Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

C'est Qui ? C'est Quoi ?

  • : Le blog de CGT Culture DAC Ville de Paris
  • Le blog de CGT Culture DAC Ville de Paris
  • : Blog du Syndicat CGT Culture de la Direction des Affaires Culturelles de la Ville de Paris.
  • Contact

Qui sommes nous ?

Nous sommes des personnels de la Direction des Affaires Culturelles de la Ville de Paris, travaillant dans les bibliothèques, conservatoires, musées, ateliers des beaux-arts, services centraux...

Nous militons au sein de la CGT pour défendre les droits des salariés, la qualité du service public rendu aux Parisiens.

Pour vous syndiquer, demander conseil, faire des réclamations, envoyer des informations, une seule adresse : daccgtculturegmail.com


Recherche

Pages

22 juillet 2013 1 22 /07 /juillet /2013 09:00

 

                        tumblr mlpozn4NTo1qzlcoro1 500

 

                                  Analyser le travail et réinjecter du droit 

Les causes.  L’évolution des rapports sociaux de travail. Les choix et décisions en matière d'organisation du travail  

Les supports.  La réduction des effectifs. A la Ville de Paris, le Maire se vante d’ouvrir des équipements de proximité à effectifs constants. La flexibilité, l’évaluation individualisée et le mythe de la qualité totale  

Réduction des effectifs.  La réorganisation du travail génère des « dégraissages » d'effectifs pour des charges de travail en augmentation. A la Ville de Paris, les non titulaires sont soumis au chantage de non reconduction de leur contrat.

L’octroi de moyens est enjeu de marchandage et de concurrence entre services, équipes, agents, ce qui génère des conflits.

Masquer la responsabilité de l’organisation du travail génère des tendances à s'accuser les uns les autres d'insuffisance, incompétence, de gêne à l'accomplissement du travail...

L’accroissement de la charge de travail conduit à la montée des accusations, insultes, méfiance, ressentiment, rancune, haine…  Le résultat, c’est la dégradation du vivre ensemble dans le travail. 

 

                     storm-14

 

Flexibilité des personnels.  De l'emploi, des statuts, des places, des fonctions, des horaires, etc. sans reconnaissance des qualifications. Adaptabilité et polyvalence pour des besoins immédiats de main d'oeuvre des employeurs.                               

Evaluation individualisée des performances.  Suivi individualisé de chaque agent. Collaboration de chacun par l’autocontrôle sur les tâches effectuées, les pressions. (Exemple dans les Open space, chacun vérifie la charge de travail de son collègue). Contrats d'objectifs qui permettent la mise en concurrence généralisée entre agents, services… Individualisation, chacun pour soi, conduites déloyales, méfiance …

Déstructuration profonde de la confiance, du vivre ensemble, de la solidarité. Abrasion des ressources collectives de défense contre les effets pathogènes de la souffrance et des contraintes de travail, d’où isolation, méfiance, pathologies.  

Objectifs, contrats, résultats … Un moyen de pression pour obtenir du surtravail. Un moyen arbitraire : l'essentiel du travail n'est pas visible, quantifiable, évaluable.  

Le mythe de la qualité totale.  Il n’y a jamais de production parfaite dans le travail, la qualité totale est impossible. Le décalage entre le travail prescrit et le travail réel est irréductible. Posée comme une contrainte et non comme un objectif, elle génère des effets pervers. C’est donc la course aux infractions, aux tricheries, fraudes pour satisfaire aux contrôles.                               

  

                     2759627503 c6800273c9

  

Des dégâts psychiques énormes.  Mise en porteàfaux avec le métier, les valeurs, l’éthique professionnelle et personnelle. A la Ville de Paris, le malaise des cadres va grandissant car ils refusent de continuer à faire pression sur leurs agents pour leur demander de remplir des objectifs impossibles à tenir.

Souffrance psychique, syndromes de désorientation, de confusion, perte de confiance en soi, dans les autres, crises d’identité, dépressions jusqu'au suicide notamment lorsqu'un agent participe malgré lui à des pratiques que moralement il réprouve.                 

Augmentation des pathologies de la peur et posttraumatiques.  De nouvelles formes de gestion très exigeantes, très difficiles à supporter d’où des difficultés d’adaptation redoutables pour tous. Nombreux sont ceux qui redoutent de ne pas pouvoir tenir le coup. Pour survivre à ces pressions continuelles, les agents se mettent en arrêt maladie et les absences au travail augmentent.

Stratégie de défense par l’agressivité, le refus… Montée de la violence sociale et de la délinquance. Réduction des effectifs, restructurations, flexibilité, évaluation des performances, qualité totale ont des incidences majeures sur le développement de la violence au travail. Déstructuration de la solidarité, désorganisation de la coopération, sape des bases du vivre ensemble sont le ressort principal de la violence ordinaire au travail.

 

               PF VinylCube

 

Reconstruire du vivre ensemble… comment ?  1 - En analysant le travail pour le comprendre, 2 - En réinjectant du droit pour retrouver des marges de manœuvre.

1 - Analyser le travail.  En mettant à plat toutes les charges de travail quotidiennes. En utilisant un diagnostic pour recréer du dialogue professionnel. Mon environnement de travail respectetil mon intégrité physique, mentale et sociale ? Aije des marges de manœuvre suffisantes, spatiales, temporelles (les temps de respiration), sociales (les moyens de négocier mon travail) ? Quel sens a mon travail ? Aije reconnaissance de la part des pairs (mes collègues), de la hiérarchie, du terrain (les usagers) ?  

2 - Réinjecter du droit.  En faisant respecter la réglementation. Elle stipule, sans possibilité de déroger, que l’employeur a obligation, en termes de moyens et de résultat, de promouvoir l'amélioration de la sécurité et de la santé physique et mentale des travailleurs qu’il emploie (directive européenne du 12 juin 1989). C’est le travail qui doit être adapté à l’homme et pas le contraire.


                    image-9486-full


En revendiquant le droit au suivi professionnel et postprofessionnel (visite médicale). Attention, la Ville de Paris participe à la volonté de mettre à bas la médecine du travail en la démédicalisant. Cette offensive s'appuie sur la mise en cause de principes fondamentaux de la préservation de la santé au travail (responsabilité et financement par les employeurs contrôle par les représentants des salariés, indépendance et spécialisation des médecins).

Le texte proposé par la DRH dans l’accord Sécurité et Santé au Travail (SST) envisage, entre autres, la délégation des actes médicaux aux infirmières. Prétexte invoqué, la pénurie de médecins du travail. Dans le même temps, la Ville de Paris affiche ouvertement son souhait d’externaliser la médecine préventive. Le secteur privé arrive à recruter des médecins du travail et pas la Ville de Paris ? Pourquoi ?

 

                     33425222205405403 nyZ9xHug c

 

En utilisant, surtout à titre préventif, le droit d’alerte et de retrait. Tout salarié peut, individuellement, cesser son travail s’il a un motif raisonnable de penser qu’un danger grave et imminent menace sa vie ou sa santé ou s'il constate une défectuosité dans les systèmes de protection.

Il y a danger grave et imminent lorsqu’il y a menace susceptible de provoquer une atteinte sérieuse à l’intégrité physique et mentale dans un délai très rapproché. Il est couplé au droit d’alerte, qui est le signalement immédiatement à l’autorité administrative de toute situation de travail présentant un danger grave et imminent pour la vie ou la santé.

Le signalement doit être formalisé par le biais du registre spécial tenu sous la responsabilité du chef de service. L’autorité administrative doit procéder surlechamp à une enquête.

 

                       6388713_Thornley---Come-Again.jpg


En saisissant vos représentants CGT en CHS/CT, outil des personnels pour remettre en question l’organisation du travail. Le CHS/CT relève du droit syndical, individuel et collectif, puisqu’il permet de donner son avis sur les conditions de travail, d’avoir recours à un expert, d’avoir accès aux situations de travail.

Malgré les demandes insistantes de la CGT, la Ville de Paris refuse toujours de transformer le CHS en CHS/CT. La Ville de Paris aurait-elle peur qu’on étudie les conditions de travail dans les services et qu’on demande la création d’un observatoire sur les suicides ?

Gagner un travail qui exerce un impact positif sur la santé est indissociable d’un travail où les salariés conquièrent un contrôle majeur sur l’organisation et le contenu de leur activité !

 

                        Storm-Thorgerson-Eyes-on-Trees

 

Non respect du droit ? Conditions de travail détestables ? Violences au travail ? Bulletin d’alerte CGT

1 Identifiant

Lieu de travail :

Adresse :

Nombre de personnels concernés par le problème :

Effectif total des personnels :

Catégories : Hommes ¨     Femmes ¨      Jeunes ¨     Personnels de 50 ans et plus ¨

Statut :    titulaire ¨      Contractuel droit public ¨     Stagiaire ¨    Vacataire ¨      

Autre :

Temps plein ¨     Temps partiel ¨

Lanceur d’alerte : individuel ¨     Nom, Prénom :

Lanceur d’alerte collectif ¨    Syndicat/section ¨

Autre :

Mail de contact du lanceur d’alerte ou référent :                                 @

 

2 Objet de l’alerte

Nature : Non respect de la réglementation ¨     Atteinte à la santé ¨

Mise en danger de la vie d’autrui ¨  Autre :

Explication : 

3 Objectifs fixés :

4 Actions décidées, en cours ou en projet

 

           

 

                   stormthorgersonalbumcoverart5

 

 

Lire aussi notre rubrique: santé au travail

 

Repost 0
Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans santé au travail
commenter cet article
16 juillet 2013 2 16 /07 /juillet /2013 10:12

 

                                      Publicite-Soda-Canada-Dry-1974.jpg

                              La Ville de Paris s'inspire du slogan publicitaire d'une boisson gazeuse

 

    .... Elles ne participent donc pas, d'après la Mairie de Paris, à la continuité d’accès au service public de prêt de livres ! 

Notre syndicat s’est étonné auprès de la Mairie de Paris des fermetures simultanées de la Bibliothèque du Cinéma-François Truffaut et de la Médiathèque Musicale de Paris (MMP), toutes deux situées dans le Forum des Halles. Un fait assez nouveau pour retenir notre attention car la règle habituelle est justement de ne pas fermer en même temps deux établissements d'une même localisation.  

La réponse de l’administration fut des plus étonnantes, un effet sans doute de la canicule naissante. On apprit que ce qu’on le prenait jusqu’alors pour des bibliothèques…. n'était pas vraiment des bibliothèques ! La Mairie de Paris s'est visiblement inspirée du célèbre slogan publicitaire de la boisson Canada Dry*.

Qu’on en juge : « La Bibliothèque du Cinéma et la Médiathèque Musicale de Paris sont des bibliothèques de prêt spécialisées et ne participent donc pas à la continuité d’accès au service public de prêt de livres, assurés par les bibliothèques de prêt classiques. Ces deux établissements sont fermés du 16 au 30 juillet afin de procéder à un nettoyage approfondi de l’ensemble des locaux par une entreprise spécialisée ». 

Oui, vous avez bien lu. Ces deux établissements peuvent bien fermer car ils ne participent pas... à la continuité du service public ! Quand on sait comment l’administration pèse ses mots (en général relus plusieurs fois avant d'être approuvés) on se demande bien ce qu’ils ont bu, mais ça ne devait pas être du Canada Dry ! 

Un petit rectificatif s’impose donc. Si ces deux bibliothèques (ou médiathèques) sont effectivement « spécialisées », l’une dans la musique, l’autre dans le cinéma, elles ne sont pas pour autant patrimoniales et, par conséquent, prêtent beaucoup de documents (et même des livres !).

 

                                                                     Eux, ils n'ont  bu que du Canada Dry

             article_les_tontons_flingueurs.jpg

                             -  Alors y en a des documents à emprunter ou pas dans ces deux bibliothèques ?

                                                                  - Ah, pour moi, y a pas de doute, y en a !


Pour preuve, la médiathèque Musicale est un établissement de prêt entièrement consacré à la musique sous toutes ses formes et sur tous supports (disques, livres, partitions, dvd…) peut-on même lire sur son site.

Quand à la bibliothèque François Truffaut inaugurée il y a cinq ans, il s'agit tout simplement l’ancien fond cinéma  de la bibliothèque André-Malraux (VIe) et elle prête elle aussi, normalement à foison, livres et revues (en plus de DVD et des CD de musiques de film). Alors celles-ci ne participent donc vraiment pas à la continuité d’accès au service public de prêt de livres, assurés par les bibliothèques de prêt classiques ? Oups.

En tout cas, pour fermer toutes les deux en même temps pour un nettoyage approfondi (et pour deux semaines) il fallait qu’elles soient très très sales. Un effet sans doute des travaux de rénovation du Forum des Halles. 

On sait la Ville de Paris près de ses sous, elle qui rogne année après année sur les effectifs (ce qui oblige maintenant une partie des bibliothèques à réduire leur horaire d’ouverture) ou les budgets d’acquisition du réseau municipal. Notre syndicat espère donc que c’est le gestionnaire en charge du dispendieux chantier du Forum des Halles, la SemParisSeine, qui va payer ce « nettoyage approfondi », car la facture doit être salée.


                                                        Bibliothèques des Halles: Qui va payer la facture ?

                               1944-Canada-Dry-Ginger-Ale-Water-vintage-photo.jpg

                                       -  La facture va être salée pour ce grand  nettoyage !

                                      -  Oui, et pour la somme ce sera pas du Canada Dry !

 

 

* Le slogan de la pub Canada Dry était "ça a la couleur de l’alcool, mais ce n’est pas de l’alcool "


Lire aussi

La bibliothèque du Forum des Halles fermée pour inondation !

La Mairie de Paris lance un appel pour donner un nom au futur centre Hip-Hop du Forum des Halles

A la bibliothèque Forney, la sécurité ne fait pas toujours sens !

Les archives photos historiques de France-Soir sont toujours oubliées dans des cartons.

Repost 0
Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans bibliothèques
commenter cet article
9 juillet 2013 2 09 /07 /juillet /2013 10:11

 

        conseildeparis

 

Après avoir vu la CGT, les élus communistes et écologistes arrachent un poste de plus pour les conservatoires de la Ville de Paris !

Dans les conservatoires municipaux parisiens, le malaise social lié à la mise en œuvre de la réforme des rythmes éducatifs était si fort que cela a donné lieu le 12 juin 2013 à une grève historique pour ce secteur à l’appel de tous les syndicats de la Direction des Affaires Culturelles. (Lire ici)

Principal motif de mécontentement: le déficit flagrant de poste d’agents administratifs. Un mécontentement des plus fondés, puisque la CGT avait exhumé une délibération votée en juillet 2005 qui fixait leur nombre à 125. Huit ans après, malgré l’augmentation de la fréquentation dans les conservatoires, ils ne sont plus que…108. La CGT demandait donc le respect des engagements budgétaires comme le stipulait la délibération actée par le conseil de Paris. (Lire ici)

 

                       Effectifs des conservatoires:  une délibération votée en juillet 2005 vient d'être exhumée

       SIPA.jpeg

                                          " Mon dieu, ces syndicalistes ont vraiment de la mémoire ! "

                                              

Pendant plusieurs mois les syndicats ont bataillé pour améliorer la délibération sur le temps de travail des agents administratifs, et obtenus quelques avancées, mais le refus de la municipalité d’augmenter les effectifs pour faire face à cette réforme (elle ne proposait que …sept postes de titulaires) a amené les syndicats unanimes à voter contre cette délibération lors de la séance de juin du Comité Technique Paritaire (CTP)

La CGT a souhaité allez plus loin que ce vote qui n’est, rappelons le, qu’un avis que le politique applique toujours s’il est majoritaire et jamais dès lors qu’il est en minorité.

C’est pourquoi, nous avons décidé de rencontrer les groupes de la majorité municipale (écologistes et Front de Gauche notamment) afin de défendre notre position et éclairer les élus sur les difficultés rencontrées au quotidien par nos collègues. Ces entretiens ont débouché sur des amendements budgétaires lors du dernier conseil municipal. Nous les en remercions.

Malheureusement cela n’a permis la création que d’un poste supplémentaire. Toujours mieux que rien, mais il en manque toujours douze. Bref, pour les personnels, c'est pas vraiment la mélodie du bonheur et la rentrée risque d’être malgré tout compliquée dans les conservatoires parisiens.

 

                         1965---La-melodie-du-bonheur.jpg     

                                             Euh,dans les conservatoires parisiens, pas vraiment !

 

Lire aussi

Conservatoires de la Ville de Paris : Les personnels et les syndicats avaient raison !

Paris : Une grève historique dans les conservatoires municipaux !

Conservatoires: La mairie de Paris joue du pipeau sur l’aménagement des rythmes scolaires !

Repost 0
Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans Conservatoire-ABA
commenter cet article
2 juillet 2013 2 02 /07 /juillet /2013 08:41

 

                                A Paris, faire preuve d’audace peut être une ambition pour chacun

              imggsar1549

                                                    - " Excellence, faites moi émerger quatre valeurs ! "

                                   - " Solidarité, exigence, ouverture et audace, mon ami ! "

 

A la Mairie de Paris, il faut avoir le goût de l'exigence,  mais pas seulement dans l'excellence, avec audace c'est bien aussi ! 

« Quelles actions engager demain afin de mieux respecter nos valeurs ? ». C’est pour répondre à cette question existentielle que la Mairie de Paris a mobilisé son administration. Et alléluia, la municipalité a réussi à faire « émerger quatre valeurs » et là attention ça vaut son pesant d’or. L’enfilage de perles commence. Notre syndicat ayant été souvent jugé « critique et moqueur » par des membres de l’administration, nous tenons à préciser que les phrases en italique sont directement produites par la Ville de Paris. Juré, ce n’est pas un pastiche !  

Première valeur : « la solidarité ».   « La solidarité est pour nous la condition de la vie en collectivité » annonce tout de go la Mairie. « Elle garantie l’avenir dans la cité dans son ensemble et sa cohésion » continue elle dans son élan, mais surtout « elle se traduit par un esprit d’équipe en interne » conclue-t-elle, dévoilant ainsi ses premières perles.  

Deuxième valeur : « Le goût de l’exigence ».   Pour les agents « c’est dans une mobilisation hors du commun qu’ils obtiendrons des réalisations hors normes » si, si vous avez bien lu « hors normes » mais attention dans le « hors du commun » car dans la capitale on ne fait pas les choses à moitié.

Mais après ça se corse un peu, car à Paris on n’hésite pas à faire non plus dans le « transversal ». « Nous croyons que c’est dans la mobilisation collective et transversale des agents au service des parisiens que nous touchons à l’excellence (..) Pour nous montrer exemplaire vis-à-vis de Paris et des générations futures» continue-t-elle encore en ajoutant un nouveau rang de perles mais dans « l’excellence » toutefois.

 

                                               Valeurs: La Mairie de Paris est en transe !

                       2

                                    " Il faut avoir le gout de l'exigence, mais dans l'excellence ! "


Troisième valeur : « L’ouverture ».   A Paris, comme chacun sait on n’est pas étriqué comme en province. Ainsi l’exécutif « pense qu’être à l’écoute des autres est fondamental pour le bien être de notre collectivité ». Mais là, nous voyons une première faille. En effet, notre administration « pense qu’être à l'écoute est fondamental «  elle n’en est donc pas tout à fait sûre ? Modestie des plus coupables car la Mairie assène comme un uppercut «  qu’être ouvert, c’est enfin se montrer respectueux des autres, des agents, des parisiens dans toute leur diversité et respectueux de l’espace public ». Nous voilà envoyé au tapis avec cette formule définitive. A croire que la Mairie de Paris a été infiltrée par quelques adeptes « new age ». Mais en fait l’important c’est ce qui suit...  

Car la quatrième valeur c'est.... : « De l’audace ».   Oui, oui « de l’audace », c’est ainsi que Paris qualifie sa quatrième valeur Mais bon sang, mais c’est bien sûr ! Toutes ces réunions n’étaient faites que pour promouvoir l’une des œuvres littéraires majeures du XXIème siècle que toute personne cultivée se doit d’avoir lu et relu. Et cette œuvre la voici:

 

 

                                                                 Une oeuvre majeure du XXIe siècle

                                      10315441 4216065

                                  " Ah, c'est facile de critiquer, je voudrais bien vous y voir ! "

 

Ceci-dit, devant cette flagornerie trop appuyée, la municipalité ayant senti le danger  a remplacé in extremis le terme d'audace par celui d'innovation, préférant sacrifier, par là même, à la culture littéraire de ses agents. Toutefois, cette manoeuvre n'arrêtera nullement nos flagorneurs qui profitent du relâchement pour lancer  « notre histoire nous a souvent conduit à anticiper les changements à venir, à garder un temps d’avance, à se comporter de manière audacieuse » Et là, c’est on ne peut plus clair ! En plus d’encourager la littérature d’excellence, c’est aussi dans l’histoire des sciences politiques que nos créateurs de valeurs se sont penchés en faisant référence à ça...    

                              

                                     A Paris,  pour trouver les "valeurs", les flagorneurs ont un temps d'avance

             delanoe programa

                                                           " C'est ça, moquez vous ! "

   

Le pot aux roses est découvert. Tout cet enfilage de perles n’était qu’un exercice de flagornerie envers notre bien aimé prévôt parisien. Bien tenté !

Faisant aveu de faiblesse, nous ne résistons pas à vous communiquer la conclusion faite par nos « valeureux » décideurs parisiens. « Cette créativité nous souhaitons la voir s’exprimer dans tout ce que nous entreprenons. Faire preuve d’audace peut être une ambition pour chacun. Et l’innovation qui en résulte n’a de sens que si elle est mise au service du plus grand nombre »

Mais tout de même, où donc la Mairie de Paris a-t-elle été trouver cette parabole, une ambition pour chacun ? 

 

                                                                           Paris: Une ambition pour chacun  

                   visite-de-benoit-xvi_3-diaporama.jpg

                                 - " Pardonez moi mon Père, j'ai remplacé l'audace par l'innovation ! "

                                 - " Dans ce cas mon fils, vous me ferez trois Pater et deux Avé ! "


 

Cette opération a été réalisée sous la coupe de la société "Landor" (si, c'est son vrai nom! Lire ici), spécialisée dans le développement des marques (le branding). Pour voir ce qu'écrit vraiment la Mairie de Paris sur son intranet pour faire "émerger ses valeurs"  lire la rubrique "commentaires"

 

 

Lire aussi

Mairie de Paris: Quand les Délinquants jouent au shérif 

 L’inspectrice des bibliothèques parisiennes ne renonce jamais !

Dans les bibliothèques parisiennes, t’es ok !

 


Repost 0
Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans Informations
commenter cet article
27 juin 2013 4 27 /06 /juin /2013 09:17

 

                                        A Paris, de nombreux restaurants administratifs ont été fermés

               delanoe.jpg

                                                "  Je vous préviens, je n'accepte pas les tickets-restaurant ! "

 

Les personnels préfèreraient pourtant manger à la cantine  (avec les copains et les copines)   

Depuis plusieurs années, nous attirons l'attention sur les problèmes rencontrés par les agents pour pouvoir bénéficier d'une restauration collective dans de bonnes conditions. Nous en sommes loin ! La participation des personnels aux cantines municipales connaît d'ailleurs une érosion continue.

D'une part, la mise en place de la RTT a conduit pour des raisons d'horaire et de délais de route à éliminer un nombre important d'agents de la possibilité d'accéder à un restaurant de la ville.

D'autre part, beaucoup d'entre eux pour des raisons de continuité de service ou d'éloignement d'un restaurant de la ville ne pourront jamais y accéder. De plus, de nombreux restaurants administratifs ont été fermés, ce qui rallonge les délais de route ! 

La CGT chiffre à près de 15 000, le nombre d'agents ne pouvant pour ces raisons bénéficier de ce service. Nous exigeons l'équité entre tous les agents pour que cette inégalité de traitement soit réparée au plus vite.

Pour ce faire, nous proposons que soit mis en place l'octroi du chèque-déjeuner, ticket-restaurant ou de la prime de panier, ainsi que la révision des délais de route. La majorité des personnels privée de la restauration collective relève de la catégorie C, des plus bas salaires qui sont touchés de plein fouet par la crise économique.

Nous demandons l'ouverture d'une négociation rapide afin de déboucher concrètement sur des solutions attendues vivement par les personnels. 

 

                                    Paris:  La majorité des personnels privée de restauration collective

                 bertrand-delanoe-en-pleine-degustation 2095 w460

                                                               " Ben, ils ont qu'à faire comme moi ! "

 

 

 

Lire aussi

Frais de bouche: Les musées parisiens ne sont pas « hors sujet » !

Diététique : Delanoë met les personnels de la culture au régime sec !

Gastronomie: Bertrand Delanoë promet entrée, plat et dessert aux personnels de la Ville de Paris !

La Mairie de Paris a encore été épinglée !

La Mairie de Paris publie un « guide des bonnes pratiques » !

Repost 0
Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans Revendications
commenter cet article
26 juin 2013 3 26 /06 /juin /2013 15:38

 

                  izmC9dMPhQI.jpg

                             C'est mathématique, les personnels et les syndicats ont raison !

 

                           La Mairie de Paris confirme officiellement les chiffres !  

Les conservatoires municipaux parisiens se sont mis massivement en grève au mois de juin, pour réclamer la création de 20 postes administratifs pour faire face à la réforme des rythmes éducatifs prévue à la rentrée et dont l’impact important sur leur fonctionnement est avéré par l’administration elle même.

Alors, un caprice de fonctionnaires manipulés par des syndicalistes ? Que nenni, comme le prouve le document que nous venons d’exhumer: Une délibération qui pointe de manière définitive le manque de 17 postes dans les conservatoires municipaux 

Actuellement, il y a 108 postes administratifs pour 19.291 élèves, soit un agent, tous profils confondus, pour 178,62 élèves.

En 2005, il y avait 1900 élèves de moins, soit 17.391 élèves…..pour 125 postes administratifs, soit 1 agent, tous profils confondus, pour 139,12 élèves. Cherchez l’erreur ! Et oui, depuis huit ans les conservatoires parisiens ont bien perdu 17 postes alors même que le nombre d’élèves augmentait. CQFD.

Bien sûr, la Mairie de Paris va contester ces chiffres et affirmer qu’il n’y a jamais eu 125 postes d’administratifs dans les conservatoires. Jamais, ô grand jamais!

Sauf que nous avons retrouvé les propos de Christophe Girard au Conseil de Paris au moment de la « remunicipalisation » des conservatoires parisiens et là, on va voir si la Mairie de Paris va se désavouer elle-même. Puisque ce ne devrait pas être le cas, nous réaffirmons notre souhait de revenir aux postes existants il y a huit ans et demandons la (re)création au budget municipal de ces fameux dix sept postes. La Mairie n’en propose pour le moment que sept. Il en manque dix. Le compte n’est donc pas bon. 

                           5758-0

                                Dix sept, moins sept, il en manque encore dix, c'est mathématique.


Débat du Conseil municipal de la Vill de Paris, juillet 2005, complément à la délibération 2001 DAC 497 relative au temps de travail des personnels des conservatoires, en conséquence de la création d’un service public municipal des conservatoires parisiens.

Acteurs: Lyne Cohen-Solal, Adjointe au Maire de Paris et présidente de séance du Conseil de Paris, Colombe Brossel, Porte parole du Groupe Socialiste, Christophe Girard, adjoint au Maire chargé de la Culture

Mme Lyne Cohen-Solal, adjointe, présidente : « Nous examinons le projet de délibération DAC 488, complément au projet de délibération 2001 DAC 497 relatif au temps de travail des personnels des conservatoires en conséquence de la création du service public municipal des conservatoires parisiens. Je donne la parole à Mme Corine Barlis. »

                lynecohensolal              - Bertrand, tu crois que la CGT va se servir des débats officiels du Conseil de Paris ?

                                                               - Esperons que non !

 

Mme Corine Barlis: "Merci, Madame la Maire. J’interviendrai au nom de Colombe Brossel (à l’époque spécialiste des questions culturelles pour le groupe Socialiste et actuellement adjointe en charge des …rythmes éducatifs) qui n’a pas pu être en séance à cet instant..  Mes chers collègues, nous saisissons ce projet de délibération, qui tire conséquence de la création d’un service public municipal, pour rappeler l’attention portée par le groupe socialiste et radical de gauche à la réforme des conservatoires entreprise par la Municipalité depuis 2001. 

Après la réforme pédagogique en 2002, puis la réforme tarifaire votée par notre Assemblée en mai dernier, ce projet de délibération technique, relatif au temps de travail des personnels, fait référence au transfert de personnel administratif au sein de la Ville au même titre que le sont déjà les directeurs et professeurs de musique des conservatoires. Ce transfert (…)trouve une traduction concrète de la reprise en régie.

Mis à part les 27 postes sur 28 postes de professeurs des conservatoires inscrits au titre de la résorption de l’emploi précaire, figure en effet dans le budget modificatif, l’inscription de 125 postes supplémentaires au titre de la municipalisation des personnels des conservatoires d’arrondissement.

Un comité de suivi a été mis en place associant à la démarche de reprise l’ensemble des acteurs et des représentants des personnels concernés…..

 

                                   Colombe Brossel (avec une écharpe) et Christophe Girard  

n722577577-1636883-349

                                       -  Ah, Mme Brossel, attention à ce que vous dites, la CGT est juste là !

 

Christophe Girard : « Merci beaucoup, chère collègue, pour votre intervention. Sur le fond, il s’agit d’un projet de délibération qui préserve les situations acquises dans les contrats de travail dans l’hypothèse où ceux-ci prévoient des dispositions plus favorables que celles de en vigueur au sein de la Ville de Paris. Permettez-moi à cette occasion de remercier vivement pour leur travail conjoint et harmonieux, à la fois la Direction des Affaires culturelles et en particulier Mme Pascalis et ses collaborateurs, la Direction des Ressources humaines pilotée par M. Yahiel, le Secrétariat général et les cabinets respectifs du Maire et le mien, qui ont passé du temps pour que nous puissions avoir, en concertation avec les groupes de la majorité et de l’opposition, une réforme qui soit adoptée dans la sérénité et le respect »

« Serait-il possible d’avoir une vision d’ensemble sur le sujet ? »  Demande soudainement un élu !

 

                       n722577577-1636887-3194

                              - Christophe, la Ville a une vision d'ensemble pour les conservatoires?

                                     -  Hmm ma Colombe, si c'est flou, c'est qu'il y a un loup ! "

 

« La municipalisation des transferts des personnels permet d’inscrire dans le temps cette réforme et constitue à ce titre une clef essentielle de sa réussite. Sur le fond, il s’agit d’un projet de délibération qui préserve les situations acquises dans les contrats de travail dans l’hypothèse où ceux-ci prévoient des dispositions plus favorables que celles au sein de la Ville de Paris » se justifie de manière lyrique, Christophe Girard.

Lyne Cohen-Solal : « Merci beaucoup, chère collègue, pour votre intervention. »

Qui est pour ? Contre ? Abstentions ? Le projet de délibération est adopté. (2005, DAC 488). C'est officiel, les 125 postes d'administratifs dans les conservatoires parisiens sont adoptés.

Lire ici les échanges officiels sur le site de la Mairie de Paris

La CGT a rencontré plusieurs élus du Conseil de Paris pour leur demander de modifier les budgets de recrutements pour les conservatoires municipaux. Il serait inimaginable que la Mairie de Paris puisse se désavouer.

 

          Conservatoires: La Mairie de Paris (Missika,Hidalgo,Julliard,Feraud) va-t-elle se désavouer ? 

     1a1e9325da7c06dcba3e39bca1e64abf

             - Alors là, Anne, foi de Missika, c'est mathématique, la CGT et les personnels ont raison !

 

 

Lire aussi

Conservatoires : Bruno Julliard reçoit les syndicats après la grève historique de cette semaine !

Conservatoires : Bruno Julliard est vraiment arrivé les mains vides !

Grève dans les conservatoires parisiens, le 12 juin : L’intersyndicale maintient son préavis.

Conservatoires: La mairie de Paris joue du pipeau sur l’aménagement des rythmes scolaires !

Rythmes scolaires dans les conservatoires: Le Conseil de Paris vote un poste de titulaire supplémentaire


Repost 0
Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans Conservatoire-ABA
commenter cet article
24 juin 2013 1 24 /06 /juin /2013 12:38

 

                                          Paris-Musées: Cinq syndicats mettent un camouflet à la direction

                                     18867104.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

                                                                      " Hi, hi, vous avez vu leur tête ?

 

          Un véritable camouflet pour la direction du nouvel établissement public ! 

Les résultats des élections professionnelles étaient à peine proclamés et la liste des élus pas encore publiée au Bulletin Municipal  Officiel (BMO) que l’administration convoquait à la hâte le premier comité technique (CT) de Paris-Musées, le nouvel établissement public qui regroupe les musées musées municipaux parisiens. Réunion que l’écrasante majorité des syndicats, CFDT, CFTC, CGT, FO et Unsa, (soit cinq sur six) a choisi de boycotter 

Il faut dire que l’administration souhaitait clairement décider seule d’un règlement intérieur rédigé sans concertation avec les membres  élus de l’instance. Inutile de préciser que l’absence d’un règlement intérieur concerté est, pour vos représentants, la porte ouverte à toutes les dérives administratives et reflète clairement une absence de dialogue social. 

Pourtant la présidente de Paris-Musées n’est autre qu’Anne Hidalgo, chantre du dialogue social à travers son excellent livre dont le titre n’est autre que « travail au bord de la crise de nerf ». Bien vu. 

Pour les représentants du personnel, la défense des droits des agents des musées parisiens passe par un cadre fixé par consensus et non par des décisions arbitraires de la présidente de Paris Musées. D’où le boycott de ce comité. Evidemment, la direction était furax. Il faut dire qu’elle ne s’attendait pas à ce camouflet syndical. 

A tel point que Madame Danièle Pourtaud, autre élue de l’exécutif, faussement indignée, avec une mauvaise foi déconcertante déclara que nous «  devions prendre nos responsabilités auprès des personnels que nous représentions ! ». Paraphrasant le livre de sa présidente, elle était visiblement, elle aussi, au bord de la crise de nerf ! 


                                                  Paris-Musées: le ciel tombe sur la tête de Danièle Pourtaud

                               CIMG2558

                                               " Ah, ben zut alors, les syndicats ont pris leurs responsabilités ! '

 

Mme Pourtaud avait pourtant raison sur un point : Nous sommes des organisations syndicales responsables et si nous avons des comptes à rendre, c’est en effet aux personnel et à eux seuls, ceux ci n'ont d'ailleurs pas manqué de nous faire savoir qu'ils approuvaient notre décision ! 

Ah mais vous avez lu que cinq syndicats avaient boycotté, mais qui était donc le sixième ? Cette organisation qui n’est autre que….le Supap qui s’était installée dans la salle après avoir signée la liste d’émargement. Pourtant sollicité pour participer à ce boycott, ce syndicat a préféré jouer sa propre carte en lisant une déclaration clairement hostile aux choix des autres représentants. 

Néanmoins, que la représentante du Supap ait voulu siéger seule aura été vain puisque l’administration a dû la congédier prestement, faute quorum. Ah, c’est pas une vie ! 

Le prochain Comité Technique est reporté en septembre. La direction de Paris-Musées va devoir proposer des vraies bases pour construire un dialogue social de qualité pour éviter de nouveau d'être au bord de la crise de nerf ! 

 

               Le Comité Technique de Paris-Musées est resté vide, bien que certain ait voulu siéger (en vain)

        photo-1

                            Ah, le Supap a oublié de reprendre sa bouteile d'eau (laissée côté administration) !

 

Lire aussi

Elections de Paris-Musées : Les urnes ont rendu leur verdict !

Les agents du Petit Palais victimes de la « Manif pour tous » !

Paris-Musées : Banquier, votre argent nous intéresse !

Frais de bouche: Les musées parisiens ne sont pas « hors sujet » !

 


Repost 0
Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans musées
commenter cet article
21 juin 2013 5 21 /06 /juin /2013 09:36

 

              Difficult+To+Cure+difficulttocure album1

 

              Pour les visites médicales, les annulations sont sans ordonnance

Avec la modification du code du travail de 2012 c’est désormais le médecin du travail qui définit la nature de la surveillance médicale particulière, en plus d’une visite médicale tous les 2 ans.

La CGT revendique le maintien de la visite annuelle. Elle demande que les modalités de surveillance particulière soient établies avec la médecine préventive: fréquences de visites sur site, suivi des agents exposés à des risques spécifiques, réintégrés après un Congé Longue Maladie, postes aménagés…

Les taux de participation aux visites médicales sont très différents selon les directions : de 20% à.... 80% ! Pour la Ville dans son ensemble ce taux a baissé à 63% (76% en 2010). Les annulations viennent de la hiérarchie de l’agent dans 35% des cas, du salarié dans 3% des cas et dans 46% des cas c’est l’agent qui ne donne pas de nouvelle, souvent pas au courant de sa convocation.
                                                

La visite médicale est pourtant obligatoire. Les contraintes d’effectifs et le manque d’information des agents et de l’encadrement sont la cause de ces annulations.    

                                                      17 examen ophtalmologique lors d une visite medicale

La proximité du lieu de visite médicale par rapport au lieu de travail peut atténuer ces contraintes. Selon les métiers les contraintes liées aux sous-effectifs jouent différemment (possibilité ou non de suspendre une tâche).

Deux prestataires privés assurent désormais le suivi médical d’une partie des agents, ce sont autant de difficultés à venir dans le suivi des dossiers médicaux des agents.

Si les agents ont droit à bénéficier d’une visite à leur demande, 2,5% des visites se font à la demande de l’agent. C’est moins de 1% des agents qui demandent une visite médicale.. Ici aussi les sous-effectifs sont dissuasifs.

Dans certaines directions, les prescriptions pour des examens complémentaires ou des consultations spécialisées stagnent ou baissent alors que le nombre de visites a augmenté. Les moyens sont sous-utilisés: cabine d’examen audiométrique, visio testeurs, électrocardiographes, ..ainsi que les plates-formes médicales : service de radiologie, …
    

               VICHY-66-1219

Alors que le nombre d’audiogrammes tend à baisser, la CGT demande que la question du bruit soit une des priorités du travail de prévention de certaines directions: mesures sonométriques dans les établissements, audiogrammes proposés plus systématiquement, achat d’un matériel performant, consultations ORL, intégration de cette priorité pour les restructurations / constructions...     

Si le nombre de visites médicales a augmenté une logique du chiffre pourrait se faire au détriment de la qualité du suivi.

Respecter les obligations légales en matière de suivi médical c’est garantir le temps consacré aux agents en visite comme en action sur le milieu de travail soit (article 11-1 du décret 85-603 modifiée par le décret de 2008-339) par médecin une heure par mois pour 20 agents, ramené à 10 agents pour une surveillance médicale particulière.

C’est un total de 4400 heures par mois soit 32 médecins qui sont nécessaires et réglementaires, bien loin de la situation actuelle et des 24 médecins, effectif vers lequel la Ville veut « tendre » d’ici 2014 !

Il faut aussi garantir aux agents la possibilité matérielle de se rendre aux visites, en rompant avec les sous-effectifs structurels, en embauchant massivement. 

02_SPA-78-X-3249.jpg

                                                        La visite médicale est pourtant obligatoire mon gars !

  

Lire aussi

Santé au travail : Le Burn-out, ça se mesure ! 

Accident de trajet: Pour rester dans les clous ! 

Suicide au travail : Comment agir ?  

 

Repost 0
Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans santé au travail
commenter cet article
19 juin 2013 3 19 /06 /juin /2013 09:14

 

                 steve-jobs-in-70s.jpg

                                                                          "  Ah ouais, quand même ! "

 

Le Journal Le Monde a demandé à la société de conseil Optimaretraite de réaliser des simulations sur les principales préconisations du rapport.

Le rapport Moreau, première étape de la prochaine reforme des retraites, a été remis au premier ministre. Dans ce document de près de 200 pages, de nombreuses pistes de réformes sont envisagées, avec à la clé d'importantes économies potentielles.

Augmenter rapidement la durée de cotisation à raison d'un trimestre par génération rapporterait ainsi 1,4 milliard d'euros en 2020, aligner le taux de la CSG (contribution sociale généralisée) applicable aux pensions sur celui des revenus d'activité produirait un gain de 2 milliards d'euros...

Mais derrière ces chiffres globaux, le rapport Moreau donne peu d'indications sur l'impact de ces mesures sur les intéressés : les actifs et les retraités.

Pour rendre ces pistes un peu plus concrètes, le journal « Le Monde » a demandé à la société de conseil Optimaretraite de réaliser des simulations sur les principales préconisations du rapport.

Quel est l’impact de l’allongement de la durée de cotisation ? L’effet d’une hausse des cotisations ? L’effet de la suppression de déduction des 10% pour les frais, l’alignement de la CSG des retraités sur les actifs ou bien la fiscalisation des pensions pour les parents de trois enfants et plus ?

Pour cela, le quotidien du soir a dressé quatre profils, tous nés après 1956, donc devant cotiser 166 trimestres, selon la législation actuelle, pour partir à taux plein à partir de 62 ans :
- Le premier est un salarié ayant fait toute sa carrière au smic (revenus annuels brut de 17 163 euros) et ayant commencé à travailler à 18 ans.
- Le deuxième a gagné le salaire médian (revenus annuel brut de 25 000 euros) et a commencé à travailler à 20 ans.
- Le troisième profil est un cadre (revenus annuels brut de 52 000 euros) qui cotise depuis ses 22 ans.
- Enfin le dernier, un cadre supérieur (revenus annuels brut 104 000 euros), qui a commencé à travailler à 24 ans.

Pour connaître le résultat de ces calculs, lire la suite de l’article du « Monde » en cliquant là.

 

                                                                    Retraites: Mais qui va trinquer ?

            marcel-dole-jean-gabin-pierre-fresnay-and-noel-noel-les-vie.jpg

                                                                         " A votre santé les jeunes ! "

 

 

Lire aussi notre rubrique: retraite

 

Repost 0
Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans retraite
commenter cet article
18 juin 2013 2 18 /06 /juin /2013 14:49

 

              3julliard

                                     "Vous êtes venus pour rien, car j'ai rien dans les poches, non plus ! "  

 

La Mairie de Paris « n’est pas en capacité » de faire mieux, a-t-il lancé aux syndicats !

Après la grève « historique » de la semaine dernière dans les conservatoires parisiens, les organisations syndicales rencontraient, ce lundi, Bruno Julliard l’adjoint au maire chargé de la Culture. En général, quand une réunion de ce genre est convoquée, c’est plutôt bon signe et on peut souvent s’attendre à de nouvelles propositions pour une issue positive du conflit.

D’ailleurs, ce lundi 17 juin, après les violents orages qui se sont abattus sur la capitale, le soleil brillait du côté de l’Hôtel de Ville au moment où les partenaires sociaux rejoignaient l’ancien syndicaliste étudiant*. Un heureux présage ?

Rappelons que les personnels des conservatoires, inquiets de l’impact qu’aura la réforme des rythmes scolaires sur leur fonctionnement réclamaient juste une « vingtaine » de postes (de titulaires bien sûr). Les propositions municipales restant calées sur sept postes de titulaire et …sept postes de contractuel

En réalité, ces derniers étant seulement à temps partiels, la municipalité espérait utiliser quatorze emplois à mi-temps pour les soirées, le samedi… Un peu comme pour les caissières dans la grande distribution. En tout cas de quoi boucher les trous à peu de frais ! D’où le mouvement social très suivi le 12 juin.

C’était pourtant une rencontre qui avait tout pour réussir car d’entrée de jeux l’intersyndicale proposait une solution de compromis : La transformation des sept postes équivalents temps plein de contractuel… en emploi de titulaire, soit au final un total de quatorze agents supplémentaires ! Une proposition a minima où la Mairie de Paris n’avait même pas à faire d’effort budgétaire ! Alors ?      

 

                                                        Conservatoires: L'affiche municipale pour la rentrée

                                          C'EST%20DUR%20POUR%20TOUT%20LE%20MONDE                        

                                                              "Oumpf, on est pas en capacité j'vous dis ! "                

 

Alors, même ça, c'est trop ! Bruno Julliard nous apprends, et son administration avec, tenez vous bien, que quatorze postes.... « seraient insuffisants pour faire fonctionner correctement les conservatoires à la rentrée ». Gasp ! Ainsi notre demande d’une vingtaine de postes se trouve officiellement justifié. C'était donc pas du pipeau !                                                                               

Mais Bruno Julliard ne s’en laisse pas compter : « C’est pourquoi nous avons besoin de ces agents à temps partiels » ajoute l’ancien opposant au CPE *. « Nous ne sommes pas en capacité de faire plus » avoue même, impuissant, l’adjoint au maire.

Pourtant, un des enjeux politique de cette réunion était que Bruno Julliard obtienne quelques votes positifs à l’occasion du prochain Comité Technique Paritaire. Cette réunion, bien que ne rendant qu’un avis consultatif, devait présenter aux partenaires sociaux la délibération modifiant le temps de travail des personnels des conservatoires parisiens. Il y a fort à parier que devant le manque d’effort de l’exécutif municipal les syndicats ne soient pas « en capacité » de lui apporter un « avis favorable ». (NdR: D'ailleurs, tous les syndicats ont voté contre sans exeption. Julliard a donc oeuvré pour une véritable unité syndicale, bravo à lui). On ne pariera pas non plus sur une bonne application de la réforme des rythmes scolaires dans les conservatoires à la rentrée

En tout cas en sortant de cette réunion, il se remettait à pleuvoir. Le temps est vraiment pourri en ce moment. Comme le climat social finalement.  

 

                                                     Paris: Le climat social est vraiment pourri en ce moment !

         timthumb

                                                                                   " Ah, ça je confirmes ! "

 

* Le CPE (Contrat Première Embauche) était un contrat proposé aux jeunes (de moins de 25 ans) payé en dessous du smic. Cette mesure proposé par le gouvernement Villepin a été combattu par Bruno Julliard, alors président de l'Unef, un syndicat étudiant. Mais ça c'était avant.

 

 

Lire aussi

Conservatoires : Bruno Julliard reçoit les syndicats après la grève historique de cette semaine ! 

Conservatoires: La mairie de Paris joue du pipeau sur l’aménagement des rythmes scolaires !  

Les conservatoires parisiens seront en grève le mercredi 12 juin

Repost 0
Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans Conservatoire-ABA
commenter cet article