Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

C'est Qui ? C'est Quoi ?

  • : Le blog de CGT Culture DAC Ville de Paris
  • Le blog de CGT Culture DAC Ville de Paris
  • : Blog du Syndicat CGT Culture de la Direction des Affaires Culturelles de la Ville de Paris.
  • Contact

Qui sommes nous ?

Nous sommes des personnels de la Direction des Affaires Culturelles de la Ville de Paris, travaillant dans les bibliothèques, conservatoires, musées, ateliers des beaux-arts, services centraux...

Nous militons au sein de la CGT pour défendre les droits des salariés, la qualité du service public rendu aux Parisiens.

Pour vous syndiquer, demander conseil, faire des réclamations, envoyer des informations, une seule adresse : daccgtculturegmail.com


Recherche

Pages

6 juillet 2017 4 06 /07 /juillet /2017 14:21
Le musée Bourdelle laissé sans surveillance, constat d’huissier à l’appui !

La direction de Paris-Musée qui pensait pouvoir intimider les agents s’est au contraire vue notifier sa grande incompétence en matière de sécurité par l’officier ministériel

C’est une véritable crise qui touche le musée Bourdelle, situé dans le quartier de Montparnasse dans le XIVème arrondissement de Paris. A tel point que, chose extrêmement rare, l’ensemble des personnels (agents d’accueils, administratifs, techniques, caissières, ouvriers, intervenant culturels, conservateurs...) a décidé d’alerter Paris-Musée, l’établissement public en charge des musées municipaux de la capitale, sur les graves dysfonctionnements qui ont cours dans cet établissement dédié au célèbre sculpteur.

Il faut dire que les méthodes de la direction musée Bourdelle semblent des plus désinvoltes avec une gestion des effectifs à la petite semaine qui a pour conséquence, outre d’entrainer régulièrement des fermetures de salles, d’entraver le personnel dans ses missions de protection et d'entretien des œuvres ou du bâtiments. Quand au management, ce dernier est désormais décrit par tous au minimum comme maladroit. Bref, l’ambiance est aussi lourde que le bronze des statues d’Antoine Bourdelle.

Hélas, l'alerte a été traitée avec désinvolture du côté de Paris-Musées. C’est donc pour dénoncer cette incompétence de l’établissement public que tous les agents se sont mis en grève la semaine dernière à l’appel de tous les syndicats sans exception (CGT, CFDT, FO, SUPAP, UNSA). Une grève tellement suivie que le musée s’est ainsi retrouvé livré à lui-même. De quoi effrayer la direction de Bourdelle qui prise de panique s’est alors mise en faute…. en décidant d’ouvrir, au mépris de toutes les règles de sécurité en vigueur. Et pour rajouter de la honte au déshonneur, il a même fallut pour cela qu'elle réquisitionne les quelques vacataires présents, ces derniers ne pouvant faire grève de crainte des représailles. Inutile de dire que la plupart des salles, faute de personnels suffisant, étaient laissées sans surveillance. Et la sécurité des biens et personnes tournée en ridicule et ce en plein plan Vigipirate !

C’est alors que Paris-Musée a commis une grosse bourde. En effet l'établissement public toute à son obsession antisociale avait cru malin.... d’envoyer un huissier pour s’assurer que les grévistes ne bloqueraient pas l’entrée. Pas de pot, ce dernier a aussi pu constater les graves carences en matière de sécurité. Selon la déontologie qui régit la fonction d’huissier de justice il semble donc logique que Paris-Musée se soit alors vu notifier officiellement ses multiples négligences par l’officier ministériel ! D’autant plus que l'ensemble des agents et des syndicats était présent pour en témoigner.

 

 

  Comme l'huissier, les personnels de Bourdelle ont notifié à Paris-Musées la situation de crise

 

Repost 0
Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans musées Grèves - manifestations
commenter cet article
12 novembre 2016 6 12 /11 /novembre /2016 17:00
Le Musée d'Art Moderne de Paris obligé de fermer sine die l'expo Carl André pour des « raisons techniques »

                         La réalité, c'est que les œuvres ont pris la pluie

« Pour des raisons techniques, l'exposition Carl Andre est exceptionnellement fermée samedi 12 et dimanche 13 novembre. Veuillez nous excuser pour la gêne occasionnée », peut-on lire (très discrètement d’ailleurs) sur le site du musée d'Art Moderne (MAM) de la Ville de Paris, situé avenue du Président Wilson dans le XVIème arrondissement.

En fait de « raisons techniques », c'est qu'il y a des fuites récurrentes au musée d'Art moderne, notamment au département contemporain (l'ARC), situé sous une verrière, où prennent place certaines expositions. Cette fois, ce sont des œuvres en bois de Carl André, présentées horizontalement, qui ont pris la pluie...Elles ont été bâchées mais l'expo est suspendue... A notre avis, les prêteurs ne vont pas être très contents !

On ignore si Paris-Musées, l'établissement public en charge des musées municipaux de la capitale, a communiqué cette information à la presse. Et si oui, comment il a justifié l'interruption de l'exposition. En sortant les parapluies ?

Dernière minute (le 16 novembre). Devant l'étendue des dégâts, l'établissement public a été obligé d'avouer sur le site du musée que finalement « les infiltrations dans la verrière l'oblige à fermer l’exposition Carl Andre jusqu’à mi-décembre ». Hmm, au moins.

 

Le Musée d'Art Moderne de Paris obligé de fermer sine die l'expo Carl André pour des « raisons techniques »
Repost 0
Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans musées
commenter cet article
3 novembre 2016 4 03 /11 /novembre /2016 10:32
Préavis de grève reconductible et illimitée au musée du Petit Palais

                Ce sera chaque mercredi et jeudi. Et ce, dès le 9 novembre !

Les visites au musée du Petit Palais (VIIIe) risquent d’être fortement perturbées d’ici les prochaines semaines. En effet, à partir du 9 novembre, chaque mercredi et jeudi, le musée pourrait fermer ses portes, dès 16h30, pour cause de préavis de grève « reconductible et illimitée » déposé par la CGT.

Il faut dire que les personnels du Petit Palais sont exaspérés par l’attitude de la direction depuis que cette dernière leur a sucré un quart d’heure sur leur temps de pause déjeuner (lire ici). La goutte de trop dans ce musée où les abus d’autorité, voire le mépris d’une partie de l’encadrement, sont malheureusement monnaie courante. D’autant que les conditions de travail ne sont pas des plus folichonnes dans les musées municipaux de la capitale puisque les personnels y travaillent un dimanche sur deux et quasiment tout les samedis. Le tout sans avoir beaucoup de compensation de la part de la mairie de Paris.

Ainsi parmi les revendications exposées dans le préavis, les agents demandent de pouvoir se restaurer le week-end sans y laisser leur (maigre) paye puisque les cantines de la Ville réservées aux personnels sont fermées. Pour compenser cela, ils réclament donc à municipalité dirigée par Anne Hidalgo « une prime de panier-indemnité de repas pour les samedis et dimanches » ou bien la mise en place d'« un système de restauration avec d’autres administrations qui travaillent le weekend » comme les Hôpitaux de Paris par exemple.

Toujours sur la question des pauses-déjeuner, les personnels demandent également un temps d’habillage et de déshabillage. Normal, car comme tout un chacun, ils ont quand même bien le droit de sortir dans la rue ou de prendre le métro sans avoir sur eux les tenues (pas très seyantes de surcroit) qu'ils doivent obligatoirement porter pendant leur temps de travail..

Autre revendication et non des moindres : que la prime annuelle versée aux agents de surveillance soit alignée sur celle des agents des PC de sécurité et des encadrants, lesquels perçoivent 400 euros. Comme la Ville affirme à tout bout de champ que Paris aime l’égalité cela devrait pouvoir se faire, non ?

Question sécurité, les personnels ont aussi quelques idées à soumettre à leur hiérarchie. Par exemple, bénéficier du matériel utile pour assurer les files d’attente du public comme des plots, des cordons ou encore des barrières fixes au niveau du portique d'entrée. Et oui incroyable, en 2016, le musée n'a rien de tout ça. Enfin, last but not least, il semblerait que les agents de surveillance soient également plus soucieux de la préservation du patrimoine municipal que la direction du petit-Palais puisqu’il réclament le retour des systèmes de mise à distance devant les œuvres pour éviter toute nouvelle dégradation.

Notre syndicat espère que, pour éviter ce conflit, des solutions vont êtres proposées par Bruno Julliard, le premier adjoint en charge de la Culture, également Président du Conseil d’Administration de « Paris-Musées ».

Préavis de grève reconductible et illimitée au musée du Petit Palais
Repost 0
Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans musées
commenter cet article
1 octobre 2016 6 01 /10 /octobre /2016 11:40

 

     Le 28 septembre, Mariannne est venue soutenir les grévistes du Petit Palais

Grève réussie au musée du Petit-Palais : Marianne était avec la CGT et les salles sont restées vides

               Une grève réussie au Petit-Palais. La preuve, les salles étaients vides

Grève réussie au musée du Petit-Palais : Marianne était avec la CGT et les salles sont restées vides

.

Repost 0
Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans musées
commenter cet article
28 septembre 2016 3 28 /09 /septembre /2016 22:39
Le musée du Petit Palais, au bord de l’explosion sociale, sera en grève le 28 septembre

Dernière provocation en date de la direction du musée : sucrer un quart d’heure de pause déjeuner pour les agents

Le climat est lourd, très lourd au musée du Petit Palais (VIIIe) : manipulations, intimidations, menaces sont le quotidien des agents…. Lesquels sont au bord de l'explosion sociale. A tel point qu’un préavis de grève a été déposé pour le 28 septembre jour de l'inauguration de la prochaine exposition consacrée à Oscar Wilde.

Le feu couve depuis un moment. Notamment depuis que les agents ont été contraint de réclamer leurs heures supplémentaires, lesquelles n’avaient pas été payées depuis plusieurs mois. Les personnels furieux n’hésitaient pas d’ailleurs à considérer leur direction comme étant « incompétente ». Ambiance...

Puis, la direction du musée decida sans préavis de retirer les protections entourant les œuvres. Une décision qui eu pour conséquence de voir les personnels de la surveillance empêcher continuellement les visiteurs de toucher tableaux et statuts jusque là protégés. Une situation qui faisait dire aux agents « que les œuvres n’appartenaient pas au secrétaire général du musée ». Pas faux. Mais surtout, vu le sous-effectif récurrent, devenu de plus en plus compliqué à gerer.

Toutefois au lieu de faire profil bas, la direction du Petit Palais a préféré en rajouter une couche. Histoire peut être d’emmerder Paris-Musée, l’établissement public en charge des musées municipaux de la capitale et de son président Bruno Julliard ? Car cette fois c’est une note interne qui met le feu au poudre. Il est vrai que celle-ci ratiboise, rien de moins, quinze minutes sur le temps de pause déjeuner des personnels, que ce soient ceux en charge de la surveillance ou ceux en charge de l’administratif en leur interdisant d’aller à la cantine de l’Hôtel de Ville, la seule désormais prévue par la mairie de Paris pour accueillir les personnels du musée du Petit-Palais.

« Depuis la fermeture de la cantine du Louvre les agents du musée ne bénéficient plus de solution de restauration à proximité » ose affirmer la note du SG. Lequel ne semble pas très à l’aise avec la vérité sur ce coup là. D’abord la fameuse cantine du Louvre….est fermée depuis deux an et demie ! Il était donc temps que la direction du musée prenne les choses en mains. Sauf que les agents ont juste deux stations de métro supplémentaires pour utiliser, une autre cantine de la Ville de Paris, celle de l’Hôtel de Ville, qui n’est donc pas moins « de proximité » que celle du Louvre puisque En gros, on est passé de 20 minutes à vingt trois minutes de trajet.

De son côté, croyant se la jouer maline, la direction du musée, sans en parler aux personnels concernés, a décidée d'utiliser sa botte secrète. « Afin de pallier à cette difficulté, une convention a été passée avec le ministère de l’intérieur pour autoriser l’accès des personnels du Petit Palais à leur site de restauration ». Petit problème : la cantine des pandores, située rue Cambacéres se trouve.... à au moins vingt minutes elle aussi ! Et à pieds qui plus est puisqu’il n’y a pas de transport ! Plutôt gênant quand on sait qu’il y a une forte proportion d’agents de la ville qui ont été reclassés dans les musées pour motif médical. Les collègues continuent donc d’aller à la cantine de l’Hôtel de Ville. Normal c’est moins loin et plus facile d'accès finalement.

C'est alors, ultime provocation, que la direction du Petit Palais a décidé de se la jouer mesquine en s’appuyant sur sa fameuse convention passée avec la Place Beauvau : « les agents bénéficiant désormais d’un restaurant administratif à proximité du musée, le délai de route est maintenant diminué d’un quart d’heure ». Tchak. Bref, ça gueule sévère aussi bien dans les salles que dans les bureaux. On les comprend. Les agents ont donc décidé de se mettre en grève pour exprimer leur colère et leur défiance. Seule solution pour Bruno Julliard de rattraper le coup : rétablir le fameux quart d’heure de délais de route. Pour commencer.

 

                La mairie de Paris laissera-telle les agents du Petit Palais déjeuner tranquille ?

Le musée du Petit Palais, au bord de l’explosion sociale, sera en grève le 28 septembre
Repost 0
Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans musées
commenter cet article
21 septembre 2016 3 21 /09 /septembre /2016 19:12
Plusieurs tableaux détériorés au musée du Petit Palais !

Delphine Levy, la directrice de Paris-Musées, génée aux entournures, prie pour que l'affaire ne devienne pas publique

Le climat est lourd, très lourd au musée du Petit Palais (VIIIe) : manipulations, intimidations, menaces sont le quotidien des agents…. lesquels sont au bord de l'explosion sociale. A tel point qu’un préavis de grève a été déposé pour le 28 septembre jour de l’inauguration de l'exposition consacrée à Oscar Wilde (lire ici).

Mais ce n'est pas tout, car en dehors des mauvaises relations sociales, c'est la façon dont la direction du musée du Petit Palais administre son établissement qui est désormais mise en cause. Une gouvernance qui va jusqu'à mettre péril les œuvres exposées. Dernier épisode en date : la suppression des gardes-corps qui entouraient les œuvres. Cette initiative prise par le directeur du musée, Christophe Leribault « pour des raisons esthétiques » a surtout eu pour conséquence la détérioration de plusieurs tableaux. Ainsi certains d'entre-eux ont été rayés ou troués.... dont un était prêté ! Pas de pot. Reste à savoir qui va payer pour cette incompétence...

Peut être que la direction du Petit-Palais se fout de ses collections, mais les personnels, et la CGT avec eux, rappellent « que le patrimoine n'appartient pas à la direction de l'établissement mais à tous le monde ». Interpellée par notre syndicat, Delphine Levy, la directrice de Paris-Musées, l'établissement en charge des musées municipaux de la capitale, gênée aux entournures, a lâché du bout des lèvres « qu'elle renouvelait toute sa confiance » à Christophe Leribault, le patron du Petit-Palais. Mais on sentait bien qu'elle priait surtout pour que l'affaire ne devienne pas publique. Et maintenant ? Et surtout qu'en pense la mairie de Paris qui a la tutelle de tout ce beau monde ?

Ah, au fait, on confirme, le musée du Petit-Palais sera bien en grève le 28 septembre aussi pour cause de gros malaise social. Au moins ce jour là les œuvres seront préservées.

Plusieurs tableaux détériorés au musée du Petit Palais !
Repost 0
Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans musées Patrimoine
commenter cet article
2 septembre 2016 5 02 /09 /septembre /2016 09:18

De leur côté, les personnels commencent à en avoir vraiment marre du climat délétère qui règne dans l’ossuaire de la place Denfert-Rochereau

La mairie de Paris voulait s’en mettre plein les fouilles avec les catacombes en augmentant de manière spectaculaire le prix des tickets (lire ici) mais promettait à ce tarif des conditions d’attente optimales. Une manoeuvre obtenue en réduisant… la durée de la visite ! Habile...

« Le temps d’attente sera considérablement réduit, ce qui permettra d’ailleurs d’attirer de nouveau les Parisiens qui boudaient les catacombes parce qu’ils n’avaient pas envie d’attendre trois heures avant d’entrer dans le site » pronostiquait ainsi la patronne de Paris-Musées au quotidien 20 minutes.

Eh ben c’est raté, car selon le témoignage des agents il faut désormais compter…. deux à trois heures avant de pouvoir espérer mettre un pied dans l’ossuaire de la Place Denfert- Rochereau. Il est vrai que la file fait plusieurs centaines de mètres comme le montre notre vidéo. Et aucune mesure n’est prise par Paris-Musées pour rassurer ou renseigner les visiteurs. Conséquence : les agents doivent régulièrement calmer et réguler une foule au bord de l’explosion sans qu’aucune mesure ne soit prise par Paris-Musées pour rassurer ou renseigner les visiteurs.

De leur côté, les personnels commencent à en avoir vraiment marre du climat délétère qui règne aux Catacombes, comme l’illustre, parmi d'autres épisodes, l’état de leur salle de repos occupée illégalement par des cartons qui dégagent par ailleurs une odeur pestilentielle au mépris de toutes les règles d’hygiène et de sécurité. A Paris-Musées d’agir pour mettre fin aux mauvaises conditions qui touchent aussi bien les agents que le public.

 

                                           Aux Catacombes, même les cartons font la queue...

Deux à trois heures d’attente pour pouvoir entrer aux Catacombes
Repost 0
Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans musées
commenter cet article
23 juin 2016 4 23 /06 /juin /2016 14:09
Bruno Julliard se prend une veste de la part de la majorité des syndicats de Paris-Musées

Les élus du CHSCT ont refusé de participer à ce qui n'est devenu qu'une simple mascarade

Il n’y a pas qu’avec le gouvernement de Manuel Valls que le dialogue social tourne à l’affrontement.  À la mairie de Paris, bien qu’occupée par des « frondeurs », c'est également le cas. Et plus particulièrement au sein des musées municipaux de la capitale.

A tel point que la quasi-totalité des syndicats (CGT, FO, UNSA et SUPAP) a annoncé le boycott du Comité d’Hygiène et de Sécurité (CHSCT) de l’établissement public, Paris-Musées. Son président, Bruno Julliard ayant, il est vrai, refusé la mise à l'ordre du jour de nombreux points pourtant demandé par le secrétaire en charge de l’instance.

« Le président empêche, limite, fait le tri. Il peut ainsi orienter et évacuer les sujets qui dérangent, sans qu’ils ne puissent aucunement faire l’objet d’un vote, d'une délibération qui pourrait lui être opposable » on déclaré les syndicats pour justifier leur refus de participer à cette mascarade.

Autre reproche fait par les partenaires sociaux : « Paris-Musées limite et refuse l'information nécessaire aux missions du comité et de son secrétaire ». Un délit selon le Conseil Constitutionnel  qui a ainsi jugé en 1993 que le « respect du VIIe alinéa du Préambule de la Constitution de 1946 implique que les représentants des salariés bénéficient des informations nécessaires pour que soit assurée la participation du personnel à la détermination collective des conditions de travail et à la gestion de l’entreprise (déc. no 93-328 DC du 16 décembre 1993) ». On ignore si Bruno Julliard compte couvrir encore longtemps toutes les irrégularités de la direction de l'établissement public en charge des musées parisiens.

Avant toute reprise des discussions les syndicats demandent donc au premier adjoint d’Anne Hidalgo « l’application des textes réglementaires » Ce qui est, convenons - en, le moins que l’on puisse attendre de la part de l’ancien syndicaliste étudiant. Les élus du CHSCT demandent également des « moyens pour l’accomplissement des missions du comité de prévention des risques professionnels » largement insuffisant jusque là. Ils exigent surtout « que leurs missions et leur travail se déroulent dans un climat serein et non semés d’embûches, lesquelles sont posées ça et là par Paris-Musées ».

Mais les représentants des personnels ont gardé le meilleur pour la fin en déclarant qu'ils « aimeraient bien que le Président consacre suffisamment de temps à chaque ordre du jour et n'expédie pas la séance en deux heures de temps comme c’est le cas actuellement ». En effet, Bruno Julliard cumulant les fonctions à la mairie de Paris (premier adjoint, adjoint à la culture, adjoint à la nuit, adjoint en charge des relations avec les mairies d’arrondissement, adjoint en charge du Patrimoine, président de Paris-Musées, administrateur à la RIVP, au syndicat d’assainissement, etc….)  est en général peu ( voire pas du tout) disponible lorsqu’il s’agit d’aborder les questions sociales. A croire que rencontrer des syndicalistes lui fait horreur….

Bruno Julliard se prend une veste de la part de la majorité des syndicats de Paris-Musées

                - Jesus, Marie, Joseph, délivrez-moi des syndicats de Paris-Musées

Repost 0
Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans musées santé au travail
commenter cet article
6 juin 2016 1 06 /06 /juin /2016 17:09
A Carnavalet, Paris-Musées nous fait la TOTAL !

Un partenariat pourtant en complète contradiction avec les valeurs affichées par Anne Hidalgo et Bruno Julliard

Encore un pas franchi dans la marchandisation des musées municipaux de la capitale. Après la location des catacombes au site Airbnb, voilà que Paris-Musée va nous faire la Total, cette fois à Carnavalet. Et attention, c’est aussi lourd que du pétrole brut.

La prestation est prévue pour ce vendredi 10 juin et pour cela il a été lancé un appel en direction des agents d’accueil du musée pour une visite privée nocturne destinée…. au groupe Total ! Oui, oui, le Total que vous connaissez dont le PDG, songe à réviser sérieusement  « les investissements prévus en France en raison du blocage de raffineries par des opposants à la loi travail » exerçant la un honteux chantage sur les personnels.

Last but not least, Il est spécifié qu'aucun plateau-repas ne sera délivré aux agents qui seront d’astreinte à cette occasion...Qui dort dîne ?

Cela coûterait probablement trop cher à Total bien que son PDG ait touché en 2015 un salaire de 4,7 millions d'euros. Une paille, puisque ce dernier a osé déclarer « dans le marché européen et mondial je peux vous dire que, par rapport à mes collègues américains et anglo-saxons, ils me prennent pour un petit rigolo ». Totalement ?

Chez Total on ose tout d'ailleurs puisque c'est aussi un groupe, « qui ne paie pas d'impôt sur les sociétés en France, et qui pourrait toucher un chèque du fisc de 80 millions en 2017 au titre du CICE (crédit d’impôt compétitivité) et du Crédit d'Impôt Recherche. Ce qui suscite des critiques... »  peut-on lire…. jusque dans Le Figaro ! Un journal qu'on ne peut pourtant pas soupçonner de gauchisme échevelé (lire ici).

Reste à la mairie de Paris d'annuler ce partenariat en complète contradiction avec les valeurs véhiculées par le socialisme municipal. A moins de finalement faire appel à un traiteur ?

A Carnavalet, Paris-Musées nous fait la TOTAL !

                                    - Tiens mon gars, va t'chercher un petit sandwich

Repost 0
Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans musées
commenter cet article
20 mai 2016 5 20 /05 /mai /2016 13:16
Au musée Carnavalet on veut s’en mettre plein derrière la cravate

Franchement faire les (maigres) poches des personnels pour renflouer les caisses fallait y penser… 

Il n’y a pas de petits bénéfices pour le musée Carnavalet. Visiblement la fermeture de l’établissement prévu pour cet automne est l’occasion d’écouler les invendus puisque l'association Les Amis du Musée s'est permis d'organiser in situ une braderie pour écouler ses stocks de livres et autres catalogues.

Une démarche pourtant étrange car cette vente n’est pas destinée au public mais seulement…. aux agents du musée Carnavalet ! Franchement faire les (maigres) poches des personnels pour renflouer les caisses fallait y penser…  Rappelons que tout commerce est interdit sur nos lieux de travail.

Encore une fois, Paris-Musées, l'établissement public en charge des musées municipaux de la capitale, ferme les yeux et montre sa conception de la légalité à deux vitesses : intraitable avec les uns (les personnels, la CGT)  et très pemissive ave d'autres : Les Amis du Musées  en l'occurrence

Ah petit détail croustillant : pour tout achat de livre… une cravate était offerte ! Les agents en sont tombés à la renverse en apprenant ce geste commercial. Pour le costard en revanche Les amis du musées n’avaient rien prévu. Mais comme dirait un célèbre ministre, « pour en voir un, faudra bosser, bande de feignasses ! ».

N’empêche quand on pense à cette vente privée on se dit que les agents de la surveillance de Carnavalet étaient bien bêtes, eux qui prenaient la peine de collecter d'anciens uniformes afin d'en faire don à des associations caritatives.

A l’avenir ce genre d’acte gratuit n’aura donc plus court avec les nouvelles pratiques de Paris-Musées toujours en quête d’argent frais. Et la proposition sera ainsi libellée : pour tout achat d'une veste, nous vous accorderons un bon de réduction pour une cravate estampillée Carnavalet.

 

     Carnavalet tente de faire les (maigres) poches des personnels pour renflouer les caisses

Au musée Carnavalet on veut s’en mettre plein derrière la cravate
Repost 0
Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans musées
commenter cet article