Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

C'est Qui ? C'est Quoi ?

  • : Le blog de CGT Culture DAC Ville de Paris
  • Le blog de CGT Culture DAC Ville de Paris
  • : Blog du Syndicat CGT Culture de la Direction des Affaires Culturelles de la Ville de Paris.
  • Contact

Qui sommes nous ?

Nous sommes des personnels de la Direction des Affaires Culturelles de la Ville de Paris, travaillant dans les bibliothèques, conservatoires, musées, ateliers des beaux-arts, services centraux...

Nous militons au sein de la CGT pour défendre les droits des salariés, la qualité du service public rendu aux Parisiens.

Pour vous syndiquer, demander conseil, faire des réclamations, envoyer des informations, une seule adresse : daccgtculturegmail.com


Recherche

Pages

15 septembre 2009 2 15 /09 /septembre /2009 09:47

 

La grippe A est contagieuse ! La rapidité de sa propagation sur les 5 continents en est l’illustration. Le risque de pandémie est envisageable et les moyens mis en œuvre se doivent d’être à la hauteur du risque pour les populations. Malgré tout, cela ne doit pas conduire à instaurer un climat de peur, ni être l’occasion pour certains industriels de flairer la bonne affaire.

Les chiffres annoncés par le ministère de la santé nous laissent perplexes :

Commande de 90 millions de doses de vaccins, distribution massive d’antiviraux dans les officines des pharmacies, commande de milliers de masques supplémentaires, publication de millions d’affiches pour prévenir la propagation du virus. En pareil cas, le citoyen peut se demander si on en fait trop ou si on ne nous dit pas tout !

Pour INDECOSA-CGT et la FNIC CGT, le gouvernement doit jouer la transparence en créant un pôle de santé public composé de représentants des consommateurs, malades, syndicats de salariés, professionnels de santé, service sanitaires et recherche...

Les laboratoires pharmaceutiques profitent outrageusement de la situation. Ils continuent à engranger les bénéfices et à délocaliser en masse les sites de production. Les nouveaux « eldorados » de ces entreprises sont désormais l’Europe de l’Est, la Chine, Bengalore en Inde ou encore l’Amérique Latine. Les derniers chiffres avancés sont éloquents : Sanofi 7 milliards, Pfizzer 17 milliards, GSK 5 milliards, BMS 5 milliards.

Les 10 plus grands laboratoires ont vu leur marge passée de 25 à 30 % entre 2003 et 2008. Durant cette période, ils ont restructuré leurs groupes au travers de fusions, d’acquisitions ou de délocalisations. Le gouvernement doit contraindre les grands laboratoires comme Glaxo à renoncer à leur plan social. Il est inadmissible dans le cadre d’une reprise de l’activité, de maintenir en l’état la fermeture de sites de production. Au lieu de supprimer des effectifs, les entreprises doivent développer leurs capacités de recherche pour répondre à une protection sanitaire plus efficace et à des besoins exprimés par les populations (ex : Médicaments pédiatriques, maladies orphelines, etc.).



Si on ne fait rien, ce seront les salariés au travers de leurs cotisations sociales qui devront payer seuls la note. Pour INDECOSA-CGT et la FNIC CGT le prochain projet de loi de financement de la sécurité sociale (PLFSS) doit être l’occasion de remettre les pendules à l’heure, notamment sur les prix pratiqués par les fabricants et les responsabiliser en matière économique, sociale et de santé publique. Nous demandons également la mise en place d’une commission de contrôle des flux financiers engendrés par la Grippe A. Cette commission serait composée de représentants des salariés, usagers, professionnels de santé, parlementaires et de l’autorité des marchés financiers (AMF).

La FNIC CGT et INDECOSA-CGT réaffirment que le droit à la santé est un droit pour toute la population de la planète. Que le médicament n’est pas un bien marchand mais doit être un bien commun pour tous comme le droit à l’énergie, l’eau et la nourriture. Les choix de gestion de l’industrie pharmaceutique doivent être faits dans une dimension de santé publique et non pour faire de l’argent.


Les pouvoirs publics doivent imposer aux labos les devoirs qui sont les leur en matière de responsabilités économiques et sociales !


Montreuil, le 3 septembre 2009


INDECOSA-CGT : Arnaud FAUCON, Secrétaire National au 06 84 99 16 15

http://www.indecosa.cgt.fr/

FNIC-CGT : Manuel BLANCO, Secrétaire Fédéral FNIC au 01 48 18 85 71

http://www.fnic.cgt.fr

Repost 0
Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans Informations
commenter cet article
2 septembre 2009 3 02 /09 /septembre /2009 11:15

 

Actuellement, seules les bibliothèques François Truffaut et Marguerite Yourcenar sont ouvertes le dimanche. Ces deux établissements ont été inaugurés en 2008 et sont la vitrine moderne de la politique de lecture publique à Paris.


 

La délibération initiale qui encadre l'ouverture le dimanche précise un certain nombre de points parmi lesquels : une prime de 75€ brut par dimanche travaillé, un rythme de 1 dimanche sur 5 (ni plus ni moins), la parité entre le nombre de personnels permanents et le nombre de contractuels étudiants, les conditions de la récupération (7h30).

Pour les agents de la médiathèque M. Yourcenar, le bilan d'une année et demi d'ouverture le dimanche est là : une récupération et une prime nettement insuffisantes (les négociations avaient entériné 75€ net...), la parité permanents / contractuels non respectée, des conditions de travail dégradées (100% du temps en service public, le plus gros jour d'affluence, pas de maintenance informatique...). Une grève "victorieuse" avaient d'ailleurs duré pendant plus d'un mois en septembre dernier pour réclamer les effectifs nécessaire au bon fonctionnement de l'établissement.

La C.G.T. et les organisations syndicales réclament depuis plus d'un an que la délibération soit remise à plat et qu'un bilan réel soit fait de l'ouverture le dimanche. Pour le moment, la seule réponse est : "le bilan est fait"... sans concertation ni enquête avec les agents concernés !

L'ouverture (y compris le dimanche !) au printemps 2010 de la médiathèque Marguerite Duras (Porte de Bagnolet) doit être l'occasion pour tous les agents de donner de la voix dans les négociations à venir.

 

C'est pourquoi nous vous convions les personnels des bibliothèques concernées à la réunion d'informartion qui se tiendra à la :

bibliothèque Saint-Blaise le jeudi 17 septembre
37-39, Rue St Blaise de 10h à midi.
(Métro ligne 3 Porte de Bagnolet)



Repost 0
Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans Meeting
commenter cet article
21 juillet 2009 2 21 /07 /juillet /2009 16:15

 

Suite à l'expulsion du collectif des sans-papiers 75 (CSP 75) de la bourse du travail qu'ils occupaient depuis plus d'un an, la CSP 75 s'est emparée d'un ensemble de bâtiments désaffectés appartenant à la CPAM, rue Baudelique, dans le 18ème arrondissement (M° Simplon).

Voici le communiqué conjoint du collectif des sans-papiers et des organisations qui les soutiennent, parmi lessquelles le syndicat CGT du nettoiement de la Ville de Paris.

 

Ensemble, la CSP75(*) et les organisations associatives, syndicales et politiques - ATTAC, UL CGT 18ème, CGT Nettoiement, Solidaires, RESF, les Verts,le NPA - occupent depuis 16h un immeuble au 16 rue Baudelique, dans le 18ème arrondissement de Paris. 

Cet immeuble appartient à la CPAM de Paris géré en partie par le comité central d’entreprise de la CPAM. Face à la situation inhumaine du campement des sans-papiers de la CSP75, nous entendons donner une visibilité collective à la mobilisation de l’ensemble des sans-papiers pour faire respecter les engagements pris par la Préfecture et le Ministère vis-à-vis de la CSP75. Nous exigeons la régularisation de tous les ex-occupants du Boulevard du Temple et au-delà, de l’ensemble des sans-papiers. Nous appelons l’ensemble des organisations associatives, syndicales et politiques, et tous les collectifs des sans-papiers à soutenir, en venant dès à présent sur place, l’occupation de ce lieu dont nous voulons faire le ministère de la régularisation de tous les sans-papiers. En attendant, nous demandons la levée des dispositifs policiers et la libération d’un camarade arrêté lors de cette occupation.(*)

Collectif des sans-papiers du 75.

Pour tout contact : Anzoumane SISSOKO, CSP75 06 26 77 04 02Thierry LESCANT, Solidaires 06 62 09 31 83Régis Vieseli, CGT Nettoiement 06 75 86 25 41Gilles LEMAIRE, ATTAC 06 82 68 51 49Alain POJOLAT, NPA 06 60 77 45 50Jérôme GLEIZES, Les Verts 06 24 26 73 25

 

Cette occupation intervient après l'expulsion brutale de la CSP 75 par le service d'ordre de la CGT et des forces de Police appelées en renfort.

 

C'est dans ces locaux immenses (10 000 m² utiles) qu'a été créé le Ministère de la régularisation de tous les sans-papiers. Il est en effet urgent que l'Etat et les collectivités locales (dont la Mairie de Paris) se prononce rapidement pour la régularisation des 250 personnes qui vivent actuellemnt dans la plus grande précarité.

 

Le Ministère de la régularisation de tous les sans papiers est un lieu de débats et de combat, pour : 
- l'abrogation de la directive européenne de juillet 2008, justement nommée directive de la honte
- contre l'agence Frontex de surveillance des frontières extérieures de l'Europe,
- pour la dénonciation des accords de partenariat économique et des accords de réadmission signés entre l'Union européenne, ou des pays européens et les gouvernements complices ou soumis d'Afrique 
- pour l'abrogation de toutes les réformes successives liberticides du code de séjour et d'entrée et du droit d'asile CESEDA en France

 

C'est dans ce contexte très difficile d'urgence sociale que les organisations politiques et syndicales rappellent que la lutte des sans-papiers rejoint celle des salariés du public et du privé pour des conditions de vie décentes, pour tous, sans discrimation.

Plus d'informations sur :

Repost 0
Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans Informations
commenter cet article
9 juillet 2009 4 09 /07 /juillet /2009 12:21

 

En ce début de saison estivale, les élus de la nation ont à examiner deux projets de loi visant à affaiblir et déreglementer le droit des travailleurs : étendre le travail le dimanche et repousser l'âge de départ à la retraite à 67 ans.

  • Le travail le dimanche :

Pour l'instant cette loi vise avant tout les zones touristiques, mais il serait possible de l'étendre à tout un département dans le cas de Paris !
Comme toujours il est mis en évidence que ce choix doit être volontaire de la part des salariés. Mais comment n'être pas volontaire quand on travaille à temps partiel, au smic ou en CDD ?
C'est le même principe qui régit le volontariat dans le cadre des soirées privées organisées dans les musées de la Ville. Comment refuser un complément de salaire quand on sait les difficultés financières des agents de la Ville ?
Pour la CGT, le travail le dimanche n'est pas non plus un "tabou" (dixit notre président), il doit être fermement encadré (fréquence, horaires, localisations) et hautement revalorisé. car aujourd'hui, ce que propose le gouvernement c'est non seulement de travailler le dimanche mais de travailler au même prix. Tous ensemble refusons le travail le dimanche !


Pétition de la CGT ici : http://www.cgt.fr/spip.php?article36254

  • Repousser l'âge de départ à la retraite :

La pilule des 41 années de cotisation à peine avalée, il s'agit maintenant de repousser la retraite à 67 ans ! Alors que les séniors peinent à retrouver un emploi et qu'un grand nombre d'entre eux sont poussés vers la retraite anticipée, cela revient à baisser le niveau des pensions ! En outre cette mesure d'affichage ne prend nullement en compte la pénibilité du travail : nous ne sommes pas tous députés ou sénateurs !
Avec la CGT, nous refusons que le départ à la retraite soit repoussé à 67 ans !




Repost 0
Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans Revendications
commenter cet article
30 juin 2009 2 30 /06 /juin /2009 10:59
Le mercredi 24 juin 2009, le Service d'Ordre de la CGT a décidé d'expulser les sans-papiers de la CSP 75 qui occupaient les locaux de la Bourse du Travail depuis plus d'un an. Cette expulsion a donné lieu à différents communiqués, de la part de la confédération, de la CSP75, de la Police, des différents partis politiques de gauche, ainsi que des différents syndicats qui composent la CGT. Les réactions sont variées mais condamnent toutes la violence avec laquelle le service d'ordre a procédé à l'expulsion.
Nous, syndicat CGT de la Culture de la Ville de Paris, prenons position contre cette expulsion brutale et rejoignons la position du communiqué suivant, qui émane de la CGT Saint Gobain Aubervilliers :

Le syndicat CGT Saint-Gobain Aubervilliers a pris connaissance de l¹évacuation par la force des sans-papiers qui occupaient la Bourse du Travail depuis le 2 mai 2008.
Evacuation réalisée par un groupe de miliciens armés qui se prétendent nos camarades.
Scandalisé, le syndicat CGT Saint-Gobain Aubervilliers condamne explicitement et sans aucune réserve cette évacuation.
Si au lieu de négocier avec Hortefeux les critères scandaleux d¹une immigration adaptée aux besoins du capitalisme, la confédération avait élargi le mouvement à tous les sans-papiers – les plus précaires des travailleurs -, si le mouvement avait pris l¹ampleur des espoirs qu¹il soulevait, si l¹élargissement indispensable et possible n¹avait pas été purement et simplement enterré par choix délibéréde la Confédération, nous n¹en serions pas arrivés là.
On en arrive aujourd¹hui à à peine 1500 régularisations, les portes désormais fermées et le mouvement en reflux. Et pourtant, ce n¹est pas l¹énergie d¹un certain nombre de
militants CGT et de structures locales qui a manqué pour développer et organiser, bien seuls, la lutte de nos camarades sans-papiers.
Il est absolument normal que le désespoir et le sentiment d¹abandon se répandent chez nos camarades, alors qu¹ils ont vu l¹an dernier, concrètement, qu¹il aurait été possible de gagner la régularisation pour tous les sans-papiers.
Quant à la méthode employée, elle ne soulève chez nous que dégoût et honte de notre carte syndicale. Nous imaginons désormais sans mal que la même chose se produirait si d¹autres camarades en lutte (les Goodyear, peut-être ?) se mobilisaient d¹une manière qui déplaît à nos dirigeants.

3) Le syndicat CGT Saint-Gobain Aubervilliers appelle l¹ensemble des syndicats du Verre et de la Céramique d¹une part, de la Seine Saint-Denis d¹autre part à se prononcer explicitement et publiquement sur ces événements très concrets. Il est temps d¹en finir avec les protestations de couloir, les escarmouches d¹appareil. Il est temps de prendre position. A la veille du 49ème Congrès de décembre, il est temps de savoir qui défend réellement l¹orientation confédérale actuelle, et qui s¹y oppose.



Plus d'information sur :

http://ouvalacgt.over-blog.com/article-33090625.html

http://jacques.tourtaux.over-blog.com.over-blog.com/article-33213883.html

http://www.ac.eu.org/spip.php?article2016

http://www.millebabords.org/spip.php?article11716

http://comitesoutiencsp75.over-blog.com/article-28200418.html
Repost 0
Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans Informations
commenter cet article
4 juin 2009 4 04 /06 /juin /2009 10:54

logo-bib-06.jpg

 

PARIS EN TOUTES LETTRES”: PENDANT LES FESTIVITES, LA LECTURE PUBLIQUE EST MISE A MAL

PARIS EN TOUTE GREVE


Paris, « capitale littéraire », met en place la première édition de « Paris en toutes lettres » avec laquelle l’adjoint à la culture espère poursuivre « l’objectif de la démocratisation de la culture ».

C’est donc cela, la nouvelle politique culturelle de la Ville : un grand et gras événement littéraire sur une semaine, une seule semaine, et quelle semaine : la semaine précédant les élections européennes du 7 juin.

Dans son bref éditorial, le maire n’oublie pas d’évoquer rapidement « les 69 bibliothèques et leurs 300 000 lecteurs ». Pourtant, depuis le début de la nouvelle mandature, les bibliothèques (mais également les musées) connaissent de graves difficultés qui ne cessent de dégrader un service essentiel à la culture de proximité, seul réel outil de la démocratisation de la culture.

Les exemples ne manquent pas :

La fermeture annoncée de Vaugirard puis le confus projet de son intégration à la médiathèque Yourcenar. Projet qui en préfigure d’autres.

La gestion catastrophique des recrutements d’AASM mais également d’AB et de BAS, les normes et effectifs cibles sont pourtant attendus depuis plusieurs mois. Des AAB qui ne peuvent plus que postuler à des postes de AASM.

La liste des postes vacants qui s’allonge dans tous les établissements mais que la DAC refuse de communiquer aux organisations syndicales

Des budgets en baisse qui mettent en péril toute politique documentaire et démotive les équipes

La bascule vers VSMART qui s’est opérée dans des conditions acrobatiques et dont le dysfonctionnement permanent est dommageable au service rendu aux parisiens

Les doutes qui planent sur les attributions du SDE et son existence même

Aucun bilan sur le travail du dimanche, pourtant annoncé au Conseil de Paris en juillet 2007 avant toute extension.

Des bâtiments neufs ou vieillissant dont la maintenance est aléatoire et comme toujours dommageable aux lecteurs (pannes électriques, informatiques, fuites d’eau, chauffage…)

Le projet de sectorisation qui risque de  déposséder les bibliothécaires de leur métier et compétences en ajoutant des échelons hiérarchiques inutiles.

Pour toutes ces raisons, l’intersyndicale (CFDT, CGT, FO, UNSA, Supap-FSU) a posé un  préavis de grève pour le samedi 6 et le dimanche 7 juin pour toute la journée

 

                                                 en-greve.png


Afin de protester contre le flou artistique avec lequel la Direction des Affaires Culurelles gère les Bibliothèques. L’intersyndicale revendique donc : 

L’embauche massive de titulaires pour pourvoir les postes vacants et combler les manques à venir dans les nouveaux établissements

La communication de tous les postes vacants ainsi que la liste des effectifs cibles par bibliothèque

Le maintien de Vaugirard et l’élaboration d’un véritable projet d’établissement

Le rétablissement des crédits.

La restitution des 64 postes budgétaires (musées et bibliothèques) que la Ville a détournés pour financer l’Ecole Supèrieure de Physique Chimie (ESPCI)

L’augmentation de la prime  d’ouverture le dimanche

Une clarification de l’organisation des services centraux  (projet de sectorisation), le maintien et le renforcement du SDE.

La reconnaissance des métiers et d’une organisation en réseau s’appuyant sur un fonctionnement de plein exercice des établissements.

Une mise à plat des dysfonctionnements de VSMART afin de forcer le prestataire à réaliser ce pour quoi il est payé

 

Un rassemblement est prèvu à la rotonde de Stalingrad (métro Jaurès ou Stalingrad) ce samedi 6 juin à 15h pour protester et faire connaître aux Parisiens qui nous soutiennent au quotidien les conditions médiocres dans lesquelles ce service culturel de proximité est rendu. Une ronde aura lieu pendant la performance « tentative d’épuisement d’un auteur » de l’écrivain Jacques Jouet

 

Une rencontre avec les parisiens aura également lieu à 18 h au Pont des arts (métro Louvre, Pont neuf) au moment où les comédiens de la Comédie Française viendront faire des lectures

 

SOYONS TRES NOMBREUX !

 

Les collègues qui maintiennent les animations pourront lire et distribuer le texte en pièce jointe, expliquant le mouvement de grèves des personnels aux usagers.

 

Repost 0
Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans Grèves - manifestations
commenter cet article