Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

C'est Qui ? C'est Quoi ?

  • : Le blog de CGT Culture DAC Ville de Paris
  • Le blog de CGT Culture DAC Ville de Paris
  • : Blog du Syndicat CGT Culture de la Direction des Affaires Culturelles de la Ville de Paris.
  • Contact

Qui sommes nous ?

Nous sommes des personnels de la Direction des Affaires Culturelles de la Ville de Paris, travaillant dans les bibliothèques, conservatoires, musées, ateliers des beaux-arts, services centraux...

Nous militons au sein de la CGT pour défendre les droits des salariés, la qualité du service public rendu aux Parisiens.

Pour vous syndiquer, demander conseil, faire des réclamations, envoyer des informations, une seule adresse : daccgtculturegmail.com


Recherche

Pages

12 mai 2014 1 12 /05 /mai /2014 08:27

 

       MGP Cneslimit UU Intercos MOS 140212 cle1fe171-640x452

                                              Le Grand Paris ressemble à l'ancien département de la Seine

 

Plutôt une menace sur les services publics et le statut des personnels municipaux parisiens

La création de la métropole du Grand Paris est prévue pour le 1er janvier 2016 avec la mise en oeuvre d'un EPCI, couvrant Paris et les 123 communes de petite couronne. Des compétences obligatoires seraient transférées : urbanisme, politique du logement et de l'habitat, etc. mais aussi d’autres compétences (dites d’ « intérêt métropolitain »), qui seront définies avant le 1er janvier 2016.

Le Grand Paris va en tout cas raviver des souvenirs pour les plus anciens d’entre nous qui ont connu …le département de la Seine ! Celui-ci fut supprimé le 1er janvier 1968 (tout comme le département de Seine-et-Oise dans lequel il était enclavé) et divisé en quatre départements : Paris (une commune divisée en 20 arrondissements), les Hauts-de-Seine (27 communes), la Seine-Saint-Denis (24 communes) et le Val-de-Marne (29 communes). Tiens comme on se retrouve.                   

Ce projet qui n’a donc, on le voit, rien de très « moderne » a surtout pour but de supprimer à terme des milliers de postes dans les services publics parisiens. Cela aura forcément des conséquences très concrètes pour un certains nombres de personnel.

 

                 carte-departement-de-la-seine-1881-001-700x716

                             Le Grand Paris ressemble vraiment à l'ancien département de la Seine

  

Déjà, la Direction des Ressources Humaines (DRH) de la Ville de Paris  pointe les services, partie de service et personnels à transférer : 50 agents chargés de la politique du logement et 50 agents chargés de l’habitat insalubre du côté de la Direction du Logement et de l’Habitat (DLH). Pour la Direction de l’Urbanisme (DU) il faut compter 40 agents chargés du Plan Local d’Urbanisme et les services comptables notamment. Egalement concernés, 30 agents du « plan climat énergie » à la Direction de l’environnement (DEVE), 30 agents en lien avec le logement et l’hébergement d’urgence pour la direction de l’action sociale (DASES)

D’autres directions seront impactées : celle de la voirie (DVD)  pour le « plan climat et mobilité », et celle chargée de l’innovation économique (DDEEES) Enfin, last but not least c’est toute la direction chargée de la politique de la Ville (DPVI) soit 70 agents qui va être transférée vers le Grand Paris.                   

On parlait dans un premier temps de 200 agents concernés, maintenant on parle de 400, et demain ? Combien de centaines, de milliers d’agents ? C'est donc une mobilité forcée ! Le personnel transféré changerait d’employeur. Qui définirait les horaires et conditions de travail ? Quelles garanties pour les personnels ? Aucune.

En réalité, une des conséquences serait l'extinction du statut spécifique de la fonction publique parisienne ! Une fois transférés, les personnels pourraient en principe revenir pendant deux ans à la Ville de Paris. En principe car si leur poste a été supprimé, comment pourraient-ils revenir ? Ca ressemble plutôt à un voyage sans retour.

 

                 869932856

 

Ensuite, les personnels auraient un « droit d'option » pour choisir s'ils gardent individuellement le statut Ville de Paris ou s'ils passent au statut de la fonction publique territoriale (Pour le profane la Collectivité parisienne n’est pas assimilée aux autres collectivité territoriales pour des raisons historiques)

Mais le droit d'option, a déjà été expérimenté à France Télécom at à la Poste  et a préfiguré un glissement vers la privatisation de ces sociétés autrefois de service public ! Quant aux personnels non titulaires, ils seraient transférés d’office sans possibilité de retour ! C’est un moyen de supprimer des centaines, voire des milliers de postes.

De fait, les personnels recrutés à l'EPCI du Grand Paris n'auraient plus le statut Ville de Paris bien sûr ! Voilà l’objectif  l’extinction du statut, la mutualisation des moyens dans le cadre de la réduction des déficits publics avec à la clef, des suppressions de postes, avec en ligne de mire une privatisation des services publics !

D’ailleurs, la Ville de Paris a mis en place le CMC, le Centre de Mobilité et de Carrière, au même moment où elle annonce la création du Grand Paris, et la réorganisation/fusion de directions. Un hasard sans doute. Une chose est sûre, les services non transférés ne seront pas protégés de ces politiques de mutualisation de services, qui permettent, encore une fois, de supprimer des postes. Une perspective qui amène à demander l’abandon de la mise en place de la métropole du Grand Paris.

 

        seineteoisebis

                                                En rose sur la carte, l'ancien Grand Paris

 

 

 

Lire aussi

Avenue de France : L’immeuble de la Mairie de Paris va-t-il accueillir ses occupants en toute sécurité ?

Métropole du Grand Paris : Quelles seront les conséquences sur l’organisation et le financement des collectivités territoriales ?

Repost 0
Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans Informations
commenter cet article
3 mars 2014 1 03 /03 /mars /2014 07:29

 

              STORM 13 064

 

                                           En tout cas, pas aux handicapés

La nouvelle vient de tomber. De nombreuses dispositions de la loi de 2005 sur l’accessibilité des lieux publics aux handicapés ne pourront pas entrer en application comme prévue début 2015. Elles pourraient être reportées de plusieurs années. Voire aux calendes grecques ?

De nouveaux agendas sont proposés par le gouvernement sans toutefois convaincre l’association des paralysées de France (APF) qui déplore la mise en place de nouveaux délais, rappelant que la première loi sur l’accessibilité date de 1975, c'est-à-dire….. de 40 ans. La demande de Marie- Arlette Carlotti, ministre déléguée aux personnes handicapées, d’un engagements des différents acteurs sur un calendrier précis et resserré des travaux, ne convint pas Alain Rochon, président de l’APF qui estime que l’on va vers un système beaucoup plus long que prévu, qui n’est pas très encadré et qui repose surtout sur la bonne volonté. La CGT regrette également ce report même si elle le comprend très bien pour les petites et moyennes entreprises.

Surtout il y a de quoi être très inquiets  de l’application effective de cette loi à Paris au regard du nombre considérable de bâtiments publics et du peu de bonne volonté montrée par les politiques malgré des discours très audacieux. D’autant que nous imaginons mal le gouvernement actuel appliquer des sanctions financières à une ville dont tout laisse à croire aujourd’hui qu’elle restera de la même couleur politique après les élections municipales de mars.

Dans de nombreux établissements parisiens recevant du public, c’est même l’inverse de l’esprit de la loi qui s’applique pour des raisons budgétaires. Ainsi, la direction des affaires culturelles a déjà vu disparaître les pôles sourds associés de ses bibliothèques et la CGT redoute même la suppression de certain pôle sourds alors qu’elle défend la présence d’un accueil de ces usagers dans au moins une bibliothèque par arrondissement (lire ici).

Dans quelques jours, une nouvelle mandature s’ouvrira. Notre syndicat ira à la rencontre des nouveaux élus pour porter nos revendications en matière d’accueil des handicapés qu’ils soient usagers ou agents de la Ville de Paris.

 

                                 storm-thorgerson-barrett

 

 

 

 

Lire aussi

Bibliothèque Fessard (XIXe) : La Mairie de Paris sourde au handicap ?

Pôles Sourds dans les bibliothèques parisiennes: Le jeu des 7 erreurs

Formation à la langue des signes : la Direction des affaires culturelles de la Ville de Paris dans une logique discriminatoire.

Le handicap dans les bibliothèques : La Ville de Paris peut (et doit) mieux faire !

Repost 0
Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans Informations
commenter cet article
24 octobre 2013 4 24 /10 /octobre /2013 17:36

 

       brazil.png 

 

 

   Mais voici quelques conseils municipaux pour faire marcher le logiciel FMCR

 

Nous vous l’avions annoncé. La Mairie de Paris veut étendre l’utilisation de son logiciel FMCR à tous les agents. Pour la plupart d’entre nous, ce logiciel sert uniquement aux demandes de formation, bientôt (l’année prochaine ?) il devrait accompagner et encadrer l’entretien de notation avec cette particularité perverse qu'il faudra s’auto-évaluer et que l’évaluateur, désormais à distance, modifiera ou validera l’évaluation. Et après ? C’est bien simple l’agent se reconnecte à FMCR et…. validera l’entretien validé par l’évaluateur !!! (lire ici).

 

En tout cas, si ce funeste projet est véritablement mis en oeuvre il y aura quoi devenir chèvre, car vous l’avez remarqué, le logiciel FMCR est en carafe depuis un petit moment. Dans la langue municipale cela devient juste des « difficultés de connexion »…

 

« En raison des difficultés de connexion rencontrées dernièrement sur FMCR, le délai de saisie pour les agents et les supérieurs hiérarchiques a été reporté. » annonce tout de go l’administration parisienne. Celle-ci néanmoins magnanime rajoute quinze jours de rab. « Vous avez désormais deux semaine supplémentaires pour saisir et arbitrer des demandes de formation, et compléter les évaluations. »


 

        tubes.jpg

                                                            - Chef, on a encore des difficultés de connexion


 

Attention toutefois, la Mairie de Paris sait faire preuve de prudence en conseillant « de ne pas attendre les tous derniers jours pour vous connecter pour la première fois ou achever ce que vous avez déjà commencé, car l’affluence toujours plus importante des derniers jours de saisie risque à nouveau de ralentir l’application. » Un sens de l’anticipation qu'il faut saluer. En même temps, pas étonnant d’observer  « l’affluence toujours plus importante » car, bien que ce soit utile pour de nombreux collègues, la Mairie de Paris demande aussi à ceux qui n’ont pas demandé de formation d’aller sur FMCR remplir la case.... « pas de formation », . Et oui, Paris est magique !

 

Pour ceux qui ont le privilège d’utiliser FMCR aussi pour les évaluations, là aussi quelques conseils de la DRH. Attention pour ceux qui ne connaissent pas encore la procédure, c’est du brutal !

   

« Les personnes évaluées doivent se rendre dans l’onglet 3 de leur évaluation pour saisir leurs demandes de formation (ne pas saisir de demandes directement depuis la page d’accueil, ou via un autre chemin, correspondant au chemin classique pour les personnes non évaluées). » prévient l’administration. « Les trois premiers onglets de l’évaluation doivent être passés en « enregistrement final » (couleur rouge) pour que vous puissiez remplir l’onglet 4 (appréciation générale). » concluent les services de la DRH qui ont probablement dû subir des menaces pour écrire  ça.


 

   1297598656

                                                          - Chef, je sais que vous avez subi des menaces ....


 

Si vous n’avez pas compris ces bons conseils, pas grave la Mairie de Paris a prévu une formation pour maitriser l’incroyable logiciel. Vous n’avez plus qu’à aller sur FMCR pour votre demande. Sinon en cas d’échec, les heureux élus risquent de ne plus valider la validation du validateur. Et là, y a pas que FMCR qui ne répond plus, le personnel également.

 

Il est temps pour la Mairie de Paris de mettre un terme à cette expérience source de dégradation des conditions de travail. La CGT va en faire officiellement la demande au Maire de Paris

 


 

                               9782203311039.jpg

                                                                           Allo Paris, on un problème!

 

 

 

 

Lire aussi

Droit Individuel à la Formation (DIF): Quelques rappels !

Formation à la langue des signes : la Direction des affaires culturelles de la Ville de Paris dans une logique discriminatoire.

Paris : Anne Hidalgo veut ouvrir dix sept bibliothèques le dimanche

Repost 0
Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans Informations
commenter cet article
19 septembre 2013 4 19 /09 /septembre /2013 10:36

 

      1 255 1 L

 

 

Les cadres sont les premiers touchés, mais bientôt personne ne sera épargné !

 

Les responsables d’établissement sont déjà de plus en plus mis à rude épreuve (réunion, tableau, reporting continuel) face une bureaucratie sans cesse galopante sous l’impulsion du secrétariat général de la Ville (cf : Séminaire des cadres). Comme si cela ne suffisait pas, ils ont affaire à un nouvel outil qui aggrave leurs conditions de travail, le logiciel FMCR. Mais attention bientôt tout le monde sera touché par ce fléau.

 

FMCR quézako ?  Pour la plupart d’entre nous, ce logiciel sert uniquement aux demandes de formation, pour d’autre (pour le moment les cadres et les chefs d’établissement) il complète l’entretien de notation.

 

Et voilà ce qui nous attend dans quelques temps car selon les rêves des pontes de la Rue Lobau, les agents de catégorie B et de catégorie C devront bientôt remplir eux-mêmes leur bilan de l’année, fixer leurs objectifs (tu parles) ou leurs souhaits professionnels (avancement ? promotion ?).

 

Mais attention, à la Mairie de Paris, on sait pousser la perversité aussi loin que possible car « après mon entretien, je remplis les onglets du formulaire d’évaluation » si l’on en croit le guide rédigé par la DRH. Question de valeurs sans doute.

 

Ensuite, l’évaluateur désormais à distance modifie ou valide. Et après ? C’est bien simple l’agent se reconnecte à FMCR et…. valide l’entretien validé par l’évaluateur !!!

 

La Mairie dans son souci d’indépendance énergétique vient d’inventer une Procédure à faire du vent. Y aura plus qu’à planter des éoliennes sur le parvis de l’Hôtel de Ville.

 

 

           brazil-evilpersists

                                                                                FMCR : Du vent

 

 

Mais voyons dans le détail ce que nous allons bientôt vivre au quotidien.

 

Les objectifs : ça c’est le côté panoptique de la chose puisque avec des objectifs qu’il faut obligatoirement remplir il faudra nécessairement évaluer leur réalisation (sans doute pour sanctionner l’échec). On entrera alors dans l’univers de l’auto contrôle. Sous l'oeil bienveillant d'une administration maternante ?

 

De leur côté, les chefs des gros établissements qui devront inventer quarante ou cinquante objectifs personnalisés apprécieront, les personnels qui vivront dans la crainte de ne pas les remplir aussi.

 

Primes de match. Un délire de syndicaliste ? Sachez toutefois qu'une réunion vient de se tenir discretement à Morland avec à l'ordre du jour la dispartion de certaines primes (notamment les IFTS) pour les remplacer par... des primes de résultat. On comprends mieux maintenant l'utilité de FMCR

 

 

      welles-Procs-grand.

                                                            Ateindre ses objectifs

 

 

Les souhaits professionnels : Des souhaits qui ne peuvent concerner que la mobilité (il faudra décider si l’on veut quitter son établissement ou non avant d’avoir pu réfléchir concrètement sur des fiches de poste) et la promotion (il est bien sûr beaucoup plus utile d’identifier les quelques agents qui ne souhaiteraient pas être promus – il y a tellement de promotions dans le réseau ! - plutôt que ceux qui souffrent de leurs conditions de travail, de leur encadrement ou de la nature de leurs tâches) 

 

Valider la validation : Après le développement des « disques partagés » qui a fait de nous de nouveaux geek, voici la validation électronique qui, fatalement, obligera les agents moins à l’aise avec l’informatique à se faire aider par un collègue, faisant ainsi entrer un tiers dans l’entretient dit individuel, avec tout ce que cela peut entraîner.         

 

No futur ?  Dans un monde informatisé à l’extrême, froid et technocratique, le chef d’établissement le mieux intentionné n’aura plus la possibilité de faire de l’entretien une rencontre entre deux êtres humains, dans laquelle on pouvait aussi prendre et donner des nouvelles l’un de l’autre. La présence de l’agent n’est plus nécessaire, tout pouvant se faire par échanges virtuels.

 

 

             le-proces-2.jpg

 

 

Puisque cette procédure n’est pas encore définitivement mise en place, il est temps de marquer son refus devant ce qui sera un facteur aggravant de souffrance au travail.

 

la CGT mettra ce point à l’ordre du jour du prochain Comité Technique (CTP) de la Direction des Affaires Culturells et demandera à Bruno Julliard de nous épargner ce nouvel outil de dépersonnalisation. En tant qu’ancien syndicaliste il devrait être sensible à nos arguments. Bien entendu notre syndicat portera également cette question au CTP central.

 

En attendant question objectifs on aimerait que la Mairie de Paris atteigne enfin les siens pour la bonne marche du service public. Force est de constater que dans les établissements relevant de la culture (conservatoire, bibliothèques…) que se soit en terme d’entretien des bâtiments, du suivi des chantiers, des budgets d’acquisition, ou des effectifs ceux-ci ne sont pas atteints.

 

 

         Brazil Essay Current

                                   Service public:  la Ville de Paris n'a toujours pas atteint ses objectifs

 

 

Lire aussi

Santé au travail : Le Burn-out, ça se mesure !  

Pour avoir de la « valeur », la Ville de Paris enfile les perles !

Forte hausse du temps de travail pour les cadres (à la Mairie de Paris comme ailleurs)

Droit Individuel à la Formation (DIF): Quelques rappels !

Formation à la langue des signes : la Direction des affaires culturelles de la Ville de Paris dans une logique discriminatoire.  

Allo Paris, on a un problème, le logiciel ne répond plus !

 

 

Repost 0
Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans Informations
commenter cet article
11 septembre 2013 3 11 /09 /septembre /2013 08:58

           

                 topaze-1950-07-g.jpg

 

Comme son nom l’indique c’est un droit et il est individuel.... même à la Ville de Paris ! 

Dans quelques jours, vous allez rencontrer votre supérieur hiérarchique pour votre entretien de notation. Cet entretien est jumelé maintenant avec un entretien de formation. Dans ce cadre, vous serez peut être amené à mobiliser votre DIF (Droit individuel à la formation). La CGT souhaite rappeler que :  

Un droit. Le DIF, comme son nom l’indique, est un droit. « J’ai le droit de choisir ce que je veux comme formation. Même si mon supérieur m’indique à l’avance qu’il ne validera pas ma demande de formation, Je la saisie dans FMCR, car au bout de 2 refus (ils sont archivés dans le logiciel), je deviens prioritaire. »

Attention : La réponse de l’administration doit vous parvenir dans un délai de trois mois au plus tard après une inscription à une formation au titre du DIF. 

Attention, le nombre d’heures inclus dans le DIF est limité. Vérifiez que vous avez capitalisé un nombre d’heures suffisant pour suivre la formation que vous désirez. Notez cependant qu’il est possible d’obtenir un crédit d’heure et que le DIF peut être anticipé. Les agents ayant acquis des heures de formation au titre du DIF peuvent avec l’accord de l’administration dont ils relèvent utiliser par anticipation une durée supplémentaire au plus égale à la durée acquise sans jamais dépasser le plafond de 120 heures.

 

                 embrasser-plafond-L-5

                                       DIF: un plafond de 120 heures (à ne pas dépasser !)

 

Individuel : C’est moi qui décide si j’utilise ou pas mon DIF

Mon supérieur n’a pas à m’imposer l’utilisation de mon DIF pour une formation concernant la maitrise des outils mis en place par la Ville. Demander à suivre une formation professionnelle n’implique pas obligatoirement l’utilisation de son DIF.  

Dans le cas où un agent est « invité » par sa hiérarchie à se former et qu’elle lui propose une formation, le DIF ne peut pas être mobilisé car la demande émane de l’administration, inversement si c’est l’agent qui souhaite pour son plan de carrière ou son développement personnel suivre une formation spécifique alors là, le DIF est mobilisé car la demande émane de l’agent.

Les formations qui ont trait à la santé, l’hygiène et la sécurité ainsi que les cours d’alphabétisation sont toujours hors DIF. 

Formation : Le thème de formation n’est pas obligatoirement lié à ma profession

J’ai le droit de m’intéresser à d’autres sujets et de vouloir étendre le champ de mes compétences ou de mes connaissances.

Je peux choisir une formation dans le catalogue de la Ville, mais je peux aussi remplir les coordonnées exactes de la formation qui me convient. Tout est détaillé dans la brochure FMCR. 

J’ai le droit de ne pas vouloir suivre de formation, je le signale tout de même dans FMCR, afin de pouvoir différencier les abus hiérarchiques, des choix volontaires.

J’ai le devoir de suivre la formation demandée.

Au passage, rappelons qu’on ne retourne pas sur son lieu de travail après une journée de formation ! Même pour raison de service.

 

                                                  Ils viennent eux aussi de finir leur journée de formation

             13414831261689

                                                         "  Allez les gars, home sweet home "

  

 

LIre aussi

NBI à la Mairie de Paris : Zut, j’suis pas en ZUS, c'est juste une ZSP

Formation à la langue des signes : la Direction des affaires culturelles dans une logique discriminatoire.

 

Repost 0
Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans Informations
commenter cet article
5 août 2013 1 05 /08 /août /2013 09:33

                                                         

                                                  Lionel Jospin fait une entrée remarquée à la Mairie de Paris                h-4-1868131-1262512774

                                                    " Attention , je vais faire preuve de créativité ! "

 

           Lionel Jospin profite de l’occasion pour faire son grand retour politique 

On le savait, de nombreux élus parisiens ont déjà été épinglés (lire ici), mais là c’est un événement considérable qui s’est déroulé à l’Hôtel de Ville de Paris. Si considérable d’ailleurs qu’un illustre haut personnage de l’Etat a été obligé de sortir de sa retraite.

Le 19 juin dernier, dans les salons de l'Hôtel de Ville, Véronique Bédague-Hamilius, secrétaire générale de la Ville de Paris (la plus haute fonction administrative), a été décorée, eh oui,  des insignes de Chevalier de la Légion d’Honneur par, rien moins, que …. Lionel Jospin !

L’ancien premier ministre marque ainsi son grand retour dans la vie politique après onze longues années de pénitence. Un événement qui a fait l’objet d’un flash spécial sur toutes les messageries de la Ville de Paris.

Nous ne savons pas vraiment en quel honneur cette décoration prestigieuse a été accordée car cette distinction récompense normalement « une conduite civile irréprochable et méritante, ou des faits de guerre exceptionnels… ».

Pas vraiment  le cas de notre Secrétaire Générale dont le seul exploit, en plus d’être grassement payé (un des plus hauts salaires municipaux), est d’être gratifié, chaque année, de la célèbre prime départementale  à ………quarante mille euros !

Lionel Jospin a donc dû faire preuve de créativité. Comme on peut le remarquer, ça valait le coup d’attendre si longtemps son grand retour.

« Grâce à sa compétence et à son dévouement, la République est fière d'honorer Véronique Bédague-Hamilius qui a su mener à bien de grands projets tout au long de sa carrière avec un souci toujours accru de professionnalisme, de sérieux, d'efficacité et d'attachement au service public» a déclaré avec emphase l’ancien premier ministre.

 

                               Après des années de défiance, l'Etat et la Mairie de Paris enfin réconciliés !

             bedague-jospin

                                        " Pour votre courage, votre bravoure et votre ténacité Madame ! "

                   - Ah, Monsieur le premier ministre, vous faites vraiment preuve de créativité ! "

 

En tous cas la présence de Lionel Jospin a dû faire perdre toute mesure à Bertrand Delanoë.

« C’est  une décoration qui honore toute la Ville » a déclaré le maire de Paris, ému par l’événement, en remerciant à son tour chaleureusement Véronique Bédague-Hamilius pour «  son implication et sa ténacité (sic) dans la conduite des grands projets et des grandes réformes de la Ville ».

Bon, voyons voir.... Pour les grands projets, il y bien eu « la création de valeurs municipales », un épisode où la haute administration parisienne s’est surpassée dans la flagornerie (lire ici), sinon, la seule grande réforme qu’aura mené à bien la secrétaire générale est l’application « avec ténacité » de la….RGPP (Révision Générale des Politiques Publiques) cette pratique aveugle de réduction des effectifs.

Tous les secteurs municipaux ont été touchés, services informatiques, DRH, Urbanisme, Voirie, Culture,... si on s’en tient là en effet la décoration s’imposait.   

A part ça, on ne voit pas trop quels services elle a rendu à la Nation. 

 

                                          Mais pour quelles raisons la Secrétaire Générale a-t-elle été décorée ?

                      viewmultimediadocument.jpg

                                                         Hmmm, tiens c'est vrai que si on réfléchit bien..... "

 

Comme le disait l’inventeur de la Légion d’Honneur: « Je vous défie de me montrer une république, ancienne ou moderne, qui savait se faire sans distinctions. Vous les appelez les hochets, eh bien, c’est avec des hochets que l’on mène les hommes ».

Ca y est, la Mairie de Paris est devenue un repaire de Bonapartiste !  

 

                 BERTRA-1.JPG

                            -    Bonapartiste ? J'étais persuadé d"être assis sur du Second Empire !

                                -   Ah, mon cher Bertrand, te voilà une nouvelle fois épinglé !

 

Lire aussi

Des personnalités de la Mairie de Paris ont été épinglées !

Pour avoir de la « valeur », la Ville de Paris enfile les perles !

Canada dry : Les bibliothèques du Forum des Halles ont la couleur des bibliothèques mais ce ne sont pas des bibliothèques !

 

Repost 0
Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans Informations
commenter cet article
2 juillet 2013 2 02 /07 /juillet /2013 08:41

 

                                A Paris, faire preuve d’audace peut être une ambition pour chacun

              imggsar1549

                                                    - " Excellence, faites moi émerger quatre valeurs ! "

                                   - " Solidarité, exigence, ouverture et audace, mon ami ! "

 

A la Mairie de Paris, il faut avoir le goût de l'exigence,  mais pas seulement dans l'excellence, avec audace c'est bien aussi ! 

« Quelles actions engager demain afin de mieux respecter nos valeurs ? ». C’est pour répondre à cette question existentielle que la Mairie de Paris a mobilisé son administration. Et alléluia, la municipalité a réussi à faire « émerger quatre valeurs » et là attention ça vaut son pesant d’or. L’enfilage de perles commence. Notre syndicat ayant été souvent jugé « critique et moqueur » par des membres de l’administration, nous tenons à préciser que les phrases en italique sont directement produites par la Ville de Paris. Juré, ce n’est pas un pastiche !  

Première valeur : « la solidarité ».   « La solidarité est pour nous la condition de la vie en collectivité » annonce tout de go la Mairie. « Elle garantie l’avenir dans la cité dans son ensemble et sa cohésion » continue elle dans son élan, mais surtout « elle se traduit par un esprit d’équipe en interne » conclue-t-elle, dévoilant ainsi ses premières perles.  

Deuxième valeur : « Le goût de l’exigence ».   Pour les agents « c’est dans une mobilisation hors du commun qu’ils obtiendrons des réalisations hors normes » si, si vous avez bien lu « hors normes » mais attention dans le « hors du commun » car dans la capitale on ne fait pas les choses à moitié.

Mais après ça se corse un peu, car à Paris on n’hésite pas à faire non plus dans le « transversal ». « Nous croyons que c’est dans la mobilisation collective et transversale des agents au service des parisiens que nous touchons à l’excellence (..) Pour nous montrer exemplaire vis-à-vis de Paris et des générations futures» continue-t-elle encore en ajoutant un nouveau rang de perles mais dans « l’excellence » toutefois.

 

                                               Valeurs: La Mairie de Paris est en transe !

                       2

                                    " Il faut avoir le gout de l'exigence, mais dans l'excellence ! "


Troisième valeur : « L’ouverture ».   A Paris, comme chacun sait on n’est pas étriqué comme en province. Ainsi l’exécutif « pense qu’être à l’écoute des autres est fondamental pour le bien être de notre collectivité ». Mais là, nous voyons une première faille. En effet, notre administration « pense qu’être à l'écoute est fondamental «  elle n’en est donc pas tout à fait sûre ? Modestie des plus coupables car la Mairie assène comme un uppercut «  qu’être ouvert, c’est enfin se montrer respectueux des autres, des agents, des parisiens dans toute leur diversité et respectueux de l’espace public ». Nous voilà envoyé au tapis avec cette formule définitive. A croire que la Mairie de Paris a été infiltrée par quelques adeptes « new age ». Mais en fait l’important c’est ce qui suit...  

Car la quatrième valeur c'est.... : « De l’audace ».   Oui, oui « de l’audace », c’est ainsi que Paris qualifie sa quatrième valeur Mais bon sang, mais c’est bien sûr ! Toutes ces réunions n’étaient faites que pour promouvoir l’une des œuvres littéraires majeures du XXIème siècle que toute personne cultivée se doit d’avoir lu et relu. Et cette œuvre la voici:

 

 

                                                                 Une oeuvre majeure du XXIe siècle

                                      10315441 4216065

                                  " Ah, c'est facile de critiquer, je voudrais bien vous y voir ! "

 

Ceci-dit, devant cette flagornerie trop appuyée, la municipalité ayant senti le danger  a remplacé in extremis le terme d'audace par celui d'innovation, préférant sacrifier, par là même, à la culture littéraire de ses agents. Toutefois, cette manoeuvre n'arrêtera nullement nos flagorneurs qui profitent du relâchement pour lancer  « notre histoire nous a souvent conduit à anticiper les changements à venir, à garder un temps d’avance, à se comporter de manière audacieuse » Et là, c’est on ne peut plus clair ! En plus d’encourager la littérature d’excellence, c’est aussi dans l’histoire des sciences politiques que nos créateurs de valeurs se sont penchés en faisant référence à ça...    

                              

                                     A Paris,  pour trouver les "valeurs", les flagorneurs ont un temps d'avance

             delanoe programa

                                                           " C'est ça, moquez vous ! "

   

Le pot aux roses est découvert. Tout cet enfilage de perles n’était qu’un exercice de flagornerie envers notre bien aimé prévôt parisien. Bien tenté !

Faisant aveu de faiblesse, nous ne résistons pas à vous communiquer la conclusion faite par nos « valeureux » décideurs parisiens. « Cette créativité nous souhaitons la voir s’exprimer dans tout ce que nous entreprenons. Faire preuve d’audace peut être une ambition pour chacun. Et l’innovation qui en résulte n’a de sens que si elle est mise au service du plus grand nombre »

Mais tout de même, où donc la Mairie de Paris a-t-elle été trouver cette parabole, une ambition pour chacun ? 

 

                                                                           Paris: Une ambition pour chacun  

                   visite-de-benoit-xvi_3-diaporama.jpg

                                 - " Pardonez moi mon Père, j'ai remplacé l'audace par l'innovation ! "

                                 - " Dans ce cas mon fils, vous me ferez trois Pater et deux Avé ! "


 

Cette opération a été réalisée sous la coupe de la société "Landor" (si, c'est son vrai nom! Lire ici), spécialisée dans le développement des marques (le branding). Pour voir ce qu'écrit vraiment la Mairie de Paris sur son intranet pour faire "émerger ses valeurs"  lire la rubrique "commentaires"

 

 

Lire aussi

Mairie de Paris: Quand les Délinquants jouent au shérif 

 L’inspectrice des bibliothèques parisiennes ne renonce jamais !

Dans les bibliothèques parisiennes, t’es ok !

 


Repost 0
Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans Informations
commenter cet article
23 mai 2013 4 23 /05 /mai /2013 08:46

 

                               Sidney - Let's Break - 1984

                                                 " Ah, je vois qu'à la CGT y a des fins connaisseurs !  "

 

 

                                       Pour la CGT, un seul nom s’impose !

« Proposez un nom pour le centre culturel hip-hop des Halles » c’est ainsi que commence le communiqué annonçant la nouvelle idée de la Ville de Paris (lire ici) 

« Dès aujourd’hui, les internautes peuvent proposer un nom pour le futur centre culturel dédié au hip-hop qui ouvrira aux Halles fin 2014. Les propositions seront examinées par la Ville de Paris et le nom choisi sera dévoilé avant l’été.» annonce la Mairie de Paris qui précise toutefois pour appâter le chaland que « Le lauréat du meilleur nom gagnera un an d’accès premium pour deux personnes au centre hip-hop des Halles.» Et oui, prémium !

« Deuxième capitale mondiale du hip-hop, Paris sera désormais dotée d’un centre transdisciplinaire qui permettra à la fois la diffusion du hip-hop auprès du grand public, la transmission de savoirs et compétences, et l’accompagnement des jeunes artistes. » continue la Municipalité.  

Mais attention, si ce nouveau centre sera transdisciplinaire il n’oublie pas pour autant le monde des affaires : « Le centre culturel hip-hop des Halles accueillera des artistes confirmés en résidence et comportera un incubateur de projets d’entreprise. » Un incubateur que l’on espère prémium lui aussi. Let's break !

Mais alors qui pour donner son nom à ce futur lieu des cultures urbaines qui sera installé à proximité de la, future elle aussi, bibliothèque de la « Canopée » ?

Pour la CGT un seul nom s’impose, celui qui le premier a fait rentrer le Hip-Hop jusqu’au cœur de l’hémicycle du Conseil de Paris. Rien moins que... Christophe Girard !

Car, comme le prouve cette photo, en portant  les attributs de tous rappeurs qui se respectent sous les ors de l’Hôtel de Ville, le nom de l’ancien adjoint à la Culture, est le seul digne de figurer au fronton de cette Maison de la Culture la plus Hip qui soit. Maintenant on attends notre abonnement prémium.

 

                                          Yo ! La CGT rend hommage à MC Girard     

            2009 12 16 Girard Inside

                                            " Bah, vous me devez bien ça les gars !
"

 

Lire aussi

A Paris, les bibliothèques ça s'en va et ça revient !  

Conservatoires: La mairie de Paris joue du pipeau sur l’aménagement des rythmes scolaires !

Repost 0
Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans Informations
commenter cet article
11 avril 2013 4 11 /04 /avril /2013 12:38

 

                                                livre_galerie_466.jpg  

 

François Brouat promu aux choux farcis ? Non juste une mission de réflexion sur les librairies (mais attention, indépendantes)

François Brouat, nommé directeur il y à dix mois à peine a envoyé ce petit texte aux personnels des affaires culturelles de la ville de Paris. Sans commentaire.

« Je vous informe que je quitterai la Direction dans les prochaines semaines.  Le Maire m’a chargé d’une mission de réflexion sur les librairies indépendantes à Paris et c’est Régine Hatchondo qui me remplacera. Elle prendra ses fonctions le 6 mai. 

J’ai pu mesurer au cours des derniers mois votre engagement au service des politiques culturelles et de la Ville et je suis fier d’avoir, avec vous, contribué à accomplir cette belle mission.

Je vous en remercie très sincèrement. »  

François Brouat, Directeur des affaires culturelles de la Ville de Paris   

 

                                le_placard.jpg

 

 Lire aussi

Culture à la Ville de Paris : Christophe Girard s’en va et un nouveau directeur remplace Laurence Engel !

Une nouvelle technologie bientôt disponible dans les bibliothèques !

Repost 0
Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans Informations
commenter cet article
2 novembre 2012 5 02 /11 /novembre /2012 09:11

 

                          Bertrand-Delanoe-et-Francois-Hollande.jpg

                                                   Tu vois Président,  moi le changement je l'appuie !!

 

Pour la Mairie de Paris, les agents ne seront bientôt plus que des numéros !

C’est l’heure des entretiens d’évaluation/notation. C’est donc le moment d’exprimer vos besoins en matière de formation professionnelle. Seulement voilà , un événement vient bouleverser cette pratique certes archaïque, mais ancestrale de l’administration. Quel est donc cet évenement qui va entrainer ce bouleversement ?

La Ville de Paris a décidé d’acheter un logiciel informatique connu sous le nom barbare de FMCR.

Cet outil informatique remplacera la fiche papier sur laquelle votre encadrant vous notait. Cette dématérialisation de la notation ne sera pas sans conséquence.

Vous saisirez vos coordonnées personnelles, vos aptitudes, vos  « compétences », vos souhaits en matière de formation et d’évolution de carrière.

Enfin, votre encadrant vous attribuera une note et une appréciation. Hop, vous n’aurez plus qu’à valider !


                                            pourquoi-delanoe-mis-paris-pedale-plutot-quau-L-prccS4

                                                                          Hop, il n'y a plus qu'à valider !


Sauf que si vous n’êtes pas d’accord avec la note ou les appréciations portées sur vous et que vous faites appel à la Commission Administrative Paritaire (CAP) pour demander une révision de note, ce merveilleux outil FMCR ne prévoit pas la possibilité de modifier les informations saisies par votre encadrant.

Après avoir supprimé les élections professionnelles, la Direction des Ressources Humaines (DRH) veut-elle supprimer les possibilités de saisine de la CAP ? Ah, on reconnaît bien là nos démocrates municipaux friands de relations sociales sans cesse réinventées !

L’objectif de cette dématérialisation des fiches de notation est, à n’en pas douter, de constituer un fichier consultable par des recruteurs potentiels  en vue de vous inciter  à « la mobilité ».

La note de la Secrétaire Générale de la Ville de Paris demandait aux agents de bouger tous les sept ans.

Le Haut Fonctionnaire chargé de « l’appui au changement » nous parle de mobilité tous les quatre ans. Et oui, véridique, il existe une Direction de l’Appui au Changement à la Mairie de Paris ! (On ne rit pas, s’il vous plait) 

 

                                       Pour le changement, il ne savait plus où s'appuyer

                                                   h-4-2013018-1270041541.jpg

                                                                          On ne rit pas, s'il vous plait !


Ah, petite question. Combien a coûté ce nouvel outil FMCR ?

De combien d’agents faudra-t-il se débarrasser pour amortir le coût de cette nouvelle danseuse de la Ville de Paris?

La CGT revendique : La transformation de la DRH en DP (Direction du Personnel) Car, nous ne sommes pas que des numéros de SOI. La confidentialité absolue des fiches de notation et l’interdiction de leur communication à ‘des recruteurs’: Loi n° 78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés.



                                                                     Lui non plus, n'est pas un numéro             

                       patrick_mcgoohan_dans_le_prisonnier_reference.jpg

                               Je voudrais bien savoir, moi aussi, combien à couté cette danseuse

 

 

Lire aussi

Jour de carence : Bertrand Delanoë marche sur la tête !

Quand Bertrand Delanoë intoxique les cadres de la Mairie de Paris.

Gastronomie: Bertrand Delanoë promet entrée, plat et dessert aux personnels de la Ville de Paris !

                       

Repost 0
Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans Informations
commenter cet article