Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

C'est Qui ? C'est Quoi ?

  • : Le blog de CGT Culture DAC Ville de Paris
  • Le blog de CGT Culture DAC Ville de Paris
  • : Blog du Syndicat CGT Culture de la Direction des Affaires Culturelles de la Ville de Paris.
  • Contact

Qui sommes nous ?

Nous sommes des personnels de la Direction des Affaires Culturelles de la Ville de Paris, travaillant dans les bibliothèques, conservatoires, musées, ateliers des beaux-arts, services centraux...

Nous militons au sein de la CGT pour défendre les droits des salariés, la qualité du service public rendu aux Parisiens.

Pour vous syndiquer, demander conseil, faire des réclamations, envoyer des informations, une seule adresse : daccgtculturegmail.com


Recherche

Pages

6 avril 2012 5 06 /04 /avril /2012 16:15

                  carnavalet                                          

Le musée Carnavalet, avant sa période " vandaliste "

 

Au Musée Carnavalet, spécialisé dans l'histoire de Paris, les agents affichaient quelques oeuvres dans leur vestiaire. Las... un anonyme zelé (et en service commandé ?) arrachait le produit de l'imagination créatrice des malheureux agents. Finalement le musée Carnavalet se rajoutait une spécialisation dans l'histoire de l'art, le vandalisme ! Nous dédions ce poème à tous les artistes amateurs.

                                                        carnavalet 2-copie-2

                                                                                    Un anonyme zélé !!                                                                                  


Nos collages disparaissent...nos tracts

s'évanouissent

Nous sommes des agents mais aussi des artistes

Quel est cet anonyme haineux et sans scrupules

Qui arrache nos œuvres mais quel est donc ce nul

Quel est cet anonyme qui n'a pas de courage

Ce destructeur infâme, cet arracheur d'images ?

Dans le genre infantile, certes, il se pose là

Il vient à pas de loup, personne ne le voit

Autant de lâcheté ça nous laisse sans voix...

Déchire celui-ci, il y en aura mille autres,

Liberté d’expression, nous sommes tes apôtres !

Nous sommes bien vivants, et nous aimons parler

Informer, rigoler, échanger et créer...

Toi, pauvre déchireur, sais-tu qu'on a pitié ?

Tu dois te sentir seul, malheureux, déprimé !

Essaie de t'exprimer ...apprend à  dessiner

Au vestiaire qui sait ? Tu pourrais exposer ?... 

   

carnavalet 4

                                                  " Je vais lancer un enquête de ce pas ! "

 

 

Lire aussi

Paris : Le musée Carnavalet s’évite une grève (d’extrême justesse) !  

Le musée Carnavalet victime d'un délit de fuite !

Repost 0
Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans Abus de pouvoir
commenter cet article
5 avril 2012 4 05 /04 /avril /2012 17:27

 

                                                          superdupont we need you

 

Les personnels des Affaires Culturelles boudent (ostensiblement) une enquête d’un million d’anciens francs ! 

La Mairie de Paris a commandé à la société de sondage Ipsos pour la coquette somme de 150 mille euros (soit 1 million d’anciens francs) une grande consultation, auprès des personnels municipaux. Le but incertain de ce sondage  le bien nommé « Paris et moi » (?) serait pour le Maire de Paris de connaître le sentiment de ses agents municipaux.

Mais, patatras ! Cette enquête qui devait se dérouler du 12 mars au 2 avril s’avère un bide des plus patent. Devant le peu d’empressement des agents, la date limite a du être repoussée au-delà du 10 avril. Mieux encore, devant cette désaffection générale ordre a été donné aux directions (sports, nettoiement, petite enfance,…) de faire de la retape auprès de leurs agents.

A la Direction des Affaires Culturelles qui gère les musées, les conservatoires, les ateliers beaux arts et  les bibliothèques, c’est la directrice en personne qui s’est attelée à cette noble tache. Ce n’est pas moins de trois courriels (!!) envoyés en une journée sur  les messageries internes qu’il aura fallu pour appeler à la  mobilisation générale. Voici donc le texte d’appel à l’aide

 

                                             paris et moi 3

                                          La Directrice des Affaires Culturelles s'adresse à nous

 

«  Mesdames, Messieurs, Vous avez déjà tous été sollicités au sujet de l’enquête Paris & moi. Je vous rappelle l’importance, pour la Ville et pour les agents, de cette grande consultation. Vous avez encore quelques jours pour répondre à ce questionnaire, la clôture de l’enregistrement des réponses est fixée au 10 avril. D’avance, je vous remercie pour votre investissement sur cette action. La Directrice des Affaires Culturelles

NB : Quelques adresses utiles pour cette consultation : Pour toute difficulté technique, vous pouvez contacter la hotline mise en place par IPSOS : parisetmoi@ipsos.com » 

Comment ça des difficultés techniques ? Les personnels traineraient les pieds pour éviter de contacter la « hot line mise » en place par Ipsos ? 

Alors pourquoi les personnels de la Culture ne sont ils pas au rendez vous ? Bon déjà il faut savoir que les agents de surveillances des musées parisiens…. n’ont pas tous accès à Internet !  Quant aux personnels des bibliothèques, ils sont sûrement ....victimes des nombreuses pannes informatiques récurrentes depuis de (très)  longs mois ?

Pour les collègues des ateliers beaux arts, des archives, des conservatoires et des services administratifs peut être est ce une façon de marquer leur mécontentement ? A la CGT nous ne pouvons pas retenir décemment cette dernière option, car elle n’est tout simplement pas concevable. 

Bon, allez cher(e)s collègues, venons au secours de la directrice. Il  ne faudrait pas qu’en cas d’échec de ce sondage social, elle se retrouve privée d’une partie de sa rémunération avec la suppression de la célèbre « prime départementale ». Il est vrai qu’il faudra bien ça pour combler le trou creusé par cette gabegie Delanoësque.

 

                                                                   paris et moi 6-copie-1

                                                - "Alain, il faut que tu m'aides à mobiliser "

                                   - " Tu sais Bertrand, être Alain Delon c'est plus comme avant "

 

                                       
Lire aussi

Social : La Mairie de Paris dépense un million d’anciens francs pour tout savoir sur ses employés.

Repost 0
Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans Informations
commenter cet article
4 avril 2012 3 04 /04 /avril /2012 09:09

 

                                                               dsti-copie-1

                                                               La Mairie de Paris à la pointe de la technologie

 

                                Bibliothèques spécialisées : PortFolio ma non tropo.

Les problèmes informatiques dans les bibliothèques continuent, après V.Smart, nous apprenons que des pannes récurrentes affectent PortFolio. 

PortForlio est le logiciel des bibliothèques patrimoniales de la Ville de Paris dites « spécialisées » (Bibliothèque Historique, Bibliothèque de l’Hôtel de Ville, Forney, BiliPo, Bibliothèque du Cinéma, …..) et son fonctionnement ne semble guère être plus satisfaisant que celui des bibliothèques de prêt du réseau parisien. Nos collègues des bibliothèques spécialisées commencent à manifester leur exaspération face à ces pannes répétitives. Comme on les comprend. 

Alors à qui la faute ? Est-ce le logiciel ? Les fournisseurs de PortFolio  et de V.Smart sont pourtant différents, bien que les problèmes soient identiques. Est-ce la  Direction des Affaires Culturelles ? Celle-ci doit s’assurer que les prestations soient correctement fournies. Force est de constater que ce n’est pas le cas. Faudra t-il encore renforcer le Bureau des Bibliothèques ?

Alors ne serait ce pas la faute de la DSTI (Direction des Services Informatiques) ? En tout cas son rôle est de fournir un matériel de qualité et s’assurer que les connexions soient régulières. Il semble que cette obligation ne soit pas remplie, mais on va encore nous accuser d’être mauvaise langue. A moins qu’il faille chercher du côté de la Direction des Finances dont la politique de restriction budgétaire nuit gravement au fonctionnement du service public ? 

Bon, puisque il n’y a aucun coupable au sein de l’administration, tenaces comme nous le sommes, nous avons trouvé le responsable après une recherche de (très) longue haleine, c’est ….

                                            Ramtatammratatammmmrrrrrattatammm

                                   Cozy 1

                                                                         C'est .......

 

…….Bertrand Delanoë, le Maire de Paris, l’héritier d’Etienne Marcel en personne. Il est vrai que celui-ci est connu à l’ l’Hôtel de Ville pour tout centraliser et tout contrôler. Exit les adjoints concernés. Renvoyées aux pelotes les administrations qui pourraient se plaindre. Sa responsabilité est clairement engagée face à ces défaillances continuelles. En matière de connexion informatique, la Ville de Paris n’est même pas capable de fournir le très haut débit (par la fibre optique) à ses services. Dans le genre technologique, Paris, la première ville de la quatrième puissance mondiale est reléguée au rang d’une simple sous préfecture.

                                                    delanoe-copie-2

                                         " Hé, oui ! Et peut être même un chef lieu de canton ! "

 

La CGT demande au Maire de prendre immédiatement toutes les mesures pour le bon fonctionnement du service public parisien et des conditions de travail normales pour ses agents. En attendant, nous lui suggérons que la Secrétaire Générale de la Ville de Paris, qui est la seule personne qui veille à la mise en application de sa politique et les directeurs et directrices des secteurs concernés renoncent à la totalité de leur (grosse)  prime départementale jusqu’à résolution du problème. Au vu des sommes mises en cause (près de 300 milles euros tout de même) ça pourrait (au moins) soulager les finances de la Ville qui seraient en grandes difficultés murmure t-on dans les couloirs de l’Hôtel de Ville ? 

Au fait, la semaine dernière nous avions pu retrouver la trace de l’adjoint chargé des nouvelles technologies. Nous avons retrouvé sa page de présentation dur Internet. La voici:

                             dsti 1

                                                             Bon, quand ça veut pas....                                             

                                          

 

Sur le même sujet

Défaillances informatiques dans les bibliothèques de la Ville de Paris

Projet d’établissement. Bientôt des fermetures de bibliothèques à la Mairie de Paris ?

 

Repost 0
Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans bibliothèques
commenter cet article
3 avril 2012 2 03 /04 /avril /2012 09:41

 

                                                                100 briques[1]

                                                                      A part une vague enquête d'Ipsos !

 

                                  Quoi 150.000 euros pour une démocratie virtuelle ?


La Mairie de Paris conduit une enquête sociale auprès de ses personnels  à l’aide de l’institut de sondage IPSOS. Le coût de cette opération, intitulée « Paris et moi »  est évalué à 150.000 euros. Ce questionnaire, se veut un éclairage sur les différents métiers de la Ville.
Alors que les agents sont recrutés sur un emploi de service public, la Ville de Paris est obligée de dépenser 150 000 € pour connaître l’activité de ses personnels ?

Mais pourquoi donc la mairie de Paris se pose t-elle ces questions ? Quelle garantie d’anonymat quant on sait que le dépouillement se fera par direction (culture, sports, crèches, nettoiement, ….)  et que les questions  ne sont pas générales : pour la DPE (les éboueurs) par exemple on trouve une question édifiante sur le plan de lutte contre l’absentéisme ; attention c’est aussi ça « Paris et moi »

 

                                         delanoe 2-copie-2

                                                 " Et oui, c'est aussi ça Paris et moi "

 

 

Contrats aidés : Silence on enquête !!  
Naturellement, les 1700 contrats aidés (et financés par l’Etat)  sont exclus de cette enquête.
Il est vrai que la pression sur les précaires pourrait apparaître au grand jour et que les retards dans l’indemnisation  chômage des anciens vacataires ou contractuels  risqueraient de donner une mauvaise image de la Ville de Paris.
D’autant plus que le management de la direction en charge des contrats aidés,  semble laisser à désirer en ce moment.
  

 

Tous les hommes sont égaux, mais certains sont plus égaux que d’autres  
La CGT relève que les éléments d’inquiétudes partagés que sont le stress de la charge de travail en constante augmentation, les conditions de travail en open stress, le management par la terreur ne sont évoqués que par de petites questions isolées comme si ce n’était pas un problème réel dans la municipalité parisienne. Ce qui préoccupe la mairie de Paris est de s’assurer qu’il n’y a pas trop de gens insatisfaits à partir d’une étude globale.


                                       orwell[1]

                                                  Le fronton d l'Hôtel de Ville de Paris 

 

                                                

Soit pauvre et  (surtout) tais toi !!
Pour la CGT, ce questionnaire n’est pas une enquête sociale, puisqu’il n’y a aucune question de nature sociale :
-         Combien de travailleurs pauvres ?
-         Combien d’agents dorment dans leur voiture ?
-         Combien d’agents vivent dans des logements insalubres ?
-         Quelles mesures prises en faveur de ces agents ?
-         Combien de places en crèches attribuées aux agents de la Ville ?
La Municipalité, si prompte à partir en guerre contre la misère (mais ailleurs),  ne semble pas préoccupée par ces thématiques.
Pour la mairie de Paris ce questionnaire ne doit pas dévoiler le nombre important d’agents sans toit ou de familles d’agents isolées en difficulté à qui Paris pourrait  attribuer les mêmes aides qu’aux parisiens. Le silence est aussi requis sur le sort de 20 000 agents non titulaires et précaires. C’est aussi ça « Paris et moi ».
A quoi sert ce questionnaire si  aucune mesure n’est mise en place pour améliorer la situation professionnelle des agents en difficulté.

Si les agents soulignent le manque de reconnaissance, l’élue en charge des Ressources Humaines (In Humaines ?) va-t-elle enfin décider d’un véritable plan de carrière pour les agents ?

Si cette enquête met en exergue les mauvaises conditions de travail des agents, la DRH va-t-elle prendre les mesures nécessaires en augmentant les effectifs de manière notable ?
La CGT s’inquiète de l’utilisation de ce document par l’administration ; repérage des bonnes et des mauvaises directions ? Eclatement des directions par des réorganisations ? Ciblage des services politiquement incorrects et identifiés par ce questionnaire ? Ça pourrait être ça aussi « Paris et moi »

 

                                                 pr-c3-a9caires-1-1--copie-1.JPG

                                                          " Surtout si tu es pauvre "

                                                             

 Et si on parlait aussi d’égalité ?
Le résultat de l’enquête menée par l’INED sur les discriminations à la Mairie de Paris n’est toujours pas communiqué ! Et de fait la DRH ne se pose aucune question en faveur de l’égalité…C’est aussi ça « Paris et moi ». En fait pour connaître le ressenti des agents grandeur nature, la CGT donne un conseil (d’amis) à Bertrand Delanoë, le Maire de Paris : organiser des élections professionnelles,  un véritable outil de démocratie directe pour le coup !

                                      Allez Bertrand, le changement c’est maintenant ! !

                                      delanoe 1[1]                                

                                      " Mais où donc ont-ils pu trouver cette idée de slogan ? "

 

 

 


Lire aussi

Sondages : Grosse panique à la Mairie de Paris !

notre rubrique: santé au travail

Elections: Paris perd son triple A démocratique !

Repost 0
Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans santé au travail
commenter cet article
2 avril 2012 1 02 /04 /avril /2012 09:02

 

                                                     delanoe 3-copie-1

                                                                                 " Oui, c'est pourquoi ? "

 

Ce travail qui fait mal ! Pour combattre le mal-être et la souffrance au travail

Qu’est-ce que les risques psychosociaux ? Ce sont des phénomènes à la fois collectifs et individuels qui recouvrent, entre autre, le stress, le mal-être et la souffrance au travail… avec comme conséquence des problèmes de santé, des troubles physiques et psychologiques.
Suite  aux vagues de suicides dans plusieurs grandes entreprises françaises, les employeurs publics comme privés sont dans l’obligation légale de s’intéresser aux risques psychosociaux (RPS).
Plusieurs réunions sur la prévention de ces risques se sont donc tenues à l’Hôtel de Ville de Paris en présence des ressources humaines, des syndicats, de la médecine de prévention, du service social...
Ces palabres ont abouti à la signature d’un accord cadre ‘Santé et Sécurité au Travail’ avec des organisations syndicales minoritaires qui se satisfont d’un accord sans moyen, pire qui se satisfont des redéploiements de postes, synonyme de surcharge de travail dégradant les conditions de travail.

 

                                       chereque-1.jpg

                                               " Un accord sans moyen certes, mais que je trouve confortable "


Comment aborder la question des Risques Psychosociaux ? Deux écoles s’opposent, souvent frontalement, concernant les moyens de prévenir et de combattre ces risques
La première souhaite mettre en place des questionnaires individuels, des cellules d’écoute, des formations « Gestion du stress »… afin d’aider les personnels à gérer leur souffrance. En bref, cette école travaille sur les effets et peu, ou pas, sur les causes. Elle envisage l’individu, et non pas le travail, comme étant à l’origine des difficultés. Cette vision est issue de la psychologie comportementaliste.
La deuxième école pose la question de l’organisation du travail. De fait, les indicateurs qu’elle retient pour comprendre les causes des RPS renvoient au fonctionnement des services et non pas aux comportements individuels. Comme le souligne l’INRS, (l’Institut national de recherche et de sécurité), le mal-être au travail n’est pas « un phénomène individuel en fonction du caractère de chacun mais bien un phénomène collectif résultant de l’organisation du travail et des relations sociales dans l’entreprise ».
La stabilité des effectifs est devenue l’alpha et l’oméga de la politique de la Ville de Paris. Ouvrir de nouveaux équipements (crèches, gymnases, …) sans les créations de postes signifie une souffrance accrue pour les personnels.

 

                                                      ecole.jpg

                                                               " Nous en est clairement de la 2ème école "

 


Alors que l’Article. L. 4121-2 du Code du travail préconise d’adapter le travail à l’homme, ce sont les agents qui s’adaptent en permanence aux réorganisations de service à répétition.
La CGT demande la mise en place d’indicateurs permettant de mieux comprendre, sur la durée, les causes et les effets des RPS dans chaque Direction/Service, …./ établissements
- Nombre de jours d’arrêts maladies par catégorie de personnels et par secteurs
- Nature, fréquence et gravité des accidents du travail par type d’activités
- Nombre d’appels en Commissions Paritaires
- Nombre de saisine du la cellule « harcèlement »
- Turn-over des agents

- Temps de travail (niveau des heures supplémentaires, des heures « écrêtées »…),
- Typologie des emplois (titulaires, non titulaires, contractuels, vacataires, contrats aidés,)
- Nombre d’incidents techniques…
- Nombre de suicides


Ces éléments objectifs permettent une approche globale, complémentaire aux ressentis et aux témoignages des personnels.
Nous demandons que ces indicateurs soient validés dans les documents uniques et soient présentés dans les CHS de Direction.
D’autre part, la CGT préconise la création d’un droit d’alerte spécifique aux risques psychosociaux.
Cette procédure, se déclencherait à la demande des organisations syndicales pour permettre de mener une enquête suite à un signalement de souffrance au travail en analysant les indicateurs.
Cet outil nouveau qui permettra d’appréhender les causes possibles des RPS et d’en suivre le règlement sur la durée.
  

 

                                                      delanoe-copie-3

                                                    " Franchement Max, me demander des indicateurs à moi "

  

 

Lire aussi 

Contre le harcèlement moral à la Mairie de Paris, comment prévenir?

Santé au travail: Attention, ça déborde du cadre !!!

Santé au travail : Un accord historique à la Ville de Paris. (Ou pas !)

Santé au travail: Burn Out, mode d'emploi

Repost 0
Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans santé au travail
commenter cet article
29 mars 2012 4 29 /03 /mars /2012 09:15

                 

                        vsmart 2

                        Le fond d'écran fourni par la Ville de Paris

 

                                                  Un V.Smart et ça repart (ou pas!) 

Le système informatique des bibliothèques a encore planté la semaine dernière. Nos camarades de la CFDT avaient demandé à l’’administration qu’elle fasse respecter le cahier des charges par la société « « Infor », fournisseur du logiciel V.Smart.

Pour  « Infor » ce serait le cas parait il. La société a d’ailleurs publié une vigoureuse tribune pour protester contre les critiques faites au logiciel incriminé. Voir la tribune en cliquant là : 

                                             dsti

                                                       "Ah, zut ! V.Smart a encore planté "                                              


On se demande alors à la CGT, puisque le logiciel V.Smart est hors de cause (quoique les bibliothécaires de la ville de Bruxelles se plaignent également), si les coupables ne se trouveraient pas sous un tapis de souris de l’administration parisienne ?

Bref, si chez Infor, ça va fort, il semble que la DSTI (la Direction des Service Informatiques) a été ces derniers temps plus occupée à effacer les petites phrases gênantes sur les bibliothèques dans le désormais célèbre portail « paris.fr » qu’à fournir des connexions informatiques performantes ?

D’ailleurs, il n’y a pas que le système de prêt de documents qui bug à répétitions, mais aussi les accès au service multimédia, ainsi que la consultation du catalogue (dans certaines bibliothèques ce dernier ne fonctionne pratiquement… jamais). Nous ne comptons plus le nombre de lecteurs qui ne peuvent accéder à leur compte. La Mairie de Paris qui coupe déjà dans les budgets des bibliothèques (et ailleurs) va-t-elle couper l’accès au haut débit ? 

La CGT demande à la Mairie de Paris de respecter le seul cahier des charges qui vaille, c’est à dire le sien, à savoir : des connexions informatiques performantes et régulières, des ordinateurs en nombre suffisant pour les agents et des services en ligne qui tiennent leurs promesses (sinon autant les supprimer).

Paris s’autoproclamait « Ville numérique » il y a quelques années, en 2012, c’est pas encore ça. Caramba …….encore raté !

                                                                 vsmart 

Ah, au fait, une petite devinette. Saviez vous qu’il existe à la Mairie de Paris un adjoint chargé des nouvelles technologies ? Allez, on attend votre réponse après une petite recherche sur le net. Arrrrg, nom d’un disque dur……. ça marche plus !  Allo la DSTI ? 

                                        delanoe-copie-1

                            - "je savais pas que t'avais un adjoint aux nouvelles technologies, c'est qui? "

                                         - "Ben j'sais plus, il ya internet qui vient encore de planter "

                                               

 

Lire la tribune de la société "Infor", le fournisseur du logiciel V.Smart

   

Lire aussi:

Bibliothèques : Une (petite) phrase portée disparue !

Paris: le Bureau des Bibliothèques ne connaît pas la crise (lui) !                                        

Repost 0
Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans bibliothèques
commenter cet article
28 mars 2012 3 28 /03 /mars /2012 09:03

 

                                                      complainte 2


Selon que vous serez puissants ou misérables, les jugements de cour...

Allez  jouer dans la vôtre, car voyez-vous ma foi,

C'est votre affaire: on peut rien faire, question de budget, nous on peut pas

Aux contractuels, on paye des heures supplémentaires

Mais s' compliquer la vie pour de simples vacataires ?

On est bien content d'les trouver, sont toujours là pour dépanner
Avec ces salaires de misère, bien sûr ils vivent comme des rats

Mais quand à s'en occuper, question de budget, nous on peut pas

Mais tant qu'tu y es, allez mon gars, t'arriveras un quart d'heure avant:

Ton temps de travail augmentera sans être payé conséquemment

C'est donc aux frais de la princesse: quelle chance tu as, ici c'est toi!

Mais tu travailles pour la culture, si gloire il y a, c'est bien celle là.

 

 

pblv12 log 

" Pourvu qu'ils ne se mettent pas en grève"

 

 

Lire aussi

Musée: La complainte de l'intervenant culturel parisien

Repost 0
Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans musées
commenter cet article
27 mars 2012 2 27 /03 /mars /2012 09:13

 

                                                   delanoe 1   

                                                                                  " Ah non , pas ça  !"    

    

…..C’est ce qu’a affirmé le bureau des bibliothèques devant les syndicats et la Direction des Affaires Culturelles ! 

Lors d’une récente réunion sur les bibliothèques entre l’administration et les organisations syndicales, ont été évoqués, entre autres, les projets d’établissement, l’expérience « Chronogestor », les budgets d’acquisition et la catégorie B. 

Sur la sectorisation, on ne sait pas si il y un « bilan », mais il y en tout cas des « perspectives ». En effet les projets d’établissement vont occuper les chefs de secteurs pour toute l’année à venir. On a appris toutefois de la bouche même du bureau des Bibliothèques cette proposition disons …intéressante.  « Ces projets d’établissement doivent être menés à bien. Ce n’est même pas une question de temps. Le bureau est prêt à autoriser les bibliothèques à fermer exceptionnellement une demie journée ou même une journée  pour mettre en place des réunions pour toute l’équipe »

                                             girard 4

                                               "Je vous présente mon projet d'établissement"

 

Pour Chronogestor, l’expérience ….se poursuit. Actuellement quatre bibliothèques testent cet ingénieux dispositif depuis au moins trois ans. Les syndicats ont bien pointé les difficultés de mettre en place cet outil pour les établissements qui font nocturne, car le système de récupération mis en place depuis dix ans serait rejeté fissa par le logiciel qui décompte le temps. D’autres problèmes persistent : les pauses déjeuner, les temps partiels, les animations extérieures, etc.…. sans parler du temps passé à corriger les erreurs de données. Bon tant que les bibliothèques qui ouvrent le dimanche ou qui font des nocturnes ne sont pas testées, l’expérience se poursuit. A l’année prochaine si tous va bien ? 

                                                      chronogestor

                                  Chronogestor: A l'année prochaine (mais seulement si tout va bien)

 

Pour les baisses de budgets, l’administration a confirmé les informations de la CGT. Ceux-ci sont bien en baisse. Le problème de la confusion entre budget d’investissement et de fonctionnement a été confirmé également. L’année prochaine ne s’annonce pas sous les meilleurs auspices. Sur notre demande de gratuité des CD, l’administration s’est retrouvée face à un dilemme (cruel). Le nombre de forfaits de CD ….augmente. Ceux-ci rapportent encore 240 milles euros. Les abonnés « DVD » ne seraient finalement que 15 0000 (le double des abonnés CD) mais déboursent la coquette somme de 900 mille euros. Bref avec un total qui dépasse allégrement le million d’euros, on comprend que l’administration soit gênée aux entournures. Après tout cette somme correspond à près de 20% du budget des bibliothèques.

 

Enfin, sur la catégorie B, c’est toujours le pataquès. Entre la confusion des grades et des fonctions, qui touche d’ailleurs toutes les catégories, les promotions ne seront pas à la hauteur des attentes. La DRH, comme la DAC, a pourtant affirmé que les agents en questions avaient « été entendus ». Avec des boules quies ?

                                              sourd-1.jpg

                                "Je vous dis que je vous ai entendu, je suis pas sourd tout de même "

 

 

Lire aussi

Paris: le Bureau des Bibliothèques ne connaît pas la crise (lui) !

Baisse des budgets dans les bibliothèques de la Ville de Paris

Bibliothèques : Ma petite entreprise connaît la crise

Repost 0
Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans bibliothèques
commenter cet article
24 mars 2012 6 24 /03 /mars /2012 09:00

 

                                                                        complainte 1

 

Une heure par ci une heure par là, venez ce jour, ne venez pas

Mais quel week end vous plaisantez ? On est ici pour travailler !

C'est un métier, un sacerdoce, dans la culture faut que ça bosse

Le  smic malgré tous nos diplômes ? Pareil pour les femmes et les hommes

Pour le coup, c’est la parité, on est tous déconsidérés !

Je dis le smic je suis gentil, car quelques uns, et j'en oublie

Travaillent à 70 pour cent, ou à 6O, rarement à 100

Ça leur fait pas 900 euros ! Et vu le prix du tournedos ... 

On court d'ici pour aller là ,on prépare ci ,on prépare ça

Si deux jours avant on annule, t'es pas payé espèce de nul

En plus il faut tout vérifier, la date le jour ,le mois l'année

Car tout le monde peut se tromper, mais c'est toi qu'on va engueuler

Tu prendras pour tout le service, on te prêtera tous les vices !

 

Delanoe 2

" Cette complainte mérite un petit accompagnement "


Je vous dis rien des ateliers plus de crayons  pour crayonner

Plus de ciseaux  pour cisailler, et pourtant vous les réclamez !

Et même, vous n’allez pas me croire, pourtant je raconte pas d'histoire,

Parfois on squatte votre local, ou dessiner? Ben dans les salles !

C’est plus des cours, c’est un camp’ ment, on n'est pas bien on gêne les gens

On peut pas travailler comme ça ? Hé ben si ! Mais c'est pas un choix.

Vous appelez ça  du respect ? Oh non ! Et c'est  bien tristounet

De traiter nos intervenants comme des objets encombrants...

Faire rayonner la culture, c’est vraiment pas une sinécure !

Surtout quand on est vacataire, on a tout intérêt à plaire

 On fait tous des pieds et des bras pour obtenir un vrai contrat

Vos classiques, vous les connaissez, la culture vous la diffusez

 

                                                girard-copie-1

                          " Depuis que je suis adjoint à la culture, je vois que vous connaissez vos classiques "

 

Donc, si les choses ne changent pas, on arrête tout et puis voilà !

9 euros de l'heure!!...autant se recycler dans la restauration !

 

imagesCABEWS47

" A 9 euros de l'heure, j'ai été obligé de me recycler "

 

La CGT vous offre une surprise musicale en cliquant là

 

Lire aussi

La complainte du musée Carnavalet (ou Carnaval'eau)

Primes dans les bibliothèques de la Ville de Paris: Quelle déprime !

Primes dans les musées de la Ville de Paris: Quelle déprime !!

Repost 0
Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans musées
commenter cet article
23 mars 2012 5 23 /03 /mars /2012 13:57

 

                                                               harcelement 1 

 

La Gestion des Ressources Humaines doit d’abord passer par de la Gestion Humaine des Ressource...Pour la CGT, l’encadrement consiste à travailler ensemble, en bonne intelligence, à déléguer, écouter, réunir, fédérer et valoriser les compétences de chacun.

                                                harcelement 2

                                                        Ecouter, fédérer et valoriser ? 


Qu’est-ce que le harcèlement moral ?

L’article L. 122-49 du Code du travail dit : “ Aucun salarié ne doit subir les agissements répétés de harcèlement moral qui ont pour objet ou pour effet une dégradation des conditions de travail susceptible de porter atteinte à ses droits, à sa dignité, d’altérer sa santé physique ou mentale ou de compromettre son avenir professionnel. ”

Le harcèlement met souvent en jeu l’organisation du travail et la façon dont les salariés vivent leur rapport au travail.

Une contrainte est exercée sur un salarié qui soutient seul un rapport critique à la réalité du travail, sachant que ce rapport critique peut être désavoué par ses propres collègues, son collectif de travail.  

En schématisant, il est possible de dire qu’une situation de harcèlement moral procède à la fois :

- Du refus d’un(e) salarié(e) de se soumettre à la domination et à la servitude et qui, de ce fait, subit une atteinte à sa dignité, à sa condition professionnelle et à sa santé

- Du management harcelant opéré, sous le regard de tous et au mépris de la loi, par l’employeur ou son représentant ;

- De l’attitude des collègues qui, au mieux, se taisent ou, au pire, s’allient contre le “ harcelé ” dans une stratégie collective de défense par l’exclusion.

C’est sa solitude qui déstabilise le harcelé, le fait douter de sa raison et finit par porter atteinte à son identité. Cette situation génère en premier lieu de la souffrance et peut aboutir à l’apparition de maladies. 

                                                harcelement 4   


Le rôle de l’organisation du travail

Le harcèlement met souvent en jeu l’organisation du travail et la façon dont les salariés vivent leur rapport au travail.

Pour autant, il ne faut se méprendre sur les causes profondes du harcèlement moral. Si le “ harcelé ” souffre bien en tant qu’individu, la personnalité du “ harceleur ” n’est pas, en première intention, l’unique responsable des situations de harcèlement.

En effet, ces dernières résultent de processus complexes, mêlant intimement relations au travail et organisation du travail. Derrière la plainte de harcèlement, on retrouve ainsi très souvent :

- Des réorganisations d’entreprises avec des “ plans sociaux ” ou des licenciements à éviter ;

- Des délocalisations géographiques et/ou stratégiques d’entreprises ;

- Des conflits hiérarchiques liés aux méthodes de management ;

- Des réorganisations de tâches, de postes de travail ;

- Des restructurations d’équipes de travail ;

- Des discriminations de toutes sortes, mais souvent de nature syndicale, sexiste, voire raciale ;

- Des désaccords entre collègues sur des conflits de valeur ou de méthodes de travail, notamment dans la fonction publique et les activités de service. 

                                            help surcharge travail orid images  


Comment prévenir le harcèlement moral

- Afficher les articles de loi sur le harcèlement moral à proximité du registre hygiène et sécurité

- Consacrer une réunion du comité d’hygiène et de sécurité (CHS) par an au harcèlement moral.

- Dès le lancement du droit d’alerte, réunir les membres du CHS et déclencher une enquête pour connaître les tenants et les aboutissements.

- Profiter de l’entretien annuel d’évaluation pour évoquer avec les cadres leurs méthodes managériales, la manière dont ils définissent les objectifs pour leurs équipes, si ces objectifs sont plutôt bien ou mal vécus, etc..

- Diffuser un questionnaire annuel, à destination des cadres, portant sur leur connaissance du harcèlement moral.

- Détecter quels services sont sujets à arrêts maladie à répétition où à démissions anormales compte tenus du turnover général. 

                                             harcelement 5

                                          Un service victime de démissions et de turnover général  

                                                                             

La jurisprudence de la Cour de cassation (dans un arrêt du 21 juin 2006) impose désormais à l’employeur une obligation de résultat pour empêcher tout harcèlement moral dans l’entreprise. En cas d’échec, sa responsabilité peut être mise en cause au même titre que celle du salarié « harceleur ».

 

«L’employeur est tenu envers ses salariés d’une obligation de sécurité de résultat en matière de protection de la santé et de la sécurité des travailleurs dans l’entreprise, notamment en matière de harcèlement moral, et l’absence de faute de sa part ne peut l’exonérer de sa responsabilité. »

La CGT a informé la DRH à plusieurs reprises de disfonctionnements à la Direction de l’Urbanisme et à la DDEEES (Direction du développement …..Economique !). Le ‘management’ ne doit pas  tuer les agents professionnellement ni les détruire psychologiquement 

Les réorganisations de service à répétition conduisent à des changements de cap, à des incohérences multiples et variées, la solitude de la mise en concurrence, au stress, au harcèlement, à la destruction des formes de solidarité collective … 

                                                            delanoe

                                           - "Attention Bertrand, en tant qu'employeur tu es responsable"

                      - " Merci Anne, mais c'est l'amie ou l'ancienne inspectrice du travail qui parle?"

                                     

Voir aussi un excellent article sur le sujet: "Le harcèlement moral au travail, orchestration d'une violebnce sourde" en cliquant là

 

Lire aussi:

Santé au travail: Attention, ça déborde du cadre !!!

Santé au travail : Un accord historique à la Ville de Paris. (Ou pas !)

Santé au travail: Burn Out, mode d'emploi

Repost 0
Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans santé au travail
commenter cet article