Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

C'est Qui ? C'est Quoi ?

  • : Le blog de CGT Culture DAC Ville de Paris
  • Le blog de CGT Culture DAC Ville de Paris
  • : Blog du Syndicat CGT Culture de la Direction des Affaires Culturelles de la Ville de Paris.
  • Contact

Qui sommes nous ?

Nous sommes des personnels de la Direction des Affaires Culturelles de la Ville de Paris, travaillant dans les bibliothèques, conservatoires, musées, ateliers des beaux-arts, services centraux...

Nous militons au sein de la CGT pour défendre les droits des salariés, la qualité du service public rendu aux Parisiens.

Pour vous syndiquer, demander conseil, faire des réclamations, envoyer des informations, une seule adresse : daccgtculturegmail.com


Recherche

Pages

10 décembre 2009 4 10 /12 /décembre /2009 13:12

  Et les automates de retour alors ?

Le souhait de la Ville est donc d'en implanter notamment à Chaptal. Examinons les différents système existant.
1. Il y a les automates "légers" que certains ont pu voir à l'oeuvre à Calais. Ce sont les mêmes machines que les automates de prêt. L'usager peut faire les deux opérations dessus. Il place ensuite ses retours sur un chariot, et on l'incite à "pré-trier" ses documents.



2. Et puis il y a les carrousels de retour : on peut en voir à la très belle Médiathèque Malraux de Strasbourg. Ici c'est la machine qui trie elle-même les documents et les place dans des bacs que les bibliothécaires viennent chercher ensuite.


Peut-on (raisonnablement) installer ces systèmes dans nos bibliothèques parisiennes ?

1. les automates "légers" nécessitent un très fort accompagnement du lecteur surtout au début. Pour que le lecteur pré-trie ses documents il faut que le classement soit clair, et bien souvent ce n'est pas le cas dans os établissements étriqués et sur plusieurs niveaux. La question des réservations devient délicate, comment assurer ce service sérieusement ? Dans un tel système, comment vérifier l'état et la complétude des documents : sans humain, les livres déchirés, tâchés, les CD et DVD manquants vont se multiplier rapidement... Enfin, ce système est quasiment inevisageable dans les très grandes bibliothèques : l'importance des flux et l'hétérogénéité du public rend impossible d'organiser une telle discipline.

2. pour les carrousels, outre leur prix astronomique, ils ont un inconvénient insurmontable pour nos bibliothèques parisiennes : un carrousel mesure 3 mètres de diamètre, sans compter l'espace à prévoir autour pour les dégagements des chariots... Quelle bibliothèque dispose d'autant de place ?

En conséquence, et pour éviter un gâchis en temps, en argent, en énergie, en salive et moyens humains, la CGT demande qu'une évaluation sérieuse et concertée soit réalisée avant que le système soit étendu à d'autres établissements.

Repost 0
Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans Informations
commenter cet article
9 décembre 2009 3 09 /12 /décembre /2009 12:13
                                                        YOURCENARF9579.jpg
La RFID a été mise en place dans les bibliothèques parisiennes depuis l'ouverture des établ issements neufs Marguerite Yourcenar et Chaptal. Ensuite ont ouvert avec ce même système François Truffaut, Flandre, Malraux, Picpus et en ce moment c'est au tour de Clignancourt de s'y mettre.

                                                Quelle est la raison de cette bascule ?
Ce système qui couple à la fois l'identifiant du SIGB (le code-barre) et l'antivol permet avant tout se simplifier les transactions. En effet, cette technologie doit pouvoir réaliser en un seul passage trois opérations : le prêt ou le retour, la vérification de la complétude du document (présence de tous les éléments) et activation ou désactivation de l'antivol.
Ce système a donc un très gros avantage : il permet a priori d'automatiser ces transactions.

Où on est-on à la Ville de Paris ?

Des automates ont été installés à Picpus, Flandre, Yourcenar et d'autres établissements suivront (Clignancourt, Melville, Chaptal, Duras). Le résultat est plutôt positif si l'on s'en tient aux chiffres : plus de 95% des transactions se font sur automate, les lecteurs se débrouillent très bien et les interventions des bibliothécaires sont de moins en moins nombreuses.
C'est pourquoi, la Ville envisage très sérieusement d'implanter des automates de retour dans certains établissements.


Quel bilan alors ?

C'est ici que le bât blesse : contrairement à ce que l'on pourrait attendre, aucun bilan, aucune évaluation ne sont envisagés. Pourtant, la RFID est bien loin de remplir tous ses objectifs.

  •   La vérification de la complétude ne fonctionne pas : les puces se parasitent entre-elles (sans jeu de mot) et rendent le plus souvent impossible l'identification. On met donc plus qu'une seule puce sur les documents multiple.
  • L'inscription du numéro (code-barre) n'étant pas reliée au SIGB, les erreurs éventuelles de saisie ne sont pas détectables. En outre, les logiciels utilisés sont défectueux et provoquent des problèmes de compatibilité entre eux. Enfin, le matériel fourni est peu fiable et particulièrement fragile
  • L'antivol RFID est très peu fiable. si pour les puces livre (carrés) les portiques sonnent à peu près convenablement, pour les CD et DVD (soumis à abonnement payants et documents les plus chers) la faiblesse des ondes émises est telle que si l'on passe bien au milieu du portique, il ne sonne pas. Et jusqu'à preuve du contraire, un lecteur ne se cogne pas à chaque fois dans le portique quand il sort de la bibliothèque.

Ces problèmes sont connus et ont été signalés à l'entreprise ainsi qu'à la mission. Au début, l'entreprise, génée, a proposé de nombreuses corrections, sans grand résultat. Aujourd'hui, ce sont les bibliothécaires qui s'arrangent, en bricolant des solutions avec les failles du système.

Cela n'est pas raisonnable. Cela n'est pas de la bonne gestion.

A suivre....

Repost 0
Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans Informations
commenter cet article
25 novembre 2009 3 25 /11 /novembre /2009 19:32

 

C'est aujourd'hui mercredi 25 novembre 2009 que les bibliothèques parisiennes étaient en grève pour défendre le service des transports du SDE et rappeler à la Direction des Affaires Culturelles les revendications qui sont toujours en cours et concernant la sectorisation, la mutualisation, les effectifs, la RFID...

 

 

Cette journée a été un vrai succès : 90% des bibliothèques touchées avec des chiffres de grévistes allant de 50% à 100% selon les établissements. Malgré la pluie, de nombreux collègues se sont réunis dans la cour de l'Hôtel d'Albret, sous surveillance policière (des vigiles avaient même été recrutés en plus...).

Une délégation des personnels a été reçue par la directrice, Mme Engel, l'adjoint de Christophe Girard, Mme Rialle-Salabert, Mme Paternot, MM. Pilon et Lugaro.

L'entrevue n'a pas donné grand chose sinon l'assurance que la prestation du service des transports serait maintenue à l'identique. Quant au service proprement dit et l'avenir des conducteurs... la direction est restée dans le traitement au cas par cas, sans plus de précisions.

 

 

Concernant la sectorisation et la mutualisation des bibliothèques, la direction a émis des démentis timides sur la possibilité de déplacer les personnels sur les établissements. Idem concernant la création des 4 "chefs de secteur" dont le rôle reste pour le moment un peu flou. Nous avons émis l'hypothèse que l'apparition de ces 4 conservateurs étaient une manière de créer 4 postes au sein du Bureau des Bibliothèques qui selon la CGT souffre d'un sous-effectif patent (lenteur dans les réponses à donner au réseau, difficulté de trouver un interlocuteur, manque de structuration...). La DAC a démenti fortement, ne souhaitant pas être dans une situation paradoxale de suppressions de postes dans les bibliothèques et de création de poste à sa tête. Dommage, c'était pourtant une bonne idée...

 

Ensemble, restons vigilants dans les semaines à venir et préparons-nous à d'autres journées de mobilisation car rien n'est assurée. C'est pourquoi la grève des transports est maintenue.

Repost 0
Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans Grèves - manifestations
commenter cet article
18 novembre 2009 3 18 /11 /novembre /2009 17:37

 

L’intersyndicale formée au sein de la DAC a posé un préavis de grève pour la journée de mercredi prochain : le 25 novembre 2009.

 

Il est très important de montrer notre mobilisation à la DAC qui est pour l’instant complètement sourde à nos revendications.

 

A ce jour, de nombreux sujets de mécontentements sont au point mort : 

-          les négociations sur le dimanche : aucune date n’est avancée, le bilan est bidon, la DAC nous traite avec mépris

-          la réorganisation du SDE, notamment des transports, s’est faite n’importe comment, sans concertation ni anticipation

-          les problèmes liés à la RFID ne sont pas réglés : aucun bilan n’a été fait et pourtant le système est étendu à Clignancourt…

-          la décentralisation des moyens vers les mairies d’arrondissement relève de l’acrobatie et pénalise notre fonctionnement au quotidien (fournitures de bureau, nettoyage...)

-          les privatisations (ou externalisations) des services municipaux nuisent à notre travail (entretien, maintenance, CHAUFFAGE !)

-          les salaires, plus bas à Paris qu’à l’Etat ou en Territorial…

-     des embauches nécessaires mais bloquées, un recours toujours plus massif aux contractuels

 

Pour notre métier, pour nos conditions de travail, pour le service public parisien,

Le rendez-vous est 13h dans la cour de l’Hôtel D’Albret : VENEZ NOMBREUX !

 

Vous pouvez ne prendre qu’une demi journée ou une heure de grève pour apporter votre soutien au mouvement.



Repost 0
Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans Grèves - manifestations
commenter cet article
13 novembre 2009 5 13 /11 /novembre /2009 11:14

 

Service public ou logique PRISUNIC ?

 

Une réunion dite de « concertation » s’est tenue à la direction  le vendredi 6 novembre après-midi : l’ordre du jour portant sur l’actualité des bibliothèques de la Ville de Paris, on aurait pu s’attendre à un échange nourri voire même intéressant !

 

Cette séance s’est déroulée de 14 h 30 à 18 h 30, salle Jean Musy

 

La  DAC était représentée par son nouveau sous-Directeur M. Pilon, son remplaçant par intérim M. Lugaro, la DRH. La Directrice Mme Engel n’a pu être présente qu’à compter de 17 h passées.

Pour les syndicats, des collègues de Yourcenar, de Duras et beaucoup de collègues du SDE (une quinzaine) étaient présents.

La DAC n’avait même pas jugé utile d’aborder les dossiers sur le dimanche, Vaugirard, Yourcenar. Ces points ont été mis à l’ordre du jour à l’initiative des seuls syndicats. Seul le point « Yourcenar » a été abordé en fin de réunion (situation catastrophique, manque de personnels etc..) les autres questions n’ont pas été traitées, faute de temps.


Le plat de résistance : transfert du service transport au TAM.


Ce point étant à l’initiative de la DAC, nous attendions un certain nombre de documents pour argumenter cette décision. Finalement……………… Pas de document !

La Directrice, dans un exercice de langue de bois technocratique, a juste dit que le service des transports était transféré aux TAM, sans autre argumentaire.

La DAC explique que les TAM fourniront un service à l’identique, mais pourquoi le transférer si c’est pour l’avoir à l’identique ? Surtout, il a été dit que pour les déchets et d’autres services, les TAM ne les assureraient pas.

La DAC ignorait visiblement que les TAM ne portaient pas les caisses, ne reprenaient pas les caisses non scellées (Au retour,  elles ne le sont jamais), bref ça flottait ! Il y a-t-il un accord entre la DAC et les TAM ? Réponse………... Non !


Nous étions effarés devant cet amateurisme.


Sur le prêt inter-bibliothèques, ils ne savent rien ! C’est pourtant la raison du  transfert vers les TAM. Devant cette désinvolture, les échanges ont été vifs entre les syndicats et la DAC !

Nous avons dit que la grève des chauffeurs allait durer plusieurs semaines. Réponse de la DAC ? Pas de réponse, pas même une réunion de négociation pour sortir de la crise.

L’opposition des personnels des bibliothèques, toutes catégories confondues ? Tel l’autruche, la DAC glisse sa tête sous le sable.


Face à cette situation désespérante, voici les positions des différentes organisations syndicales :

Opposées au transfert du service vers les TAM, au prêt inter bibliothèques, à la sectorisation, etc.., la CGT, la CFTC, FO, l’UNSA et le Supap-FSU qui sont donc en intersyndicale.


 La CFDT n’est pas opposée au transfert vers les TAM, demandant juste que les chauffeurs soient bien reclassés. Actuellement ceux-ci ne veulent pas aller aux TAM et les TAM ne veulent pas d’eux. Pour le prêt inter-bibliothèques, ils sont pour. Sur la sectorisation et le reste, ils n’ont pas affirmé de positions. Ils ont refusé donc d’intégrer l’intersyndicale.

L’UCP : Pas de positions affirmées


 A ce jour, les chauffeurs tiennent bon avec l’appui de leurs collègues du S.D.E, malgré diverses pressions ! Plusieurs jours de grève, ça commence à se voir ! Déjà, vous êtes amenés à faire face aux demandes des lectrices et lecteurs parisiens qui s’inquiètent de savoir s’ils pourront avoir les prix littéraires !

 

N’hésitez pas à les orienter vers le 39.75 ou le blog de votre élu, Christophe Girard, (christophe-girard.over-blog.org) pour mieux sensibiliser votre patron-employeur aux difficultés que connaissent les établissements culturels de la Ville.

 

La revendication : arrêt du transfert des missions du service des transports, arrêt du démantèlement du Service du document et des échanges ; arrêt de la sectorisation

 

N.B: Dernière minute, la DAC nous a envoyé un document sans en-tête qui est censé prouver que les TAM peuvent reprendre « à l’identique » les missions du service des transports, visiblement ça patauge !!!

 

Afin de se faire entendre, l'intersyndicale a déposé un préavis de grève de 24h le 25 novembre 2009. Plus d'informations à venir dans les jours suivants.
Repost 0
Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans Informations
commenter cet article
9 novembre 2009 1 09 /11 /novembre /2009 08:24

 

Jeudi 5 novembre se tenait une assemblée générale des bibliothèques à l'initiative du SUPAP-FSU. L'occasion pour les bibliothécaires et la CGT de donner de la voix, tous ensemble sur les nombreux problèmes que nous rencontrons au quotidien.

Autant dire qu'en 2009 les sujets de grogne sont nombreux... Le passage chaotique à VSMART, les réorganisations successives de l'administration , les "surprises" budgétaires, l'arrivée des automates de prêts, les postes qui manquent partout, les problèmes persistants pour le travail le dimanche, la suppresion du service des transports au SDE...
Bref, à la DAC, en plein boum et au bord de la crise, rien ne va plus...

 

Escalier de la bibliothèque Melville (crédits : Nicolas SAUTEL-CAILLE)

Vendredi 6 novembre, les organisations syndicales étaient réunies à la DAC pour discuter justement de ces points conflictuels. Et comme lors de la réunion sur le travail le dimanche, l'administration a fait preuve d'un dangeureux amateurisme : rien n'est vraiment prévu pour le transfert des transports du SDE vers les TAM, aucune date n'est avancée pour la renégociation du travail le dimanche.

Pour l'instant, le ton monte entre les agents des bibliothèques soutenus par les organisations syndicales (notamment la CGT, le SUPAP, FO et l'UNSA, la CFDT ayant des positions moins tranchées dans l'ensemble) et l'administration muette et menteuse sur tous ces sujets. Restons vigilants et tenons-nous prêts à agir !

Repost 0
Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans Informations
commenter cet article
10 octobre 2009 6 10 /10 /octobre /2009 10:05

Le 8 octobre 2009 s’est tenue à la DAC une audience syndicale sur le travail le dimanche… à Marguerite Duras uniquement !

 

L’Intersyndicale a rappelé qu’avant toute nouvelle ouverture le dimanche, l’administration s’était engagée à faire un premier bilan du dimanche à Truffaut et Yourcenar, un an après leur ouverture.

 

La DAC et le Bureau ne pouvant raisonnablement pas faire l’économie du bilan, ils ont choisi d’en présenter les grandes lignes, avant de le remettre à Christophe GIRARD, de le modifier éventuellement et enfin de le diffuser plus largement.

 

      L’Intersyndicale a signifié son étonnement devant de telles méthodes : le bilan a été réalisé sans visite sur place, sans rencontre avec les agents titulaires ou étudiants, et visiblement il est modifiable par l’élu…

 

Le présent bilan a largement souligné les difficultés rencontrées par le personnel : gestion des plannings, pause déjeuner, très forte affluence, bruit, gestion des contractuels étudiants, isolement dominical de l’établissement en cas de problème, accueil du public dégradé… Cependant, « ce n’est pas un bilan négatif ».

 


      L’Intersyndicale a tenu à souligner certains « oublis » :

Les 5 postes « créés » à Yourcenar ont été pris sur le réseau et ce, à la suite d’une grève des personnels contrairement à la promesse faite aux personnels et aux syndicats.

  • L’ouverture le dimanche ne permet pas de toucher un nouveau public (objectif annoncé alors et renouvelé pour Duras) : les CSP concernées sont identiques à celles de l’arrondissement.
  • Sur les 18 000 inscriptions à Yourcenar, seuls 800 lecteurs ne fréquentent l’établissement que le dimanche.
  • Contrairement à ce qui a été avancé, par principe, le non respect de la parité des équipes (professionnels / contractuels) n’est pas « admis » par les collègues
  • fonctionne mais reste précaire en raison de l’absence totale de marge de manœuvre et de support.

 

Enfin, il a pu être question de Duras, la DAC refusant de négocier le sort des 3 bibliothèques conjointement. Francis PILON et Jean-Claude UTARD ont acté leur souhait d’horaires pour Duras : de 13h à 18h le dimanche. Toutefois, les collègues de Duras ont eu une petite surprise : alors que la récupération pleine de 7h30 semblait acquise, elle se révèle impossible (accord RTT oblige), ce qui rend caduque l'actuelle proposition de planning. 

 

     L’Intersyndicale dénonce ces manœuvres et demande à la DAC de répondre de ce cafouillage.

 

Mme Rialle-Salabert a par ailleurs précisé que la prime du dimanche était bien prélevée sur une enveloppe spécifique. Quant à la renégociation du montant, la DAC refuse d’avancer quoi que ce soit car il s’agit d’une négociation avec la DRH. Rien n’aura donc lieu avant janvier 2010.

 

      L’Intersyndicale rappelle que la renégociation des conditions de travail du dimanche (horaires, effectifs, prime) devait avoir lieu à l’occasion justement de l’ouverture de Duras.

      Face à la surdité du Bureau et de la DAC, l’Intersyndicale maintient les revendications des personnels :

 

  • Revalorisation de la prime : 120-130€ brut (100€ net) contre les 75€ brut versés aujourd’hui.
  • Alignement des horaires d’ouverture des 3 bibliothèques : 13h-18h le dimanche
  • Le rythme de travail de 5 semaines (25 jours) : 1 dimanche et pas plus et une compensation horaire de 7h30

Repost 0
Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans Revendications
commenter cet article
29 septembre 2009 2 29 /09 /septembre /2009 14:13
Le vendredi 4 septembre s'est tenue, au musée Carnavalet, une réunion d'information syndicale à l'initiative des syndicats CGT, UNSA , FO, SUPAP, FSU et CFTC où les agents ont fait part de leurs inquiétudes:
 
En effet, les conditions de travail se dégradent, le manque de personnel et les difficultés de management qui en découlent conduisent à des pratiques injustes dans la gestion des agents .
 
Le mécontentement général pourrait déboucher sur un mouvement de grève si les revendications légitimes du personnel n'aboutissaient pas :
  • respect des rythmes de travail
  • arrêt immédiat du recours aux "faisant fonction"
  • égalité dans l'attribution des primes dites "de fin d'année"
 
Le manque de considération à l'égard des représentants du personnel a également été évoqué ainsi, pour ce qui concerne la présence d'amiante au sein de l'établissement, le personnel a été informé tardivement et après l'intervention des syndicats.
 
Certains agents se sont déclarés favorables à un mouvement de grève si la situation continuait de se dégrader.
 
La CGT reste vigilante et ne manquera pas de porter les revendications des agents lors des différentes instances paritaires et des réunions mensuelles d'information organisées par la DAC.
Repost 0
Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans Meeting
commenter cet article
28 septembre 2009 1 28 /09 /septembre /2009 12:41

 

Du 28 septembre au 3 octobre est organisée une grande votation citoyenne contre le changement de statut de La Poste et donc la privatisation qui devrait suivre. Cette action d'envergure est coordonnée par de nombreux partis, syndicats et associations, parmi lesquelles la confédération CGT.



Nous vous renvoyons plus particulièrement au site du Comité National où vous trouverez toutes le sinformations pratiques pour participer à cette action.

 

A Paris, vous pouvez voter dans de très nombreux lieux (devant les bureaux de Poste, certaines mairies). Tous les lieux et détails sont rassemblés sur cette page :

 

http://www.appelpourlaposte.fr/spip.php?article24

Repost 0
Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans Grèves - manifestations
commenter cet article
18 septembre 2009 5 18 /09 /septembre /2009 10:13

 

Le 17 septembre 2009 s’est tenue à la bibliothèque Saint-Blaise une assemblée générale des personnels des bibliothèques Truffaut, Yourcenar et Duras concernées par l’ouverture le dimanche.

 

Les agents de Truffaut et de Yourcenar ont fait part de leur mode de fonctionnement et des difficultés qu’ils rencontrent.

Tous font le même constat : le travail le dimanche est plus fatiguant et dans l’ensemble peu gratifiant. L’organisation actuelle est très précaire et l’ouverture le dimanche n’est jamais garantie. Par ailleurs, la prime est jugée insuffisante ainsi que le temps de récupération.

 

Marguerite Duras, qui ouvre au printemps 2010, a présenté un projet d’organisation qui permette aux agents de ne pas travailler plus de 5 jours dans la semaine et d’avoir 2 jours de repos consécutifs après le dimanche travaillé.

 

Dans le cadre de la renégociation de la délibération sur le travail le dimanche (le 8 octobre), les organisations syndicales ainsi que les agents concernés font état de leurs exigences. Voici leurs revendications :

 

-   Revalorisation de la prime : 120-130€ brut (100€ net) contre les 75€ brut versés aujourd’hui.

La prime doit faire l’objet d’un budget spécifique contrairement à aujourd’hui où elle est prise sur les IAT ou sur les IFTS (au détriment des primes et IAT des autres personnels de la DAC)

Alignement des horaires d’ouverture des 3 bibliothèques : 13h-18h le dimanche

Le rythme de travail de 5 semaines (25 jours) : 1 dimanche et pas plus et une compensation horaire de 7h30

 


Les organisations syndicales, hormis la CFDT, tiennent à rappeler leur opposition au travail le dimanche. En effet, l’ouverture des bibliothèques le dimanche contribue à banaliser la suppression du jour de repos hebdomadaire et à désorganiser le droit du travail déjà mis à mal dans les secteurs du commerce et de l’hôtellerie. Par ailleurs, elles soulignent le fait que l’ouverture du dimanche ne correspond pas à la volonté initiale de toucher de nouveaux publics : les agents constatent que les lecteurs sont peu ou prou les mêmes qu’en semaine. Enfin, elles rappellent que l’ouverture le dimanche contribue à la précarisation du salariat municipal en faisant appel à un volant d’étudiants contractuels.

 



Repost 0
Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans Meeting
commenter cet article