Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

C'est Qui ? C'est Quoi ?

  • : Syndicat PACS-DAC de la Ville de Paris
  • : Blog du syndicat PACS de la Direction des Affaires Culturelles (DAC) de la Ville de Paris.
  • Contact

Qui sommes nous ?

Nous sommes des personnels de la Direction des Affaires Culturelles de la Ville de Paris, travaillant dans les bibliothèques municipales, conservatoires d'arrondissement, ateliers des beaux-arts, services centraux...

Nous militons au sein du syndicat des personnels administratifs, de la culture et de service (PACS) pour défendre les droits des salariés, la qualité du service public

Pour vous syndiquer, demander conseil, faire des réclamations, envoyer des informations, une seule adresse : daccgtculturegmail.com

 

 

 

Recherche

23 octobre 2020 5 23 /10 /octobre /2020 14:23
Santé publique : le coronavirus continue à circuler activement dans les bibliothèques parisiennes !

Cette fois c’est la bibliothèque Couronnes (XXe) qui est touchée, laquelle est contrainte de fermer totalement ses portes puis ensuite une partie de son bâtiment

Une nouvelle bibliothèque parisienne vient d'être touchée par le covid-19 après la découverte d'un cas positif parmi ses agents. Après Duras (Xxe) Yourcenar (XVe), Sorbier (XXe), Goute d'Or (XVIIIe), Sagan (Xe), Malraux (Vie) ou encore Louise Michel (XXe) c'est maintenant au tour de la bibliothèque Couronnes située dans le XXème arrondissement de s’ajouter à cette liste.

Ainsi dans un communiqué diffusé sur la messagerie interne des bibliothèques de la Ville Paris il a été indiqué par la direction de cet établissement du nord est parisien. « qu’ en raison d’un cas de COVID, la bibliothèque Couronnes sera fermée aujourd’hui vendredi 23 octobre. Elle ouvrira à 14h samedi 24 octobre mais la section jeunesse restera fermée ».

Si les cas de covid-19 se multiplient dans les bibliothèques parisiennes, obligeant ces dernières à prendre les mesures sanitaires nécessaires, la polémique sur cette pandémie touche également les musées municipaux de la capitale suite à des pratiques jugées plus que douteuses non seulement par les agents  mais aussi, et c’est plus inquiétant par le public lui-même (lire ici).

 

 

                         Covid-19 dans les établissements de la mairie de Paris : vas y Jeannot !

                                         - Alors ma chère Anne, tu ne vois toujours rien venir ?

Partager cet article

Repost0
8 octobre 2020 4 08 /10 /octobre /2020 14:10
Covid-19 : les fermetures de bibliothèque se succèdent à Paris !

La bibliothèque Louise Michel (XXe) est fermée toute la semaine pour cause de Covid-19. C'est le septième établissement de lecture publique de la capitale touché à ce jour par le virus

Une nouvelle bibliothèque parisienne vient d'être touchée par le covid-19 après la découverte d'un cas positif parmi ses agents. Après Duras (Xxe) Yourcenar (XVe), Sorbier (XXe), Goute d'Or (XVIIIe), Sagan (Xe) ou encore Malraux (VIe)  c'est maintenant au tour de la bibliothèque Louise Michel située dans le XXème arrondissement de s’ajouter à cette liste.

Dans ces conditions, et d’autant plus que l’Ile de France est classée en zone « d’alerte maximale » la bibliothèque du nord de la capitale ferme ses portes toute cette semaine. « En raison de l’infection covid 19 au sein de l’établissement, la bibliothèque sera fermée du 6 au 10 octobre. En vous remerciant pour votre compréhension » est-il ainsi indiqué dans le communiqué, publié sur la page Facebook de la bibliothèque.

Le coronavirus ne laisse pas beaucoup de répit à la direction des affaires culturelles de la Ville de Paris et à sa nouvelle adjointe en charge de la culture, Carine Rolland, car il y a quelques semaines à peine la médecine du travail de la Ville a dû intervenir vigoureusement après la découverte d'un foyer de contamination à la médiathèque Françoise Sagan (Xe) pour contraindre l'administration à revoir sa copie sur les conditions d'ouverture de l'établissement (lire ici).  

                                               

Carine Rolland, la nouvelle adjointe à la culture à la mairie de Paris

Carine Rolland, la nouvelle adjointe à la culture à la mairie de Paris

Partager cet article

Repost0
7 octobre 2020 3 07 /10 /octobre /2020 16:07
Paris : Une bibliothèque accueille en exclusivité mondiale plusieurs installations d'art contemporain

                                            En plus les œuvres sont waterproof !

Paris capitale de la culture ? Plus que jamais avec cette initiative prise par la Ville de Paris, laquelle vient de prendre de vitesse Londres, Amsterdam, New York, Tokyo ou encore Zurich en faisant entrer l'art contemporain dans une médiathèque, en l’occurrence Marguerite Duras, située dans le XXeme arrondissement.

Une bibliothèque qui accueille en exclusivité plusieurs installations conceptuelles c'est assurément une première mondiale. Des œuvres ready made dont le thème est la pluie comme le montre ces photos prises par les artistes eux-mêmes. Bien entendu elles sont Waterproof, là aussi c'est une première ! A noter que ces œuvres d'art conceptuel sont non seulement installées sur plusieurs niveau de l'établissement mais aussi, à le demande de la Ville, dans les espaces de travail réservés aux personnels dans le cadre de la ligne directrice de la nouvelle mandature parisienne pour le bien être au travail !

La médiathèque Marguerite Duras n’en est pas à son coup d’essai dans l’innovation puisque sous l’impulsion de la Direction des Affaires Culturelles de la Ville de Paris elle avait déjà accueilli une performance. Malheureusement cela avait fait un monumental flop (voir ici). Croisons les doigts (et sortons les pépins) pour que cette fois ce ne soit pas le cas. Et ainsi permettre à la médiathèque Duras de devenir la nouvelle FIAC (d’eau).

Fiac d'eau
Fiac d'eau
Fiac d'eau
Fiac d'eau
Fiac d'eau

Fiac d'eau

Partager cet article

Repost0
1 octobre 2020 4 01 /10 /octobre /2020 14:15
Paris : une bibliothèque victime d’attaques racistes et homophobes

C’est la deuxième bibliothèque de la capitale à être touchée mais la mairie de Paris fait tout, semble-t-il, pour étouffer l’affaire !

Après la bibliothèque Colette Vivier (XVIIe) qui subit régulièrement injures et menaces que ce soit par téléphone ou par écrit (lire ici) c’est au tour de la médiathèque Edmond Rostand, située elle aussi dans le même arrondissement, de connaitre le même sort cette semaine.

Mais si, à la bibliothèque Colette Vivier, les injures et menaces  étaient essentiellement sexistes (salope, pétasse….) à Edmond Rostand, se sont aussi ajoutés des insultes racistes et homophobes. De quoi en principe faire réagir fissa la mairie de Paris. Sauf que rien. Silence radio.

Mieux, la photo reproduite ici après avoir été publiée sur Twitter par la bibliothèque et retweetée par le maire de l’arrondissement, Geoffroy Boulard, a été….. supprimé ce matin, sur ordre de la mairie centrale et de la direction des affaires culturelles de la Ville de Paris ! Drôle de méthode pour sûr, mais vaine car l’objet du délit avait été sauvegardé par la magie des réseaux sociaux.

Alors que d’habitude Anne Hidalgo ou un de ses adjoints dégainent un communiqué à chaque tag raciste ou homophobe,  ce silence ne peut qu’interpeller alors que ce sont des bâtiments publics qui sont touchés ! Peut-être parce que ça se passe dans un arrondissement dirigé par un maire d’opposition ? Lequel a, lui, condamné fermement et publiquement ces actes de malveillance (voir ici). Les bibliothécaires concernés et les habitants apprécieront. Et probablement aussi une grande partie de la majorité municipale.

 

 

Injures sexistes, racistes, homophobes sur des bibliothèques : il est le seul à les avoir condamné !

                                                       - Et oui j'ai même grillé Alice Coffin et les écolos !

Partager cet article

Repost0
25 septembre 2020 5 25 /09 /septembre /2020 13:28
Paris : des bibliothécaires victimes d'injures sexistes récurrentes !

Après avoir fermé leur bibliothèque en signe de protestation, les personnels de Colette Vivier (XVIIe) ne peuvent que constater les récidives, en toute impunité, de leur harceleur !

Les attaques allaient crescendo depuis plusieurs mois. Jusque au ras le bol des agents, puisque ce mardi les personnels de la bibliothèque Colette Vivier, située dans le quartier des Batignolles dans le XVIIème arrondissement de Paris, ont effectué leur droit de retrait face à ces menaces récurrentes (voir ici)

Si la situation a bien été prise au sérieux par la mairie de Paris, ces attaques ont néanmoins perduré. Si bien que le maire du XVIIème arrondissement, Goeffroy Boulard, a dû interpeller la mairie centrale sur cette succession d'injures qui touchent des employés municipaux : «  je vois que le problème n’est toujours pas résolu. La DPSP (qui doit protéger le personnel de la Ville) et le commissariat de police peuvent-ils rapidement mettre en place un dispositif coordonné, discret et efficace pour confondre cet individu ? ».

Cette intervention a mis en branle la mairie de Paris puisque le directeur de la police municipale de la capitale, Michel Felkay, lui-même ancien commissaire, a du se fendre d'une réponse : « Bonjour monsieur le Maire, Les patrouilles s’arrêtent tous les jours et prennent contact. Mes effectifs de nuit ont eu également la consigne de passer. Une plainte a été déposée au commissariat. C'est sans doute un usager de la bibliothèque qui agit après 18H, heure de fermeture et avant l'ouverture le lendemain (donc en soirée ou la nuit NDR). L’homme a appelé la bibliothèque le 23 juillet et a proféré des insultes ; j’espère que l’identification permettra d’aboutir. J’ai saisi le directeur territorial de la Préfecture de Police qui m’a dit qu’il suivait l’affaire ». Des propos qui confirment qu'en plus d'êtres écrites les menaces se font aussi par téléphone !

Sauf que deux nouvelles exactions ont eu lieu hier et encore ce matin. À voir les photos de ces graffitis publié dans cet article, inutile d'en dire plus. Reste à savoir si Anne Hidalgo, la maire de Paris, et /ou son adjointe à la culture, Carine Rolland, vont porter plainte en tant que représentantes de la Ville contre ces graves menaces qui touchent des agents et dégradent des bâtiments municipaux.

 

Paris : des bibliothécaires victimes d'injures sexistes récurrentes !

Partager cet article

Repost0
22 septembre 2020 2 22 /09 /septembre /2020 14:00
Paris : une bibliothèque ferme après une succession d’injures et de menaces

Des inscriptions régulières selon les bibliothécaires puisque ce sont les septième de ce genre depuis plusieurs mois.

« Directrice la pute », « sale pétasse », « salope », « je vous vois, je vous casse la gueule » (sic). Ce sont les énièmes injures qu’ont trouvé ce matin les personnels de la bibliothèque Colette Vivier, située rue Fourneyron dans le quartier des Batignolles dans le XVIIème arrondissement de Paris. Des inscriptions régulières selon les bibliothécaires puisque ce sont les septièmes de ce genre depuis plusieurs mois.

Face à ces menaces récurrentes qui vont crescendo et ne se sentant plus vraiment en sécurité, l’équipe de la bibliothèque a décidé tout simplement de fermer l’établissement pour enfin mettre les pieds dans le plat en signe de protestation comme l’explique le communiqué publié sur leur page Facebook : « L’équipe de la bibliothèque est la cible d’injures sexistes à répétition depuis mars 2020. De plus en plus violentes, ces insultes sont aujourd’hui devenues des menaces physiques. Nous décidons ce jour, mardi 22 septembre, d’exercer notre droit de retrait et de ne pas ouvrir la bibliothèque ».

Une alerte prise au sérieux par Karen Taiëb, l’adjointe d’Anne Hidalgo en charge du patrimoine mais surtout présidente du Comité Hygiène et Sécurité de la direction des affaires culturelles (DAC) de la Ville de Paris. Avec son administration, elle a décidé de saisir ses homologues de la direction de la protection et de la sécurité (DPSP), le service municipal en charge de la sécurité à Paris et notamment des bâtiments municipaux. Reste maintenant à savoir si des agents seront envoyés sur place. En attendant la bibliothèque reste bien sûr fermée.

 

 

                                                                           Cote dewey : 841

 

Partager cet article

Repost0
16 septembre 2020 3 16 /09 /septembre /2020 10:30
Dimanche : l’ouverture de la bibliothèque Jean-Pierre Melville (XIIIe) reportée à plus tard !

La nouvelle adjointe à la culture, Carine Rolland évite ainsi la reprise du conflit social qui avait démarré en janvier avant de s’arrêter pour cause de confinement

C’était un mouvement qui avait été très suivi durant deux mois en ce début d’année par les bibliothécaires parisiens qui travaillaient le dimanche puisque chaque semaine tous les établissements concernés – Canopée (Ier), Sagan (Xe), Hélène Berr (XIIe), Yourcenar (XVe), Rostand (XVIIe) ou encore Duras (XXe) étaient en grève à un moment ou un autre. Sans parler de Melville (XIIIe), il est vrai particulièrement remontée contre les faibles moyens que lui proposait la Ville de Paris, car ce dernier établissement, lui, n’a jamais ouvert ses portes le septième jour (lire ici).

Durant ces plus de deux mois de conflit, les bibliothécaires parisiens revendiquaient alors, en plus de bonnes conditions de travail pour leurs collègues de Melville, l'augmentation de la prime qui compense le travail du dimanche. Actuellement de cent euros (brut), cette prime n’avait pas été réévaluée depuis plus de dix ans malgré le coût de la vie dans ce qui est une des capitales les plus chères du monde selon les études officielles. Les agents réclamaient donc qu’elle passe à cent cinquante euros net. Puis le conflit s’est arrêté pour cause de pandémie de Covid et le confinement général qui s’en est suivi. Un conflit qui restait gelé lors de la reprise progressive des bibliothèques parisiennes au mois de juin dernier car à ce moment la mairie de Paris a finalement décidé de ne pas rouvrir le dimanche et d’attendre la rentrée. Maintenant nous y voilà.

Sauf  que les raisons de la grève n’avaient pas disparu durant la pandémie d’autant que la Ville de Paris n’avait toujours pas trouvé de vaccin…. Bref, le conflit ne demandait qu’à repartir. Mais entretemps était arrivé un tremblement de terre à l’Hôtel de Ville, avec la démission fracassante cet été de Christophe Girard, l’adjoint à la culture à la mairie de Paris depuis près de deux décennies. De quoi sinon rabattre les cartes, tout du moins d’entamer des négociations pour repartir sur d’autres bases car la seule entrevue avec l’ancien factotum de Pierre Bergé avait tourné à la farce (lire ici)

C’est ainsi que l’intersyndicale CGT, FO, SUPAP-FSU, UCP, a rencontré ce mercredi 16 septembre, la nouvelle adjointe en charge de la Culture, Mme Carine Rolland, sur la question de l’ouverture du dimanche en général, et, plus particulièrement, pour évoquer les conditions d’ouverture et de travail à la médiathèque Jean-Pierre Melville. Une rencontre qui a porté ses fruits puisque dans le communiqué envoyé à l’ensemble des personnels des bibliothèques parisiennes il a été acté que « Mme Carine Rolland a répondu favorablement à plusieurs de nos demandes pour sortir du conflit : et pour commencer, Jean-Pierre Melville n’ouvrira pas le dimanche au moins jusqu’à début  2021 ».

Et l'intersyndicale de préciser : « en effet, l’élue a accepté le principe d’un moratoire pour Melville le temps de ses discussions entamées avec l’adjoint en charge des personnels,  Antoine Guilloux. Par ailleurs, l’administration s’est engagée à nous fournir un calendrier pour la poursuite des négociations sur la revalorisation salariale de la filière culturelle. De notre côté, nous maintenons la demande que la revalorisation de la prime dominicale soit incluse dans les négociations ». De quoi sortir, pour un moment, du l'affrontement car l’intersyndicale, bien sûr, ne déposera pas de préavis de grève « en attendant les propositions de la Ville de Paris ». Et belle entrée en matière pour Carine Rolland qui évite ainsi la reprise d’un conflit social.

 

 

 

   Social : Carine Rolland force l'admiration jusque chez d'anciens syndicalistes (certes étudiant)

                                           - Ah bravo ma Carine,  car moi j'ai jamais su y faire avec eux !

Partager cet article

Repost0
15 septembre 2020 2 15 /09 /septembre /2020 14:12
Covid : Une nouvelle bibliothèque parisienne ferme ses portes !

La bibliothèque André Malraux (VIe) sera fermée toute la semaine pour cause de Covid-19. C'est le sixième établissement de lecture publique de la capitale touché à ce jour par le virus

Une nouvelle bibliothèque parisienne vient d'être touchée par le covid-19 après la découverte d'un cas positif parmi ses agents. Après Duras (Xxe) Yourcenar (XVe), Sorbier (XXe), Goute d'Or (XVIIIe) ou encore Sagan (Xe) c'est maintenant au tour de la bibliothèque André Malraux située au carrefour de la rue de Rennes et du boulevard Raspail dans le VIème arrondissement de s’ajouter à cette liste.

« En raison d'un cas COVID-19 avéré au sein des équipes de la bibliothèque, nous ne pourrons pas vous accueillir cette semaine. La bibliothèque André Malraux sera exceptionnellement fermée du mardi 15 septembre au mardi 22 septembre 2020. Nous vous retrouverons mardi 22 septembre à partir de 13h. » est-il ainsi indiqué dans le communiqué, publié sur la page Facebook de la bibliothèque.

Le coronavirus ne laisse pas beaucoup de répit à la direction des affaires culturelles de la Ville de Paris et à sa nouvelle adjointe en charge de la culture, Carine Rolland, car il y a quelques jours à peine la médecine du travail de la Ville a dû intervenir vigoureusement après la découverte d'un foyer de contamination à la médiathèque Françoise Sagan (Xe) pour contraindre l'administration à revoir sa copie sur les conditions d'ouverture de l'établissement (lire ici).

 

 

 

                          Covid-19 : une sixième bibliothèque de la capitale touchée par le virus

                                    - Pfff, et en plus je n'ai plus d'adjoint en charge de la Seine

Partager cet article

Repost0
9 septembre 2020 3 09 /09 /septembre /2020 09:52
Épidémie de Covid à la médiathèque Sagan : la médecine du travail renvoie l’administration parisienne dans.......

Les représentants de la direction des affaires culturelles de la Ville de Paris croyaient pourtant  passer une matinée tranquille !

C’est ce que l’on appelle un « invité surprise ». En effet ce mercredi 9 septembre, à la médiathèque Françoise Sagan (Xe) était prévu une réunion organisée par la direction des affaires culturelles (DAC) de la Ville de Paris pour parler de l’épidémie de Covid qui a touché l’établissement la semaine dernière (lire ici). Une administration qui avait envoyé ses plus éminents représentants, venus convaincre les bibliothécaires « que tout était norma» et qu’en fait le virus n’était jamais parvenu jusqu’à eux ! Et que le fait que leur établissement soit devenu un foyer de contamination officiel selon les normes des autorités sanitaires n’était rien que des menteries.

Sauf que patatras, une représentante de la médecine du travail, le SMP et une autre de l’inspection en santé et sécurité de la ville, la MISST se sont auto-invitées à cette réunion au grand dam de l’administration. Et on la comprend car on peut déjà dire que pour les représentants de la DAC, elles n’ont pas fait le voyage pour rien. Car elles ont été claires : « nous sommes là pour appliquer nos missions : protéger les agents dans le cadre de leur travail. Et encore plus avec la situation sanitaire actuelle », ce qui pour la médiathèque Françoise Sagan est des plus appropriés,en effet.

C’est alors qu’elles sont rentrées dans le vif du sujet et déclaré que « notre visite matinale du bâtiment nous a éclairées sur les fort possibles raisons de la contamination des trois bibliothécaires car pour nous il y a clairement des problèmes de ventilation, de fenêtres et de promiscuité dans les bureaux ». Bref, que le bâtiment était à un fort potentiel de contamination en cette période de pandémie de Covid.

Un coup dur pour la délégation de la DAC laquelle un peu sonnée n’a pu que balbutier un « juste équilibre à trouver » pour quand même rouvrir l’établissement. Pas suffisant pour l’inspection qui rétorqua alors que « son travail était de faire en sorte que les bonnes conditions de travail soient respectées » et de préconiser que les bureaux des bibliothécaires soient désormais transférés dans les espaces disponibles, habituellement destinés aux usagers, pour respecter les normes de distanciation physique. L’administration étant fermement opposée à cette solution, pourtant de bon sens et d’ailleurs prévue par les textes, le climat était donc « un peu tendu » selon les observateurs présents. Pour le moins.

C’est alors qu’une partie de l’encadrement de la médiathèque Sagan a mis les pieds dans le plat, concluant sans appel que « vu la configuration des bureaux et l’effectif global de la bibliothèque (46 personnes), la seule solution est le retour au temps partiel de cet été ». Inutile de vous dire que nos deux représentants de la DAC sont tombés en syncope face à une telle proposition. Heureusement qu’un médecin était sur place !

Autre moment croquignolet : la fourniture de lingettes virucides pour les personnels. Alors là, panique à bord, l’administration n’en a pas ! « Mais ils peuvent se servir de chiffons » osa alors un des représentants de la DAC. Un ange est évidemment passé. Et ce dernier de noter alors scrupuleusement le nom du produit, qu’il ignorait, pour pouvoir en commander ! Bref, ce n’était pas son jour. Finalement dans l’après-midi est tombée la nouvelle que, n’ayant plus d’alternative, la DAC n’eut d’autre solution que de fermer les étages ouverts habituellement au public et n’ouvrir que le rez-de-chaussée ! Et ce pour une durée indéterminée.

Une réunion du Comité d’Hygiène et de Sécurité (CHSCT) est prévue ce vendredi 11 septembre et le cas de la médiathèque Sagan sera évidemment à l’honneur. Et nos deux invités surprise seront de nouveau présents. À notre avis l’ambiance risque d’être chaude, voire bouillante malgré les règles de distanciation physique. Toutefois selon nos informations, elle devrait probablement être reportée car tous les documents nécessaires pour la tenue de la séance...... ont été envoyés hors délai par l’administration ! Ah, quand ça veut pas….                         

Épidémie de Covid à Sagan : les représentants de la DAC ne s'attendaient pas un tel accueil
Épidémie de Covid à Sagan : les représentants de la DAC ne s'attendaient pas un tel accueil

Épidémie de Covid à Sagan : les représentants de la DAC ne s'attendaient pas un tel accueil

Partager cet article

Repost0
3 septembre 2020 4 03 /09 /septembre /2020 16:38
Covid dans les bibliothèques parisiennes :  cette fois on a vraiment officiellement affaire  à un « cluster »

La médiathèque Françoise Sagan (Xe) qui avait dû fermer en urgence la semaine dernière est désormais devenue un foyer de contamination selon les critères des autorités sanitaires

Le coronavirus continue de toucher les bibliothèques parisiennes. Après avoir atteint Duras (XXe), Yourcenar (XVe), Goutte d'Or (XVIIIe) ou encore Sorbier (XXe) ces derniers temps, ce fut au tour de la médiathèque Françoise Sagan, située dans le quartier de la gare de l’Est, dans le Xème arrondissement, d’être touchée à son tour avec un cas avéré de covid-19 parmi le personnel. La bibliothèque avait alors dû fermer en urgence le week-end dernier. Ce qui n’était ne semble-t-il guère au goût de la mairie de Paris qui sans attendre le résultat du test pour les agents, voulu rouvrir dès le mardi suivant.

Une décision qu'on sait désormais malheureuse puisque, parmi les cas contacts testés, deux sont revenus positifs hier : la médiathèque Françoise Sagan s’apparente désormais à un « cluster ».  Mais qu'est-ce qu'un cluster ?  Les autorités sanitaires parlent de « cluster» ou de « foyer de contamination » lorsque l'on dénombre au moins trois cas confirmés ou supposés de contamination à la Covid-19, sur une période de sept jours et que ces personnes appartiennent à la même communauté ou ont participé au même rassemblement et ce, qu'ils se connaissent ou non. A Sagan on y est bel et bien !

Du côté de la direction des affaires culturelles de la Ville de Paris, par contre, on pratique un véritable déni car si la bibliothèque Françoise Sagan n’est ouverte aujourd’hui qu’en mode très (très) réduit (uniquement le rez-de-chaussée car les étages sont tous fermés au public) c’est officiellement non pour des raisons sanitaires mais à cause « d’un effectif réduit ». Oh, comme c’est joliment dit ! On ne savait pas la mairie de Paris avoir des pudeurs de gazelle sur cette question sanitaire. On avait même cru comprendre le contraire à écouter les diverses interventions médiatiques des élus de la capitale.

 

 

 

               Covid-19 : quand l'administration parisienne met à mal la com d'Anne Hidalgo.....

                                                              - Grrr, les masques tombent !

Partager cet article

Repost0