Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

C'est Qui ? C'est Quoi ?

  • : Le blog de CGT Culture DAC Ville de Paris
  • Le blog de CGT Culture DAC Ville de Paris
  • : Blog du Syndicat CGT Culture de la Direction des Affaires Culturelles de la Ville de Paris.
  • Contact

Qui sommes nous ?

Nous sommes des personnels de la Direction des Affaires Culturelles de la Ville de Paris, travaillant dans les bibliothèques, conservatoires, musées, ateliers des beaux-arts, services centraux...

Nous militons au sein de la CGT pour défendre les droits des salariés, la qualité du service public rendu aux Parisiens.

Pour vous syndiquer, demander conseil, faire des réclamations, envoyer des informations, une seule adresse : daccgtculturegmail.com


Recherche

Pages

2 mars 2012 5 02 /03 /mars /2012 18:36

 

                                                           images

 

Le travail des cadres déborde !  Horaires élastiques, travail de nuit…

Près de la moitié des cadres reconnaissent travailler fréquemment le soir ou la nuit sur leur temps personnel (Enquête Technoligia sur les effets du travail sur la vie privé, lire ici ). On s’en doutait bien un peu …La nouvelle donne c’est que ces débordements sont de plus en plus subis, mal vécus et participent au développement des risques psychosociaux.

Permise notamment par la multiplication des outils de communication interconnectés, cette intrusion nuit au sommeil et à la vie intime de 80 % d’entre eux. 

La CGT se prononce pour le droit des cadres « à jouir sans entrave » et sans ordinateur portable

Elle défend la conciliation travail-hors travail et propose à la DRH des solutions efficaces et peu couteuses

1)       Ne plus organiser de réunions après 17 heures

2)       Ne plus envoyer de courriel après 20 heures

 

                                               cadre-2.jpg

                                           " Pas de réunions après 17 heures, nom d'une pipe ! "

 

 

Lire notre rubrique santé au travail

Repost 0
Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans santé au travail
commenter cet article
1 mars 2012 4 01 /03 /mars /2012 17:04

 

                                       euphf8gr

 

8 mars : Journée internationale et lutte contre la précarité à la Ville de Paris.

 

Madame Fatima Lalem,  Adjoint(e) au Maire de Paris, Chargée de l'égalité femme/homme 

Madame la Maire,

Comme vous le savez les non titulaires qui contribuent aux services publics parisiens (Ville, département de Paris et caisses des écoles), sont majoritairement des femmes (70 %).

Temps partiels imposés, contrats courts entrecoupés de chômage, secteurs d’emplois « féminins » sous payés, difficultés de concilier vie professionnelle et gestion familiale (dans un pays où les services publics de la petite enfance n’ont jamais été une priorité).

Cette situation des femmes vis-à-vis de l’emploi est en partie celle d’une forte proportion d’agents de la ville de Paris. Les femmes occupent l’essentiel des emplois précaires et à temps partiels imposés. Près de 80 % des non titulaires sont des femmes dans des emplois de catégorie C : Agents spécialisés des écoles maternelles, Agents techniques des écoles, animatrices, personnels des caisses des écoles, agent-es de service, assistantes familiales et maternelles… Sans compter que 18 % d’entre elles sont de nationalité étrangère non communautaire et ne peuvent malheureusement pas devenir fonctionnaires.

C’est au regard de ce constat que nous vous avions déjà sollicité, il y a déjà 2 ans[1], afin de recueillir votre soutien dans notre démarche visant à ouvrir des négociations sur les non titulaires qui représentent près de 20 % des agents de la ville de Paris.

                                                                              précaire 2

Depuis, nous continuons de travailler sur ce sujet. Nous avons réalisé des  diagnostics sociaux, tenus des permanences, recueillis des témoignages et accompagnés des collègues en souffrance et en grande précarité pour résoudre leur situation…Nous avons aussi réalisé une vidéo sur la situation de femmes en emplois précaires[2].  Ce travail de terrain a permis d’affiner notre constat : la crise économique que nous traversons frappe davantage nos collègues non titulaires. Leurs situations se dégradent fortement. Ce constat est redoublé pour nos collègues femmes, notamment celles qui élèvent seules leurs enfants. C’est inadmissible. Cela ne peut plus durer.

Depuis deux ans, l’administration n’a tenu qu’une seule réunion sur les non titulaires. Elle a eu lieu le 22 novembre 2011. Cette réunion avait pour sujet la présentation de la nouvelle loi concernant la sécurisation des parcours professionnels des non titulaires. C’est insuffisant.


                                                    Fatima Lalem: Adjointe chargé de l'égalité Hommes-Femmes

                                             fatima lalem

                                  "Que voulez vous, depuis deux ans je n'ai pas eu une minute à moi "

 

En effet, au-delà de la présentation d’une loi que nous connaissons bien,  nous aurions aimé discuter sur la base d’un état des lieux partagé (DRH et syndicats) de toutes les formes de précarité (vacations, CDD à répétition, contrats aidés…). C’est déjà le cas dans d’autres Villes comme à Bobigny.

Cette loi, visant à « sécuriser les parcours des contractuels » est déjà votée. La collectivité parisienne a 3 mois pour poser un état des lieux sur les ayants droits à la titularisation. Profitons de ce moment pour poser un état des lieux large afin d’aller au-delà de la loi. Faisons apparaître une ventilation hommes et femmes afin que nous prenions conscience collectivement de la situation que connaissent les femmes. Posons ce diagnostic ensemble, dans le partage et la transparence. C’est le vœu que nous formulons.

Comme vous le savez aussi, Jeudi 22 mars, un certain nombre de femmes en situation de précarité se mettront en action pour demander du respect, une politique d’égalité (certaines n’ont pas eu d’évolution salariale depuis 35 ans !) et la titularisation du maximum d’entre elles. Les caisses des écoles, les ASEM et ATE seront dans la rue pour rappeler leur colère face  à leurs conditions de travail extrêmement précarisées. D’autres agents titulaires et non titulaires les rejoindront pour exprimer leur solidarité et demander :

-          L’ouverture de négociation sur un état des lieux large concernant l’ensemble des non titulaires, avec un travail d’analyse approfondi sur la situation des femmes ;

-          Le maintien des agents et la requalification jusqu’à leur cdisation ou titularisation, l’arrêt du recrutement de nouveaux précaires ;

-          L’ouverture de titularisations avec 100 % d’intégrés ;

-          L’égalité salariale, en particulier femme-homme et l’amélioration des conditions d’emplois des agents qui ne seront pas titularisés, notamment en raison de leur nationalité.

                                              précaires 4

                                                          "Le 22 mars, tous à l'Hôtel de Ville" 

En cette journée internationale des femmes et au vu de l’urgence pour les femmes en contrats précaires de trouver une solution rapide, nous comptons sur vous pour demander à Monsieur Delanoë d’ouvrir enfin de vraies négociations sur la mise en œuvre d’un plan local de déprécarisation.  

Nous sommes toujours disposés à y travailler avec vous. Nous sommes sûrs  que nos efforts de lutte contre la précarité auront un impact direct avec l’avancée des droits des femmes et de l’égalité au sein de la collectivité parisienne.

 

Copie à Bertrand Delanoë, Maire de Paris

 

                                                 précaire 5

                                                 " Je suis mis en copie ? Faut pas vous gêner "

 


  Pour tous savoir sur les précaires, lire notre rubrique:  précaires



[1] Courrier en date du 8 octobre 2010

[2] Se connecter au site de la CGT ville de Paris : http://us-cgt-spp.org/ccp/ccp_12.php.

Repost 0
Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans précaires
commenter cet article
23 février 2012 4 23 /02 /février /2012 08:56

 

                                                            nous deux 1[1]

                                                                          Un véritable coup de foudre !    

 

                                           ...... Miracle à la Saint Valentin ! 

Etait ce l’arrivée imminente du printemps ? Etait ce le petit soleil insolent qui réchauffait le parvis de l’Hôtel de Ville ? En tout cas, la CGT rencontra Christophe Girard le 14 février, jour de la Saint Valentin …..

 

….Et le coup de foudre fut immédiat ! 

 

En effet, les sujets que nous voulions aborder ont (apparemment) trouvé un écho favorable, ou tout du moins une écoute attentive. 

Sur la NBI (une prime) que nous souhaitions élargir à tous les personnels des bibliothèques, des musées, des ateliers beaux arts et des conservatoires puisque ceux-ci sont confrontés à des publics de plus en plus exigeants, voire difficiles, Monsieur Girard a bien volontiers reconnu la réalité du problème. 

 

Sur la question de l’attribution de la prime départementale dont devraient bénéficier les personnels des Archives …. Départementales (que touchent par contre nombre de hauts fonctionnaires parisiens !), l’adjoint à la Culture a bien mesuré l’injustice. A la question du nombre de bénéficiaires éventuels, notre réponse d’une trentaine a rassuré l’élu qui s’est engagé à transmettre cette demande au Maire de Paris. 

Sur les nombreux dysfonctionnements des services de réservation dans les musées ou la gestion archaïque des intervenants culturels, notre élu de tutelle, conscient du problème, place de grand espoir dans le futur Etablissement Public (EPA) des musées. Bon, là ! Saint Valentin ou pas, nous avons du refréner l’enthousiasme de notre adjoint bien aimé.

 

                                       girard 1

                          Christophe Girard et la CGT: Une rencontre qui a tenue ses promesses !

 

Sur le sort des « anciens » vacataires des musées à qui il avait été brutalement - et individuellement - signifié que l’on ne renouvellerait plus leur contrat alors qu’ils étaient régulièrement repris (pour certains d’entre eux durant les expositions temporaires) l’élu a compati et renvoyé aux rigueurs budgétaires que « subit » la Ville de Paris. Il va demander à l’administration de recevoir l’ensemble des organisations syndicales pour essayer de trouver une issue favorable à ce problème 

 

Bref ? On était d’accord sur (presque) tout ! Cependant, la CGT restera attentive à la mise en place de solutions sur les questions abordées lors de ce tendre (et affectueux) tête à tête…. 

D’autant qu’à nos questions sur l’avenir (et la fermeture programmée) des petites bibliothèques ou les baisses des budgets d’acquisitions  l’adjoint au Maire s’est montré moins loquace, autant dire quasi muet. On l’a pourtant connu plus enthousiaste ! L’émotion de la Saint Valentin sans doute. 

 

                                         girard 2

                                        - " Alors , Christophe cette rencontre avec la CGT ? "

                            - " Ce que je peux te dire, Karl, c'est qu'avec eux on fait pas du surplace ! "

 

 

Lire aussi

Baisse des budgets dans les bibliothèques de la Ville de Paris  

Primes: A Paris, de l'embrouille, pas d'écoute !

Bibliothèques : Une (petite) phrase portée disparue !

Repost 0
Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans Informations
commenter cet article
21 février 2012 2 21 /02 /février /2012 09:10

 

      dac 1

            Un nouvel attaché de presse aux affaires culturelles


                     Les justifications embarrassées de l’administration parisienne !

Après l’annonce faite par notre syndicat des baisses (très fortes pour certains) des budgets d’acquisition des bibliothèques, la Direction des Affaires Culturelles s’est justifiée dans le magazine « Livre Hebdo » du 8 février. 

« Au bureau des bibliothèques de Paris, on reconnaît une diminution globale des budgets d’acquisition de -1,75% seulement. Cependant trois établissements en cours de construction ou d’aménagement – Hôpital St Lazare, Porte Montmartre et Zac Pajol, dans le 18e – mangent une partie de ce budget (680 000 euros)» écrit le magazine. Sauf que certains spécialistes des finances publiques s’étonnent que les budgets des trois bibliothèques en question soient pris sur des crédits de fonctionnement et non d’investissement. La différence serait de taille. On admire l’artifice comptable. Un artifice à 680 000 euros il est vrai. 

 

                                           dac 4

                                                        - " Quel superbe feu d'artifice"

                                                -  "Mais non, celui là il est juste comptable"


L’article poursuit : «...Par ailleurs, il a été décidé, dit-on encore au bureau des bibliothèques, que les budgets ne seraient pas reconduits tels quels comme c’était le cas auparavant, mais selon les scores des bibliothèques (nombre de prêts, rotation des documents, etc.), ce qui explique les disparités selon les établissements. » Avec un tel raisonnement par l’absurde les disparités sont donc figées définitivement. On ne nous fera pas croire que cela n’aura pas un impact sur le devenir des petits établissements de quartier. Surtout ceux qui ont vu leur budget baisser de manière importante. On va encore dire qu’on fait du mauvais esprit.   

Dans « Livre Hebdo » toujours : «  la direction explique qu’on assiste à une chute très forte du nombre d’emprunteurs de CD (8 000 emprunteurs aujourd’hui, contre 28 000 en 2005), alors que les emprunteurs de DVD, pour lesquels les budgets d’acquisition sont en augmentation, sont plus nombreux ». Alors là chapeau ! La DAC oublie juste de dire que les fameux 8 000 emprunteurs qu’elle comptabilise à la baisse, sont seulement ceux qui ont pris un abonnement exclusif au seuls CD. Evidemment, comme chacun sait, les usagers abonnés aux emprunts de DVD, le sont aussi…..pour les CD ! Comme ce léger détail avait échappé au Bureau des Bibliothèques (pourtant de mieux en mieux nanti en effectifs semble t-il), la CGT se fait un plaisir de le lui rappeler. Il est vrai que sans cet oubli, les chiffres ne serait plus les mêmes. Mélanger les choux et les carottes, c’est bon quand on veut faire un « Pot au feu ». C’est plus embêtant quand on répond aux journalistes. 

 

  dac 5    dac 6

               "Le compte est bon ....."                                            "......Hum, pas mieux ! " 

 

 Mais puisque la Ville de Paris explique les baisses de budgets par la « chute très forte du nombre d’emprunt des CD » la CGT propose que l’emprunt de ceux-ci soit désormais gratuit. Cela aurait l’avantage d’élargir cette offre culturelle au plus grand nombre et entrainerait très probablement une hausse des emprunts. Logique, non?

 On pourrait suggérer également qu’un fonds de DVD soit constitué pour les bibliothèques qui voient leurs prêts de Compact Disc baisser. Là encore, on élargit l’offre et on préserve l’avenir des petites bibliothèques de quartier. 

Le bureau des bibliothèques si friand de séminaires, de « power point » et désormais de « projet d’établissement » ne devrait pas hésiter à inclure ces propositions dans sa réflexion. Il a toute notre confiance, naturellement.

Si la Ville de Paris cherche quelq'un qui s'y connait en chiffre, la CGT a trouvé la solution. Voir la vidéo :

 

 

 

                                                       Sinon, il reste lui (il s'y connait bien en artifice comptable)

                                             dac 3

                                           " Moi,face à tout ça, j'ai plus qu'à aller me rhabiller"

   

Lire aussi

Bibliothèques : Une (petite) phrase portée disparue !

Bibliothèques : Ma petite entreprise connaît la crise

Incroyable: Les livres sont de retour à Morland !

Repost 0
Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans bibliothèques
commenter cet article
20 février 2012 1 20 /02 /février /2012 08:31

 

                                                          precaires 1-copie-1

                                                                                 " Rejoignez le collectif ! "


                      Un collectif des non titulaires à la Ville de Paris, pour quoi faire ?

La création du Collectif est partie d'un constat : « C'est ensemble, les non titulaires réunis (près de 20 000 à la Ville de Paris dont + de 70 % de femmes), et avec nos collègues fonctionnaires, que nous pouvons véritablement opposer une force et faire valoir nos droits ».

Pourquoi rejoindre le Collectif des non titulaires ? Pour ne pas rester isolé et trouver de la solidarité.  Pour connaître ses droits et se défendre. Pour réagir à la pression continue du travail sans reconnaissance. Pour ne pas se laisser convaincre qu'il suffit de passer les concours pour régler la question de la précarité; Pour avoir le droit d'aller à une assemblée générale sans craindre des réactions de sa hiérarchie. Pour manifester sans pression ou représailles.

Une actualité riche !

Agir pour qu'aucun non titulaire ne soit au bord de la route de la titularisation et pour plus de droits !

Soutenir les reconductions des contrats jusqu'à la mise en place d'un véritable accord local de déprécarisation. Non aux mises au chômage systématiques !

Exiger que la Ville titularise le maximum de non titulaires en s'appuyant sur les besoins permanents auxquels répondent la majorité d'entre eux, dont les collègues des caisses des écoles travaillant dans les cantines de la ville de Paris.

Obtenir une liste détaillée et transparente sur l'ensemble des non titulaires avec leur ancienneté, quels que soient leurs contrats : vacataires, contrats aidés, CDD, CDI (réunion DRH de novembre 2011).

Batailler pour plus d'effectifs et d'emplois statutaires car la Ville en limitant les emplois dans son budget pour 2012, profite massivement des collègues fortement précarisés pour faire le boulot à moindre coût.

 

                                        précaire 3

                                           " Et, oui ! Avec moi c'est toujours à moindre coût "

 

Des mobilisations :

Mobilisation du 29 novembre 2011 pour les emplois précaires de la Mairie de Paris, voir photos ici.

Le 20 janvier 2011 Manifestation de Jussieu à la Préfecture de MORLAND, voir photos ici

Des revendications :
Plan de résorption de l 'emploi précaire :
Renouvellement du contrat jusqu'à titularisation ou CDI.
Stagiairisation immédiate des contractuels de catégorie C.

Programme d'Amélioration des Droits :
Requalification des faux contrats de vacations, de contrats aidés, de cdd.
Parité des droits sur les rémunérations, les droits sociaux.
Réelle instance de suivi et transparence de gestion.

Création des conditions de la résorption de l 'emploi précaire.
Dont la création de postes par une remise à niveau des effectifs dans chaque direction et des équipes de remplacement.

                                                     précaire 2

                                             Une adresse désormais bien connue à Paris

 

Un fonctionnement :

Un Collectif de l'union de tous les syndicats CGT de la Ville de Paris accueillant aussi des non syndiqués.

Un Collectif qui comprend des agents non titulaires et titulaires, de tous secteurs, de toutes catégories, de tous types de contrats.

Un noyau dynamique qui se réunit régulièrement pour définir les actions à mener. 

Nos actions :

Permanence auprès des agents non titulaires ayant des difficultés.

Intervention juridique avec avocat et devant les prud'hommes ou le tribunal administratif pour requalifier les contrats et faire respecter la loi.

Elaboration de courriers individuels (renouvellement de contrats, questions relatives à la rémunération... ).

Assemblées générales des non titulaires pour les informer de la loi, de leurs droits, en proposant des actions.

Formations syndicales sur l'emploi et la précarité : « quels sont mes droits, comment les défendre et en gagner d'autres ? »

Interpellations régulières de l'administration ( lors des instances de dialogue social, CTP centraux et de directions, et des Comités Hygiène et Sécurité ).

Lettre ouverte à M. Delanoë sur la précarité et de nos revendications.

Réalisation d'un film sur les précaires de la ville de Paris : « Sortir de l'ombre ».

Bande Annonce n°1 du film.                  

Bande Annonce n°2 du film

Elaboration d'un guide sur les droits des non titulaires.

Mise en ligne d'une enquête sur les précaires pour agir sur le nombre de titularisations. Cliquez là                       

 

                                        précaires 1

                                     A la Mairie de Paris, c'est toujours Génération Précaires*

 

Venez nous rencontrer pour connaître et faire valoir vos droits avec vos contrats de travail !

Permanences les Lundis de 12h15 à 13h50 et vendredi de 17h00 à 18h00, au 19 rue du Renard ( 6ème étage ), à un pas du M° Hôtel de ville.

Contacts : cgtusnontitut@paris.fr et 01 53 01 41 55 aux heures de permanence. Et pour en savoir plus cliquer sur

 

* Voir le site du véritable mouvement "Génération Précaire" que nous remerciont pour leur inspiration.

Repost 0
Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans précaires
commenter cet article
18 février 2012 6 18 /02 /février /2012 08:14

 

                                              santé 1               

 

          Quand Bertrand choure l’idée de « démocratie participative » à Ségolène 


Il faut que l’on vous conte une petite historiette. Le Maire de Paris sintéresse depuis peu à la santé au travail de ses agents. Cest pour cette raison qu’il a voulu conclure un accord cadre sur ce sujet.


Comme les principales organisations syndicales qui ont participé à toutes les réunions et amendé systématiquement chacun des textes proposés ont refusé de signer son accord, il a chargé le directeur de la DRH dengager un « chat ». Cest la nouvelle mode quand on ne peut obtenir laval des organisations syndicales. On supprime les élections et on « chatte ». Il paraît que ça sappelle la démocratie participative.

 

 

                                          santé 2 

                                             "J'ai pas le souvenir de t'avoir donné l'autorisation"

 

Cette pseudo démocratie participative exclut juste 50 % des agents qui nont pas accès à Internet : éboueurs, égoutiers, fossoyeurs, auxiliaires de puériculture….  Tous ces agents dont l’espérance de vie est écourtée en raison de la pénibilité de leur travail sont exclus du « Chat ».  Voila qui en dit long sur lintérêt que la Mairie porte à ses personnels !

 

Sagissant du « chat », de nombreuses questions ont porté sur la souffrance au travail et sur lutilité du CPAHD. (Comité Prévention contre le Harcèlement et des Discriminations). La DRH prétend que le harcèlement moral nexiste pas, quil sagit juste de conflits entre les agents et leurs « managers ».  Ce sont ces gens là qui sont donc juge et partie qui vont siéger au CPAHD.  Ils vous expliqueront que si vous narrivez pas à faire plus avec moins, cest que vous avez besoin dun psychologue pour vous apprendre à supporter les réorganisations de service successives, sans aucun plan de formation adapté à vos besoins.

 

A ce jour, la Ville de Paris refuse de reconnaître les suicides. Pourtant cest la fonction publique territoriale qui affiche le plus fort taux de suicides. Mais comme le nuage de Tchernobyl qui sétait arrêté aux frontières de la France, la souffrance au travail et son cortège de suicides sont stoppés par la frontière du périphérique. Notre vie na pas de prix !

 

                                                                   santé 3

                                                                                  .... La vie n'a pas de prix

 

Le Directeur de lAPUR (Atelier de l’Urbanisme Parisien), n'a pas démissionné de son poste à cause du suicide d’un de ses agents, mais à cause de la condamnation de la Ville à 220.000 euros damende pour infraction au code du travail. 

La CGT na pas signé cet accord car ce n’est qu’un catalogue de bonnes intentions sans aucun moyen en face. La Ville va continuer à faire pression sur les agents pour les inciter à partir. Pour le recrutement de médecins du travail, ou au Bureau de Prévention des risques professionnels,  la Mairie de Paris  ne crée pas de poste mais fait simplement  du redéploiement. 

Par exemple, à la DSTI (les services informatiques) lensemble des techniciens supérieurs a reçu un mail pour les inviter à ne pas laisser passer la date de mutation. On pourrait citer dautres exemples de cette « barbarie douce* » utilisée contre les personnels municipaux.

 

La CGT revendique : 

·       Des effectifs titulaires en adéquation avec les missions demandées dans les services.

·       La déprécarisation des agents et larrêt de lembauche de non titulaires.

·       Des mesures concrètes pour lutter contre la surmortalité des travailleurs à risque.

·       La mise à lécart des agents harceleurs.

·       La reconnaissance du travail des personnels par des ratios à 100 %.

·       La transparence dans lattribution des primes

 

 

* Excellent livre de Jean Pierre Le Goff, dans toutes les bonnes librairies.

 

                                                                     santé 6

                                                 - "Tu vois Carla, je te l'avais dit, la CGT n'aime pas les chats"

                                              - " C'est pourtant les plus  gentils des animaux, je comprend pas"

 

 

Lire aussi

Exclusif : La Ville de Paris subit trois dégradations à la suite !

La Ville de Paris veut mettre fin à l'indépendance de la médecine du travail !

Accident de travail à Paris: Dexia, une troisième fois en faillite !

Repost 0
Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans santé au travail
commenter cet article
16 février 2012 4 16 /02 /février /2012 15:19

 

                                                   primes 4-copie-1

 

Oyez bonnes gens, à vos fiches de paie ! Vous râliez ? Vous étiez énervés, frustrés, révoltés? La répartition pour certains d‘entre vous des reliquats IAT (dits prime de fin d’année) vous semblait aléatoire, injuste, obscure ?... 

 

Que nenni ! La CGT s’est renseignée, a insisté, ré- insisté et insisté encore… et a obtenu une réponse (au moins) pour le musée Carnavalet : On reversait plus à certains agents pour compenser les IAT perdues pour causes de maladies, entre autre. Dans le souci de justice qui caractérise cet établissement (ce dont nous ne doutons pas) on assiste ainsi à une sorte de transfert entre des personnels « nantis » et des « moins nantis ». Autrement dit, plus votre paie a été minable, plus votre prime de fin d’année devra être élevée…Vous ne comprenez pas ? Nous non plus. Vous doutez ? Hum, hum !

 

Mais l’exemple du musée Carnavalet n’est probablement qu’un cas isolé dans la générosité municipale, car à la Direction des Affaires Culturelles, cette année encore, la répartition du solde des IAT est classée « secret défense ». Cela fait bien l’affaire de nos gestionnaires qui n’ont pas à se pencher sur les nombreuses disparités qui persistent dans la distribution du fameux reliquat. Différences entre agents d’un même établissement, mais aussi entre les différents types établissements eux mêmes (musées, bibliothèques, conservatoires…)

 

                                                                primes 5

                                                               A la DAC, on adore ce genre de cinéma

 

Comment peut on accepter que certains collègues se voient gratifier de 1 euro pendant que d’autres en touchent… 300 ! La façon de servir, que l’administration persiste à faire entrer dans le calcul de la part variable, suffit elle à justifier un écart de 1à 300 ? Franchement même le patron de Total n’accepterait un tel écart ! (Chez lui c’est seulement  de 1 à 240)

 

                                                                  primes 8

                                                                             " Et oui, seulement"

 

On savait des institutions cultivant le grand secret mais jamais autant que la DAC au moment de la répartition des primes

 

Tant que la Ville de Paris considèrera que la revendication d‘un 13éme mois est injustifiée car, pour elle, les IAT calculées sur l’année sont un 13éme mois, nous n’avancerons pas.  Tant que la répartition de l’enveloppe des IAT restera à la discrétion du chef d’établissement nous n’avancerons pas  Tant que le solde IAT sera redistribué sur un critère de « manière de servir » nous n’avancerons pas.  Tant que nous serons confrontés la mauvaise foi et au déni, nous n’avancerons pas.  Et qui n’avance pas …….

 

C’est pourquoi la CGT, lors d’une rencontre avec Christophe Girard, a abordé cette anomalie source de conflit au travail. Il a volontiers reconnu que cette pratique ne pouvait continuer en l’état. La DAC devrait donc  nous proposer une solution prochainement.

 

                                                                primes 1-copie-1

                                               La DAC devrait nous proposer une solution prochainement

 

 

Lire aussi:

Archives départementales de Paris: C'est comme le "Port Salut", c'est marqué dessus !

Primes dans les bibliothèques de la Ville de Paris: Quelle déprime !

Primes dans les musées de la Ville de Paris: Quelle déprime !!

Repost 0
Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans Primes
commenter cet article
14 février 2012 2 14 /02 /février /2012 09:18

 

                                                                      musees 1

                                           La prochaine exposition évenement des musées de la Vile de Paris

 

          " Je fais plus pour l'emploi que n'importe qui ! "   Bertrand Delanoë, octobre 2011  

Et pourtant les agents vacataires recrutés pour les expositions temporaires des musées dont certains sont au service de la Mairie de Paris depuis plusieurs années dans des conditions précaires (alternant 6 mois de travail et 6 mois de chômage et indemnisés par la Ville souvent très longtemps après la fin de leur contrat)...... ont tous été radiés des listes juste avant les fêtes de fin d’année ! 

Et dire que  l’Etablissement Public des Musées (EPA) n’est même pas encore en place.

 

                                         précaire 7-copie-1

                                              A Paris, la signalisation est (enfin) efficace

                                   
Pas de cause financière à ces radiations puisque la Direction des Affaires Culturelles (DAC)  continue à embaucher de nouveaux vacataires. Plutôt une démarche appliquée ex-abrupto à l’encontre des syndicats et des personnels qu’ils représentent alors que des demandes de négociations sont réclamées depuis plus d’un an pour la contractualisation de ces vacataires avec l’ancienneté comme  critère possible.

Un avant goût du futur EPA qui a décidé de supprimer la présence des syndicats dans son futur Conseil d'Administration?

 

                                                     musees 2

                                                 Derniers préparatifs avant la grande exposition évenement

 

En ne renouvelant pas leurs contrats, on supprime en même temps toute éventualité d’embauche pérenne pour tous ces précaires. Chapeau l'artiste ! Par ailleurs, de plus en plus de nouveaux contrats proposés par la DAC n’ouvrent pas droit à indemnisation pour perte d’emploi ! Du grand art, vraiment !

 

"Je fais plus pour l'emploi que les autres villes dirigées par le parti socialiste, les communistes ou les Verts" avait pourtant déclaré Bertrand Delanoë en fin d'année dernière. Alors là, on a le souffle coupé, devant le manque d'air !.


Vacataires, contactez nous pour nous donner vos noms et votre ancienneté dans ce travail ! Il est urgent de faire remonter ces informations ! Venez nombreux à l'Assemblée Générale des non-titulaires du 17 fevrier à la bourse du travail.    (Pour voir l'adresse et l'ordre du jour, cliquez là)

 

                                                       delanoe 2-copie-1

                              - "Je t'assure, Nicolas, je fais plus pour l'emploi que n'importe qui"

                                                         - "Arrêtes tes conneries"

 

Lire aussi:

Les précaires de la Ville de Paris souhaitent une bonne année à Bertrand Delanoë !

Précaires de la Ville de Paris: Le parcours du combattant !

Loi sur les non-titulaires: Pour une application maximum à la Mairie de Paris

Musées de la Ville de Paris : EPA.... mais pas moins pire !

EPA: Les syndicats mis à l'écart des musées de la Ville de Paris !

Repost 0
Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans précaires
commenter cet article
13 février 2012 1 13 /02 /février /2012 08:39

 

                                                                   maire 10

                                                         "Je suis très attaché à Chateau d'Eau et à Lancry"

 

                  .... Et ne souhaite pas récupérer les locaux au sein de la Mairie

Le Maire du 10ème, Rémi Féraud, par ailleurs, grand patron du PS parisien, a reçu une délégation de l’intersyndicale (CFDT, CGT, FO, Supap, UCP et Unsa) sur les menaces de fermeture des bibliothèques de son arrondissement.

Dès 2001, la mairie du 10ème a œuvré  pour la création d’une grande médiathèque, dans l’arrondissement. L’équipe actuelle se réjouit de l’ouverture de Saint Lazare mais est consciente de la nécessité de repenser l’offre culturelle de chaque établissement. Certes !

L’équipe municipale partage la vision de la richesse du fonds photo de Château d’Eau, fonds précieux pour la mairie, et qu’il serait dommage de disperser.  Le maire est également  très attaché à l’existence de la bibliothèque au sein de la mairie et ne souhaite pas récupérer ses locaux. Puisqu'il le dit.

 

                                                                       maire 10 1

                                                   "Je ne souhaite pas récupérer les locaux au sein de la Mairie"

 

D’autre part, il ressort du groupe de travail Saint Lazare/Château d’eau que la bibliothèque St Lazare n’a pas la place d’accueillir le fonds photo dans de bonnes conditions. Le seul lieu susceptible d’accueillir le fonds photo est l’espace d’exposition de Saint Lazare, qui par conséquent, disparaitrait. Ce ne serait pas très malin, en effet.

L’équipe municipale du 10ème s’associe donc à la vigilance des personnels et des organisations syndicales pour le maintien des structures culturelles existantes dans l’arrondissement. Voilà qui est clair! Il est vrai qu'un voeu a été voté en ce sens au Conseil municipal de l'arrondissement, il y a quelques jours à peine. "J'adore quand un plan se déroule sans accroc" aurait dit justement le Colonel John "Hannibal" Smith en observateur avisé.

 

                                                     hidalgo.jpg

                                                                      " Bon, maintenant, faut trouver un plan B "

 

 

Lire aussi

Contre les projets de fermeture des bibliothèques à Paris

Menaces de fermetures des bibliothèques de la Ville Paris

Bibliothèques : « objectif ruine » !

Paris: La bibliothèque Château d’Eau bientôt à sec !

Repost 0
Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans bibliothèques
commenter cet article
10 février 2012 5 10 /02 /février /2012 10:38

 

                                                   froid 4

 

Froid : Un grand frisson parcourt les bibliothèques, et la médiathèque Melville (13ème) est toujours privée d'eau chaude !

En raison des conditions climatiques, de nombreuses bibliothèques parisiennes ont fermé leurs portes totalement ou partiellement : La Bibliothèque des Littératures Policières (Bilipo, 5è), Saint Eloi (12è), Brassens (14e), Yourcenar (15è), Rostand, Brochand (17è), Clignancourt, Maurice Genevoix (18è) et Louise Michel (20è). Château d’Eau (10è) et Glacière, la bien nommée (13è),  se plaignent également des basses températures. Les musées parisiens sont aussi exposés au grand froid. Ces conditions climatiques peuvent également toucher les conservatoires ou les ateliers beaux arts. 

 

                                                                froid 2

Des mesures de prévention ont été rappelées à tous les établissements. Pour mémoire, ces mesures sont les suivantes :

- température de base (19°) : fonctionnement normal du lieu ;

- température comprise entre 18° et 14° : mise à disposition de chauffages d’appoint, autorisation du port du manteau personnel en l’absence de gilet ou de surveste fourni dans la dotation des agents (les bibliothécaires n'ont malheureusement droit qu'à un maigre badge en matière plastique), aménagement de l’organisation du travail (davantage de roulements, davantage de pauses, boissons chaudes) ;

- température inférieure à 14° : fermeture du lieu (le lieu peut être une salle).

 

De surcroit, à la médiathèque Jean Pierre Melville dans le 13ème arrondissement, le public est lui privé d'eau chaude. Le problème est que ça fait désormais la troisième année consécutive. De plus il semble que la suppression de cette eau chaude soit de la seule initiative de la Mairie de Paris, pour  "raison sanitaire" (!!?.  La CGT a alerté l'administration afin qu'elle règle ce (désormais récurent) problème.

 

                                                           melville

                                                             Melville privé d'eau chaude depuis trois ans !!

 

N’hésitez pas à contacter vos représentants CGT du Comité Hygiène et Sécurité de la Direction des Affaires Culturelles en cas de besoin : Agnès Dutrévis et Dominique Quénéhen

 

                                                                froid 3

 

Voir aussi notre rubrique: santé au travail

Repost 0
Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans santé au travail
commenter cet article