Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

C'est Qui ? C'est Quoi ?

  • : Le blog de CGT Culture DAC Ville de Paris
  • Le blog de CGT Culture DAC Ville de Paris
  • : Blog du Syndicat CGT Culture de la Direction des Affaires Culturelles de la Ville de Paris.
  • Contact

Qui sommes nous ?

Nous sommes des personnels de la Direction des Affaires Culturelles de la Ville de Paris, travaillant dans les bibliothèques, conservatoires, musées, ateliers des beaux-arts, services centraux...

Nous militons au sein de la CGT pour défendre les droits des salariés, la qualité du service public rendu aux Parisiens.

Pour vous syndiquer, demander conseil, faire des réclamations, envoyer des informations, une seule adresse : daccgtculturegmail.com


Recherche

Pages

7 novembre 2016 1 07 /11 /novembre /2016 08:18
Paris : le « Plan églises » de la mairie mis en péril

L’intersyndicale va prendre rendez-vous avec le Diocèse pour l'alerter sur les conséquences des projets de la Ville de Paris visiblement en contradiction avec les annonces faites par Anne Hidalgo

Le transfert des services du patrimoine de la Direction des Affaires Culturelles de la Ville de Paris, en charge notamment de l’entretien des églises, synagogues, temples devenus propriété communale suite à la Loi de 1905, pourrait avoir de graves répercutions sur l’exécution des chantiers de restauration dans les 96 édifices cultuels de la  capitale et l’entretien et la préservation des 40 000 œuvres d’art qui s’y trouvent.

En effet, ce service de la sous-direction du Patrimoine et de l’Histoire (SDPH), situé dans le centre de Paris (rue des Francs-bourgeois, IVe) doit être délocalisé vers la Porte de la Chapelle. Or ce lieu est très mal desservi par les transports et surtout très éloigné des chantiers où doivent se rendre quotidiennement nombres d’ingénieurs, de surveillants de travaux ou encore de conservateurs responsables des chantiers de restauration. De quoi mettre en péril le « Plan églises » de 80 millions d’euros annoncé par la Mairie de Paris en octobre de l’année dernière.

Malgré une lettre très argumentée signée par l’immense majorité des agents adressée à Anne Hidalgo, dénonçant avec ce déménagement « une dégradation considérable des temps de concertation entrainant des retards qui auront pour conséquence l’impossible maintien du niveau de qualité et d’efficacité des actions menées par cette sous-direction pour préserver le patrimoine parisien » la mairie est restée sourde aux alertes des agents. L'Hôtel de Ville est aussi resté muet pour justifier de l’efficacité de ce transfert puisque celui-ci a été visiblement décidé dans l’urgence pour des raisons uniquement budgétaires.

« On ne peut pas croire qu’une seule problématique budgétaire vienne mettre en péril les promesses faites par la Maire de Paris sur la sauvegarde indispensable de toutes ces richesses à transmettre aux générations futures » ont ainsi déclaré les spécialistes de la question, lesquels ont calculé « une perte de charge de près de 30% » sur les différentes mises en chantier. « La municipalité parisienne est-elle en train de saborder ses engagements faits en octobre 2015 dans le cadre du Plan d’Investissement de la Mandature (80 M€) pour la préservation du patrimoine religieux de la Ville ? » s’alarment déjà les professionnels du secteur.

C’est pourquoi les agents de la sous-direction du Patrimoine et de l’Histoire demandent à la mairie de Paris de revenir sur cette décision. De son côté, l'intersyndicale - CGT, FO, UCP, UNSA et SUPAP - va solliciter un rendez-vous avec le Diocèse de Paris pour l'alerter sur les conséquences des projets de la Ville de Paris visiblement en contradiction avec les annonces d’Anne Hidalgo et de son équipe.

 

Plan église : L'intersyndicale va demander un rendez-vous avec le diocèse de Paris

Plan église : L'intersyndicale va demander un rendez-vous avec le diocèse de Paris

Repost 0
Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans santé au travail Patrimoine
commenter cet article
4 novembre 2016 5 04 /11 /novembre /2016 08:12
Paris XIIIe : les élus de l’arrondissement votent pour que les agents municipaux puissent déjeuner sans trop dépenser

Ce vote, qui exige le maintien de la cantine située dans la mairie du XIIIe arrondissement, sera aussi présenté au Conseil de Paris

C’est une nouvelle qui a pris tout le monde de court. Non seulement les personnels municipaux qui s’y rendaient mais aussi les élus, lesquels ont été tenus soigneusement dans l’ignorance. Il faut dire que la décision de fermer la seule cantine réservée aux agents de la Ville de Paris travaillant dans le quartier avait de quoi choquer. Surtout que ce restaurant administratif, situé dans les locaux de la mairie du XIIIe arrondissement, avait ouvert ses portes il y a à peine six ans.

Pourtant les agents qui bénéficient de cette cantine sont très nombreux. Outre les employés de la mairie elle-même, sont également concernés, entre autres, les agents travaillant dans les crèches, les parcs et jardins, les affaires scolaires, la voirie ou les équipements sportifs situés dans le quartier, sans même parler des personnels de la bibliothèque de la place d’Italie ou de la rue de la Glacière. On remarque donc que cela fait du monde. Et même du beau monde puisqu'on y aperçoit aussi de temps en temps... le maire en personne, Jérôme Coumet ! Ce qui prouve bien l’utilité du lieu.

Dans son projet, la mairie centrale proposerait d’envoyer déjeuner les personnels concernés à Pétaouchnock... En tout cas à plusieurs kilomètres de là : porte d’Ivry ou avenue de France. « Cela impliquerait des temps de déplacement assez conséquents, trente à quarante minutes aller-retour, et contraindrait les agents à utiliser les transports en commun. Ce qui poserait un problème d’organisation dans les services, notamment à ceux qui reçoivent du public » dénonce la CGT dans un communiqué. De surcroit, vu les faibles salaires des agents, car beaucoup appartiennent à la catégorie C de la fonction publique, « il n’est évidemment pas envisageable de contraindre les agents à se restaurer dans les commerces du quartier, cela aurait un impact pécuniaire trop important » précise le syndicat. Si bien que plus de quatre cents agents ont écrit pour protester à Anne Hidalgo, son adjoint en charge des personnels, Emmanuel Grégoire (par ailleurs patron de la Fédération socialiste de Paris), et à la présidente de l’ASPP, la structure en charge des cantines de la Ville de Paris.

En attendant de connaitre la position de l’Hôtel de Ville, les personnels ont reçu un appui de poids pour conserver la cantine de la mairie du XIIIe. Et rien moins que celui des élus de l’arrondissement ! Lesquels ont voté à l’unanimité en conseil municipal « le maintien de la cantine située dans la mairie » ou à défaut « son remplacement par un restaurant administratif situé à proximité du lieu de travail des agents en poste dans le quartier de la place d’Italie ». C'est-à-dire sans avoir à prendre les transports en commun. Un vote qui devrait facilement convaincre l'ASPP de revenir sur sa funeste décision car, ironie de l'histoire, sa présidente n'est autre... qu'une élue du XIIIe, Annick Olivier !

Le texte va maintenant être présenté au Conseil de Paris. Et la balle est désormais dans le camp d’Anne Hidalgo et de son équipe pour que les agents municipaux du XIIIe puissent déjeuner sans trop dépenser leur maigre paye, eux qui n’ont pas droit (comme tous leurs collègues des autres services d’ailleurs) aux titres restaurant ni aux primes de panier, dont peuvent bénéficier les autres salariés.

   Jérôme Coumet, et les élus du XIIIe interpellent Anne Hidalgo sur la cantine de la mairie

Jérôme Coumet, et les élus du XIIIe interpellent Anne Hidalgo sur la cantine de la mairie

Repost 0
Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans Informations santé au travail
commenter cet article
3 novembre 2016 4 03 /11 /novembre /2016 10:32
Préavis de grève reconductible et illimitée au musée du Petit Palais

                Ce sera chaque mercredi et jeudi. Et ce, dès le 9 novembre !

Les visites au musée du Petit Palais (VIIIe) risquent d’être fortement perturbées d’ici les prochaines semaines. En effet, à partir du 9 novembre, chaque mercredi et jeudi, le musée pourrait fermer ses portes, dès 16h30, pour cause de préavis de grève « reconductible et illimitée » déposé par la CGT.

Il faut dire que les personnels du Petit Palais sont exaspérés par l’attitude de la direction depuis que cette dernière leur a sucré un quart d’heure sur leur temps de pause déjeuner (lire ici). La goutte de trop dans ce musée où les abus d’autorité, voire le mépris d’une partie de l’encadrement, sont malheureusement monnaie courante. D’autant que les conditions de travail ne sont pas des plus folichonnes dans les musées municipaux de la capitale puisque les personnels y travaillent un dimanche sur deux et quasiment tout les samedis. Le tout sans avoir beaucoup de compensation de la part de la mairie de Paris.

Ainsi parmi les revendications exposées dans le préavis, les agents demandent de pouvoir se restaurer le week-end sans y laisser leur (maigre) paye puisque les cantines de la Ville réservées aux personnels sont fermées. Pour compenser cela, ils réclament donc à municipalité dirigée par Anne Hidalgo « une prime de panier-indemnité de repas pour les samedis et dimanches » ou bien la mise en place d'« un système de restauration avec d’autres administrations qui travaillent le weekend » comme les Hôpitaux de Paris par exemple.

Toujours sur la question des pauses-déjeuner, les personnels demandent également un temps d’habillage et de déshabillage. Normal, car comme tout un chacun, ils ont quand même bien le droit de sortir dans la rue ou de prendre le métro sans avoir sur eux les tenues (pas très seyantes de surcroit) qu'ils doivent obligatoirement porter pendant leur temps de travail..

Autre revendication et non des moindres : que la prime annuelle versée aux agents de surveillance soit alignée sur celle des agents des PC de sécurité et des encadrants, lesquels perçoivent 400 euros. Comme la Ville affirme à tout bout de champ que Paris aime l’égalité cela devrait pouvoir se faire, non ?

Question sécurité, les personnels ont aussi quelques idées à soumettre à leur hiérarchie. Par exemple, bénéficier du matériel utile pour assurer les files d’attente du public comme des plots, des cordons ou encore des barrières fixes au niveau du portique d'entrée. Et oui incroyable, en 2016, le musée n'a rien de tout ça. Enfin, last but not least, il semblerait que les agents de surveillance soient également plus soucieux de la préservation du patrimoine municipal que la direction du petit-Palais puisqu’il réclament le retour des systèmes de mise à distance devant les œuvres pour éviter toute nouvelle dégradation.

Notre syndicat espère que, pour éviter ce conflit, des solutions vont êtres proposées par Bruno Julliard, le premier adjoint en charge de la Culture, également Président du Conseil d’Administration de « Paris-Musées ».

Préavis de grève reconductible et illimitée au musée du Petit Palais
Repost 0
Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans musées
commenter cet article
20 octobre 2016 4 20 /10 /octobre /2016 10:20
Anne Hidalgo condamnée par la justice pour « atteinte au droit de grève »

Elle n’avait pourtant pas lésiné sur les moyens pour casser le plus long mouvement social de l’histoire de la municipalité parisienne

Ce fut probablement une des plus longues grèves de l’histoire de la municipalité parisienne : dix huit mois, de février 2015 à juillet 2016. Un long conflit mené par les agents travaillant dans les équipements sportifs de la capitale (stades et piscines). Lesquels exigeaient la revalorisation de la prime perçue pour le travail du dimanche. Pourtant Anne Hidalgo et son équipe n’avaient pas lésiné sur les moyens pour casser ce mouvement social. D’abord en pariant sur le pourrissement du conflit en refusant toute négociation (lire ici). Un pari raté pour celle qui clame sur tout les toits être une ancienne inspectrice du travail.

Elle a alors utilisé les méthodes les plus inavouables pour quelqu’un qui se prétend aussi de gauche : embauche de personnels de sociétés privées pour remplacer les grévistes municipaux (voir ici), mise en place d’une caisse noire pour casser le mouvement (voir là) et enfin, last but not least, la production d’une note officielle pleine de menaces pour obliger les grévistes à se déclarer deux jours à l’avance au mépris du droit de grève pourtant garanti par notre Constitution. Un peu le même programme que celui porté par les candidats des primaires de la Droite. Évidemment, les syndicats ont porté l’affaire en justice (en l’occurrence le Tribunal Administratif) pour faire annuler cette note certes officielle mais pas moins scélérate.

Bon, dame justice a mis le temps mais finalement elle a rendu son verdict : la mairie de Paris est condamnée pour « atteinte au droit de grève  » et la note de son secrétaire général est annulée. Conséquence : l’équipe d’Anne Hidalgo, qui se voulait l’émule de Margaret Thatcher, est désormais penaude car les juges affirment qu’il n’y a évidemment « aucune obligation de se déclarer gréviste 48 heures avant le début d’un conflit ». Et les juges d’enfoncer le clou en déclarant également « qu’il n’y avait aucune obligation de devoir se déclarer gréviste à la première prise de service ». On peut donc également se déclarer au retour de la pause-déjeuner ! Bam ! Une très mauvaise surprise pour la mairie car dernièrement encore à la direction de la Petite Enfance, certains encadrants prenaient un malin plaisir à dissuader leurs agent(e)s de se mettre en grève l’après-midi pour ce dernier motif. Ben maintenant, c’est fini !

Comme le disent les observateurs des relations sociales avec l’Hôtel de Ville « On remercie la Ville de Paris qui a permis de clarifier le droit de grève dans la fonction publique (territoriale), et on remercie son secrétaire général pour l’effort qu’il va faire en déchirant sa note de service ! ».

 

Anne Hidalgo, et son secrétaire général, comdamnés par la justice pour atteinte au droit de grève

Anne Hidalgo, et son secrétaire général, comdamnés par la justice pour atteinte au droit de grève

          - Heu, désolé madame, mais j'ai été contraint par les juges de déchirer la note

          - Pas grave, j'en ai envoyé une copie aux candidats de la primaire de la Droite

Repost 0
Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans Justice Grèves - manifestations
commenter cet article
14 octobre 2016 5 14 /10 /octobre /2016 07:50
Des féministes dénoncent la manip' d’Anne Hidalgo contre la bibliothèque Marguerite Durand

La Mairie de Paris veut faire dégager cette bibliothèque via le budget participatif. De leur côté, chercheuses et historiennes dénoncent « une manière détournée de faire disparaître un lieu qui conserve et archive l'histoire du féminisme » dans une tribune publiée dans Libération.

C’est un établissement qui gêne la Mairie de Paris. Il faut qu’il cède la place. Et vite. Tellement vite que les services d’Anne Hidalgo, et de son adjoint à la Culture Bruno Julliard, n’hésitent pas à fabriquer une « demande citoyenne » pour parvenir à leurs fins.

On parle là de la bibliothèque Marguerite Durand, fondée en 1932, et qui depuis 1989 partage le même bâtiment que la bibliothèque Melville, au croisement des rues Nationale et de Tolbiac dans le XIIIe arrondissement de Paris. Oui mais voilà : la municipalité parisienne veut ouvrir la médiathèque Melville le dimanche, d’où l’urgence de dégager les espaces occupés par l’équipe de Marguerite Durand.

Et la mairie a une idée : envoyer cette bibliothèque spécialisée dans l'histoire des femmes et du féminisme dans l’ancienne Galerie des bibliothèques située dans le Marais. Un lieu qui autrefois servait de salle d’exposition pour les bibliothèques patrimoniales parisiennes mais qui est désormais vacant. A priori l’idée pourrait paraître alléchante : donner à la bibliothèque Marguerite Durand « une meilleure visibilité au centre de Paris » selon les argumentaires de l’administration parisienne...

Mais ce projet est tout sauf une bonne idée car en réalité ce déménagement priverait la bibliothèque... de salle de lecture. Plutôt gênant quand on sait que la majeure partie de ses documents n’est consultable que sur place ! Comme on dit maintenant : « C’est ballot... ». 

Mais possible après tout que la Direction des Affaires Culturelles de la Ville de Paris table sur une absence de fréquentation car les réserves qui abritent les collections seraient également amputées de moitié... A moins que la mairie prévoit également la suppression des bibliothécaires en les empêchant de pouvoir travailler puisque le projet municipal comprend également une forte diminution du nombre de bureaux... Bref, c’est la Bérézina.

« Le personnel de la bibliothèque n’est pas opposé à une installation dans un autre lieu, mais on attend de meilleures opportunités que sur le site actuel, et non l’inverse » ont pointé les bibliothécaires de Marguerite Durand dans une lettre envoyée à leur administration de tutelle. Manquant d’arguments, la municipalité en est d’ailleurs restée coite. Enfin, tout le monde pensait que la raison allait l’emporter en laissant tomber cette affaire très mal engagée.

Des féministes dénoncent la manip' d’Anne Hidalgo contre la bibliothèque Marguerite Durand

C'est alors que la Mairie de Paris a imaginé une procédure des plus fourbes. Très habile certes, mais fourbe quand même. Comment ? Et bien en créant rien moins qu’une mystérieuse « Olympe ». Cette dernière, connue ni d’Ève, ni d’Adam d’ailleurs, pas plus que des nombreux cercles féministes, mais se faisant passer pour une parisienne lambda, a soumis au budget participatif… le déménagement de la bibliothèque Marguerite Durand. Et vu le coût estimé par la Ville elle-même, trois millions d’euros, ça ne pourrait pas être une nouvelle construction mais dans un endroit déjà vide comme.... l'ancienne Galerie des Bibliothèques ! Habile. On se demande bien qui a soufflé cette idée à notre chère « Olympe ». Pas le genre de l’équipe d’Anne Hidalgo de faire cette manipulation grossière n’est-ce pas ?

On comprend que les bibliothécaires soient très inquiets par cette mise au vote. « Incité par des pressions constantes à quitter le XIIIe à brève échéance, sans perspective d’un lieu approprié où s’installer, le personnel de la bibliothèque Marguerite Durand s’interroge non seulement sur son avenir mais sur son existence même. D’autres bibliothèques ont déjà disparu de façon insidieuse, celle des Arts Graphiques, ou encore Chaligny. Nous nous demandons si ce n’est pas ce qui nous attend » concluent-ils dans leur lettre ouverte pour évoquer cette manipulation municipale.

Une manipulation qui n’a heureusement échappé à personne et a même suscité l’ire de nombreuses personnalités dans une tribune publiée par le quotidien Libération. « Le budget participatif de la Ville de Paris vient d'être clos. Parmi les propositions, la création d'un espace dédié à la littérature féministe. Chercheuses, chercheurs et historiens s'inquiètent de ce projet, jugé flou et peu ambitieux. Est-ce une manière détournée de faire disparaître l'actuelle bibliothèque Marguerite-Durand, qui conserve et archive l'histoire du féminisme ? » demandent les signataires à Anne Hidalgo.

Des féministes dénoncent la manip' d’Anne Hidalgo contre la bibliothèque Marguerite Durand

Et les féministes de surenchérir : « D’abord ce projet pourrait n’être qu’une manière détournée de faire disparaître l’actuelle bibliothèque Marguerite-Durand installée dans le XIIIe arrondissement de Paris, connue, fréquentée et appréciée par les professionnel comme par les amatrices et amateurs de l’histoire des femmes, sans que les personnels n’aient été consultés et sans que les conditions de cette mutation ne soient définies. D’autant que le seul lieu d’implantation de cette nouvelle bibliothèque évoqué à ce jour apparaît totalement inadéquat : trop petit et inapproprié à la conservation et à la communication des fonds d’archives » cinglent les participants à la tribune.

Pour ces spécialistes du féminisme, si un déménagement doit avoir lieu, cela ne peut se justifier « que par une amélioration des conditions de travail des personnels et d’accès du public aux fonds. Ainsi, pour que vive la structure léguée par Marguerite Durand à la Ville de Paris, cette nouvelle bibliothèque doit d’abord conserver en un lieu unique, à Paris, les personnels, la salle de consultation et les fonds d’archives. Elle doit être hébergée dans des locaux plus grands que l’actuelle bibliothèque pour permettre l’enrichissement des fonds et leur assurer de bonnes conditions de conservation ». Pas vraiment le projet imaginée par la municipalité.

Et les signataires de conclure à l’adresse d’Anne Hidalgo et de Bruno Julliard : « l’égalité des sexes et la valorisation du patrimoine féministe seraient-ils des projets politiques et culturels optionnels ? Doit-on demain s’attendre à ce que l’ensemble de la politique d’égalité des sexes soit mise au vote d’une poignée de Parisien.ne.s ? Nous ne le pensons pas. Nous affirmons au contraire qu’un projet ambitieux de bibliothèque d’histoire des femmes et du féminisme doit être au cœur de la politique d’égalité des sexes de la Ville de Paris ». Et vlan !

On comprend donc que cette tribune n’a guère plu du côté de l’Hôtel de Ville puisqu’un ordre a même été donné aux responsables des bibliothèques de la Capitale de ne surtout pas partager ce manifeste sur les réseaux sociaux de leur établissement respectif… Alors que les mêmes sont encouragés d’habitude, pour faire numérique, à diffuser de nombreuses informations sur l’actualité de leur profession. Et pour le coup, concernant cette tribune, la diffuser aurait été de la vraie démocratie participative.

 

  Des féministes demandent un véritable projet pour la bibliothèque Marguerite Durand

Des féministes demandent un véritable projet pour la bibliothèque Marguerite Durand

Repost 0
Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans bibliothèques
commenter cet article
10 octobre 2016 1 10 /10 /octobre /2016 11:53
Ouverture du dimanche : Anne Hidalgo et Bruno Julliard répondent par le mépris aux revendications des personnels

Des bibliothécaires, pourtant raisonnables et modérés, obligés de se radicaliser face à la morgue de la mairie de Paris

La municipalité parisienne veut ouvrir - sans concertation aucune - sept nouvelles bibliothèques le dimanche d'ici 2019 : Parmentier (XIe), Hélène Berr (XIIe), Melville (XIIIe), Aimé Césaire (XIV), Germaine Tillion (XVIe), Rostand (XVIIIe et Sabatier (XVIIIe)..... sans effectifs supplémentaires. Une mesure qui ne passe pas tant le réseau parisien est exsangue (fermeture, réduction d'horaire...) et que plusieurs bibliothèques qui ouvrent déjà le dimanche, comme Sagan (Xe) ou Duras (XXe), sont dans une situation que l’on peut sans exagérer qualifier de critique ! Première à essuyer les platres, la bibliothèque Hélène Berr, située rue de Picpus dans le XIIème arrondissement.

La mairie de Paris campe sur ses positions et l'ancien contestataire étudiant, Bruno Julliard promu adjoint à la culture d'Anne Hidalgo de rester, tel un vulgaire Alain Juppé, droit dans ses bottes. « Ces ouvertures se feront à effectif constant » a déclaré l'ancien opposant à Dominique de Villepin. Un véritable pousse au crime de la part de l'ex leader de l'UNEF.

Pourtant, au delà de la question sociétale de l'ouverture (ou pas) des bibliothèques le dimanche les positions des uns et des autres faisaient consensus.« Quoiqu'il arrive, pour ouvrir il faudra des moyens humains supplémentaires ». Une antienne partagée par tout les professionnels, y compris ceux qui sont favorables à l'ouverture dominicale. Une déclaration reprise à son compte jusqu'à.... la CFDT de la Ville de Paris (lire ici). Mais pour Anne Hidalgo et son premier adjoint, c'est encore trop.

Ouverture du dimanche : Anne Hidalgo et Bruno Julliard répondent par le mépris aux revendications des personnels

Pourtant les collègues très modérés de la bibliothèque Picpus-Hélène Berr avaient des revendications on ne peut plus raisonnables (création de six postes de titulaires pour pouvoir fonctionner un jour supplémentaire, et encore sans animations ni standard téléphonique et à peine prendre un pause de dix minutes). De quoi faire s'étrangler les socialistes parisiens puisque l’adjoint à la culture les a envoyés bouler ! « Vous n'aurez droit qu'à un seul poste supplémentaire ». Ce qui a choqué ses personnels qui pourtant avaient abaissé au minimum leurs revendications croyant qu'elles seraient entendues. Une déclaration que nous traduisons par « estimez vous heureux, bande de fainéants ».

D'ailleurs, à l'occasion du Comité Technique de la Direction des Affaires Culturelles de la Ville de Paris, l'ensemble des syndicats a voté un amendement à la délibération qui sera soumise au Conseil de Paris souhaitant que la bibliothèques Hélène Berr ouvre avec huit agents titulaires supplémentaires. Un chiffre incluant même des effectifs pour rattraper les déficits constatés pour un fonctionnement normal en semaine. Franchement rien de très radical, n'est ce pas ?

Eh ben, même cette (petite) demande n'a rencontré que morgue et mépris de la part de Bruno Julliard. L'ancien contestataire étudiant, devenu il est vrai simple apparatchik de la politique municipale, a tout simplement refusé de prendre en compte cet amendement pourtant plus que raisonable. Une attitude pour le moins déplacée qui n'a pas échappée aux observateurs présents lors de ce Comité Technique. « Un blocage et un mépris affiché dénoncé par l’ensemble des collègues qui nous ont représenté » ont ainsi déclaré les bibliothécaires d'Hélène Berr après cette réunion. « Pour ma part, je suis vraiment convaincu qu’il faut agir pour dénoncer ce mépris des personnels et des usagers » a renchéri un autre.

Pour notre part, nous avons la triste impression qu'Anne Hidalgo et son acolyte jouent la politique du pire en pariant sur un conflit social. « Si on arrive à ouvrir le dimanche la bibliothèque Picpus-Hélène Berr sans embauches supplémentaires, on aura gagné pour ouvrir les autres en low coast » espèrent sans doute l’ancienne inspectrice du travail et son obligé. Bon, on ne veut pas faire de peine à nos amis bien au chaud sous les ors de l'Hôtel de Ville et qui se veulent pourtant progressistes mais le pari est pour le moins risqué.

 

  Anne Hidalgo et son acolyte face aux revendications raisonables des bibliothécaires

Anne Hidalgo et son acolyte face aux revendications raisonables des bibliothécaires

Repost 0
Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans bibliothèques
commenter cet article
5 octobre 2016 3 05 /10 /octobre /2016 09:48
La mairie de Paris veut envoyer paître ses services en charge du patrimoine

Ce sera rue du Pré (ça ne s’invente pas), à la Porte de la Chapelle, loin des lieux où ils sont censés intervenir. A tel point que les personnels se demandent si ce déménagement n’est pas une sanction

C’est une décision qui pourrait paraître anodine mais qui montre bien le mépris de la mairie de Paris envers ses services en charge du patrimoine et de l’histoire, en les envoyant paître rue du Pré (ça ne s’invente pas), à la Porte de La Chapelle. Des services qui s’occupent de la restauration et la préservation des églises et de leurs œuvres dont la Ville à la responsabilité depuis la Loi de 1905, et qui jusqu’à maintenant travaillaient dans le quartier du marais au plus près de la direction des Affaires Culturelles (DAC), leur administration de tutelle. « Une décision incompréhensible et incohérente » pour les professionnels du secteur

« L’ordre est venu d’en haut » a justifié contrite l’administration aux agents furieux et complètement interloqués par cette mesure. « En haut », c'est-à-dire Anne Hidalgo en personne. Il fallait bien faire de la place dans les services de la DAC après que la municipalité parisienne ait vendu l’Hôtel de Coulanges, un superbe hôtel particulier pour le transformer en centre culturel tourné vers la mode et le design avec bien sûr un espace de co-working. Un espace pour jeunes gens chics et connectés. En tout cas, foin de mixité sociale, pas pour des ploucs en charge du patrimoine !

Mais plus grave, en les envoyant loin du centre de Paris, les personnels affirment que cette décision « compromet la réalisation du Plan investissement municipal (PIM) du patrimoine cultuel annoncé par la maire de Paris en octobre 2014, avec pour conséquences la poursuite de la dégradation du patrimoine et des risques d’accidents pour le public ». Une pierre dans le jardin du premier adjoint, Bruno Julliard, lequel vient pourtant d’affirmer benoîtement dans la presse que « la restauration de notre patrimoine est une priorité pour Paris ».

C’est également un énorme gâchis en termes d’organisation et de productivité que va engendrer ce déménagement car dans ce quartier très excentré pour se déplacer à l’Hôtel-de-Ville, via les transports en commun, il faudra compter une heure vingt aller et retour contre vingt minutes actuellement. Mieux, pour certains chantiers comme ceux de l’église Notre-Dame d’Auteuil ou de l’église Sainte-Anne de la Butte aux Cailles comptez plus de deux heures ! Certains agents vont passer jusqu’à quarente-quatre jours de travail par an dans les transports.Pour la sous-direction cela représente mille deux cent jours par an, soit pratiquement la perte de quatre postes à temps complet. Énorme !

La mairie de Paris veut envoyer paître ses services en charge du patrimoine

                    - Bon mon Bruno, j'crois qu tu t'es gouré, faut que tu reprennes ta calculette !

Mais cette décision d’Anne Hidalgo va surtout à l’encontre de l’engagement de la maire laquelle clame sur tout les toits d'églises que « l’administration parisienne doit être exemplaire dans le respect de ses agents en leur assurant des conditions de travail et de qualité de vie au travail pleinement satisfaisantes et respectueuses de leurs missions ». Or, cette décision génère des Risques psycho sociaux (RPS) en termes de cohésion des services et des équipes avec des mises en danger des personnels malmenés dans leur quotidien professionnel, et des risques d’accidents du travail liés au surcroît de fatigue, notamment pour les personnels gérant l’entretien des toitures et clochers des édifices et la restauration des vitraux, peintures murales... A moins que les services de Bruno Julliard et d’Anne Hidalgo s’en fichent comme de tout de ce qui s’apparente de près ou de loin aux vieilles pierres ?

Une véritable interrogation. A tel point que les personnels de se demander si ce déménagement n’est pas une sanction. « Observez que les services qui gèrent la création, l’art contemporain, la nuit blanche, le cinéma, ceux qui sont et budgétairement et médiatiquement les plus avantagés depuis le début de la mandature, c’est le moins que l’on puisse dire, restent au centre de Paris alors que les services gérant le patrimoine, l’archéologie, l’histoire, ceux qui ont fait l’objet de nombreuses polémiques dans les médias (serres d’Auteuil, la halle Freyssinet, Notre-Dame du Lorette, Commission du Vieux Paris), sont finalement sanctionnés, budgétairement et humainement ». On attend la réponse de la mairie sur ces points.

Dans un premier temps, l’intersyndicale CGT/FO/UNSA/SUPAP-FSU/UCP sollicite au nom des personnels concernés par ce déménagement, un rendez-vous dans les plus brefs délais avec la maire de Paris et son adjoint chargé des personnels pour demander l’arrêt immédiat de ce projet et propose de réfléchir à un projet alternatif respectueux des conditions de travail et de qualité de vie au travail… des agents et de… leurs missions. Une demande qui correspond en principe pile-poil aux objectifs affichés par la municipalité parisienne. Sinon, un préavis de grève sera déposé.

Mais si la mairie de Paris veut absolument valoriser la rue du Pré (maudit) nous proposons pour notre part (sans engager l'intersyndicale ) que le haut encadrement de la Direction des Affaires Culturelles (DAC) donne l'exemple et aille se poser du côté de la Porte de la Chapelle. En plus elle fera vraiment de la place car elle emportera dans ses valises notre ancien maire, Bertrand Delanoë, toujours locataire d'un bureau, rue des francs-bourgeois...  au sein de la DAC !

 

La mairie de Paris veut envoyer paître ses services en charge du patrimoine

                     - Désolé Anne, tu peux pas faire ça, car moi aussi je fait parti du patrimoine

Repost 0
Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans Patrimoine
commenter cet article
4 octobre 2016 2 04 /10 /octobre /2016 10:32
Ouverture des bibliothèques le dimanche : quand la CFDT disait non à Anne Hidalgo

Elle devrait donc, en principe, voter résolument contre le projet concernant la bibliothèque Picpus-Hélène Berr

La mairie de Paris compte ouvrir prochainement sept nouvelles bibliothèques le dimanche. Première à essuyer les plâtres, la bibliothèque Hélène Berr, située rue de Picpus dans le XIIème arrondissement, que l’équipe d’Anne Hidalgo veut  faire ouvrir un jour supplémentaire. Problème : cela se ferait… à effectif constant (un seul recrutement est prévu par l’administration alors qu’il en faudrait une dizaine). Une décision qui ne passe évidemment pas auprès des bibliothécaires (lire ici). Ni bien sûr de la majorité des syndicats – CGT, FO, SUPAP, UCP et UNSA - lesquels vont donc voter contre ce projet lors du prochain Comité Technique de la Direction des Affaires Culturelles de la Ville de Paris présidé par le premier adjoint en charge de la culture, Bruno Julliard.

Un Bruno Julliard qui, à force de manoeuvres, clame à qui veut l'entendre « qu'il compte s’appuyer sur la CFDT » pour faire passer son funeste projet. Toutefois, cette dernière pourrait mettre à mal les désirs de l’ancien contestataire étudiant. En effet, dans un texte envoyé à tous les bibliothécaires parisiens au moment des dernières élections municipales, le syndicat de Laurent Berger martelait ferme son opposition à toutes extensions d’ouvertures comme l’illustre le document en bas de page. Certes, c’était il y a deux ans, mais la situation n’ayant pas du tout évoluée (et c’est même aggravée) la CFDT devrait donc voter, ce jour, contre le projet d’ouverture dominicale de la bibliothèque Picpus-Hélène Berr et rejoindre ainsi les personnels et les autres syndicats pour contester cette régression en terme de condition de travail. Et puis, comme leur dit leur devise : des choix, des actes.

Ouverture des bibliothèques le dimanche : quand la CFDT disait non à Anne Hidalgo
Repost 0
Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans bibliothèques Travail du dimanche
commenter cet article
1 octobre 2016 6 01 /10 /octobre /2016 11:40

 

     Le 28 septembre, Mariannne est venue soutenir les grévistes du Petit Palais

Grève réussie au musée du Petit-Palais : Marianne était avec la CGT et les salles sont restées vides

               Une grève réussie au Petit-Palais. La preuve, les salles étaients vides

Grève réussie au musée du Petit-Palais : Marianne était avec la CGT et les salles sont restées vides

.

Repost 0
Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans musées
commenter cet article
28 septembre 2016 3 28 /09 /septembre /2016 22:39
Le musée du Petit Palais, au bord de l’explosion sociale, sera en grève le 28 septembre

Dernière provocation en date de la direction du musée : sucrer un quart d’heure de pause déjeuner pour les agents

Le climat est lourd, très lourd au musée du Petit Palais (VIIIe) : manipulations, intimidations, menaces sont le quotidien des agents…. Lesquels sont au bord de l'explosion sociale. A tel point qu’un préavis de grève a été déposé pour le 28 septembre jour de l'inauguration de la prochaine exposition consacrée à Oscar Wilde.

Le feu couve depuis un moment. Notamment depuis que les agents ont été contraint de réclamer leurs heures supplémentaires, lesquelles n’avaient pas été payées depuis plusieurs mois. Les personnels furieux n’hésitaient pas d’ailleurs à considérer leur direction comme étant « incompétente ». Ambiance...

Puis, la direction du musée decida sans préavis de retirer les protections entourant les œuvres. Une décision qui eu pour conséquence de voir les personnels de la surveillance empêcher continuellement les visiteurs de toucher tableaux et statuts jusque là protégés. Une situation qui faisait dire aux agents « que les œuvres n’appartenaient pas au secrétaire général du musée ». Pas faux. Mais surtout, vu le sous-effectif récurrent, devenu de plus en plus compliqué à gerer.

Toutefois au lieu de faire profil bas, la direction du Petit Palais a préféré en rajouter une couche. Histoire peut être d’emmerder Paris-Musée, l’établissement public en charge des musées municipaux de la capitale et de son président Bruno Julliard ? Car cette fois c’est une note interne qui met le feu au poudre. Il est vrai que celle-ci ratiboise, rien de moins, quinze minutes sur le temps de pause déjeuner des personnels, que ce soient ceux en charge de la surveillance ou ceux en charge de l’administratif en leur interdisant d’aller à la cantine de l’Hôtel de Ville, la seule désormais prévue par la mairie de Paris pour accueillir les personnels du musée du Petit-Palais.

« Depuis la fermeture de la cantine du Louvre les agents du musée ne bénéficient plus de solution de restauration à proximité » ose affirmer la note du SG. Lequel ne semble pas très à l’aise avec la vérité sur ce coup là. D’abord la fameuse cantine du Louvre….est fermée depuis deux an et demie ! Il était donc temps que la direction du musée prenne les choses en mains. Sauf que les agents ont juste deux stations de métro supplémentaires pour utiliser, une autre cantine de la Ville de Paris, celle de l’Hôtel de Ville, qui n’est donc pas moins « de proximité » que celle du Louvre puisque En gros, on est passé de 20 minutes à vingt trois minutes de trajet.

De son côté, croyant se la jouer maline, la direction du musée, sans en parler aux personnels concernés, a décidée d'utiliser sa botte secrète. « Afin de pallier à cette difficulté, une convention a été passée avec le ministère de l’intérieur pour autoriser l’accès des personnels du Petit Palais à leur site de restauration ». Petit problème : la cantine des pandores, située rue Cambacéres se trouve.... à au moins vingt minutes elle aussi ! Et à pieds qui plus est puisqu’il n’y a pas de transport ! Plutôt gênant quand on sait qu’il y a une forte proportion d’agents de la ville qui ont été reclassés dans les musées pour motif médical. Les collègues continuent donc d’aller à la cantine de l’Hôtel de Ville. Normal c’est moins loin et plus facile d'accès finalement.

C'est alors, ultime provocation, que la direction du Petit Palais a décidé de se la jouer mesquine en s’appuyant sur sa fameuse convention passée avec la Place Beauvau : « les agents bénéficiant désormais d’un restaurant administratif à proximité du musée, le délai de route est maintenant diminué d’un quart d’heure ». Tchak. Bref, ça gueule sévère aussi bien dans les salles que dans les bureaux. On les comprend. Les agents ont donc décidé de se mettre en grève pour exprimer leur colère et leur défiance. Seule solution pour Bruno Julliard de rattraper le coup : rétablir le fameux quart d’heure de délais de route. Pour commencer.

 

                La mairie de Paris laissera-telle les agents du Petit Palais déjeuner tranquille ?

Le musée du Petit Palais, au bord de l’explosion sociale, sera en grève le 28 septembre
Repost 0
Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans musées
commenter cet article