Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

C'est Qui ? C'est Quoi ?

  • : Le blog de CGT Culture DAC Ville de Paris
  • Le blog de CGT Culture DAC Ville de Paris
  • : Blog du Syndicat CGT Culture de la Direction des Affaires Culturelles de la Ville de Paris.
  • Contact

Qui sommes nous ?

Nous sommes des personnels de la Direction des Affaires Culturelles de la Ville de Paris, travaillant dans les bibliothèques, conservatoires, musées, ateliers des beaux-arts, services centraux...

Nous militons au sein de la CGT pour défendre les droits des salariés, la qualité du service public rendu aux Parisiens.

Pour vous syndiquer, demander conseil, faire des réclamations, envoyer des informations, une seule adresse : daccgtculturegmail.com


Recherche

Pages

10 février 2012 5 10 /02 /février /2012 10:38

 

                                                   froid 4

 

Froid : Un grand frisson parcourt les bibliothèques, et la médiathèque Melville (13ème) est toujours privée d'eau chaude !

En raison des conditions climatiques, de nombreuses bibliothèques parisiennes ont fermé leurs portes totalement ou partiellement : La Bibliothèque des Littératures Policières (Bilipo, 5è), Saint Eloi (12è), Brassens (14e), Yourcenar (15è), Rostand, Brochand (17è), Clignancourt, Maurice Genevoix (18è) et Louise Michel (20è). Château d’Eau (10è) et Glacière, la bien nommée (13è),  se plaignent également des basses températures. Les musées parisiens sont aussi exposés au grand froid. Ces conditions climatiques peuvent également toucher les conservatoires ou les ateliers beaux arts. 

 

                                                                froid 2

Des mesures de prévention ont été rappelées à tous les établissements. Pour mémoire, ces mesures sont les suivantes :

- température de base (19°) : fonctionnement normal du lieu ;

- température comprise entre 18° et 14° : mise à disposition de chauffages d’appoint, autorisation du port du manteau personnel en l’absence de gilet ou de surveste fourni dans la dotation des agents (les bibliothécaires n'ont malheureusement droit qu'à un maigre badge en matière plastique), aménagement de l’organisation du travail (davantage de roulements, davantage de pauses, boissons chaudes) ;

- température inférieure à 14° : fermeture du lieu (le lieu peut être une salle).

 

De surcroit, à la médiathèque Jean Pierre Melville dans le 13ème arrondissement, le public est lui privé d'eau chaude. Le problème est que ça fait désormais la troisième année consécutive. De plus il semble que la suppression de cette eau chaude soit de la seule initiative de la Mairie de Paris, pour  "raison sanitaire" (!!?.  La CGT a alerté l'administration afin qu'elle règle ce (désormais récurent) problème.

 

                                                           melville

                                                             Melville privé d'eau chaude depuis trois ans !!

 

N’hésitez pas à contacter vos représentants CGT du Comité Hygiène et Sécurité de la Direction des Affaires Culturelles en cas de besoin : Agnès Dutrévis et Dominique Quénéhen

 

                                                                froid 3

 

Voir aussi notre rubrique: santé au travail

Repost 0
Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans santé au travail
commenter cet article
3 février 2012 5 03 /02 /février /2012 10:10

 

                                                crue 1

                                                         Santé au travail: Paris fait eau de toutes parts

 

                              Santé au travail: La Mairie de Paris perd sa note

Après avoir perdu son triple A démocratique en refusant d’organiser les élections professionnelles, la Ville de Paris vient de perdre aussi, et sans appel, son triple A financier.

Pourtant, pour plaire aux marchés financiers, notre Maire avait fait sienne la formule de Laurence Parisot ‘la Vie, la santé, l’amour sont précaires, pourquoi le travail ne le serait-il pas ?’. Exploiter 25% de non titulaires, redéployer les effectifs, budgets contraints, notre Maire n’en finissait pas d’envoyer des signes aux agences de notation ! Eh, ben c’est raté !  Voilà ce que c'est que de faire confiance à un thermomètre qui donne la fièvre.

 

                                                     santé

 

                                                      Dis moi qui tu fréquente ……

Même les amis de la Ville de Paris étaient triés sur le volet :  Connaissez-vous M. Joël Marias ? Ce Monsieur, Directeur des Services Généraux de la société Philips a licencié en mars 2010, 216 employés à Dreux juste pour optimiser ses coûts de production.  Malgré cela ou à cause de cela, il a  été l’invité spécial de la Ville de Paris à deux reprises, juste pour expliquer comment parquer les agents dans des Open Stress dans un éclairage tamisé. Cette personnalité haute en couleur vantait aussi les mérites de l’externalisation. Aussitôt dit, aussitôt fait :

 -  La Direction de l’Urbanisme externalise son Bureau de la Topographie.

 -  La Direction des Affaires Sociales Et Sanitaires ferme des centres de santé et le laboratoire Saint Marcel (c’est l’effet deux en un !).

 -  La Direction Informatique, quant à elle externalise les développements à des sociétés de service qui ruinent les parisiens. Il est vrai que quand on aime, on ne compte pas.


Mais externalisation et flexibilité n’ont pas suffit à convaincre Standard and Poor’s. Quelle ingratitude, vraiment. La CGT, soucieuse des finances publiques, propose que les Directeurs, sous Directeurs, et Secrétaires Général-aux, abandonnent leur prime départementale pour économiser entre 1 et 2 millions d’euros et redonner le moral à Standard and Poors.  

 

          open space 4              open space 5    

        Paris: Des "Open Space" avec éclairage tamisé .....            ..... Les mêmes, après externalisation !

    

 

                                       Et pendant de temps là, Hidalgo est condamnée ! 

Mais la municipalité parisienne traverse vraiment une mauvaise passe en ce moment, car après la condamnation de la Mairie de Paris et de Mme Hidalgo à 40 000 euros d’amendes pour infraction au droit du travail, voilà qu’elle  se retrouve dégradée dans un troisième domaine.

 

                                                     delanoe.jpg     

                                                   " On traverse vraiment une mauvaise passe en ce moment "      

                      

 

                                Exclusif : La Ville de Paris perd (aussi) son Triple A Social 

C’est  dans ce douloureux contexte, que la Mairie de Paris veut faire signer aux organisations syndicales un accord cadre sur la  Santé et Sécurité au Travail. Mais cet accord refuse d’inscrire dans le document, les propositions de la CGT :

1 - La reconnaissance de la précarité comme facteur de souffrance au travail. 

2 - La dégradation des conditions de travail qui conduisent au ‘burn out’, voire au suicide comme à l’APUR (celle là même qui a conduit aux plaintes de l’inspection du travail et la condamnation de la Mairie).

3 – Le lien entre effectifs et conditions de travail, le lien entre organisation du travail et souffrance au travail. Par contre, ‘l’accord’ individualise et psychiatrise la souffrance au travail, se dédouanant d’une organisation du travail toxique. 

4 – la suppression du CPAHD (la commission sur le harcèlement)  et son remplacement par un organisme fonctionnant avec la participation active des organisations syndicales. 

5 - Un plan de recrutement des médecins du travail. 

6 – la garantie de l’indépendance de la médecine préventive  

7 – Des mesures concrètes prises pour lutter contre la surmortalité des agents  dans les métiers à risque (éboueurs, égoutiers, etc….)

La dégradation des conditions de travail peuvent pousser des agents au suicide : « Ils ne meurent pas tous, mais tous sont frappés » dit on. C’est pourquoi la CGT dégrade définitivement la note sociale de la Mairie de Paris et ne signera pas cette palinodie.

 

                                     Delanoe-2.jpg 

                                     "Je ne comprends pas pourquoi la CGT n'aime pas ma petite musique"

 

 

 

Lire notre rubrique : santé au travail

Repost 0
Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans santé au travail
commenter cet article
12 janvier 2012 4 12 /01 /janvier /2012 08:43

 

                                                           medecine 2  


                                               Santé au travail : Mon corps n'est pas une bagnole ! 

Il existe à la Mairie de Paris deux médecines : La médecine statutaire (rue Lobau-4è) et la médecine du travail dite médecine préventive (rue CharlesMoureu-13è).

La médecine statutaire est la médecine de contrôle, au service de l’employeur. C’est la médecine statutaire qui organise la visite médicale d’embauche et vérifie l’aptitude au poste (article 10 du décret n°87-602 du 30 juillet 1987).

La médecine préventive est au service des personnels. Elle protège la santé des salariés par une démarche tout à la fois préventive et curative. Elle permet à chacun de travailler, quel que soit son état de santé. La médecine préventive n’est pas une médecine de sélection.

"Eviter toute altération de la santé du fait du travail" est une obligation de votre employeur.

La cour de cassation considère que les visites de médecine du travail visent à protéger la santé des personnels et entrent dans le champ de l’obligation de sécurité et de résultats des employeurs.

La directive européenne n°89/391 du 10 juin 1989 concernant la mise en œuvre de mesures visant à promouvoir l’amélioration de la sécurité et de la santé des travailleurs consacre la volonté de trouver un équilibre entre le droit à la santé et le droit au travail.

Lorsqu’il apparaît que le poste ou les conditions de travail peuvent avoir des conséquences néfastes sur la santé des agents, le médecin du travail est habilité à proposer des mesures préventives et des aménagements de poste car c’est le poste qui doit s’adapter aux capacités physiques et non l’inverse. Notre corps n'est pas une bagnole, et la médecine préventive n'est pas constituée de vendeurs d'occasion !

 

                                              medcine travail 1

                                                profil type du médecin selon la Ville de Paris

 

Le médecin du travail a un statut de salarié protégé. Il bénéficie d’une protection particulière contre les licenciements

Théoriquement, le médecin du travail n’a de comptes à rendre à personne. Sa seule préoccupation est l’état de santé des agents. Dans la pratique, son statut précaire de contractuel pour trois ans, permet à l’administration et à la DRH d’exercer sur lui des pressions fortes contraires à la déontologie, pour atténuer la portée de ses recommandations à l’employeur. Il est fréquent de ne pas renouveler le contrat de travail pour des médecins “trop indépendants” et trop attachés à défendre la santé des salariés

La DRH plus préoccupée par la performance et la rentabilité des agents que par leur état de santé, veut placer les médecins du travail sous l’autorité d’un médecin totalement soumis aux ordres de la DRH. Si cette pratique était mise en oeuvre, c’en serait fini de l’indépendance de la médecine préventive, qui verrait dicter sa pratique par l’Administration de la DRH.

La CGT s’oppose à la mise sous tutelle de la médecine préventive. La seule préoccupation des médecins doit rester l’état de santé des salariés et pas la vision comptable du Maire de Paris qui veut garder son triple A, même si ses personnels doivent perdre leur vie à la gagner.

 

                                           delanoe

                                         "Comment ça, on n'a pas la même vision comptable !"

 

                                         Non au démentellement de la médecine préventive

L’obligation de partager des bureaux sans point d’eau pour se laver les mains, sans le matériel indispensable, sans pouvoir respecter la confidentialité des entretiens médicaux, etc… n’incite pas les médecins du travail à venir travailler à la Mairie de Paris.

Pour mieux externaliser la médecine préventive, la Ville de Paris organise la pénurie.

La CGT revendique :

Des médecins du travail en nombre réglementaire : au minimum 30 médecins du travail pour les 60 000 agents de la Mairie de Paris. (Ils sont actuellement .....19)

Des recrutements de Secrétaires Médico-Sociaux pour décharger les infirmières du travail administratif

Une NBI (prime) de 200 euros pour les infirmières du travail

Des locaux décents et de surface suffisante et accessibles même aux handicapés, ce qui n’est pas le cas aujourd’hui

Le respect du secret médical

La gestion éthique des dossiers médicaux informatisée.

 

 

                  Pour défendre ma santé au travail ! Je me syndique à la C.G.T.

                             

                                                    cgt 1

 

  

Sur le même sujet

Accident de travail à Paris: Dexia, une troisième fois en faillite !

Santé au travail: Burn Out, mode d'emploi

Décolle étiquette: C'était donc vrai !

Des "dames pipi" étaient cachées à la médecine du travail de la Ville de Paris !

Accident de trajet : Ne sortez pas sans lui !

 

Repost 0
Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans santé au travail
commenter cet article
23 novembre 2011 3 23 /11 /novembre /2011 08:22

 

 

   dexia 2


 

Accident de travail :  « A Paris avec Dexia, c’est vraiment la faillite ! »


La banque franco-belge « Dexia », célèbre pour avoir été sauvée (deux fois !) de la faillite par le gouvernement, est chargée depuis peu de la gestion des accidents de travail de la Municipalité Parisienne. Nous constatons, hélas, que cette gestion calamiteuse n’est pas meilleure que sa gestion financière et que là aussi nous frôlons la faillite !

 

- Pas de triptyque disponible dans les établissements (on espère une prochaine livraison en Janvier aux UGD!),

- Des nombreux pharmaciens et médecins qui refusent de les prendre en compte (trop lourds à gérer),

- Des remboursements qui n’arrivent pas.

- Des soins qui tardent à être pris en charge…

 

Si la Ville de Paris avait voulu diminuer le nombre des accidents de service, elle ne pouvait trouver meilleur complice !!!

 

 

                                                       dexia 3

                                                       Un costume trop grand à porter pour Dexia

 

 

Entre la tentation de contester les accidents de service, les lenteurs de gestions des dossiers, il ne fait pas bon être victime d’accidents à la Ville de Paris.

 

La CGT demande au Maire de Paris de protéger ses agents comme son rôle d’employeur l’y oblige et de revenir à une gestion (enfin) normale des dossiers

 

                                   En cas d'urgence: Appelez le Cabinet du Maire

 

Pour les agents qui travaillent de nuit, le week-end end, ou qui travaillent seuls, la CGT rappelle qu’un accident de service doit être déclaré le jour même sous peine de nécessiter un témoignage direct pour être reconnu et que dans ce cas là ils peuvent pallier l’absence de supérieur hiérarchique en contactant la permanence du cabinet du maire au : 01 42 76 76 76.

 

N’hésitez pas, elle est là pour ça, et reçoit une belle prime d’astreinte en conséquence.

 

                                                            delanoe-fatigue-3.jpg

                                                        " J'espère qu'ils vont pas venir me déranger"

 

Accident de trajet, produits chimique, …. Consulter notre rubrique « santé au travail » sur : santé au travail  

Repost 0
Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans santé au travail
commenter cet article
14 novembre 2011 1 14 /11 /novembre /2011 12:17

 

loft 1 

 

 

                                    Téléralité: La Mairie de Paris relance "Loft Story" !

  La Ville de Paris, jamais à court d’idée innovante, a fait appel à une société de production spécialisée dans les jeux de téléréalité. Celle qui a conçu le célèbre « Loft Story » ? 

Elle a imaginé pour la municipalité parisienne le concept de « La vie sur un plateau » pour inculquer un nouvel « esprit d’entreprise » aux personnels de la Rue Regnault (13ème). Il s’agit de leur permettre de s’épanouir dans leur « open stress ».

 

De nombreux jeux ont déjà été proposés aux heureux personnels.  La CGT en a sélectionné deux.  

 

« Le Dingbat »*

« Le nouveau jeu de l’équipe com « Le Dingbat ». Le Dingbat est un jeu de mots utilisant le graphisme. Le but est de retrouver un mot ou une expression à partir de l’image … Nous vous laissons une semaine pour découvrir quelle expression se cache derrière cette image »*  Une semaine, c’est pourtant peu. 

Voici la suite du message « La réponse du dingbat de la semaine dernière était : « Sequana ».*
Félicitation à nos 6 gagnants »«.
Eh, oui, il y a eu au moins six joueurs. La CGT félicite à son tour les heureux gagnants. Trouver comme réponse « Séquana » du nom d’un logiciel de gestion informatique est la preuve que nos agents sont véritablement attachés à l’entreprise. Allez un autre jeu !


 

                                                       harcelement 1

                                                          "J'ai trouvé: c'était Séquana" 

 

« Retrouve ton collègue »

«L’équipe communication continue de jouer … plusieurs jeux cette semaine : « Retrouve ton collègue ». C’est très simple : une paire d’yeux, devinez à qui elle appartient ! Qui est-ce ? »*

Oui, mais qui est ce, bon sang ! Se demande une équipe désormais soumise à rude épreuve. « La semaine dernière c’était : XXXXXX . Félicitation à nos 3 gagnants » a précisé la direction

Là, le jeu était visiblement beaucoup plus dur car il n’y a eu que trois gagnants, le tout opéré, bien sûr, sous contrôle d’huissier !

 

                                                              delanoe 3

                                                                                             "Oui, qui est ce?"

 

L’employé du mois. 

A la fin du mois la personne qui aura eu les meilleurs résultats sera nommée « Employé du mois ». La CGT lui adresse par avance toutes ses félicitations. Il n’y a pas de raison toutefois que cette ambiance de bureau des plus attractives ne soit réservée qu’au personnel de la rue Regnault.

La CGT demande que cette expérience, visiblement positive, soit étendue à tous les services municipaux (à condition, certes, d’avoir un accès informatique) pour qu’il y ait enfin « égalité de traitement entre les personnels » comme le précise souvent le Maire de Paris pour justifier nos absences d’augmentation salariale. On pourrait commencer par les locaux de l’Hôtel de Ville et de la rue Lobau qui héberge notre DRH.

 

La CGT propose de nouveaux jeux.  

1 - Pour lutter contre l’absentéisme, la Ville doit améliorer la santé de ses agents. Pourquoi ne pas construire une piscine en terrasse (comme dans le « loft » finalement) pour permettre aux personnels de se détendre à l’heure du déjeuner ?  Crapoter dans l’eau avec nos responsables permettrait de nouer des liens plus solides. En tout bien tout honneur! 

2 - Pour améliorer la confiance en notre manager, pourquoi de pas sauter à l’élastique ensemble le dimanche matin ?

 

La CGT compte sur l’imagination débordante de notre administration pour trouver d’autres activités innovantes. 

Les personnels pourront ainsi oublier qu’ils sont mal payés et peu reconnus dans leur travail.  

Les agents de Morland (4ème) attendent avec impatience l’ouverture du nouvel Open Stress Avenue de France dans le 13ème. En effet, l’architecte a conçu un ptérodactyle sur la façade. Devra-t-on le chevaucher les cheveux au  vent  pour avoir l’air dans le coup ?  Encore un effort, Camarade !

 

* Les phrases en italique reproduisent exactement les envois sur les messageries

 

                                                                      loft 2

 

 

 

 

Repost 0
Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans santé au travail
commenter cet article
8 novembre 2011 2 08 /11 /novembre /2011 09:00

 

                                                                                    bisphenol 1

 

                                Bisphénol: C’est l’homme qu’a vu l’homme qui a fait les tests ! 

En matière de santé au travail, la transparence est de mise et comme le disait  récemment une femme politique malchanceuse : « trop de flou voit le loup »

Lors de la séance d’octobre du Comité d’Hygiène et sécurité (CHS) de la Direction des affaires culturelles (DAC), c’est une meute entière que la CGT a vu sortir du bois … 

Votre syndicat, relayant les inquiétudes des personnels des bibliothèques sur la présence de bisphénol dans les tickets délivrés par les automates de prêt, avait demandé un point sur ce dossier à l’administration. D’après la Mairie de Paris la réponse était claire: "Les tickets des automates contiennent bien du Bisphénol mais en quantité si infime qu'il est bien sûr non toxique dans les conditions habituelles d'utilisation".

 

"Des tests pratiqués par des laboratoires indépendants ont démontré que les produits utilisés étaient non allergiques, non irritants et non dangereux", affirme l'administration parisienne.

Les membres CGT au CHS de la DAC, toujours alertes, ont voulu consulter ces rapports. 

Nous nous sommes donc rendus à l’Hôtel d’Albret, siège de la Direction, pour prendre connaissance de ces preuves matérielles.  Là,  patatras ! Pas de rapports, pas de certification officielle, juste une lettre de la société 3M, distributeur en France des tickets, attestant que la société Kanzaki, installée à New York, produits bien des papiers thermiques dont certains contiennent du bisphénol, notamment la gamme P-300 (celle utilisée en bibliothèque) mais que des tests effectués par des laboratoires indépendants (mais lesquels ?) sur des lapins et des cochons de Guinée ont conclus à l’absence d’irritation de la peau et à la qualité « non dangereuse » des échantillons.

 

                                                 bisphenol 4

                                                                                  Des cobayes des Amériques

 

          C’est l’homme qui a vu l’homme qui a fait les tests aux Amériques ! 

Ce courrier n’est pas satisfaisant pour la CGT, et une confiance aveugle n’est pas de mise concernant les problèmes de santé 

Trop de scandales sanitaires ont commencé par la négation, l’absence de transparence et d’informations (ondes électromagnétiques maintenant classées potentiellement cancérigène, amiante,…) 

Nous demandons à la Mairie de Paris d’appliquer le principe de substitution qui veut que l’on remplace par ce qui est moins dangereux ce qui peut l’être plus.

Il existe une gamme de papier 3M (Lotto -462, 850..) sans bisphénol.

 

La CGT souhaite que la Ville de Paris fasse une étude de marché sur ces produits.

                       

                                             bisphenol 6

                                                                                     Des cobayes parisiens

 

   

 

Au moindre doute, vous  n’hésitez pas a écrire à votre représentant CGT au CHS de la DAC a l’adresse suivante : Agnes.dutrevis@paris.fr 

 

 

Sur le même sujet: Décolle étiquette: C'était donc vrai !

                                      Décolle Etiquette : Des produits chimiques dans les bibliothèques parisiennes !

 

 

Repost 0
Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans santé au travail
commenter cet article
2 novembre 2011 3 02 /11 /novembre /2011 09:53

 

                                                                               accident de trajet

 

                                      Accident de trajet: Pour rester dans le droit chemin. 

Si vous ne voulez pas finir comme le Petit Chaperon Rouge et être mangée par la Grand Méchand Loup administratif, restez dans le droit chemin.

Votre accident de trajet ne sera reconnu uniquement que si vous êtes sur votre chemin habituel, ce n’est pas forcement une ligne droite. L’administration admet que vous alliez cherchez vos enfants à l’école ou votre baguette de pain mais pas question de faire un détour pour la « si jolie petite robe noire en vitrine » ni pour le nouveau « maillot du PSG » !!! 

Au regard des textes, ces deux articles pourtant essentiels à notre épanouissement sont considérés comme étant d’un intérêt personnel et étranger aux nécessités essentielles de la vie courante.

 

                                            trajet

                                          L'accident de trajet risque de ne pas être reconnu !

 

Alors un petit rappel : Un accident est considéré comme un accident de trajet dés lors qu’il a eu pendant le trajet d’aller et retour entre :

1) La résidence principale, une résidence secondaire ayant un caractère de stabilité ou tout autre lieu où le travailleur se rend de façon habituelle pour des motifs d’ordre familial et le lieu de travail

2) Le lieu de travail et le restaurant, la cantine ou d’une manière générale le lieu ou le travailleur prend habituellement son repas

3) De plus, le trajet, le trajet ne doit pas être interrompu dans un intérêt personnel et étranger aux nécessités essentielles de la vie courante ou indépendant de l’emploi.

 

                                                   trajet 2

                                                 Ils sont dans les clous: L'admistration s'incline ! 

 

Au moindre doute, vous pouvez écrire à votre représentant CGT au CHS de la DAC Agnes.dutrevis@paris.fr

  

Voir aussi sur le même sujet : Accident de trajet : Ne sortez pas sans lui !

 

Voir aussi la rubrique:    santé au travail

  

 

 

Repost 0
Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans santé au travail
commenter cet article
20 octobre 2011 4 20 /10 /octobre /2011 13:35

                                         

                                            La  Mairie de Paris a eu très chaud !

  

  Ce n’était pourtant  pas un test, mais le début d’incendie qui a touché lundi 17 octobre l’Hôtel de Ville de Paris (en plein Conseil de Paris !) a montré une gestion catastrophique de l’événement. 

 Il aura suffit que l’alarme se déclenche dans l’hôtel de Ville pour faire la preuve que l’évacuation d’un tel bâtiment n’est pas encore optimum et révèle après coup les risques encourus par les agents, les élus et les usagers

 

  Les aberrations étaient nombreuses

- Absence des «  serres files »

- Des usagers de la Bibliothèque de l’Hôtel de Ville qui évacuent par où bon leur semblent faute d’informations et d’encadrement

- Des Agents qui ne quittent le bâtiment qu’après avoir rangé soigneusement leurs documents de travail et pris leurs affaires personnelles

- La cour qui devient le lieu de rassemblement de qui a envie de papoter cinq minutes  alors que leur point de rassemblement est sur le parvis de l’Eglise Saint Gervais

- Et de la bouche même des personnels, de vraies interrogations sur les actions à mettre en œuvre dans une telle situation 

 

 

 

                                                                     LHOOQ par Marcel Duchamps (1919)

                                                                  hv 1

                                                                                     Elle a eu chaud .........   

 

 

Rappelons que la sécurité incendie n’était plus conforme depuis de longues années à l’Hôtel de Ville et que c’est pour cette raison que  la préfecture de Paris avait exigée des mises aux normes

 

La CGT demande que tous les agents soient formés à l’évacuation incendie, que les exercices aient bien lieu conformément aux textes de lois 

Lire aussi l'article du"Parisien"

 

                                                     hv 3

                                                                                    ...... Elle aussi !!

 

 

Repost 0
Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans santé au travail
commenter cet article
19 octobre 2011 3 19 /10 /octobre /2011 09:46

 

                                                               burn out 1

 

                                                      Le Burn Out, c'est quoi?

  Le meilleur synonyme de Burn-out en français est ‘épuisement professionnel’. Le japonais désignent cet état par ‘karoshi’ qui signifie littéralement ‘mort par le travail’. 

Burn-out, signifie être consumé, brûlé de  l’intérieur. Il s’agit d’un syndrome lié à l’usure causé par la confrontation répétée à la souffrance, à la difficulté et à l’échec dans le travail. Lorsqu’il a été décrit dans les années 70 pour la première fois, ce syndrome touchait essentiellement les professions dites ‘aidantes’ qui impliquent un engagement professionnel important. Dans ces professions la résistance du réel est particulièrement importante et les résultats ne sont pas toujours en rapport avec les efforts fournis. 

Aujourd’hui, avec l’aggravation des contraintes et de la pression dans le monde du travail, le phénomène du burn-out peut toucher tout le monde.

 

Ce sont souvent des idéalistes très dévoués, qui veulent toujours bien faire, qui ont du mal à prendre du recul, et pour lesquels l’ échec ne fait pas partie du ‘vocabulaire’. L’épuisement émotionnel qui en résulte, étape ultime d’un stress long et chronique, les vide et les fait plonger, avec le sentiment de n’avoir pas pu se réaliser dans son travail.  ‘ils ressentent un sentiment de honte de ne plus exister’ explique Christian Bourion, spécialiste du problème et professeur à l’école de management et de commerce ICN. Le télégramme 20 avril 2011.   

 

Comment se manifeste-t-il ? 

Ce syndrome se manifeste par une perte d’intérêt, un ennui, la diminution de la satisfaction professionnelle, et des manifestations somatiques, maux de tête, problèmes de dos, rhumes à répétition, insomnies, problèmes digestifs…). 

Dans une première phase, les syndromes physiques et psychologiques sont souvent niés par la personne touchée, qui peut essayer de compenser par une  agitation désordonnée et stérile… Un état de fatigue peut être longtemps la seule expression du burn-out.  Malgré cet épuisement, l’agent rejette farouchement l’idée d’un arrêt de maladie. Celui-ci serait synonyme d’échec.

                                                      

Les stratégies de surenchère comme passer de plus en plus de temps au travail  et déployer une hyper activité inefficace, mais aussi les stratégies d’évitement, comme la recherche de l’isolement et le refus du contact avec les collègues, peuvent être l’expression des défenses mises en place pour essayer de lutter contre un état de burn-out. 

La colère, l’irritation, l’incapacité à faire face aux tensions, la paralysie devant de nouvelles situations, le sentiment d’avoir la tête vide, la perte d’énergie, sont les premiers signes possibles de ‘craquage’, ou de ‘l’épuisement émotionnel et mental’. Les attitudes négatives et le recours au cynisme en sont  également des manifestations fréquentes.

 

Sur le plan émotionnel : l’individu en état de burn-out se sent vidé, incapable d’empathie, débordé par les problèmes auxquels il se trouve confronté. Le mouvement de détachement émotionnel peut se transformer en rejet de l’autre, qui peut s’aggraver jusqu’à prendre la forme d’une susceptibilité accrue, d’une agressivité à l’égard des ‘usagers’ ou des collègues. On peut même observer des comportements paranoïaques.

Cet état général conduit à une auto-dépréciation, et à un sentiment de découragement. Celui-ci est lié à l’impression de pertes de capacités professionnelles. Il y a une baisse du sentiment d’accomplissement par le travail.

 

Sur le plan intellectuel : le sujet atteint par le burn out devient incapable de gérer les priorités. Il a la sensation que les problèmes s’accumulent,  et paralysent la réflexion. Cet état de confusion mène à une désorganisation du travail. La personne tente de travailler plus pour compenser son inefficacité, mais sans résultat. La fatigue s’accroît avec la perte de la capacité de récupération. 

 

Sur le plan relationnel : bien que le burn-out trouve son origine dans le travail, ce sont toutes les relations sociales et affectives qui sont affectées par ce syndrome : les collègues, les amis, la famille. Les relations avec les personnes dont on s’occupe (usagers) sont perçues comme ennuyeuses ou désagréables. On ne les supporte plus. Il arrive fréquemment que l’agent en état de burn-out se réfugie dans un comportement administratif déshumanisé.  


 

                                  burb out 4

 

Les causes. 

Le burn-out vient d’un écart trop important entre ce qu’un individu donne et ce qu’il reçoit. Ce déséquilibre entraîne une usure, un épuisement physique et émotionnel, une désillusion, une perte de motivation et de sens.

 

Parmi les cause les plus fréquentes on peut noter :

-        Une augmentation de la charge de travail telle qu’on ne parvient plus à l’assumer, on est en situation de surtravail. 

-        Des exigences inaccessibles

-        Des changements continuels avec la nécessité de faire face et de s’adapter rapidement.

-        La pression liée à de fortes contraintes (horaires, délais).

-        Les conflits interpersonnels

-        Le manque de marges de manœuvre

-        L’imprécision des attributions et des missions

-        Les exigences contradictoires

-        Les opportunités trop rares de d’utiliser pleinement ses compétences et d’accomplir des choses intéressantes

-        Le manque de soutien, de reconnaissance

-        Un management qui nie le travail réel et ses contraintes

-        Un mauvais climat de travail et une insécurité ambiante

-        La solitude et l’impossibilité de collaborer avec ses collègues.

 

De mauvaises conditions matérielles de travail, (locaux en OPEN STRESS,  bruit, mobilier inadapté, manque de moyen pour accomplir ses missions) peuvent, conjugués aux facteurs énumérés ci-dessus accentuer la fatigue et conduire à une phénomène de burn-out.

 

Le burnt out ne doit pas être confondu avec le stress. Les agents qui en sont victimes disent tous ne pas rencontrer de soutien sur leur lieu de travail. Ils manquent de valorisation et de reconnaissance qui donneraient du sens à tous leurs efforts.   

 

On voit que le type de management par la performance qui sévit aujourd’hui à la Ville de Paris, peut provoquer l’augmentation des situations de burn-out. C’est surtout vrai pour des professions déjà exposées par leur nature, comme les travailleurs sociaux. Mais ils ne sont pas les seuls victimes.

L’organisation du travail actuelle qui entend imposer aux agents la réalisation d’objectifs fixés  en dehors de toute réalité, est très grandement à l’origine des phénomènes de burn-out. C’est pourquoi dans nos services, les attachés sont de plus en plus concernés par cette dérive pathogène.

Que faire ? 

Pour les agents, le déni du réel est lourd de conséquences pour la santé.  Le burn-out est véritablement le symptôme de conditions de travail pathogènes. Comme pour tous les risques professionnels, c’est l’ensemble de l’organisation du travail qu’il faut interroger.

 

                                                       ile burn out images

  

Etes vous victime de Burn-out ? 

C’est l’échelle de Maslasch  burn-out invotory (MBI) qui permet de mesurer le taux de burn-out.

Le test MBI évalue 3 champs : l’épuisement professionnel, la dépersonnalisation, et l’accomplissement professionnel. 

Un score élevé au deux premiers tests et un score faible au dernier test dénote un état de burn-out. 

Il faut évaluer selon le barème suivant :

 

1 = Jamais

2 = quelques fois par an

3 = 1 fois par mois

4 = quelques fois par mois

5 = 1 fois par semaine

6 = quelques fois par semaines

7 = tous les jours

 

 

EPUISEMENT PROFESSIONNEL

1 – Je me sens émotionnellement vidé par mon travail

 

2 – Je me sens à bout à la fin de la journée

 

3 – Je me sens fatigué lorsque je me lève le matin et que j’ai à affronter une autre journée de travail

 

6 – Travailler avec des gens tout au long de la journée me demande beaucoup d’efforts

 

8 – Je sens que je craque à cause de mon travail

 

13 – Je me sens frustré par mon travail 

 

14 – Je sens que je travaille trop dur dans mon travail

 

16 – Travailler en contact direct avec des gens me stresse trop

 

20 – Je me sens au bout du rouleau 

 

TOTAL EPUISEMENT PROFESSIONNEL 

 

 

Résultat : de 0 à 17, bas – de 18 à 30 modéré -  + de 30 élevé 

DEPERSONNALISATION

5 – Je m’occupe des usagers de façon impersonnelle comme s’ils étaient des objets

 

10 – Je suis devenu plus insensible aux gens depuis que j’occupe ce poste

 

11 – Je crains que ce travail ne m’endurcisse émotionnellement

 

15 – Je ne me soucie pas vraiment de ce qui pourrait arriver aux usagers

 

22 – J’ai l’impression que les usagers me rendent responsables de certains de leurs problèmes

 

TOTAL DEPERSONNALISATION

 

 

Résultat : de 0 à 5, bas – de 6 à 11 modéré -  + de 12 élevé 

 

Accomplissement personnel

4 – Je peux comprendre facilement ce que les usagers ressentent

 

7 – Je m’occupe très efficacement des problèmes des usagers

 

9 – J’ai l’impression, à travers mon travail, d’avoir une influence positive sur les gens

 

12 – Je me sens plein d’énergie

 

17 – J’arrive facilement à créer une atmosphère détendue avec les usagers

 

18 – Je me sens regaillardi lorsque dans mon travail j’ai été proche des usagers

 

19 – J’ai accompli beaucoup de choses qui en valent la peine dans ce travail

 

21 – Dans mon travail, je traite les problèmes émotionnels calmement 

 

TOTAL ACCOMPLISSEMENT PERSONNEL

 

 

Résultat : Plus de 40 Bon – de 34 à 39 moyen -  moins de 33 mauvais

 

                                             

                                                        burn out 2

                                                          En voilà un qui a loupé le test

Repost 0
Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans santé au travail
commenter cet article
17 octobre 2011 1 17 /10 /octobre /2011 10:08

 

Harcelement : Quand le contrebandier joue le rôle de garde frontière!

 

Pour lutter contre le harcèlement moral, la ville s’est dotée d’un organisme, le CPAHD (Comité de Prévention et d'Action contre le Harcèlement et la Discrimination) .  La Présidente du CPAHD, élue en charge des ressources humaines est juge et partie. La Ville si prompte à dénoncer les conflits d’intérêts en d’autres circonstances, n’a pas une éthique irréprochable !

Ce tableau révèle qu’en 2010, aucune plainte n’a abouti. Ce score est digne d’une République bananière et témoigne de l’inutilité du CPADH.

 

                                                harcellement 7

                                                           Lui, a réussit à saisir le CPAHD

 

Le CPAHD eSt un organisme de diversion pour ne pas appliquer la justice.

 

Année

Nbr de dossiers ouverts par le secrétariat

Nbr de commissions tenues par le CPAHD

Nbr de cas examinés en commission

Nbr de cas non reconnus présentés en commission

Nbr de cas reconnus

2004

93

2

20

16

4

2005

87

2

16

15

1

2006

73

6

24

21

3

2007

86

7

21

18

3

2008

79

3

12

7

5

2009

59

1

3

2

1

2010

48

4

10

10

0

TOTAL

525

25

106

89

17

 

 

 La procédure du CPAHD est révélatrice : pour la Ville, le harcèlement n’est pas un délit, c’est une maladie ! En effet, le premier contact avec cette cellule est un médecin. Dans le rapport de la mission d’inspection et d’évaluation d’octobre 2010, l’explication des chiffres est surréaliste : « 477 personnes ont sollicité le CPAHD depuis sa création. Tous n’ont pas poursuivi, l’entretien ayant en lui-même une vertu thérapeutique ». Le Harcèlement est un délit, le premier interlocuteur devrait être au moins juriste !

 

Le CPAHD est un tribunal devant lequel comparaît l’agent harcelé, seul, sans aide. Cet agent déjà anéanti par des années de harcèlement se sent isolé face à l’élu et à la DRH qui ne le ménagent pas.  Les Directeurs qui n’aiment pas juger ceux qu’ils ont mis en place par crainte de se désavouer, préfèrent culpabiliser la victime. Le harceleur est un prédateur en position de force car il se sent soutenu par ses pairs.

 

Le CPAHD a été créé pour écarter le risque pénal. Les agents écrasés par cette machine à broyer n’ont plus la force d’affronter la justice. Le CPAHD est un piège qui se referme sur les agents. Au CPAHD, l’administration use et abuse de son pouvoir de domination.

 

Les agents harcelés sont anéantis, terrorisés effrayés à l’idée de se retrouver au chômage.  Ils ont peur des représailles. D’ailleurs, lors de la dernière CAP, la Présidente a exprimé la volonté de traduire en conseil de discipline un agent qui a porté plainte contre son harceleur. Ces menaces témoignent d’une fin de règne difficile pour cette mandature désavouée dans toutes les instances paritaires.

 

                                               harcelement 4

 

Si vous vous adressez au CPAHD, vous passerez devant la médecine statutaire qui nie la réalité des faits et psychiatrise votre problème. La médecine statutaire n’interroge pas la réalité de votre travail.

 

Pour certains une femme violée est une femme qui a aguiché son agresseur, pour le CPAHD un agent harcelé est une personnalité fragile. Pourtant, comme pour le viol, certains agents harcelés en viennent à se suicider. D’ailleurs la CGT a demandé l’ouverture d’une enquête via l’inspection hygiène et sécurité de la Ville à propos du décès suspect d’une collègue. La Ville a toujours refusé. Mais de quoi a-t-elle peur ?  

   

La CGT demande la création d’un observatoire sur le suicide présidé par l’ANACT qui est un organisme indépendant. 

 

Si vous êtes victime de harcèlement, vous devez impérativement porter plainte. La Ville table sur votre peur. Faites vous aider par la CGT qui vous conseillera un avocat spécialisé pour monter votre dossier et vous soutiendra pendant cette épreuve. La première consultation chez un avocat est gratuite.

 

            La CGT revendique :

-         Une véritable concertation entre la Ville de Paris et les partenaires sociaux sur la Santé et la Sécurité au Travail

-         Des médecins du travail en nombre suffisant : au moins 33 pour respecter la réglementation concernant les 60.000 agents de la Mairie de Paris.

-         La participation de l’ensemble des organisations syndicales représentatives au CPAHD pour soutenir les agents dans leur démarche

-     Un accord santé et sécurité au travail qui fasse le lien entre Conditions de travail et effectifs et       L’organisation du travail pathogène (OPEN STRESS par exemple) et les maladies professionnelles  et maladies contractées en service.

 

                                             harcelement 1

                                                       Un homme visionaire !

 

Repost 0
Published by CGT Culture DAC Ville de Paris - dans santé au travail
commenter cet article