Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

C'est Qui ? C'est Quoi ?

  • : Syndicat PACS-DAC de la Ville de Paris
  • : Blog du syndicat PACS de la Direction des Affaires Culturelles (DAC) de la Ville de Paris.
  • Contact

Qui sommes nous ?

Nous sommes des personnels de la Direction des Affaires Culturelles de la Ville de Paris, travaillant dans les bibliothèques municipales, conservatoires d'arrondissement, ateliers des beaux-arts, services centraux...

Nous militons au sein du syndicat des personnels administratifs, de la culture et de service (PACS) pour défendre les droits des salariés, la qualité du service public

Pour vous syndiquer, demander conseil, faire des réclamations, envoyer des informations, une seule adresse : daccgtculturegmail.com

 

 

 

Recherche

13 novembre 2012 2 13 /11 /novembre /2012 17:06

                                                                          7204312160 d756899fcb z

                                                       Bon, je crois que là, on vient de réussir une anaphore !

 

                              Et moi, Maire de Paris, je vais m’y attaquer aussi ! 

Pour la CGT, les Contrats aidés sont une mesure d’urgence qui doit être suivie par des dispositions d’ensemble pour l’emploi des jeunes. Les contrats aidés ne sont pas la réponse au chômage des jeunes.

Le 22 août, Michel Sapin annonce la création des emplois d’avenir, « CDI à durée déterminée ». Ces emplois sont  financés à 75 % par l’Etat. 

Pour la CGT, il est indispensable d’identifier clairement les emplois visés, de manière à  éviter la constitution de nouveaux emplois précaires à la Ville de Paris.   

La flexibilité est l’ennemie de la compétitivité dont le MEDEF nous rebat les oreilles. Les agents qui travaillent le mieux sont ceux qui sont les mieux formés, les mieux traités et les mieux payés. Ce ne sont pas les flexibles qui travaillent dans la hantise quotidienne d’un licenciement.

 

                      Francois-Chereque-et-Laurence-Parisot_scale_930_620.jpg

                        Mais qu'est ce qu'ils ont donc à la CGT a être comme ça contre le Medef ?

 

Pour la CGT, des dispositions doivent garantir que le contrat d’avenir corresponde à un nouveau besoin, pas à un emploi supplétif qui palie les redéploiements d’effectifs. Une formation qualifiante doit être garantie au jeune.

Suivi : Un suivi du jeune est réalisé par pôle emploi ou les missions locales et donne lieu à un bilan relatif au projet professionnel du jeune 2 mois avant la fin de l’aide. Ce suivi a lieu durant le temps de travail.

Formation : La formation est obligatoire, comme le tutorat, et peut donner lieu à une VAE (validation des acquis). Les actions de formation doivent être réalisées « prioritairement sur le temps de travail ». Elles privilégient l’acquisition de compétences de base et de compétences transférables permettant au bénéficiaire de l’emploi d’avenir d’accéder à un niveau de qualification supérieur. « La présentation à un examen pour acquérir un diplôme ou à un concours doit être favorisée pendant ou à l’issue de l’emploi d’avenir ».

Remboursement des aides : En cas de non respect des engagements notamment en matière de formation la Ville de Paris devra rembourser la totalité des aides publiques perçues et ne pourra bénéficier d’un nouvel emploi d’avenir.

 

 

                        09e6eb04-baf5-11dc-b29e-c81384a0d29d.jpg

                                            " Si ça continue, ils vont me prendre à la gorge ! "

   

Stabilité: Pour bénéficier d’un emploi d’avenir la structure, en l’occurrence la Ville de Paris, doit préciser les conditions de pérennisation de l’emploi.

Priorité d’embauche : Le bénéficiaire d’un emploi d’avenir en contrat à durée déterminée bénéficie d’une priorité d’embauche durant un délai d’un an à compter du terme de son contrat, notamment d’une titularisation sans concours.

Bilan:  « Le Gouvernement transmet chaque année au Parlement un rapport d’évaluation dressant le bilan de la mise en œuvre des emplois d’avenir. Ces rapports comportent un volet relatif à la situation des jeunes reconnus travailleurs handicapés et un volet relatif à la répartition par sexe et par niveau de qualification des jeunes dans les différents secteurs d’activité. La CGT demande que ce bilan soit présenté au CTP de chaque Direction.

La modulation des aides publiques: Pour favoriser le recours aux vrais emplois et pas aux contrats aidés. La suppression du CUI comme cadre juridique de l’emploi d’avenir. Des dispositions spécifiques aux collectivités territoriales pour éviter que les emplois d’avenir se traduisent par la reconstitution d’un vivier de précaires, comme à la Mairie de Paris. L’accès aux titulaires d’un emploi d’avenir à la prime de précarité.

La subrogation: Paiement par la Ville de Paris, et non par la Sécurité Sociale, des indemnités journalières en cas d’arrêt de maladie. La prise en compte de tous les contrats aidés dans les effectifs présentés lors du Bilan social. L’application sans délai de la loi de déprécarisation à tous les agents qui remplissent les conditions et notamment la titularisation. 

A la Ville de Paris, la CGT veillera à la légalité des contrats aidés recrutés et dénoncera aux prud’hommes toutes les irrégularités constatées (lire ici)

Contre la précarité à la Ville de Paris, rendez vous mardi 20 novembre - 9h30 Salle Grande  Croizat  - Bourse du travail - 3, rue du Château d’eau   75010 Paris  Métro République - Rassemblement à 12h  Place de l’hôtel de Ville

 

               photo_1351611799031-1-0.jpg

                             " Ouch !  La CGT commence à nous courir avec leurs revendications ! "

 

Lire aussi notre rubrique précaires

Partager cet article

Repost0
8 octobre 2012 1 08 /10 /octobre /2012 15:25

 

               63253158.jpg

 

                                               A travail égal, droit égaux !

                               Par Catherine Albert, Alain Derrien et Frédérique Laizet

La lutte finit toujours par payer. Nos victoires aux prud’hommes pour requalifier en CDI de faux contrats aidés doivent en appeler d’autres! Ces victoires sont aussi l’occasion de montrer comment un employeur public qui se dit de gauche n’hésite pas à précariser des milliers de personnes. La Ville de Paris est le premier employeur public de précaires, avec plus de 15000 non-titulaires sous forme de CDD « classiques », de contrats aidés, de vacations à temps partiel (plus de 4 millions d’heures par an, soit l’équivalent de 3500 temps pleins).

À travail égal, les précaires sont moins payés, ont une moins bonne couverture sociale et bénéficient rarement d’une formation adaptée. Pour eux, la précarité, c’est la peur du lendemain liée au renouvellement aléatoire du contrat, les problèmes de santé, le stress de la surexploitation, les difficultés de logement, de transport et évidemment d’argent…

Il n’y a pas de fatalité à cette situation scandaleuse. C’est un choix politique d’utiliser des non-titulaires, de l’étendre aux secteurs dits féminins: agents spécialisé-es ou techniques des écoles, agents de ménage, cantinières, animation.

En restreignant le nombre d’emplois de fonctionnaires, la ville met sous tension les effectifs existants. Quand les fonctionnaires ne peuvent plus faire tout le travail, l’administration embauche quelques non-titulaires pour pallier le manque d’effectif. Un exemple criant, celui des adjoints administratifs. En 2012, il était prévu de supprimer 70 emplois et de créer des heures de vacation équivalant à 80 postes!

La Ville de Paris aime les non-titulaires car ce sont des salariés sans droits. Ils ne sont pas chers, corvéables à merci. C’est tout bénéfice pour elle, ça l’est moins pour les précaires. Elle oppose les agents sous statut et les autres, pour tirer tout le monde vers le bas et détricoter progressivement le statut. La ville prétend utiliser des emplois précaires pour répondre à des besoins provisoires, alors que la plupart occupent des postes répondant à des besoins permanents et devraient donc être fonctionnaires.

Personne n’est dupe. L’utilisation massive de contrats précaires, c’est d’abord une économie budgétaire. Pour la ville la plus riche de France, embaucher un non-titulaire, c’est économiser 500 euros en moyenne par mois, soit 100 millions d’euros par an.

 

                                                       Delanoë économise 100 millions d'euros par an

                           bertrand.jpg

                                                                                      " j'embourbe ! "

 

Depuis plusieurs années, des luttes sont menées par la CGT pour contraindre la ville à titulariser les agents précaires. Grâce à leur manifestation du 22 mars, les cantinières du 10e arrondissement ont gagné cinquante titularisations et poursuivent leur mobilisation dans différents arrondissements.

Face au refus de l’administration de négocier, nous avons aussi lancé des actions aux prud’hommes pour faire reconnaître les droits des personnes en contrats aidés et obtenir leur maintien dans l’emploi (vingt ce mois-ci, et des dizaines à venir). Aujourd’hui, nous espérons que la ville va enfin accepter de négocier au lieu de nous obliger à aller en justice. En décembre, elle doit présenter au conseil municipal un plan sur les non-titulaires en application de la loi du 12 mars 2012 sur la « déprécarisation » dans la fonction publique. Nous nous battrons pour la titularisation du plus grand nombre et la création d’emplois publics.

Dans cette bataille, nous voulons aussi gagner des droits pour tous, notamment pour les collègues qui ne pourront pas être titularisés, nos collègues non européens par exemple. La lutte du syndicat du nettoiement pour la non-discrimination salariale pour les non-titulaires étrangers nous montre la voie: à travail égal, droits égaux!

Cette tribune a été publiée dans " L'Humanité" (lire ici)

 

 

                                       accordsmatignon

 

 

 

Lire aussi

La Ville de Paris, une nouvelle fois, condamnée par le tribunal des Prud’Hommes !

Partager cet article

Repost0
17 septembre 2012 1 17 /09 /septembre /2012 09:06

                    

                        MG 8822-690x460

                                                                  Bon alors, je mets le chèque à l'ordre de qui ?

 

La Ville de Paris sous la menace d’une amende de plus de deux millions d’euros !

La Mairie de Paris vient d’être condamnée par le tribunal des Prud’hommes pour abus de Contrats Aidés, ces emplois subventionnés par l’Etat ou la Région, à la suite de procédures initiées par la CGT. 

Une dizaine d’agents ont saisi les Prud’hommes obtenant ainsi la requalification de leur contrat en CDI, assortie de 2 000 euros de dommage et intérêt. Pour ceux dont le contrat avait déjà pris fin, la Ville de Paris a été condamnée à leur verser de 12 000 à 15 000 euros pour indemnité de rupture.

D’autres dossiers sont en attente de jugement et cela pourrait coûter cher à la municipalité dirigée par Bertrand Delanoë. « Si les 200 cas litigieux réclament leur dû aux Prud’hommes, cela pourrait coûter entre 400 000 euros et 2,5 millions aux finances municipales selon que les contrats sont arrivés ou non à terme ».

Ces condamnations résultent d’un recours toujours trop massif à des emplois précaires.

La CGT réclame depuis deux ans au Maire de Paris, Bertrand Delanoë, la mise en place d’un plan de titularisation et le respect du code du travail.

Dans le cas contraire, la CGT continuera à aller devant la justice pour la défense des droits des agents et leur maintien en emploi.

 

                                              239597-bertrand-delanoe-presque-incognito-aux-637x0-3

                                                                            Ah non, pas de ça avec moi !

 

 

Lire aussi

Contrats aidés : La Mairie de Paris sur le banc des accusés !

Mairie de Paris: Quand les Délinquants jouent au shériff !

Paris : Une nouvelle génération de précaires * lance l’appel du 22 mars ** !

Augmentation du SMIC horaire à 9,22 euros brut depuis le 1er janvier 2012

Partager cet article

Repost0
15 septembre 2012 6 15 /09 /septembre /2012 13:06

 

                      media_xl_3848541.jpg

                                                 Alors, toi aussi t'as des problèmes avec la justice ?

 

En essayant d’extorquer des écrits aux agents en fin de contrat, elle risque sept ans d’emprisonnement !

 

La Ville de Paris emploie actuellement 1700 contrats aidés. Ce dispositif devait permettre à des personnes au RSA de se réinsérer dans l’emploi : L’état paye la moitié du salaire du contrat aidé ainsi que les charges sociales.

 

En contrepartie, l’employeur, en l’occurrence la Ville de Paris, a une obligation de formation des agents : 80 heures prévues par les articles D6324-1 et D6324-1-1 du Code du travail. Cette obligation légale est loin d’être toujours respectée.

 

Cet été la municipalité parisienne a eu le toupet de convoquer les contrats aidés, qui n’ont pas suivi la formation qu’on ne leur a pas proposé  et dont le contrat arrive à échéance pour leur extorquer un écrit dans lequel l’agent indique qu’il n’a pas souhaité suivre de formation. Pour mieux les foutre à la porte ? Hummm ! Ce serait pervers, n’est ce pas ?

 

Or l’article 312-1 du code pénal précise que l'extorsion est le fait d'obtenir par violence, menace de violences ou contrainte soit une signature, un engagement ou une renonciation, soit (…..). L'extorsion est punie de sept ans d'emprisonnement et de 100000 euros d'amende. La CGT a immédiatement informé Madame Errecart, élue en charge des personnels, pour lui demander d’exiger la fin de ces manœuvres délictueuses. On ne voudrait pas qu’elle se retrouve sur le banc des prévenus !

 

 

                                      Marie Thérese Errecart sur le banc des prévevus ?

                   dominique_rizet_et_christophe_hondelatte_reference.jpg

                                      - " Alors Dominique que s'est il passé ensuite ? "

                        - " Eh bien Christophe, elle s'est retrouvée sur le banc des prévenus "

 

 

Mieux (ou pire), lorsqu’un contrat aidé (ou tout autre agent non titulaire, contractuel, vacataire) arrive en fin de contrat, il doit attendre 4 mois avant de toucher son indemnisation chômage, alors que le délai de carence légal (durée maximale à laquelle on doit percevoir les indemnités chômage) est de 75 jours. Lire ici 

 

La CGT a pourtant demandé le 15 juin au DRH de la Mairie de Paris, Monsieur Thierry Le Goff,  d'embaucher temporairement (de vrais CDD pour le coup) des gens au bureau des pensions pour donner un coup de bourre pour réduire de manière drastique le délai d'indemnisation (comme ça a été fait après la fusion Pole Emploi/Assedic). Réponse de l'administration: " Bah oui mais on n'a pas la place pour les accueillir ! ".  On savait que Paris manquait de foncier, mais à ce point !

 

Bon, il parait que la Ville de Paris, est soucieuse de l’égalité femme/homme. Or, la plupart de ces emplois précaires, sont des femmes, bien souvent seules avec des enfants à charge. Mais que fait notre féministe première adjointe, Anne Hidalgo ? Il est vrai que dans une récente interview dans le magazine « Elle », la candidate à la succession de Bertrand Delanoë s’est elle même qualifiée du terme de « rebelle » ! Si, si.

 

                             hidalgo-delanoe1

                                           " Toi une rebelle ? Pemière nouvelle ! "

 

 

La CGT demande à la Ville de Paris de jouer son rôle citoyen d’employeur solidaire et de cesser de jeter à la rue les agents qui servent les Parisiens depuis plusieurs années.

 

La CGT revendique :

- La titularisation de tous les contrats aidés sur des besoins permanents. La Cgt a déjà gagné des requalifications de contrats aux prud’hommes.

- L’embauche de fonctionnaires en nombre suffisant au bureau de l’indemnisation chômage

- Une attestation délivrée par l’assistante sociale de l’administration parisienne pour informer les bailleurs et les créanciers des agents du retard de paiement imputable à la Ville de Paris : les agents ne doivent ni être expulsés, ni interdits bancaires.  

- Un vrai plan de résorption de l’emploi précaire

 

                                    Impossible-20pas-20francais.jpg

                                              Allez, impossible n’est pas CGT !

 

Lire aussi

La Mairie de Paris condamnée aux Prud’hommes pour emploi abusif ! 

"Génération Précaire": La CGT interpelle la Mairie de Paris 

Les musées de la Ville de Paris liquident leurs vacataires !!! 

Précaires de la Ville de Paris: Le parcours du combattant !

 

Partager cet article

Repost0
26 mai 2012 6 26 /05 /mai /2012 15:14

 

                                       delanoe 2-copie-1

                                                 - " Dis moi Nicolas, qu'est ce que tu deviens maintenant ? "

                                       - " Ben j'suis précaire,  et je compte sur toi pour trouvez une solution ! "

 

Le 6 mai a vu l’élection d’un nouveau Président de la République.  Sa Victoire, il la doit à l’union des forces de progrès de ce pays, notamment au soutien du mouvement social qui revendique la déprécarisation de l’ensemble des agents de la Fonction Publique soit la titularisation d’un million d’agents.

La Mairie de Paris compte 20% de non titulaires de toute nature : vacataires, contrats aidés, contractuels. La CGT revendique un vaste plan de titularisation de ces agents et de nouveaux droits collectifs pour ceux et celles qui ne pourraient pas l’être comme par exemple, les collègues « étrangers non communautaires ».

Ce nouveau gouvernement compte un Ministère des Droits des  Femmes voulu par notre Président. Or, ce sont les femmes qui sont le plus durement touchées par la Précarité à la Ville de Paris aussi. Ce sont les femmes qui souffrent quotidiennement de la peur de se retrouver au chômage, avec l’impact que nous connaissons aussi sur les enfants, quand elles ont en famille. Ce projet de dé précarisation doit donc tenir compte des inégalités femmes – hommes et doit permettre de les réduire. Ce qui signifie un engagement réel de la part de la Mairie de Paris.

 

                                                  delanoe-copie-1

                                                    - " Mais qu'est ce qu'il t'a pris de créer un ministère pareil ? "

                                                                      

Pour la titularisation, il ne saurait être question de créer des postes. Ces agents sont déjà payés. Leur salaire leur est versé mensuellement. Il s’agit donc d’une écriture comptable différente que vos services sont en capacité de réaliser.

Madame la Présidente, la CGT sait que vous ne sauriez tolérer cette situation plus longtemps. Vous pouvez donner l’ordre de faciliter la titularisation du plus grande nombre de précaires de la Ville de Paris, y compris, en reconnaissant les besoins permanents auxquels nombre d’entre eux  répondent, mais aussi en utilisant, au côté de cette nouvelle loi et décret, tous les autres outils que le statut et droit du travail offre pour dé précariser, requalifier…


                                                                     La Présidente du CSAP: Maité Errecart

                                            oukaze 2

                                          " Je ne saurais tolérer cette situation plus longtemps ! "

 

Par ailleurs, il faut en finir avec la politique de redéploiement qui cautionne l’abandon de certaines missions de services publics au secteur privé.  A ce jour par exemple, les DSP multiplient le recrutement de salariés non titulaires. La CGT s’oppose et ne cautionnera nullement la multiplication des statuts que compte mettre en place le Maire de Paris au sein de mêmes établissements.

Nous demandons à ce que chaque agent soit traité sans aucune forme de discrimination, c’est-à-dire : travail égal/salaire égal/déroulement de carrière égale.

Tout cela passe par une titularisation massive, et non pas du cas par cas et de la titularisation au rabais comme il est encore proposé : Vous avez évoquez 1000 titularisations sur 20 000 non titulaires !

Aujourd’hui, la donne est nouvelle. Vous avez les pouvoirs d’améliorer les textes et les moyens de les mettre en œuvre. Vous pouvez intégrer pour Paris, des amendements qui améliorent le périmètre des ayants droits et le nombre de titularisation, déposés par la CGT balayés auparavant par le gouvernement Sarkozy.

Paris a une situation spécifique et vous pouvez aussi améliorer la situation de milliers de non titulaires. C’est le moment du changement.

Déclaration faite par la CGT lors du CSAP (Conseil Supérieur des Administration Parisiennes)

 

                                                           collectif-non-titulaires.gif

 

 

Merci à "Génération Précaire" de nous permettre d'utiliser leur nom. Voir leur site en cliquant là

 

Lire notre rubrique: précaires

 

Partager cet article

Repost0
21 mars 2012 3 21 /03 /mars /2012 09:11

 

                                                   précaires 1-copie-2     

                                   " Avec la CGT, le 22 mars les précaires marchent sur l'hôtel de Ville"                     

 

Cantines, agents des écoles, conservatoires, musées, administratifs, les vingt mille non titulaires parisiens sont appelés à manifester demain, 22 mars, à 11h30 sur la place de l’Hôtel de Ville à l’appel de la CGT.  Ils vont réclamer à Bertrand Delanoë, d’appliquer à Paris, un plan de déprécarisation en s’appuyant notamment sur la loi sur les non titulaires dans la fonction publique qui vient d’être adoptée par le parlement le 12 mars dernier. 

 

La Mairie de Paris n’envisage que 5 à 10 % de titularisations pour le moment. La CGT demande que les dix huit mille autres précaires parisiens, dont une majorité de femmes, puissent bénéficier d'un emploi stable à temps complet avec de vrais droits.


A quelques jours d'élections nationales, les agents non-titulaires attendent d'une mairie administrée par le Parti Socialiste des avancées significatives et immédiates quand à la resorption de l'emploi précaire.

 

                                                   précaires 3   

                                                                             Une majorité de femmes             

 

Avant d’arriver devant l’Hôtel de Ville de Paris, les agents des cantines et des affaires scolaires, rejoint par le Collectif CGT des non-titulaires, feront entendre leurs revendications, casseroles à la main en organisant une manifestation à partir de 9 heures à la Bourse du Travail, rue du Château d’Eau (10ème).  


Un concert de casserole à l’attention du Maire de Paris, comme sur "la Place de Mai"? Il est vrai que le mois de Mai et le 22 mars sont des dates qui ont toujours fait bon ménage.  

 

                                                    précaires 2

                                                  L'orchestre au grand complet pour un concert évenement   

 

 

 

Lire aussi

Paris : Une nouvelle génération de précaires * lance l’appel du 22 mars ** !

Génération Précaires * de la Ville de Paris: Rejoignez le collectif !

Loi sur les non-titulaires: Pour une application maximum à la Mairie de Paris

 

 

 

Partager cet article

Repost0
6 mars 2012 2 06 /03 /mars /2012 15:11

 

                                                   précaires 2

                                                                     "Tous à  l'Hôtel de Ville, le 22 mars"

 

Agissons ensemble contre la précarité à Paris, le 22 mars à 11h30 devant l’Hôtel de Ville

 

La décision du Maire de Paris, Bertrand Delanoë, de ne pas augmenter les effectifs, alors que les services publics parisiens se sont largement étendus depuis 10 ans, a eu pour conséquence une augmentation continue de non titulaires, actuellement …..20 000 (dont une très large majorité de femmes). Merci Paris.

 

                                                       précaires 8

                                                             - " Tu as vu Anne, les précaires me remercient "

                                                     -  " Normal, ils sont 20 000, dont une majorité de femmes"

 

  

Pour certains, le futur est constitué de vacations répétées, parfois de CDD qui peuvent devenir des CDI sans certitude sur leur deroulement de carrière, leur salaire et leurs droits sociaux. Les autres auront droit à des CDD non renouvelés malgré leur "ancienneté" de plusieurs années. Ceux là devenus chômeurs, restent sans revenus pendant au moins 5 mois. Quant aux contrats aidés (par le gouvernement) ils veulent être accompagnés sur un retour à l’emploi et non retourner dans la précarité.

 

Malgré la mise en place au niveau national, d’une loi sur la déprécarisation, la Mairie de Paris va en exclure près de..... 18 000, soit la quasi totalité d’entre eux ! Pour agir contre la précarité à la Ville de Paris et l’application de la loi, réagissons le jeudi 22 mars.

 

                                       précaires 1

                                        "Nous soutenons le mouvement du 22 mars 2012"

                                      

 

Les mobilisations précédentes nous  ont déjà permis de gagner des reconductions de contrats, des titularisations et des augmentations de salaires.

 

 Tous à l’Hôtel de Ville, le 22 mars à 11h30 pour combattre la précarité à Paris, pour réclamer le maintien en emploi, la requalification des collègues, la conquête de droits nouveaux en salaire, santé…. Pour la titularisation d’un maximum d’agents.

 

Le collectif des non titulaires-CGT vous invite à le rejoindre dès 9h devant la Bourse du Travail, 3 rue du Château d’Eau, pour une manifestation contre la précarité

 

                                   précaires 6

                                      Le 22 mars, manifestons contre la précarité (avec la CGT)

       

 

*  Remerciements à "Génération précaires" pour leur inspiration. Leur site est ici 

** Le "mouvement du 22 mars" est, d'après les historiens, le début des évenements de Mai 1968 qui ont bouleversé la France. Pour en savoir plus cliquez là       

 

Pour en savoir plus, notre rubrique Précaires 

Lire aussi

Génération Précaires* de la Ville de Paris: Rejoignez le collectif !

Loi sur les non-titulaires: Pour une application maximum à la Mairie de Paris

Précaires de la Ville de Paris: Le parcours du combattant !

                           

Partager cet article

Repost0
1 mars 2012 4 01 /03 /mars /2012 17:04

 

                                       euphf8gr

 

8 mars : Journée internationale et lutte contre la précarité à la Ville de Paris.

 

Madame Fatima Lalem,  Adjoint(e) au Maire de Paris, Chargée de l'égalité femme/homme 

Madame la Maire,

Comme vous le savez les non titulaires qui contribuent aux services publics parisiens (Ville, département de Paris et caisses des écoles), sont majoritairement des femmes (70 %).

Temps partiels imposés, contrats courts entrecoupés de chômage, secteurs d’emplois « féminins » sous payés, difficultés de concilier vie professionnelle et gestion familiale (dans un pays où les services publics de la petite enfance n’ont jamais été une priorité).

Cette situation des femmes vis-à-vis de l’emploi est en partie celle d’une forte proportion d’agents de la ville de Paris. Les femmes occupent l’essentiel des emplois précaires et à temps partiels imposés. Près de 80 % des non titulaires sont des femmes dans des emplois de catégorie C : Agents spécialisés des écoles maternelles, Agents techniques des écoles, animatrices, personnels des caisses des écoles, agent-es de service, assistantes familiales et maternelles… Sans compter que 18 % d’entre elles sont de nationalité étrangère non communautaire et ne peuvent malheureusement pas devenir fonctionnaires.

C’est au regard de ce constat que nous vous avions déjà sollicité, il y a déjà 2 ans[1], afin de recueillir votre soutien dans notre démarche visant à ouvrir des négociations sur les non titulaires qui représentent près de 20 % des agents de la ville de Paris.

                                                                              précaire 2

Depuis, nous continuons de travailler sur ce sujet. Nous avons réalisé des  diagnostics sociaux, tenus des permanences, recueillis des témoignages et accompagnés des collègues en souffrance et en grande précarité pour résoudre leur situation…Nous avons aussi réalisé une vidéo sur la situation de femmes en emplois précaires[2].  Ce travail de terrain a permis d’affiner notre constat : la crise économique que nous traversons frappe davantage nos collègues non titulaires. Leurs situations se dégradent fortement. Ce constat est redoublé pour nos collègues femmes, notamment celles qui élèvent seules leurs enfants. C’est inadmissible. Cela ne peut plus durer.

Depuis deux ans, l’administration n’a tenu qu’une seule réunion sur les non titulaires. Elle a eu lieu le 22 novembre 2011. Cette réunion avait pour sujet la présentation de la nouvelle loi concernant la sécurisation des parcours professionnels des non titulaires. C’est insuffisant.


                                                    Fatima Lalem: Adjointe chargé de l'égalité Hommes-Femmes

                                             fatima lalem

                                  "Que voulez vous, depuis deux ans je n'ai pas eu une minute à moi "

 

En effet, au-delà de la présentation d’une loi que nous connaissons bien,  nous aurions aimé discuter sur la base d’un état des lieux partagé (DRH et syndicats) de toutes les formes de précarité (vacations, CDD à répétition, contrats aidés…). C’est déjà le cas dans d’autres Villes comme à Bobigny.

Cette loi, visant à « sécuriser les parcours des contractuels » est déjà votée. La collectivité parisienne a 3 mois pour poser un état des lieux sur les ayants droits à la titularisation. Profitons de ce moment pour poser un état des lieux large afin d’aller au-delà de la loi. Faisons apparaître une ventilation hommes et femmes afin que nous prenions conscience collectivement de la situation que connaissent les femmes. Posons ce diagnostic ensemble, dans le partage et la transparence. C’est le vœu que nous formulons.

Comme vous le savez aussi, Jeudi 22 mars, un certain nombre de femmes en situation de précarité se mettront en action pour demander du respect, une politique d’égalité (certaines n’ont pas eu d’évolution salariale depuis 35 ans !) et la titularisation du maximum d’entre elles. Les caisses des écoles, les ASEM et ATE seront dans la rue pour rappeler leur colère face  à leurs conditions de travail extrêmement précarisées. D’autres agents titulaires et non titulaires les rejoindront pour exprimer leur solidarité et demander :

-          L’ouverture de négociation sur un état des lieux large concernant l’ensemble des non titulaires, avec un travail d’analyse approfondi sur la situation des femmes ;

-          Le maintien des agents et la requalification jusqu’à leur cdisation ou titularisation, l’arrêt du recrutement de nouveaux précaires ;

-          L’ouverture de titularisations avec 100 % d’intégrés ;

-          L’égalité salariale, en particulier femme-homme et l’amélioration des conditions d’emplois des agents qui ne seront pas titularisés, notamment en raison de leur nationalité.

                                              précaires 4

                                                          "Le 22 mars, tous à l'Hôtel de Ville" 

En cette journée internationale des femmes et au vu de l’urgence pour les femmes en contrats précaires de trouver une solution rapide, nous comptons sur vous pour demander à Monsieur Delanoë d’ouvrir enfin de vraies négociations sur la mise en œuvre d’un plan local de déprécarisation.  

Nous sommes toujours disposés à y travailler avec vous. Nous sommes sûrs  que nos efforts de lutte contre la précarité auront un impact direct avec l’avancée des droits des femmes et de l’égalité au sein de la collectivité parisienne.

 

Copie à Bertrand Delanoë, Maire de Paris

 

                                                 précaire 5

                                                 " Je suis mis en copie ? Faut pas vous gêner "

 


  Pour tous savoir sur les précaires, lire notre rubrique:  précaires



[1] Courrier en date du 8 octobre 2010

[2] Se connecter au site de la CGT ville de Paris : http://us-cgt-spp.org/ccp/ccp_12.php.

Partager cet article

Repost0
20 février 2012 1 20 /02 /février /2012 08:31

 

                                                          precaires 1-copie-1

                                                                                 " Rejoignez le collectif ! "


                      Un collectif des non titulaires à la Ville de Paris, pour quoi faire ?

La création du Collectif est partie d'un constat : « C'est ensemble, les non titulaires réunis (près de 20 000 à la Ville de Paris dont + de 70 % de femmes), et avec nos collègues fonctionnaires, que nous pouvons véritablement opposer une force et faire valoir nos droits ».

Pourquoi rejoindre le Collectif des non titulaires ? Pour ne pas rester isolé et trouver de la solidarité.  Pour connaître ses droits et se défendre. Pour réagir à la pression continue du travail sans reconnaissance. Pour ne pas se laisser convaincre qu'il suffit de passer les concours pour régler la question de la précarité; Pour avoir le droit d'aller à une assemblée générale sans craindre des réactions de sa hiérarchie. Pour manifester sans pression ou représailles.

Une actualité riche !

Agir pour qu'aucun non titulaire ne soit au bord de la route de la titularisation et pour plus de droits !

Soutenir les reconductions des contrats jusqu'à la mise en place d'un véritable accord local de déprécarisation. Non aux mises au chômage systématiques !

Exiger que la Ville titularise le maximum de non titulaires en s'appuyant sur les besoins permanents auxquels répondent la majorité d'entre eux, dont les collègues des caisses des écoles travaillant dans les cantines de la ville de Paris.

Obtenir une liste détaillée et transparente sur l'ensemble des non titulaires avec leur ancienneté, quels que soient leurs contrats : vacataires, contrats aidés, CDD, CDI (réunion DRH de novembre 2011).

Batailler pour plus d'effectifs et d'emplois statutaires car la Ville en limitant les emplois dans son budget pour 2012, profite massivement des collègues fortement précarisés pour faire le boulot à moindre coût.

 

                                        précaire 3

                                           " Et, oui ! Avec moi c'est toujours à moindre coût "

 

Des mobilisations :

Mobilisation du 29 novembre 2011 pour les emplois précaires de la Mairie de Paris, voir photos ici.

Le 20 janvier 2011 Manifestation de Jussieu à la Préfecture de MORLAND, voir photos ici

Des revendications :
Plan de résorption de l 'emploi précaire :
Renouvellement du contrat jusqu'à titularisation ou CDI.
Stagiairisation immédiate des contractuels de catégorie C.

Programme d'Amélioration des Droits :
Requalification des faux contrats de vacations, de contrats aidés, de cdd.
Parité des droits sur les rémunérations, les droits sociaux.
Réelle instance de suivi et transparence de gestion.

Création des conditions de la résorption de l 'emploi précaire.
Dont la création de postes par une remise à niveau des effectifs dans chaque direction et des équipes de remplacement.

                                                     précaire 2

                                             Une adresse désormais bien connue à Paris

 

Un fonctionnement :

Un Collectif de l'union de tous les syndicats CGT de la Ville de Paris accueillant aussi des non syndiqués.

Un Collectif qui comprend des agents non titulaires et titulaires, de tous secteurs, de toutes catégories, de tous types de contrats.

Un noyau dynamique qui se réunit régulièrement pour définir les actions à mener. 

Nos actions :

Permanence auprès des agents non titulaires ayant des difficultés.

Intervention juridique avec avocat et devant les prud'hommes ou le tribunal administratif pour requalifier les contrats et faire respecter la loi.

Elaboration de courriers individuels (renouvellement de contrats, questions relatives à la rémunération... ).

Assemblées générales des non titulaires pour les informer de la loi, de leurs droits, en proposant des actions.

Formations syndicales sur l'emploi et la précarité : « quels sont mes droits, comment les défendre et en gagner d'autres ? »

Interpellations régulières de l'administration ( lors des instances de dialogue social, CTP centraux et de directions, et des Comités Hygiène et Sécurité ).

Lettre ouverte à M. Delanoë sur la précarité et de nos revendications.

Réalisation d'un film sur les précaires de la ville de Paris : « Sortir de l'ombre ».

Bande Annonce n°1 du film.                  

Bande Annonce n°2 du film

Elaboration d'un guide sur les droits des non titulaires.

Mise en ligne d'une enquête sur les précaires pour agir sur le nombre de titularisations. Cliquez là                       

 

                                        précaires 1

                                     A la Mairie de Paris, c'est toujours Génération Précaires*

 

Venez nous rencontrer pour connaître et faire valoir vos droits avec vos contrats de travail !

Permanences les Lundis de 12h15 à 13h50 et vendredi de 17h00 à 18h00, au 19 rue du Renard ( 6ème étage ), à un pas du M° Hôtel de ville.

Contacts : cgtusnontitut@paris.fr et 01 53 01 41 55 aux heures de permanence. Et pour en savoir plus cliquer sur

 

* Voir le site du véritable mouvement "Génération Précaire" que nous remerciont pour leur inspiration.

Partager cet article

Repost0
14 février 2012 2 14 /02 /février /2012 09:18

 

                                                                      musees 1

                                           La prochaine exposition évenement des musées de la Vile de Paris

 

          " Je fais plus pour l'emploi que n'importe qui ! "   Bertrand Delanoë, octobre 2011  

Et pourtant les agents vacataires recrutés pour les expositions temporaires des musées dont certains sont au service de la Mairie de Paris depuis plusieurs années dans des conditions précaires (alternant 6 mois de travail et 6 mois de chômage et indemnisés par la Ville souvent très longtemps après la fin de leur contrat)...... ont tous été radiés des listes juste avant les fêtes de fin d’année ! 

Et dire que  l’Etablissement Public des Musées (EPA) n’est même pas encore en place.

 

                                         précaire 7-copie-1

                                              A Paris, la signalisation est (enfin) efficace

                                   
Pas de cause financière à ces radiations puisque la Direction des Affaires Culturelles (DAC)  continue à embaucher de nouveaux vacataires. Plutôt une démarche appliquée ex-abrupto à l’encontre des syndicats et des personnels qu’ils représentent alors que des demandes de négociations sont réclamées depuis plus d’un an pour la contractualisation de ces vacataires avec l’ancienneté comme  critère possible.

Un avant goût du futur EPA qui a décidé de supprimer la présence des syndicats dans son futur Conseil d'Administration?

 

                                                     musees 2

                                                 Derniers préparatifs avant la grande exposition évenement

 

En ne renouvelant pas leurs contrats, on supprime en même temps toute éventualité d’embauche pérenne pour tous ces précaires. Chapeau l'artiste ! Par ailleurs, de plus en plus de nouveaux contrats proposés par la DAC n’ouvrent pas droit à indemnisation pour perte d’emploi ! Du grand art, vraiment !

 

"Je fais plus pour l'emploi que les autres villes dirigées par le parti socialiste, les communistes ou les Verts" avait pourtant déclaré Bertrand Delanoë en fin d'année dernière. Alors là, on a le souffle coupé, devant le manque d'air !.


Vacataires, contactez nous pour nous donner vos noms et votre ancienneté dans ce travail ! Il est urgent de faire remonter ces informations ! Venez nombreux à l'Assemblée Générale des non-titulaires du 17 fevrier à la bourse du travail.    (Pour voir l'adresse et l'ordre du jour, cliquez là)

 

                                                       delanoe 2-copie-1

                              - "Je t'assure, Nicolas, je fais plus pour l'emploi que n'importe qui"

                                                         - "Arrêtes tes conneries"

 

Lire aussi:

Les précaires de la Ville de Paris souhaitent une bonne année à Bertrand Delanoë !

Précaires de la Ville de Paris: Le parcours du combattant !

Loi sur les non-titulaires: Pour une application maximum à la Mairie de Paris

Musées de la Ville de Paris : EPA.... mais pas moins pire !

EPA: Les syndicats mis à l'écart des musées de la Ville de Paris !

Partager cet article

Repost0