d'avoir une carte (et en plus elle est gratuite). « Les horaires d’ouverture des bibliothèques interdisent nombre d’entre nous d’y accéder » clament nos germanopratins. On comprend maintenant pourquoi, ils ne peuvent y acceder, c'est parce qu'ils n’y mettent jamais les pieds. Elles sont pourtant ouvertes jusqu’à 19 heures toute la semaine et même le samedi !

 



Lire aussi

Bibliothèque Fessard (XIXe) : La Mairie de Paris sourde au handicap ?

Pôle Sourds dans les bibliothèques parisiennes: Le jeux des 7 erreurs

Pour ne rien laisser passer, syndiquez vous.....

Repost 0
Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans bibliothèques
commenter cet article