Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

C'est Qui ? C'est Quoi ?

  • : Le blog de CGT Culture DAC Ville de Paris
  • Le blog de CGT Culture DAC Ville de Paris
  • : Blog du Syndicat CGT Culture de la Direction des Affaires Culturelles de la Ville de Paris.
  • Contact

Qui sommes nous ?

Nous sommes des personnels de la Direction des Affaires Culturelles de la Ville de Paris, travaillant dans les bibliothèques, conservatoires, musées, ateliers des beaux-arts, services centraux...

Nous militons au sein de la CGT pour défendre les droits des salariés, la qualité du service public rendu aux Parisiens.

Pour vous syndiquer, demander conseil, faire des réclamations, envoyer des informations, une seule adresse : daccgtculturegmail.com


Recherche

Pages

20 octobre 2011 4 20 /10 /octobre /2011 14:32

                                

                                 archives nationales

 

Soutenons les syndicalistes menacés de sanctions disciplinaires aux Archives Nationales  

Trois syndicalistes des Archives Nationales sont menacés de sanctions disciplinaires pour avoir osés tenir au mois de mai......... une simple conférence de presse dans la cour de de l'Hôtel de Soubise à Paris, en présence du Sénateur de Paris, Jack Ralite et de la Députée, Martine Billard.

Voir à ce sujet l'article du "Parisien" du 18 octobre  et du "Monde" du 30 septembre.

Devant cette grave remise en cause de la liberté l'expressoin, nous devons être solidaires de nos collègues qui doivent pouvoir exercer de plein droit leur mandat syndical

 

« Levée de toute menace de sanction contre les militants syndicaux Eliane Carouge – Béatrice Hérold – Wladimir Susanj ».

  

                                                                                      Pétition nationale 

Les soussignés, participants à la réunion publique du 18 octobre 2011 à la Bourse du travail de Paris,  ayant pris connaissance des menaces de sanctions qui pèsent sur les responsables de l'intersyndicale des Archives nationales, Eliane Carouge (CFDT), Béatrice Hérold (CFTC), Wladimir Susanj (CGT) au prétexte d'avoir organisé une conférence de presse dans les locaux des Archives nationales contre la Maison de l'histoire de France condamnent  avec fermeté les menaces contre ces syndicalistes. Ce sont bien les libertés syndicales qui sont en jeu. Nous vous appelons  à signer cette pétition et à exiger avec nous :

   

Premiers signataires :

Didier Alaime, secrétaire général de la CGT Culture ; Kamal Hesni, secrétaire général de la CFDT ; Culture ; Chantal Thomas, secrétaire général de la CFTC Culture ; Jean-Marc Canon, secrétaire général de l’Union Générale des Fédérations de Fonctionnaires CGT ; Emmanuel Naquet, représentant de la Ligue des Droits de l’Homme ; Karine Gloanec Maurin, (PS) Secrétaire nationale adjointe chargée de la Culture et responsable de la Culture dans l’équipe de François HOLLANDE ; Gaël Quirante, direction nationale du NPA ; Arlette Farge, historienne, directrice de recherche à l’EHESS ; Nicolas Offenstadt, historien, maître de conférences Université Paris 1 ; Isabelle Bakouche, historienne, maître de conférences à l’EHESS ; Joëlle Burnouf, professeur d’archéologie médiévale, Université Paris 1 ; Eliane Carouge, représentante CFDT Archives ; Béatrice Hérold, représentante de la CFTC Archives ; Wladimir Susanj, secrétaire général de la CGT Archives… 

Messages de soutien et de solidarité reçus de :

Roger Chartier, historien, professeur au Collège de France

Isabelle Neuschwander, conservateur générale du Patrimoine

Nicole Borvo Cohen-Seat, (PCF) sénatrice de Paris, présidente du groupe CRC

Jean-Luc Mélenchon, candidat à l’élection présidentielle pour le Front de Gauche

Philippe Poutou, candidat à l’élection présidentielle pour le NPA

Pierre Laurent, secrétaire national du PCF

 

 

 

 

 

Nom

 

 

Prénom

Adresse postale/mail

 

Qualité

 

Signature

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Signatures de soutien à renvoyer :

par courrier postal : Intersyndicale CFDT  CFTC  CGT Archives 56, rue des Francs-Bourgeois 75003 Paris

par courriel : cfdt.archives@culture.gouv.fr / cftc.archives@culture.gouv.fr / cgt.archives@culture.gouv.fr

par télécopie : 01 40 27 63 66

 

 

Une délégation des signataires demandera à être reçue par M. Nicolas Sarkozy

 

 

 

                                             logo-cfdt.jpg      CFTC.jpg             siteon0-c707d.gif

 

Repost 0
Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans Revendications
commenter cet article
20 octobre 2011 4 20 /10 /octobre /2011 13:35

                                         

                                            La  Mairie de Paris a eu très chaud !

  

  Ce n’était pourtant  pas un test, mais le début d’incendie qui a touché lundi 17 octobre l’Hôtel de Ville de Paris (en plein Conseil de Paris !) a montré une gestion catastrophique de l’événement. 

 Il aura suffit que l’alarme se déclenche dans l’hôtel de Ville pour faire la preuve que l’évacuation d’un tel bâtiment n’est pas encore optimum et révèle après coup les risques encourus par les agents, les élus et les usagers

 

  Les aberrations étaient nombreuses

- Absence des «  serres files »

- Des usagers de la Bibliothèque de l’Hôtel de Ville qui évacuent par où bon leur semblent faute d’informations et d’encadrement

- Des Agents qui ne quittent le bâtiment qu’après avoir rangé soigneusement leurs documents de travail et pris leurs affaires personnelles

- La cour qui devient le lieu de rassemblement de qui a envie de papoter cinq minutes  alors que leur point de rassemblement est sur le parvis de l’Eglise Saint Gervais

- Et de la bouche même des personnels, de vraies interrogations sur les actions à mettre en œuvre dans une telle situation 

 

 

 

                                                                     LHOOQ par Marcel Duchamps (1919)

                                                                  hv 1

                                                                                     Elle a eu chaud .........   

 

 

Rappelons que la sécurité incendie n’était plus conforme depuis de longues années à l’Hôtel de Ville et que c’est pour cette raison que  la préfecture de Paris avait exigée des mises aux normes

 

La CGT demande que tous les agents soient formés à l’évacuation incendie, que les exercices aient bien lieu conformément aux textes de lois 

Lire aussi l'article du"Parisien"

 

                                                     hv 3

                                                                                    ...... Elle aussi !!

 

 

Repost 0
Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans santé au travail
commenter cet article
19 octobre 2011 3 19 /10 /octobre /2011 09:46

 

                                                               burn out 1

 

                                                      Le Burn Out, c'est quoi?

  Le meilleur synonyme de Burn-out en français est ‘épuisement professionnel’. Le japonais désignent cet état par ‘karoshi’ qui signifie littéralement ‘mort par le travail’. 

Burn-out, signifie être consumé, brûlé de  l’intérieur. Il s’agit d’un syndrome lié à l’usure causé par la confrontation répétée à la souffrance, à la difficulté et à l’échec dans le travail. Lorsqu’il a été décrit dans les années 70 pour la première fois, ce syndrome touchait essentiellement les professions dites ‘aidantes’ qui impliquent un engagement professionnel important. Dans ces professions la résistance du réel est particulièrement importante et les résultats ne sont pas toujours en rapport avec les efforts fournis. 

Aujourd’hui, avec l’aggravation des contraintes et de la pression dans le monde du travail, le phénomène du burn-out peut toucher tout le monde.

 

Ce sont souvent des idéalistes très dévoués, qui veulent toujours bien faire, qui ont du mal à prendre du recul, et pour lesquels l’ échec ne fait pas partie du ‘vocabulaire’. L’épuisement émotionnel qui en résulte, étape ultime d’un stress long et chronique, les vide et les fait plonger, avec le sentiment de n’avoir pas pu se réaliser dans son travail.  ‘ils ressentent un sentiment de honte de ne plus exister’ explique Christian Bourion, spécialiste du problème et professeur à l’école de management et de commerce ICN. Le télégramme 20 avril 2011.   

 

Comment se manifeste-t-il ? 

Ce syndrome se manifeste par une perte d’intérêt, un ennui, la diminution de la satisfaction professionnelle, et des manifestations somatiques, maux de tête, problèmes de dos, rhumes à répétition, insomnies, problèmes digestifs…). 

Dans une première phase, les syndromes physiques et psychologiques sont souvent niés par la personne touchée, qui peut essayer de compenser par une  agitation désordonnée et stérile… Un état de fatigue peut être longtemps la seule expression du burn-out.  Malgré cet épuisement, l’agent rejette farouchement l’idée d’un arrêt de maladie. Celui-ci serait synonyme d’échec.

                                                      

Les stratégies de surenchère comme passer de plus en plus de temps au travail  et déployer une hyper activité inefficace, mais aussi les stratégies d’évitement, comme la recherche de l’isolement et le refus du contact avec les collègues, peuvent être l’expression des défenses mises en place pour essayer de lutter contre un état de burn-out. 

La colère, l’irritation, l’incapacité à faire face aux tensions, la paralysie devant de nouvelles situations, le sentiment d’avoir la tête vide, la perte d’énergie, sont les premiers signes possibles de ‘craquage’, ou de ‘l’épuisement émotionnel et mental’. Les attitudes négatives et le recours au cynisme en sont  également des manifestations fréquentes.

 

Sur le plan émotionnel : l’individu en état de burn-out se sent vidé, incapable d’empathie, débordé par les problèmes auxquels il se trouve confronté. Le mouvement de détachement émotionnel peut se transformer en rejet de l’autre, qui peut s’aggraver jusqu’à prendre la forme d’une susceptibilité accrue, d’une agressivité à l’égard des ‘usagers’ ou des collègues. On peut même observer des comportements paranoïaques.

Cet état général conduit à une auto-dépréciation, et à un sentiment de découragement. Celui-ci est lié à l’impression de pertes de capacités professionnelles. Il y a une baisse du sentiment d’accomplissement par le travail.

 

Sur le plan intellectuel : le sujet atteint par le burn out devient incapable de gérer les priorités. Il a la sensation que les problèmes s’accumulent,  et paralysent la réflexion. Cet état de confusion mène à une désorganisation du travail. La personne tente de travailler plus pour compenser son inefficacité, mais sans résultat. La fatigue s’accroît avec la perte de la capacité de récupération. 

 

Sur le plan relationnel : bien que le burn-out trouve son origine dans le travail, ce sont toutes les relations sociales et affectives qui sont affectées par ce syndrome : les collègues, les amis, la famille. Les relations avec les personnes dont on s’occupe (usagers) sont perçues comme ennuyeuses ou désagréables. On ne les supporte plus. Il arrive fréquemment que l’agent en état de burn-out se réfugie dans un comportement administratif déshumanisé.  


 

                                  burb out 4

 

Les causes. 

Le burn-out vient d’un écart trop important entre ce qu’un individu donne et ce qu’il reçoit. Ce déséquilibre entraîne une usure, un épuisement physique et émotionnel, une désillusion, une perte de motivation et de sens.

 

Parmi les cause les plus fréquentes on peut noter :

-        Une augmentation de la charge de travail telle qu’on ne parvient plus à l’assumer, on est en situation de surtravail. 

-        Des exigences inaccessibles

-        Des changements continuels avec la nécessité de faire face et de s’adapter rapidement.

-        La pression liée à de fortes contraintes (horaires, délais).

-        Les conflits interpersonnels

-        Le manque de marges de manœuvre

-        L’imprécision des attributions et des missions

-        Les exigences contradictoires

-        Les opportunités trop rares de d’utiliser pleinement ses compétences et d’accomplir des choses intéressantes

-        Le manque de soutien, de reconnaissance

-        Un management qui nie le travail réel et ses contraintes

-        Un mauvais climat de travail et une insécurité ambiante

-        La solitude et l’impossibilité de collaborer avec ses collègues.

 

De mauvaises conditions matérielles de travail, (locaux en OPEN STRESS,  bruit, mobilier inadapté, manque de moyen pour accomplir ses missions) peuvent, conjugués aux facteurs énumérés ci-dessus accentuer la fatigue et conduire à une phénomène de burn-out.

 

Le burnt out ne doit pas être confondu avec le stress. Les agents qui en sont victimes disent tous ne pas rencontrer de soutien sur leur lieu de travail. Ils manquent de valorisation et de reconnaissance qui donneraient du sens à tous leurs efforts.   

 

On voit que le type de management par la performance qui sévit aujourd’hui à la Ville de Paris, peut provoquer l’augmentation des situations de burn-out. C’est surtout vrai pour des professions déjà exposées par leur nature, comme les travailleurs sociaux. Mais ils ne sont pas les seuls victimes.

L’organisation du travail actuelle qui entend imposer aux agents la réalisation d’objectifs fixés  en dehors de toute réalité, est très grandement à l’origine des phénomènes de burn-out. C’est pourquoi dans nos services, les attachés sont de plus en plus concernés par cette dérive pathogène.

Que faire ? 

Pour les agents, le déni du réel est lourd de conséquences pour la santé.  Le burn-out est véritablement le symptôme de conditions de travail pathogènes. Comme pour tous les risques professionnels, c’est l’ensemble de l’organisation du travail qu’il faut interroger.

 

                                                       ile burn out images

  

Etes vous victime de Burn-out ? 

C’est l’échelle de Maslasch  burn-out invotory (MBI) qui permet de mesurer le taux de burn-out.

Le test MBI évalue 3 champs : l’épuisement professionnel, la dépersonnalisation, et l’accomplissement professionnel. 

Un score élevé au deux premiers tests et un score faible au dernier test dénote un état de burn-out. 

Il faut évaluer selon le barème suivant :

 

1 = Jamais

2 = quelques fois par an

3 = 1 fois par mois

4 = quelques fois par mois

5 = 1 fois par semaine

6 = quelques fois par semaines

7 = tous les jours

 

 

EPUISEMENT PROFESSIONNEL

1 – Je me sens émotionnellement vidé par mon travail

 

2 – Je me sens à bout à la fin de la journée

 

3 – Je me sens fatigué lorsque je me lève le matin et que j’ai à affronter une autre journée de travail

 

6 – Travailler avec des gens tout au long de la journée me demande beaucoup d’efforts

 

8 – Je sens que je craque à cause de mon travail

 

13 – Je me sens frustré par mon travail 

 

14 – Je sens que je travaille trop dur dans mon travail

 

16 – Travailler en contact direct avec des gens me stresse trop

 

20 – Je me sens au bout du rouleau 

 

TOTAL EPUISEMENT PROFESSIONNEL 

 

 

Résultat : de 0 à 17, bas – de 18 à 30 modéré -  + de 30 élevé 

DEPERSONNALISATION

5 – Je m’occupe des usagers de façon impersonnelle comme s’ils étaient des objets

 

10 – Je suis devenu plus insensible aux gens depuis que j’occupe ce poste

 

11 – Je crains que ce travail ne m’endurcisse émotionnellement

 

15 – Je ne me soucie pas vraiment de ce qui pourrait arriver aux usagers

 

22 – J’ai l’impression que les usagers me rendent responsables de certains de leurs problèmes

 

TOTAL DEPERSONNALISATION

 

 

Résultat : de 0 à 5, bas – de 6 à 11 modéré -  + de 12 élevé 

 

Accomplissement personnel

4 – Je peux comprendre facilement ce que les usagers ressentent

 

7 – Je m’occupe très efficacement des problèmes des usagers

 

9 – J’ai l’impression, à travers mon travail, d’avoir une influence positive sur les gens

 

12 – Je me sens plein d’énergie

 

17 – J’arrive facilement à créer une atmosphère détendue avec les usagers

 

18 – Je me sens regaillardi lorsque dans mon travail j’ai été proche des usagers

 

19 – J’ai accompli beaucoup de choses qui en valent la peine dans ce travail

 

21 – Dans mon travail, je traite les problèmes émotionnels calmement 

 

TOTAL ACCOMPLISSEMENT PERSONNEL

 

 

Résultat : Plus de 40 Bon – de 34 à 39 moyen -  moins de 33 mauvais

 

                                             

                                                        burn out 2

                                                          En voilà un qui a loupé le test

Repost 0
Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans santé au travail
commenter cet article
18 octobre 2011 2 18 /10 /octobre /2011 15:20

 

                                                        bientôt la retraite à 70 ans

 

                                 Agents de la Ville de Paris: Calculez votre retraite

  Les régimes de retraites sont nombreux et complexes. De plus les conditions changent en fonction de l'année de naissance.

Pour en savoir un peu plus sur la retraite des fonctionnaires, cliquez là

Pour calculer vos droits, cliquez là pour acceder au simulateur

 

                                                      burn out 2

                                                     "J'ai foiré un truc dans les calculs"

Repost 0
Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans retraite
commenter cet article
17 octobre 2011 1 17 /10 /octobre /2011 10:08

 

Harcelement : Quand le contrebandier joue le rôle de garde frontière!

 

Pour lutter contre le harcèlement moral, la ville s’est dotée d’un organisme, le CPAHD (Comité de Prévention et d'Action contre le Harcèlement et la Discrimination) .  La Présidente du CPAHD, élue en charge des ressources humaines est juge et partie. La Ville si prompte à dénoncer les conflits d’intérêts en d’autres circonstances, n’a pas une éthique irréprochable !

Ce tableau révèle qu’en 2010, aucune plainte n’a abouti. Ce score est digne d’une République bananière et témoigne de l’inutilité du CPADH.

 

                                                harcellement 7

                                                           Lui, a réussit à saisir le CPAHD

 

Le CPAHD eSt un organisme de diversion pour ne pas appliquer la justice.

 

Année

Nbr de dossiers ouverts par le secrétariat

Nbr de commissions tenues par le CPAHD

Nbr de cas examinés en commission

Nbr de cas non reconnus présentés en commission

Nbr de cas reconnus

2004

93

2

20

16

4

2005

87

2

16

15

1

2006

73

6

24

21

3

2007

86

7

21

18

3

2008

79

3

12

7

5

2009

59

1

3

2

1

2010

48

4

10

10

0

TOTAL

525

25

106

89

17

 

 

 La procédure du CPAHD est révélatrice : pour la Ville, le harcèlement n’est pas un délit, c’est une maladie ! En effet, le premier contact avec cette cellule est un médecin. Dans le rapport de la mission d’inspection et d’évaluation d’octobre 2010, l’explication des chiffres est surréaliste : « 477 personnes ont sollicité le CPAHD depuis sa création. Tous n’ont pas poursuivi, l’entretien ayant en lui-même une vertu thérapeutique ». Le Harcèlement est un délit, le premier interlocuteur devrait être au moins juriste !

 

Le CPAHD est un tribunal devant lequel comparaît l’agent harcelé, seul, sans aide. Cet agent déjà anéanti par des années de harcèlement se sent isolé face à l’élu et à la DRH qui ne le ménagent pas.  Les Directeurs qui n’aiment pas juger ceux qu’ils ont mis en place par crainte de se désavouer, préfèrent culpabiliser la victime. Le harceleur est un prédateur en position de force car il se sent soutenu par ses pairs.

 

Le CPAHD a été créé pour écarter le risque pénal. Les agents écrasés par cette machine à broyer n’ont plus la force d’affronter la justice. Le CPAHD est un piège qui se referme sur les agents. Au CPAHD, l’administration use et abuse de son pouvoir de domination.

 

Les agents harcelés sont anéantis, terrorisés effrayés à l’idée de se retrouver au chômage.  Ils ont peur des représailles. D’ailleurs, lors de la dernière CAP, la Présidente a exprimé la volonté de traduire en conseil de discipline un agent qui a porté plainte contre son harceleur. Ces menaces témoignent d’une fin de règne difficile pour cette mandature désavouée dans toutes les instances paritaires.

 

                                               harcelement 4

 

Si vous vous adressez au CPAHD, vous passerez devant la médecine statutaire qui nie la réalité des faits et psychiatrise votre problème. La médecine statutaire n’interroge pas la réalité de votre travail.

 

Pour certains une femme violée est une femme qui a aguiché son agresseur, pour le CPAHD un agent harcelé est une personnalité fragile. Pourtant, comme pour le viol, certains agents harcelés en viennent à se suicider. D’ailleurs la CGT a demandé l’ouverture d’une enquête via l’inspection hygiène et sécurité de la Ville à propos du décès suspect d’une collègue. La Ville a toujours refusé. Mais de quoi a-t-elle peur ?  

   

La CGT demande la création d’un observatoire sur le suicide présidé par l’ANACT qui est un organisme indépendant. 

 

Si vous êtes victime de harcèlement, vous devez impérativement porter plainte. La Ville table sur votre peur. Faites vous aider par la CGT qui vous conseillera un avocat spécialisé pour monter votre dossier et vous soutiendra pendant cette épreuve. La première consultation chez un avocat est gratuite.

 

            La CGT revendique :

-         Une véritable concertation entre la Ville de Paris et les partenaires sociaux sur la Santé et la Sécurité au Travail

-         Des médecins du travail en nombre suffisant : au moins 33 pour respecter la réglementation concernant les 60.000 agents de la Mairie de Paris.

-         La participation de l’ensemble des organisations syndicales représentatives au CPAHD pour soutenir les agents dans leur démarche

-     Un accord santé et sécurité au travail qui fasse le lien entre Conditions de travail et effectifs et       L’organisation du travail pathogène (OPEN STRESS par exemple) et les maladies professionnelles  et maladies contractées en service.

 

                                             harcelement 1

                                                       Un homme visionaire !

 

Repost 0
Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans santé au travail
commenter cet article
11 octobre 2011 2 11 /10 /octobre /2011 13:04

 

 Trente cinq écrivains, éditeurs, scénaristes, comédiens.....  viennent  en aide à la bibliothèque du Centre Morland à Paris 

Sept écrivains et scénaristes viennent de rejoindre Didier Daeninckx, Jean Bernard Pouy, Jacques Mondoloni et vingt huit autres personalités du monde du livre dans la défense de la biblothèque de Morland dans le 4ème arrondissement de Paris. 

Parmi les nouveaux signataires, on compte l'écrivain et par ailleurs comédien de la série "Navarro", Christian Rauth et l'auteure de nombreux livres publiés dans  la "Série Noire", Nadine Monfils. 

C'est un lieu unique à destination des personnels de la Ville de Paris que Bertrand Delanoë veut fermer à la fin de l'année.  

  De son côté l'écrivain Francis Mizio, un des auteurs du "Poulpe" a publié une vibrante tribune dans le Nouvel Observateur pour soutenir ce combat.  

Ce sont désormais 35 personnalités de l'univers du livre qui interpellent le Maire de Paris, Bertrand Delanoë et son adjoint à la Culture, Christophe Girard pour la sauvegarde de cette bibliothèque.

 

                                                   serie noire 1

                                                           Morland victime d'une véritable série noire ?

 

Voici le texte manifeste

Les écrivains au secours de la bibliothèque du personnel de Morland 

La Mairie de Paris veut fermer la Bibliothèque du Personnel du centre administratif du 17 boulevard Morland. Cette fermeture est programmée pour le mois de décembre prochain. Une première tentative de fermeture avait déjà eu lieu en 2005.

Pourtant, l'immeuble du 17 boulevard Morland a encore plusieurs années d'activité devant lui. La fermeture de sa bibliothèque est une mesure pénalisante pour l’accès à la culture – qui plus est de proximité -et les personnels usagers. C’est une mauvaise action contre la culture, contre les catégories de personnels citoyens à revenus modestes de la Ville de Paris. 

Actuellement ce sont 1200 agents qui fréquentent assidûment la bibliothèque – plus de 900 inscrits, sans compter ceux qui viennent consulter sur place les revues et documents et y étudient en préparation de concours. Ils y trouvent un accueil chaleureux et, chez les bibliothécaires, une bonne connaissance des différents domaines de la littérature (le polar par exemple).

Nous sommes écrivains, les bibliothèques sont notre poumon, c’est là que nos livres respirent et ont une chance de vivre. 

                                                            morland.jpg

                                                     Il ne restera plus que le métro pour lire quelque chose à Morland

   

Les premiers signataires (cliquer sur le nom pour retrouver leur bibliographie) 

Didier Daeninckx (écrivain), Jean Bernard Pouy (écrivain), Philippe Annocque (écrivain), Patricia Baud (photographe), Cécile Beauvoir (écrivain), Alain Bellet (écrivain), Antoine Blocier (écrivain), Fernand Buron (écrivain), Sylvie Cohen (écrivain), Jean Paul Ceccaldi (écrivain), Thierry Crifo (écrivain), Gilles Del Papas (écrivain), Maurice Gouiran (écrivain), Bertil Hessel (éditeur), Nicolas Jaillet (écrivain), Michèle Lesbre (écrivain), Roger Martin (écrivain), Francis Mizio (écrivain), Jacques Mondoloni (écrivain), Chantal Montellier (auteure de BD), Jean Hughes Oppel (écrivain), Jean Pierre Orsi (écrivain), Jean Jacques Reboux (éditeur), Valere Staraselski (écrivain), Gérard Streiff (écrivain), Maxime Vivas (écrivain), Lalie Walker   (écrivain) 

                                 daeninckx                  pouy

                                               Didier Daeninckx                                                Jean Bernard Pouy

 

Les sept nouveaux signataires

Serge Scotto (écrivain) , Christain Rauth (écrivain, scénariste et comédien), Nadine Monfils (écrivain), Eric Yung (écrivain, journaliste), Benjamin Legrand (écrivain et scénariste), Michel Leydier (écrivain) et Didier Fossey (écrivain)

 

 

 

Sur le même sujet :  Bibliothèque Morland: Des écrivains interpellent Delanoë !

                                      Bibliothèque Morland: Une tribune de Francis Mizio

                                      Fermeture de la bibliothèque du centre Morland

Repost 0
Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans Informations
commenter cet article
6 octobre 2011 4 06 /10 /octobre /2011 13:17

                                                   

                                                             primes 3-copie-1


                                          La crise, la Ville de Paris et ses bibliothèques 

La crise financière de 2008 n’en finit pas de toucher l’économie mondiale, avec des répercussions de plus en plus fortes sur les places boursières internationale. Le CAC 40 a perdu plus de 25% de sa valeur depuis janvier et ce n’est pas fini.

L’annonce de la faillite de Dexia, la banque franco-belge qui finance la majorité des collectivités territoriales, marque un nouveau pas dans cette dégringolade. Le refinancement de cet établissement bancaire par la France et la Belgique signifie une fois de plus que ce sont nos impôts, nos salaires donc, qui vont payer pour les négligences des marchés financiers tout comme en 1995 pour le Crédit Lyonnais !

Les nouvelles taxes imposées par le gouvernement et la politique d’austérité qu’il mène depuis 3 ans ne parviennent pas à enrayer la chute de notre économie : hausse du chômage, baisse des salaires et de la consommation, hausse des cotisations sociales mais baisse des remboursements.

Pour la Ville de Paris cela signifie une hausse de sa dette, une baisse de ses recettes et des réductions drastiques des moyens dans tous nos services : stagnation / suppression des embauches, gel des salaires et des primes, suppression des budgets d’équipement et de fonctionnement.

Et dans nos bibliothèques quels sont les effets de la crise ?

- Baisse des recrutements

- Explosion du nombre de postes vacants (avec la dissociation entre la vacance budgétaire et fonctionnelle)

- Difficultés d’approvisionnement en matériel (plus de marché pour les matériels de reliure depuis mars, suppression d’articles dans les marchés publics)

- Maintenance aléatoire ou inexistante

- Entretien des bâtiments très négligé

- Baisse des budgets pour les documents et les animations

 

 

 

                                                 logo-bib-05.jpg

                                           Les bibliothèques parisiennes en plein brouillard 

 

 

 

 

Il n’est pas question de se laisser faire !

 

Il faut montrer notre opposition et notre détermination face au gouvernement et à notre employeur : nous ne devons pas payer cette crise !

 

Les banquiers doivent payer, pas les salariés !

 

 

Tous en grève et à la manifestation

 

mardi 11 octobre

 

14h place de la République

 

 

 

  Sur le même sujet:   Bibliothèques de la Ville Paris: Volumétrie ou déchetterie ?

 

                                        Fermeture de la bibliothèque du centre Morland

 

 

 

                                                            banniere-site-daccgt-950-flowers.gif

Repost 0
Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans Grèves - manifestations
commenter cet article
4 octobre 2011 2 04 /10 /octobre /2011 11:52

                                           

                                              dame-pipi.jpg



                     Les infirmières "ne sont que des dames pipi" selon la Mairie de Paris !  

Les infirmières du Service de médecine préventive  doivent « prendre plus de responsabilités » pour payer leur reclassement en catégorie A ? Et « il faut cesser de les utiliser comme dame pipi » a déclaré lors d’une réunion avec les organisations syndicales  sur la santé au travail, un éminent haut fonctionnaire de la DRH, et ancien spécialiste du risque chimique dans les piscines.

Ce curieux dérapage est inattendu de la part de quelqu’un dont la « fiche de poste »  ne mentionne  pourtant pas d’avoir des qualités d’humoriste.

 

                                           dame pipi

                                                          " Je fait, pourtant, un métier honnête!"

 

Nous demandons au Maire de Paris de condamner officiellement ces propos (par le flash info ?) 

Notre syndicat tient d’abord à rappeler à nos dirigeants que « dame pipi » est une activité honnête, contrairement à celle de certains hommes politiques. 

Surtout,  la Ville de Paris dans un souci de provocation veut utiliser les infirmières pour les consultations de la médecine préventive. Il est vrai que nous manquons (cruellement) de …..Médecins du travail ! Mais la CGT refuse la mise en place d’une sous-médecine du travail à bas prix !

                      

Les discussions sur la santé au travail à la Ville de Paris semblent bien malades, et nous espérons que l’administration va trouver la bonne ordonnance pour y remédier.

 

                                                             dame pipi 3

                                                                         " Moi aussi"

  

  

La CGT demande au Maire de Paris de prendre enfin en considération la santé de ses personnels par :

- un recrutement  conséquent de médecins du travail

- la reconnaissance des infirmières du travail avec une  formation diplômante (Diplôme Inter-Universitaire de Santé au Travail, ou une Licence Professionnelle, pas par une formation en ‘compagnonnage’

- un plan de développement du Service de  médecine préventive, en personnel et aussi en locaux décents,

- la mise en place dès maintenant de Comité Hygiène  Sécurité Conditions de Travail avec les mêmes compétences que dans le secteur privé

- la mise en place d’un véritable Accord sur la Santé et Sécurité au Travail qui fasse le lien entre effectifs et conditions de travail

 

 

                                           

                                    delanoe 

                                                                                                  " Et moi aussi !"

Repost 0
Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans santé au travail
commenter cet article
3 octobre 2011 1 03 /10 /octobre /2011 11:14

                                           

                                            feu               


                                               Le Centre administratif de Morland brule-t-il ?

  Les économies sur la sécurité mettent en danger la vie des agents ! 

Lundi 26 septembre, une coupure d’électricité prive dès le matin les 1300 agents de Morland du droit de travailler. 

A 15 heures, la situation se dégrade et l’évacuation est décidée. Les agents sont invités à rentrer chez eux. 

Pourquoi ? Y avait-il un danger et lequel ?

 

La CGT s’interroge d’autant plus que les organisations syndicales siégeant dans les CHS de direction n’ont pas été saisies. 

La Mairie toujours prompte à publier des flashs info, ne nous a donné aucune précision sur les risques encourus par les personnels. 

On peut raisonnablement penser que si l’administration s’est privée du travail de 1300 fonctionnaires, c’est que la situation était grave ! 

Déjà le 17 septembre, les personnels et les usagers du Musée Carnavalet étaient évacués.

 

Est-ce que cela va devenir une habitude ? 

Les ‘budgets contraints’ ne dégradent pas seulement nos conditions de travail, ils mettent en péril notre vies! 

Devra-t-on venir travailler en uniforme ignifugé ? 

Dans cet immeuble qui compte 16 étages, que se passera t’il en cas d’incendie, notamment pour les agents des étages supérieurs ?

 

LA CGT attend des réponses précises! 

Nos vies valent plus que leurs économies !  Pour défendre la sécurité au travail

 

                                                                          morland---5.jpg

                                            L'administration tentant (en vain!) d'empêcher l'évacuation de Morland

Repost 0
Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans Informations
commenter cet article
29 septembre 2011 4 29 /09 /septembre /2011 15:41

 

Un des auteurs du "Poulpe" vient au secours de la bibliothèque Morland 

Francis Mizio, auteur de près d'une vingtaine de romans et de nouvelles (dont la série "Le¨Poulpe")  a publié une tribune dans le "Nouvel Observateur"  pour protester contre la décision de la Mairie de Paris de fermer la bibliothèque des personnels du Centre Morland. 

Lire l'article du "Nouvel Observateur"  

 

                                                      morland-4.jpg

 

 

Sur le même sujet:  Bibliothèque Morland: Des écrivains interpellent Delanoë !

 

                                      Fermeture de la bibliothèque du centre Morland

 

 

Repost 0
Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans bibliothèques
commenter cet article