Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

C'est Qui ? C'est Quoi ?

  • : Syndicat PACS-DAC de la Ville de Paris
  • : Blog du syndicat PACS de la Direction des Affaires Culturelles (DAC) de la Ville de Paris.
  • Contact

Qui sommes nous ?

Nous sommes des personnels de la Direction des Affaires Culturelles de la Ville de Paris, travaillant dans les bibliothèques municipales, conservatoires d'arrondissement, ateliers des beaux-arts, services centraux...

Nous militons au sein du syndicat des personnels administratifs, de la culture et de service (PACS) pour défendre les droits des salariés, la qualité du service public

Pour vous syndiquer, demander conseil, faire des réclamations, envoyer des informations, une seule adresse : Syndicat-PACS-DAC@paris.fr

 

 

 

Recherche

28 juillet 2021 3 28 /07 /juillet /2021 15:24
Passe sanitaire dans les bibliothèques parisiennes : les syndicats appellent à la grève le jeudi 29 juillet

L’administration parisienne a préféré passer en force en menaçant de sanctions les agents alors qu’aucun moyen n’a été donné aux bibliothécaires. La pantalonnade a été jusque à organiser un Comité Technique tellement à la va vite qu'elle n’a même pas été en mesure de convoquer les bons élu.es !

La mairie de Paris a décidé la mise en place du contrôle du pass sanitaire dans les bibliothèques malgré nos alertes sur toutes les difficultés qui allaient peser sur les personnels pour le mettre en place (lire ici).

Au contraire, l’administration parisienne a préféré passer en force en menaçant de sanctions, les agents qui ne se plieraient pas à appliquer les ordres alors qu’aucun moyen n’a été donné aux bibliothécaires, notamment l'obligation du contrôle des fameux QR code, faute de matériel disponible ! « faites un simple contrôle visuel » rétorque la direction des affaires culturelles poussant jusqu’au bout l’absurdité et surtout l’inutilité de cette mesure puisque « visuellement » le QR code ne donne strictement aucune information sur la validité ou pas du Pass sanitaire.

La pantalonnade a été jusque à organiser un Comité Technique à la va vite. Tellement à la va vite que la direction des affaires culturelles n’a pas convoqué les bons élu.es ! Véridique ! En effet, la liste n’était tellement pas à jour que nombre de ces élus étaient partis en retraite. Et même depuis deux ans pour certains d’entre eux. C’est comme si le Conseil de Paris convoquait pour adopter une délibération municipale, Jacques Chirac ou Jean Tibéri. « Des vrais branques » en rigolent les observateurs de l’actualité sociale à la Ville de Paris.

Face à ces mesures improvisées et à la demande des agents, les syndicats ont décidé de déposer un préavis de grève à partir du jeudi 28 juillet.. Dans leur appel, les syndicats dénoncent « des contrôles contradictoires avec les missions des bibliothèques et la promotion de la lecture publique » d’autant que « la vaccination est plus faible chez les plus modestes, nos établissements doivent rester ouverts à tous-tes (avec port du masque, gel hydro-alcoolique, respect des gestes barrières) ».

Et de pointer aussi qu’avec cette nouvelle mesure  « ce sont des contrôles systématiques qui s’ajoutent à des tâches de service public et qui seront plus lourdes même que les contrôles de jauges alors que le réseau des bibliothèques parisiennes continue à souffrir d’un manque chronique d’effectifs ». Sans oublier que cela risque « d’exposer  les collègues à des risques d’agression ».  Ce que reconnait même l’administration qui invite les chefs d’établissements à remplir des fiches et faire intervenir la nouvelle police municipale. D’ailleurs des agressions on déjà eu lieu comme à Françoise Sagan (Xe). Bref, ça ne va pas !

Et puis, c’est aussi l'absence de cohérence de cette mesure qui pose problème. Tant auprès des personnels que des usagers, car il y a nombre d'établissements aux missions identiques qui ne sont pas concernés par le dispositif  comme la BPI, la BNF ou les bibliothèques universitaires. Et même, comble de l’ironie, des bibliothèques municipales qui dépendent directement de la mairie de Paris, comme la Médiathèque Musicale de Paris, la bibliothèque François Truffaut, la bibliothèque de l’Hôtel de Ville et quelques autres !

Par ailleurs, dans les bibliothèques territoriales, à une période de l’année où la fréquentation est réduite, de nombreuses collectivités comme Lyon, Toulouse ou encore Marseille font le choix d’abaisser la jauge d’accueil à quarante neuf. Une solution certes temporaire mais qui évite d’imposer brutalement une interdiction d’entrée à des usagers.

C'est pourquoi les représentants des personnels demandent que la Ville de Paris de ne pas appliquer le « contrôle sanitaire » sans se cacher derrière le gouvernement. Ce qui en corollaire permettrait aussi éviter que des sanctions tombent sur nos collègues qui ne seraient pas vaccinés (pour info la Ville envisage officiellement l’application de mise à pieds sans salaire dès la mi-septembre, début octobre).

Pour que la municipalité parisienne dirigée par Anne Hidalgo réponde enfin favorablement aux demandes légitimes des personnels mais aussi de la profession dans son ensemble (voir ici), l’intersyndicale des bibliothèques parisiennes « appelle les collègues à faire grève à partir du jeudi 29 juillet ».

 

 

                Pass sanitaire dans les bibliothèques : la maire de Paris va t-elle écouter la profession ?

                        - A moins que ce ne soit quelqu’un d'autre qui occupe le fauteuil, ach !

Partager cet article
Repost0
20 juillet 2021 2 20 /07 /juillet /2021 19:55
Pass sanitaire dans les bibliothèques : les questions qui embarrassent la mairie de Paris

                        D’ailleurs, elle est pour le moment toujours incapable de répondre

Dans un précédent article, on se demandait si les bibliothèques municipales de France et de Navarre seront soumises au Pass sanitaire pour accueillir le public (lire ici). Depuis hier la réponse est donc oui. Et malgré l’absence de loi votée par l’assemblée nationale et le Sénat validée ensuite par le Conseil Constitutionnel, la Mairie de Paris (comme d’autres, il est vrai) s’est néanmoins empressée de mettre cette nouvelle mesure en application. Ce qui ne l’empêche pas de proposer n’importe quoi. As usual

Ainsi, dans une « notice » officielle envoyée aux représentants des personnels, la direction des affaires culturelles (DAC) de la Ville de Paris propose rien moins que l’impossible aux agents des bibliothèques parisiennes et surtout à leurs chefs d’établissement. Le tout dans la confusion la plus totale. On apprend tout d’abord que ces derniers sont les seuls « habilités à faire des contrôles » et par conséquent, les seuls responsables pénalement à être redevables des amendes.

La DAC ajoute  alors que les responsables des bibliothèques (y compris par intérim, en ces temps de vacances) pourront désigner des agents comme une sorte de délégation des responsabilités. On ignore si ce sera sur la base du volontariat ou pas. D’où une première série de questions : un agent se verra-t-il sanctionné s’il refuse de se porter volontaire mais qu’il est désigné de force ? Et l’agent « désigné » sera-t-il à son tour responsable pénalement des amendes ?

Autre proposition baroque de l’administration, la possibilité de ne pas vérifier les QR code mais seulement de pratiquer une vérification visuelle du fameux pass sanitaire  présenté sur téléphone. Il est vrai qu’aucun matériel de contrôle n’est  encore disponible pour les soixante-neuf bibliothèques du réseau parisien. Par conséquent en l’absence de tablette, il n’est pas possible de faire un « contrôle visuel », même « temporairement », car cela n’est pas prévu par l’application «Tous anti Covid » dont le mode d’emploi a été envoyé aux représentants des personnels ! Du pur mergitur

Autre proposition croquignolesque de la DAC lorsque surviendrons des « tensions » avec les usagers : remplir une fiche numérique pour la renvoyer à l’administration. C’est après toutes ces inepties que les représentants des personnels ont sorti la botte de Nevers en posant à l’administration une question des plus simplissimes : La mairie de Paris peut-elle communiquer en détails les noms des bibliothèques qui sont classées comme ayant une capacité supérieure à cinquante personnes et celles qui en ont une inférieure ? Bon, la mairie se préparerait à chercher, parait-il.

Enfin, le plus dur est probablement à venir car pour le moment la municipalité dirigée par Anne Hidalgo ne précise pas encore quelle attitude devra avoir l’administration et les chefs d’établissement envers les agents qui ne présenteront pas de passeport vaccinal « complet » ou de test PCR à jour ? Avec quelle échelle de sanctions ? Jusque à un licenciement ? Pas de réponse non plus face à ces questions il est vrai embarrassantes. 

Finalement, pour sortir de ce mauvais pas, la mairie de Paris pourrait avoir une porte de sortie : abaisser les jauges à quarante-neuf usagers pour toutes les bibliothèques du réseau ce qui permettrait alors de résoudre bon nombre de problèmes que ce soit contrôle du Pass, paiement des amendes et  toutes les procédures qu’il faudrait engager pour le futur régime de sanctions envers les agents.

 

 

                          Pass sanitaire dans les bibliothèques : ces questions qui embarrassent

   - Alors ma chère Anne, t'es cap de mettre en place quelque chose qui soit moins casse gueule ?

                                               - Rrrr Manu, tu m'embarrasse encore une fois......

Partager cet article
Repost0
16 juillet 2021 5 16 /07 /juillet /2021 09:53
Les bibliothèques devront-elles se soumettre au pass sanitaire pour accueillir le public ?

                  En l’état, cette mesure parait toutefois complétement irréaliste !

Suite à la déclaration du Président de la République concernant  l’instauration d’un pass sanitaire pour pénétrer dans les lieux culturels et de loisirs qui reçoivent du public, ce qui sera semble-t-il le cas des bibliothèques, les interrogations sont nombreuses pour la mise en application de ces futures mesures que ce soient en termes organisationnels, règlementaires ou juridiques.

En premier lieu la question du contrôle du public : qui sera habilité à contrôler l'identité de la personne présentant (ou pas) un pass sanitaire ? Il faut en principe être assermenté. Or les personnels des bibliothèques ne le sont pas. Ainsi dans la capitale, si le règlement des bibliothèques municipales voté par le Conseil de Paris prévoit bien d’exiger une pièce d’identité c’est uniquement lors de l’inscription des usagers, les autres cas de figure en sont en effet exclus.

Par ailleurs le contrôle du pass sanitaire exige des moyens techniques comme des lecteurs de QR Code qui, c’est certain, ne sont pas disponibles dans les bibliothèques de France et de Navarre. Bref, à l’heure où nous écrivons ces lignes cette nouvelle règle sera clairement inapplicable dans les établissements de lecture publique.

Viennent aussi des détails pratiques. Oh de simple broutilles…. En effet, il a aussi été question de jauge dans les annonces de Jupiter. Par exemple pour s’affranchir de cette nouvelle mesure, peut-on abaisser la jauge d'un établissement à cinquante personnes maximum ? Malgré la classification de la commission de sécurité ? Toutefois les enfants de moins de douze ans, non soumis à contrôle, sont-ils inclus dans la jauge ? Sinon, comment contrôle-t-on leur âge ? Par ailleurs le personnel est-il inclus dans la jauge des cinquante personnes ? Et  tout le personnel ou seulement celui en service public ? Mais peut être que rien n’aurait été vraiment pensé…

Pour les personnels des questions sont encore plus cruciales : Est-ce que la vaccination (ou bien un test antigénique deux à trois fois par semaine) devra vraiment être obligatoire pour venir travailler dans sa bibliothèque ? Si oui, est-ce que ce sera au chef d’établissement de procéder à ce contrôle ? ou bien à la médecine du travail, seule habilitée à avoir pour le moment accès au dossier médical des agents ?

Enfin, si un ou une bibliothécaire refuse de présenter un pass sanitaire seront-ils vraiment soumis à des sanctions ? Des ministres parlent même de mise à pieds sans salaire ou encore de licenciement. Il est utile toutefois de préciser qu’en cas de suspension ou de radiation qu’il faudra tout de même engager une procédure administrative qui devra sans doute passer par le cadre du Conseil de discipline (compter dans ce cas plusieurs mois pour les organiser). À moins que la loi qui régit la fonction publique soit purement et simplement supprimée ! Shazbot ! Nanu nanu !

 

 

Partager cet article
Repost0
18 juin 2021 5 18 /06 /juin /2021 14:21
Paris : Malraux, morne plaine

La célèbre bibliothèque du VIème arrondissement voit son quatrième étage vidé entièrement pour d'importants travaux de réaménagement. Une vision impressionnante !

La bibliothèque André Malraux, située au carrefour de la rue de Rennes et du Boulevard Raspail dans le VIème arrondissement, ferme ses portes pendant plusieurs mois pour d'important travaux de réaménagement.

Des travaux qui s'imposaient pour mettre aux normes ce bâtiment qui date, pour ses parties les plus récentes, du XIXe siècle et abrite la bibliothèque depuis maintenant près de quarante ans.

Cette vidéo montre le quatrième étage, le plus vaste de l'établissement, entièrement vidé. Une vison impressionnante pour ceux qui l'ont connus. Le reste (troisième et cinquième étage) sera vidé dans les semaines qui viennent.

Désolation

Partager cet article
Repost0
4 juin 2021 5 04 /06 /juin /2021 07:38
Droit du travail : cette entreprise qui défie Anne Hidalgo dans son fief malgré de multiples rappels à l'ordre !

La mairie de Paris avait lancé le slogan de « la ville du quart d'heure ». Elle pourrait désormais être contrainte de supprimer cette formule et la remplacer par « la ville du viré en un quart d'heure » !

Franchement ça commence à faire tache pour une ville dirigée par une ancienne inspectrice du travail : la société Nickel, l'entreprise qui a récupéré le marché de prestation de ménage dans les bibliothèques et conservatoires municipaux de la capitale, continue ses méfaits en matière d’infractions au droit du travail, alors que plusieurs scandales ont déjà été mis au grand jour depuis trois ans (voir ici).

Face à ces multiples scandales, la mairie de Paris engagée moralement et politiquement en tant que donneuse d’ordre, avait alors promis de rappeler à l’ordre cette société. Visiblement cette dernière préfère continuer à défier toujours Anne Hidalgo et son équipe en maintenant des pratiques ouvertement illégales telles que l'absence de contrat de travail, le non paiement des heures supplémentaires ou l’emploi de personnes sans papiers (corvéables à merci et moins à cheval sur leurs droits).

Cette fois elle a innové dans la méthode puisque dans plusieurs établissements des employés ont reçus à leur domicile une lettre de démission – vous avez bien lu, pas une lettre de licenciement mais bien une lettre de démission ! – rédigée en leur nom avec pour objet, « démission sans préavis »puis suivi d'un « je soussigné… déclare démissionner immédiatement de mon poste… » (et renoncer à tous mes droits, donc…). Simple,  Après, ils n’avaient plus qu’à signer en bas. Sachant que ces personnes ne maîtrisaient pas bien le français, Nickel a tenté le coup en se disant « il ne va rien comprendre et il va signer, hop ! ». Pas de préavis, pas d’indemnité de licenciement ! Du gâteau...A moins que Nickel ne soit simplement victime de phobie administrative !

Que pense Anne Hidalgo - ou encore Audrey Pulvar, actuelle candidate socialiste pour les élections de juin à Paris - de ces pratiques d'esclavage moderne ? Dans le passé, l'ancien adjoint à la Culture, Christophe Girard, tenait à ce qu'on lui fasse remonter toutes les infractions faites par la société Nickel pour que la direction en charge des prestations de ménage (la DILT) fasse un peu le ménage dans tout ça. Carine Rolland, qui lui a succédé, est donc alertée à son tour sur ce qui se passe dans les bibliothèques…

La mairie de Paris avait lancé le slogan fameux de « la ville du quart d'heure » pour désigner une délégation d’adjoint qui avait été alors prise en charge... par Carine Rolland ! Désormais elle pourrait être contrainte de supprimer cette formule pour la remplacer par « la ville du viré en un quart d'heure ». Cruel !

 

 

     Carine Rolland, adjointe pour une Ville du 1/4 d’heure, bientôt obligée de changer d'intitulé ?

                -  Bon je crois que je vais être obligée de demander conseil à mon prédécesseur

Partager cet article
Repost0
30 mars 2021 2 30 /03 /mars /2021 11:40
Covid : des dizaines de bibliothèques parisiennes fermées jusqu'à nouvel ordre !

Les personnels dénoncent les mesures mises en place par la mairie de Paris en cette période d'urgence sanitaire

Une révolte sire ? Une fronde probablement. Un ras-le-bol c'est certain. En tout cas depuis le vendredi  26 mars et ceci pour une période indéterminée, de nombreuses bibliothèques municipales de la capitale sont fermées pour cause de droit de retrait des agents. Le problème pour l'équipe dirigée par Anne Hidalgo est que d'autres établissements ont depuis rejoint leurs collègues (la liste mise à jour est ici).

Pourtant l'administration parisienne ne peut feindre la surprise puisque les bibliothécaires dénonçaient depuis plusieurs semaines « les mesures ineptes » prises par la mairie de Paris pour lutter contre la pandémie (lire ici) et ont été suivi dernièrement..... par les chefs d'établissements qui ont à leur tour rédigé une lettre ouverte pour appuyer les demandes de leurs équipes (voir ici). Une initiative historique pour de nombreux observateurs et signe d'une véritable fronde à tout les niveaux

La revendication des personnels est pourtant simple : une rotation des équipes sur la semaine pour que l’administration parisienne se conforme au Protocole national pour la santé des salariés face à l'épidémie qui demande de « limiter le nombre d'agents susceptibles d'être présents ou de se croiser sur le lieu de travail ». Une position relayée, et c'est à souligner par..... un service officiel de la mairie de Paris, la Mission Inspection Santé Sécurité Travail (MISST) de la Ville, laquelle déclarait qu'un fonctionnement « à effectif complet » était en contradiction avec la protection des agents. Vu comme ça les droits de retrait seront sans aucun doute validés par cette dernière !

 

 

Partager cet article
Repost0
26 mars 2021 5 26 /03 /mars /2021 14:56
Covid : des bibliothèques parisiennes fermées pour cause de droit de retrait des agents !

Ils dénoncent les mesures mises en place par la mairie de Paris en cette période d'urgence sanitaire. D'autres établissements devraient se rajouter et fermer dès demain

Une révolte sire ? Une fronde probablement. Un ras-le-bol c'est certain. En tout cas dès aujourd'hui, et pour une période indéterminée, plus d'une dizaine de bibliothèques vont rester portes closes jusqu’à nouvel ordre pour cause de droit de retrait des agents.

Une liste qui commence à être longue comme un jour sans pain puisque parmi les premiers noms qui viennent de nous parvenir citons pêle-mêle, Buffon, (Ve), Rilke (Ve), Drouot (IVe), Walser Gaillard (IXe), Françoise Sagan (Xe), Parmentier (XIe), Faidherbe (XIe), Hélène Berr (XIIe), Melville (XIIIIe), Genevoix (XVIIIe), Rostand (XVIIe), Romilly (XVIIIIe) ou encore Rabier (XIXe).

Pour celles qui ne sont pas encore fermées, le fonctionnement risque toutefois d'être très réduit à l’instar de la MMP (Ier) où une vingtaine d'agents ont suivi le mouvement à la MMP (Ier). Un tiers des bibliothécaires s'est également mis en droit de retrait à Hergé (XIXe). Et il semble désormais probable que d'autres établissements, comme Arkoun (Ve) ou Malraux (VIe), se rajouteront à cette liste et fermer à partir de demain samedi (voir la liste complète mise à jour en temps réel dans la rubrique commentaire).

La revendication des agents est simple : une rotation des équipes sur la semaine pour que l’administration parisienne se conforme au Protocole national pour la santé des salariés face à l'épidémie qui demande de « limiter le nombre d'agents susceptibles d'être présents ou de se croiser sur le lieu de travail ». Une position relayée, et c'est à souligner par..... un service officiel de la mairie de Paris, la Mission Inspection Santé Sécurité Travail (MISST) de la Ville, laquelle déclarait qu'un fonctionnement « à effectif complet » était en contradiction avec la protection des agents. Vu comme ça les droits de retraits seront sans aucun doute validés par cette dernière.

 

 

                Covid : la gestion de la Ville de Paris saluée par le président en personne

           - Franchement Anne pourquoi je m’emmerde à continuer à me coltiner Castex et Veran...

Partager cet article
Repost0
26 mars 2021 5 26 /03 /mars /2021 09:16
Covid : La bibliothèque Violette Leduc (XIe) fermée après un droit de retrait d'une partie des personnels

Ils dénoncent les mesures mises en place par la mairie de Paris en cette période d'urgence sanitaire. D'autres établissements devraient leur emboiter le pas aujourd'hui

Cela devait finir par arriver. Des agents d'une bibliothèque parisienne, en l’occurrence celle de Violette Leduc, située rue Faidherbe (XIe) se sont mis en droit de retrait hier pour dénoncer les conditions de travail en cette période de crise sanitaire. Elle devrait donc rester fermée les prochains jours

Pourtant l'administration ne peut feindre la surprise car alors que les bibliothécaires de la capitale dénonçaient « les mesures ineptes » prises par la mairie de Paris pour lutter contre la pandémie (lire ici) ils ont été rejoint cette semaine par les chefs d'établissements qui ont à leur tour rédigé une lettre ouverte pour appuyer les demandes de leurs équipes (voir ici). Une initiative historique pour de nombreux observateurs et signe d'une véritable fronde à tout les niveaux

La revendication des agents est simple : une rotation des équipes sur la semaine pour que l’administration parisienne se conforme au Protocole national pour la santé des salariés face à l'épidémie qui demande de « limiter le nombre d'agents susceptibles d'être présents ou de se croiser sur le lieu de travail ». Une position relayée, et c'est à souligner par..... un service officiel de la mairie de Paris, la Mission Inspection Santé Sécurité Travail (MISST) de la Ville, laquelle déclarait qu'un fonctionnement « à effectif complet » était en contradiction avec la protection des agents. Vu comme ça les droits de retrait seront sans aucun doute validés par cette dernière !

D'après les premières informations qui remontent, d'autres bibliothèques devraient emboiter le pas à Violette Leduc puisque de nombreuses équipes se réunissent ce matin pour discuter de la possibilité de se mettre elles aussi en droit de retrait. Parmi elles, on peut déjà citer la MMP (Ier), Buffon (Ve), Malraux (Vie), Sagan (Xe), Parmentier (XIe), Yourcenar (XVe) ou encore Duras (XXe). Une liste évidemment non exhaustive.

 

 

                                          - Pfff, je suis en train de me faire une Jean Castex moi !

Partager cet article
Repost0
25 février 2021 4 25 /02 /février /2021 17:21
Bibliothèques : Le troisième lieu au temps du couvre-feu !
Partager cet article
Repost0
27 janvier 2021 3 27 /01 /janvier /2021 09:38
Covid19 : la révolte des bibliothécaires de la capitale contre les décisions ineptes de la mairie de Paris

Dans une lettre ouverte à Carine Rolland, l'adjointe à la culture d'Anne Hidalgo, ils dénoncent le manque total de compréhension et de bienveillance de leur administration alors que la situation sanitaire grave et exceptionnelle impose un couvre-feu à 18h

Le nombre est impressionnant, puisque plusieurs centaines de bibliothécaires parisiens, quatre cent trente huit précisément, ont décidé nommément d'interpeller leur tutelle sur les conditions d'ouverture de leur établissement en cette période de pandémie de Covid-19, rendues encore plus difficile avec la décision gouvernementale d'instaurer un couvre-feu dès dix-huit heure sur l'ensemble du pays. A ces trois cent soixante dix neuf agents qui représentent la totalité des soixante cinq bibliothèques de la capitale, on peut même rajouter des chefs d'établissement, lesquels n'ont pu signer publiquement pour d’évidentes raisons mais beaucoup d'entre eux ont fait savoir qu'ils étaient d'accord avec ce texte.

Cette lettre ouverte a été envoyée à Carine Rolland, l'adjointe à la culture d'Anne Hidalgo et à la direction des affaires culturelles, qui vient d'ailleurs de se doter d'une nouvelle directrice, Irène Basilis. Une lettre dans laquelle les bibliothécaires de la capitale pointent la Ville de Paris pour son « manque total de compréhension et de bienveillance alors que la situation sanitaire grave et exceptionnelle nous impose un couvre-feu à 18h ». La voici dans son intégralité.

« Un très grand MERCI… à NOUS !. C’est ainsi que la Direction des Affaires Culturelles de la Ville de Paris concluait son message de vœux pour cette nouvelle année et dans lesquels nous étions tous « formidables » pour avoir répondu présents pendant cette sale année 2020.  Sauf qu’une question se pose : était-ce un « Nous » vraiment destiné à tous les agents ou bien était-ce un « Nous de majesté » ? Car Nous, bibliothécaires du réseau, sommes plus qu’en colère ! Notre administration faisant montre d’un manque total de compréhension et de bienveillance alors que la situation sanitaire grave et exceptionnelle nous impose un couvre-feu à 18h.

Car oui « merci à Nous » de continuer à venir tous et toutes travailler dans des bureaux trop petits qui ne nous permettent pas de respecter les mesures sanitaires. « Merci à nous » d’accueillir le public avec des plexiglas qui ne servent à rien car non-calibrés pour le fonctionnement de nos établissements. « Merci à nous » de déjeuner à l’extérieur en hiver car il n’y a pas de cantine à proximité ni de cuisine assez grande pour manger à l’intérieur de nos établissements.« Merci à Nous » d’accepter d’ouvrir nos bibliothèques sans que les portes, les rampes d’escaliers, les toilettes ne soient nettoyées comme l’imposent les protocoles sanitaires, y compris ceux de la Ville de Paris.

Nous savons que l’ensemble des organisations syndicales qui nous représentent au Comité Hygiène et Sécurité (CHSCT) de la Direction des Affaires Culturelles, soit la CFDT, la CGT PACS, le SUPAP,-FSU, l’UCP et l’UNSA ont tous voté pour une fermeture à….17 heures ! Proposition balayée par la Ville de Paris qui a finalement concédé une fermeture à 17h30 pour en principe permettre aux agents de pouvoir rentrer au plus vite chez eux et de ne pas trop dépasser la limite du couvre-feu pour ceux qui n’habitent pas trop loin. Nos représentants ont également réclamé une Autorisation Spéciale d'Absence (ASA) par semaine pour chacun d’entre nous pour ne pas encombrer les transports, ni nos bureaux ou nos cuisines (pour les établissements qui en possèdent).

Au lieu de quoi, l’administration nous demande « de faire nos horaires » sans discussion aucune et sans prendre en compte la situation qui nous est imposée. Résultat : nous devons rester dans nos établissements jusqu’à 18 Heures ! Et donc pour beaucoup d’entre nous c’est un retour chez soi à 19h, 19h30, voire 20 h, vu que nous ne sommes pas vraiment des privilégiés qui pouvons nous permettre d’habiter à proximité de notre lieu de travail. Incompréhensible et surtout de quoi nous mettre en colère car pour « NOUS » les décisions de l’administration relèvent d’un manque de bienveillance totalement déplacé alors que les équipes des bibliothèques sont les seules à assurer une offre culturelle au niveau municipal, depuis des mois.

C’est pour cela que « NOUS », Nous demandons la fermeture des établissements à 17h sans préjudice aucun pour les agents ainsi qu’une ASA hebdomadaire, ces deux mesures permettant d’assurer les contraintes sanitaires dans les établissements et d’alléger les contraintes liées à l’organisation de la vie. Est-ce que pour se faire entendre les organisations syndicales qui nous représentent doivent êtres contraintes de déposer un préavis de grève ? À une époque où il est demandé à tous et toutes de faire des efforts cela en dit long sur l’état d’esprit qui anime notre administration ». Au vu du nombre impressionnant de signataires, signe d'une véritable fronde, sûr que cette lettre ne pourra être ignorée par une municipalité qui se clame progressiste !

 

 

 

    Covid19 : la révolte des bibliothécaires contre les décisions ineptes de la mairie de Paris !

- Pffff, si ça continue comme ça, il va falloir mettre un couvre-feu sur mes ambitions élyséennes....

Partager cet article
Repost0