Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

C'est Qui ? C'est Quoi ?

  • : Le blog de CGT Culture DAC Ville de Paris
  • Le blog de CGT Culture DAC Ville de Paris
  • : Blog du Syndicat CGT Culture de la Direction des Affaires Culturelles de la Ville de Paris.
  • Contact

Qui sommes nous ?

Nous sommes des personnels de la Direction des Affaires Culturelles de la Ville de Paris, travaillant dans les bibliothèques, conservatoires, musées, ateliers des beaux-arts, services centraux...

Nous militons au sein de la CGT pour défendre les droits des salariés, la qualité du service public rendu aux Parisiens.

Pour vous syndiquer, demander conseil, faire des réclamations, envoyer des informations, une seule adresse : daccgtculturegmail.com


Recherche

Pages

28 novembre 2013 4 28 /11 /novembre /2013 08:27

 

             non-referendum-europe


                     Grève au musée Carnavalet à l’appel de tous les syndicats

Depuis sa création en début d’année, l’établissement public Paris Musées voudrait faire plus avec moins. Mais au musée Carnavalet, rien ne va plus... Et le 5 décembre à l’appel de l’intersyndicale* les personnels disent…

Non !  La souffrance au travail n'est pas le fruit d'individus fragiles, le stress collectif des équipes surgit quand Paris Musées fixe des objectifs et évalue des résultats dans la méconnaissance du travail réel, des situations concrètes qui exigent chaque jour une adaptation aux contraintes et aux urgences dont la hiérarchie n'a pas la moindre idée !

Non !  Les Agents de surveillance ne veulent plus être traités comme des enfants, harcelés, espionnés, fliqués, intimidés, ridiculisés, eux qui reçoivent dans des conditions pénibles des milliers de visiteurs par jour...


                        Bruno Julliard, membre du Conseil d'Administration de Paris-Musées

              201201314f276c0f84304-0-157628

                             Je soutiens les personnels de Carnavalet qui comme moi disent non


Non !  Les agents du PC de sécurité ne sont pas corvéables à merci ! Ils réclament la reconnaissance de la spécificité de leurs missions et des contraintes qu'elles entrainent.

Non !  Les ouvriers ne sont pas, eux non plus, de simples larbins corvéables à merci, dévalorisés, sous employés et méprisés.

Non !  L'encadrement intermédiaire, agents chefs et TSC, ne sont pas des punching-balls, ni des surhommes ou surfemmes à qui on demande tout et son contraire. Manager des équipes en sous-effectif récurrent est déjà assez difficile et ils ont le droit de travailler dans de bonnes conditions sans subir les états d'âme et les remarques acerbes d'une hiérarchie méprisante...

Non !  Conservateur n'est pas un « vieux métier », et les nouvelles professions des musées, ambitieuses et parfois volontaristes n'ont pas à  se substituer à ceux qui ont pour mission de conserver, d’étudier, d’enrichir et de transmettre les collections dont ils ont la charge, ni de les supplanter...

Le 5 decembre les personnels de Carnavalet vont dire non ( et le musée sera fermé).


                     Paris: Une personnalité politique apporte son soutien au personnel de Carnavalet

             501669-bertrand-delanoe

                                   -  Chers amis de Carnavalet, il faut aussi dire stop !

 

 


* CFDT, CFTC, CGT, FO, FSU, UNSA soit la totalité des syndicats élus au Comité Technique, Comité Hygiène et Sécurité et Conseil d’Administration de Paris-Musées

 

 

 

Lire aussi

Le musée Carnavalet sera fermé le 5 décembre pour cause de grève

Repost 0
Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans musées
commenter cet article
25 novembre 2013 1 25 /11 /novembre /2013 10:55

 

          1a1e9325da7c06dcba3e39bca1e64abf.jpeg

 

A Paris, les bibliothécaires sont obligés d'appeller leurs collègues à l’aide pour ne pas fermer leur établissement ! 

Les bibliothèques parisiennes sont tellement à court d’effectif qu’elles sont désormais obligées d’envoyer des appels à l’aide aux autres collègues du réseau pour simplement continuer à ouvrir. Un délire de syndicaliste ? Si seulement… 

Ainsi les agents des bibliothèques en préfiguration, qui ont pourtant eux aussi pas mal de boulot, sont de plus en plus sollicités pour venir prêter main forte à des bibliothèques au bord de l’asphyxie, celles notamment situées dans les quartiers populaires du nord-est parisien. 

La bibliothèque Hergé (XIXe) en est une illustration des plus parfaites puisque courant novembre elle demandait le renfort de deux agents pour pouvoir ouvrir les mercredis et samedis.

Un appel à l’aide qui concernait tous les postes nécessaires au service public, puisque la bibliothèque manquait de personnels tant au niveau des postes de prêt-retour, du multimédia, de l’accueil que du rangement en section jeunesse. 

Mais d’autres établissements, pourtant à peine inaugurés, n’échappent pas non plus à la noyade. La bibliothèque Vaclav Havel (XVIIIe), après avoir elle aussi reçu une première fois de l’aide, a ainsi de nouveau été obligée de lancer un SOS pour ouvrir le samedi 7 décembre et pendant la période de Noël.

 

  8_cniz4.jpg

                                            Hergé et Vaclav Havel appellent à l'aide

  

Mais la rive gauche n'est pas épargnée pour autant puisque les bibliothèques Glacière (XIIIe) et Aimé Césaire (XIVe) ont, elles aussi, besoin de volontaires, au moins jusqu'à la mi-janvier.  Pour le moment tous ces établissements arrivent à avoir de l’aide car les agents qui acceptent de leur prêter main-forte ont un sens aigüe du service public et de la solidarité envers leurs collègues en perdition. Sauf que cette aide peut s'arrêter à tout moment, car basée uniquement sur du volontariat. Si aucun volontaire ne se manifeste, ce sera la fermeture assurée. 

Pour la CGT, une équipe au complet (fait rarissime il est vrai) ou en préfiguration ne se doit pas d’être disponible à tout instant pour se diriger vers n’importe quel établissement en péril. D’ailleurs, les agents sont strictement dans leur droit s’ils refusent d’aller faire du service public dans un autre établissement lorsque aucun volontaire ne se déclare. Evidemment, l’ensemble des syndicats s’y opposerait au cas où un responsable aurait la tentation de les y obliger.

Bref, dans le réseau des bibliothèques, la maison brûle et la Mairie de Paris regarde ailleurs. 

Notons que c’est l’ensemble de ce réseau parisien qui est au bord du naufrage, car de nombreux établissements n’arrivent  maintenant à fonctionner qu’avec l’aide des personnels venant des bibliothèques en travaux (il y a toujours au moins une cinquantaine d’agents qui sont affectés ailleurs pendant la fermeture de leur établissement d’origine). 

Quant aux autres bibliothèques, vu le nombre de postes vacants, elles survivent comme elles peuvent, parfois même en refusant les congés des agents ou remettant en cause les temps partiels de droit. Certaines comme Clignancourt (XVIIIe), Duras (XXe), Europe (VIIIe) ou Brochant (XVIIe) ont même été obligées d’adopter une solution plus radicale en réduisant carrément leurs horaires d’ouverture. Quand à la bibliothèque Saint Louis (IVe), celle-ci a fermé subitement ses portes l'année dernière. La maison brûle, on vous dit!


                                            Paris: Les bibliothèques vont-elles finir les pieds devant ?

     anne-hidalgo-france-socialist-e6cc-diaporama

                                                              - Bruno, c'est horrible cette vision !

                                                   -  Anne, fait comme moi, essaye de regarder ailleurs

 

 

 

Lire aussi

Culture : Comment Bruno Julliard va-t-il avouer la triste vérité aux parisiens avant les municipales ?

La Mairie de Paris veut-elle que les bibliothèques ferment boutique ?

Conditions de travail : Vaclav Havel n’en peut plus d’attendre !

Bibliothèques : La Ville de Paris reconnaît officiellement des réductions de postes

La Mairie de Paris veut « repyramider » les bibliothèques.

La Mairie de Paris encore condamnée par la justice

Le 5 décembre, les personnels de Carnavalet disent non !


Repost 0
Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans bibliothèques
commenter cet article
18 novembre 2013 1 18 /11 /novembre /2013 18:36

                                   

                                      La directrice de Paris-Musées n'arrive plus à avancer879499-family-1976                                                          -  La CGT elle fait rien que de m'enbêter ...

 

                 Avancer, je dois avancer, pourquoi veulent-ils m'en empêcher ?

Depuis la création de l’établissement public Paris-Musées, la structure qui regroupe au 1er janvier les musées municipaux parisiens, force est de constater que les relations sociales sont très (très) tendues. Il est vrai que la direction s’assoit carrément sur toutes les propositions des organisations syndicales visant à améliorer la santé au travail. D’ailleurs le premier Comité Technique de l'établissement public a été boycotté par la plupart des membres élus (lire ici).

Par ailleurs, les conditions de travail se sont, elles aussi, fortement dégradées pour les personnels des musées parisiens avec comme indicateur le nombre de rapports et de sanctions disciplinaires en augmentation. Bref, le climat est devenu encore plus détestable si cela était encore possible et les réunions entre la direction et les organisations syndicales finissent désormais toutes en eau de boudin.

Nous devons donc saluer la directrice de Paris-Musées, Mme Delphine Levy pour son action. Il est vrai que celle-ci est l’ancienne conseillère de Bertrand Delanoë et était à ce titre « chargée de mission » pour changer le statut des musées parisiens. Mission accomplie ! Afin de saluer le premier anniversaire de sa prise de fonction officielle, et parce qu'elle ne cesse d'affirmer avec la plus parfaite mauvaise foi que son principal souci est « d'avancer », la CGT lui dédie ce petit poème, la complainte de la cavalière des petites écuries. A noter que le siège de Paris-Musées se situe....rue des petites écuries (ça ne s'invente pas) !

                          

  
                                              Entrée du siège de Paris-Musées, rue des petites écuries (Xe)                

DSC00358 

 

        la complainte de la cavalière des petites écuries 

Ah que ne puis je cravacher
ces orgas si mal élevées !
Et c'est surtout la CGT
que j'aimerais éliminer
perchée sur mon fier destrier
je pourrais enfin avancer !

C'est le maire qui m'a adoubée:
" Delphine, je te fais chevalier
de l'ordre de Paris Musées
en échange tu dois me jurer:
jamais tu ne vas trainasser

cette mission à toi confiée
elle consiste à avancer "
avancer, à cheval, à pieds,
avancer sans rien écouter
(et surtout pas la CGT)

 

photoaprh-1318952448-35

  - Tu me jures de pas trainasser, hein !

 

avancer, je dois avancer
pourquoi veulent-ils m'en empêcher
tous ces manants surexcités
qui ont le toupet d'exister
et le culot de protester !
j'en ai marre de les écouter

mais je peux pas les repousser
ils sont nombreux, déterminés
( parfois je ne peux pas m'empêcher
comment dire...de les admirer...)
mais le maire me l'a ordonné :

" Ne te laisse pas influencer,
Delphine, tu dois avancer
à la fin, ils vont se lasser
il te suffit de patienter."

parfois je me prends à douter
ils pourraient bien paralyser
la totalité des musées...
une grève ...et le tour est joué...
j'espère qu'ils vont pas y penser...

là, je commence à trembler
et s'il me fallait reculer.. 


chute

- Ouch, j'ai fini par tomber!

 



Lire aussi

Dans les musées parisiens, avec LVMH y a à boire et à manger !

Au musée du Petit Palais de la Ville de Paris, la sécurité des œuvres est-elle toujours assurée ?

Bibliothèques : la maison brûle mais la mairie de Paris regarde ailleurs !

Repost 0
Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans musées
commenter cet article
15 novembre 2013 5 15 /11 /novembre /2013 08:14

 

             bertrand-delanoe-maire-de-paris-et-anne-hidalgo-venus-degus

 

Avec le menu revisité du projet de nouveau règlement, après avoir chuchoté on n’aura plus seulement faim et soif de lecture

Est-ce pour masquer son absence d’intérêt pour la lecture publique que la Mairie de Paris cherche midi à quatorze heures ? Sûrement à en croire les modifications qu’elle veut apporter au prochain règlement intérieur des bibliothèques

Celui-ci pris sous forme d’arrêté municipal est un outil qui rappelle des règles de bon sens et qui permet aux bibliothécaires de faire respecter, par et pour tous, l’harmonie des lieux.

Ainsi l’actuel règlement précise que « les bibliothèques et les sections jeunesse ne sont pas des lieux de garde et qu’en conséquence, les parents doivent accompagner leurs enfants » ou encore que « les usagers sont tenus de respecter le calme et d’éviter tout comportement pouvant nuire à la tranquillité d’autrui ».

Les usagers doivent « s’abstenir de fumer, manger et boire dans la bibliothèque » (ça c’est vu). Il est également « interdit de faire de la planche à roulette ou de quelque type de patin que ce soit ». Eh oui, là aussi, ça c’est déjà vu. Enfin « les téléphone portables doivent être désactivés préalablement à l’entrée dans les établissements » précise toujours le texte qui avait anticipé le développement des nouvelles technologies de la communication.

 

                                Les téléphones portables doivent être désactivés préalablement à l’entrée

                       6093685616 daf549988c

                                                          - Bon maintenant, ni cri, ni chuchotement !

 

Ces préconisations sont d’ailleurs largement plébiscitées par des usagers qui apprécient le calme des bibliothèques. Un « luxe » de plus en plus rare vu qu’il est désormais quasi impossible d’échapper au bruit dans la cité.

Oui, mais voilà ce règlement serait un tantinet répressif pour la municipalité. Celle-ci vient d’annoncer qu’il était temps de « s’adapter » et désormais, si elle arrive à imposer ses vues, on pourrait téléphoner, boire et manger à l’intérieur des établissements.

« L'usage des téléphones portables est autorisé » est-il marqué dans ce nouveau règlement et les conversations sont désormais possible « si elle ne présentent aucune gêne sonore » précise sans cri, mais avec chuchotement, l'administration. On ne sait pas si la Mairie de Paris fournira un sonomètre mais on peut prédire d'ors et déjà que les sources de conflits n'auront eux pas besoin d'êtres mesurés.

Il sera aussi possible, si ce projet est adopté, de prendre une « collation » dans les salles de lecture. Une collation qu’est ce que c’est ? Un repas léger ou un en-cas si l’on croit le dictionnaire qui donne aussi comme synonyme goûter, quatre-heure ou…repas.

Alors va-t-on voir apparaître sandwiches, chips, paquets de gâteau voir une petite tranche de sauciflard ? On exagère ? Pas vraiment si on se souvient que certains corps de métier qui commencent tôt et travaillent dur ont adopté sur le coup de 10 heures ce qu’on appelle là aussi une petite collation et qui est en fait un vrai repas roboratif.

 

                bertrand-delanoe-en-pleine-degustation 2095 w460

                                            Hmmmm, ça c'est ce qu’on appelle là une petite collation

 

Et oui, les mots ont un sens, voire plusieurs et comme les interprétations sont multiples et individuelles, la collation pourra vite être source de conflit.

Mais quand on a fini sa collation, on a bien vite une petite soif, alors la Direction des Affaires Culturelles propose que l’on puisse également boire dans la bibliothèque. Oh, on autorisera juste les bouteilles fermées « à l’aide d’un capuchon » a rassuré gourmande l’administration ! Outre que l’on ne peut pas imposer par voix réglementaire le contenu liquide de la dite-bouteille (ce serait de l’abus de pouvoir, n’est ce pas ?) on voit mal comment interdire les gobelets de café ou de soda qui sont eux aussi muni d’un couvercle (et même d’une paille). Bon, là aussi du conflit en perspective.


       paris-mayor-bertrand-delanoe-6428-diaporama

                                         - Y a pas de couvercles, sur vos chopines ?

                        -   Eh oh, je vois dans le règlement comment ils vont nous l'interdire ...


Mais qui sont donc les marmitons qui nous ont inventé ce fonds de sauce? Ce nouveaux projet de règlement serait le fruit parait-il d’un groupe de travail « représentatif » de tous les bibliothécaires du réseau, selon l’administration. Curieusement  la CGT n’a aucun souvenir d’une quelconque publicité auprès des collègues.

Certes, il existe des bibliothèques qui ont des espaces prévus pour boire et manger. Bien sûr, les (petites) bouteilles d’eau ou les barres chocolatées peuvent parfois faire leur apparition discrètement ici et là (et sont d’ailleurs déjà tolérées). Inutile donc que l’on change le règlement.

Finalement l'administration ayant reconnu que ce nouveau règlement pouvait poser problème parmi les bibliothécaires a décidé de revoir sa copie. Elle va proposer d'en rédiger une nouvelle mouture en concertation cette fois avec les représentants des personnels. De quoi nourrir le débat ?

 

                         Réglement des bibliothèques: D'autres avis seront donnés à Bruno Julliard

                               1987111_bruno-julliard-lp-goldsztejn.jpg

                                -  Allez, je veux que le débat, lui aussi, soit bien nourri 

 

 

 

Lire aussi

Culture : Comment Bruno Julliard va-t-il avouer la triste vérité aux parisiens avant les municipales ?

Les bibliothèques vont mal ? Pour le Maire de Paris, « c’est pas moi, c’est les autres » !

La Mairie de Paris veut-elle que les bibliothèques ferment boutique ?

Dans les musées parisiens, avec LVMH y a à boire et à manger !

 

               

 

Repost 0
Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans bibliothèques
commenter cet article
14 novembre 2013 4 14 /11 /novembre /2013 08:03

               000 par7421809

 

                                       Pas grave, la CGT a trouvé la parade 

La Mairie de Paris aura beau clamer le contraire, mais elle ne tolère pas qu’il y ait une seule tête qui dépasse.

L’organisation de la plupart des administrations est pyramidale...sauf que la Ville de Paris tente vainement de faire croire qu’elle est devenue un modèle de démocratie participative en multipliant groupes de travail transverses, chats en direct avec les agents, audits…

Ce n’est évidemment qu’un trompe l’œil bien organisé par le secrétariat général de l’Hôtel de Ville car jamais les directions n’ont été autant soumises au contrôle de l’administration centrale.

Pour preuve, la CGT a appris que l’ensemble des directeurs et directrices de la Ville sont tenus désormais de toujours informer le secrétariat général et la DRH centrale du calendrier et de tout projet d’ordre du jour des instances paritaires (Comité Technique, Comité Hygiène et Sécurité) de l’ensemble des directions de la Ville de Paris (Propreté, Jeunesse et sport, Petite enfance, Culture …) au minimum quinze jours avant que les dossiers soient envoyés …..aux  véritables concernés, c'est-à-dire les membres élus de ces instances. Et gare aux récalcitrants qui voudraient échapper à ce contrôle tatillon !


                      Mairie de Paris:  Les directions remettent leur copie au Secrétariat Général

        le-proces-2

                                               - Attention, je ne veux pas voir une seule tête qui dépasse !


Ces organismes paritaires étant présidés par un adjoint au maire de Paris, la CGT imaginait (quelle naïveté !) que les ordres du jour étaient arrêtés par le président de l’instance et par lui seul comme le précise pourtant l’ensemble des textes réglementaires applicable à la ville de Paris!

Alors pourquoi toutes ces précautions de la part d’une municipalité qui fait de la démocratie sociale son bréviaire ?

Serait-ce pour éviter que les directions évoquent, à la demande des représentants du personnel, des sujets aussi sensibles que les réorganisations de service ? Allons..

A moins que ce ne soit pour fournir des grilles d’analyse semblables à toutes les directions pour expliquer qu’aucune ne souffre de sous-effectifs ? Allons donc…

Alors peut être pour formater des réponses pour contrer les organisations syndicales sur des thématiques où elles pourraient mettre en difficulté l’administration ? Tssss, tsss.


                       Paris: La Secrétaire Générale veut aussi contrôler les instances paritaires

              viewmultimediadocument

                                    -  Je vous préviens, je veux pas voir un seul micro qui dépasse !


Bon, c'est vrai que ça s'est déjà vu dans le passé. Ainsi, il y quelques années la Direction des Affaires Culturelles s’était pris les pieds dans le dossier des effets des ondes électromagnétiques et du Wifi sur la santé. Des réunions réunissant alors les directions et la DRH avaient eu lieu pour déminer le terrain et fournir des éléments de langage pour contrer les syndicats. Sans succès au final puisque, l’affaire ayant été largement médiatisée, le Maire de Paris a été obligé de mettre en place une conférence citoyenne laquelle, rappelons le, a donné raison aux syndicats et aux personnels dans son rapport final.(lire ici)

Autre exemple: la fin de la vaccination obligatoire des égoutiers contre la leptospirose. Là aussi la Ville s’était pris les pieds dans le tapis pendant un Comité Hygiène Sécurité l’obligeant finalement à annuler cette mesure qui allait il est vrai contre la santé au travail et Sécurité (lire ici).

La CGT est d'ailleurs persuadée que ce centralisme (démocratique ?) ne réjouit pas l’ensemble des cadres chargés de l’organisation des relations sociales à la Ville de Paris, loin s’en faut, et que certains vont souffrir de ce manque de confiance des organes centraux.

D’autant plus que cette mesure autoritaire ne sert à rien car les syndicats peuvent toujours dévoiler leurs questions et demandes d’expert au dernier moment sans que le Secrétariat Général le sache au préalable. C’est toujours ça que l’administration centrale n’aura pas…


                                 Paris: La secrétaire Générale s'est encore fait épinglée par la CGT

            bedague-jospin

                           - T'inquiètes Valérie, au moins celle là ils l'auront pas, crois moi !

                       - Oui, mais fait attention Lionel, il y a ta tête qui commence à dépasser !

                               

 

Lire aussi

FMCR : La Mairie de Paris invente un nouveau logiciel où il faudra valider la validation du validateur.

Forte hausse du temps de travail pour les cadres (à la Mairie de Paris comme ailleurs)

Le musée Carnavalet sera fermé le 5 décembre pour cause de grève

Pour loger ses personnels, la Mairie de Paris ne s’en laisse pas compter !

                                           

Repost 0
Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans santé au travail
commenter cet article
13 novembre 2013 3 13 /11 /novembre /2013 08:47

           4e0c155a-e33f-11df-94c5-2fd342d88d98.jpg

 

                                                Enfin, y a surtout à boire ….. 

C’est vraiment de mieux en mieux depuis la création de l’Etablissement Public Paris-Musées, la structure qui chapeaute désormais les musées municipaux parisiens. 

Il y a quelques jours le musée du Petit Palais organisait une énième soirée privée, cette fois-ci au profit de la société LVMH. Il est vrai que celle-ci a toujours été bien en cours à la mairie de Paris, arrivant même à placer un de ses salariés comme adjoint à la culture. 

Mais à l’occasion de cet événement qui n’avait pourtant rien de culturel, on a innové. D’habitude ces pince-fesses étaient organisés dans l’entrée du musée ou dans des salles dépourvues d’œuvre d’art. Cette fois-ci, cela s’est déroulé au milieu des collections du Petit Palais où les invités de cette marque spécialisée dans le luxe se bâfraient de petits fours et se noyaient dans le champagne (du Moët?) sous l’œil atterrés des agents présents pour assurer la surveillance des lieux.

Le champagne coulait tellement à flot que nombre de convives s’étaient vite retrouvés positif à l’alcootest. Si positif  d’ailleurs qu’ils ont porté atteinte à l’intégrité des œuvres. Leurs flutes de champagnes ont failli à plusieurs reprises arroser les statues qui n’en demandaient pas tant. 

La CGT rappelle à l’exécutif de la  Mairie de Paris et à la direction de Paris-Musées qu’elles ne sont pas propriétaires des œuvres du Petit Palais et des autres musées municipaux et que celles-ci appartiennent au bien commun.

            

       001k.jpg

 

 

 

Lire aussi

Les agents du Petit Palais victimes de la « Manif pour tous » !


Repost 0
Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans musées
commenter cet article
12 novembre 2013 2 12 /11 /novembre /2013 08:46

                   petit-palais

 

                               Pas sûr, vu le nombre de salles sans surveillance 

Au Petit Palais on joue vraiment avec le feu niveau sécurité. Jusqu’à maintenant la direction du musée contrainte par le manque d’effectif des agents de surveillance fermait quotidiennement l’accès à de nombreuses salles (parfois jusqu’à un tiers de la surface). 

On ne sait quelle mouche l’a piquée car désormais elle a décidé d’ouvrir….. toutes les salles du musée alors que le personnel n’est toujours pas plus nombreux. Résultat, de nombreuses salles se retrouvent sans surveillance en pleine exposition sur les maitres de la peinture flamande (Jordaens, la gloire d’Anvers). On a même vu des enfants monter sur des statues sous l’œil bienveillant de leurs parents. D’autres n’hésitent pas à toucher les tableaux. 

Pas étonnant quand ont sait que la direction du musée a fait retirer tout les éléments qui empêchaient d’approcher de trop près les œuvres notamment les cordons de sécurité  Notons que nombre de ces tableaux viennent du monde entier. Nous aimerions savoir ce qu’en pensent les musées préteurs et leurs assureurs. 

 

                         Sécurité des musées: L'exécutif municipal demande son avis à un connaisseur

                         hidalgo-delanoe1

                                                               - T'en penses quoi Christophe ?

                                         - Ben, que ce dit la CGT, c'est pas faux !

 

Désormais, avec un seul agent pour surveiller cinq salles d’une grande superficie, difficile d’avoir un œil sur le public et les œuvres exposées. A croire que l’épisode du Musée d’Art Moderne n’a pas suffit. On aimerait savoir, là aussi, ce qu’en pense celui qui est en « charge de la sûreté » au sein de l’établissement public. 

En tout cas, la seule parade qu’a trouvé le musée a été de retirer la plupart des chaises sur lesquelles pouvaient s’asseoir les agents de surveillance. Les obliger à faire les cents pas ne renforcera pas la sécurité (il y a toujours en permanence de nombreuses salles pas surveillées) mais en plus cette manœuvre vexatoire touche une grande partie des personnels qui ont été reclassés pour raison médicale d’autres directions de la Ville de Paris et souffrent de handicap physique.             


          Bertrand-Delanoe-et-François-Hollande    

                     - T'as vu François, avant de perdre notre siège, j'ai rétiré ceux du Petit Palais !

          

Notre syndicat exige que les personnels retrouvent des conditions de travail correctes car l’exaspération est à son comble. Rappelons que la direction avait déjà tenté le coup en 2006  avant de remette les fameuses chaises. Il est vrai que cela c’était terminé par une grève 

La CGT demande à rencontrer rapidement le conservateur du Petit Palais, Christophe Leribaud pour mettre à plat tout ces problèmes et lui rafraichir la mémoire sur l’histoire des musées municipaux. Sinon y a fort à parier que le musée pourrait faire prochainement la une des faits divers.

 

              cassetableau

                                  - Vas-y, on peut y aller, y a plus personne pour surveiller

 

 

Lire aussi

Les agents du Petit Palais victimes de la « Manif pour tous » !

Dans les musées parisiens, avec LVMH y a à boire et à manger !

La complainte de la cavalière à la cravache


Repost 0
Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans musées
commenter cet article
8 novembre 2013 5 08 /11 /novembre /2013 08:22

                                       

                                     Un moment de détente offert par....

                     le BBL (Bureau des Bibliothèques et du Livre) et la CGT


 

                   -pas de nom de fichier--copie-1 

 

               poles sourds apre-s  

   Ceci représente pour le BBL une meilleure cohérence et un meilleur maillage du territoire

 

 

                                            683PX-~1

                                           - Ben ça ! Pour un beau maillage, c’est un beau maillage !!!  

                                   Au BBL on apprend les diminutions en ce moment, non ?

 


                                                                  

Réponse au jeu:  1- Fermeture du pôle sourds-associé Heure Joyeuse. 2 - Fermeture du pôle sourds-associé Buffon. 3 - Fermeture du pôle sourds Fessart. 4 - Manque lʼoccasion dʼouvrir un 5 ème pôle sourds à Canopée. 5 - Manque lʼoccasion dʼembaucher un cinquième bibliothécaire sourd (en regard du millier dʼagents entendants, ce nʼétait pourtant pas un gros effort). 6 - Manque de dialogue et de concertation. 7- Manque lʼopportunité de collecter des voix pour les municipales.

 

 

Lire aussi

Bibliothèque Fessard (XIXe) : La Mairie de Paris sourde au handicap ?

Repost 0
Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans bibliothèques
commenter cet article
5 novembre 2013 2 05 /11 /novembre /2013 14:13

 

                             Bibliothèques: La bricoleuse du dimanche a perdu le mode d'emploi  

               WOS1210271321

 

Mais la candidate, devenue bricoleuse du dimanche, a perdu le mode d’emploi !

On le sait, les candidats aux prochaines élections municipales, tout bord confondu, n’affichent aucun intérêt pour les bibliothèques. Elles font probablement trop culture de proximité et pas assez festives sans doute.

Ainsi dans le programme culturel présenté par la favorite des sondages pour la mairie de Paris, Anne Hidalgo, les bibliothèques brillent par leur absence. Un choix qui avait surpris (et ému) le site ActuaLitté que les professionnels du livre connaissent bien.

« La situation des bibliothèques parisiennes mériterait pourtant une attention tout aussi soutenue : depuis plusieurs mois, les employés des établissements publics interpellent sur des conditions de travail considérablement dégradées, et un service public délivré aux citoyens qui s'en ressent. Vétusté des bâtiments, réduction des budgets et des effectifs » remarquait très justement le site d’information culturel. (Lire ici)

 

                                               Vincent Bolloré (patron d'Autolib), le Maire et la candidate

              hidalog-delanoe-bollore-1077051-jpg_955236.jpg

                                  - Tu sais VIncent, c'est pas de ma faute si elle ne s'intéresse qu'à tes voitures

 

Sans doute vexée par cet article, Anne Hidalgo, a sorti quelques jours plus tard à l’occasion d’un meeting sur la culture dans un lieu branché du XIe arrondissement sa seule idée concernant l’amélioration du fonctionnement des bibliothèques municipales. La candidate à la Mairie de Paris propose en effet, comme le rapporte le journal Libération,  « que dans chaque arrondissement une bibliothèque reste ouverte le dimanche ». Oups ! Comme trois sont déjà ouverte ces jours là (Truffaud (Ier), Yourcenar (XVe) et Duras (XXe) reste plus qu’à en trouver dix sept autres, rien moins ! Pour savoir qui seront les heureuses élues voir plus bas*

Notons que de son côté, la candidate de l’UMP, Nathalie Kosciusko Morizet n’est pas en reste puisque son programme se cantonne à étendre les horaires des bibliothèques vers le soir  en semaine, le week-end et le dimanche (elle ne parle pas des jours fériés, un oubli sans doute). Comment ? Là aussi c’est le flou le plus complet comme le note toujours finement le site ActuaLitté (lire ici). Bref, c’est à une véritable course à l’échalote que se livrent nos deux candidates. Sauf que tout ça frise le grand n’importe quoi;

 

                 Ouverture des bibliothèques le dimanche: A Paris, c'est la course à l'échalotte

            sarkozy-et-nkm-se-font-une-ballade-de-sante

                            - Ma chère Nathalie, j'ai l'impression que ton programme tire à hue et à dia !

 

Car plutôt que d’ouvrir un jour supplémentaire, les impétrantes devraient plutôt proposer que les bibliothèques fonctionnent normalement les jours actuels d’ouverture. Depuis un certain temps une partie d’entre elles a dû …réduire ses horaires d’ouverture au public faute d’effectif nécessaire.

Pire, la DRH, sous la houlette de Mme Hidalgo (aux affaires depuis treize ans comme première adjointe, rappelons-le) exige que les bibliothèques rendent une quarantaine de postes comme nous l’avions révélé. Raison invoquée ? Elles seraient…. en sureffectif !  Et oui c’est ça « osez Paris ».

Concrètement, ça veut dire que les postes actuellement vacants dans de nombreux établissements vont être supprimés définitivement. D’ailleurs d’autres bibliothèques s’apprêtent à leur tour à réduire leurs horaires d’ouverture. La candidate socialiste devrait d’autant plus le savoir que son porte parole de campagne n’est autre que Bruno Julliard…l’actuel adjoint à la Culture !

 

                    2865539 julliard-new

                                         - Je sens que je vais encore me faire souffler dans les bronches

 

Alors si la Mairie de Paris veut ouvrir le dimanche, il va falloir recruter du personnel et pas qu’un peu. Ca commence outre les quarante postes que la mairie veut supprimer par aussi rétablir la bonne cinquantaine (au bas mot) qui a été sucrée ces dernières années (voir ici).

Pire, pour pouvoir ouvrir un sixième jour les dix sept établissements concernés, à moins de supprimer le code du travail, il va falloir embaucher une soixantaine de bibliothécaires supplémentaires (estimation basse). Total de la douloureuse : cent cinquante postes de titulaires à pourvoir (oui, 150). On sent que la DRH s’en étrangle déjà !

Il faut savoir aussi qu’à Paris les trois bibliothèques du dimanche font appel massivement à de l’emploi étudiant pour fonctionner. Il faudrait compter là aussi sur cent cinquante nouveaux contrats de vacataire (à temps partiel, certes). Ca y est, la DRH s’est évanouie. Bref, vu le contexte budgétaire que brandit la mairie à tout bout de champ, ça semble injouable, à moins de fermer en semaine !

Attendez ce n’est pas encore fini. A Paris, chaque bibliothécaire qui travaille actuellement le dimanche touche une prime de 100 euros (brut). Avec la proposition de Mme Hidalgo il faudra compter à la louche cinq cent mille euros annuel (oui vous avez bien lu, 500 000). Si l'on rajoute les frais de personnel, la douloureuse devrait atteindre plusieurs millions d'euros. Là, c’est la direction des finances qui fait une crise de nerf.

 

                    anne-hidalgo-12-09-09_1253300823.jpg

                                           Ouverture du dimanche dans les bibliothèques, ça mouline !

 

A moins que la Mairie de Paris décide de supprimer cette prime ? Les bibliothécaires de Truffaut, Yourcenar et Duras qui ont fait grève pendant huit semaines pour l’obtenir risqueraient de ne pas apprécier.

On connaissait les « bricoleurs du dimanche » qui militent pour l’ouverture des magasins le septième jour, pour la première adjointe, il semble que niveau ouverture des bibliothèques, ce serait plutôt la « bricoleuse du dimanche ».

La CGT préférerait que les deux candidates proposent une véritable politique de lecture publique de proximité plutôt que de promettre n’importe quoi aux parisiens. Y aurait fort à parier que les usagers et les personnels y seraient sensibles.

Notre syndicat est bien entendu à leur disposition pour les rencontrer si elles le désirent. En semaine de préférence.                              

 

                              18478122

                                          - Moi, je vais ouvrir les bibliothèques le lundi et tôt le matin

                                    -  Alors là ça va trop loin, je peux plus suivre ...

 

* Les favoris au tiercé du dimanche sont Charlotte Delbo (IIe), Marguerite Audoux (IIIe), Mouffetard (Ve), André Malraux (VIe), Amélie (VIIe), Valeyre (IXe), François Villon (Xe), Hélène Berr (XIIe), Melville (XIIIe), Brassens (XIVe), Trocadéro (XVIe), Rostand (XVIIe).

A la corde : Dans ces arrondissements la course sera plus disputée. Dans le XIe cela se jouera entre Faidherbe et Parmentier, dans le XVIIIe entre Clignancourt et Goutte d’Or et dans le XIXe entre Flandre et Place des Fêtes.

Non partant ? : Baudoyer (IVe) et  Europe (VIIIe) il faudrait dans ce cas ouvrir la mairie de l’arrondissement, où elles sont situées. Nous n’en n’avons pas encore trouvé trace dans le programme d’Anne Hidalgo  

 

                 bv000002.jpg

 

Lire aussi

Culture : Comment Bruno Julliard va-t-il avouer la triste vérité aux parisiens avant les municipales ?

La Mairie de Paris veut-elle que les bibliothèques ferment boutique ?

Dialogue Social et santé au travail : La Mairie de Paris veut tout contrôler

 

Repost 0
Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans bibliothèques
commenter cet article
3 novembre 2013 7 03 /11 /novembre /2013 17:01

 

               Jean-Bouin5.jpg

                                         Avec les barreaux aux fenêtres, on reconnait bien le style Riccioti

 

 Vu que c’est le même architecte derrière les deux constructions, la CGT demande une enquête du CHS

Dans la nuit du 25 au 26 septembre 2013, un employé de la société de gardiennage en service au nouveau stade Jean Bouin a été victime d’un accident qui lui a coûté la vie (lire ici).

Peu après minuit, M. Dany Evrard, chef de la sécurité incendie, a été amené, au cours d’une tournée d’inspection qu’il effectuait seul, à manipuler une grille dans l’enceinte de l’établissement. Celle-ci, intégralement déployée, est tombée sur lui et l’a écrasé mortellement. Pesant une tonne et demie, et mesurant 6 mètres de long sur 2 mètres de haut, elle n’était maintenue que par un rail au sol, et devait vraisemblablement être motorisée à la fin du chantier…qui n’était probablement pas terminé, malgré l’ouverture du stade, un mois plus tôt. L’agent n’a été découvert qu’au matin par les agents venus prendre leur service.

Cet événement tragique pose la question des travailleurs isolés que la CGT a dénoncé à plusieurs reprises, notamment au Comité Hygiène et Sécurité de la Direction de la Jeunesse et Sports. La présence d’un collègue auprès de cet agent aurait-elle permis d’éviter ce drame ? Agé de 39 ans, et père de 2 enfants, il était considéré comme un chef de sécurité professionnel et très prudent. Alors, comment un tel drame a-t-il pu se produire ?

Le nouveau stade Jean Bouin ( 20 000 places ) a été sujet, dès sa conception, à de nombreuses controverses entre la majorité PS d’une part, qui en faisait un projet emblématique, et l’UMP et Europe Ecologie les Verts d’autre part. Ces derniers lui reprochent son coût, qu’ils estiment exorbitant : 157 millions d’euros ( 200 millions selon les Verts et l’UMP ), engagés sur financement public, et dédiés au seul club de rugby du Stade Français.


                               Bertrand Delanoë avec une écharpe du Stade Français et son président

     guazzini-delanoe-stade-francais_437456.jpg

                                                  - Tu vois Max, ce sont tous des mesquins et des jaloux !


Balayant ces considérations bassement matérialistes, la Mairie de Paris a ordonné sa construction, et l’a inauguré en grandes pompes le 31 août 2013. Peut-être trop hâtivement, élections municipales obligent.  Il a été ouvert après passage de la commission de sécurité. Mais l’agent avait indiqué à sa famille que le stade n’était pas complètement terminé, et que des ouvriers y travaillaient toujours.

Ce stade est l’œuvre de Rudy Riccioti, également connu pour avoir commis le très controversé immeuble de T8 de l’avenue de France, triste établissement muni de barreaux de bois, où sont censés venir s’entasser en 2014 les agents des directions de l’urbanisme et de la voirie et des déplacements, dans des bureaux trop petits pour les accueillir. Sans parler des conditions juridiquement floues dans lesquelles la mairie de Paris a acquis les locaux en question…


                                                           L'immeuble T8, avenue de France (XIIIe)

                        un-peu-de-campana-dans-l-architecture-M101383.jpg

                               -  Ils sort d'où cet architecte, on peux même pas laver les vitres

                                      - Ah c'est sûr qu'on reconnait bien là le style Riccioti   


Durant la construction de T8, la Mairie de Paris a connu quelques déboires : Au cours d’une opération de contrôle effectuée sur le chantier en avril 2013, le comité opérationnel anti-fraude de Paris, ayant identifié 27 ouvriers non déclarés, a épinglé 11 employeurs sous-traitants. Pas sérieux tout ça…

La Ville, comme à son habitude, a décliné toute responsabilité, renvoyant la patate chaude à Nexity, maître d’ouvrage à ce stade du chantier, lequel a renvoyé la patate bouillante aux sous-traitants. En plus, les ouvriers contrôlés se trouvaient sur la partie habitation privée de l’immeuble. Ouf !!! L’honneur de la Ville était sauf !

Cette suite de regrettables incidents, ayant débouché sur l’accident mortel d’un vigile, on est en droit de s’interroger sur la sécurité et la fiabilité des deux établissements T8 et Jean Bouin.

Le stade Jean Bouin aurait-il été mis en service alors que l’établissement n’était pas encore sécurisé, comme le laisse supposer le décès de ce vigile ?

Et maintenant, quelles mesures vont être prises pour assurer la sécurité de ce bâtiment ?

Le T8 est-il fiable, et construit dans les règles de l’art ? Si la Mairie persiste, malgré l’opposition des agents concernés, à les y installer, devront-ils, avant d’y mettre les pieds, se munir d’une assurance vie ?

Nous rappelons que la Ville est juridiquement responsable de la sécurité de ses personnels, y compris des prestataires de service.

La CGT exige l’ouverture d’une enquête du CHS pour déterminer les responsabilités et la communication du rapport fait par la commission de sécurité venue inspecter les lieux avant l'inauguration.


                                  Le nouveau siège de la DJS conçu par Rudy Riccioti

            383a0ea929227b904f06c8be21e6bd39

                               Ah pas de doute, on reconnait bien là le style de l'architecte


 

 

Lire aussi

Paris : Une nouvelle prison dans le 13ème arrondissement !

Bientôt une prison moderne (mais polluante) en plein Paris !

 

Repost 0
Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans Ida
commenter cet article