Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

C'est Qui ? C'est Quoi ?

  • : Le blog de CGT Culture DAC Ville de Paris
  • Le blog de CGT Culture DAC Ville de Paris
  • : Blog du Syndicat CGT Culture de la Direction des Affaires Culturelles de la Ville de Paris.
  • Contact

Qui sommes nous ?

Nous sommes des personnels de la Direction des Affaires Culturelles de la Ville de Paris, travaillant dans les bibliothèques, conservatoires, musées, ateliers des beaux-arts, services centraux...

Nous militons au sein de la CGT pour défendre les droits des salariés, la qualité du service public rendu aux Parisiens.

Pour vous syndiquer, demander conseil, faire des réclamations, envoyer des informations, une seule adresse : daccgtculturegmail.com


Recherche

Pages

20 août 2015 4 20 /08 /août /2015 11:12
BTP : A Paris, les établissements culturels vont à vau-l’eau

Quand ils ne sont pas victimes d’inondation, c'est l’électricité qui court-circuite ou bien l'air qui se met à manquer. Parfois, ce sont même les portes qui se mettent à exploser !

Plouf ! Récemment, une importante fuite d’eau a obligé la bibliothèque Germaine Tillion-Trocadéro (XVIe) à fermer ses portes.

Cet épisode prouve une foi de plus l'état déplorable des bâtiments qui abritent les bibliothèques municipales parisiennes. Ainsi, la bibliothèque Italie (XIIIe) est victime, elle aussi, d'inondations répétées depuis plusieurs années. Il est vrai qu'elle est installée dans un immeuble de la RIVP (Régie immobilière de la Ville de Paris) des années soixante-dix qui souffre de problèmes d’étanchéité. Sa fermeture estivale pour divers travaux aurait été l'occasion de réparer les fuites. Ben, en fait non.

De son côté la bibliothèque Saint Eloi (XIIe) est fermée depuis le 26 mai dernier en raison également d’un important dégât des eaux. Tellement important qu'elle ne rouvrira pas avant... fin septembre. Soit quatre mois de travaux. La bibliothèque est, elle aussi, installée dans un immeuble de la RIVP. Notre syndicat se proposait de rebaptiser la bibliothèque saint Eloi du nom de Saint Vincent Ferrier, patron des plombiers (lire ici) !

Du côté des conservatoires la situation n'est pas meilleure. Une nappe phréatique incontrôlable s'invite au cœur même des enseignements artistiques amateurs du Conservatoire du XVIe, créant là aussi de nombreuses infiltrations d’eau. Pour lutter contre cette nappe qui a envahi le sous-sol, le personnel a passé régulièrement et pendant de longues semaines une raclette bien dérisoire sur la moquette spongieuse et les sols gorgés d'eau, après avoir charrié des kilos d’instruments d'une salle de cours à une autre, en fonction de la hauteur d'eau, tout en prenant soin de ne pas glisser dans l'huile issue de la trémie de l'ascenseur débordante, le tout dans une odeur qui rappelle d’excellentes vacances passées dans une cave.

C'était il y a dix huit mois et la situation ne semble malheureusement pas s'être améliorée car toutes les opérations récentes de pompage ont échoué.

 

               Paris : Un usager des équipements culturels municipaux pris au dépourvu

BTP : A Paris, les établissements culturels vont à vau-l’eau

                                                    - La prochaine fois je viens avec un ciré

Quand ils ne sont pas inondés, nos bâtiments culturels municipaux ont carrément les plombs qui sautent, comme à la médiathèque Yourcenar (XIVe) obligée de fermer quelques jours fin juillet faute d’électricité. Un épisode qui semble rappeler une mésaventure qui s'était déjà produite en 2012. Nous éviterons de parler de la climatisation qui contraint parfois l'établissement à fermer ses portes en cas de température trop forte en été ...ou trop basse en hiver !  Rappelons que cette bibliothèque a été inaugurée il y a quelques années à peine et qu'elle nous a été présentée comme le nec plus ultra des bâtiments municipaux

Côté qualité de l'air, ce n'est pas mieux si l'on en croit la mésaventure arrivée à la médiathèque Jean-Pierre Melville dans le XIIIe. Elle aussi a été contrainte de fermer plusieurs jours ses portes au public car « l’air y était devenu irrespirable » selon la direction. Un phénomène que même AirParif n'avait pas anticipé. La raréfaction de l'air était due cette fois à une panne du système de ventilation. Un  système  pourtant neuf car le moteur a été entièrement changé il y a huit mois à peine suite à des pannes répétées qui avaient déjà contraint l'établissement à fermer.

Ceci-dit, il semble que Melville, bâtiment construit dans les années quatre-vingt, soit en bout de course, car quand il ne cherche pas son second souffle, il doit s'attendre à ce que ce soit ses portes qui explosent comme cela est arrivé au mois de juin de cette année. Une explosion due à la chaleur, paraît-il (voir ici).

Devant ces phénomènes à répétition, notre syndicat va mettre ce point à l'ordre du jour du prochain CHS-CT (Comité Hygiène et Sécurité) de la Direction des Affaires Culturelles de la Ville de Paris présidé par Bruno Julliard le premier adjoint en charge de la culture et désormais aussi en charge des travaux publics.

 

          La mairie de Paris a vraiment des problèmes avec l'état de ses bâtiments culturels

BTP : A Paris, les établissements culturels vont à vau-l’eau

.

  - Alors là c'est une fuite, là bas une porte qui explose et bientôt on pourra même plus respirer

                                      - Bigre,  faut m'appeler Bruno d'urgence

Repost 0
Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans bibliothèques Conservatoire-ABA
commenter cet article
11 juin 2015 4 11 /06 /juin /2015 16:19
Ateliers Beaux Arts de la Ville de Paris : le préavis de grève pour le 13 juin est levé.

                        Les revendications ont été entendues et satisfaites

Le syndicat CGT de la Direction des affaires culturelles de la Ville de Paris dénonce depuis plusieurs mois, voire des années, la dégradation des conditions de travail des collègues professeurs ou administratifs dans les Ateliers Beaux Arts municipaux de la capitale

Nous nous étions donc associé au préavis déposé par Force Ouvrière pour une grève le samedi 13 juin 2015 suite aux détériorations des relations hiérarchiques entre l'administration et les personnels des enseignements artistiques. Nous demandions, entre autre, l'arrêt de la mobilité imposée. Enfin, nous soutenions la demande d'une revalorisation des contrats à temps plein et la 16ème heure pour tous (lire ici).

Dans le cadre de ce préavis, l’administration parisienne a donc rencontré les représentants des personnels. Après des échanges constructifs la Direction des Affaires Culturelles a annulé son projet de licenciement d’un professeur. La mobilité contrainte sera réévaluée avec les enseignants concernés. La souffrance générée par ces dispositions ayant été entendue.

Par ailleurs, la 16ème heure va être étudiée par la Direction des Ressources Humaines (DRH) à la demande du directeur des affaires culturelles,  afin d'aboutir à une solution positive. Enfin, les missions des coordinateurs seront redéfinies et feront l'objet de fiches de poste précises en concertation avec les partenaires sociaux.

Dans ces conditions, considérant que les revendications ont été entendues et satisfaites, le préavis de grève est levé.

 

                                     Aux Ateliers Beaux Arts le préavis a bien été levé...

Ateliers Beaux Arts de la Ville de Paris : le préavis de grève pour le 13 juin est levé.

                                                                        - Mouais, faut voir ...

 

 

Lire aussi notre rubrique

Conservatoires -  Ateliers Beaux Arts

Repost 0
Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans Conservatoire-ABA Grèves - manifestations
commenter cet article
8 juin 2015 1 08 /06 /juin /2015 16:03
Grève dans les Ateliers Beaux Arts de la Ville de Paris le samedi 13 juin

Mobilité, revalorisation des contrats...nous soutenons pleinement les revendications de nos collègues des Ateliers Beaux Arts

Le syndicat CGT de la Direction des affaires culturelles de la Ville de Paris dénonce depuis plusieurs mois, voire des années, la dégradation des conditions de travail des collègues professeurs ou administratifs dans les Ateliers Beaux Arts municipaux de la capitale

Nous nous retrouvons dans le préavis déposé par Force Ouvrière pour une gréve le samedi 13 juin 2015 suite aux détériorations des relations hiérarchiques entre l'administration et les personnels des enseignements artistiques.

Nous demandons également l'arrêt de la mobilité imposée. Enfin nous appuyons la demande d''une revalorisation des contrats à temps plein et la 16éme heure pour tous.

Le 13 juin, les personnels des Ateliers Beaux-Arts de Paris se battent pour leurs droits

Grève dans les Ateliers Beaux Arts de la Ville de Paris le samedi 13 juin

 

Lire aussi notre rubrique

Conservatoires -  Ateliers Beaux Arts

Repost 0
Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans Conservatoire-ABA
commenter cet article
20 mai 2015 3 20 /05 /mai /2015 10:23
Ateliers Beaux Arts de la Ville de Paris : C’est le temps des copains

             Bon, en même temps si on ne peut plus aider les amis, hein ?

Les ateliers beaux arts de la ville de Paris, qui ont longtemps existé sous forme associative, ont été « remunicipalisé » au cours de la première mandature Delanoë sous l’impulsion de son adjoint à la culture de l’époque, Christophe Girard. Depuis cette date les ateliers beaux arts municipaux doivent en principe respecter scrupuleusement les règles en vigueur dans les administrations parisiennes, notamment en termes de recrutement. Tss,tss

Par exemple, quand un poste de professeur d’art est vacant, notamment du fait d’un départ en retraite, tout citoyen ayant le profil idoine pour ce poste doit pouvoir présenter sa candidature au concours, en espérant que son dossier suive légitimement un parcours équitable dans son traitement. Enfin, c’est que les honnêtes gens imaginent de la part d’une municipalité sourcilleuse sur les règles d’équité. Tss,tss, tss

Auparavant, le dossier du candidat lambda, expédié en bonne et due forme, arrivait effectivement sur le bon bureau pour être bien traité par la bonne personne, le responsable culturel en l'occurrence. Bon, jusque là, tout allait bien. Mais c'était une autre époque. Car voilà que désormais, le même dossier de candidature peut ne plus être regardé de la bonne manière quand cela sera nécessaire. Surtout si ce dernier n’est pas dans les petits papiers de celui qui a le pouvoir d’influencer le jury.

En un mot et pour faire simple: quand un chef détermine un profil de poste à pourvoir et que ce même chef souhaite voir venir un de ses proches, il fait en sorte de bien préparer le terrain à son poulain. Une technique aussi gagnante que pour Ourasi lors du Grand Prix d’Amérique !

Pour être encore plus précis, la méthode consiste d’abord à faire effectuer des remplacements occasionnels d’agent de la Ville absent pour maladie par le poulain en question. Après cette petite formation de terrain, qui permettra de bien profiler le dossier lorsque le concours se présentera, le poulain est presque assuré de franchir allégrement les étapes de sélection jusqu’au passage final devant un jury pas trop regardant sur l’historique du candidat.

 

Ateliers Beaux Arts de la Ville de Paris : C’est le temps des copains

.

Oui, mais comment convaincre un jury en principe à cheval sur son indépendance ? Le tour de passe-passe consiste ici à faire croire que les autres candidats n’ont pas vraiment le bon profil alors qu’il y en avait un, juste là, à portée de main, qui lui a le profil idéal. Si, si, il est là.  En plus c’est un très bon copain !

Mieux, il arrive aussi qu’un de ces prodigieux candidats de circonstance n’ait même pas eu besoin d’avoir une expérience (même petite) dans les ateliers beaux arts comme pourrait le suggérer le cas précédent. Il lui suffit simplement pour être embauché à la ville d’avoir déjà côtoyé le responsable en question n’importe où ailleurs... Bon, en même temps, si on ne peut plus aider les amis, hein ?             

En tout cas, si ce système perdure, la mairie de Paris n’a plus qu’une seule solution : Prévenir les postulants aux postes de prof des ateliers artistiques que ce n'est pas la peine de présenter leur candidature puisque le résultat est déjà plus ou moins dans les tuyaux ! Ça évitera les frais ! Nous avons évidemment quelques exemples précis. Si la direction des affaires culturelles et Bruno Julliard veulent en savoir plus…

Inutile de préciser que nombre de professeurs et d’agents des ateliers beaux arts sont on ne peut plus choqués par cette situation. Seule solution pour éviter toutes ces dérives à l’avenir : Que les concours de professeur ne soient plus sous la seule autorité d’un responsable culturel quel qu’il soit. Ce dernier cumule trop de pouvoir sur ce type de dossier avec tout ce que cela peut impliquer. Christophe Girard avait « remunicipalisé » les ateliers beaux arts. Bruno Julliard à l’ occasion de les faire rentrer vraiment dans la collectivité parisienne.

 

               Ateliers beaux-arts : la liste complète des gagnants au concours est à l'intérieur

Ateliers Beaux Arts de la Ville de Paris : C’est le temps des copains

 

Lire aussi notre rubrique Conservatoires - Ateliers Beaux Arts

Repost 0
Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans Conservatoire-ABA
commenter cet article
10 avril 2015 5 10 /04 /avril /2015 12:43
Les inscriptions dans les conservatoires municipaux parisiens se feront désormais par tirage au sort

Néanmoins, la CGT demande que soient mis en œuvre les moyens humains, matériels et informatiques pour l'organisation de ce nouveau protocole.

C’était ce que l’on appelle un couac, mais là, il était vraiment à grande échelle. Rappelez-vous, c’était au printemps dernier, au moment des inscriptions en première année dans les conservatoires municipaux de la capitale. Le standard téléphonique, visiblement sous-dimensionné, avait explosé suite à un trop grand nombre d’appels (près de 400 000 !). Un épisode qui avait fait les choux gras de la presse régionale et nationale. Si on connaissait le 22 à Asnières, il fallait désormais rajouter le 3975 à la Ville de Paris (lire ici).

Il faut dire que chaque année, environ un millier de places se libèrent sur les 20 000 existantes, selon la Direction des Affaires Culturelles. Les candidats sont généralement trois à cinq fois fois plus nombreux. Le problème, c’est que ce sont les personnels des conservatoires (et seulement eux) qui doivent faire face aux usagers mécontents et à l’impéritie municipale.

C’est pour éviter un nouveau fiasco que la mairie de Paris a décidé de mettre en place un système de tirage au sort pour la rentrée prochaine. « C’est plus transparent, plus juste et plus égalitaire », a déclaré Bruno Julliard, premier adjoint (PS) chargé de la culture au journal Le Parisien.

Les dossiers d’inscription pourront se faire soit sur Internet ou bien être déposés dans les conservatoires entre le 1er et le 15 juin. Un tirage au sort sera effectué la semaine suivante sous le contrôle d’un huissier. Les familles seront en principe informées du résultat à la fin du mois de juin.

Après les longues files d’attente la nuit (pour ceux qui pouvaient se le permettre), puis le bug du standard téléphonique, il est évident, pour notre syndicat, que le tirage au sort semblait la moins mauvaise des solutions. Néanmoins, la CGT demande que soient mis en œuvre les moyens humains, matériels et informatiques pour une bonne organisation de ce nouveau protocole.

Cela passe nécessairement par le renforcement des équipes techniques, administratives, de scolarité et d’accueil, mais aussi par la dotation de matériel à la hauteur de ce qui a été mis en place pour l’aménagement des rythmes éducatifs (ARE). De plus, si la mairie de Paris veut que ces conservatoires soient dignes de la Ville lumière, cela passe par une amélioration substantielle du logiciel de scolarité, sous-dimensionné, lui aussi, ainsi que par le renforcement des prestations de ménage. Dans le cas contraire, les conservatoires auraient, encore une fois, tiré le mauvais numéro.

Les inscriptions dans les conservatoires municipaux parisiens se feront désormais par tirage au sort
Les inscriptions dans les conservatoires municipaux parisiens se feront désormais par tirage au sort
Les inscriptions dans les conservatoires municipaux parisiens se feront désormais par tirage au sort
Repost 0
Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans Conservatoire-ABA
commenter cet article
21 mars 2015 6 21 /03 /mars /2015 17:30

                                        Il est sept heures, Paris diesel ....

Repost 0
Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans Conservatoire-ABA
commenter cet article
12 février 2015 4 12 /02 /février /2015 09:15

 

       201004141184.jpg

 

                                         Reste à savoir qui va nettoyer

Certains appelleraient ça une performance. D’autres carrément du foutage de gueule. Ce qui est sûr en tout cas c’est que l’atelier Beaux Arts de la rue de la Glacière dans le XIIIème va se transformer en une véritable décharge. On sait au moins qu’elle sera municipale.

C’est une idée qui a germé dans le cerveau toujours fécond de l’artiste quand il se veut contemporain voire (un peu) à l’avant-garde. A l’occasion des prochaines portes ouvertes de l’établissement municipal, les 13 et 14 mars va en effet être organisé un superbe spectacle visuel : « les chutes » un happening comme on dit chez les professionnels de la profession qui consiste à jeter dans un escalier des sacs remplis d’on ne sait quoi. « Il s’agira pour chaque étudiants de lancer un sac de chantier, toutes les dix minutes entre le 3ème et le 2ème étage dans la salle Martin Bissière » prévient la direction de l’école. « Cette action doit pouvoir être envisagée comme un acte artistique » les professeurs pourront à présent en parler aux étudiants

Qu’est ce qu’il y aura dans ces sacs ? Ce sera au choix des performers. Certains pourront mettre de la peinture en boite, d’autres de l’huile en bouteille, d’autres encore des gravats, des plumes, voire plus si affinité. « Moi je vais mettre une poule vivante » s’exclame une étudiante qui a laissé planer le doute sur son exécution. A défaut  de galinacées, elle pourra toujours mettre leur fiente dans son sac artistique. Il parait qu’on en trouve pas mal du côté de l’Hôtel de Ville en ce moment. A mois que ce ne soit la ouate qu’elle préfère (lire ici).

 

                                      A l'ABA 13, l'imagination artistique est sans limite

     film le pere noel est une ordure 3

                     - Mais qu'est-ce que c'est qu'cette matière ? Mais c'est... c'est d'la merde !

                            - Non c'est juste ce qui reste de mon kloug après lancer de sac !

 

  

Pour trouver ces sacs de chantier, pas de panique tout est prévu « le sac s’achète au BHV dans le sous sol côté emballage. Ils sont vendus par lots. Les élèves peuvent se regrouper pour l’achat » précise l’administration

Chaque lancé de sac sera « filmé et enregistré » précise la Direction des affaires culturelles. « ces actions doivent faire en sorte d’obtenir, un impact visuel ou une transformation du contenu » espèrent les concepteurs. En gros, les sacs doivent pouvoir s’éventrer et tout saloper autour. Une sorte de body painting comme on n’en fait plus.

Mais attention, côté sécurité on est prudent chez nos artistes « il faut que l’espace qui reçoit le sac ne soit pas accessible aux visiteurs ». Et oui, il manquerait plus que de finir assommé après avoir été repeint de la tête aux pieds. Bon, on ne sait pas ce que donnera ce curieux mélange . Enfin si, on commence un peu à s’en douter. « Il faut prévoir une équipe de nettoyage » anticipe déjà le direction.

On ne sait si le bureau des pratiques artistiques ( ?) tutelle des ateliers beaux arts municipaux a prévu de lancer un marché pour embaucher une équipe pour nettoyer ce Tchernobyl artistique, mais vu les restrictions budgétaires en vigueur à la Ville de Paris, on doute qu’il puisse y arriver. Alors les femmes de ménage vont-elles s'en charger ? Ce serait une curieuse conception de l’art qui ne sert qu’à asservir un peu plus le prolétariat non ? Plus dure alors serait la chute.

 

                  --KGrHqZHJDgE8for8cT9BPP7471H----60_57.JPG

 

 

 

Lire aussi

La Mairie de Paris s’est encore plantée pour son parc informatique

Repost 0
Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans Conservatoire-ABA
commenter cet article
26 novembre 2014 3 26 /11 /novembre /2014 09:22

 

            FIAC-2012--Bruno-Juliard20121021 Photo-Christophe-Noel-FMAC

                                                                        - Allez hip-hop, dépêchons !

                                           

Une méconnaissance qui s’explique sans doute par ses visites dans les établissements menées au pas de course et sans un regard pour le personnel.

Il y a quelques jours, le journal Le Monde publiait les propos de Bruno Julliard, notre adjoint à la culture. Il s’exprimait alors sur l’état des conservatoires municipaux parisiens. Des propos qui n’ont pas laissé indifférents les personnels de ces établissements qu’ils soient administratifs ou pédagogiques.

Il est vrai que pour fustiger « le manque de mixité sociale » dans les conservatoires municipaux parisiens notre élu n’y va pas avec le dos de la baguette de chef d’orchestre. Pour Bruno Julliard, ces établissements d'enseignements artistiques municipaux  sont « trop académiques », c'est-à-dire un peu trop ringards pour une municipalité qui veut entrer aux forceps dans le concert des smart-cities. « Les conservatoires portent bien leur nom »  s’est d’ailleurs lâché notre élu dans cet article.

D’aucuns ont été amusés de constater que les propos de l’adjoint au maire étaient repris uniquement par un quotidien qui n’est autre que le porte parole des élites et dont le lectorat est très loin de la mixité sociale voulue par notre édile. Paradoxal, non ?

Autre paradoxe qui, cette fois ci, n’a pas prêté à sourire : Il faudrait enrichir la palette des activités au sein de ces mêmes conservatoires en faisant appel à des associations extérieures, seules à même de pouvoir apporter un peu de vraie « créativité innovante ». Pourtant, souvenons-nous que la remunicipalisation des conservatoires,  au cours de la première mandature Delanoë, avait pour but de sortir de cette structure associative que la Ville avait de la peine à encadrer.  A noter que ces associations sont loin d’être gratuites. C'est gênant alors que les conservatoires voient par ailleurs leur budget baisser chaque année.

 

                                             Conservatoires: Bruno Julliard lance des pistes tous azimuts

                  anne2-35005

                                     - Il faut multiplier les passerelles pour avoir de la créativité innovante

 

Mais surtout prétendre qu’il y a une pauvreté de l’offre à Paris a été ressenti comme une injure pour tous nos collègues qui n’ont pas attendu la prise de parole du maire pour « avoir des pédagogies innovantes » (ateliers de hip-hop, de musique générée par ordinateur, musiques du monde, entre autres.)

Alors s’agirait-il d’un grand mépris envers les agents ou d’une grande ignorance de ce qui se passe dans les conservatoires dont notre élu a pourtant la charge politique depuis bientôt trois ans ?

Peut être un peu des deux tant les visites de l'adjoint à la culture dans les établissements se font au pas de course et sans un regard pour le personnel présent...quand elles ont lieu. Ce qui ne lui permet pas, bien sûr, de prendre la mesure de ce qui se joue pour l’éveil culturel des petits parisiens. Sait-il d’ailleurs que des ateliers de découverte existent depuis bien longtemps ?

Ignorance ou mépris également pour le travail remarquable d’un bon nombre de directeurs qui sont impliqués dans l'évolution de leur établissement mais limités dans leur budget : l'article du Monde ne fait état, à aucun moment, du budget très conséquent mis sur la table par la ville pour la mise en place des rythmes éducatifs (ARE), mais passe sous silence le fait que les conservatoire municipaux d’arrondissement (CMA) voient leurs dotations baisser de façon significative chaque année. 

Quant à la question de la mixité sociale que l’élu appelle de ses vœux, il y a belle lurette que tous dans les conservatoires travaillent à la favoriser. Ainsi beaucoup d’entre eux réussissent à faire entrer dans leurs classes des enfants des couches sociales moins favorisées, par le biais de l’aménagement des rythmes éducatifs notamment. 

 

                215598-bruno-julliard-recu-sur-nouvelobs-com

                                                         -   Bruno Julliard cible les conservatoires

 

Les personnels qui œuvrent dans les conservatoires peuvent, bien entendu, entendre que ces structures doivent évoluer mais faut-il encore leur en donner les moyens humains et matériels. Les bâtiments actuels ne permettent pas d’accueillir les enfants dans les meilleures conditions qui soient.

Studios d'études trops petits, en nombre insuffisants pour les répétitions, mal chauffés, avec problèmes accoustiques réccurents. Dans la plupart des conservatoires sous dimensionnés, il n'y a pas de salle des professeurs – pas de lieu de restauration pour les agents. Sans parler des problèmes thermiques et inondations à gogo....

Pour conclure, imaginer que la mixité sociale va naître de la nouvelle proposition d’inscription par tirage au sort est un leurre. Elle facilitera peut être le travail des équipes et permettra évidemment d'eviter la catastrophe de cette année (ce qui n'est pas rien), mais comme elle reste basée sur un jeu de probabilité, elle ne supprimera en rien la surreprésentation des classes aisées. D'ailleurs la mixité sociale existe-t-elle toujours dans la capitale ? Car c'est cette surreprésentation qui dessine désormais le visage de Paris. Un phénomène qui s’est d’ailleurs amplifiés depuis 2001, n’est-il pas ? 

Toutefois d’autres pistes existent comme l’accueil sur dossier avec des critères de priorité comme dans les crèches et les logements sociaux ou la mise en place de passerelle à partir d’une collaboration plus étroite avec les écoles, par exemple. 

 

     1306435-bruno-julliard-anne-hidalgo-evelyne-600x315-2

                                      Paris tente de mettre un peu de mixité sociale dans sa politique  

     

Mais pour vraiment changer la donne, un long travail de communication devra être mis en place, un travail de fond en direction de toute une population qui estime que la culture musicale n’est pas pour elle.

Si la Ville de Paris veut changer le visage de ses conservatoires, qu’elle commence par faire évoluer son propre regard et qu’elle valorise mieux et plus ce qui s’y passe. Qu’elle sollicite et intègre à sa réflexion l’ensemble des acteurs de terrain et non quelques-uns triés sur le volet. Elle sera surprise de la richesse des propositions. Qu’elle évite surtout de remettre en cause, même par maladresse, les qualités professionnelles des personnels qui, au jour le jour, accueillent et forment tant d’enfants.  

Quant au fait que certains s’éloignent entre le collège et le lycée, là encore, c’est une réalité que connaissent malheureusement l’ensemble des services publics (bibliothèques, piscines, stades….) et pas seulement dans la capitale. L’adolescent, cet ingrat, a ceci de particulier qu’il ne se reconnaît pas dans ces structures.

Alors conservateurs les conservatoires ? La question est posée mais rappelons à la Maire de Paris qu’un des objectifs des conservatoires définis par le ministère de la culture pour l’ensemble du territoire est la transmission de notre patrimoine musical. Alors oui, forcément, et n’en déplaise  à nos élus qui n’ont peut être pas fait le deuil de leur propre apprentissage musical, il y aura toujours une part d’académisme dans le foisonnement des pratiques proposées, foisonnement que semble ignorer nos édiles. 

 

    474936

                          -   J'ai un bon mot pour toi Bruno: les conservatoires portent bien leur nom

                                             -  Ah, ben celle là, je vais la réutiliser...

 

 

                       
Lire aussi

Le conservatoire du XVIe arrondissement noyé sous des trombes d’eau depuis plus de deux mois et demi !

Inscriptions dans les conservatoires : Il y avait le 22 à Asnières, il y a maintenant le 3975 à la Ville de Paris.

Conservatoires de la Ville de Paris: Toutes les inscriptions sont reportées à une date indéterminée

Repost 0
Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans Conservatoire-ABA
commenter cet article
10 septembre 2014 3 10 /09 /septembre /2014 08:20

 

              19holly3

 

Au delà de la satisfaction d’avoir été entendu, c'est aussi l'implication des agents qui  a été reconnue. 

C’était quelques jours avant les vacances d'été. Le numéro d’appel 3975 censé aider à l’inscription des parisiens dans les Conservatoires Municipaux d’Arrondissement (CMA) buggait tellement qu’il en explosât ! Un épisode entraînant une désorganisation sans pareille de la plate-forme téléphonique et une situation des plus compliquées à gérer pour nos collègues des CMA. Au final, fatigue intense, agressions verbales à foison, sentiment d’inutilité (lire ici)

Rapidement, la CGT avait souhaité que la Direction des Affaires Culturelles (DAC) se rapproche des personnels concernés par cette matinée « horribilis » et s’engage à réparer le préjudice subis en leur octroyant une autorisation spéciale d’absence (lire ici). C’est aujourd’hui chose faite et notre syndicat se félicite de cette décision et rapporte avec plaisir les propos de Monsieur Noël Corbin, son directeur.

« Nos agents ont été très fortement mobilisés et  fait un remarquable travail ; lequel ne relève pas de leurs fonctions habituelles » a reconnu le directeur, « c’est pourquoi avec mon équipe, nous avons dès le début du mois du juillet,  demandé à ce qu’une compensation sous forme de temps de récupération soit  attribué à chacun d’entre eux : entre ½ et 1 journée en fonction du temps passé au cours des mois de juillet et août, le recensement a été fait et le services des ressources humaines a prévu d’adresser dans les prochains jours, à chaque directeur de conservatoires ainsi qu’aux responsables hiérarchiques des agents en centrale, la liste des agents bénéficiaires de ces récupérations et leur durée. » Enfin une bonne nouvelle. Elles sont suffisamment rares qu'elles méritent bien d'être annoncées. 

Au delà de la satisfaction d’avoir été entendue, la CGT considère qu’il y a là une vraie preuve de respect et espère que cela augure d’une volonté de la direction de prendre à bras le corps tous les problèmes de risque psychosocial. Si telle est vraiment la volonté de notre direction, qu’elle soit certaine que notre syndicat sera source de propositions concrètes.

 

                                       Conservatoires : le directeur des affaires culturelles a fait un geste 

                                1532998-no-euml-l-corbin-directeur-des-950x0-1

                                  - Il faut savoir prendre les problèmes à bras-le-corps

 


 

Lire aussi

Une usagère lance une pétition contre les fermetures des sections discothèques à Paris

Conservatoires de la Ville de Paris: Toutes les inscriptions sont reportées à une date indéterminée

Conservatoires de la Ville de Paris : Des vacances pour tous

A la Mairie de Paris est-ce vraiment si « horibillis » d’avoir de la reconnaissance envers ses agents ?

Repost 0
Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans Conservatoire-ABA
commenter cet article
9 juillet 2014 3 09 /07 /juillet /2014 08:51

 

               elisabth-hidalgo-107909.jpg

                                                            -  Shoking ! Seraient-ils plus radin que moi  ?

 

              Pourtant, ça ne lui couterait rien (enfin vraiment pas grand-chose)

C’était quelques jours avant les vacances d'été. Le numéro d’appel 3975 censé aider à l’inscription des parisiens dans les Conservatoires Municipaux d’Arrondissement (CMA)  buggait tellement qu’il en explosât ! Un épisode entrainant une désorganisation sans pareille de la plateforme téléphonique et une situation des plus compliquées à gérer pour nos collègues des CMA. Au final, fatigue intense, agressions verbales à foisons, sentiment d’inutilité, bref, le cadre rêvé pour l’épanouissement de la souffrance au travail (lire ici). Il a fallu les révélations de notre syndicat pour que la Mairie de Paris arrête finalement le massacre et change les procédures d’inscription.

Rapidement, la CGT avait souhaité que la Direction des Affaires Culturelles (DAC) se rapproche des personnels concernés par cette matinée « horribilis » et s’engage à réparer le préjudice subis en leur octroyant une autorisation spéciale d’absence ou une prime exceptionnelle. Bref, pas grand chose. Las, en ces premiers jours de septembre, la CGT ne voit rien poindre ….

Il y a si loin de la coupe aux lèvres, si loin des intensions affichées de la direction de travailler activement sur les Risques Psycho-Sociaux (RPS) et la réalité de terrain. Bien loin de la réflexion intellectuelle qui ne coûte rien et la décision de reconnaitre et de réparer le mal être de nos collègues lors de cette matinée de fou.

La CGT laisse à la direction des affaires culturelles et à l’adjoint au maire à la culture, monsieur Bruno Julliard, le bénéfice du doute et fera semblant de croire que cette décision n’a pu être mise en place à cause de la période estivale. Elle relancera sa demande dans les jours qui viennent.

Elle rappelle que le premier reproche des agents à l’administration est le manque de reconnaissance. C’est l’occasion d’y remédier.

 

             article WEB-HIDALGO-4

                                                       - Paris, ville bienveillante ?


 

 

Lire aussi

Inscriptions dans les conservatoires : Il y avait le 22 à Asnières, il y a maintenant le 3975 à la Ville de Paris.

Conservatoires de la Ville de Paris: Toutes les inscriptions sont reportées à une date indéterminée

Repost 0
Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans Conservatoire-ABA
commenter cet article