Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

C'est Qui ? C'est Quoi ?

  • : Le blog de CGT Culture DAC Ville de Paris
  • Le blog de CGT Culture DAC Ville de Paris
  • : Blog du Syndicat CGT Culture de la Direction des Affaires Culturelles de la Ville de Paris.
  • Contact

Qui sommes nous ?

Nous sommes des personnels de la Direction des Affaires Culturelles de la Ville de Paris, travaillant dans les bibliothèques, conservatoires, musées, ateliers des beaux-arts, services centraux...

Nous militons au sein de la CGT pour défendre les droits des salariés, la qualité du service public rendu aux Parisiens.

Pour vous syndiquer, demander conseil, faire des réclamations, envoyer des informations, une seule adresse : daccgtculturegmail.com


Recherche

Pages

20 août 2012 1 20 /08 /août /2012 10:08

 

                              canicule 909

  

     Canicule:  Quelques conseils en cas de fortes chaleurs au travail (et ailleurs) 

 

La météo est souvent incertaine, mais toujours capricieuse. Les dernières semaines ont été considérées comme « plutôt fraiche », néanmoins une vague de chaleur n’est jamais à exclure. Voici un rappel des préconisations en la matière (basées sur le plan canicule donc à adapter au cas présent) :

 

                                        canicule

                                           Réduire les activités durant les heures les plus chaudes de la journée

 

1. Adapter l'organisation du travail :

 -  augmenter la fréquence des pauses,

 -  limiter les efforts physiques importants,

 -  réduire les activités durant les heures les plus chaudes de la journée (11h-15h), et éventuellement décaler les horaires de travail,

 -  éviter le travail seul et, si possible, instaurer une rotation des agents sur les postes les plus exposés.

 -  dans le bâtiment, mettre en place des dispositifs pour lutter contre la chaleur : climatiseurs, ventilateurs, brumisateurs, stores, films anti-solaires, aération... Il convient de noter qu’au-dessus de 33°C, le ventilateur augmente l’inconfort (brassage d’air chaud).

 

                             A-la-terrasse-dun-cafe-parisien-a25013621.jpg

                                               Augmenter la fréquence des pauses

 

2. Adapter les comportements et l’hygiène de vie :

 -  boire régulièrement sans attendre la soif,

 -  porter de préférence des vêtements amples et légers, se protéger du soleil,

 -  éviter/limiter les repas gras et copieux, la consommation d'alcool et de tabac,

 -  tenir compte de sa tolérance à la chaleur et de son état de santé,

 -  adapter son rythme de travail

 

                            paris-nous-appartient-1960-01-g.jpg

                                                    Adapter son rythme de travail


- éliminer toute source additionnelle de chaleur (matériel électrique non utilisé : poste informatique, imprimante, lampe…)

-  Cesser immédiatement toute activité, dès que des symptômes de malaise se font sentir et le signaler (encadrement, …). En cas de trouble en fin de journée (fatigue, étourdissement, maux de tête…), éviter toute conduite de véhicule et/ou se faire accompagner. Ne pas hésiter à consulter un médecin.

 - se montrer d’autant plus vigilant en cas de problème de santé et/ou de prise de médicaments (diurétiques, sédatifs, tranquillisants…)

Lire aussi le dossier du site "Officiel Prévention, santé et sécurité au travail" en cliquant là

 

                         vague de chaleur

                                        Et surtout, boire régulièrement sans attendre la soif !



Pour tout contact sur la santé au travail : Agnès Dutrévis, Dominique Quénehen; membres du Comité Hygiène et Sécurité à la Direction des Affaires Culturelles

 


Lire aussi notre rubrique: santé au travail

Repost 0
Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans santé au travail
commenter cet article
1 août 2012 3 01 /08 /août /2012 03:00

 

                                  handicap-travail-lesat-milieu-ordinaire-trava-L-1

 

 

                    Mais à quoi sert donc la « mission handicap » à la Ville de Paris ?

La Ville de Paris prétend remplir ses obligations relatives au recrutement des travailleurs handicapés. 

La loi sur l’égalité des chances du 11 février 2005 oblige les employeurs à recruter 6% de travailleurs handicapés et inflige  une sanction aux entreprises qui ne respectent pas cette obligation.

Mais les mauvaises conditions de travail, les sous-effectifs, une mauvaise prévention de la pénibilité, altèrent la santé des agents de la Ville. 

Et la Ville de Paris se contente de  reclasser une partie ( pas tous) les travailleurs handicapés qu’elle fabrique.

Examinons les chiffres :

Entre 2010 et 2011, si le taux d’emploi des travailleurs handicapés a augmenté de 2,26%, les dépenses en leur faveur ont baissé de 21%.  

La Ville n’a effectué aucune dépense pour aménager les postes de travail pour les agents lourdement handicapés. 

                                   sarkozy-handicap-9

Que fait la Mission handicap ?

1 – Travaillant à la Ville depuis plus de 30 ans et âgé de 58 ans, je suis déficient visuel et la station debout est reconnue pénible, je demande un reclassement

Proposition de la mission handicap : Surveillance des squares ou devenir un agent affecté au courrier avec port de charges lourdes

2 – Je suis contrat aidé handicapé affecté depuis 8 ans à l’accueil.

Proposition de la mission handicap : Rien du tout.  On ne me propose surtout pas de passer le concours réservé aux travailleurs handicapés.  La Ville préfère me verser 500 euros par mois et être dispensée des charges sociales plutôt que de me verser un vrai salaire. Si la CGT attaquait aux prud’hommes et gagnait comme cela a été le cas à plusieurs reprises, le responsable des contrats aidés à la DDEEES me proposerait un CDD de 3 mois ! Elle est pas belle la vie ?

Heureusement que la DRH, lassée des contentieux, va veiller à faire respecter les décisions du Tribunal !

 

                                           baille au travail images

                                    Handicap: la DRH commence à se lasser des contencieux !

 

Autre exemple:

Je suis travailleur handicapé déficient visuel.

J’ai eu la ‘chance’ d’être recruté voila 15 ans .

Dois-je me contenter qu’on m’accorde le droit de travailler ou puis-je demander le droit d’avoir des promotions comme chaque agent de la Ville et la reconnaissance de mes compétences ?

La prochaine Commission Administrative Paritaire devra se prononcer sur ce cas.

La CGT demande que chaque agent ait les mêmes droits au nom de l’égalité de traitement.

La Bonne nouvelle c’est que nous gagnons un trimestre de vie par an.

La mauvaise, c’est qu’en raison de l’allongement des carrières professionnelles, nous risquons tous de devenir des travailleurs en situation de handicap.


                                    Belgique-une-campagne-sexy-choc-pour-le-handicap mode une

                                     

Repost 0
Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans santé au travail
commenter cet article
9 juillet 2012 1 09 /07 /juillet /2012 09:11

                                                    valeurs 6-copie-1

Les agents municipaux croyaient jusqu’à présent que les valeurs de la Mairie de Paris étaient tout simplement celles du service public 

Cela n’est plus aussi simple depuis que la Ville a mis en œuvre son processus de « démarche valeurs » digne des DRH des plus grandes entreprises (lire ici). Peut être est ce dû au fait qu’elle recrute des personnels de droit privé au détriment des fonctionnaires ? 

La CGT mets l’administration en garde sur cette politique de « valeurs » municipales. C’est, pour le syndicat, la meilleure façon d’accroitre les facteurs de risques psycho-sociaux en générant des conflits éthiques. Les mêmes qui ont été à l’origine des suicides à France –Telecom ou à La Poste.

                                    valeurs 4

Ces conflits éthiques apparaissent assez fréquemment lorsqu’une organisation adopte brutalement des pratiques, des valeurs, des critères d’évaluation qui lui étaient jusque-là étrangers, en général en les empruntant à une autre sphère. De tels conflits ont notamment été décrits dans des administrations ou d’autres organisations publiques qui se réorientent vers une gestion plus marchande 

Le service public fonctionne de plus en plus en termes de productivité, passant du service rendu au service rentable, et l’on demande aux agents, et plus particulièrement aux cadres de faire le grand écart entre les « valeurs d’humanismes » chères au Maire de Paris mais pas moins vides de sens et les actions préconisées par la hiérarchie au quotidien, 

                                           valeurs 1-copie-1

Cette nouvelle idéologie sur ce qu’est la mission de l’organisation et la bonne façon d’animer les personnels par un ensemble de normes, de valeurs et de croyances communes est un leurre en l’état actuel des moyens de la Ville.Comment les cadres pourraient ils en effet faire preuve d’ « audace » alors qu’ils n’ont aucune autonomie et encore moins de marge de manœuvre.                                 

Pour mettre en œuvre cette réflexion existentielle la Ville a fait appel à une société de « branding », discipline qui consiste à gérer les marques commerciales et en particulier l’image des entreprises qui exploitent ces marques. 

C’est grâce à ce type d’entreprises que la Générale des Eaux s’appelle maintenant Véolia  ou que Orange remplace France Telecom, histoire de se refaire une virginité sans pour autant annoncer de meilleurs résultats ni offrir à leurs employés de meilleures conditions de travail

                                                       valeurs 5-copie-1  

Après avoir fait émerger les quatre nouveaux piliers de la sagesse parisienne (Solidarité, Gout de l’Exigence, Ouverture et …Audace !,) la prochaine étape pour le Maire sera peut être d’offrir à la capitale un nouveau nom, plus moderne, plus festif. Il est vrai que « Paris » a fait son temps.


                                                                          valeurs 7-copie-1

                                                               " Pour être plus moderne, je propose "mergitur" ! "

 

Lire aussi Pour avoir de la « valeur » la Mairie de Paris enfile les perles !

Repost 0
Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans santé au travail
commenter cet article
7 juillet 2012 6 07 /07 /juillet /2012 17:50

 

                                              t8-6.jpg

 

                               Dans ce nouvel Alcatraz, l’humain passera après !

  La Mairie de Paris va bientôt inaugurer un nouvel échafaudage destiné à recevoir les agents de la Direction de l’Urbanisme et de la Voierie. Une nouvelle prison en plein Paris  (lire ici) 

 

                                                        Le Nouvel Alcatraz de l'avenue de France (13ème)

                                        100 5050-1-[1]

                                   A Paris, la transparence n'est toujours pas à l'ordre du jour !

  

Les barreaux en bois (non ignifugés ??) aux fenêtres masquent totalement la lumière. La transparence n’est pas l’ordre du jour à la Mairie de Paris. La prévention des risques incendie non plus !

A la question des dégâts causés par les pigeons parisiens qui pourraient se nicher dans les barreaux, Mme Anne Hidalgo a répondu : « impossible » ! Et d’après elle, ancienne inspectrice du travail tout de même, la pose d’un écriteau « interdit aux pigeons »’ n’est pas raisonnable, les pigeons ne sachant pas lire pour la plupart. Une perspicacité qui l’honore !


                                                     t8-2-copie-1.jpg


S’agissant de la climatisation, la CGT s’interroge  sur la qualité de la maintenance de l’installation. Mesure de la rapidité de l’encrassement des filtres ? Quelle société sera en charge du nettoyage des filtres ?

Sachant que les Comité Hygiène et Sécurité duraient une heure au maximum, sous la présidence de Mme Hidalgo, comment ses membres seront-ils informés du suivi de l’entretien des filtres ?

Heureusement, les fenêtres ne s’ouvrent pas et rendent les suicides difficiles, les salariés devront innover !

Rappelons (méchamment) qu’en février 2012 la Ville avait été condamnée à 40.000 euros d’amende pour infraction à la législation du travail. (Sans parler des 300.000 euros destinés à payer les dépassements d’heures effectués par les agents). C’est le suicide d’une salariée qui avait déclenché l’enquête de l’inspection du travail. Encore des agents passéistes incapables de s’adapter aux méthodes de management “modernes” !  Lire ici


                                 hidalgo-1.jpg

                                      - "Encore des passéistes incapables de s'adapter ?"

                                            - " J'en ai bien peur Monsieur le Président ! "


Le mépris d’une élue qui rêve de diriger Paris. Une fois de plus, la Mairie se désintéresse totalement des conditions de travail de ses agents et leur impose sa vision décadente d’une architecture ‘moderne’.  

Pourtant le jour du CHS, de nombreux agents concernés par le déménagement ont manifesté leur mécontentement malgré le blocage des mél syndicaux par les encadrants.

Les ptérodactyles semblent toujours aux manettes de la Mairie de Paris, malgré la météorite responsable, il y a 65,5 millions d’années, de la disparition des dinosaures. Il serait temps de confier enfin le pouvoir à de vrais mammifères.


                                hidalgo-3-copie-1.jpg

                                  -  "Alors, comme ça, cette impétrante veut diriger Paris ? "

                                       - " Oui, mais j'ai d'abord besoin de 340 000 euros ! "


De plus, les élus parisiens l’ignoraient sans doute mais en choisissant l’architecte, Rudy Ricciotti  pour construire ce chef d’œuvre carcéral, ils ont (encore une fois) fait fausse route. Car celui-ci, vivant dans le Var il est vrai, montre une certaine méconnaissance du climat parisien.

A Paris, on cherche rarement à se protéger du soleil. Plafonniers allumés en permanence et climatisation dilapident l’énergie des centrales nucléaires dont un président “normal” parle de réduire la production à 50 % du total d’ici quelques années. Aidons le à tenir ses promesses !!


                                      du 1

 

Chers collègues, rassurez-vous : Pendant que vous serez parqués comme des huitres dans des Open Stress, nos têtes dé-pensantes ont des bureaux qui s’apparentent à des lofts avec vue imprenable sur la Seine.

La CGT propose que nos Secrétaires Généraux, Directeurs et autres Sous Directeurs aillent vivre dans cette horreur architecturale dont ils vantent les mérites, en compagnie de l’architecte qui l’a conçue. A moins qu’ils n’apprécient pas l’environnement qu’ils imposent à leurs salariés ?

Pour ne pas vivre dans un parc à huitres, je me syndique !


                                     delanoe.jpg

                                " Pas mal ce petit blanc Bertrand, mais ça manque un peu d'huitres ! "

                                    " Je sais Martine, mais ces passéistes refusent de s'adapter ! "

   

Lire aussi

Bientôt une prison moderne (mais polluante) en plein Paris !

Pour son jubilée, la Reine D’Angleterre s’offre les Jeux Olympiques. Bertrand Delanoë, lui, boit la tasse !

Risques psychosociaux à la Mairie de Paris : La CGT interpelle Bertrand Delanoë !

Repost 0
Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans santé au travail
commenter cet article
11 juin 2012 1 11 /06 /juin /2012 10:00

 

                                                             du 4

 

La Mairie de Paris va bientôt inaugurer de nouveaux bâtiments, Avenue de France dans le 13ème, sur une parcelle dénommée T8, pour y accueillir (?) les Directions de la Voirie et de l’Urbanisme auparavant logées dans le Centre Morland (4è). A la vue du projet, c’est une prison d’un nouveau genre que propose Bertrand Delanoë à ses agents. Il parle même « d’architecture innovante ». Regardez ce chef d’œuvre !

 

 

                                100 5050-1-[1]

                                    Le T8 :  Une prison modèle dont on ne s'échappe pas !

 

         

Comme on peut le constater l’immeuble est entouré de barreaux interdisant l'ouverture des fenêtres ! Pour empêcher tout risque d’évasion sans doute. 

Un gros problème toutefois : cette prison certes moderne ne sera pas écologique (mais alors pas du tout), ce nouvel immeuble risque de ne pas obternir la certification « Qualiparis » ! Et là, ça la fout plutôt mal.

 

                                                Fa-ade rue fort ensoleillement-1-[1]

                                        " Hé le service compta ! Vous êtes appelés au parloir "

 

  

Bureau fait ton office !!  Grâce au génie parisien, avec cet espace de bureaux enfermés derrière des barreaux, les employés n’auront d’autre possibilité que d’allumer la lumière toute la journée…. été comme hiver ! EdF se prépare déjà à rouvrir ses centrales (à charbon?) pour permettre l’approvisionnement électrique de la Capitale.

 

Autre conséquence de ces désormais fameux barreaux, les fenêtres ne s’ouvrent pas (elles sont mêmes condamnées). Pour palier ce très léger inconvénient, la Ville de Paris prévoit une climatisation permanente et obligatoire. EdF se frotte les mains et prévoit une seconde centrale !

 

                                          du 3

                                     - " Ca y est, ils allument la lumière, vas y, envoie la sauce ! "

                                          - " Ah les cons, ils viennent aussi d'allumer la clim' "

 

              

Compte tenu des dispositions envisagées (résille, climatisation et éclairage artificiel permanent, fenêtres non ouvrantes), le Plan climat adopté par le Conseil de Paris et opposable aux constructeurs dans la Capitale ne sera pas respecté. Gênant pour un bâtiment abritant une Administration parisienne (sic) et revendiqué par celle-ci comme « en adéquation avec l’image que souhaite donner à voir la Ville de Paris » !!!  Et oui, Paris, capitale du réchauffement climatique, il fallait y penser !

 

Bon, si le soleil risque de taper fort sur le T8, les locaux sociaux eux vont briller mais par leur absence (alors que la Mairie les a déclarés…prioritaires ! Un ange passe). Ni infirmerie, ni locaux syndicaux, alors qu’ils existaient dans le précédent service et une cantine bien plus petite qu’à Morland. Un formidable progrès.                                   

 

La Ville de Paris  rappelée à l’ordre par la cour des comptes de surface ?  Et, oui certains cadres de la Direction du Permis de Construire (des spécialistes) ont effectué quelques calculs de leur propre chef *, et qu’ont t-il découvert ? Il manque entre 20 et 25% de surface pour accueillir le personnel dans des conditions correctes. En principe, la Mairie de Paris ne va pas installer des « Open stress ». Anne Hidalgo a dit qu’elle était contre !. Maline, elle évoque tout de même des « cloisons de moindre hauteur ». A moins que la prison modèle T8 qui peut aussi être comparée (de loin) à un nid, ne soit en fait une batterie de poulets "spécial agents municipaux"? Aïe, tous les accords annoncés à grand coup de clairon piétinés en un instant.

 

                                            du 7

                                  - " Bon, vous me mettrez des barreaux et vous m'enlevez aussi 25% ! "

                                                     - " A votre service, monsieur le Maire ! "

 

  …. La Ville de Paris  en plein plan social ? Mais peut être que la Mairie, en pleine planification administrative, a t elle prévu de diminuer les effectifs de 25 % d’ici 2014, ce qui permettrait de caser tout le monde dans des conditions tout juste correctes. Une vraie RGPP (le nom pour supprimer des fonctionnaires) à la sauce parisienne.

 

Mais pourquoi déménager des milliers d’agents du Centre Morland (encore très fonctionnel) vers ce T8 de l’avenue de France, me direz vous ? Bonne question. Il se murmure que la Mairie de Paris pour palier l’échec du nouveaux quartier –Seine Rive Gauche- se voit dans l’obligation de bâtir. Et  que bâtir sinon des locaux publics ! Il se murmure également très fort que la Ville pourrait dans le même temps réaliser une opération immobilière (très) juteuse : La transformation du Centre Morland en hôtel de luxe. Il est vrai que son emplacement fait rêver plus d’un investisseur, à l'instar de la "Samaritaine". Delanoë a-t-il reçu une offre de LVMH ?

 

La CGT demande à la Mairie de Paris de revoir sa copie et de (re)mettre en place : Des fenêtres qui s’ouvrent, des stores extérieurs, des bureaux qui respectent les normes (et sans open space,Svp), des locaux sociaux et un effectif comparable à celui qui était en activité au Centre Morland. Elle doit s'attaquer aussi à ces inutiles barreaux et à cette climatisation permanente.

                        

                                            delanoe 2 

                                                                         " Attendez ! Là, ça fait beaucoup ! "

                                                  

 

* Les calculs s’appuient sur la norme X35-102 datant de 1998 qui prévoit entre autres 9,78 m2 pour un agent et 22,08 m2 pour deux agents….

 

                                            

 

                                                           du 2

                                                " Pour QualiParis c'est raté, mais pour l'electricité on peut s'arranger "

 

 

Repost 0
Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans santé au travail
commenter cet article
9 juin 2012 6 09 /06 /juin /2012 08:59

 

                                        crumb 2

                                                              " Arrgh, la Ville est en plein manque ! "

 

Déclaration liminaire de la CGT au Comité Hygiène et Sécurité « spécial musées »


La vérité ne sort plus de la bouche des enfants mais des artistes. Et qui plus est, d’artistes exposés dans les musées de la Ville de Paris. 

 

Robert Crumb, dans un entretient donné au journal « les inrockuptibles » s’interroge sans langue de bois sur la raison profonde de l’exposition qui lui est consacrée au Musée d'Art Moderne.  «  J’ai posé, précise t il, quelques questions au directeur du musée d’art moderne, Patrice Hergott, parce que je n’étais pas bien sûr de la raison pour laquelle j’étais là. En gros, c’est parce qu’ils ont besoin de faire venir du monde. Sinon, ils n’ont pas de financement. Et, donc, ils ont fait mon expo pour attirer les foules ! Fabrice Hergott m’a dit qu’en général le public ne s’intéressait pas à l’art contemporain ».

 

En quelques lignes, Robert Crumb dépeint la situation  que la CGT dénonce depuis des années et  qu’elle craint de voir s’accentuer dès la mise en place effective de l’Etablissement Public des musées: La culture bradée à la finance, la rentabilité comme seul objectif, une politique commerciale offensive, une obsession des chiffres de fréquentation. 

 

                                                  crumb 3

 

Mais recentrons cette intervention sur l’objet même de ce CHS exceptionnel. Un bilan SST (Santé et Sécurité au Travail)  dans les musées municipaux. Pour la CGT ce bilan se résume en un mot : le manque.

Oui, madame la présidente notre syndicat l’affirme : la direction des affaires culturelles est en manque …

  

- Manque de budgets : certaines formations ne sont pas mises en place faute de moyen  

- Manque de recrutements et de personnels : il manque toujours un maillon dans la chaine santé sécurité à la Direction des Affaires Culturelles et ce malgré l’impulsion qui devait être donnée par l’accord cadre santé, sécurité au travail  

 

- Manque de cohérence et de fiabilité des informations par exemple le nombre d’equivalents temps pleins diffère selon qu’il est issu d’une application informatique ou d’une autre   

- Manque de clarté : les réponses apportées par l’administration sont souvent floues et renvoies les représentants des personnels à des calendriers incertains  

 

                                                       crumb 1

                                                                  " Ah! Je suis toujours en manque "

 

- Manque d’investissement des chefs d’établissements dans les problèmes de santé au travail : en 2010, 62% des chefs d’établissements des bibliothèques ont suivi les réunions proposées par la Mission Hygiène et Sécurité sur l’animation du réseau de prévention. Seuls 38% des responsables des musées étaient présents

 

- Manque d’autonomie : Beaucoup trop de dossiers attendent le feu vert de l’administration centrale pour être déclinés à la DAC alors que les problèmes sont identifiés depuis longtemps 

 

- Manque de respect des représentants des personnels : les questions diverses sont de moins en moins traitées dans le cadre de la réunion plénière. Le ou la présidente ne considère pas devoir offrir plus d’une matinée à la tenue de cette instance et ce quel que soit le nombre de points à débattre et leur importance.

- Manque de suivi : A peine évoqués les dossiers sont refermés. Quelques informations partielles concédées par la DAC et au suivant…  Quel droit de suite ?   

Nous pourrions continuer cette anaphore encore des lignes, car les manques ne  manquent pas

 

                                                    girard-4-copie-1.jpg

                                             " Ah tu vois François, les petits de la CGT t'ont piqué ton anaphore ! "

 

Nous préférons stopper là  et évoquer au fil de cette réunion les quelques évolutions positives que nous l’ésperons les responsables du futur EPA, continuerons à faire vivre.  

 

                                                                 GIRARD-5.jpg

                                                                " Puisque c'est comme ça, je m'en vais ! "

 

 

 

Lire notre rubrique: santé au travail  

Repost 0
Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans santé au travail
commenter cet article
3 avril 2012 2 03 /04 /avril /2012 09:41

 

                                                                100 briques[1]

                                                                      A part une vague enquête d'Ipsos !

 

                                  Quoi 150.000 euros pour une démocratie virtuelle ?


La Mairie de Paris conduit une enquête sociale auprès de ses personnels  à l’aide de l’institut de sondage IPSOS. Le coût de cette opération, intitulée « Paris et moi »  est évalué à 150.000 euros. Ce questionnaire, se veut un éclairage sur les différents métiers de la Ville.
Alors que les agents sont recrutés sur un emploi de service public, la Ville de Paris est obligée de dépenser 150 000 € pour connaître l’activité de ses personnels ?

Mais pourquoi donc la mairie de Paris se pose t-elle ces questions ? Quelle garantie d’anonymat quant on sait que le dépouillement se fera par direction (culture, sports, crèches, nettoiement, ….)  et que les questions  ne sont pas générales : pour la DPE (les éboueurs) par exemple on trouve une question édifiante sur le plan de lutte contre l’absentéisme ; attention c’est aussi ça « Paris et moi »

 

                                         delanoe 2-copie-2

                                                 " Et oui, c'est aussi ça Paris et moi "

 

 

Contrats aidés : Silence on enquête !!  
Naturellement, les 1700 contrats aidés (et financés par l’Etat)  sont exclus de cette enquête.
Il est vrai que la pression sur les précaires pourrait apparaître au grand jour et que les retards dans l’indemnisation  chômage des anciens vacataires ou contractuels  risqueraient de donner une mauvaise image de la Ville de Paris.
D’autant plus que le management de la direction en charge des contrats aidés,  semble laisser à désirer en ce moment.
  

 

Tous les hommes sont égaux, mais certains sont plus égaux que d’autres  
La CGT relève que les éléments d’inquiétudes partagés que sont le stress de la charge de travail en constante augmentation, les conditions de travail en open stress, le management par la terreur ne sont évoqués que par de petites questions isolées comme si ce n’était pas un problème réel dans la municipalité parisienne. Ce qui préoccupe la mairie de Paris est de s’assurer qu’il n’y a pas trop de gens insatisfaits à partir d’une étude globale.


                                       orwell[1]

                                                  Le fronton d l'Hôtel de Ville de Paris 

 

                                                

Soit pauvre et  (surtout) tais toi !!
Pour la CGT, ce questionnaire n’est pas une enquête sociale, puisqu’il n’y a aucune question de nature sociale :
-         Combien de travailleurs pauvres ?
-         Combien d’agents dorment dans leur voiture ?
-         Combien d’agents vivent dans des logements insalubres ?
-         Quelles mesures prises en faveur de ces agents ?
-         Combien de places en crèches attribuées aux agents de la Ville ?
La Municipalité, si prompte à partir en guerre contre la misère (mais ailleurs),  ne semble pas préoccupée par ces thématiques.
Pour la mairie de Paris ce questionnaire ne doit pas dévoiler le nombre important d’agents sans toit ou de familles d’agents isolées en difficulté à qui Paris pourrait  attribuer les mêmes aides qu’aux parisiens. Le silence est aussi requis sur le sort de 20 000 agents non titulaires et précaires. C’est aussi ça « Paris et moi ».
A quoi sert ce questionnaire si  aucune mesure n’est mise en place pour améliorer la situation professionnelle des agents en difficulté.

Si les agents soulignent le manque de reconnaissance, l’élue en charge des Ressources Humaines (In Humaines ?) va-t-elle enfin décider d’un véritable plan de carrière pour les agents ?

Si cette enquête met en exergue les mauvaises conditions de travail des agents, la DRH va-t-elle prendre les mesures nécessaires en augmentant les effectifs de manière notable ?
La CGT s’inquiète de l’utilisation de ce document par l’administration ; repérage des bonnes et des mauvaises directions ? Eclatement des directions par des réorganisations ? Ciblage des services politiquement incorrects et identifiés par ce questionnaire ? Ça pourrait être ça aussi « Paris et moi »

 

                                                 pr-c3-a9caires-1-1--copie-1.JPG

                                                          " Surtout si tu es pauvre "

                                                             

 Et si on parlait aussi d’égalité ?
Le résultat de l’enquête menée par l’INED sur les discriminations à la Mairie de Paris n’est toujours pas communiqué ! Et de fait la DRH ne se pose aucune question en faveur de l’égalité…C’est aussi ça « Paris et moi ». En fait pour connaître le ressenti des agents grandeur nature, la CGT donne un conseil (d’amis) à Bertrand Delanoë, le Maire de Paris : organiser des élections professionnelles,  un véritable outil de démocratie directe pour le coup !

                                      Allez Bertrand, le changement c’est maintenant ! !

                                      delanoe 1[1]                                

                                      " Mais où donc ont-ils pu trouver cette idée de slogan ? "

 

 

 


Lire aussi

Sondages : Grosse panique à la Mairie de Paris !

notre rubrique: santé au travail

Elections: Paris perd son triple A démocratique !

Repost 0
Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans santé au travail
commenter cet article
2 avril 2012 1 02 /04 /avril /2012 09:02

 

                                                     delanoe 3-copie-1

                                                                                 " Oui, c'est pourquoi ? "

 

Ce travail qui fait mal ! Pour combattre le mal-être et la souffrance au travail

Qu’est-ce que les risques psychosociaux ? Ce sont des phénomènes à la fois collectifs et individuels qui recouvrent, entre autre, le stress, le mal-être et la souffrance au travail… avec comme conséquence des problèmes de santé, des troubles physiques et psychologiques.
Suite  aux vagues de suicides dans plusieurs grandes entreprises françaises, les employeurs publics comme privés sont dans l’obligation légale de s’intéresser aux risques psychosociaux (RPS).
Plusieurs réunions sur la prévention de ces risques se sont donc tenues à l’Hôtel de Ville de Paris en présence des ressources humaines, des syndicats, de la médecine de prévention, du service social...
Ces palabres ont abouti à la signature d’un accord cadre ‘Santé et Sécurité au Travail’ avec des organisations syndicales minoritaires qui se satisfont d’un accord sans moyen, pire qui se satisfont des redéploiements de postes, synonyme de surcharge de travail dégradant les conditions de travail.

 

                                       chereque-1.jpg

                                               " Un accord sans moyen certes, mais que je trouve confortable "


Comment aborder la question des Risques Psychosociaux ? Deux écoles s’opposent, souvent frontalement, concernant les moyens de prévenir et de combattre ces risques
La première souhaite mettre en place des questionnaires individuels, des cellules d’écoute, des formations « Gestion du stress »… afin d’aider les personnels à gérer leur souffrance. En bref, cette école travaille sur les effets et peu, ou pas, sur les causes. Elle envisage l’individu, et non pas le travail, comme étant à l’origine des difficultés. Cette vision est issue de la psychologie comportementaliste.
La deuxième école pose la question de l’organisation du travail. De fait, les indicateurs qu’elle retient pour comprendre les causes des RPS renvoient au fonctionnement des services et non pas aux comportements individuels. Comme le souligne l’INRS, (l’Institut national de recherche et de sécurité), le mal-être au travail n’est pas « un phénomène individuel en fonction du caractère de chacun mais bien un phénomène collectif résultant de l’organisation du travail et des relations sociales dans l’entreprise ».
La stabilité des effectifs est devenue l’alpha et l’oméga de la politique de la Ville de Paris. Ouvrir de nouveaux équipements (crèches, gymnases, …) sans les créations de postes signifie une souffrance accrue pour les personnels.

 

                                                      ecole.jpg

                                                               " Nous en est clairement de la 2ème école "

 


Alors que l’Article. L. 4121-2 du Code du travail préconise d’adapter le travail à l’homme, ce sont les agents qui s’adaptent en permanence aux réorganisations de service à répétition.
La CGT demande la mise en place d’indicateurs permettant de mieux comprendre, sur la durée, les causes et les effets des RPS dans chaque Direction/Service, …./ établissements
- Nombre de jours d’arrêts maladies par catégorie de personnels et par secteurs
- Nature, fréquence et gravité des accidents du travail par type d’activités
- Nombre d’appels en Commissions Paritaires
- Nombre de saisine du la cellule « harcèlement »
- Turn-over des agents

- Temps de travail (niveau des heures supplémentaires, des heures « écrêtées »…),
- Typologie des emplois (titulaires, non titulaires, contractuels, vacataires, contrats aidés,)
- Nombre d’incidents techniques…
- Nombre de suicides


Ces éléments objectifs permettent une approche globale, complémentaire aux ressentis et aux témoignages des personnels.
Nous demandons que ces indicateurs soient validés dans les documents uniques et soient présentés dans les CHS de Direction.
D’autre part, la CGT préconise la création d’un droit d’alerte spécifique aux risques psychosociaux.
Cette procédure, se déclencherait à la demande des organisations syndicales pour permettre de mener une enquête suite à un signalement de souffrance au travail en analysant les indicateurs.
Cet outil nouveau qui permettra d’appréhender les causes possibles des RPS et d’en suivre le règlement sur la durée.
  

 

                                                      delanoe-copie-3

                                                    " Franchement Max, me demander des indicateurs à moi "

  

 

Lire aussi 

Contre le harcèlement moral à la Mairie de Paris, comment prévenir?

Santé au travail: Attention, ça déborde du cadre !!!

Santé au travail : Un accord historique à la Ville de Paris. (Ou pas !)

Santé au travail: Burn Out, mode d'emploi

Repost 0
Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans santé au travail
commenter cet article
23 mars 2012 5 23 /03 /mars /2012 13:57

 

                                                               harcelement 1 

 

La Gestion des Ressources Humaines doit d’abord passer par de la Gestion Humaine des Ressource...Pour la CGT, l’encadrement consiste à travailler ensemble, en bonne intelligence, à déléguer, écouter, réunir, fédérer et valoriser les compétences de chacun.

                                                harcelement 2

                                                        Ecouter, fédérer et valoriser ? 


Qu’est-ce que le harcèlement moral ?

L’article L. 122-49 du Code du travail dit : “ Aucun salarié ne doit subir les agissements répétés de harcèlement moral qui ont pour objet ou pour effet une dégradation des conditions de travail susceptible de porter atteinte à ses droits, à sa dignité, d’altérer sa santé physique ou mentale ou de compromettre son avenir professionnel. ”

Le harcèlement met souvent en jeu l’organisation du travail et la façon dont les salariés vivent leur rapport au travail.

Une contrainte est exercée sur un salarié qui soutient seul un rapport critique à la réalité du travail, sachant que ce rapport critique peut être désavoué par ses propres collègues, son collectif de travail.  

En schématisant, il est possible de dire qu’une situation de harcèlement moral procède à la fois :

- Du refus d’un(e) salarié(e) de se soumettre à la domination et à la servitude et qui, de ce fait, subit une atteinte à sa dignité, à sa condition professionnelle et à sa santé

- Du management harcelant opéré, sous le regard de tous et au mépris de la loi, par l’employeur ou son représentant ;

- De l’attitude des collègues qui, au mieux, se taisent ou, au pire, s’allient contre le “ harcelé ” dans une stratégie collective de défense par l’exclusion.

C’est sa solitude qui déstabilise le harcelé, le fait douter de sa raison et finit par porter atteinte à son identité. Cette situation génère en premier lieu de la souffrance et peut aboutir à l’apparition de maladies. 

                                                harcelement 4   


Le rôle de l’organisation du travail

Le harcèlement met souvent en jeu l’organisation du travail et la façon dont les salariés vivent leur rapport au travail.

Pour autant, il ne faut se méprendre sur les causes profondes du harcèlement moral. Si le “ harcelé ” souffre bien en tant qu’individu, la personnalité du “ harceleur ” n’est pas, en première intention, l’unique responsable des situations de harcèlement.

En effet, ces dernières résultent de processus complexes, mêlant intimement relations au travail et organisation du travail. Derrière la plainte de harcèlement, on retrouve ainsi très souvent :

- Des réorganisations d’entreprises avec des “ plans sociaux ” ou des licenciements à éviter ;

- Des délocalisations géographiques et/ou stratégiques d’entreprises ;

- Des conflits hiérarchiques liés aux méthodes de management ;

- Des réorganisations de tâches, de postes de travail ;

- Des restructurations d’équipes de travail ;

- Des discriminations de toutes sortes, mais souvent de nature syndicale, sexiste, voire raciale ;

- Des désaccords entre collègues sur des conflits de valeur ou de méthodes de travail, notamment dans la fonction publique et les activités de service. 

                                            help surcharge travail orid images  


Comment prévenir le harcèlement moral

- Afficher les articles de loi sur le harcèlement moral à proximité du registre hygiène et sécurité

- Consacrer une réunion du comité d’hygiène et de sécurité (CHS) par an au harcèlement moral.

- Dès le lancement du droit d’alerte, réunir les membres du CHS et déclencher une enquête pour connaître les tenants et les aboutissements.

- Profiter de l’entretien annuel d’évaluation pour évoquer avec les cadres leurs méthodes managériales, la manière dont ils définissent les objectifs pour leurs équipes, si ces objectifs sont plutôt bien ou mal vécus, etc..

- Diffuser un questionnaire annuel, à destination des cadres, portant sur leur connaissance du harcèlement moral.

- Détecter quels services sont sujets à arrêts maladie à répétition où à démissions anormales compte tenus du turnover général. 

                                             harcelement 5

                                          Un service victime de démissions et de turnover général  

                                                                             

La jurisprudence de la Cour de cassation (dans un arrêt du 21 juin 2006) impose désormais à l’employeur une obligation de résultat pour empêcher tout harcèlement moral dans l’entreprise. En cas d’échec, sa responsabilité peut être mise en cause au même titre que celle du salarié « harceleur ».

 

«L’employeur est tenu envers ses salariés d’une obligation de sécurité de résultat en matière de protection de la santé et de la sécurité des travailleurs dans l’entreprise, notamment en matière de harcèlement moral, et l’absence de faute de sa part ne peut l’exonérer de sa responsabilité. »

La CGT a informé la DRH à plusieurs reprises de disfonctionnements à la Direction de l’Urbanisme et à la DDEEES (Direction du développement …..Economique !). Le ‘management’ ne doit pas  tuer les agents professionnellement ni les détruire psychologiquement 

Les réorganisations de service à répétition conduisent à des changements de cap, à des incohérences multiples et variées, la solitude de la mise en concurrence, au stress, au harcèlement, à la destruction des formes de solidarité collective … 

                                                            delanoe

                                           - "Attention Bertrand, en tant qu'employeur tu es responsable"

                      - " Merci Anne, mais c'est l'amie ou l'ancienne inspectrice du travail qui parle?"

                                     

Voir aussi un excellent article sur le sujet: "Le harcèlement moral au travail, orchestration d'une violebnce sourde" en cliquant là

 

Lire aussi:

Santé au travail: Attention, ça déborde du cadre !!!

Santé au travail : Un accord historique à la Ville de Paris. (Ou pas !)

Santé au travail: Burn Out, mode d'emploi

Repost 0
Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans santé au travail
commenter cet article
2 mars 2012 5 02 /03 /mars /2012 18:36

 

                                                           images

 

Le travail des cadres déborde !  Horaires élastiques, travail de nuit…

Près de la moitié des cadres reconnaissent travailler fréquemment le soir ou la nuit sur leur temps personnel (Enquête Technoligia sur les effets du travail sur la vie privé, lire ici ). On s’en doutait bien un peu …La nouvelle donne c’est que ces débordements sont de plus en plus subis, mal vécus et participent au développement des risques psychosociaux.

Permise notamment par la multiplication des outils de communication interconnectés, cette intrusion nuit au sommeil et à la vie intime de 80 % d’entre eux. 

La CGT se prononce pour le droit des cadres « à jouir sans entrave » et sans ordinateur portable

Elle défend la conciliation travail-hors travail et propose à la DRH des solutions efficaces et peu couteuses

1)       Ne plus organiser de réunions après 17 heures

2)       Ne plus envoyer de courriel après 20 heures

 

                                               cadre-2.jpg

                                           " Pas de réunions après 17 heures, nom d'une pipe ! "

 

 

Lire notre rubrique santé au travail

Repost 0
Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans santé au travail
commenter cet article