Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

C'est Qui ? C'est Quoi ?

  • : Le blog de CGT Culture DAC Ville de Paris
  • Le blog de CGT Culture DAC Ville de Paris
  • : Blog du Syndicat CGT Culture de la Direction des Affaires Culturelles de la Ville de Paris.
  • Contact

Qui sommes nous ?

Nous sommes des personnels de la Direction des Affaires Culturelles de la Ville de Paris, travaillant dans les bibliothèques, conservatoires, musées, ateliers des beaux-arts, services centraux...

Nous militons au sein de la CGT pour défendre les droits des salariés, la qualité du service public rendu aux Parisiens.

Pour vous syndiquer, demander conseil, faire des réclamations, envoyer des informations, une seule adresse : daccgtculturegmail.com


Recherche

Pages

11 juin 2015 4 11 /06 /juin /2015 16:19
Ateliers Beaux Arts de la Ville de Paris : le préavis de grève pour le 13 juin est levé.

                        Les revendications ont été entendues et satisfaites

Le syndicat CGT de la Direction des affaires culturelles de la Ville de Paris dénonce depuis plusieurs mois, voire des années, la dégradation des conditions de travail des collègues professeurs ou administratifs dans les Ateliers Beaux Arts municipaux de la capitale

Nous nous étions donc associé au préavis déposé par Force Ouvrière pour une grève le samedi 13 juin 2015 suite aux détériorations des relations hiérarchiques entre l'administration et les personnels des enseignements artistiques. Nous demandions, entre autre, l'arrêt de la mobilité imposée. Enfin, nous soutenions la demande d'une revalorisation des contrats à temps plein et la 16ème heure pour tous (lire ici).

Dans le cadre de ce préavis, l’administration parisienne a donc rencontré les représentants des personnels. Après des échanges constructifs la Direction des Affaires Culturelles a annulé son projet de licenciement d’un professeur. La mobilité contrainte sera réévaluée avec les enseignants concernés. La souffrance générée par ces dispositions ayant été entendue.

Par ailleurs, la 16ème heure va être étudiée par la Direction des Ressources Humaines (DRH) à la demande du directeur des affaires culturelles,  afin d'aboutir à une solution positive. Enfin, les missions des coordinateurs seront redéfinies et feront l'objet de fiches de poste précises en concertation avec les partenaires sociaux.

Dans ces conditions, considérant que les revendications ont été entendues et satisfaites, le préavis de grève est levé.

 

                                     Aux Ateliers Beaux Arts le préavis a bien été levé...

Ateliers Beaux Arts de la Ville de Paris : le préavis de grève pour le 13 juin est levé.

                                                                        - Mouais, faut voir ...

 

 

Lire aussi notre rubrique

Conservatoires -  Ateliers Beaux Arts

Repost 0
Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans Conservatoire-ABA Grèves - manifestations
commenter cet article
9 juin 2015 2 09 /06 /juin /2015 09:09
Très forte mobilisation dans les bibliothèques parisiennes le samedi 6 juin
Très forte mobilisation dans les bibliothèques parisiennes le samedi 6 juin

Récit d'une semaine de crise qui a régné à la Direction des Affaires Culturelles et à l'Hôtel de Ville de Paris

De nombreuses bibliothèques étaient fermées ce samedi 6 juin. Certaines la matinée, d'autres l'après-midi, d'autres encore toute la journée. Il est vrai que plusieurs centaines de bibliothécaires étaient grévistes (au moins une heure). Enfin, nombre d'entre eux étaient présents au rassemblement devant la médiathèque François Sagan (Xe) à l'appel de l'intersyndicale (CGT, FO, SUPAP, UCP et UNSA).

Un rassemblement qui comptait dans ses rangs des bibliothécaires des établissements de toute la capitale : Marguerite Audoux (IIIe), BHdV (IVe), Mouffetard (Ve), Buffon (Ve), Heure Joyeuse (Ve), Chaptal (IXe), François Villon (Xe), Lancry (Xe), Faidherbe (XIe), Diderot (XIIe), Hélène Berr (XIIe), Melville (XIIIe), Marguerite Durand (XIIIe), Brassens (XIVe), Vandamme (XIVe), Aimé Césaire (XIVe), Germaine Tillion (XVIe), Yourcenar (XVe), Colette Vivier (XVIIe), Rostand (XVIIe), Clignancourt (XVIIIe), Genevois (XVIIIe), Vaclav Havel (XVIIIe), Hergé, (XIXe), Fessart (XIXe), Benjamin Rabier (XIXe), Crimée (XIXe), Place des Fêtes (XIXe), Levi-Strauss (XIXe), Couronnes (XXe)....(pardon à ceux que l'on aurait oubliés). Et heureusement le logiciel V-Smart, pour une fois, n'a pas buggé car même le service informatique (SIB) était présent au grand complet.

Bref, le réseau a répondu présent à l'alerte lancée par l'équipe de la bibliothèque André Malraux (VIe) qui dénonçait le départ brutal de leur responsable (lire ici). Une directrice de bibliothèque continuellement prise entre deux feux : le maire d'arrondissement d'un côté et le Bureau des Bibliothèques (BBL) et son manque de soutien de l'autre, avec les conséquences que l'on sait.

Depuis cet épisode, c'est un climat de crise qui a régné pendant une semaine à la Direction des Affaires Culturelles (DAC) et jusqu'à l'Hôtel de Ville de Paris puisque l'émotion de l'équipe de Malraux s'est étendue comme une traînée de poudre à tout le réseau. Il est vrai que le malaise est général. La Ville de Paris a dû apporter rapidement des réponses pour tenter d'éteindre l'incendie. « Les maires d'arrondissement ne sont pas les supérieurs hiérarchiques des directrices et directeurs des bibliothèques »  a ainsi affirmé le directeur des affaires culturelles, Noël Corbin, aux syndicats dans le cadre du préavis.

Devant les personnels de la bibliothèque Malraux, à l'occasion d'une réunion organisée dans l'urgence, le directeur des affaires culturelles a été très clair « Je tiens à réaffirmer tout mon soutien à votre responsable dont les qualités professionnelles n'ont jamais été remises en cause et dont l'attitude a toujours été irréprochable. Il est hors de question qu'elle subisse un quelconque préjudice pour la suite de sa carrière » a-t-il promis aux personnels de Malraux inquiets pour l'avenir de leur (desormais ex) directrice. C'est noté.

 

                                                  Noël corbin, directeur des affaires culturelles

Très forte mobilisation dans les bibliothèques parisiennes le samedi 6 juin

.

Noël Corbin a, par ailleurs, précisé que le prochain responsable de la bibliothèque André-Malraux recevra une lettre de mission très détaillée concernant ses futures relations avec le maire de l'arrondissement, Jean-Pierre Lecoq, lequel aura désormais plus de difficultés pour entraver le bon fonctionnement de la bibliothèque. A l’avenir, conséquence de l’actuel conflit, les nouveaux chefs d’établissement recevront une telle lettre. « Il est important qu’un directeur sache clairement ce qu’on attend de lui » a affirmé Noël Corbin à Livres Hebdo. « Par ailleurs, je rencontre chaque année les maires d’arrondissement pour connaître leurs besoins et leurs attentes » (lire ici).

Autre conséquence de cette crise : La mise en lumière du fonctionnement du Bureau des Bibliothèques (BBL) dont le manque de soutien envers les responsables d’établissement, particulièrement à Malraux, s'est révélé affligeant pour nombre d'observateurs. Le directeur des affaires culturelles a d'ailleurs reconnu publiquement un « dysfonctionnement », voire « un loupé » dans cette affaire. « Il faut tirer les leçons de cet incident et mettre en place des garde-fous pour éviter qu’une situation ne se dégrade. Je souhaite que les différents échelons hiérarchiques de la DAC soient plus présents et plus réactifs afin que les directeurs de bibliothèque ne se sentent pas seuls en cas de difficulté. » a-t-il de nouveau martelé dans Livres Hebdo.

La question des relations entre bibliothèques et mairies d’arrondissement sera également à l’ordre du jour du séminaire des chefs d’établissement du réseau de lecture publique parisien qui se tiendra le 18 juin prochain. Une réunion dont les échanges devraient être francs et cordiaux comme on dit en langage diplomatique.

De son côté, Bruno Julliard, premier adjoint en charge de la culture nous a déclaré être « tout à fait conscient de l’émotion qu’a suscité, auprès de nombreux agents des bibliothèques, le départ de son poste, de la responsable de la bibliothèque André Malraux ».Il proposera lui aussi « d’aborder la question, souvent complexe, de la relation entre les mairies d’arrondissement et les équipes des équipements de proximité à l’occasion du prochain Comité Technique de la DAC qui se tiendra comme vous le savez le 16 juin. L'administration va intégrer ce point à l’ordre du jour ». Bruno Julliard, qui ça tombe bien, se trouve être aussi, en plus de la culture, en charge.... des relations avec les maires d'arrondissement !

 

Très forte mobilisation dans les bibliothèques parisiennes le samedi 6 juin

                                                                                 -  Pfff, quelle semaine !

Repost 0
Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans bibliothèques Grèves - manifestations
commenter cet article
2 juin 2015 2 02 /06 /juin /2015 11:59
 Bibliothécaires parisiens : tous en grève le samedi 6 juin

L’intersyndicale vous donne rendez vous à 10 heures devant la nouvelle médiathèque Françoise Sagan (Xe)

Nous avons tous été très émus par la lettre de l'équipe da la bibliothèque André Malraux (VIe) qui dénonçait le départ « brutal » de leur chef d'établissement (lire ici). Cette dernière était il et vrai prise continuellement entre deux feux : le maire d'arrondissement et le Bureau des Bibliothèques. Malheureusement force est de constater que la Direction des Affaires Culturelles ne fait pas grand chose pour soutenir ses cadres dans ce contexte particulier.

Nos collègues de Malraux ont d'ailleurs été rejoints par les personnels de Melville (XIIIe) qui ont manifesté le même soutien pour cette même collègue dont l’implication et le professionnalisme sont reconnus par tous. Mais en réalité, ce cas n'est malheureusement pas isolé, d'où l'urgence de se mobiliser car la gestion de l'administration parisienne envers les responsables d’établissement ou leurs adjoints, génère de nombreux risques psycho-sociaux (RPS) préjudiciables à de bonnes conditions de travail. Pour nous, c’est l'affaire de tous.

Les personnels d'André Malraux, qui seront en grève samedi, ont lancé un appel au réseau pour participer à ce mouvement. L’intersyndicale CGT, FO, Supap-FSU, UNSA et UCP propose à tous les agents des bibliothèques parisiennes de les rejoindre.

Car se pose désormais une question cruciale. A qui va incomber la gestion des bibliothèques municipales parisiennes ? A la direction des Affaires Culturelles et son adjoint de tutelle ou bien aux maires d’arrondissements, quelle que soit leur couleur politique avec les conséquences que l'on peut imaginer sur les horaires, les collections où même la gestion des effectifs ? L’exemple des personnels travaillant dans les mairies d’arrondissement nous prouve au quotidien que ce n'est vraiment pas le modèle à suivre.

Mais samedi, nous entendons aussi dénoncer les conditions de travail dans les bibliothèques municipale de la capitale : baisse des budgets (acquisitions, fournitures, animations..), réductions du nombre de personnels, avec pour conséquence des réductions d'horaires d'ouverture au public. Une politique qui entraîne aussi des tensions dans les équipes pour les prises de congés, les demandes de formation ou autres. Une politique qui va dans le mur comme l'a illustré la mise en place de Vigipirate. Une politique illustrée avec la fermeture de la bibliothèque Louvre... dès la fin de l'année ? A qui le tour ?

Tous en grève samedi et rendez-vous à la bibliothèque Françoise Sagan, clos St Lazare (Xe), à partir de 10 heures pour évoquer ensemble l'avenir des bibliothèques et éventuellement réfléchir à des actions à venir.

Au fait, pourquoi Françoise Sagan ? Pour éviter de trop personnaliser, nous avons voulu éviter la bibliothèque André Malraux ou la mairie du VIe. De plus, l’avantage de la médiathèque Sagan est qu’elle est le symbole des nouvelles bibliothèques, vitrine municipale si l'en est. Enfin, sa vaste cour intérieure, accessible et ouverte sur la rue, permet d’accueillir beaucoup de monde.

 

                    Le 6 juin, les bibliothécaires parisiens débarquent dans la cour de Sagan

 Bibliothécaires parisiens : tous en grève le samedi 6 juin

                                     Et en plus, il fera beau (et y aura peut être des chouquettes)

Repost 0
Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans bibliothèques Grèves - manifestations
commenter cet article
29 avril 2015 3 29 /04 /avril /2015 11:56
Comment la mairie de Paris a organisé elle même le plus long mouvement de grève de son histoire.
Comment la mairie de Paris a organisé elle même le plus long mouvement de grève de son histoire.

      Pour entrer dans le Guinness Book rien ne la fera dévier de son objectif

C’est certainement le plus long mouvement social qu’a connu la Ville de Paris depuis l’élection de Jacques Chirac (premier maire de l’ère moderne)…en 1977 ! Un conflit qui dure maintenant depuis quatorze mois. Une grève qui est en réalité attisée par la mairie de Paris elle-même, au détriment des usagers. Décryptage de ces inavouables méthodes municipales.

A l’origine le conflit est des plus simples. Février 2014, les agents techniques (catégorie C) de la Direction de la Jeunesse et des Sports (DJS) qui travaillent dans les stades, piscines, gymnases de la capitale demandent une revalorisation de leur prime dominicale, actuellement de 45 euros par dimanche travaillé. Avec un argument imparable : être au moins alignés sur leurs collègues qui travaillent le dimanche dans les bibliothèques municipales, qui eux perçoivent 100 euros. Revendication on ne peut plus légitime aux yeux de tous les observateurs. Il faudra toutefois attendre plusieurs semaines pour que la mairie de Paris reçoive l’intersyndicale pourtant forte de quatre organisations très représentatives du secteur (CGT, FO, SUPAP ET SUD).

Et que proposa alors la Vile de Paris ? D’attendre le résultat… des élections municipales. Rien à voir mais bon. Puis les négociations sont repoussées aux calendes grecques…. pour cause de vacances scolaires ou d’élections européennes ! Incroyable n’est ce pas ? Ce manège aura permis de gagner trois bon mois.

Mais la Ville qui ne voulait visiblement pas sortir de cette grève vieille désormais de cinq mois. Elle eu alors une idée de génie, certes des plus tordues. « Pour ne privilégier aucun syndicat (étrange alors que les grévites sont en intersyndicale), les négociations ne reprendraient qu’après les élections professionnelles du 4 décembre 2014 ». C’est officiel, l’équipe d’Anne Hidalgo et de son adjoint en charge des Sports, Jean-François Martins décidait que cette grève devait atteindre son dixième mois. Et on ne discuterait seulement qu’à partir du onzième ! Au mieux. Apparemment la Ville de Paris voulait entrer dans le Guinness Book des records et rien ne la fera dévier de son objectif !

 

                   Grève à la DJS : Jean François Martins et Anne Hidalgo nagent dans le bonheur 

Comment la mairie de Paris a organisé elle même le plus long mouvement de grève de son histoire.

   - Heu Jeff, c'est tout ce que t'as trouvé comme cadeau pour fêter les 12 mois de cette grève ?

Une année est enfin passé et Monsieur Martins flanqué d’Emmanuel Grégoire, l’adjoint en charge des ressources humaines (!) font une proposition royale au bar : Une augmentation mensuelle de ..12,50 euros. Pour ceux qui travaillerait deux dimanche dans le mois ça fait 6 euros 25 (on a compté vous pensez bien). Bon, l’intersyndicale a donc été contrainte de reconduire son préavis. De son côté Anne Hidalgo débouchait un petit mousseux pour fêter ces douze mois de conflit.

La revalorisation des indemnités des dimanches travaillés aurait dû alors être étudiée au Comité Technique Central de la Ville de Paris le 5 mars 2015 si l'on en croyait les dires de la mairie. Hélas ! Ce point est retiré in extremis de l’ordre du jour. Après tout, il n’y a pas urgence, cela ne fait que treize mois que les personnels sont en grève. Mais problème, ceux-ci restent mobilisés. Une fronde de sans dents pas vraiment du gout de la gauche mondialisée au pouvoir à Paris. Et ça, l’équipe d’Anne Hidalgo ne l’avait pas prévu.

Du coup l’exécutif décide de recourir à des moyens on ne peut plus inavouable pour enfin faire cesser « cette maudite grève » : caisse noire, recrutement de vacataires et de personnels de sociétés privées, menaces de sanction et de mutation pour ouvrir coûte que coûte certains gros équipements quitte à fermer les plus petits, des méthodes épinglées sous contrôle d’huissier (lire ici). Bref on croyait avoir installée une ancienne Inspectrice à l’Hôtel de Ville et on se retrouve avec l’héritière de Maggie Thatcher (lire ici).

Le plus triste peut être dans cette histoire pour la gauche parisienne c’est qu'elle rejette sur les méchants ouvriers grévistes les conséquences de cette longue grève, alors qu'ils n’ont ouvert aucunes négociations pendant un an. Pourtant dans toute entreprise qui se respecte les syndicats doivent être reçus dans le cadre d’un préavis pour justement essayer d’éviter la grève… De nombreux élus s’en sont d'ailleurs émus (lire ici). Ainsi que les attachés d'administrations de la Ville de Paris (lire ici).

Mais pas de pot pour nos Sosos, les sans-dents de la DJS ne désarment pas et vont se réunir à nouveau le 6 mai pour une grande assemblée générale. La grève va alors atteindre son quinzième mois. Les personnels attendent toujours que la mairie fasse des propositions dans le cadre de véritables négociations pour sortir de ce conflit. Anne Hidalgo aura bien mérité d’entrer dans le livre des records.

 

                     Anne Hidalgo va-t-elle vouloir sortir de la plus longue gréve parisienne ?

Comment la mairie de Paris a organisé elle même le plus long mouvement de grève de son histoire.

                               - Mais alors, il va donc falloir que je négocie avec des sans dents ?

Repost 0
17 avril 2015 5 17 /04 /avril /2015 17:31
La Mairie de Paris offre à ses cadres briseurs de grève des places pour aller voir jouer des milliardaires

                                                  Bon, finalement, Paris a perdu !

La mairie de Paris, enfin surtout les élus, bénéficie de places gratuites pour aller voir jouer le Paris-Saint-Germain dans son stade du Parc des Princes. Les naîfs croyaient probablement que ces places étaient distribuées aux gamins défavorisés ou bien aux clubs de foot amateur ? Que nenni...

Selon des informations confidentielles, la direction de la jeunesse et des sports (DJS) de la ville de Paris a trouvé une idée formidable pour motiver ses cadres à affronter un contexte social assez tendu, il est vrai. Pour cela, la Maire leur offre du rêve....Des places pour le match de quart de finale aller de la coupe d'Europe, PSG-Barcelone.

Qu’est ce qui bien pu pousser l’équipe d’Anne Hidalgo à distraire ses employés de la sorte ? Rien moins que récompenser ceux qui sont venus travailler le week-end pour piloter les vacataires recrutés par la municipalité pour zlataner les effets du mouvement social qui touche les équipements sportifs de la capitale.

Mais quand même, offrir des places pour aller voir jouer des milliardaires à des cadres briseurs de grève alors que dans le même temps les agents de la DJS revendiquent depuis quinze mois une revalorisation de leur prime dominicale (ils veulent simplement passer de 45 euros à 100 euros comme leurs collègues bibliothécaires) en dit long sur l’abîme moral dans lequel est tombée une partie de l'équipe dirigée par Anne Hidalgo. Bon, finalement, contre le Barça, Paris a perdu.

 

La Mairie de Paris offre à ses cadres briseurs de grève des places pour aller voir jouer des milliardaires
Repost 0
Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans Grèves - manifestations Primes Informations Abus de pouvoir
commenter cet article
24 mars 2015 2 24 /03 /mars /2015 07:38
Margaret Thatcher élue nouvelle maire de Paris !

« Nous allons recruter des vacataires pour remplacer les grévistes » a déclaré au Parisien Anne Hidalgo, en digne héritière de la Dame de fer

C’est l’un des plus longs conflits qu’a connu la mairie de Paris. Depuis plus d’un an, les personnels agents techniques, des piscines, stades et gymnases débrayent chaque dimanche pour obtenir une revalorisation de leur prime dominicale. Depuis tout ce temps la mairie a tout fait pour casser le mouvement. D'abord le pourrissement, en ne recevant pas les syndicats. Ensuite une promesse «  d'ouvrir des discussions sur les primes avec des négociations dans toutes les directions ». Et puis finalement toujours rien treize mois plus tard.

« On nous a fait lanterner des mois en prétextant les municipales, puis les européennes, les vacances et enfin les élections professionnelles. Cela fait 15 ans qu’on attend une revalorisation ; pas question d’abandonner » ont réaffirmé les agents de la Direction de la Jeunesse et des Sports (DJS). D'ailleurs, loin de s’essouffler, le mouvement s’est même durci en s’étendant d'abord au samedi puis maintenant au mercredi. Du côté de la mairie, on essaie donc par tout les moyens de mettre fin à « cette maudite grève » selon les termes même de l'administration parisienne..

Après le pourrissement et les menaces de sanctions diverses et variées, la mairie a remis au goût du jour le principe d'une caisse anti-grève : « Nous avons une enveloppe exceptionnelle d’heures supplémentaires pour remplacer les grévistes et assurer les compétitions les plus sensibles » pouvait-on lire dans une note interne qui aurait dû rester confidentielle (lire ici). Apparemment, pour empêcher les personnels d'exprimer des revendications on ne peut plus légitimes, on sait trouver de l'argent.

Seulement, comme cela ne suffira pas, la ville a décidé d'engager des vacataires, une centaine au bas mot, pour remplacer les grévistes ! « En février, nous avions commencé à redéployer les agents non-grévistes qui travaillaient le dimanche afin d’ouvrir les équipements prioritaires. Cette fois-ci, on renforce les effectifs avec des vacataires pour que l’essentiel des équipements puisse être accessible » a déclaré au Parisien un porte parole de la mairie. Margaret Thatcher avait tout mis en œuvre pour casser la grève des mineurs anglais dans les années 80, visiblement elle a trouvé de dignes héritiers à la Ville de Paris.

Toutefois, il faut signaler qu'embaucher des vacataires pour remplacer des grévistes est interdit par la loi. Alors va-t-on voir une ancienne inspectrice du travail condamnée pour atteinte au droit de grève ? Ce serait so shocking.... Et même carrément indeed

 

                                               Margaret Thatcher, nouvelle maire de Paris ?

Margaret Thatcher élue nouvelle maire de Paris !

                              - Oh my dear, je me disais bien que vous me rappeliez quelqu'un

Repost 0
Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans Grèves - manifestations Informations
commenter cet article
13 mars 2015 5 13 /03 /mars /2015 10:56
La Ville de Paris ouvre une caisse noire pour casser la grève du dimanche dans les équipements sportifs

« Nous avons une enveloppe d'heures supplémentaires exeptionnelle "gestion de grève" pour faire venir des agents et assurer la tenue des compétitions les plus sensibles » a avoué la mairie dans une note confidentielle.

C'est ce qu'on appelle une tentative de noyade ! A la Direction de le Jeunesse et des Sports (DJS) de la Ville de Paris, on ne sait plus quoi faire pour casser le mouvement des agents des équipements sportifs en grève depuis maintenant 13 mois (oui, treize !) pour la revalorisation de leur prime dominicale actuellement fixée à 45 euros.

Dans une note qui aurait du rester confidentielle mais dont néanmoins les syndicats ont eu connaissance, on apprends que la ville de paris est prête à tout pour casser la grève des agents municipaux. Mais alors vraiment prête à tout.

« Voici le rappel des points abordés lors des dernières réunions avec la direction sur la gestion de cette maudite (sic) grève » annonce d’emblée la note municipale. La Ville commence par la carotte pour pouvoir attirer des « volontaires » qui seront affectés au remplacement des agents grévistes. 

« Nous avons une enveloppe exceptionnelle d'heures supplémentaires "gestion de grève" » annonce la note de service. Probablement une sorte de « caisse noire » car plus personne dans l'administration depuis les années Chirac n'en avait entendu parler. « Elle va nous servir à faire venir les agents et assurer les compétitions les plus sensibles. N’hésitez pas à l'utiliser pour sécuriser un maximum les manifestations » continue la missive. A vu de nez chaque agent « volontaire » pourrait être payé environ 200 euros par jour. A la mairie, on met vraiment les moyens quand il s'agit de casser une mouvement social pourtant légal et on ne peut plus légitime.

 

                  La mairie cherche dans les textes où se trouve le budget gestion de grève

La Ville de Paris ouvre une caisse noire pour casser la grève du dimanche dans les équipements sportifs

                     - Je ne vois nulle trace Mme le Maire, il faut sûrement remonter à TIbéri

                         -  Voire jusqu'aux années Chirac comme c'est une caisse noire !

 

Mais, comme la carotte ne suffira pas à ouvrir « coûte que coûte » les établissements sportifs de la capitale, la mairie peut sortir le bâton. Outre le fait de sanctionner les grévistes en faisant des rapports à tout va, à la la DJS  c'est maintenant les non grévistes qui sont dans la ligne de mire municipale. « Si un agent refuse son déplacement d'un site à un autre (non prévu actuellement Ndr) il s'expose à un rapport qui sera suivi d'une sanction » menace la note interne.

D'autant que l'équipe d'Anne Hidalgo ne prend pas de gants pour décider du déplacement forcé d'un agent. « Il faut juste le lui avoir notifié, peu importe qu'il signe ou pas. Attention le directeur (un énarque socialiste qui a travaillé autrefois au cabinet de Delanoë Ndr) a donné comme consigne de sanctionner immédiatement sans même de lettre de remontrance préalable ». Visiblement le directeur n'est pas très sport. Il faudrait peut être en avertir une ancienne inspectrice du travail ?

Enfin, cerise sur gâteau Olympique, la ville montre aussi son peu d’intérêt, voire son mépris, envers les « petits » usagers. « Ne pas hésiter à déplacer un agent d'un petit équipement  sans compétition et le fermer pour faire ouvrir un autre avec compétition importante » ordonne l'administration.

La DJS a toutefois une pensée émue pour ceux qui vont devoir appliquer ces consignes « ces informations doivent être partagées avec les chefs d'établissement pour une communication commune. Conscient de la difficulté de votre tâche nous vous en remercions » Avec une prime ?

De nombreux élus ont mis à l'ordre du jour du prochain conseil de Paris la longue grève des agents de la DJS. Outre la dénonciation « de la mauvaise gestion de ce conflit » ils réclament « l'ouverture des négociations avec les grévistes et une harmonisation des primes du dimanche par le haut ».  Ça tombe bien car la mairie de Paris va accorder officiellement 100 euros de prime dominicale aux agents des bibliothèques Françoise Sagan et Canopée qui doivent être inaugurées cette année. Il va y avoir du sport !

 

                 A Paris; l'objectif est uniquement de casser la grève du dimanche à la DJS

La Ville de Paris ouvre une caisse noire pour casser la grève du dimanche dans les équipements sportifs

                                                                        - Coûte que coûte

 

 

 

Repost 0
Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans Grèves - manifestations
commenter cet article
2 septembre 2013 1 02 /09 /septembre /2013 15:27

 

                                        Le-Peril-jeune-20111223115752.jpg

 

              Manifestation le mardi 10 septembre à 14h place de la République !

Le gouvernement a annoncé une nouvelle réforme des retraites. Elle constitue une attaque contre nos droits en rognant encore notre pouvoir d’achat.

La durée de cotisation augmentera progressivement, pour atteindre 43 ans en 2035. Un jeune qui rentre sur le marché du travail à 25 ans, travaillera jusqu’à 68 ans s’il ne connaît aucune période de chômage. Pour la retraite, ce n’est plus le péril jeune, c’est le péril pour les jeunes !

Alors que le point d’indice stagne depuis quatre ans, les cotisations à la CNRACL vont augmenter et votre salaire va encore baisser ! Mettre à contribution les revenus financiers des entreprises dégagerait plus de 40 milliards d’euros rien que pour la Branche maladie. Aujourd’hui alors que ce gouvernement ne cherche que sept milliards, on sait donc où les trouver !

De plus, une véritable politique de plein emploi permettrait de combler le déficit des caisses de retraite.

Pour ne pas commencer à cotiser In Utéro, les jeunes (et les moins jeunes) seront à République le 10 septembre.


               Retraite: Pour les Socialistes " une réforme juste est possible"  et le Gouvernement "doit céder"

      Retraites-PS-manifestation-Aubry pics 809

                                     " Bon qu'est ce qui fout François, on avait dit 14h à Répu !! "

 

 

Lire aussi

Les bibliothèques parisiennes se donnent rendez-vous à République le 10 septembre

Les Conservatoires et Ateliers Beaux-Arts parisiens se donnent rendez-vous à République le 10 septembre

Repost 0
Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans Grèves - manifestations
commenter cet article
1 mai 2013 3 01 /05 /mai /2013 13:44

 

                                        2010 1ER MAI

 

 

                                        affiche 1er mai-copie-1

 

                                        zz-PremierMai-1972-FSM

 

                                         1er-mai-1951

 

                                          1er-mai-1950

 

 

Voir aussi d'autres affiches historiques dans la rubrique

Adhésion

 

le 6 juin, on va voter dans les musées parisiens

Repost 0
Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans Grèves - manifestations
commenter cet article
14 février 2013 4 14 /02 /février /2013 14:25

 

9404-4.jpg

                                                        

 

            Dans les piscines parisiennes, les relations sociales prennent l’eau !

Depuis le 22 mai 2012, les piscines parisiennes sont fermées tous les jours, au moins partiellement.

Après dix mois de conflit, force est de constater que la détermination des Maitres nageurs de la Ville de Paris ne faiblit pas.           

N’ayant, semble-t-il, plus d’argument à opposer, La Ville de Paris menace désormais les grévistes de sanctions disciplinaires et remet en question le droit de grève.

La Mairie de Paris, en accord avec L’adjoint chargé des piscines, Monsieur Vuillermoz, (pourtant un ancien syndicaliste), vient d’envoyer des lettres d’intimidation aux grévistes et leur annoncer que cela figurerait dans leur dossier administratif.

Evidemment cette pratique est complètement illégale et la CGT portera l’affaire devant les tribunaux si la Mairie de Paris persiste dans ses pratiques, ce qui pourrait l’entrainer dans une forme de noyade judiciaire.

Pour rappel, le conflit porte sur :

-   La création d’une filière aquatique encadrée par des professionnels de la natation.

-   L’amélioration de la sécurité et de la qualité de l’enseignement de la natation scolaire.

-   Le maintien des cours dispensés par les Maitres nageurs au grand public et le maintien du principe actuel d’organisation des leçons  individuelles et collectives.

Dans le cadre de la mise en place de l’Aménagement des Rythmes Educatifs, les maitres nageurs parisiens ont rencontré la Directrice de Cabinet de Madame Colombe Brossel, adjointe chargée des affaires scolaires. L’occasion de lui rappeler que les professionnels de la natation veulent retrouver une place pleine et entière dans une activité occupée pour le moment par les professeurs d’Education Physique de la Ville de Paris.

Visiblement, la Mairie de Paris a trop d’argent et préfère payer en heures supplémentaires ces mêmes professeurs dont ce n’est pas le cœur de métier en lieu et place des professionnels de la natation que sont les Maitres nageurs.   

Faute de proposition, le conflit s’apprête désormais à entrer dans son onzième mois. Les piscines municipales, comme les relations sociales, prennent l’eau à Paris.

 

 maitre-nageur-1979-01-g.jpg

- " Hmmm, les relations sociales prennent l'eau à la Mairie de paris ! "

- " Oui, sans compter de risque de noyade judiciaire ! "

 

 

Lire aussi

Pour son jubilée, la Reine D’Angleterre s’offre les Jeux Olympiques. Bertrand Delanoë, lui, boit la tasse !

 

Repost 0
Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans Grèves - manifestations
commenter cet article